The Basketball Which Kuroko Plays
 
Bienvenue sur KnB-RPG, jeune Rookie !
Tout le monde doit signer le règlement & se recenser ! N'oubliez pas de voter !
Merci de favoriser le choix de personnages du manga en priorité ! 50 pockys offerts pour tout prédéfini prit
Les lycées Seiei, Fukuda Sogo, Kirisaki Daiichi, Shutoku et Kaijo recherchent des membres !

Partagez | 
 

 Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Tôo
avatar



Informations Féminin Messages : 69
Date d'inscription : 30/07/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: Code couleur parole

RP terminés: 0

RP en cours: 2


MessageSujet: Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]   20.08.15 13:30



"Agression est-il synonyme de rencontre ?"
Feat Nijimura ♥



Ah Tokyo l’après-midi … Kosuke adorait s’y promener et ce même s’il était seul. Certes, il y avait du monde mais ce n’était pas ce qui le dérangeait tellement. De temps en temps il arrivait même qu’il se fasse bousculer sans recevoir aucune excuse, mais encore une fois cela lui était égal. Du moment qu’il parvenait à son objectif sans trop d’encombres c’était ce qui lui importait.

Seulement aujourd’hui, le pivot de Tôô avait prévu autre chose qu’une petite balade dans les rues de la capitale. Ses parents lui avaient donné de quoi s‘acheter un nouveau téléphone, le dernier ayant finit au fond de la cuvette des toilettes. Bon ok, normalement une personne n’est pas censée utiliser son téléphone dans les WC mais pour le blond, cela avait été plus fort que lui. Il était en train de jouer à son jeu et en aucun cas il aurait été prêt à faire pause. Sauf que voilà, la partie se termina en GAME OVER pour lui et ce dans tous les sens du terme. Il avait eu le droit à des réprimandes de ses parents et des moqueries de son petit frère, mais au moins il était parvenu à négocier.

C’est pourquoi il s’était retrouvé devant une boutique afin de s’acheter un nouveau cellulaire. Il écouta attentivement le vendeur, sans vraiment croire à ce que celui-ci disait. Ses parents lui avaient toujours dit de se méfier de ce genre d’individu. Ils étaient prêts à raconter n’importe quoi pour parvenir à leur fin et donc par faire acheter le produit au client en leur garantissant pas mal d’avantages. Sauf que le pivot s’était déjà renseigné auparavant et savait que le vendeur mentait sur certaines choses. Il finit par lui dire qu’il allait réfléchir et sortit pour aller dans une autre boutique quelques minutes après.

Là il trouva son bonheur assez rapidement. Un modèle ni trop haut de gamme, ni bas de gamme. Entre les deux quoi. Le géant se rendit au comptoir et paya le téléphone, repartant avec un sourire aux lèvres. Ses parents allaient être contents de leur fils. Après tout, ce dernier avait tout fait pour ne pas utiliser tout l’argent donné. Il devait lui rester de quoi se payer un vêtement, ou un truc du genre.

Satisfait, ses pas le portèrent dans la grande ville. Il croisa Sakurai avec lequel il parla quelques minutes jusqu’à ce son ventre se mette à grogner. Demandant à son coéquipier si ce dernier n’avait pas quelque chose de prévu, ce que le châtain répondit par la négative, Kosuke l’invita à manger un petit truc dans un salon de thé. Ignorant les nombreux « Désolé ! » de son ami, le Wakamatsu commanda le nécessaire et ils parlèrent pendant une petite heure avant que le plus petit ne doive partir.
Le basketteur sortit donc de l’enseigne après avoir payé et reprit le chemin de son domicile. Ou plutôt du métro. Pour se faire, il dut passer par un petit parc qui longeait des immeubles assez spectaculaires.

-ALLEZ FILES LE NOUS !

Tiens, une bagarre ?

-DÉPÊCHES TOI !

Le blond, un peu curieux tout de même, s’approcha un peu plus de l’endroit d’où surgissaient les cris et découvrit un adolescent au milieu d’autres gars. En mauvaise posture, le brun essayait de se défendre comme il le pouvait. Bon pas le choix … Kosuke n’aimait pas du tout voir les gens en difficulté il devait l’aider à tout prix. C’est pourquoi il mit la boite de son téléphone dans la poche de sa veste marron et se rua sur les individus louches.

-LÂCHEZ LE BANDE D’ABRUTIS ! VOUS ÊTES SI FAIBLES POUR VOUS METTRE A 3 CONTRE 1 ?!, s’écria-t-il en plein dans le feu de l’action.

Il décrocha un magnifique coup de poing au gars le plus baraque se mettant juste devant la victime de l’agression.

-Ça va ? Je ne suis pas arrivé trop tard au moins ? Ils te veulent quoi ces types ?


Son regard inquiet se tourna vers l’adolescent. C’était déjà un peu plus équitable.



© Dragibus


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



InformationsMessages : 287
Date d'inscription : 01/06/2015
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]   25.08.15 17:13

...
Feat Wakamatsu Kosuke


• Agression est-il synonyme de rencontre ? •

A peine une semaine que Shuzo Nijimura était revenu au Japon. Ce pays qu'il avait aimé. Ce pays qui l'avait vu grandir et qui avait été le théâtre de chacune des grandes étapes de sa vie. Ses premiers pas à l'école, ses premières bastons, son entrée au club de basket, ses entraînements au dojo Kumako..... Tellement de souvenirs ( tantôt joyeux, tantôt mélancoliques ) lui traversaient l'esprit depuis qu'il était de retour au pays du soleil levant. Difficile de dire quel était, selon lui, celui qui avait sa préférence.

Il existait des souvenirs joyeux, très joyeux, qui, avec le temps, se teintaient doucement de nostalgie au point qu'en y repensant, on ne pouvait s’empêcher d’être triste. Un souvenir, plus fort et plus douloureux que les autres ne cessait de venir le hanter ces derniers temps. Celui de son départ à Los Angeles. Shuzo avait attendu la fin de l’année scolaire pour obtenir son diplôme puis il était allé chez lui récupérer ses valises pour partir directement à l’aéroport Haneda. Pas un seul au revoir à ceux qui étaient jadis ses camarades de basket. Pas même à Kumako Tsubaki, une personne qu'il considérait un peu comme une confidente.... sans vraiment qu'elle soit son amie non plus. Relation étrange mais à laquelle Shuzo tenait particulièrement.

Depuis qu'il était revenu, Shuzo avait rapidement retrouvé ses marques. Cette ville n'avait pas tant changée que ça en trois années. Il avait aussi retrouvé des visages qui, autrefois, rythmaient ses journées. Celui si fermé et sérieux de Midorima. Ceux si inexpressifs de Kumako et Kuroko..... Il avait retrouvé ses habitudes, ces lieux dans lesquels il déambulait jadis.

Un soupire s'échappa de ses lèvres. Dans ses mains, Shuzo tenait une grande enveloppe en papier kraft fermée à l'arrière par une petite cordelette enroulée autour d'une pression. La santé de son père s'était nettement arrangée mais il restait fragile malgré tout. On ne se remet pas si aisément d'une grave maladie pulmonaire. Heureusement, l'air chaud de l'été permettait une respiration plus facile que quand l'atmosphère était chargée d'humidité. L'hiver allait être l’épreuve du feu pour la famille Nijimura. Ils allaient être fixés quant à savoir si le patriarche arriverait à supporter les temps humides de la capitale. Peut être seraient ils forcés à déménager à nouveau pour une ville plus au sud du pays, comme Osaka ou Okinawa.

Aujourd’hui encore, Shuzo avait été mit à contribution par son père qui lui avait demandé s'il acceptait de remettre une enveloppe contenant des documents importants à son employeur. Le père de Shuzo était éditeur pour une grande maison d'édition de manga. Son rôle était de faire la transition entre les mangaka et la maison d'édition. Un travail pas vraiment physique mais qui nécessitait tout de même pas mal de déplacements. Il n'était donc pas rare que l’aîné de la famille prête main forte en apportant lui même les planches ou storyboard que les mangaka avaient transmis à son père. Il arrivait même à Shuzo de l'aider dans son travail de lecture des pages recues, lui donnant son avis ( même s'il n'était pas aussi avisé que celui du professionnel qu'était son père ).

Shuzo gardait l'enveloppe précieusement contre lui. Il ne lui restait plus qu'une dizaine de minutes pour arriver à destination et Nijimura choisit de passer dans un parc qui faisait office de raccourcit lorsqu'il tomba sur une bande de garçons paraissant menaçant. Il prit une grande inspiration avant de continuer d'avancer droit devant lui, les ignorant complètement

« Oh ! Toi la ! »

Shuzo ne répondit pas. Il se contenta de serrer un peu plus sa précieuse enveloppe dans ses mains. Cette dernière contenait les planches originales d'un jeune mangaka prometteur dont l'histoire devait être publiée dans les pages du prochain Jump. Autant dire que c'était on ne peut plus précieux et que la carrière de son père reposait entre ses mains de Shuzo.

« Je te cause ! »

L'un des garçons posa vivement sa main sur l'épaule de Shuzo pour l'obligé à s’arrêter et à se retourner. Ce dernier fronça les sourcils avant de regarder son assaillant d'un air tout aussi menaçant

" Lache moi.... J'ai pas de temps à perdre"

Le garçon, bâti comme une armoire à glace, se mit a rire avant de l'empoigner par le col de son maillot. Il le secoua vivement, encouragé par les exclamations et ses deux acolytes qui paraissaient tout aussi stupides que lui

« File moi ta thune ! Ton téléphone, tout c'que t'as ! »

Shuzo n'eut pas le temps de faire quoique ce soit que le gars lui arracha l'enveloppe des mains pour la jeter à son copain de droite.

« Hey ! Rends moi ça !! »


Si jusqu'à présent Shuzo s'était appliqué à garder son calme, le fait qu'on vienne lui arracher sa précieuse enveloppe des mains venait de l'irriter au plus au point. Bande d'inconscients, savez vous au moins à qui vous aviez à faire ?

Shuzo avait beau avoir promis à ses parents de ne plus se battre..... Il y avait des cas comme ça où il n'y avait pas d'autre alternative possible. Aussi, l'ancien capitaine de Teiko leva la jambe brusquement pour mettre un coup de genou à son agresseur. Mais le garçon esquiva rapidement et répondit en abattant son poing sur le visage du brun. Sa tête tourna brusquement sur le coté alors qu'il s’effondrait au sol, un peu sonné


-ALLEZ FILES LE NOUS !

A terre, Shuzo ressuya le petit filet de sang qui s'écoulait de son nez avant de cracher au sol. Il releva son regard vers les mecs. Celui qui tenait l'enveloppe était déjà en train de dénouer la ficelle à l'arrière. Le sang de Shuzo ne fit qu'un tour alors qu'il se remet debout près à foncer sur lui pour récupérer son bien

« TOUCHE PAS A CA ! »

Il était prêt à lui décrocher son plus magnifique uppercut quand, de nouveau, l'armoire à glace immobilisa sa main. Shuzo fulminait. Il était près à exploser et à tout envoyer valser autour de lui. Mais, contre toute attente, un mec qu'il ne connaissait pas et à la chevelure aussi blonde que celle de Kise, se mêla à la bagarre. Son poings frappa l’armoire à glace alors qu'il venait prendre place juste à coté de Shuzo, visiblement décidé à lui prêter main forte

-LÂCHEZ LE BANDE D’ABRUTIS ! VOUS ÊTES SI FAIBLES POUR VOUS METTRE A 3 CONTRE 1 ?!

Bon... Nijimura ne le connaissait pas mais au moins ce mec semblait avoir un certain sens de la justice. Sous ses airs bourrus il paraissait sympa aussi.... Du moins fallait il être sympa pour se joindre à une baston qui ne le concernait pas

-Ça va ? Je ne suis pas arrivé trop tard au moins ? Ils te veulent quoi ces types ?

Shuzo ne lâchait pas le mec qui tenait l'enveloppe des mains. Il adressa un rapide coup d’œil au blond qui venait l'aider

« Ca va..... Je sais pas ce qu'ils veulent... juste me faire chier visiblement ! Et je dois récupérer cette putain d'enveloppe ! »


Sans attendre davantage, Shuzo se lança sur le garçon qui tenait sa précieuse enveloppe. Son poing abbatit sur son visage avant que son genou ne vienne s'encastrer dans le ventre flasque du mec. Il en profita pour récupérer son enveloppe avant que la bagarre de prenne un peu plus d'ampleur. Les coups s’enchaînaient. Rapides, incisives.... douloureux.....

« Venez les gars on s'arrache ! »

Le souffle court et le corps endoloris par les coups qu'il venait de recevoir, Shuzo avait au moins la satisfaction de constater qu'il avait réussi à garder la possession de ses biens. Il se redressa jusqu'à aller se laisser tomber sur un banc du parc.

« Merci …. pour ton coup de main... »

Shuzo posa l'enveloppe à coté de lui alors qu'il se massa sa main gauche dont les phalanges étaient encore endolories. Cela faisait bien longtemps qu'il ne s'était pas battu de la sorte. La dernière fois était une bagarre avec Himuro.... Si ses parents venaient à l'apprendre ils allaient être furieux. Il fallait dire que, quand il était plus jeune, Shuzo avait traîné avec des garçons de mauvaises réputation et il n'avait pas été rare de le voir se battre pour un oui ou pour un non. Une période de laquelle les parents Nijimura avaient eut bien du mal à faire sortir leur fils, regrettant son coté bad boy ou petite frappe de quartier....

Il tourna la tête sur le coté et regarda le garçon un instant

« Pourquoi t'es venu m'aider ? Tu n'étais pas obligé de faire ça.... »


Nijimura ouvrit l'enveloppe pour vérifier que le contenu n'était pas trop abîmé. Les planches au dessus étaient légèrement froissées mais rien de catastrophique ou d'irrécupérable. Il referma doucement le cacher et attacha la petite ficelle

« Je m'appelle Nijimura Shuzo.... et toi ? »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tôo
avatar



Informations Féminin Messages : 69
Date d'inscription : 30/07/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: Code couleur parole

RP terminés: 0

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]   25.08.15 20:19



"Agression est-il synonyme de rencontre ?"
Feat Nijimura ♥



Wakamatsu Kosuke était quelqu’un de débrouillard et de serviable dans sa vie de tous les jours. Il avait certainement hérité cela de ses grands-parents, enfin surtout de son grand-père. En fait le pivot ressemblait plus au défunt qu’à son propre père qui, pourtant, était impressionnant. Il fallait dire que le blond était plutôt fier d’être celui qu’il était aujourd’hui. Alors, il était évident qu’il n’allait pas laisser cet inconnu se faire frapper de cette manière ! Même si l’adolescent restait en dehors de la bagarre c’était dans sa nature de venir prêter main forte aux gens en difficulté. De plus, lui-même s’était déjà battu quelques fois contre des petites racailles qui ne cherchaient que les embrouilles. Le problème était tel qu’il avait un mal fou à contrôler sa force comme ses cordes vocales. Il s’emportait bien trop vite et les coups partaient tous seuls.

Kosuke cerna ce petit coup d’œil donné par la victime de ce conflit et fronça les sourcils. Ces mecs ne dégageaient rien de bon. Il n’y avait qu’à regarder leurs têtes pour s’en rendre compte.

« Ca va..... Je sais pas ce qu'ils veulent... juste me faire chier visiblement ! Et je dois récupérer cette putain d'enveloppe ! »

Bon il allait bien c’était déjà ça et ce même si le basketteur présentait des traces de coups sur son visage. Le pivot de Tôô grimaça à cette vue. Il ne connaissait pas ce garçon, il ne savait absolument rien de son passé et tout ce qui s’en suivait mais qu’importe. L’adolescent se mit donc en position de défense et jeta plusieurs regards observateurs sur les trois hommes.

-Toujours des petits emmerdeurs pour faire chier le monde … Je vais t’aider, elle doit être importante pour toi. Tu peux compter sur moi !

Le cerveau du lycéen se mit sur « OFF » l’espace d’un moment, histoire de lui faire éviter toute réflexion en se concentrant seulement sur la baston. Parce que bon, on ne dirait pas mais le basketteur était un minimum intelligent. Surtout lorsqu’il s’agissait de trouver des stratégies. Mais là pas le temps de faire marcher ses neurones ! Il se rua sur un des deux « hommes de main » et effectua une jolie balayette. Le premier au sol, tentant vainement de se relever, Kosuke arrêta le poing du second d’une de ses mains imposantes et lui mit un bel uppercut en plein dans le menton.

-Prends ça espèce de p’tit con !, s’exclama-t-il alors que son regard se faisait plus que menaçant.

La bagarre continua encore quelques secondes avant que le chef ne s’exprime et déserte totalement le terrain avec ses acolytes. Il était temps ! Le blond n’en pouvait plus de voir leurs sales tronches de gamins des rues. Il s’étira longuement afin de jeter un coup d’œil au jeune homme à l’enveloppe. Celui-ci tenait fermement son objet et le blond sourit. Ils avaient limité la casse c’était déjà ça. L’aîné des Wakamatsu s’avança vers le banc et s’y assit lourdement à son tour faisant craquer ses doigts.

« Merci …. pour ton coup de main... »

-Il n’y a pas de problèmes. Je n’allais pas te laisser dans cette situation.

Le blond vérifia si son cellulaire était toujours dans sa poche intérieure et fut soulagé de voir que c’était encore le cas. Avec des gamins comme cela il fallait se méfier. L’inconnu n’avait pas l’air d’un débutant dans le monde de la bagarre s’étant pas mal débrouillé. A présent, il commençait un peu à intriguer le pivot de Tôô.
Les yeux du basketteur rencontrèrent ceux du brun et il finit par le fixer avec un léger sourire. Le garçon ne cherchait pas à fuir ce regard, au contraire.

« Pourquoi t'es venu m'aider ? Tu n'étais pas obligé de faire ça.... »

L’adolescent cligna plusieurs fois des yeux avant de s’affaler sur le banc comme s’il revenait d’un long entrainement.

-Question stupide. Car t’étais dans une situation urgente ? Et que j’aime pas voir les gens se faire agresser ? Je ne me suis pas senti obligé, c’est juste mon devoir en tant qu’être humain. Mon grand –père m’a toujours dit d’aider son prochain. Tu étais dans une mauvaise situation, je n’ai fait qu’intervenir pour t’aider à reprendre cette enveloppe qui a l’air importante on dirait.

Kosuke laissa faire le brun alors que ce dernier vérifiait l’état du contenu de l’enveloppe. En attendant, il se mit à observer les alentours du parc.

« Je m'appelle Nijimura Shuzo.... et toi ? »

Ah c’était ça son nom ? Le Wakamatsu se tourna vers lui dans un bref mouvement et lui tendit sa grande main.

-Wakamatsu Kosuke, enchanté !

Maintenant que le jeune homme connaissait son nom, il serait plus facile de communiquer. Et surtout de le connaître un peu plus.

-Tu dois vraiment tenir à cette enveloppe … Quand tu te battais tu étais impressionnant je dois le reconnaître. Tu n’en es pas à ta première bagarre, je me trompe ?

Cette question … Kosuke en savait déjà la réponse. Rien qu’à voir les mouvements de Nijimura lorsqu’il donnait ses coups. Il lui afficha un sourire Colgate avant de constater, comme dans un bilan, toutes les blessures de sa nouvelle connaissance.

-On devrait aller soigner cela … Ton visage en a pris un sacré coup je dois l’avouer …


© Dragibus


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



InformationsMessages : 287
Date d'inscription : 01/06/2015
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]   27.08.15 15:45

...
Feat Wakamatsu Kosuke


• Agression est-il synonyme de rencontre ? •


Des bagarres....

Shuzo avait prit part à tellement de bagarre durant sa vie qu'il avait cessé de les compter depuis belles lurettes. Certaines étaient pour des broutilles. D'autres, plus graves, auraient pu très mal tourner pour lui. Il venait tout juste d'entrer au collège lorsqu’avait eut lieu sa toute première bagarre. Il ne se souvenait même plus du motif. Il savait que ça s'était passé durant les vacances d'été de sa première année à Teiko. A l'époque, Shuzo n'était pas à prendre avec des pincettes. Il se sentait constamment en colère contre tout et contre tout le monde. Il n'arrivait pas à trouver la place qui était la sienne et la violence qui s'emparait peu à peu de lui ne faisait que monter crescendo.

Son père lui avait une fois demandé pourquoi il ne pouvait pas faire comme tous les gamins du quartier Lire des mangas, jouer aux super héros, s'inventer des histoires sympa pour délirer avec les copains. Shuzo trouvait ça tellement ennuyant.... Comme s'il avait grandit bien trop vite et qu'il ne trouvait pas d’intérêt à côtoyer des garçons de son âge. D'ailleurs, la plupart de ses copains de l'époque étaient bien plus âgés. Certains étaient même déjà au lycée....

C'est à leur contact que Shuzo se laissa aller à la délinquance de quartier. Petite frappe en culotte courte, Shuzo pensait déjà à jouer dans la cours des grands, ne ce souciant guère des tracas qu'il apportait à sa famille ni du piteux modèle fraternel qu'il offrait à Naoki, son frère cadet, et à Saeko, sa jeune sœur. Égoïste. La seule chose qui lui importait à l'époque était de s'amusait et de prouver à ses « amis » qu'il n'était pas le petit bébé du groupe, comme ils se plaisaient tous de l'appeler. Ça a commencé par des dégradations de bien dans les parcs publiques, des petits vols à l'étalage sur les présentoirs extérieurs des combini, des bagarres.... encore et toujours..... et cette moto qu'il avait volé une fois pour l'abandonner plusieurs heures après dans le quartier de Shinjuku. Il aurait pu mettre sa vie en danger sur cette fameuse moto. Il aurait pu avoir un accident ou mettre la vie d'autrui en péril. Mais ça n'avait pas eut d'importance à l'époque.

Quand son père avait eut vent de son comportement, il s'était laissé allé à la colère et avait giflé Shuzo pour la toute première fois de sa vie. Une claque monumentale qui avait projeté le jeune garçon fautif contre le sol. Shuzo en avait été choqué. Choqué aussi d'entendre son père lui hurler dessus qu'il faisait le déshonneur de sa famille. Choqué encore plus, de le voir commencer à tousser du sang et à s'étouffer sans réussir à reprendre sa respiration. Cela avait fait l'effet d'une seconde gifle à Shuzo. Une gifle bien plus douloureuse que la première. Il prenait conscience de tout les tracas qu'il causait à ses parents qui pourtant, n'avaient jamais cessé de lui apporter amour et affection. C'était eux qui l'avaient inscrits dans le Dojo Kumako pour qu'il puisse se canaliser en apprenant le karaté. Pourtant, Shuzo le savait, ce dojo à lui tout seul creusait un joli trou dans le budget de la famille déjà pas fleurissant. Seul son père travaillait en tant qu'éditeur alors que sa mère restait à la maison pour s'occuper de l'éducation des enfants. Fallait-il vraiment qu'ils l'aiment pour faire un tel sacrifice financier afin d'assurer le bonheur de leur fils aîné

Au moins, cet épisode avait eut le don de remettre Shuzo sur le droit chemin. Fini les conneries. Il s'était mit à étudier de façon studieuse au collège Teiko où il était inscrit. Cela lui avait permis de décrocher des bourses d'études et son poste de capitaine au club de basket. La maladie de son père, malheureusement, mit un terme précipité à son cycle de collège qu'il dut quitter dés la fin de sa troisième année.

Les bagarres.... Shuzo ne se bagarraient plus depuis l'incident de la moto volée. Cela lui était arrivé une fois à Los Angeles, quand il avait fait la connaissance de Tatsuya et que ces deux derniers s'étaient élancés au secours de Mike, un gamin qui avait aidé Shuzo à son arrivée aux états unis. Mais depuis, Nijimura n'avait plus levé la main sur qui que ce soit.... avant aujourd'hui.

Assis sur le banc qu'il avait trouvé, Shuzo se passait la main sur sa mâchoire frappée et devenue douloureuse. Elle devait être rougie et enflée..... Une goûte de sang tomba sur le sol et il se ressuya le nez d'un revers de manche, tâchant au passage son sweat qui était l'un de ses préférés. Tant pis... il irait en racheter un dés qu'il aurait un peu plus les moyens.

-Question stupide. Car t’étais dans une situation urgente ? Et que j’aime pas voir les gens se faire agresser ? Je ne me suis pas senti obligé, c’est juste mon devoir en tant qu’être humain. Mon grand –père m’a toujours dit d’aider son prochain. Tu étais dans une mauvaise situation, je n’ai fait qu’intervenir pour t’aider à reprendre cette enveloppe qui a l’air importante on dirait.

Le grand mec aux cheveux blonds avaient prit place sur le banc, s'asseyant à coté de lui. Shuzo avait relevé doucement la tête vers lui pour le regarder du coin de l’œil avec un peu de méfiance. Il ne le connaissait pas et il savait d'expérience qu'il devait se méfier de ce genre de lascar qui vient prêter main forte mais qui peut rapidement te faire payer cette aide pas si gratuite que ça finalement....

Toutefois Wakamatsu, vu que c'était son nom, paraissait assez sincère. Il avait un visage plutôt sympathique malgré son aspect revêche. Il ne rechignait pas à discuter et à expliquer son geste de la façon la plus sympathique qui soit, comme ci ce qu'il avait fait était tout ce qu'il y avait de plus naturel. Pourtant... ce qui aurait été naturel, c’est qu'il tourne la tête et laisse Nijimura à son triste sort...

-Tu dois vraiment tenir à cette enveloppe … Quand tu te battais tu étais impressionnant je dois le reconnaître. Tu n’en es pas à ta première bagarre, je me trompe ?


Shuzo fit un signe de tête affirmatif. Il prit une inspiration avant d'ouvrir avec lenteur l'enveloppe dont il était question. Après tout, Wakamatsu venait de se faire péter la gueule pour l'aider, il pouvait bien lui montrer la raison des coups qu'il venait d'encaisser.

Shuzo renifla et s'essuya le nez une nouvelle fois d'un revers de manche. Il n'avait pas de mouchoir et il aurait été regrettable que du sang vienne entacher les précieuses planches qu'il avait entre les mains. Shuzo les extirpa doucement de l'enveloppe kraft avant de les tendre à Wakamatsu

« Mon père est éditeur. Je dois déposer ses planches au Jump... C'est le prochain chapitre d'une nouvelle série qui doit débuter dans le magazine la semaine prochaine... Ce sont les planches originales et il n'y a pas de copie....Si je les paume, c'est tout le travail du mangaka qui tombe à l'eau. Sans parler de la carrière de mon père..... en gros, c'est mon arrêt de mort »


Shuzo laissa Wakamatsu regarder les planches et il lui tendit l'enveloppe pour qu'il les range à l''intérieur quand il aurait terminé. Le manga promettait d’être un véritable succès. Si l'intuition de Shuzo ne le trompait pas à ce sujet, c'était une jolie prime qui allait tomber dans les poches de la famille tous les mois ! Du moins... tout le temps que l'histoire serait publiée dans le Jump... C'est que la vie de mangaka, tout comme celle étroitement liée son éditeur, dépendait du bon vouloir des lecteurs et des différents classements complexes dont ils étaient les seuls juges.... Difficile d'avoir une quelconque emprise sur eux ou de se projeter dans un avenir éloigné.

« Je me battais souvent avant. J'étais.... ouais... j'étais un peu un bad boy... non pas que je m'en vante. J'aurai même préféré ne jamais faire ce genre de chose... mais voilà. C'est comme ça »


Encore ce sourire. Décidément Wakamatsu ne semblait pas ressembler à un mec qui vient de se prendre un marron. Au contraire, malgré ses vêtements amochés et son visage sali par la poussière et les coups, il avait l'air étonnamment calme. Ça déstabilisa un peu Shuzo...

-On devrait aller soigner cela … Ton visage en a pris un sacré coup je dois l’avouer …

Nijimura haussa les épaules. A quoi bon soigner son visage meurtri. Le plus important était de se débarrasser de cette putain d'enveloppe. Le reste des soins pouvaient attendre d’être de retour chez lui. D'ailleurs, ses parents allaient faire une drôle de tête en le voyant arriver comme ça. Ils allaient être morts d'inquiétude pour sa santé. Peut être aussi inquiets de le savoir retombé dans ses anciens travers …. Shuzo n'aurait pas pu leur en vouloir de penser à ce genre de chose

« Tu ferais pas mal de t'occuper de toi avant tout.... ils t'ont pas loupé non plus je signale.... »


L'arcade sourcilière droite de Wakamatsu semblait notamment avait prit un sacré coup. Shuzo savait que cet endroit saignait rapidement et abondamment mais il n’empêchait que la coupure n'était pas belle à voir. Des points de sutures seraient peut être même nécessaires.... enfin... il n'en savait rien. Après tout il n'était pas médecin....

Un sentiment de culpabilité ne pouvait s’empêcher de s'emparer de lui. Ce mec avait salement dérouillé parce qu'il avait tenu à lui venir en aide....

« Je vais te conduire à l’hôpital... C'est plus prudent je pense »

Il venait à peine de finir sa phrase quand quelque chose au loin l'interpella. Les trois brutos avec qui ils venaient de se friter étaient de retour dans le parc accompagnés de plusieurs de leurs amis. Leur mine patibulaire n'augurait rien de bon et les barres de fer dont ils semblaient s’être armés présageaient un passage à tabac plus que douloureux

« Putain! »


Shuzo bondit sur ses pieds comme s'il venait de se brûler. Il commença à courir tout en hurlant à Wakamatsu d'en faire de même !

« FAUT QU'ON S'ARRACHE !!! MAGNE TOI ! »

Ignorant la douleur de sa jambe et de tout son corps meurtri pas les coups, Shuzo courrait aussi vite qu'il le pouvait. Son souffle s’accélérait tout comme les battements de son cœur. Il n'avait pas envie, mais alors pas du tout, de se prendre des coups de latte de fer de dans la tronche ! La baston la plus douloureuse à laquelle il avait participé était celle avec Tatsuya et, bien qu'habitué, Shuzo en gardait encore maintenant un souvenir amer. Aucune envie de renouveler l'expérience !

L'enveloppe lui glissa des mains pour s'échouer par terre

« Putain de merde ! »

Il fit demi tour pour reprendre son bien avant de courir de nouveau pour rejoindre Wakamatsu, la horde de loubards courant à leur trousse

« On est mal là...... »

Tout d'un coup une idée venait de traverser l'esprit de Shuzo. Il attrapa vivement le bras de Wakamtasu et tourna la tête en arrière pour voir qu'ils avaient pris suffisamment d'avance sur leurs assaillants. Nijimura tira Wakamatsu dans une ruelle sombre qui tournait en angle droit sur la gauche. Sans attendre sa désapprobation, il ouvrit le couvercle d'une grande poubelle benne de couleur verte avant de sauter dedans et de regarder son camarade

« Allez ramène toi la dedans ! C'est ça ou on se fait casser la gueule! Mais si tu veux la seconde option t'es gentil tu m’entraîne pas la dedans, je suis bien dans ma poubelle ! »


Jamais Shuzo n'aurait cru être capable de dire une telle chose.... comme quoi des fois, le stresse et l’adrénaline faisait dire n'importe quoi.

Il attendit que le blond le rejoigne avant de fermer le couvercle sur eux et de plaquer sa main sur la bouche de Wakamatsu. Il murmura tellement bas que l'on entendait à peine le son de sa voix contrairement à celles des loubards qui hurlaient et se rapprochaient dangereusement

« Chut.... pas un bruit.... »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tôo
avatar



Informations Féminin Messages : 69
Date d'inscription : 30/07/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: Code couleur parole

RP terminés: 0

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]   27.08.15 20:59



"Agression est-il synonyme de rencontre ?"
Feat Nijimura ♥



Jamais le blond n’aurait pensé rencontrer un type comme lui. Surtout en revenant de son achat de téléphone portable. Malgré tout, cette bagarre lui avait permis d’un côté de pouvoir se défouler un petit peu. Et le résultat avait l’air plutôt positif étant donné que son acolyte était parvenu à récupérer l’enveloppe sans réels dégâts.

Le visage des deux garçons étaient maintenant bien arrangés c’était le cas de le dire ! Le nez du brun saignait et il n’avait apparemment aucun moyen de stopper le saignement. Aussitôt, Kosuke sortit de la poche intérieure de sa veste un mouchoir en tissu non utilisé et le lui tendit. Il n’avait que ça mais le blond considérait que cela suffisait pour le moment. Ce n’était pas comme s’il s’agissait d’une hémorragie après tout.

« Mon père est éditeur. Je dois déposer ses planches au Jump... C'est le prochain chapitre d'une nouvelle série qui doit débuter dans le magazine la semaine prochaine... Ce sont les planches originales et il n'y a pas de copie....Si je les paume, c'est tout le travail du mangaka qui tombe à l'eau. Sans parler de la carrière de mon père..... en gros, c'est mon arrêt de mort »

Ah, il comprenait beaucoup mieux à présent. Il était vrai que si cette enveloppe était perdue ou bien encore déchirée, ce n’était pas sans conséquences que ce soit ici pour le mangaka ou pour son paternel. Honnêtement, c’était la première fois que Kosuke voyait de véritables planches et il était en totale admiration. Des originales en plus ! Le travail de mangaka était vraiment quelque chose qu’il fallait traiter avec respect.

-Effectivement, je comprends beaucoup mieux … En plus il n’y a pas de copie et si jamais c’était arrivé … Nan j’aimerais même pas y penser ! En plus le Jump quoi … c’est pas n’importe quel magazine ! Personnellement je l’achète tout le temps donc.

Les mains du grand pivot parcoururent les planches une à une d’un œil admiratif et il se saisit par la suite de l’enveloppe pour les remettre à l’intérieur soigneusement. Quel travail … il n’en revenait toujours pas. Il allait donc pouvoir le lire dans le prochain Jump calmement chez lui comme à son habitude.

« Je me battais souvent avant. J'étais.... ouais... j'étais un peu un bad boy... non pas que je m'en vante. J'aurai même préféré ne jamais faire ce genre de chose... mais voilà. C'est comme ça »

-Je vois que tu n’es pas du genre à t’en vanter. Et c’est bien justement. Comparé à ces mecs de tout à l’heure qui prennent la baston comme un jeu …

Mais maintenant il fallait le plus rapidement possible soigner ces plaies. Même si ce n’était pas hyper urgent, ce n’était pas une raison. Le haussement d’épaule du brun fit soupire le blond assis à côté de lui. Il était têtu ou quoi ? Sûrement. Mais bon … d’un autre côté le Wakamatsu n’était guère mieux. Même s’il faisait semblant de rien en souriant on pouvait voir clairement apparaître ses diverses blessures sur son visage mais également à ses mains.

« Tu ferais pas mal de t'occuper de toi avant tout.... ils t'ont pas loupé non plus je signale.... »

Et Nijimura l’avait bel et bien remarqué. Le pivot de Tôô avait conscience d’avoir été blessé à l’arcade sourcilière. Il saignait aussi d‘ailleurs mais ce n’était pas pour autant qu’il s’en inquiétait. Il avait tendance à penser aux autres avant de penser d’abord à lui-même. Il savait que ce n’était pas ce qu’il y avait de mieux et pourtant ses amis et ses proches passaient avant tout. C’était plus fort que lui.

-Hum ... c’est pas si important que ça. J’suis pas fait en mousse t’en fais pas ! Il m’en faut beaucoup plus pour tomber raide à terre !, s’exclama-t-il avec toujours un petit sourire.

« Je vais te conduire à l’hôpital... C'est plus prudent je pense »

L’Hôpital ? Kosuke détestait cet endroit … C’était là où ils avaient diagnostiqué une maladie d’origine inconnue pour sa mère. Cette dernière présentait en effet quelques symptômes, ces derniers étant apparus subitement. Apparemment cela n’était pas mortel mais Kosuke détestait voir sa mère parfois allongée toute la journée dans le canapé pour tenter de se reposer. Et puis cet endroit puait les médicaments et les médecins, surchargés de travail.

-N-Non ce ne sera pas nécessaire je t’assure !, s’écria-t-il secouant ses mains devant son visage.

Le blond essaya de calmer les battements rapides de son cœur tandis que Nijimura regardait derrière lui. Et vu sa tête cela ne présageait rien de bon, au contraire ! Le plus grand tourna la tête en direction du regard de sa nouvelle connaissance et fit des yeux ronds. Des mecs baraqués et armés de barres en fer venaient de faire interruption dans le parc en compagnie des trois jeunes qui les avaient agressaient précédemment. Et merde !
A son tour, l’imposant basketteur se leva précipitamment du banc. Sans attendre plus longtemps les deux adolescents se mirent à courir. Il fallait se tirer au plus vite !

-La merde bordel ! Ils ont rameuté des gars avec eux ces connards ! En plus des barres en fer ! ILS VEULENT NOUS TUER OU QUOI PUTAIN ?!

Dans leur course, les deux garçons perdirent l’enveloppe précieuse. Le blond vit que Niji faisait demi-tour et donc continua à courir ralentissant un peu le rythme afin que le brun le rattrape. Seulement voilà, les gars commençaient déjà à les rattraper et pas qu’un peu.

-Oh oui tu l’as dis …

Il n’eut pas le temps de dire plus que la main de Shizo s’empara du bras de Kosuke afin de l’entrainer dans une ruelle sombre. Gloups … Triste décors mais le jeune homme n’était pas au bout de sa peine. Oui car l’adolescent en face de lui venait de sauter dans une grande poubelle verte.

« Allez ramène toi la dedans ! C'est ça ou on se fait casser la gueule! Mais si tu veux la seconde option t'es gentil tu m’entraîne pas la dedans, je suis bien dans ma poubelle ! »

-J’suppose qu’on a pas le choix alors je te suis !

Un peu répugné, le Wakamatsu grimaça et secoua sa tête de droite à gauche pour finir par fermer les yeux et sauter à son tour dans la poubelle. Bon, il y avait mieux comme endroit niveau odeur. Mais là la situation urgeait.
Il n’eut même pas le temps de s’exprimer que le brun lui coupa la parole avec sa main sur sa bouche. Dans le noir, l’adolescent aux cheveux de blé tentait de parler mais se tut rapidement en entendant les bruits de pas.

-Hmpf …

Ils ne bougèrent plus pendant un moment, laissant les deux hommes dans un état de stress intense. A un moment, ayant jugé par le silence qui régnait dans la ruelle, Kosuke ouvrit tout doucement le couvercle de la poubelle. Il observa les environs et constata qu’il n’y avait personne. Ouf ! Il sortit donc de l’endroit sale et invita son nouvel ami à faire de même avant de soupirer de soulagement.

-Je crois qu’on les a semés. On va pouvoir souffler un peu j’en peux plus …

Il se tourna complétement vers lui. Maintenant ils étaient dans un état déplorable et pissaient le sang. D’ailleurs, le pivot de Tôô chassa rapidement une peau de banane qui était venu se nicher sur son épaule ainsi qu’un préservatif usagé.

-Charmant … Bon on fait quoi maintenant ? Je propose qu’on aille te soigner dans un premier temps.

Il ne lâcherait pas l’affaire, loin de là.


© Dragibus


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



InformationsMessages : 287
Date d'inscription : 01/06/2015
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]   29.08.15 17:37

...
Feat Wakamatsu Kosuke


• Agression est-il synonyme de rencontre ? •
Se vanter....

Shuzo n'avait jamais été le genre de garçon à se vanter de quoique ce soit dans la vie. Loin de lui l'envie de frimer parce que son père travaillait pour la Shueisha et les prestigieux magazine Shonen Jump, celui là même qui avait fait les beaux jours et belle réputation de nombreux mangaka. Il avait toutefois parfaitement conscience que sa place devait être enviée par beaucoup de jeunes fanatiques de ce genre de lecture. Mais Nijimura était loin d’être un otaku confirmé. Si son père ne ramenait pas le Jump à la maison toutes les semaines, Shuzo ne serait le genre de personne à aller l'acheter en librairie. Ha certes il aimait certaines séries publiées dans le magazine mais dans ce cas là il préférait attendre les volumes reliés pour pouvoir les acheter.

Wakamatsu au contraire, ne paraissait pas indifférent au monde du manga. Il venait même de lui avouer acheter le Jump tous les mois et son regard brillait d'admiration en contemplant les planches qu'il tenait entre les mains. C'est vrai que pour quelqu'un qui n'en avait pas l'habitude, ces planches pouvaient presque s'apparenter à un trésor inestimable. Pour Shuzo, c'est davantage les ennuis que la perte des planches pouvait lui créer qui les rendait inestimable....

Oh loin de lui de dénigrer le travail du mangaka ! Bien au contraire ! Pour avoir baigné dans le milieu depuis qu'il était tout petit, Nijimura savait parfaitement combien ce travail était ingrat et difficile. Il se souvenait même d'un week end particulièrement difficile où un des mangaka que son père suivait n'avait pas pu rendre son chapitre dans les temps en raison de la maladie subite d'un de ses assistants... C’était juste avant que son père ne tombe malade... Ce dernier avait demandé de l'aide à Shuzo. Père et fils s'étaient rendus dans l'atelier du mangaka pour l'aider à finir son travail avant la dead line ! Les mains noircies par l'ancre, Shuzo avait aidé à poser les trames sur les planches. Un travail pas trop difficile qui pouvait être fait pas le néophyte qu'il était à l'époque.

Depuis lors, Shuzo appréciait pouvoir donner un coup de main à son père lorsque ce dernier lui en faisait la demande. Que ce soit juste pour un travail de lecture des planches ou des storybords, pour un simple avis ou un dépannage occasionnel chez un mangaka qui était embêté. L'avantage de ce dernier cas de figure était qu'on le payait pour sa petite collaboration. Les parents Nijimura étant loin de rouler sur l'or, Shuzo ne refusait jamais quelques zens qu'on pouvait lui donner... C'était déjà ainsi avant son départ pour LA. Les quelques mois qu'il avait passé seuls sans sa famille avaient été coupés entre son emploi du temps scolaire, le club de basket, son petit baito dans une librairie et, environ une fois par semaine, son petit job d'assistant chez différents mangaka... ( le piston ca aide ! ) Dans ces conditions, il n'était plus possible de supporter en plus le travail de capitaine de l'équipe.... Mais après tout Akashi le remplaçait si bien... personne n'avait jusqu'alors trouvé quelque chose à redire à ses méthodes. Du moins tant que Shuzo était encore présent. Pour la suite, le capitaine déchu ne pouvait que supposer.

Shuzo haussa les épaules et regarda le garçon blond juste à coté de lui.

« Si t'es fan de manga... Je peux te récupérer quelques trucs intéressants.... Enfin... ce dépend quelle série est ta préférée et si c'est mon père qui s'occupe du mangaka.... tu me diras ça un de ses quatre.... »


Pour l'heure ce n'était pas ce qu'il y avait de plus important. Ce qui urgeait en revanche était l'arcade sourcilière de Wakamatsu qui pissait le sang. Ils ne l'avait pas loupé ces espèces d'enfoirés ! La colère de Shuzo montait en lui. Fallait-il être des gros cons pour venir casser la gueule à deux jeunes qui n'avaient rien demandés !

-Hum ... c’est pas si important que ça. J’suis pas fait en mousse t’en fais pas ! Il m’en faut beaucoup plus pour tomber raide à terre !,

Shuzo soupira. Il aurait volontiers donner un coup sur la tête du garçon si ce dernier ne venait pas d'en recevoir un certain nombre juste avant. Visiblement il était têtu. Pas de chance pour lui, Shuzo l'était tout autant ! La GM au complet pouvait en témoigner.

« En mousse ou pas j'en ai rien à faire. Tu vas aller te faire soigner. Tu saignes beaucoup trop ! »


La proposition d'escorte jusqu'à l’hôpital ne semblait pas de l’avis du garçon qui se mettait même à bégayer quelque peu à l'évocation du lieu. Quoi ? Il redoutait les hôpitaux ? Un grand et costaud gaillard comme lui ? Ou bien... était ce quelque chose de plus profond. Wakamatsu avait-il eut une mauvaise expérience avec les hôpitaux ? Un peu comme Nijimura d'ailleurs.... Il détestait cet endroit qui ne faisait que lui rappeler l’hospitalisation longue de son père. Le revoir allongé dans son lit médicalisé. Si faible. Si fragile. Si réduit..... Plus d'une fois Shuzo s'était imaginé ne jamais le voir sortir de cet endroit. Ou bien alors... les pieds devant. Plus d'une fois il avait pleuré silencieusement... Il avait toujours fait en sorte de se montrer fort et de ne jamais craquer devant qui que ce soit. Ni devant sa mère, déjà très affectée. Ni devant ses frères et sœurs tout aussi désespérés. Il n'y avait qu'avec Kumako qu'il avait une fois cédé à la tristesse et à la peur. Et avec Midorima.... qui l'avait surprit en pleurs un soir.....

Les mains de Shuzo se crispèrent sur ses genoux avant que les loubards ne fassent leur retour fortement armés et accompagnés. Pas le temps de s'épancher davantage sur le cas des soins à administrer à Wakamatsu ni le temps de pleurnicher sur un passé qui était révolu. Shuzo bondit sur ses pieds et s’élança dans une course folle.

L'optique de la poubelle était, certes, bien dégueulasse mais de l'avis de l'ancien capitaine, c'était leur seule et unique chance de se sortir de ce mauvais pas sans trop de casse. La perspective de se prendre des coups de latte dans la tronche ne lui plaisait pas vraiment. Aussi, il se fichait bien de devoir s’enterrer sous un tas d’immondices si cela lui permettait d’être sain et sauf pour rentrer chez lui !

-J’suppose qu’on a pas le choix alors je te suis !

Shuzo piaffa d'agacement alors qu'il lui faisait signe de se dépêcher

« Allez putain ! Magne toi le cul où ils vont nous trouver ! »

Une fois que le blond l'eut rejoint, Shuzo baissa le couvercle sur eux alors que les loubards bruyants se rapprochaient. Il plaqua sa main sur la bouche du blond pour l’empêcher de dire quoique ce soit. Son coeur battait à ton rompre. Son sang pulsait sans se tête. Shuzo avait les sens aux aguets. Stressé.... Il entendait les bruits de pas des mecs qui courraient. Il entendait leur insulte et le bruit de leurs barres de fer qu'ils faisaient résonner contre le mur des bâtiments. Nijimura serra les poings. Il priait silencieusement pour que personne ne les trouve.

Un bruit de semelle se rapprocha d'eux. La voix visiblement énervée du loubard retentit à ses oreilles

« Ils sont passés où ces deux enfoirés ! »


La poubelle subit une violente secousse et Shuzo se félicita mentalement ne de pas avoir laissé échapper un cri qui aurait pu les trahir. Visiblement, leur pauvre poubelle venait de faire les frais d'un coup de pied rageur balancé par l'un des mecs à leur poursuite. Par chance, aucun des gars ne semblaient suffisamment intelligent pour penser que Shuzo et Wakamatsu pouvaient se glisser dans une benne à ordures pour leur échapper.

Shuzo tourna la tête vers Wakamatsu dont il ne discernait que brièvement les contours du visage. Il attendit que les bruits de pas s’éloignent et que le silence ne se fasse complétement avant d'oser timidement soulever le couvercle de la poubelle. Rien à signaler. Il attendit encore un peu malgré tout par prudence avant d'ouvrir complètement le capot de la benne et de sauter par dessus pour atterrir sur ses pieds.

-Je crois qu’on les a semés. On va pouvoir souffler un peu j’en peux plus …

Shuzo posa son enveloppe avant de s’épousseter un peu. Une feuille de salade dans ses cheveux, des restes de yaourt blanchâtre sur ses vêtements..... Et ses précieuses Converses blanches aux lacets arc en ciel.... Purée ! Elles étaient bonnes pour mettre en machine ou pire, à la poubelle ! Des Converse All Stars de ce modèle là étaient introuvables au Japon ! Il avait du travailler des semaines entières pour se les payer.... Tout ça pour finir ruinées dans une benne à ordures.... Ha ça valait bien le T.shirt de Tatsuya qu'il avait craqué une fois..... Nul doute que si Shuzo venait à le mettre au courant de la mort prématurée de ses Converses, son meilleur ami d'Akita lui rétorquerait que c'était bien fait !

« Fait chier.... »

Un nouveau soupire lui échappa alors qu'il arracha son regard à la contemplation de ses baskets crasseuses.

-Charmant … Bon on fait quoi maintenant ? Je propose qu’on aille te soigner dans un premier temps.

Wakamatsu venait de retirer du bout des doigts un préservatif usagé qu'il laissa tomber au sol. Cela eut au moins le mérite de faire rire l'ancien capitaine de Teiko. Il préférait encore se retrouver couvert de yaourt avarié et de salade dont la fraîcheur était passée plutôt qu'avec une capote en latex usagée et soigneusement nouée pour ne pas se vider de son précieux liquide blanchâtre....

Reprenant son sérieux, le garçon à la chevelure d'ébène regardant son camarade de baston

« Tu veux pas aller à l’hôpital.... okay c'est ton choix ! Viens pas chialer après si ton visage d'ange a une cicatrice.... Le coté bad boy... y a que dans les shojos que ça plaît aux fille tu sais ? »

Shuzo avança pour quitter le cul de sac dans lequel ils s'étaient réfugiés. Il vérifia qu'il n'y avait rien à gauche et rien à droite de la ruelle avant de sortir entièrement. Personne. Pas de loubards énervés qui les attendaient au coin de la rue.

« J'ai pas besoin d’être soigné. Ce n'est qu'un peu de sang qui pisse du nez …. pas de quoi en faire tout un plat. En tout cas tu es têtu dans ton genre... tu me rappelle quelqu'un tiens »


Shuzo tourna la tête vers le garçon. Il mit ses mains dans ses poches après avoir coincé l'enveloppe entre son bras et son corps

« Un certain Aomine.... Je te le présenterai à l'occasion un de ses quatre, je suis sure que vous allez très bien vous entendre ».... avait-il dit sur un ton qui flairait à plein nez l'ironie.

Nijimura leva la tête. Dans sa course folle il avait oublié de regarder où il se rendait et depuis son retour à Tokyo il n'avait pas complètement retrouvé son sens de l'orientation. La ville, bien que fondamentalement la même, avait malgré tout changée de visage dans certains quartiers

« Tu sais où il est le bâtiment de Shueisha ? On va déjà aller déposer cette enveloppe.... Et après je t'offre un coup à boire quelque part pour te remercier de m'avoir filé un coup de main. Enfin.... si tu as rien de mieux à faire que traîner avec moi... »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tôo
avatar



Informations Féminin Messages : 69
Date d'inscription : 30/07/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: Code couleur parole

RP terminés: 0

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]   30.08.15 19:59



"Agression est-il synonyme de rencontre ?"
Feat Nijimura ♥



Le préservatif usagé … Non mais sérieusement, le basketteur de Tôô n’avait vraiment pas de chance pour tomber sur un tel objet. Et encore ! Il avait eu de la chance ! Encore un peu et si la capote craquait le jeune homme était mal. Très mal. Il fallait dire qu’avoir ce liquide blanchâtre sur ses épaules qui coule le long de son bras et de son torse n’était pas une bonne image. Cela le dégoutait totalement ! Dire qu’un mec X avait mis cela sur son … beurk ! Le blond frissonna rien qu’à cette pensée ignoble.

« Tu veux pas aller à l’hôpital.... okay c'est ton choix ! Viens pas chialer après si ton visage d'ange a une cicatrice.... Le coté bad boy... y a que dans les shojos que ça plaît aux fille tu sais ? »

Plaire aux filles ? Kosuke haussa un sourcil, fixant son interlocuteur. Les filles … Pour l’instant il ne s’intéressait pas du tout à l’amour et de toute manière il manquait d’une totale confiance en lui pour ce genre de choses. Et d’où il avait un visage d’ange ? Son petit frère ne cessait pas de lui dire qu’il ressemblait à un gorille, avec sa carrure en plus ça n’était pas complétement faux. Et même, sans avoir réellement pourquoi il ne se trouvait pas spécialement beau, au contraire. Cela expliquait pourquoi aucune fille n’était venue vers lui.

-J’ai pas un visage d’ange … Tu dois avoir des problèmes de vue mec, ria-t-il. Je ne cherche pas du tout à plaire, je m’en fiche des filles. Le basket, c’est ce qui compte le plus pour moi pour l’instant. L’amour … on va dire que ça passe après pour le moment.

Le Wakamatsu laissa Shizo vérifier l’absence de leurs agresseurs en dehors de la ruelle. Ne le voyant pas vraiment réagir, Kosuke en vint à la conclusion qu’il n’y avait plus aucun danger et sortit à son tour plissant les yeux à la lumière du soleil. Enfin ! Ils étaient tranquilles et pouvaient à présent souffler un coup.

« J'ai pas besoin d’être soigné. Ce n'est qu'un peu de sang qui pisse du nez …. pas de quoi en faire tout un plat. En tout cas tu es têtu dans ton genre... tu me rappelle quelqu'un tiens »

-Je dirais que tu n’as pas le nez dans un état déplorable mais bon … Tu fais ce que tu veux aussi hein ! Mais je te rappelle qui ?, le questionna-t-il tout de même curieux.

A son tour, le blond mit ses mains dans ses poches se mettant aux côtés du brun. Têtu … ses parents le lui disaient souvent quant aux différentes réflexions que le lycéen leur faisait. Et malheureusement il n’y avait pas qu’eux mais aussi ses coéquipiers de Basketball. Oui parce que en plus d’être gueulard, le fait qu’il soit têtu faisait aussi partit de ses défauts. Le pauvre.

« Un certain Aomine.... Je te le présenterai à l'occasion un de ses quatre, je suis sure que vous allez très bien vous entendre ».

Euh, que venait-il de dire là ? Ce prénom … Non … Ce n’était pas possible … Il connaissait cet enfoiré d’Aomine ?! Que le monde était petit ! Kosuke le fixa avec un regard colérique et serra ses poings contre ses hanches. Il était énervé maintenant. Dès qu’il entendait ce prénom, son sang ne faisait qu’un tour et quelques veines venaient pulser au niveau de son front.

-Tu connais ce fainéant … J’y crois pas sérieux … Hahaha je le connais déjà ! Et non on s’entend pas du tout bien !, s’exclama-t-il.

Un rire ironique sortit de sa bouche tandis qu’il tentait de se calmer.

-Aomine Daiki. Ancien joueur de la Génération Miracle. Il est membre entre guillemets dans mon club de Basket à Tôô. C’est l’As de notre équipe comme le dit si bien Imayoshi-san. Certes il est fort mais son comportement laisse à désirer !

Oui, il avouait que le bronzé était puissant dans ce sport. Le nier aurait été un pur mensonge, or le blond détestait mentir. Il devait bien ces paroles à Nijimura, ce dernier s’occupant de regarder les alentours pour voir où ils étaient exactement.

« Tu sais où il est le bâtiment de Shueisha ? On va déjà aller déposer cette enveloppe.... Et après je t'offre un coup à boire quelque part pour te remercier de m'avoir filé un coup de main. Enfin.... si tu as rien de mieux à faire que traîner avec moi... »

Cet adolescent était vraiment sympathique. Lui proposer de venir boire un verre toucha le blond qui sourit à ces dires.

-Oui je sais, je connais assez bien ces coins. T’es vraiment sympa comme mec ! Je ne refuse pas dans ce cas, je n’ai rien du tout à faire. Je vais juste envoyer un message à ma mère comme je lui avais dit que je rentrerais aussitôt mon nouveau portable acheté.

Il sortit alors immédiatement son ancien cellulaire et tapa un petit texte, son sourire ne quittant absolument pas son visage de gros nounours. Une fois le message envoyé, Kosuke lui désigna une rue avec son doigt.

-C’est par là, suis moi.

Il emboîta le pas, gardant ses mains dans ses poches.
De temps en temps, le jeune homme jetait des coups d’œil discrets au plus petit. Il s’assurait que l’état de santé de ce dernier ne se dégradait pas. Mais lui aussi méritait un œil observateur sur lui. Son arcade sourcilière commençait à lui faire mal et la douleur se propageait à petit feu dans sa tête. Il grimaça en plaçant sa main dessus et y remarqua du sang séché mélangé à un liquide rougeâtre plus « frais ». Aie aie …

-En fait je pense que t’as raison … faudrait que j’aille à l’hosto ça commence à me faire un mal de chien !

Mais il continua à marcher vers leur objectif qui n’était plus très loin.

-C’est encore à cinq minutes de marche.

L’adolescent au mètre quatre-vingt-treize ne cessait de toucher sa blessure, étant un peu inquiet tout de même. C’était foutu, ils ne pourraient pas aller boire un coup il fallait soigner cette plaie le plus vite possible.

-Nous y voilà. Je t’en prie fais ton affaire.

Il attendit que le brun s‘exécute et se posa contre le mur du bâtiment. Dire que Nijimura lui avait fait une telle invitation et qu’au final il allait devoir la refuser pour soigner cette maudite plaie !



© Dragibus


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



InformationsMessages : 287
Date d'inscription : 01/06/2015
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]   04.09.15 9:23

...
Feat Wakamatsu Kosuke


• Agression est-il synonyme de rencontre ? •

- J’ai pas un visage d’ange … Tu dois avoir des problèmes de vue mec, ria-t-il. Je ne cherche pas du tout à plaire, je m’en fiche des filles. Le basket, c’est ce qui compte le plus pour moi pour l’instant. L’amour … on va dire que ça passe après pour le moment.

Tiens donc....

A croire que tout dans sa vie tournait autour de ce sport... Shuzo avait l'impression que n'importe où il se rendait, le ballon orange le suivait à la trace. C'est en grande partie grâce à son investissement dans le club de basket de Teiko que Shuzo avait laissé tomber ses mauvaises fréquentations et ses sales habitudes de petites frappes de quartier.

Lorsqu’il avait quitté le Japon pour se rendre aux Etats Unis, c'est une nouvelle fois avec un passionné de basket qu'il s'était lié d'amitié. Une amitié tellement forte d'ailleurs que Tatsuya Himuro était devenu son confident et ami le plus proche. C'était le genre de rapprochement qui ne s'expliquait pas. Ils avaient le même âge, la même passion, le même caractère à bien des niveaux. Ils aimaient se retrouver sur un terrain de street pour échanger quelques ballons. Ils aimaient passer du temps ensemble à des soirées avec les potes qu'ils avaient en commun. Tatsuya lui parlait de sa petite sœur spirituelle, Amy, et de son dadais de frère de cœur, Kagami.... Tous deux pratiquants le basket également.

La surprise avait été de constater qu'à son retour au pays, c'est dans le lycée Yosen d'Akita que Tatsuya s'était inscrit. La froideur de cette ville du nord allait radicalement le changer de la chaleur presque tropicale de Los Angeles. Mais pire encore ! Il allait devoir se coltiner Murasakibara Atsushi dans son équipe. Haa... Pour l'avoir fréquenté pendant plusieurs années, Shuzo savait que le pivot n'était pas quelqu'un de bien méchant. Il suffisait simplement de savoir comment le prendre pour obtenir de lui ce que l'on désirait. C'était en quelques sortes un grand enfant !

Le basket toujours, qui semblait guider le moindre de ses pas. Comment penser que sa rencontre avec Wakamatsu n'était que le fruit d'un hasard farceur. Comment aurait dit Midorima déjà ? Ha oui ! Nanodayo ! Un petit sourire étira les lèvres de l'ancien capitaine de Teiko alors que Wakamatsu restait campé sur ses positions et sur son refus catégorique de se faire soigner. Imbécile têtu !

Alors quand Nijimura évoqua le nom d'Aomine et que Wakamatsu s'écria déjà le connaître, le brun ne put que soupirer face à ce destin bien décidé à lui faire un pied de nez. Le hasard n'existe pas dans ce monde... il n'y a que la fatalité. C'était une façon eu peu triste d'imaginer la vie mais plus celle-ci s'écoulait et plus Shuzo avait l'impression d'avancer sur des chemins balisés par avance sur lesquels il n'avait aucune emprise et aucun contrôle. Les choix, les décisions, les doutes..... Il était persuadé qu'en définitive, toute sa vie était déjà tracée et qu'elle ne ferait que le conduire à un seul et unique objectif vers qui tout convergeait : le basketball.

Toutefois, la description que Wakamatsu faisait d'Aomine n'était pas du tout celle que Shuzo gardait en mémoire quand il pensait au prodigieux joueur de Teiko. Fainéant ? Aomine Daiki ? Un sourire presque narquois se dessinait sur son visage. De son temps, il n'y avait pas plus bosseur que lui ! Il restait très souvent le soir au gymnase pour s’entraîner encore plus que les autres. De tous, il était aussi le plus passionné. Le basket rythmait sa vie et c'était un quasi besoin vital chez lui.

Oh certes Shuzo avait bien remarqué que son regard n'était plus le même, que son sourire avait laissé place à une mine indifférente et blasée. Il ne pouvait qu'imaginer ce qui s'était produit.

« Aomine n'a pas toujours été tel que tu le décris. Quand on jouait ensemble, il aimait le basket plus que tout au monde. Un vrai passionné. Bien plus que nous tous. Plus que moi même aussi... »


Shuzo tourna la tête vers le blond qu'il regardait simplement. Il haussa les épaules avant de reporter ses yeux vers la ville qui s'offrait devant lui. Tokyo avait si peu changée. Au loin, on pouvait voir les deux tours du palais du gouvernement alors qu'a droite, la toiture atypique de la Diète se découpait à l'horizon.

« Ton capitaine a raison. Peu importe son équipe, Aomine sera toujours l'as de celle-ci. C'était déjà le cas du temps de Teiko... Mais as ou non, ce n'est en aucun cas une raison pour faire l'impasse sur un comportement déplacé... »

Shuzo ne remettait pas en doute les méthodes du capitaine actuel d'Aomine. Il ne le connaissait pas et loin de lui l'envie de porter un jugement sur sa façon de procéder. Daiki avait tellement changé que Nijimura ne savait même pas s'il serait capable de réussir à le gérer s'il devait encore l'avoir sous son aile en tant que joueur de la même équipe. Mais il osait espérer que son autorité de jadis ne serait pas contestée... Ou bien il userait de ses poings et de ses pieds pour lui faire comprendre qui était le capitaine ! Après tout, ça avait plutôt bien fonctionné sur Haizaki avant non ?

Shuzo resta silencieux quand Wakamatsu le guida dans les rues de la ville pour le conduire jusqu'au bâtiment de la Shueisha, maison d'édition pour laquelle son père travaillait.

Il jetait de temps en temps des petits coups d'oeil vers Wakamatsu qui ne cessait d'appuyer sur sa blessure encore légèrement suintante.

-En fait je pense que t’as raison … faudrait que j’aille à l’hosto ça commence à me faire un mal de chien !


Shuzo leva les yeux en l'air avant de le regarder. Évidemment qu'il devait aller a l'hosto ! Ils allaient désinfecter ça, mettre quelques strippes et hop s'en serait finis des soins ! Pas de quoi en faire toute une histoire...

Néanmoins la curiosité de Nijimura était piquée au vif. Il tourna la tête dans la direction du garçon blond pour lui poser la question qui lui brûlait les lèvres

« Pourquoi tu n'aimes pas aller à l’hôpital ? Tu as peur ? Ou bien.... autre chose de plus personnel ? Tu n'es pas obligé de répondre si tu n'en a pas envie... »

Un soupire long et las échappa à Shuzo. Il donna un petit coup de pied dans un gravier qui roula sur le trottoir avant de s'échouer dans le caniveau. Il avait besoin de dire à Wakamatsu de se faire soigner, lui même était dans un état peu reluisant nécessitait quelques soins premiers et une osculation pour s'assurer qu'aucune blessure interne n'ait été causée.

« Je n'aime pas les hôpitaux car j'y ai passé beaucoup trop de temps ces derniers années. Mon père était gravement malade. Le genre de maladie chronique qui ne guérira jamais vraiment. Nous avons du le faire hospitaliser dans un autre pays... »


Nijimura ne savait pas trop pourquoi tout d'un coup il se mettait à parler de ça. Ce n'était pas le genre de détail dont on aimait habituellement se vanter mais Wakamatsu avait l'air d’être un mec assez sérieux et attentif sous ses aspects bourrus.

Gardant ses mains dans ses poches, Nijimura continua ses confidences. Il lui semblait nécessaire d'apporter une petite précision pour que Wakamatsu prenne conscience de la relation que Shuzo avait entretenu autrefois avec Aomine et avec ce sport qu'ils aimaient en commun

« Je suis l'ancien capitaine du club de basket de Teiko... Juste avant « la Génération Miracle ». J'ai qui cédé mon poste à Akashi afin de partir en Amérique pour soigner mon père. »

Cela aurait pu paraître pompeux de se présenter ainsi mais ce n'était pas pour se faire mousser, bien au contraire, que Shuzo avait apporté ce détail à la connaissance de Wakamatsu. Les paroles de Midorima ne cessaient de lui revenir à l'esprit « tu nous a quitté quand on en avait le plus besoin ».... Comment ne pas être rongé par les regrets ? Par la culpabilité ? Peut être qu'Aomine ne serait pas aussi fainéant et capricieux si Shuzo était resté pour les épauler et les aider.... Ce n'est qu'à travers cette tirade blessante de Shintaro que Nijimura prit pleinement conscience de la place qu'il occupait au sein de cette fameuse équipe pas encore si miraculeuse. Pas un capitaine.... Mais plus comme un grand frère... Une personne sur qui les joueurs pouvaient compter.... Et sur qui les joueurs comptaient.... avant d’être abandonnés

Une fois arrivé devant le bâtiment, Shuzo leva les yeux pour regarder l'impressionnant immeuble. Ici se regroupaient éditeurs, jeunes dessinateurs venant déposer leur manga avec l'espoir d'une publication prochaine, mangaka professionnels qui faisaient quelque fois le déplacement pour des réunions importantes....

Nijimura prit l'enveloppe dans sa main et fit un signe au blond

« J'en ai pas pour longtemps »

Il monta les marches et se rendit à l'accueil où une jeune fille se tenait derrière le bureau. Elle adressa un sourire au garçon mais son visage fut empreint d'un certain malaise quand elle constata l'état du visage de Shuzo

« Bonjour. Vous allez bien ? »

Shuzo acquiesça d'un signe de tête

« Bonjour. Je vais bien merci. Je viens déposer ceci pour Monsieur Matsumoto. C'est le premier chapitre d'un manga dont mon père lui a parlé pour le prochain numéro du Jump »

La jeune femme qui connaissait Shuzo pour l'avoir déjà rencontré une ou deux fois lorsqu'il venait apporter ce genre d'enveloppe, le remercia avec un sourire. Elle lui assura que l’enveloppe serait bien transmises à son destinataire et elle lui demanda de passer ses salutations à son père

« Je n'y manquerai pas. Merci, à bientôt »

Shuzo s'inclina dans une courbette polie avant de se retourner pour aller rejoindre Wakamatsu qui attendait patiemment qu'il ait terminé

« Voila. Excuses moi pour le dérangement. Du coup, on va passer dans un dispensaire tout de suite et on ira boire un verre après. Ca te va toujours ? »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tôo
avatar



Informations Féminin Messages : 69
Date d'inscription : 30/07/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: Code couleur parole

RP terminés: 0

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]   04.09.15 13:18



"Agression est-il synonyme de rencontre ?"
Feat Nijimura ♥



« Aomine n'a pas toujours été tel que tu le décris. Quand on jouait ensemble, il aimait le basket plus que tout au monde. Un vrai passionné. Bien plus que nous tous. Plus que moi même aussi... »

Aomine ? Passionné par le basket ? Hum … Lorsqu’on voyait l’as de Tôô aujourd’hui ce n’était pas du tout le cas. Cet air nonchalant, cette voix morne sans sentiments … Kosuke avouait que voir l’adolescent dans cet état ne le motivait guère. Il était leur As. Leur point fort. Et pourtant, ce dernier ne venait jamais s’entraîner sous prétexte être déjà assez puissant. La blague. Le pivot savait très bien que s’il continuait comme cela la défaite n’allait pas tarder. Mais peut être fallait-il ça pour que le bronzé se rende compte que son comportement n’était pas le bon.
Perdre … cette idée ne plaisait pas vraiment au Wakamatsu. Il refusait catégoriquement et pourtant … Il avait encore un an comparé à ses sempais qui eux en étaient à leur dernière année. Le blond soupira. Quelle situation compliquée.

-Sérieux ? Ça parait impossible vu comment il est maintenant …

C’était vrai qu’il avait oui dire qu’à Teikou, le basané n’était pas du tout pareille. Limite, il était le contraire d’aujourd’hui. C’en était presque effrayant quand il y pensait. Aomine souriant, motivé et de bonne humeur … c’était une facette que Kosuke ne connaissait pas du tout et il avouait qu’il était curieux de le voir comme cela. Peut-être que leur relation serait plus positive ? Hum … le géant n’en était pas tout à fait certain.

« Ton capitaine a raison. Peu importe son équipe, Aomine sera toujours l'as de celle-ci. C'était déjà le cas du temps de Teiko... Mais as ou non, ce n'est en aucun cas une raison pour faire l'impasse sur un comportement déplacé... »

-C’est dur à dire mais j’avoue qu’il est très fort. Il se permet de casser nos paniers et de piquer la nourriture de ce pauvre Sakurai … Non mais sérieux !

Il pouvait parler ! Lui-même goûtait parfois à cette bonne nourriture faite avec amour, mais avec sa permission. Ce qui faisait toute la différence. Cependant, il était vrai que la cuisine de Satsuki, leur manageuse, laissait à désirer. Après tout lorsque le pivot sentait l’odeur, et rien que ça, des nausées lui montaient aussi facilement qu’il respirait. Apparemment la coach de Seirin était dans le même bateau que la rose. Les pauvres. Il les comprenait parfaitement. Maintenant, Kosuke faisait tout pour éviter de manger ces substances bizarres. Malheureusement parfois en vain.
La douleur que lui procurait son arcade sourcilière le fit sortir de ses pensées. Quelle plaie ! Il allait devoir se justifier auprès de sa mère qui allait encore lui dire qu’il avait joué aux héros. Mais le blond s’en foutait royalement. Du moment qu’il était venu en aide à quelqu’un en difficulté peu lui importait. Le pivot pouvait maintenant sentir le regard de Nijimura dans sa direction ce qui le mit un peu mal à l’aise.

« Pourquoi tu n'aimes pas aller à l’hôpital ? Tu as peur ? Ou bien.... autre chose de plus personnel ? Tu n'es pas obligé de répondre si tu n'en a pas envie... »

L’hôpital … Rien que ce mot le répugnait. Il soupira avant de poser ses yeux sur le brun. Il n’était pas obligé de lui dire certes, mais il lui faisait entièrement confiance. Se mordant la lèvre inférieure, il shoota à son tour dans un plus gros caillou qui allait se nicher derrière un poteau.

-Je n’ai pas peur. C’est quelque chose de personnel oui, mais tu as le droit de le savoir. Il faut dire que peu de personnes sont au courant car c’est récent donc n’en parle à personne s’il-te-plait. Ma mère a une maladie. Les médecins n’ont pas su lui dire laquelle. Ce ne serait pas mortel mais ça atteint son moral gravement. Il arrive qu’elle reste couchée toute une journée parfois dans le canapé. Au moindre effort elle est fatiguée. En fait c’est au jour le jour. Alors on cherche. Ça me détruit de la voir comme cela. Et ce serait peut-être héréditaire étant donné que ma grand-mère et mon arrière-grand-mère étaient aussi comme ça arrivées à un certain âge. J’ai peur … pour elle et pour moi et mon frère …

Il s’était un peu emporté dans ses explications mais ne regrettait rien du tout. Il ne connaissait cet adolescent que depuis peu et pourtant … il avait l’impression de le connaître depuis longtemps. C’était un sentiment bizarre que le blond n’avait jamais encore ressenti auparavant.

« Je n'aime pas les hôpitaux car j'y ai passé beaucoup trop de temps ces derniers années. Mon père était gravement malade. Le genre de maladie chronique qui ne guérira jamais vraiment. Nous avons du le faire hospitaliser dans un autre pays... »

Le Wakamatsu ne fut pas le seul qui se confia. Cela lui fit plaisir dans un sens. Cela prouvait que Shizo était quelqu’un qui lui faisait entièrement confiance. Et dans une relation, ce qui permet de la faire tenir n’est autre que la confiance mutuelle. Sans ça tout lien finit par rompre, aussi bien amical qu’amoureux.

-Je suis désolé pour ton père … Je vous soutiens toi et ta famille. Surtout il ne faut pas perdre espoir. Je sais que c’est difficile mais c’est ce qui permet de continuer d’avancer. La volonté est plus forte que la maladie j’en suis certain.

L’adolescent géant croisa ses mains derrière sa nuque et se mit à observer le ciel dans son intégrité. Un petit silence s’était alors installé entre eux tandis que le brui des moteurs des voitures ronronnaient dans la ville. Ce fut le plus petit qui brisa cette absence totale de paroles, continuant ses confidences que Kosuke écoutait avec attention.

« Je suis l'ancien capitaine du club de basket de Teiko... Juste avant « la Génération Miracle ». J'ai qui cédé mon poste à Akashi afin de partir en Amérique pour soigner mon père. »

-Capitaine hein …, dit-il d’une voix un peu rêveuse. Je suppose que certains membres de ton équipe t’en ont voulu que tu partes ? Tu as eu raison de partir. Pour moi, la famille est bien plus importante. Certes je suis un grand fan de basketball mais il faut savoir faire la part des choses.

Une fois arrivés à destination, le Wakamatsu l’attendit patiemment devant l’immeuble. Il tritura ses doigts et réfléchissait. A quoi ? Il n’en savait trop rien. Un peu de tout en même temps on pourrait dire. Ces discussions avec le brun avaient fait cogité un petit peu son cerveau qui maintenant s’emballait. Quelle journée … Ou plutôt quelle après-midi. Il avait bien fait au final de faire tomber son téléphone dans l’eau des toilettes. Quelque part il y avait gagné quelque chose de plus précieux que ce cellulaire. Un ami.

« Voila. Excuses moi pour le dérangement. Du coup, on va passer dans un dispensaire tout de suite et on ira boire un verre après. Ca te va toujours ? »

Il n’avait même pas entendu Shuzo arriver. Mais sa voix le fit sortir vivement de ses pensées et le blond prit un air joyeux. Après tout il l’était. Si on ne comptait pas cette foutue blessure bien évidemment.

-Il n’y a pas de quoi ! Tu avais à faire et je t’ai aidé. Ouai je crois que c’est le mieux. J’ai prévenu ma mère donc j’ai tout mon temps maintenant.

Il se leva et regarda le brun avant de se gratter l’arrière de la nuque.

-Par contre … J’sais pas où est le plus proche haha …

Il se trouvait stupide sur le coup. Un habitant de Tokyo qui ne connaissait pas sa ville allons bon ! Mais il fallait dire que la capitale du Japon était très grande en matière de superficie. Kosuke ne pouvait pas tout connaître. Surtout les endroits dans lesquels il n’avait jamais mis les pieds, donc dans le dispensaire en question.

-T’as une idée de où on pourrait en trouver un ? Peut-être à proximité de l’Hosto non ?, le questionna-t-il totalement perdu pour le coup.

Une sonnerie de téléphone les interrompit et Kosuke sortit son vieux modèle. Shota ? A cette heure ? C’était rare que son petit frère lui téléphonait. Il espérait que ce ne soit pas une urgence, son après-midi avait déjà eu assez de rebondissements comme ça.

-Excuses moi Nijimura-kun …

Il décrocha et entendit son frère lui crier aux oreilles.

-CRIES PAS COMME CA CRÉTIN JE T’ENTENDS ! … Hein ? … Non je l’ai pas vu pourquoi ? … T’as qu’à mieux prendre soin de tes affaires ! … Mais non je ne te l’ai pas piqué ! Tu voudrais que je fasse quoi avec un skate ?! Je fais que du Basket et du vélo baka ! … Essaies de toucher à ma tirelire et j’ten fou une ! … Bah tu demandes à maman ! … Je m’en fiche, si elle est furax c’est de ta faute ...Ouai … Ouai je te promets de venir te voir ce week-end à ta compétition comme toujours … Mais non je te lâcherais pas ! … A ce soir oui.

Il raccrocha en se passant une main sur le visage. Que son petit frère était têtu. Certes Kosuke n’était pas très fan de skate mais quand son frère en faisait il aimait. Il ne ratait aucune de ses compétitions sauf lorsque celles-ci se déroulaient en même temps qu’un de ses matchs. Là il n’avait pas le choix. Lorsque c’était le cas, il l l’encourageait comme il le pouvait que ce soit par messages ou encore un appel vite fait.

-Bon donc on disait un dispensaire …


© Dragibus


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



InformationsMessages : 287
Date d'inscription : 01/06/2015
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]   14.09.15 9:03

...
Feat Wakamatsu Kosuke


• Agression est-il synonyme de rencontre ? •

Ce garçon qu'il ne connaissait pourtant pas plus que ça venait de lui confier un secret assez important de sa vie. Lui parler ainsi de la maladie de sa mère n'avait pas du être une chose aisée. Mais peut-être que que Wakamatsu trimballait ce secret comme un boulet que l'on attacha à sa cheville. Il est parfois difficile de vivre avec des charges si lourdes sans avoir personne auprès de qui il est possible de soulager un peu ce poids ou sa peine. Nijimura en savait quelque chose pour avoir lui même vécu une situation similaire. Fort heureusement pour lui, il avait trouvé une écoute attentive, des conseils et une merveilleuse confidente en la personne de Tsubaki Kumako.

Oh bien sure qu'il aurait pu faire le choix d'en parler à Na-chan. L'adorable petite maman de son groupe d'amis de l'époque n'aurait pas été réticente à l'écouter se confier, bien au contraire. Mais elle avait ses propres soucis et il ne tenait pas à rajouter une couche supplémentaire en l'accablant de sa propre peine.

Les anciens coéquipiers de ce qui fut appelé la Génération Miracle ? Non.... Il n'avait pas non plus à les embarrasser avec ses problèmes. Ils étaient tous si jeunes, si pétillants. Son rôle de senpai était de les préserver et d’être attentif à leur besoin et de se montrer à leur écoute. Pas l'inverse.

Mais Wakamatsu pouvait être rassuré. Shuzo savait garder un secret. C'est fou d'ailleurs ce que le poste de capitaine peut impacter sur la confiance des gens. Durant les quelques mois de sa titularisation en tant que numéro 4, Shuzo avait été le confident de bien des secrets qu'il n'avait jamais trahi. Certains secrets plus sérieux que d'autres. Certains plus dramatiques aussi. Certains encore, complètement futiles mais si touchants....

A son tour Nijimura confia les problèmes de santé de son père au jeune homme blond qui marchait à ses cotés. Devoir partir du Japon avait été un réel déchirement dans sa vie. Même maintenant, alors qu'il était de retour, il sentait un vide profond dans son cœur. Une sorte de fossé qui le séparait de ceux qui étaient jadis ses coéquipiers. Oh. Il n'était pas stupide. Il ne s'était pas attendu à ce qu'on l’accueil à bras ouverts avec des fleurs. Après tout, il avait quitté la capitale sans dire au revoir à personne. Clandestinement. En catimini. Un peu comme si partir ainsi donnerait l'illusion qu'il n'avait jamais excité dans la vie de tous les gens qu'il avait rencontré.

Alors non. Il n'avait pas le droit de râler. Pas le droit non plus de se sentir trahi ou incompris. La rancœur et l’amertume de toutes ces personnes étaient amplement justifiées et Shuzo accusait les coups sans mot dire. Silencieusement. Comme une sentence douloureuse qui jugeait toutes les fautes dont il s'était rendu coupable.

-Capitaine hein …. Je suppose que certains membres de ton équipe t’en ont voulu que tu partes ? Tu as eu raison de partir. Pour moi, la famille est bien plus importante. Certes je suis un grand fan de basketball mais il faut savoir faire la part des choses

Shuzo avait tourné la tête sur le coté pour lui répondre après avoir haussé les épaules

« Je ne les ai pas tous revu... A vrai dire, je n'ai revu que Midorima... et ça m'a amplement suffit pour le moment. »

Nijimura aurait pu en dire davantage sur ces retrouvailles avec le garçon aux cheveux verts. Il aurait pu parler de ses paroles bouleversantes. Du sentiment d'abandon, de la tristesse et de ses regrets. Mais tout ça était trop personnel et une partie de Shuzo souhaitait garder cette rencontre secrète, comme un moment volé avec le shooter miracle. Un moment n'appartenant rien qu'à lui et il ne raconterait jamais à personne dans les détails. Pas même à son meilleur ami Tatsuya.

Une fois l'enveloppe correctement remise en mains propres, Shuzo rejoignit le garçon blond. Trouver un dispensaire pour les soins était la priorité absolue. Se faire passer à tabac était une chose. Rester dans cet état en était une autre. Comme quoi.... Shuzo avait beau essayer de se comportement correctement, quand ce n'était pas lui qui cherchait la bagarre c'est la bagarre qui le trouvait !


-T’as une idée de où on pourrait en trouver un ? Peut-être à proximité de l’Hosto non ?

Les repères de Nijimura étaient un peu faussés depuis son retour. Ce n'était pas toujours évident de se repérer dans une ville que l'on a plus parcouru depuis tant d'années. Mais si ses souvenirs étaient exacts, un hôpital muni d'un service d'urgences devaient se trouver à quelques centaines de mètres de là....

« Viens.... On va en trouver un par là bas »


Shuzo prit un boulevard fortement passant qui remontait jusqu'au quartier Kabukicho. Ce n'était pas le quartier le mieux famé de Tokyo et leur tronche défoncée aurait au moins l'avantage de ne pas faire tache dans le paysage.

La sonnerie d'un téléphone portable se mit à retentir et Wakamatsu décrocha son appareil avant de hurler dans le combiné. Les yeux de Shuzo s'agrandir et il fit un bond de coté quand la voix du garçon se mit à beugler dans le téléphone. Nijimura ferma un œil et se massa l'oreille située du coté de Wakamatsu. Comment pouvait-on avoir tant de coffre ??? Comment pouvait-on être aussi braillard ! Certain que si Wakmatsu aurait été dans son équipe, c'est à coup de pied au cul ou de frappe sur la tête que Shuzo aurait refait son éducation pour lui inculquer la discrétion

Il ne dit rien. Prêtant une oreille discrète à la discution que tenait le jeune blond à son interlocuteur. Vu comment il parlait, Shuzo en déduisit que ça devait être son frère. Celui pour qui le blond se faisait tant de mouron. Il attendit que la conversation prenne fin avant de prendre la parole

« Un soucis ? C'était ton frère c'est ça ? C'est toi l’aîné ? »

Shuzo lui laissa le temps de répondre. Son regard se posait sur les vitrine des boutiques alentours. Il y avait des soldes. Des fringues sympas reposaient sur des mannequins. Shuzo ne put retenir un sourire en voyant un maillot blanc orné d'un éclair noir qui était identique à celui de son meilleur ami qu'il avait malencontreusement craqué après une soirée trop arrosée. Il stoppa un instant sa marche avant de sortir son téléphone pour prendre le maillot en photo. Le dernier, soldé a – 70% était loin du prix exorbitant que Tatsuya avait payé ( enfin... sa maman adorée folle de son fils unique qu'elle gâtait beaucoup trop ! Du moins de l'avis de Shuzo ).

Quelques bidouillages plus tard et le MMS était parti en direction d'un téléphone d'Akita où Himuro allait sans doute râler une fois la photo sous le nez ! Shuzo enregistra le nom de la boutique dans sa mémoire. Il repasserait plus tard chercher le maillot qu'il ferait envoyer à son ami comme cadeau pour son futur anniversaire. Encore fallait-il que le garçon à la mèche veuille bien lui donner son adresse.

« J'ai un frère et une sœur. Je suis l’aîné.... J'ai pas toujours été un frère modèle. J'étais bagarreur, fainéant, voleur.... Mais c'est important je crois, de pouvoir être présent pour ses cadets. J'ai mis beaucoup de temps à m'en rendre compte. J'ai au moins la chance qu'ils ne m'en veuillent pas pour avoir passé des années à les ignorer... Maintenant, on essai de rattraper le temps perdu comme on peut »


Shuzo regarda Wakamatsu

« Je te conseil de faire la même chose. Mais... d’après ce que j'ai entendu – tu m'excuseras vu comme tu as hurlé j'ai eut difficile à faire la sourde oreille – ça a l'air d’être le cas »

Ils arrivèrent enfin devant un dispensaire et Shuzo entra le premier pour aller jusqu'au comptoir d’accueil. Il expliqua le problème qui était le leur et alla s’asseoir en salle d'attente en attendant qu'un médecin vienne s'occuper d'eau

« Ça va mieux ton arcade ? Ça saigne plus.... mais c'est pas joli. Tu vas pas te faire engueuler par tes parents ? Les miens vont me trucider c'est clair..... je leur avais promis de plus faire de vague une fois de retour ici.... j'ai déjà un casier long comme le bras alors tu vois, ils ont de quoi redouter que je fasse de nouveau des conneries.... Pour une fois que c'est pas de ma faute..... J'ai pas de chance »

Pas de chance non.... Shintaro aurait été là, il lui aurait dit qu'avec son lucky item du jour rien de tout cela ne serait arrivé. Un sourire prit naissance sur le visage de Shuzo alors qu'il démarrait l'internet de son portable pour consulter l'horoscope. Ça lui arrivait de plus en plus souvent depuis qu'il avait revu le shooter miracle.... Il s'amusait à imaginer Midorima avec l'objet de la chance attribué à la journée. Les cancers étaient derniers.... Le lucky items était un produit de santé. Le sourire de Shuzo s'agrandit encore.

« Dis... T'es de quel signe du zodiaque Wakamatsu ? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tôo
avatar



Informations Féminin Messages : 69
Date d'inscription : 30/07/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: Code couleur parole

RP terminés: 0

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]   10.10.15 14:46



"Agression est-il synonyme de rencontre ?"
Feat Nijimura ♥



Le fait que Nijimuro se confiait sur les problèmes de santé de son père était une chose que le blond n’oublierait jamais. Après tout, pour lui, la plus belle que l’on pouvait lui offrir c’était la confiance et rien d’autre. Car sans confiance, il ne pouvait y avoir de relation stable ni même de bonne entente. Son histoire toucha le jeune homme profondément. Et lui qu’aurait-il fait si son père avait été dans cet état de santé ? Etant l’aîné de la famille, Kosuke se devait d’être protecteur envers sa famille et ce que ce soit son frère, sa mère ou encore son père. Certes, son paternel était un homme aussi baraqué que lui mais cela n’empêchait pas que tout être humain a parfois besoin de soutient morale ou non. Dire que Nijimura avait même dû quitter sa terre natale … il avait vraiment eu du courage. Le Wakamatsu le savait, il n’était pas évident de quitter tous ses amis mais aussi tous ces repères qui faisaient partis de sa vie. C’était comme si quand on revenait, on avait la sensation d’être totalement étranger.

« Je ne les ai pas tous revu... A vrai dire, je n'ai revu que Midorima... et ça m'a amplement suffit pour le moment. »

-Midorima … Je le connais oui mais pas plus que ça.

Midorima Shintaro … Le blond l’avait vu maintes dois à l’occasion de divers matchs mais jamais il ne lui avait adressé la parole. Avec ses objets loufoques, l’adolescent redoutait la personnalité du jeune homme aux cheveux couleur salade. Il se demandait même comment Takao parvenait-il à le supporter vu ce que Aomine avait dit sur lui. Bon, toujours est-il qu’il avait l’air beaucoup plus facile à vivre que ce crétin de Daiki !
A présent, il ne fallait plus que trouver un endroit où soigner leurs blessures et ainsi les deux adolescents pourraient discuter calmement autour d’un verre ou deux. Kosuke s’entendait assez bien avec Nijimura et le courant entre eux-deux passait tout seul.

« Viens.... On va en trouver un par là-bas »

L’aîné de 17 ans suivit alors son acolyte dans le silence le plus total, marchant à un rythme régulier. Quelques personnes les regardaient de manière bizarre mais qu’importe, Kosuke n’en avait absolument rien à faire. Seulement voilà, leur marche fut interrompue par ce maudit coup de fil provenant de l’ancien cellulaire du pivot de Tôô. Et ce n’était autre que son frangin, qui bien évidemment, avait encore et toujours des soucis. Une fois la conversation, il avait raccroché aussitôt et soupiré fortement. Qu’est-ce qu’il pouvait l’agacer parfois !

« Un soucis ? C'était ton frère c'est ça ? C'est toi l’aîné ? »


Kosuke se tourna vers son interlocuteur et passa sa main derrière sa nuque.

-Ouai désolé … Il est du genre très agaçant parfois, dit-il en se passant une main sur la figure. Mais c’est mon p’tit frère et au fond de moi j’lui en veux pas. J’suis prêt à tout pour ma famille et mes amis.

Ils passèrent devant plusieurs boutiques de fringues et autres accessoires. Kosuke regarda les vitrines rapidement, n’étant pas vraiment fan de shopping et autre truc concernant cette « pratique ». Il achetait des vêtements que quand il en avait besoin. Généralement, il ne trouvait rien pendant les soldes pour sa grande taille et ce, même en faisant une dizaine de boutiques. Si, il aimait juste aller dans le rayon Basket dans les magasins de Sport mais c’était tout. Autant dire que quand il fallait aller faire des courses, que ce soient pour la rentrée ou juste pour se rhabiller le jeune homme râlait. Puis il était de nature un peu difficile pour ça, tout le contraire de son frère qui aimait être tout le temps à la mode. Bref, famille bizarre.
Cela n’avait pas l’air d’être le cas de Nijimura, étant donné que celui-ci scrutait les vitrines et avait même pris une photo.

« J'ai un frère et une sœur. Je suis l’aîné.... J'ai pas toujours été un frère modèle. J'étais bagarreur, fainéant, voleur.... Mais c'est important je crois, de pouvoir être présent pour ses cadets. J'ai mis beaucoup de temps à m'en rendre compte. J'ai au moins la chance qu'ils ne m'en veuillent pas pour avoir passé des années à les ignorer... Maintenant, on essaie de rattraper le temps perdu comme on peut »

Kosuke se mit à fixer son ami mais resta muet, préférant ainsi laisser le brun s’exprimer au lieu de lui couper la parole.

« Je te conseil de faire la même chose. Mais... d’après ce que j'ai entendu – tu m'excuseras vu comme tu as hurlé j'ai eut difficile à faire la sourde oreille – ça a l'air d’être le cas »

-Tout le monde me dit que je hurle mais je ne m’en rends pas compte désolé. On va dire que j’ai ce sentiment de modèle depuis que mon petit frère est né. J’ai voulu lui montrer l’exemple et mes parents me félicitaient beaucoup pour ça. Je dirais que l’important c’est que tu t’en sois rendu compte maintenant, car comme le dit le proverbe français « Vaut mieux tard que jamais ». J’ai eu des moments difficile aussi avec lui, car plus il grandit plus il se forge son propre caractère. On a des opinions différentes sur pas mal de choses mais on se respecte. Il est arrivé que l’on se batte, mais c’était rien de bien sérieux.

Le temps filait à une vitesse folle. Les deux garçons parlaient beaucoup, si bien que Kosuke n’avait même pas remarqué qu’ils étaient déjà arrivés au dispensaire. Il laissa son acolyte expliquer la situation et s’assit sur une des chaises de la salle d’attente.

« Ça va mieux ton arcade ? Ça saigne plus.... mais c'est pas joli. Tu vas pas te faire engueuler par tes parents ? Les miens vont me trucider c'est clair..... je leur avais promis de plus faire de vague une fois de retour ici.... j'ai déjà un casier long comme le bras alors tu vois, ils ont de quoi redouter que je fasse de nouveau des conneries.... Pour une fois que c'est pas de ma faute..... J'ai pas de chance »


-C’est gentil de te soucier de moi. Ça va mieux oui, la douleur est encore présente mais elle s’estompe un peu, le rassura-t-il le sourire aux lèvres. Mes parents … Je pense que ma mère va faire une attaque car le visage de son fils en a pris un coup et mon père va me sermonner. Mais je m’en fiche ! Le but c’était de t’aider et ça qu’importe le prix. Ce n’est pas la première fois que ce genre de choses m’arrive. Si tu veux je peux venir pour témoigner et ainsi je prendrais la colère de tes parents avec toi, t’sais comme tous les potes le font ! J’ai pas envie que tu te fasses engueuler, tu as changé. Ils doivent te faire confiance.

Il marqua un temps de pose afin de reprendre son souffle avant de s’affaler sur son siège, telle une loque.

« Dis... T'es de quel signe du zodiaque Wakamatsu ? »

Hein ? C’était quoi cette question bizarre ? Elle n’avait absolument aucun rapport avec leur sujet de discussion. Alors le blond haussa un sourcil et s’exprima tout en regardant le plafond.

-Je suis Bélier. Je suis né le 16 avril et toi ?


Il se redressa et posa ses mirettes sur celles du brun.

-Mais pourquoi cette question ?, demanda-t-il curieux.

Quelques minutes plus tard, un médecin ouvrit la porte de son cabinet et invita les deux jeunes gens à y entrer. Kosuke se leva sans mal et avec Nnijimura ils pénétrèrent dans le local. De ce fait, le Wakamatsu se mit à expliquer toute l’histoire de la bagarre de A à Z afin de bien informer le médecin.

-Mon ami a aussi besoin de soins si possible, rajouta-t-il.

Le médecin hocha la tête positivement et invita d’abord le grand basketteur sur le long fauteuil. Ce dernier appréhendait un peu les soins. La vue de toutes ces bouteilles, ces aiguilles, ces gens en blouse blanche le répugnait. Il en avait même un peu peur. Il déglutit alors que l’adulte préparait de quoi le soigner, jetant un coup d’œil par la même occasion à l’autre adolescent. Il n’était vraiment pas à l’aise.

-Bon on va pouvoir commencer. Ça va faire mal, mais vous êtes un homme pas vrai ?, question le docteur en rigolant.

Ah non. Lui, ça ne le faisait pas rire du tout, loin de là.

-Comme vous vous y attendiez sûrement, il y aura des points de sutures et pas qu’un ou deux.

Il voulait l’enterrer ou quoi ?! En aucun cas cela le rassurait. Ah si Aomine Daiki le voyait comme tel, il rigolerait sûrement.


© Dragibus


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



InformationsMessages : 287
Date d'inscription : 01/06/2015
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]   05.12.15 1:18

...
Feat Wakamatsu Kosuke


• Agression est-il synonyme de rencontre ? •


Le moins que l’on pouvait dire c’est que Kosuke Wakamatsu n’était pas le genre de garçon avec qui il fallait trainer si l’on voulait être en paix ! Plus bruyant et causant qu’une pie, cela faisait un radical changement par rapport aux personnes avec qui Nijimura avait l’habitude d’être normalement. Que ce soit le chanceux Midorima, la très forte Kumako ou son très respecté Kuroko….

L’ancien capitaine de la Génération miracle ne s’attendait pas à ce que le garçon aux cheveux blonds lui déballe toute sa vie privée. Non pas que ça le dérangeait, bien au contraire. Mais ils venaient à peine de se rencontrer et parler de sa vie aussi librement n’était pas quelque chose que les japonais avaient coutume de faire en temps normal. Mais après tout, lui-même lui avait un peu parler de sa vie sans non plus entrer dans les détails sordides de cette dernière. Pas la peine que Wakamatsu n’ait connaissance de son palmarès. Pas la peine non plus qu’il soit au courant de tous les tenants et aboutissants de son « histoire » avec Midorima, ni même des détails de la maladie de son père. Il arriverait sans doute à lui parler de tout ça plus tard, lorsqu’ils se connaitraient un peu plus…. Pourquoi pas.

Mais du peu qu’il avait vu avec ce garçon, il en déduisait que ça devait être vraiment chouette de le compter comme ami. Il avait l’air fidèle et prés à se mettre en quatre pour les personnes auxquelles il tenait. Ce n’était pas toujours le cas. Nijimura lui-même était prêt à faire ce genre de chose pour une poignée de personnes qui lui étaient proches seulement. Pour Kumako qui l’avait tellement aidé pour le passé. Pour Midorima, qu’il avait si longtemps aimé. Pour Tatsuya qui l’avait épaulé à Los Angeles….. Pour les membres de la Génération Miracle ? Au delà du différent et de l’amertume qu’il éprouvait contre eux, oui…. Il ne pouvait s’empêcher de vouloir les garder un tout petit peu encore sous son aile, même si ce n’était qu’illusoire en définitive.

- Je suis Bélier. Je suis né le 16 avril et toi ?


Alors qu’ils marchaient en direction d’un centre de soin, Nijimura lui répondit d’un ton lasse.

- 10 juillet…. Cancer.

L’horoscope…. C’est fou comme il s’en tapait autrefois ! Et c’est fou comme cela avait pris de l’importance depuis qu’il avait rencontré Shintaro. Il ne pouvait s’empêcher de penser à lui à chaque fois qu’il entendait un horoscope passer à la télé ou à la radio. Il se fichait pas mal de ce qu’on allait lui déblatérer comme ânerie ou conseils à suivre. Il se demandait seulement comment Midorima allait anticiper cette nouvelle journée avec les informations qu’on venait de lui dicter. Après tous, ils étaient du même signe zodiacale, forcément, ça créer des liens….

Wakamatsu sembla étonné par cette question saugrenue et Shuzo leva la tête vers lui pour lui répondre après avoir rangé son téléphone dans sa poche

« Comme ca… juste par curiosité ! Tu es 9em… et ton lucky item est une enveloppe….. »

Un petit rire nerveux lui échappa alors qu’il passa sa main dans ses cheveux

« Désolé, excuse-moi, déformation professionnelle…. »

Finalement leurs pas les conduisirent jusqu’à un hôpital non loin. Shuzo était satisfait de voir qu’en dépit des années loin de Tokyo il y avait des endroits comme ça qui n’avaient pas changés. C’était rassurant. Et en même temps effrayant. Il avait un peu de mal à retrouver sa place. Il aurait aimé reprendre les choses là où il les avait laissé tout en sachant que cela était impossible. Encore plus lorsque l’on savait dans quelle condition il avait quitté le pays…. Sans prévenir personne…. Il s’en était allé et avait tourné le dos aux gens qui comptaient autrefois dans sa vie. Son équipe, ses amis…. Et elle…. Mon dieu….. Il avait tellement envie de la revoir et à la fois il appréhendait affreusement. Akina Hideaki. Sa meilleure amie. Sa confidente. Sa petite maman comme il se plaisait de l’appelait avant….. Avait elle changé ? Se souviendrait elle de lui ? Avait elle grandit ? Il avait tellement envie de reprendre contact avec elle mais il repoussait à chaque fois le moment de lui envoyer un message par réticence de sa réaction qu’il imaginait volcanique.

Ils se présentèrent à l’accueil et on leur demanda de patienter, ce que Nijimura fit sans se plaindre. A son grand étonnement, il n’y avait pas grand monde et ils furent prit en charge assez promptement.

Ce qu’il haïssait les hôpitaux. Ça lui rappelait tellement de mauvais souvenirs. Les couleurs blancs des murs, l’odeur aseptisée…. Il avait tellement fréquenté les hôpitaux ces dernières années qu’il aurait pu se passer d’être contraint d’y revenir une nouvelle fois pour soigner une pauvre blessure qui aurait fini par cicatriser.

- Mon ami a aussi besoin de soins si possible


Hé ??

Shuzo tourna la tête vers Wakamatsu qui s’adressait à un médecin. Pour le coup, Nijimura se renfrogna un petit peu. Il n’avait pas besoin de soin et il pensait le lui avoir signalé ! mais visiblement le jeune homme avait profité d’un moment d’absence de ce dernier pour la contraindre a prendre sa santé en charge. Un claquement de langue démontra l’agacement de l’ancien capitaine qui se mit debout, déjà prés à prendre la fuite

« Ca va allez je….


- Monsieur Nijimura ? »

Shuzo se tourna vers la provenance de la voix. Il s’agissait d’un médecin, plutôt mignon…. Qui tenait entre ses mains un dossier qui devait être celui qu’il avait rempli avec Wakamatsu au secrétariat de l’hopital. Grand, brun et avec un regard émeraude brillant, Shuzo se disait que finalement, ce petit passage à l’hopital allait peut être être moins terrible que ce qu’il pensait….

Il se leva pour suivre le médecin et jeta un regard à Wakamatsu

« On s’attends ? »


Il attendit son approbation avant d’aller en salle d’examen. Le médecin jeune et joli avait beau essayer de le mettre en confiance Shuzo demeurait sur la réticence malgré tout. Il avait une sainte horreur de cet endroit, de ce fauteuil sur lequel il était assis et de cette aiguille qui lui injectait un anesthétique local pour amoindrir les quelques points de sutures que nécessitait la vilaine coupure.

Les soins ne durèrent pas longtemps. Il n’avait pas regardé sa montre pour être certain de la durée exacte mais il aurait dit tout au plus une vingtaine de minutes. Lorsqu’il sorti, après avoir remercié son médecin aux doigts délicats et au sourire ravageur, il alla s’installer dans le même siège que quelques minutes plus tôt afin d’attendre Wakamatsu. Ce dernier ne tarda pas à le rejoindre et Shuzo lui fit un signe de la main pour lui signaler sa présence

« Ca a été ? »


Il se leva et enfonça ses mains dans ses poches avant de soupirer

« Vraiment….. Heureusement que le médecin était super mignon parce que sinon je me serai barré. je n’avais pas besoin de soin, crois moi, j’ai connu bien pire ! »


Hum….

Pour le coup Shuzo avait parlé sans vraiment mesurer le poids de ses mots et l’impact que cela pouvait avoir sur Wakamatsu. Le fait qu’il vienne de révéler avoir trouver son toubib plutôt sympathique à regarder ne laissait pas de place au doute quant à son orientation sexuelle. Shuzo aimait les hommes et ce n’était encore un secret que peu de personne partageait avec lui. Tatsuya, Midorima, Na-chan et Tsubaki. Il n’avait jusqu’à présent encore jamais eut le cran de le dire à ses parents et il partait du principe qu’il serait amplement temps d’envisager la chose lorsqu’il relation sérieuse serait établie avec la personne qu’il aimerait.

En attendant, peut être que ce genre de…. Préférence allait rebuter Wakamatsu….. Ou peut être que le blondinet bruyant n’avait même pas relevé cette petite remarque spontanée.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tôo
avatar



Informations Féminin Messages : 69
Date d'inscription : 30/07/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: Code couleur parole

RP terminés: 0

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]   29.12.15 19:30



"Agression est-il synonyme de rencontre ?"
Feat Nijimura ♥



« Comme ca… juste par curiosité ! Tu es 9em… et ton lucky item est une enveloppe….. »

Alors c’était cela la raison pour laquelle Nijimura lui avait posé cette question bizarre. D’ailleurs, pour la réponse, Kosuke cru entendre sur le coup Midorima Shintaro, l’ace de Shutoku. Le jeune homme étouffa un petit rire et s’excusa juste après. Il parlait bruyamment mais riait de la même façon également, il était donc certain que son camarade l’avait entendu.

« Désolé, excuse-moi, déformation professionnelle…. »

-Une enveloppe ? Sympa ça. J’ai tenu la tienne tout à l’heure quelques minutes, je pense que ça devrait suffire si je ne veux pas qu’une malédiction s’abatte sur moi !, s’exclama-t-il en laissant place à un rire, non plus étouffé, mais bien sonore. Et je te pardonne, tu es resté avec ce Midorima pendant un moment il est normal que tu aies pris une de ces fâcheuses habitudes haha !

Une fois à l’hôpital les deux adolescents se firent soigner chacun à leur tour. En effet, Kosuke avait pris soin de demander à ce que l’on s’occupe aussi de son ami étant donné que ce dernier était également dans un piteux état. Dans un premier temps le brun ne sembla pas être de l’avis du pivot de Tôô et désira s’enfuir le plus loin possible de cet endroit. Cependant, contre toute attente l’adolescent sembla changer d’avis dès qu’il perçut la voix du médecin ainsi que son physique. Le blond trouva ce genre de comportement plus ou moins étrange mais haussa les épaules en signe de « Je pense qu’il ne faut pas que j’essaie de comprendre. »

« On s’attends ? »

-Ouai t’inquiètes. Je ne pense pas que ça prendra longtemps de toute manière, lui répondit-il avec un sourire.

Et il entra à son tour dans le cabinet voisin.
Comme il le lui avait dit quelques minutes plus tôt, le médecin lui fit quelques points de sutures qui ne laissèrent pas indifférent le basketteur. Pour preuve, Kosuke dut se mordre les lèvres pour ne pas hurler de douleur et lutter contre cette dernière. Des larmes avaient roulé sur ses joues pour finir par se perdre dans son cou.

-Allons Monsieur, montrez que vous êtes un homme ! Après cela vous serez tranquille, le plus dur sera passé.

-Bordel de … , souffla-t-il en guise de réponse.

Il fallait croire que même les paroles du médecin ne parvenaient pas à le rassurer ou le détendre. Pour le coup, le grand dadet était en parfaite position de faiblesse et il détestait ça.
Une vingtaine de minutes plus tard après quelques sueurs froides, des larmes ainsi que des douleurs qui persistaient le Wakamatsu sortit de là où il était entré. Dans un premier temps, il ne percuta pas Nijimura qui lui avait fait signe afin qu’il le retrouve trop occupé à chasser de sa tête ces souvenirs désagréables.

-Pourquoi j’suis rentré dans ce cabinet putain …, murmura-t-il en regrettant sa prise en charge sur le coup. Il m’a charcuté ce con.

Ca a été ? »

La voix du brun le fit revenir tout à coup à la réalité.

-Merde excuses moi, j’étais … dans mes pensées. Ça peut allez, disons que j’aurais aimé me tirer une balle à la place mais bon.

Il tourna sa tête vers son interlocuteur.

-Et toi ?, l’interrogea-t-il d’un regard curieux.

La réponse ne tarda et Kosuke fit des yeux ronds, étonné par les paroles de son acolyte. « Le médecin était super mignon …. » Vraiment ? Alors Nijimura était de ce bord-là ? Plusieurs questions vinrent se poser dans la tête du blond qui se perdit encore une fois dans cet océan de pensées aussi improbables les unes que les autres. Venait-il de lui annoncer, sans faire exprès, son homosexualité ? Décidément, des paroles du jeune homme le Wakamatsu n’avait retenu que ça !

-Euh … Je …

Il en avait presque perdu les mots.

-Tu veux dire que tu … aimes les hommes ou … A-ah excuses-moi ce n’est pas ce que je voulais dire ! L'important c'est que tes soins se sont bien déroulés !

Kosuke devint tout rouge de honte et se leva de sa chaise brusquement. D’un pas déterminé, l’adolescent se mit à marcher tel un robot. « Putain il va me regarder comment maintenant ? » pensa-t-il, stressé par les événements.
Finalement, il tourna à nouveau sa tête vers Nijimura et se gratta la nuque en lui demandant mal à l’aise :

-T-tu viens ? On va boire un coup ? Pour fêter le fait que l’on a survécu aux médecins.

Oui, il valait bien mieux lancer un nouveau sujet. Quoique le terme « médecin » pouvait désigner autre chose vu le contexte …



© Dragibus


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



InformationsMessages : 287
Date d'inscription : 01/06/2015
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]   20.01.16 21:40

...
Feat Wakamatsu Kosuke


• Agression est-il synonyme de rencontre ? •
-Une enveloppe ? Sympa ça. J’ai tenu la tienne tout à l’heure quelques minutes, je pense que ça devrait suffire si je ne veux pas qu’une malédiction s’abatte sur moi !, Et je te pardonne, tu es resté avec ce Midorima pendant un moment il est normal que tu aies pris une de ces fâcheuses habitudes haha !

Qu’est ce qu’il était bavard ! Wakamatsu se lancait dans les tirades plus grandes que lui et Shuzo ne put s’empêcher de penser que ça le changeait radicalement des personnes qu’il avait l’habitude de fréquenter. Parce que, que ce soit Kumako ou Kuroko… Aucun des deux n’étaient des as pour monopoliser le temps de parole aussi bien que Kosuke !

Toutefois il ne parlait pas pour ne rien dire ! Mieux !dans ses quelque phrases il avait réussi à attirer l’attention de l’ancien capitaine de la Génération miracle. Il avait suffi qu’il prononce le nom de Midorima pour que Shuzo redresse la tête tel un chien aux aguets !

« Tu connais Midorima ? »

Parce que visiblement il ne se contentait pas de citer son nom sans le connaitre. Il parlait de lui et de son addiction aux horoscopes. Ce n’était pas quelque chose de notoriété publique et seuls ceux l’ayant côtoyé de prés pouvaient savoir ce détail là sur le prestigieux shooter.

Shuzo avait suivi son médecin jusqu’en salle de soin et Wakamatsu en avait fait de même. Lors que les sutures et pansements furent terminés pour les deux garçons, ils se retrouvèrent dans le hall de l’hôpital. Kosuké avait l’air un peu agar et visiblement, ça n’avait pas été une partie de plaisir pour lui. Ses yeux étaient même encore un peu rougis et Shuzo devina sans peine que des larmes avaient dues s’écouler le long de ses joues. Des larmes de douleur ? Des larmes de peur peut être aussi ? Les deux sans l’ombre d’un doute…. Il n’avait réellement pas menti lorsqu’il avait dit qu’il haïssait ce genre d’endroit et Nijimura s’en voulait de l’avoir forcé à subir un pareil traitement. S’il n’y avait pas eu cette bagarre, Wakamatsu ne s’en serait pas mêlé pour chercher à l’aider. Il n’aurait donc pas été blessé et obligé de se faire soigner.

Bon… Certes Shuzo ne lui avait rien demandé. Wakamatsu avait pris seul la décision de venir filer un coup de main au brun. Nijimura n’aurait donc pas eu besoin de culpabiliser mais il ne pouvait pas s’en empêcher.

Il posa sa main sur l’épaule du garçon et il la tapota légèrement pour le rassurer et le mettre à l’aise. Ce triste épisode du dispensaire était terminé et ils allaient pouvoir quitter l’endroit sans aucun regret

-Merde excuses moi, j’étais … dans mes pensées. Ça peut allez, disons que j’aurais aimé me tirer une balle à la place mais bon.

Un petit rire échappa à Shuzo avant qu’il ne secoue la tête de gauche à droite

« Te tirer une balle ? Carrément ! Et bien ! je ne suis pas sure que ça fasse moins mal tu sais… et toi qui aime pas les hôpitaux, tu ne t’en serai pas tiré avec seulement des points de suture… »

Les armes à feu.

S’il y avait bien une chose durant sa vie de délinquant que Shuzo n’avait pas touché, c’était ça ! Jamais de sa vie il n’aurait été capable de tenir un revolver ou de le pointer vers quelqu’un de vivant. Il y avait des limites qu’il n’était pas prêt à franchir. Ça n’était pas le cas de tous les garçons de la bande qui était la sienne autrefois….

Aie…. Ça faisait mal de penser à ça… à « autrefois »…. La bande, les copains, leur QG qui se résumait à un banc du parc…. Et surtout elle… Akina Hideaki… sa Na-chan qu’il avait abandonné du jour au lendemain pour partir à LA sans la prévenir. Que devenait-elle ? Allait-elle bien ? Mon dieu ce qu’elle devait être en colère contre lui… elle devait lui en vouloir plus qu’à n’importe quelle autre personne au monde…. Et Nijimura se sentait bien trop coupable pour oser affronter de nouveau son regard pourpre et ses cheveux si bleutés….

Lorsque Wakamatsu lui avait demandé comment ça s’était passé pour lui, Shuzo avait répondu sans mesurer la portée de ses mots. Peu de gens autour de lui étaient au courant de son homosexualité. Il n’y avait que ses amis très proches qui partageaient son secret. Kuroko, Kumako, Himuro et Midorima…. Même ses parents ne savaient pas… et tant qu’à faire il tenait à ce que ça reste comme ça ! Il aurait trop peur de leur regard et d’y voir de la déception…

-Euh … Je …

Voila ! C’est aussi pour cette raison là que Shuzo ne voulait rien dire sur sa préférence sexuelle. Parce que immanquablement ça mettait les gens mal à l’aise

-Tu veux dire que tu … aimes les hommes ou … A-ah excuses-moi ce n’est pas ce que je voulais dire ! L'important c'est que tes soins se sont bien déroulés !

Un soupire lui échappa et il haussa les épaules avant de répondre sans doute plus sèchement qu’il ne l’aurait souhaité

« Oui et alors ? ça te pause un problème ? te n’en fais pas va, t’es pas mon genre et je vais pas te violer dans une ruelle sombre, je sais me tenir… »


Et merde…. Pourquoi avait-il dit ça… loin de lui l’envie de blesser Wakamatsu ou de se montrer désagréable avec lui. C’était juste que… enfin voilà… c’était un sujet délicat pour Shuzo qui en avait marre de se sentir différent. Des fois, lui aussi avait envie de prendre la main d’une personne pour qui il avait le béguin sans être obligé de se cacher ou de se demander si ça allait choquer.

« Désolé… excuse moi je.. désolé… »

Il passa devant lui et ouvrit la porte de l’hôpital pour sortir en premier, prenant une grande bouffée d’air frais une fois à l’extérieur

-T-tu viens ? On va boire un coup ? Pour fêter le fait que l’on a survécu aux médecins.

Shuzo tourna la tête vers le garçon blond et acquiesça avant de s’engager dans une ruelle

« D’accord…. »

Il lui donna un petit coup de coude avant de le regarder

« Je connais un bar sympa dans le quartier de Roppongi. Ça te dit ? »


Le bar en question était connu pour sa large sélection de bière…. Il ne savait pas si du haut de ses 17 ans Kosuke avait pour habitude de boire de l’alcool mais Shuzo, lui, avait franchi le cap depuis bien des années. Il avait même été jusqu’à tester ses limites à LA en compagnie de Tatsuya…. Certaines soirées bien arrosées demeureraient longtemps dans les méandres secrètes de sa mémoire. Il ne tenait absolument pas à ce que tout ça vienne aux oreilles de certaines personnes. De ses parents en particuliers

« C’est un bar à bière ! Ça te dit ? Y en a des supers bonnes importées d’Europe…. »


Il lui fit un clin d’œil avant d’ajouter

« Bon… je sais qu’on n’est pas majeur mais t’en fais pas j’ai des bons plans ! Le barman est un ancien pote de ma bande ! Il nous refuseras pas l’accès. Alors… tu veux toujours fêter ça comme il se doit ?? »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Agression est-il synonyme de rencontre ? [PV Nijimura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Coupable]-agression et menace-Guana (09/10/1455)
» agression raciste?
» Cibel - TOP - Agression physique et verbale (Verdict rendu)
» Agression hivernale [PV: Maël Theirmall]
» Chaque jour est synonyme de renouveau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroko's Basket, le forum RPG ::  :: Tōkyō et ses alentours :: Ville-