The Basketball Which Kuroko Plays
 
Bienvenue sur KnB-RPG, jeune Rookie !
Tout le monde doit signer le règlement & se recenser ! N'oubliez pas de voter !
Merci de favoriser le choix de personnages du manga en priorité ! 50 pockys offerts pour tout prédéfini prit
Les lycées Seiei, Fukuda Sogo, Kirisaki Daiichi, Shutoku et Kaijo recherchent des membres !

Partagez | 
 

 L'ainé Matsuda, un coucher de soleil sur Kaijou || Matsuda Sora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Kaijo
avatar



Informations Masculin Messages : 27
Date d'inscription : 02/06/2015
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: GoldenRod

RP terminés: 0

RP en cours: 2


MessageSujet: L'ainé Matsuda, un coucher de soleil sur Kaijou || Matsuda Sora   02.06.15 21:30



Matsuda Sora
Be free.




  • Nom : Matsuda
  • Prénom : Sora
  • Surnom : So' ou ce que vous souhaitez
  • Age : 17 ans
  • Date de naissance : 12 Mars
  • Nationalité: Japonaise
  • Taille : 177
  • Poids : 72
  • Orientation sexuelle : Indéterminé -n'est jamais tombé amoureux-
  • Statut social : Classe Moyenne
  • Poste au basket : /
  • Situation familiale : Parents divorcés, vit à Tokyo avec sa mère et sa soeur (Senri) mais à également un frère (Senji) qui vit avec son père à Akita
  • Etablissement : Kaijou
  • Double Compte : Oui [Nakamura Hiroki]
  • Avatar : Akabane Karma - Assassination Classroom


©️ insérer crédit à l'artiste original & au grapheur


CARACTERE


Sora... Il est l'aîné de la famille Matsuda. Derrière lui se trouvent Senji et Senri ; son frère et sa sœur, tout deux jumeaux. Comme c'est normalement le cas, le premier enfant est toujours gâté et chouchouté avant que les suivant n'arrivent -si il y en a de prévu, bien sûr-, mais Sora n'a pas eu beaucoup de temps pour profiter de cette place d'enfant roi car la fratrie s'est vite agrandit. Pourtant, ce n'est pas comme si ça l'avait dérangé ; d'ailleurs, il ne se souvient même plus de cette période là où il était enfant unique, mais c'est normal après tout, quand on est enfant, il faut un petit temps avant que la mémoire se mette en place et fonctionne correctement et cette partie là ne s'est donc pas gravé dans son cerveau ; ce n'est pas comme si elle était importante de toute façon.

Cet enfant a donc grandit entouré des deux jumeaux. Plutôt rapidement, il s'est détaché d'eux ou plutôt, il a évité de tisser trop de liens. Son frère et sa sœur portaient souvent les même vêtements -enfin, ça, c'était avant que Senri commence à enfiler des habits de garçon- mais même encore maintenant, se ressemblent comme deux gouttes d'eau. Quand il était petit, Sora avait du mal à comprendre comment cela se faisait qu'il était le seul a ne pas leur ressembler -essayez d'expliquer qu'est-ce que c'est des jumeaux à des enfants en bas âge !- et il s'est alors senti un peu a part ; il s'est éloigné progressivement. Autre la voix, il avait du mal à faire la distinction entre les deux jumeaux ; imaginez comme c'est dur de ne pas reconnaître son propre frère et sa propre sœur ; de quoi être perturbé, tout de même ! En grandissant et même après avoir comprit, il refusait de tisser ces liens parce qu'il ne savait pas vraiment comment faire et qu'étrangement, ça ne lui venait pas.


L'aîné Matsuda, à force de s'éloigner de sa famille, a commencé dès le collège a avoir de mauvaises fréquentations. Plusieurs fois il a été exclu de l'école pour mauvais comportement, mais ça ne l'empêchait pas de recommencer dès son retour dans l'établissement. Il a commencé à fumer tôt aussi, et ça c'était mal vu, surtout par ses parents et par sa grand-mère qui l'ont de maintes fois disputé et punit pour éviter qu'il ne recommence -mais ça ne marchait visiblement pas ; c'est que Sora est têtu !-. Enfin, il avait surtout commencé pour suivre « l'exemple » de ses copains mais avait pleinement conscience que ça allait lui attirer des ennuis. C'était pourtant plus fort que lui, Sora adore la provocation et a beaucoup de répondant. Il peu s'énerver très facilement mais essaye tout de même d'éviter d'en arriver aux mains parce qu'il n'aime pas ça. Oui, c'est ce qu'on appelle une « grande gueule ». Ce garçon est capricieux aussi, très capricieux ; il n'aime pas quand on lui refuse quelque chose. Oh c'est sûr, ce garçon n'est pas très facile à vivre !

Autre chose à savoir sur lui aussi, c'est que Sora est quelqu'un d'imprévisible, mais ça, il le fait exprès parce qu'il veut éviter que les autres arrivent à deviner à quoi il pense ; il refuse d'être comme un livre ouvert et cache ses véritables sentiments la plupart du temps, et davantage devant des inconnus. C'est pourquoi, à force tout refouler comme ça, il a fini par avoir un comportement plutôt violent car un certain moment, c'est mission impossible pour lui de se contrôler quand il a accumulé trop de choses. Malgré tout -mais ça, il ne l'avouera jamais-, Sora, c'est aussi un cœur tendre. Toucher à son petit frère ou a sa petite sœur est l'équivalent de signer son arrêt de mort ! Il ne le montre pas, mais Sora est très protecteur envers ce qui lui est cher. Il agit toujours de manière froide et distante avec les jumeaux mais dans le fond, il ne peux pas s'empêcher de les aimer terriblement. Comme on dit « la famille, c'est ce qu'il y a de plus précieux » et le rouquin est d'accord avec ça. Après la séparation de leurs parents, et par la même occasion après la séparation de jumeaux, Sora s'est rendu compte -et sûrement un peu tard d'ailleurs- a quel point il avait de la chance d'avoir un frangin et une frangine. Un frangin qu'il ne voit quasiment plus maintenant et une frangine un peu étrange, certes... Mais ça lui a fait un choc de réaliser ça ! Pouf, une tarte à la crème en pleine face !
Il joue les insensible mais veille secrètement sur sa sœur pour éviter qu'il ne lui arrive quelque chose ; c'est un grand frère poule qui ne le montre pas ! Un grand frère Tsundere, si on veut tout résumer ! Son allure de méchant, c'est pour se protéger ; Sora est simplement quelqu'un de fragile sur les bords et il n'a pas envie qu'on arrive à percer sa carapace.

Avec le temps et toujours après la séparation des parents, Sora a apprit à se calmer et s'est aussi éloigné de la mauvaise influence qu'avaient ses amis sur lui. Il se tient un peu plus à carreau maintenant -car personne n'est parfait et surtout pas lui- et agit comme un loup solitaire. Étrangement -car il n'est pas du genre bosseur-, il s'est réfugié dans la lecture et il est alors souvent possible de le trouver sur le toit ou dans un coin de la bibliothèque pour lire. La lecture et le dessin, voilà principalement de quelle manière il occupe ses journées et voilà ses principaux centres d'intérêt. Pourtant, on ne va pas se mentir, en dessin, le garçon est loin d'être un Léonard De Vinci...

Sora est aussi devenu le genre de garçon qui reste un peu à l'écart , qui s'isole parce qu'il a peur de s'attacher à quelqu'un ou quelque chose. De toute façon, ce qui lui est le plus cher en ce moment, c'est bien sa sœur !
Tant qu'on ne vient pas l'embêter, il sait rester très calme dans son coin mais si vous le cherchez, alors là vous êtes plutôt mal barrés. Faites attention, ce garçon mord !



HISTOIRE


Partie I :

Une maison grande et traditionnelle, c'est là que la vie de l’aîné Matsuda a commencé. Takeru et Ayane ont, avec son arrivé, connu l'immense bonheur de devenir père et mère. Comme dit plus haut, Sora ne se souvient plus avoir vécu comme étant le seul enfant de la famille ; tout ce dont il se rappelle, c'est de la douceur de leur parent et de l'amour qu'ils leur portaient. La demeure était située dans un endroit calme et isolée, dans un endroit où on avait l'impression que la maison était apparue d'un seul coup, comme ça, du jour au lendemain tant elle faisait contraste avec la verdure ; comme si elle avait été posée là, exprès pour cette famille. A vrai dire, l'enfant qu'était Sora aimait cette maison, parce qu'il s'y sentait bien. Il grandissait en compagnie de son frère et sa sœur, mais dans l'incompréhension de ne pas leur ressembler lui aussi. Ça le dérangeait et avait du coup l'impression d'être un peu.. A part ? Tant pis, pour combler le vide que ça lui faisait, il avait décidé de se faire pleins d'amis à l'école ! Regardez comme il est mignon le petit Sora, haut comme trois pommes, qui sait déjà qu'il veut devenir populaire ! Les horreurs de la société actuelle, ça touche même les enfants maintenant... C'est vraiment triste.

Se faire des amis c'était une chose, parce qu'avec un peu d'efforts et de courage, c'était pas la chose la plus compliquée à faire. Sora avait grandi tout comme son frère et sa sœur, le plus simplement et le plus normalement du monde -pour peu qu'il y est vraiment une famille type quelque part sur cette Terre-. Les Matsuda étaient une famille soudée et les membres s'écoutaient. Dans la maison, on pouvait entendre les trois enfants rire, c'était sûrement agréable...

Seulement, soudainement, la demeure s'est transformée en domaine familial avec l'arrivée de la grand-mère paternel, Fumiaki ; et c'est là que tout est allé de mal en pire. Au début, ça faisait plaisir à Sora car ainsi, il avait l'occasion de voir sa grand-mère beaucoup plus souvent mais en réalité, la grand-mère gâteau et toute gentille, c'était loin d'être elle ! Du jour au lendemain, les trois enfants sont passés de l'éducation dites « normale » à une éducation « traditionnelle » : Vouvoiement, cérémonie du thé, kimono obligatoire... C'était devenu un enfer pour les têtes rousses mais elles n'avaient pas d'autres choix que de se plier aux exigences de la doyenne. Pour peu, on aurait pu les confondre avec une famille de Yakuza.

Plus Sora grandissait, et moins il supportait tout ce que la grand-mère leur obligeait et imposait. Arrivé au collège, il avait décidé de ne plus se laisser dicter comme ça ; de devenir l'enfant rebelle car il en avait marre qu'on lui casse les pieds avec telle ou telle chose à faire, comment se tenir, etc... Les amis qu'il rêvait tant de se faire lorsqu'il était plus jeune n'étaient au final pas les plus fréquentables. Quand il était exclu de l'école, il avait le droit à une bonne paire de gifle -qui aurait cru qu'une grand-mère avait encore autant de force et d'énergie ?- puis c'était direction la chambre où il était littéralement enfermé avec rien d'autre que des livres et son lit. Une télé, un téléphone, un ordinateur ? Sora pouvait toujours rêver pour avoir ce genre de choses ! Avec cet enfant rebelle, la grand-mère était ferme et ne cédait rien.

Pourtant ce qui dérangeait le plus Sora dans le fond, c'était cette impression amère qu'il avait, celle d'être traité comme une bête trop dangereuse qu'on doit cacher de la vue de tous. Les premières fois où il avait droit à cette punition, il tapait contre la porte pour qu'on lui ouvre -et croyez le ou non, mais il a réussit à casser la porte une fois !-. mais au fur et à mesure, il s'est lassé et résigné car la grand-mère ne pliait pas. Il entendait bien là dehors que la mère s'opposait à cette punition, mais le père, trop laxiste pour oser s'opposer à sa mère, préférait se ranger de son côté, et deux contre un, la punition était maintenue ; et c'était tout le temps comme ça : emprisonnement, séquestration, appelez ça comme vous le voulez...

Malgré tout ça, Sora le supportait et ne se plaignait pas ouvertement car il savait que la personne qui en souffrait le plus ce n'était pas lui, mais bien sa sœur. Jupes, cheveux longs, démarche impeccable... L'aîné en venait à la plaindre et a toujours remercier le ciel de ne pas être né fille -quoi que pour le peu qu'il croit à une présence là-haut...- parce qu'il n'aurait pas réussit à supporter tout ça et admirait sa sœur d'un côté parce que elle, elle y arrivait.

Le temps passait, et Sora arrivait à se défaire petit à petit de l'emprise du « démon d'Oba-chan», comme il la surnommait dans sa tête -imaginez, il ne manquerait plus qu'elle entende...- ; Seiji aussi y arrivait, il fallait croire que la grand-mère commençait aussi à se lasser, ou tout simplement que la force commençait à lui manquer pour s'occuper des trois enfants, d'autant plus qu'ils grandissaient et avaient plus de force pour s'opposer à elle. Dans ce cas, quelle était la solution pour qu'il y ait un minimum de « bonne éducation » selon elle dans la famille ? Elle est très simple : Concentrer tous les efforts dans l'éducation d'une seule personne ; c'était toujours Senri qui subissait, et deux fois plus maintenant ; elle prenait pour Sora et Seiji en plus. Sora la plaignait toujours autant, si ce n'est pas plus d'ailleurs, mais que pouvait-il faire tandis que même les parents n'arrivaient à rien face à la doyenne ?

Sora était reconnaissant pour ce que faisait Senri ; pour: les choses qu'elle devait accomplir. Il l'admirait parce qu'elle arrivait à tenir mais il ne pouvait rien faire pour elle et ignorer était selon lui la meilleure solution. Ça devait être blessant pour la rousse, d'un côté, mais pas sûr que Sora en ait vraiment conscience, tant il était dans l'âge bête.



Partie II :

Un beau jour est arrivé ce qui devait arriver : Le divorce, puis la séparation des deux parents. Sora sentait que ça allait tomber ; en même temps, il ne fallait pas être devin pour le voir tant les tensions à cause de la mère du père donc Fumiaka ne cessaient de croître. Il fut donc décidé que le père restait et que la mère s'en allait ; c'était mieux ainsi de toute façon. Moment difficile : qui allait où ? Ayane indiqua qu'elle prendrait la charge de ceux qui décideraient de la suivre ; Sora n'a pas hésité le moindre instant, Senri non plus. Sa valise fut vite remplie des quelques affaires qui se tenaient dans sa chambre ; de toute façon, il n'était attaché à rien de particulier, il voulait juste s'en aller, fuir ce démon. Le roux devait aimer son père, mais pas au point de sacrifier sa vie pour des traditions anciennes ; il fallait être suicidaire pour rester avec la grand-mère, mais visiblement Seiji l'était. Tant pis, il devait avoir une raison, et de toute façon, Sora ne le connaissait pas assez pour arriver à comprendre ce à quoi il pensait, mais il ne pouvait que lui souhaiter bon courage et était d'un côté impressionné du sacrifice et du courage dont il faisait preuve.

Pour Sora, quitter la maison traditionnelle c'était d'un côté douloureux, mais de l'autre, un soulagement immense. Il aimait cette maison, il y avait grandis et se rappelait des rires, mais malheureusement, il se rappelait aussi des pleurs, des disputes, des crises de nerfs... Bonne humeur rimait avec passé, autant tout quitter.

En venant s'installer à Tokyo en compagnie de sa mère et de sa sœur -ça lui faisait d'ailleurs tout drôle d'être le seul homme à présent tandis qu'auparavant il y avait son frère et son père-, c'était dépaysement complet, mais ça ne faisait que marquer le début d'une nouvelle vie. Leur nouvel appartement n'était pas aussi calme, mais ça convenait au rouquin qui préférait un endroit sans sa grand-mère à un endroit silencieux. Tout les endroits du monde, sauf la compagnie de sa grand-mère ! Tokyo était plus grand et plus agité que Kyoto, mais d'un côté, plus fascinant. Ici, il ne connaissait personne et personne ne le connaissait ; il pouvait poursuivre son bonhomme de chemin sans avoir peur que Fumiaki sévisse par dessus. Il était libre.

Ce que Sora était loin d'imaginer en arrivant à Tokyo, c'était le changement brutal de sa sœur : elle se coupa les cheveux, ne porta que des pantalons... Bref, elle était devenue son frère. Un enfant délinquant, l'autre garçon manqué... Voyez l'effet que la pression d'une éducation stricte fait sur les enfants.
Sora n'a rien dit, il a simplement accepté que sa sœur fasse ce qui lui plaise. Il était tolérant, s'en moquait, et se disait qu'après avoir autant subit la grand-mère, rien de plus normal que de vouloir se lâcher, d'être enfin ce qu'elle voulait être. Il ne voyait pas le mal.

L'aîné Matsuda a fini ses années de collège à Tokyo, puis alla s'inscrire au lycée Kaijou. Il est à présent en deuxième année.



TEST RP


-Don't- Remember... :

Sora a 12 ans. Sa journée de cours dans l'un des collèges d'Akita venait de se terminer ; la sonnerie annonçait la fin des cours et plus particulièrement, la fin de sa leçon d'histoire. Pourtant, le rouquin ne savait pas si il devait s'en réjouir ou non. L'école, ce n'était pas vraiment son truc ; mais rentrer à la maison pour supporter sa grand-mère, c'était ce qu'il détestait plus que tout. Quitter un truc horrible pour en retrouver un autre, c'était son quotidien auquel il ne pouvait pas échapper.

« Hey Sora tu viens avec nous ? » Lui lança un de ses amis, quelques tables plus loin.

« Non désolé, j'peux pas ! »

« Haha ! Tu dois encore rentrer chez toi pour aller boire du thé ? » Reprit encore une autre personne, un autre de ses amis qui avait déjà rangé ses affaires de son côté.

« Oh le thé, ça va cinq minutes ! Non mais parce que boire de l'eau avec des feuilles, j'pensais que l'homme avait fait mieux niveau évolution ! Mais ouais, j'suis obligé de rentrer de toute façon ! »

« Bon bah on verra une prochaine fois ! »

Les amis en question s'en allèrent donc, laissant Sora finir de ranger ses affaires dans son sac. Il était pas mal lent, mais c'était fait exprès.

Traîner dehors avec des amis, c'était mission impossible pour lui ! S'il sortait une excuse du genre « Désolé, je suis resté à la bibliothèque ! », personne ne le croirait parce que c'est pas du tout son genre, et qu'on l'engueulerait quand même parce que monsieur n'a pas eu la politesse de prévenir plus tôt qu'il rentrerait plus tard. Et s'il disait la vérité, c'est à dire qu'il était resté avec des amis, ça ne passerait pas non plus. Bref, dans tous les cas, il n'avait pas le choix, c'était un trajet école-maison sans détour possible. Bien sûr, ça ne l'empêchait pas de se rebeller quand l'envie et le désir de provoquer étaient bien trop forts.


Le roux glissa son sac sur ses épaules et regarda un instant sa chaise. La salle de classe s'était pendant ce temps vidé et il se retrouvait seul. Il n'avait qu'un envie, c'est de donner un grand coup de pied dans cette -pauvre petite- chaise -qui ne lui avait rien fait- histoire de l'envoyer valser quelques mètres plus loin tant il était énervé. Rien que de penser à sa grand-mère suffisait à le mettre dans cet état. Sora ne se risqua néanmoins pas à ça parce que si il se faisait prendre, il risquait pas mal ; il ne devait sûrement pas être le seul dans le bâtiment en plus, et puis, il s'était déjà prit une punition aujourd'hui, et une ça suffit, d'autant plus qu'il devrait la faire en secret parce que si l'un des parents voyait ça, il allait encore mal finir pour lui -mais heureusement pour lui, celle-ci n'était pas à faire signer-. Moui, Sora jouait avec le feu ; il en avait conscience mais n'avait pas peur.

Puis ses jambes avancèrent d'elles même et Sora se dirigea devant la fenêtre comme s'il était attiré par cette dernière. Il regarda à travers. Étant au troisième et donc dernier étage du bâtiment -rappelons ta tétraphobie des Japonais...- il avait une belle vue. Il voyait les élèves quitter le bâtiment par petit groupes. Les rires sur leur visage ça le rendait jaloux ; il aurait bien aimé être à leur place. Pouvait-il seulement ? C'était évident que non.

Sora colla sa tête contre le verre froid et regarda l'horizon. Il y voyait quelques bâtiments et un petit bois. Qu'est-ce qu'il avait envie d'aller se perdre la bas -enfin, si c'était possible-. Il voulait grimper dans un arbre et se faire une cabane pour y vivre. Il se voyait déjà faire ami avec certains animaux et en tuer d'autres pour pouvoir se nourrir. Ne rien faire de spécial de sa journée ; juste écouter les bruits divers de la nature et regarder l'herbe pousser. Être au calme, être libre, être lui. Il rêvait d'une vie de sauvage, un peu comme Tarzan, parce qu'une vie comme celle là était forcément meilleure que la sienne.

«  Matsuda ? Vous êtes encore là ? »

Le Bovary se retourna dans un petit sursaut et s'éloigna de quelques pas. Son professeur était revenu dans la salle, ayant visiblement oublié un paquet de copies.

« Ah excusez moi, je rêvassais ! »

Puis il se mit en marche pour quitter les lieux, conscient qu'il avait l'air suspect à rester planté là.

« Matsuda. » L'arrêta le professeur. « Quelque chose vous tracasse ? »

« Rien du tout. Bonne soirée. »


Le professeur était au courant que Sora était un élève difficile, mais si même ses propres parents n'arrivaient pas à changer les choses, cet inconnu n'allait pas le faire. C'était stupide de se confier à lui, de passer pour un pauvre enfant rebelle qui ne supporte pas l'éducation qu'on essaye de lui donner. Se montrer faible, c'était pire que tout à son goût.

Alors le rouquin quitta la salle sans se retourner pour regarder l'enseignant, haussant simplement les épaules. Il sortit et se dirigea chez lui, en enfer, où tout recommençait sans cesse.

Bannis ces jours de ta mémoire Sora ; oublis les.



CAPACITE DU JOUEUR


Sora n'est pas un grand amateur de basket. Pour tout dire, il n'aime pas vraiment les sports en équipe. Il a cependant déjà regardé plusieurs matchs et entraînements au gymnase et est au courant de la renommée de son école dans ce sport.
Plus jeune, il a été entraîné au Kendo par sa grand-mère. Pourtant, l'ainé Matsuda n'est pas non plus un pantouflard ! Faire du sport ne le dérange pas; il a étonnement une bonne endurance et ses notes en cours de sport sont plutôt bonnes, voire excellentes. Il préférera simplement faire de la natation, du badminton et autres sports individuels. Qui sait, ce garçon pourrait peut-être vous surprendre ?






  • Pseudo : Aya~
  • Âge : 17 ans en août
  • Comment avez-vous découvert le forum ? Cf fiche précédente Sisi
  • Votre avis sur le forum ? Cf fiche précédente Sisi
  • Votre présence sur le forum ? Tous les jours !
  • Code de validation :

©️ insérer crédit à l'artiste &/ou au grapheur


©️ codée par Tsu-chan




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



InformationsMessages : 488
Date d'inscription : 18/10/2013
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: Code couleur parole

RP terminés: Nombre de RP terminé

RP en cours: Nombre de RP en cours


MessageSujet: Re: L'ainé Matsuda, un coucher de soleil sur Kaijou || Matsuda Sora   03.06.15 17:52




Wan wan!
Tu es validé(e) !

Avis de Tsubaki: Oh, un thug ! En voilà un grand-frère tsuntsun ! Les Matsuda ont l'air de cassos en tout cas. Ahem. Il m'a l'air bien sympathique en tout cas, et je me demande à quoi ressemblerait un rp avec Senri ! Bref, bonne chance avec ton DC ~

Avis de Izuki : Un personnage comme je les aimes ( oui oui je kiffe les tsun !). La grand-mère est infecte ma parole ! Mais j'ai hâte de voir comment tu vas introduire ton personnage dans le forum et puis un peu de renfort auprès de Captain Kick est bienvenu ! Validé !

Avis de Tatsuya: Je connaissais déjà la fiche là aussi ! Et puisqu'on a décidé de l'histoire ensemble, je n'ai quasiment eu aucune surprise 8D Sora-nii c'est tsuntsun voyou mais il est gentil, au fond c: Tu as bien sûr ma validation !



(c) codée par Tsu-chan







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knb-rpg.frbb.net
 

L'ainé Matsuda, un coucher de soleil sur Kaijou || Matsuda Sora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seule au coucher de soleil (libre)
» Coucher de Soleil au bord de l'eau [Vanille et Canelle]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Dans un coucher de soleil les explosions prennent la même couleur [Jesse]
» Un coucher de soleil qui vaut mille mots, et l'espoir parti, revint.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroko's Basket, le forum RPG ::  :: Dossier Scolaire :: Admis-