The Basketball Which Kuroko Plays
 
Bienvenue sur KnB-RPG, jeune Rookie !
Tout le monde doit signer le règlement & se recenser ! N'oubliez pas de voter !
Merci de favoriser le choix de personnages du manga en priorité ! 50 pockys offerts pour tout prédéfini prit
Les lycées Seiei, Fukuda Sogo, Kirisaki Daiichi, Shutoku et Kaijo recherchent des membres !

Partagez | 
 

 Sweet Tokyo [ PV Akina Hideaki ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Fukuda Sôgô
avatar



InformationsMessages : 33
Date d'inscription : 03/09/2015
Agenda RPG


MessageSujet: Sweet Tokyo [ PV Akina Hideaki ]   23.09.15 9:40


Sweet Tokyo

feat. Akina Hideaki


Tokyo !

Ça y est, il y était enfin ! A 17 ans, c'était la première fois que Shota Hideyoshi mettait les pieds dans la capitale de son pays et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il était excité comme une puce ! Ce voyage lui avait été offert par ses parents pour son anniversaire. Une semaine complète à Tokyo, billets de trains et hôtel payé ! Une petite somme d’argent de poche lui permettait de se faire plaisir sur place et d'acheter ses différents repas. Mais Shota était plutôt du genre économe sans être avare non plus. Disons qu'il aimait dépenser son argent utilement et non pas en gadget et objet sans aucun intérêt. Le seul et unique domaine pour lequel il regardait sans vraiment compter était l'achat de ses amulettes précieuses. Mais de l'avis du jeune garçon, c'était un achat archi utile vu que ça le prémunissait d'un sort particulièrement horrible qui lui collait à la peau depuis des années....

Son guide touristique dans sa petite sacoche qu'il portait en bandoulière, Shota avait coché dans les pages les différents endroits qu'il avait programmé de voir. La tour de Tokyo, évidemment, Le palais de la Diète, le temple Meiji Jingu, le Rainbow Bridge, le parc d'Ueno..... Sans oublier d'aller vadrouiller un peu dans les quartiers comme Harajuku, Roppongi, Shibuya et Shinjuku ! Cela lui faisait un programme très chargé ! Et le plus difficile pour lui consistait à s'orienter dans cette ville immense et intensément peuplée.

Ce qui l'avait immédiatement surpris à Tokyo s'était l'effervescence permanente de la ville. Que ce soit de jour ou de nuit, Tokyo donnait l'illusion d’être une ville qui ne dormait jamais. C'était impressionnant le nombre de boutiques / enseignes / magasins qui restaient ouverts 24h sur 24 ! Il avait essayé de faire un petit tour de Tokyo by night et s'était rendu compte que malgré l'heure tardive, les trottoirs de désemplissaient pas de passants ! C'était euphorisant ! Il avait toujours eut une admiration pour la plus grosse ville du monde qu'était Tokyo. Et maintenant qu'il foulait la terre de cette mégalopole adorée, Shota le savait, il n'avait plus qu'une seule et unique envie pour son avenir futur : réussir à s'installer ici !

C'était un joli projet mais cela n'allait pas être facile à faire accepter à ses parents. Quoique, il en était certain, ses parents ne seraient pas contre son installation à la capitale si cela le rendait vraiment heureux. Cependant, Shota aurait malgré tout un peu de mal à se résigner à les laisser derrière lui dans la belle ville de Shizuoka.... S'il leur arrivait quelque chose, il voulait pouvoir être prêt d'eux rapidement …

Vêtu d'un slim noir, d'un sweat shirt relativement décontracté et à l'encolure assez ample, une paire de baskets en toile et une ceinture autour des hanches, Shota avait opté pour une tenue passe partout qui alliait style et confort pour arpenter la ville. Il ouvrit la sacoche qu'il portait en bandoulière et es saisit de son guide touristique pour vérifier son itinéraire. Il avait mit un petit marque page à l'endroit qu'il avait projeté de visiter : une pâtisserie de renommée nationale, tenue par un ressortissant français qui faisait partager ses gâteaux et viennoiseries délicieux aux clients.

Au japon il était coutume de dire que les hommes n'aimaient pas ce qui était sucré pour préférer les plats épicés. Les pâtisseries, les gâteaux et autres friandises, étaient donc davantage ciblés pour une clientèle féminine. Mais Shota, lui, avait toujours aimé les plats sucrés ! Il adorait les desserts et raffolait en particulier du chocolat sous toutes ses formes ! En mousse, en gâteau, en tablette, en bonbons dans une boite d'assortiment composé pour les fêtes de fin d'années ! Il aimait la crème fouettée, la crème pâtissière encore chaude et vanillée, il aimait la crème au beurre au praliné..... Il aimait la pâte à choux aussi. En éclairs, Saint-Honoré, religieuses, pièce montée..... Shota était gourmand, c'était un fait !

Alors quand il avait lu dans son guide que cette fameuse pâtisserie avait remporté plusieurs fois d'affilé des prix récompensant la qualité exceptionnelle des produits vendus, il n'avait pas résisté a l'envie d'y faire un tour ! Il était même prêt à dépenser une véritable petite fortune pour goûter un de leur gâteau qui le faisait presque saliver par avance ! Certain qu'il aurait beaucoup de mal à choisir !

Encore quelques minutes de marche et le touriste de Shizuoka se retrouva devant la devanture de la boutique qu'il cherchait. Ses yeux auraient pu s'illuminait tant ce qu'il voyait lui donnait envie. Shota avait toujours été passionné par la pâtisserie et pas seulement pour les manger ! C'est auprès de sa mère ( excellente cuisinière ) qu'il avait appris à pâtisser et le jeune garçon projetait d'en faire un jour son métier. Tenir une boutique comme celle-ci était son rêve ! Un rêve qu'il espérait un jour réussir à concrétiser !

Il n'attendit pas plus longtemps pour ouvrir la porte de la boutique et immédiatement une odeur de sucre vanillé et de chocolat chaud emplie ses narines. Son visage radieux gagna quelques couleurs alors qu'il salivait sur les gâteaux qui s'offraient à lui derrière les vitrines de verres abondamment chargées. Mon dieu ce que le choix était difficile.... il ne savait pas vers quoi laisser son cœur balancer. Un Paris-brest ? Une classique tarte au flan épaisse et parsemée de noix de coco ? Un cheese cake et son nappage caramel au beurre salé ? Un entremet aux noisettes ou traditionnel Opéra aux chocolats intenses ?

Pour une fois il était ravi de ne pas être le prochain client et de devoir patienter quelques instants. Ça lui laissait le temps de s'imprégner encore un peu de la douce atmosphère de la boutique tout en affinant son choix.

Une fois que ce fut son tour, Shota salua la serveuse tout en annonçant sa commande. Ça serait donc un Parfait au caramel au beurre salé ainsi qu'un mini Saint-Honoré fourré à la crème vanille ! Mais Shota avait eut tellement de mal à se décider qu'il se promit de revenir une autre fois avant la fin de son voyage !

Un sourire ravi ornait son visage alors qu'il portait la petite boite en carton contenant son précieux chargement. Il ne mit pas bien longtemps à trouver un parc qui était étonnement vide, allez savoir pourquoi. L'état de dégradation avancée des poubelles éventrées, des bancs tagués ou désossés et des parterres de fleurs piétinés aurait pu lui donner un indice sur la raison de cette désertion soudaine... S'il avait prit le temps de lire un peu mieux son précieux guide, il se serait aperçu que Kabukichô n'était pas le quartier de Shinjuku qui avait meilleure réputation.... bien au contraire. C'était le berceau des racailles en tout genre et dans lequel la loi des yakuzas régnait en maître.

Mais trop heureux de son achat, Shota ne s'était guère soucié de ce qui l'entourait. Il avait trouvé un banc sur lequel se poser et c'était tout ce qui comptait. Il se défit de son sac en bandoulière qu'il posa à coté de lui avant d'ouvrir la boite joliment décorée et contenant ses pâtisseries. La serveuse avec prit soin de glisser à l'intérieure des serviettes et deux petites cuillères en plastique juste à coté des gâteaux qui n'avaient jamais paru si tentant !

« Bon appétit ~ »

Shota sourit avant de donner un petit coup de cuillère dans le parfait au caramel. Il le porta à ses lèvres et ne put empêcher un sourire plus large d'illuminer son visage. C'était juste parfait ! Le fondant de la crème, la texture du biscuit et ce léger croquant apporté par les noisettes caramélisées.... Shota était ravi et ne regrettait pas la petite fortune que lui avait coûté une telle pâtisserie

Il s’apprêtait à en prendre un second morceau lorsqu'une voix rauque et légèrement railleuse vient interrompre sa dégustation

« Mais c'est que ça a pas l'air dégueulasse tout ça.... »

Shota releva la tête pour voir un mec dont le physique lui faisait penser à un croisement entre un pitbull et un cheval.... Son visage bien trop long faisait ressortir des petits yeux perçants et agressifs d'un noir tellement intense qu'on aurait pu croire à des billes. Les yeux d'un rouge grenat de Shota étaient si différents... Le jeune garçon fronça ses sourcils lors que ses mains se serrèrent un peu plus sur la boite qui reposait sur ses genoux

« T'es sur notre banc mec... Va falloir que tu paies le droit de poser ton cul ici ! »

Hein ? Leur banc ? Shota n'avait nullement vu de panneau de propriété privée ! Il était dans un parc public non ? Alors le banc appartenait à tout le monde sans avoir quoique ce soit à payer ! Il fronça davantage les sourcils tout en se redressant pour se donner un minium de contenance. Shota n'avait jamais été un garçon bagarreur... les bastons, se taper dessus pour amocher l'autre et affirmer une prétendue supériorité.... Il trouva ça macho, ridicule et complètement stupide. Il n'allait donc pas entrer dans leur jeu. Mais loin de lui l'envie de se laisser piétiner de la sorte. Il savait qu'il était dans son bon droit en s'installant sur ce banc et il avait pas envie de se laisser soumettre à la volonté d'un abruti aussi con qu'il était moche !

« Je crois pas non.... Je vais rester ici à finir de manger ma pâtisserie »

Le mec se mit à rire avant de faire un signe de la tête à un autre mec qui se ramena à ses cotés. Ce second garçon était plus petit que le premier. Il avait des cheveux teint d'une couleur difficilement descriptible. Rouge ? Auburn ? Brique ? Roux ? Shota n'aurait su comment la qualifier. Son visage trapu lui fit cette fois penser à un bull dog... Court sur patte mais massif avec des babines retombant... Il ne manquait plus que la bave pour que la comparaison soit parfaite.

« T'entend ça Tôru ? Il veut pas bouger son derche de notre banc et il croit qu'il va finir de manger son gâteau tranquillement. »

Le prénommé Tôru à la tronche de bull dog se pencha en avant. Il tendit sa main vers la boite que Shota tenait sur les genoux pour s'emparer du Saint-Honoré qui attendait tranquillement d'être mangé. La perspective de voir sa pâtisserie entre les grosses mains boudinées de ce mec révolta Shota. Il se tourna sur le coté en tenant la boite contre lui comme si c'était un trésor des plus précieux

« Pas touche ! Si tu as faim va t'en chercher un ! »

Nouveau rire des deux clébards. Le premier s'approcha alors d'un seul coup et s'empara de la sacoche de Shota. Merde ! Il n'avait pas prit garde à ça ! Il avait tellement était obnubilé par ses gâteaux qu'il n'avait plus faire attention à ses papiers et son porte monnaie reposant dans le sac

« Pour aller s'en acheter il faut de la thunes, hein Tôru !?


- Ouais ! Trop aimable à toi de nous en prêter mec ! »

Shota reposa sa boite et se mit debout. Malgré sa haute taille il savait bien qu'il ne ferait pas le poids face aux racailles devant lui mais avait-il le choix ? Il y avait tout dans son sac ! Ses papiers, les billets de train pour le retour à Shizuoka, la clé de sa chambre d’hôtel, son argent.... Tout ! Il ne pouvait pas se laisser dérober de la sorte sans rien faire d'autre que protéger ses gâteaux..... Et dire que l'on n'était même pas un vendredi... On était même pas le 13 du mois ! Qu'est ce que ça aurait été sinon !

« Vous avez pas le droit de faire ça ! C'est à moi ! »


Le mec s'approcha de lui et le bouscula pour le faire retomber assis sur le banc.

« Et toi ? On t'as dis que c'était notre banc, si ça te plaît pas t'avais qu'a poser ton cul ailleurs c'est clair ? »

Retombé lourdement sur le banc en question, Shota se massa un peu l'épaule tout en fusillant du regard les deux acolytes qui fouillaient déjà dans le sac pour en extraire le porte monnaie. Même dans pareille situation, Shota avait une fierté et il n'allait pas les supplier de rien voler ! Il préférait encore devoir se faire casser la gueule. Mais il était pas question que ces deux abrutis lui dérobent ses affaires sans qu'il fasse quelque chose pour les en empêcher. Toutefois... s'il y avait une autre solution... il aurait préféré...



Kuroko's Basket
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kirisaki Daiichi
avatar



InformationsMessages : 96
Date d'inscription : 31/08/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #660099

RP terminés: 0

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: Sweet Tokyo [ PV Akina Hideaki ]   05.10.15 20:34


Sweet Tokyo

Avec - Hideyoshi Shota



Pourquoi ?
Pourquoi est-ce qu’il n’y avait qu’un seul commerce dans tout Tokyo pour vendre des vermicelles exclusivement roses ?

Alors, reprenons le problème à la racine...
Hideaki avait prévu de faire des cupcakes pour l’équipe de basket, des cupcakes à la fraise. La jeune fille en avait marre que les garçons ne lui réclament que des gâteaux au chocolat, alors pour une fois elle avait décidé de son propre chef de faire quelque chose sans cacao, bien fait pour eux. Mais avant cela, elle devait tester ses recettes, manquerait plus qu’elle leur serve quelque chose de mauvais tiens... Par chance, elle avait les vacances pour s’entrainer et ainsi leur servir des petites merveilles. Pour s’en assurer, elle avait d’ailleurs désigné son frère comme gouteur, et rien n’enchantait autant l’ainé que de pouvoir déguster les préparations de la jeune fille presque tous les jours.

Et donc, pour en revenir aux vermicelles, ces derniers se devaient obligatoirement d’être tous roses. Ben oui, la ganache allait être rose pâle et les gâteaux fourrés allaient se retrouver dans des petits moules en papier roses avec des fraises. Donc par déduction la décoration se devait de suivre un fil conducteur, une logique implacable. Et puis quoi de mieux pour embêter ces vilains garçons que de se moquer d’eux en train de déguster des cupcakes roses franchement ? Oui, Akina se contentait de peu par moment...

Par soucis d’esthétisme donc, la jeune fille ne voulait que des vermicelles roses, sans chocolats bien sur, et pas multicolores non plus. Et cela ne se trouvait qu’à un seul et unique endroit dans la capitale, une petite épicerie entre deux ruelles de Shinjuku. L’endroit regorgeait d’ailleurs de petites choses sympas pour qui aimait la pâtisserie ou la cuisine en général, proposant un tas d’articles introuvable partout ailleurs comme du sucre vert pour la barbapapa ou une machine pour faire des gaufres en forme d’étoile. Oui, c’était inutile...mais sympa.

Du coup, rien que pour des satanés vermicelles de gonzesse, Hideaki devait troquer son pyjama beaucoup trop confortable et braver vents et marrés pour aller à cette boutique. Pas que la jeune fille était flemmarde, au contraire, mais bon, devoir s’habiller (incluant donc de mettre un soutien-gorge, objet de torture exclusivement féminin), devoir se coiffer un minimum afin de ne pas ressembler à un arbre mort, et devoir sortir dehors, voir des gens... Ah c’était fatiguant d’avance, surtout qu’elle n’avait pas trop dormi la veille, préférant terminer sa saison de Psycho-pass pour la 54646ème fois... Mais bon... Elle devait vraiment y aller... Du moins, si elle ne s’y forçait pas maintenant, elle oublierait certainement et jamais elle ne les aurait.

Bien sur elle aurait pu demander à son frère de faire la commission, il aurait été grassement récompensé par une demi-douzaine de gâteaux, sauf qu’elle avait fait cette erreur une fois en lui demandant de lui ramener du sucre vanillé... Sans savoir comment ni pourquoi, Ayato lui avait ramené du sirop de vanille. Pourtant il n’était pas si idiot d’habitude, promis ! Enfin, quand bien même il ne referait peut-être pas deux fois une erreur de la sorte, parfois force est de constaté que l’on est jamais mieux servit que par soi-même. Du coup, au diable le petit short en coton et le vieux t-shirt d’Haizaki bien trop confortable, et bienvenu au short en jean et au petit chemisier boutonné jusqu’en haut afin de ne pas attirer les pervers (le short faisait assez son effet comme ça, mais chaleur oblige...).

-Je vais en ville maman !

-D’accord, à plus tard ma chérie.


Un bisou sur la joue et ses bottes enfilées, la jeune fille était déjà dans la rue en direction de son Saint Graal. Shinjuku était sans doute l’un des quartiers qu’elle connaissait le mieux pour y avoir maintes fois trainé avec la bande de son frère ou Shuzo par le passé. Certaines boutiques ne manquait pas de le lui rappeler d’ailleurs pour avoir été les hôtes de quelques unes de leurs aventures, qu’elles soient insignifiantes ou plus importantes. Un pêle-mêle de souvenir lui revenait à chaque fois qu’elle passait par la rue principale ou dans les plus petites ruelles. Elle avait l’impression que chaque recoin du quartier pouvait lui rappeler quelque chose sur le brun, même des années plus tard.

Le pire était certainement le parc qu’ils traversaient tout les deux pour se rendre chez la jeune fille quand elle devait l’aider pour ses révisions et ses devoirs. Il était le plus court chemin pour aller du banc à chez elle et était donc utiliser à maintes reprises. Ils s’arrêtaient parfois pour manger une glace ou juste pour discuter rien que tout les deux sans être dans un cadre scolaire avec l’aide qu’elle lui apportait. Alors pour elle, ce parc, bien que loin d’être l’un des plus beaux de la ville –au contraire- était vraiment spécial.

Malheureusement, bien que l’aspect de l’endroit soit assez romantique pour Hideaki, elle savait très bien que ce n’était le cas que pour elle, et d’ailleurs, jamais elle n’aurait l’idée de passer un rendez-vous galant ici... C’est que l’endroit était surtout connu par ici pour être un repère de racailles en tout genre, qu’ils soient de la bande de son frère ou d’une autre, il était souvent le point de rassemblement de pas mal de gens peu fréquentables et un lieu de bagarres de groupe particulièrement appréciés par ces messieurs.

Oh, pas que la lycéenne n’ait peur ou qu’elle ne se sente mal par ici, le problème ne serait certainement pas pour elle qui avait l’habitude, et qui, de toute façon, de se ferait pas embêter bien longtemps. Mais le souci se poserait pour l’autre personne l’accompagnant... Déjà, l’idée de se balader dans un parc délabrer était moyenne de base, mais en plus, il était facile de se faire agresser si on avait le malheur de s’asseoir sur le mauvais banc, comme ce garçon là-bas. Franchement... Ils n’avaient rien d’autre à faire que d’embêter ce pauvre jeune homme seul et visiblement sans défense ?

-Pour aller s'en acheter il faut de la thune, hein Tôru !?

-Ouais ! Trop aimable à toi de nous en prêter mec !


Ridicules ces garçons, d’ailleurs il lui semblait les connaître... Ah oui ! La bande de son frère s’était déjà battue contre la leur l’année dernière, oh ça n’avait pas été très intéressant pour le coup, et ces deux garçons avaient fuit la baston avant la fin, bien amochés. Ah ça faisait moins les fiers face à plus fort qu’eux. Vraiment trop ridicules.

Oh tiens ! Le garçon se met debout ! Il a l’air plutôt grand en plus, il va certainement leur mettre une raclée et ils vont encore partir la queue entre les jambes et l’air penaud, ahah bien fait !

-Vous avez pas le droit de faire ça ! C'est à moi

-Et toi ? On t'as dis que c'était notre banc, si ça te plaît pas t'avais qu'a poser ton cul ailleurs c'est clair


Le plus grand des deux voyous repoussa le joli garçon sur le banc d’un coup et fouillaient dans son sac. Pourquoi il ne faisait rien ? Ils n’étaient que deux, ce n’était pas la mer à boire et un coup de poing dans le nez ça ne coutait rien... Aller quoi, bouge toi un peu...

Akina continua d’observer la scène d’assez loin sans rien faire, cependant elle pouvait sentir son enervement monter. Pas qu’elle soit une justicière mais ce pauvre garçon lui faisait presque de la peine, se faire agresser alors qu’il semblait manger tranquillement ses gâteaux, c’était trop cruel pour rester impuni, surtout quand on connaissait un peu ses agresseurs...

Bon, elle n’avait pas fait de bonne action depuis longtemps, elle pouvait bien faire ça... La jeune fille s’approcha d’un pas décidé des trois garçons et enlaça l’agressé qui sursauta sous son étreinte.

-Maya te voilà enfin je t’ai appelé mais tu n’a pas répondu, j’ai eu du mal à te trouver... Oh ? Qui sont ces garçons ?

-Oh tu déranges là, dégage connasse !

-Attend Tôru, j’crois que c’est sa copine... Elle est bien bonne...Ecoute, on pourrait laisser ton copain si tu viens avec nous


Pathétiques... Hideaki préférerait mourir que de laisser ce genre de garçons poser la main sur elle, mais bon quand il s’agissait de jouer la comédie, la jeune fille était la meilleure.

-Hein ? Mais pourquoi... Je ne comprends pas... Maya qui sont ces gens ?

-Y’a rien à comprendre viens avec nous chérie

-Je...non...non...

-Aller fais pas ta timide, avec ton petit short là, c’est pour nous aguicher. C’est quoi ton petit nom ?

-Hideaki Akina

-Akina ? Akina comme Akina ?

-Comme Akina Ayato ?

-C’est mon frère.

-Oh merde... Viens on se casse c’est mort !!


Et une fois de plus les deux garçons prirent la fuite, et encore plus rapidement que la première fois. Décidément bien trop ridicules. Hideaki quant à elle se retourna vers le jeune homme après avoir ramasser sa sacoche.

-Tiens, et désolé de t’avoir prit par surprise, mais bon tu semblais avoir un peu de mal alors...alors voilà...

Elle lui tendit son sac avec un petit sourire timide, le garçon en face d’elle, bien que super nul pour se défendre lui et son butin, était vraiment, vraiment...vraiment, très beau.

-Tu devrais faire attention où tu traines quand même, sinon il pourrait t’arriver des bricoles... T’es un touriste ?

Techniquement, elle savait que ce genre de question était assez importune, et loin d’elle l’envie de l’embêter, il avait sans doute déjà eu son quota d’embrouilles pour aujourd’hui, mais d’un côté elle ne pouvait laisser à ce garçon un arrière goût amer des gens du coin, elle se devait donc d’être sympathique non ?





(c) MEI SUR APPLE SPRING


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fukuda Sôgô
avatar



InformationsMessages : 33
Date d'inscription : 03/09/2015
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Sweet Tokyo [ PV Akina Hideaki ]   07.10.15 9:12


Sweet Tokyo

feat. Akina Hideaki


Shota Hideyoshi n'avait jamais aimé la bagarre. Il trouvait ça d'un vulgaire inqualifiable. Se taper dessus et pour quoi faire ? Pour se prouver que l'on est le plus fort ? Pour assouvir un besoin de puissance et de supériorité ? C'était tellement stupide et vide de sens.... S'il devait nuire à une personne en particulier, Shota n'allait lui coller son poing sur le coin du nez ! Non non ! Il s'y prendrait avec davantage de finesse ! Il agirait bien plus sournoisement, faisant ses petits coups bas par derrière ! Bah oui ! Ce n'était pas parce qu'il aimait pas se comporter comme un rustre bagarreur qu'il était pour autant un enfant de chœur ! Il n'était pas une racaille non plus.... Entre les deux extrêmes il y avait une grande marge dans laquelle ce situait le garçon de Shizuoka

Une fois ! Une seule fois Shota était sorti de ses gongs et s'était adonné à une baston entre mecs de son lycée. Ce jour là on avait insinué qu'il aurait volé des affaires appartenant au mec de sa classe situé sur le siège derrière lui. Et s'il y avait bien une chose que Shota détestait c'était ca : qu'on accuse délibérément les gens sans apporter aucune preuve fondée de leur prétendue culpabilité ! Ses parents avaient souffert de ça avec l'histoire du collier perdu des Akashi et depuis il s'était promit de ne plus jamais laisser quiconque tenter de déshonorer le nom des Hideyoshi, dusse t-il employer les poings pour protéger cet honneur familial . Il n'avait pas oublié la douleur de son nez qui pissait le sang et le goût métallique de l'hémoglobine dans sa bouche. Définitivement, plus jamais il ne voulait ressentir ça !

Alors, quand les garçons s'étaient approchés de lui avec leur air bourru de ceux qui cherchent des noises, Shota avait préféré faire profil bas Ils étaient en supériorité numérique et ils avaient l'avantage de connaître la ville, ce qui n'était pas le cas d'Hideyoshi. Par ailleurs, ce dernier n'avait pas fait quelque chose de mal et il estimait, à juste titre, avoir le droit de poser son derrière sur ce banc comme sur n'importe quel autre banc du parc. N'était ce pas la définition même d'un parc public ? Cela ne voulait-il pas dire que le parc était ouvert à toutes et à tous sans aucune restriction ni discrimination ?

Et dire que ces mecs aux manières primaires voulaient lui voler sa boite contenant ses pâtisseries ! Et puis quoi encore ? C'était des mets bien trop raffinés pour des garçons aussi grossier. Par ailleurs Shota les avait payé une véritable petite fortune et il n'avait aucune envie de les partager avec eux ! Avec une jolie fille à la rigueur, pourquoi pas....

Mais avant même qu'il n'ait pu faire quoique ce soit, on venait de lui subtiliser sa sacoche contenant ses papiers personnels. Il s'était levé pour la récupérer mais le coup qu'on lui donna dans l'épaule le dissuada de faire une quelconque riposte... une chance qu'en retombant lourdement assis sur le banc il n'ait pas écrasé ses gâteaux ! Ça devait être grâce à l'amulette qu'il avait glissé dans la poche de son jeans ça !

Depuis qu'il avait fait la rencontre du garçon aux cheveux verts dans le train le conduisant à Tokyo, Shota avait fait une tentative d’intéressement aux horoscopes. Ce Midorima avait essayé de lui expliquer qu'il était bien plus efficace et rationnel de se fier à un horoscope journalier plutôt qu'à des talismans en toc vendu dans les temples pour satisfaire les achats des touristes.... Mais trouver l'objet qui convenait à son signe n'était pas aisé. Par exemple, aujourd'hui pour les béliers le lucky items était un tableau de maître ! Oui ! Rien que ça !!! Vous avez une idée du prix d'une toile de maître ???? Fallait-il être milliardaire pour suivre les conseils d'un horoscope stupide ? Est ce que les reproductions fonctionnaient ? Sans doute moins bien que les originaux...

Shota se demandait même comment faisait Midorima pour réussir chaque jouràa trouver l'objet idéal pouvant lui porter chance ! Finalement, les talismans et les amulettes étaient bien moins casse tête ! Et puis si ce Midorima aurait prit un peu de son temps pour s’intéresser à la vraie superstition, il aurait rapidement compris qu'il fallait qu'il se teigne les cheveux d'une autre couleur s'il voulait considérablement augmenter son quota de chance ! Le vert était une couleur qui portait la poisse ! Comment Midorima pouvait ne pas le savoir ?! Ne lui avait-on jamais dit, par exemple, que le vert était une couleur interdite dans les cinémas ? A chaque fois qu'un cinéma s'habillait de vert il finissait par être victime d'incendie ! Phénomène paranormal ou pas... chacun était libre de croire ou de penser ce qu'il voulait. N’empêche que si Shintaro Midorima aurait été un cinéma, cela fait belle lurette qu'il aurait fini en torche humaine !

Shota sursauta d'un seul coup quand une jeune fille qu'il ne connaissait pas l’enlaça avant de s'adresser à lui avec un sourire

-Maya te voilà enfin je t’ai appelé mais tu n’a pas répondu, j’ai eu du mal à te trouver... Oh ? Qui sont ces garçons ?

Hé ? Shota la regarda un instant pour être certain qu'elle ne s'était pas planté de personne. Déjà il ne s'appelait pas Maya ! Non mais maya quoi.... comme l'abeille..... Le jeune homme fronça légèrement les sourcils face à ce nom qu'il trouvait ridicule. A moins que c'était maya.... comme la civilisation antique qui portait un intérêt tout particulier à la superstition ? Shota se plaisait à croire que c'était le second cas.

En tout cas, il était tout bonnement impossible que cette fille le connaisse pour la simple et bonne raison que c'était la première fois de sa vie que Shota mettait les pieds à la capitale ! Peut être le confondait elle avec un sosie ! Vous savez ce qu'on dit ? Il existerait sur terre une parfaire copie conforme de chaque être humain. On appel ce phénomène un doppelganger... Et il paraîtrait que voir son doppelganger déclencherait la mort.... Alors admettons que cette fille le prenne effectivement pour son double, leur rencontre était de très mauvais augure dans là mesure où le double en question se trouvait dans la même ville que Shota actuellement ! Non non non il n'était pas venu à Tokyo pour y décéder !

L'arrivée de la jeune fille ne sembla pas perturber les autres abrutis finis qui s’adressèrent à elle comme si elle était une moine que rien, une traînée... Ça choqua Shota ! Pour qui se prenaient-il pour lui parler de cette manière ? Certes.... Certes Hideyoshi savait que tout le monde ne vivait pas dans le pays des bisounours mais de là à s'adresser comme ça à une jeune fille ( charmante cela dit en passant ).... Mais le moins que l'on pouvait dire c'est qu'elle n'était pas du genre à se laisser impressionner !

-Hein ? Mais pourquoi... Je ne comprends pas... Maya qui sont ces gens ?

Bim ! Éclair de génie ! Shota compris enfin ce qu'était en train de faire la jeune fille et il lui fit un léger sourire avant de lui prendre la main à son tour, bien décidé à lui offrir un petit aperçu de ses talents d'acteurs. Mais il n'eut même pas le temps de sortir la moindre phrase que les deux mecs détalèrent la queue entre les jambes dés qu'ils entendirent le nom de la demoiselle : Akina Hideaki.....

Dés qu'elle eut annoncé son lien de parenté avec ce fameux « Ayato », les mecs perdirent le peu de couleur qui ornait encore leur visage avant de détaler comme des lapins. Pour le coup, Shota ne savait pas s'il devait être rassuré de rester seul en compagnie de cette fille capable, par ses simples paroles, d'effrayer des garçons si querelleurs

-Tiens, et désolé de t’avoir prit par surprise, mais bon tu semblais avoir un peu de mal alors...alors voilà...

Elle lui rendit son sac et Shota le récupéra sans lâcher du regard la fille en question. Il était légèrement soupçonneux. Pour le moment elle n'avait pas l'air bien hostile et il fallait même avouer qu'elle avait sorti Shota d'un sacré guêpier. Il lui offrir donc son sourire le plus charmeur alors qu'il prenait enfin la parole pour la remercier

« Ce n'est rien ne t'en fais pas. Je te remercie de m'avoir aidé, c'était vraiment gentil et sans toi je ne sais pas trop comment je m'en serai sorti »

Il leva un peu les sourcils avant de prendre la boite contenant les pâtisseries sur ses genoux. Et dire que les autres débiles voulaient les lui voler ! Qu'ils lui volent son sac et ses papiers étaient une chose ! Mais pas touche à ses gâteaux !!! Ça, c'était sacré ! Et que personne ne s'avise à lui faire remarquer qu'il devait revoir l'ordre de ses priorités !

-Tu devrais faire attention où tu traînes quand même, sinon il pourrait t’arriver des bricoles... T’es un touriste ?

Shota inclina légèrement la tête sur le coté, la mèche de cheveux qui lui barrait le visage glissa sur le coté droit de son visage. Un nouveau sourire, un peu désolé celui-là, s'afficha sur son visage

« Et bien oui... Je ne suis pas d'ici. Je viens de Shizuoka. C'est la première fois que je mets les pieds à Tokyo et je dois dire que je ne m'attendais pas à tomber sur de pareilles rencontres.... Je suis venu dans le quartier pour suivre les conseils d'un guide qui vantait la qualité des pâtisseries d'un boutique.... »

Shota ouvrit la boite pour dévoiler le trésor qui reposait à l'intérieur. Le mini Saint-honoré était toujours si merveilleusement appétissant. Les choux étaient parfaitement harmonieux et disposés dans un cercle sans défaut. Des petits files de caramel cristallisé les recouvraient de façon décorative et Shota savait par avance que ce caramel là apporterait un peu de croustillant au dessert fondant ! Le parfait lui avait déjà été entamé par le garçon avant qu'il ne se fasse interrompre brusquement dans sa dégustation par les racailles qu'Akina avait chassé.

« Je ne sais pas si tu aimes les pâtisseries mais moi je les adore.... Je te dois une fière chandelle pour m'avoir aidé à me débarrasser de ces types. Si tu veux, on peut partager les gâteaux ensemble, j'avais justement demandé une seconde cuillère à laquelle je n'ai pas touché »

Joignant le geste à la parole, Shota tendit la cuillère en plastique la la jeune fille. Si ça se trouve elle aimait pas les pâtisseries.... Surtout celles-là ! C'était des pâtisseries françaises réputées pour avoir une teneur en sucre assez élevée. Les japonais, peu habitués à ce genre de choses, n'en était pas tous friands. Bah... si elle n'aimait pas tant pis pour elle ! Shota aurait meilleure part ! Et si elle aimait alors tant mieux ! Elle allait pouvoir déguster des gâteaux qui étaient pas loin d’être les meilleurs que Shota ait mangé de sa vie !

Il décala un peu la boite dans la direction de la jeune fille pour lui permettre d'avoir un meilleur accès au contenu. Il enfonça sa cuillère dans la petite couronne formée par les choux du Saint-honoré et se saisit de l'un deux pour le porter à la bouche. Mon dieu.... Tout était parfait ! La consistance du choux, sa cuisson, la texture de la crème, son goût vanillé dosé merveilleusement bien... Les joues de Shota prirent une petite coloration rouge alors qu'il soupirait de bien être. La décision était prise ! Plus tard il serait pâtissier afin de pouvoir ravir le palais de ses clients tout comme ce saint-honoré du paradis ravissait le sien !

Il reposa malgré tout la cuillère afin de ne pas tout engloutir d'un seul coup comme un morfale et de regretter de n'avoir pu faire durer un peu plus cette dégustation agréable. Son regard carmin se leva pour se poser sur le visage d'Hideaki. A vu d’œil, Shota aurait dit qu'elle devait avoir son age... Un an plus vieille ou plus jeune que lui peur être ? Il avait du mal à évaluer. Mais ce qui le frappa c'était surtout ses yeux..... de magnifiques yeux d'un rouge carmin semblable aux siens. C'était rare de voir des gens avec cette couleur d’œil là. En fait, mise à part lui et Akashi Seijuro, Shota n'en avait jamais vu d'autre. Etait-ce à cause de cette couleur particulière que la jeune fille laissait une mèche de ses cheveux dissimuler son œil droit ? Une tentative comme une autre pour cacher sa particularité oculaire ? Elle n'avait pourtant pas à en avoir honte, elle avait un regard sublime et envoûtant.

« Tu les connaissais ces garçons ? En tout cas... ton nom à lui seul à suffit à les effrayer. Je me demande bien pourquoi. Tu as l'air d’être une fille charmante et sympathique »

Un nouveau sourire étira les lèvres de Shota alors qu'il replaça une la longue mèche de ses cheveux derrière son oreille. Celle là y resta quelques secondes avant de glisser pour reprendre sa place initiale en encadrant son visage à la peau si pâle.

« Ou peut être que je devrai moi aussi me méfier de toi ? »



Kuroko's Basket


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kirisaki Daiichi
avatar



InformationsMessages : 96
Date d'inscription : 31/08/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #660099

RP terminés: 0

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: Sweet Tokyo [ PV Akina Hideaki ]   07.10.15 19:38


Sweet Tokyo

Avec - Hideyoshi Shota



Hideaki n’avait pas peur de se battre, au contraire. Il lui était souvent arrivé de filer une rouste à des filles au collège lorsqu’elles commençaient à trop l’énerver, ou même à prendre part à certaines bagarres de son frère lorsqu’elle le jugeait nécessaire. Les garçons disaient même d’elle qu’elle avait un bon coup de pied et qu’elle pourrait en terrasser certains d’entre eux sans problème.

Pourtant elle n’avait pas toujours été comme ça, bien au contraire. Si elle avait commencé à soigner les blessures de son frère dès le plus jeune âge, et celle de ses amis par la suite, elle ne manquait pas de les réprimander à chaque fois en leur prouvant à quel point c’était idiot. Akina était protectrice envers les gens qu’elle aimait, et les voir se blesser inutilement lui fendait le cœur à chaque fois, c’est pourquoi elle essayait tant bien que mal de les en dissuader.
Plutôt maternelle envers ces garçons, c’était avec Nijimura que c’était le plus flagrant. Le jeune homme avait droit à ses pâtisseries préférées plus souvent que les autres, plus de câlins, de sourires, mais aussi plus de morales et de regards réprobateurs. Quand ce dernier avait commencé à changer et à s’assagir, Hideaki avait été contente, alors bien sur elle le voyait un peu moins, mais il n’avait plus d’hématomes ou d’égratignures, alors elle en était contente. Un peu naïvement, elle avait fini par placer tous ses espoirs en lui, à se dire que si Shuzo avait réussi à se ranger, les autres pouvaient le faire aussi.

Sauf que Nijimura avait finit par partir, emportant tout avec lui, notamment le cœur de la jeune fille. Après ça, elle avait indéniablement changé, tout le monde l’avait remarqué sans lui oser lui en parler pour autant. Une lente déchéance qui avait commencé par de l’absentéisme en cours, faisant drastiquement baisser ses notes. Puis un comportement qui ne semblait plus aussi exemplaire, devenant insolente et répondant aux professeurs. S’en suivirent des insultes, des bagarres et tout un tas de choses pour lesquelles Hideaki avait un jour fait la morale à son ancien amour.

Elle savait que c’était nul ce qu’elle faisait, mais comme ça, elle avait presque l’impression de se rapprocher de lui, en vivant ce qu’il avait vécu. Même si c’était inutile, au contraire, elle avait la sensation que sa vie lui échappait à mesure qu’elle plongeait dans la délinquance. Puis vint le déclic, le regard de sa mère, le même que lorsque son père rentrait imbiber d’alcool. Elle s’était pourtant promis de ne plus le faire affiché sur son visage fatigué…

Après tout cela, elle n’avait pas abandonné les garçons pour autant, bien qu’elle ne participe plus à leurs activités de plus en plus illicites. Elle essayait de faire ce qu’elle pouvait pour eux, en espérant qu’ils trouvent le moyen de s’en sortir. Elle savait que ce n’était pas facile, mais pas impossible non plus. De toute façon, elle restait là, elle.

L’avantage non négligeable à tout cela, c’est qu’elle n’avait plus besoin de personne pour se défendre, et son simple nom suffisait à calmer certains idiots. Si jamais d’autres avaient assez de courage pour continuer à l’emmerder, elle n’hésitait tout de même pas à jouer de ses poings quand cela devenait nécessaire. D’ailleurs, si elle aurait été seule et que ces deux énergumènes se seraient attaqués à elle, c’est ce qu’elle aurait fait. Un bon coup de pied bien placé comme elle savait les donner et ils seraient repartis en pleurant… Par contre, elle ne pouvait pas faire cela devant un garçon qu’elle ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam, sauf si elle voulait l’effrayer et lui piquer son portefeuille après. Ce qui ne l’aurait pas aidé nous sommes d’accord.

En plus, maintenant qu’elle le voyait de plus près, il était clair que physiquement, il n’était pas du genre à se battre. Très beau garçon, une silhouette élancée et une odeur sucrée, sans même lui parler, elle devina que le jeune homme était plutôt du genre calme et à ne pas chercher d’histoire. L’exact contraire de tous les garçons qui l’entourait à vrai dire. Akina espérait qu’il ne prenne pas mal la soudaine proximité d’une inconnue et qu’il l’envoi sur les roses avant qu’elle n’ait pu l’aider. Seulement le garçon attrapa sa main, visiblement prêt à jouer son jeu. Du coup, c’est presque malheureusement qu’elle constata la non nécessité d’aller plus loin vu que le simple nom de son frère suffit à faire fuir ces deux guignols… Avec ça, c’était presque sur que le brun qu’elle avait sauvé allait avoir peur lui aussi tiens…

-Ce n'est rien ne t'en fais pas. Je te remercie de m'avoir aidé, c'était vraiment gentil et sans toi je ne sais pas trop comment je m'en serai sorti.

Ah mon dieu mais…mais c’était quoi ce sourire ? Il était beaucoup trop beau pour appartenir à un humain normal. Non et non, ce mec était certainement un extra-terrestre venu sur Terre pour charmer les jeunes filles sans défenses et les amener dans leurs soucoupes pour manger leurs boyaux (bon appétit). Rien que pour ce charmant –et beaucoup trop beau- sourire, Akina ne regrettait pas d’avoir sauvé le jeune homme.

-Et bien oui... Je ne suis pas d'ici. Je viens de Shizuoka. C'est la première fois que je mets les pieds à Tokyo et je dois dire que je ne m'attendais pas à tomber sur de pareilles rencontres.... Je suis venu dans le quartier pour suivre les conseils d'un guide qui vantait la qualité des pâtisseries d'une boutique...

-Oh je vois, c’est vrai que tu ne pouvais pas savoir alors, mais ce parc est assez mal fréquenté…

Et c’était peu de le dire, cependant elle n’allait pas commencer à faire un exposé sur les personnes foulant le sol du parc et leurs activités… Déjà, c’était chiant, on s’en foutait, et le brun allait finir par détaler comme un lapin.

Alors, comme ça le jeune homme était venu jusqu’ici pour une pâtisserie... Alors soit il avait très faim, soit cette dernière devait vraiment valoir le coup, à sa connaissance il n’y avait guère que la boutique française non loin dont elle avait faillit lécher la vitrine sans jamais oser passer ses portes. Les prix affichés étaient bien trop élevés et elle trouvait cela ridicule de débourser des sommes folles dans un gâteau qui serait digérer comme les autres quelques heures plus tard.

Quand le brun ouvrit la boite sur ses genoux, Akina se pencha par-dessus pour voir son contenu, et elle devait bien avouer que tout cela donnait envie. Elle sentait sa bouche se remplir de salive rien qu’à regarder les choux à la crème… Ah si seulement elle pouvait en faire des comme ça… Enfin, pas sur que les garçons de la bande ou ceux du club de basket en apprécie vraiment toutes les saveurs alors dans un sens ce n’était pas plus mal.

-Je ne sais pas si tu aimes les pâtisseries mais moi je les adore.... Je te dois une fière chandelle pour m'avoir aidé à me débarrasser de ces types. Si tu veux, on peut partager les gâteaux ensemble, j'avais justement demandé une seconde cuillère à laquelle je n'ai pas touché.

-Pour de vrai ? Je vais vraiment pouvoir en manger ? Oh non j’ose pas t’as du les payer la peau des fesses… Mais ils ont l’air trop bons je suis dans un conflit intérieur vraiment très difficile…


Aussi polie qu’Akina tentait d’être, la cuillère que le garçon lui tendit eu raison d’elle et de sa gourmandise, il n’en fallut pas plus pour qu’elle la plonge dans un des gâteaux.

Ça lui faisait mal au cul de l’avouer, mais c’était… C’était un vrai délice. A sa connaissance, elle n’avait surement jamais mangé de chou à la crème aussi bon, même ceux de sa mère n’atteignaient pas ce niveau de perfection. Le goût de vanille se diffusait sur son palais…Exquis… Certainement que la vanille était une des saveurs préférée de la jeune fille après le caramel alors forcément, la crème était un vrai délice.

Hideaki releva la tête vers le jeune homme et fut surprise de constater des rougeurs sur ses joues suite à sa dégustation qu’il semblait vraiment apprécier. Il était encore plus mignon comme ça et cela eu le mérite de la faire sourire.

-Tu as l’air d’aimer non ? C’est rare qu’un mec aime ça, je sais de quoi je parle…

C’est vrai que, mis à part Shuzo, les autres garçons semblaient préférer les pâtisseries plus conventionnelles et un poil moins sucrées, comme les biscuits. Bien sur aucun ne crachait sur des muffins au chocolat ou des beignets à la confiture. Cependant elle ne se gênait pas pour essayer ce qu’elle voulait peu importe les goûts de chacun, elle trouverait toujours quelqu’un pour gouter et aimer ses créations. Oh bien sur elle ne faisait que des choses relativements simples et elle savait qu’elle n’avait absolument pas le niveau de ce qu’elle était en train de manger, mais elle se débrouillait pas mal. De mieux en mieux même… Elle aurait bien aimer montrer ses progrès à Shuzo.

-Tu les connaissais ces garçons ? En tout cas... ton nom à lui seul à suffit à les effrayer. Je me demande bien pourquoi. Tu as l'air d’être une fille charmante et sympathique... Ou peut être que je devrai moi aussi me méfier de toi ?

-Plus ou moins… Disons que je connais pas mal de monde dans le quartier vu que je traine souvent à Shinjuku. Mais t’inquiète pas, tu viens de me faire gouter les meilleurs choux à la crème de ma vie alors je vais pas te faire la peau.


Un petit rire lui échappa alors qu’elle sortit un mouchoir de sa poche pour s’essuyer la bouche avant d’en tendre un au garçon. Elle en profita d’ailleurs pour tenter de changer de sujet, elle ne voulait pas vraiment s‘épancher sur la réputation de son frère, qui malheureusement –ou heureusement dans son cas aujourd’hui- la suivait partout où elle allait.

-D’ailleurs je remarque que tu me nourris mais je ne connais même pas ton nom, alors que toi tu connais visiblement le mien. Je suis en position de faiblesse, ce serait plutôt moi qui devrait me méfier~


Akina lui fit un sourire innocent avant de lécher sa cuillère afin de profiter encore un peu du goût sucré de la crème à la vanille. Avec tout ça, elle en avait presque oublier la raison de sa sortie, à savoir ses vermicelles roses. Le garçon avait dit aimer les pâtisseries, et même si elle ne le connaissait absolument pas, elle avait envie de lui proposer de venir avec elle à cette petite épicerie qui serait susceptible de lui plaire… Et au moins pour lui éviter d’être tout seul et de peut-être recroiser les deux abrutis, surtout s’ils avaient décidé de rejoindre leurs amis, là, il serait dans de beaux draps.

-Je ne pense pas qu’elle soit dans ton guide, mais je connais une épicerie sympa qui vend pleins d’articles pour les fans de pâtisserie, alors je ne sais pas si tu te contente de manger ou si tu en fais aussi… Mais vu que je doit m’y rendre pour un truc, on pourrait y aller ensemble… Non ?


Akina leva ses yeux vers ceux du garçon en face d’elle, ils avaient presque la même teinte que les siens c’était étonnant. Il ne semblait d’ailleurs pas en être complexé alors qu’elle les détestait, les cachant souvent derrière des lentilles colorées afin de les camoufler… Si Shuzo savait ça, certainement que ce serait à son tour de lui faire la morale, lui qui les aimait tant.






(c) MEI SUR APPLE SPRING




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fukuda Sôgô
avatar



InformationsMessages : 33
Date d'inscription : 03/09/2015
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Sweet Tokyo [ PV Akina Hideaki ]   20.10.15 14:43


Sweet Tokyo

feat. Akina Hideaki


Tokyo avait toujours était une ville qui avait attiré la convoitise de Shota. Allez savoir pourquoi. Peut être parce qu'elle était si différente de l'ancienne capitale du Japon qu'était Kyoto. Kyoto... la traditionnelle, la magistrale, la conservatrice..... Face à elle, Tokyo avait des aires de révolutionnaires, de modernité et d'audace et de liberté.

Après l'incident produit avec la famille Akashi, Tokyo avait été une ville envisagée par ses parents pour s'y installer. Shota en aurait été heureux. Tokyo c'était l'anonymat retrouvé. C'était la promesse d'une nouvelle vie si loin et si différente de celle que la famille Hideyoshi avait connue avant. Mais au lieu de ça, c'est à Shizuoka que la famille déposa ses bagages. Une ville bien plus petite mais toute aussi charmante. Sa proximité avec la mer et la montagne en faisait un endroit de villégiature apprécié par beaucoup de Japonais. Un petit endroit digne des plus jolies cartes postales que Shota avait appris à aimer et dans laquelle il avait grandit jusqu'alors

La ville de Tokyo avait ainsi conservé son charme chimérique. Il avait souvent fantasmé de parcourir ses rues surpeuplées, de découvrir ses quartiers, de croiser ces jeunes dont le style vestimentaire résistait à tous les dictas de la modes érigée par la haute couture ou les tendances.... Chacun ici était libre de vivre sa vie comme il l'entendait.

Dans ce contexte, pas étonnant que les guides touristiques et les livres épais parlant de Tokyo s’entassaient sur des étagères de la chambre de Shota. Tous rangés par ordre alphabétique, par collection et du plus grand au plus petit, cela allait de soit.... Shota ? Maniaque ? Non ! Ne vous y trompez pas, il était simplement ordonné et méticuleux dans bien des domaines de la vie. Dans sa façon de cuisiner par exemple. Si il était écrit sur la recette qu'il fallait 75 grammes de farine de blé fluide alors ça serait 75g et pas un gramme de plus ou de moins même si au définitive cela ne ferait pas une énorme différence dans la recette finale !

Au basket aussi Shota était quelqu’un de particulièrement attentif. Il avait ses petites manières que d'autres joueurs de Fukuda s'amusaient à critique davantage pour le taquiner que par réelle moquerie. Par exemple, Shota prenait soin de toujours mettre des chaussettes vertes ! Il se fichait pas mal que l'on vienne à critique la couleur de ces dernières qui n'allaient pas du tout avec le reste de la tenue de basket. Le vert était la couleur de l'espoir ( sauf lorsqu’il était associé à un homme, comme c'était le cas des cheveux de celui rencontré dans le train ! ). En portant des chaussettes de cette couleur il espérait pouvoir se prémunir de l'espèce de mauvais sort qui s'attaquait à lui dés qu'il passait la ligne de la raquette !

De même manière, quand Shota entrait sur le terrain, c'est toujours le pied gauche qu'il posait en premier sur le parquet. Le gauche ! Pas le droit ! Vous pourrez vérifier, cela était vrai à chaque fois !

Les exemples de ce genre étaient légion dans la vie du jeune garçon et nous aurions pu disserter encore pendant des heures pour tous les évoquer. Les puristes parleront de stupidité et de croyance naïve. Les personnes à l’esprit un peu plus ouvert y verront une démarche, certes superstitieuse, mais hautement réfléchie !

-Pour de vrai ? Je vais vraiment pouvoir en manger ? Oh non j’ose pas t’as du les payer la peau des fesses… Mais ils ont l’air trop bons je suis dans un conflit intérieur vraiment très difficile…


Shota ne put retenir un sourire un peu plus franc alors qu'il poussait dans la direction de la jeune fille la boite contenant les pâtisseries et la petite cuillère. Il était vrai qu'il avait payé tout ça « la peau des fesses » pour reprendre son expression si imagée. Mais dés que le gâteau toucha son palais, dés que la saveur vanillée de la crème, le croquant du caramel, la finesse du chocolat entrèrent dans la bouche, il sut qu'il ne regrettait pour rien au monde d'avoir usé de son argent pour acheter pareille merveille.
-Tu as l’air d’aimer non ? C’est rare qu’un mec aime ça, je sais de quoi je parle…
Shota prit le temps d'avaler ce qu'il avait dans la bouche avant de se saisir d'une serviette en papier pour s'essuyer les lèvres. Il tourna la tête sur le coté pour la regarder et il se redressa sur le banc, dominant presque Akina de toute sa hauteur avec une certaine fierté. Oui c'est vrai. Oui il aimait les pâtisseries et aux autres douceurs sucrées alors qu'il était un garçon mais cela ne lui causait nullement de soucis et il assumait sans mal cette gourmandise dont il était souvent victime

« J'aime beaucoup c'est vrai. Pourquoi n'aurait-on pas le droit d'aimer manger du chocolat ou des biscuits parce que l'on est un garçon ? C'est stupide de penser cela et il y a bien qu'au Japon que l'on retrouve ces clichés. Il suffit d'ailleurs de prendre l'exemple de la France où les plus grands maîtres pâtissiers, chocolatiers ou même cuisiniers sont des hommes.... Preuve est faite que l'on peut avoir un palais délicat et quelque chose dans son pantalon...... »


Quoi ? Qui ose dire que Shota avait une façon de s'exprimer un peu trop pompeuse ou soutenue ? N'importe quoi ! C'est vous, ceux qui osaient le lui faire remarquer, qui êtes des personnes au langage défaillant ! D'ailleurs, pour en revenir au mec qu'il avait croisé dans le train, celui avec ses détestables cheveux verts, lui aussi s'exprimait de jolie façon ! Des phrases parfaitement construites, un vocabulaire choisi avec soin.... Cela avait l'avantage de contrebalancer l'aspect grotesque de sa couleur capillaire.

-Plus ou moins… Disons que je connais pas mal de monde dans le quartier vu que je traine souvent à Shinjuku. Mais t’inquiète pas, tu viens de me faire gouter les meilleurs choux à la crème de ma vie alors je vais pas te faire la peau.

Le rire de Shota fit écho à celui d'Akina.

« Voila qui est rassurant. J'aurai été bien mal embarqué si tu aurai décidé « me faire la peau ». Je ne suis pas venu à Tokyo pour y trouver la mort ! Et j'attendais ce voyage avec tant d'impatience »


Mais l'avantage c'est qu'elle venait de confier connaître ce quartier. Elle connaissait donc Shinjuku qui était réputé comme un quartier d'affaire incontournable dans la capitale. Réputée pour ses barres d'immeuble et sa gare reproduite dans de nombreuses œuvres ou de nombreux mangas. L'idée de pouvoir faire d'Akina son guide touristique pour la journée afin d’évoluer dans le secteurs sans craindre de mauvaise rencontre commença à naître dans le cerveau de Shota. Il allait s’apprêter à lui en faire la demande lorsqu'une fois de plus elle prit la parole pour mettre le doigt sur un point jusqu'alors non élucidé

-D’ailleurs je remarque que tu me nourris mais je ne connais même pas ton nom, alors que toi tu connais visiblement le mien. Je suis en position de faiblesse, ce serait plutôt moi qui devrait me méfier~

Shota se mit à rire un peu plus ouvertement avant de se lever. Il rassembla les serviettes en papier usagées et les petites cuillères dans la boite de la pâtisserie vidée. Il se leva et alla posa ses ordures dans une poubelles située à deux pas. Il resta debout tout en regardant Akina qui n'avait pas bougé d'un iota, son unique œil rouge visible ancré à ceux de Shota dans l'attente d'une réponse

« Et bien.... pour faire simple je m'appelle Hideyoshi Shota. J'habite à Shizuoka où j'étudie au lycée Fukuda Sogo... Fils d'un père ouvrier et d'une mère cuisinière, j'envisage de venir m'établir à Tokyo après avoir suivi des études en pâtisserie »

Il se pencha pour récupérer sa sacoche qu'il avait oublié sur le banc. Akina aurait pu s'en emparer à tout instant et se barrer avec pour lui subtiliser son argent. Mais elle n'avait rien fait. Preuve en était qu'elle était digne de confiance ? C'est du moins ce que Shota se permit de croire.

« Cela dit, je ne connais que ton nom de famille et j'ignore encore tout du reste de ton identité ! Je pense qu'on sera vraiment à position égale quand tu te seras entièrement présenté, n'est ce pas ? »


Un nouveau sourire accompagnait sa phrase en vue d'adoucir le ton qu''il venait d’employer. Il lui disait souvent que s'il n'avait que peu d'amis c'était en raison de son attitude parfois trop rigide et de son air coincé qui repoussait bien du monde. Mais si les gens s’arrêtaient à ce genre de choses et bien tant pis pour eux ! Valait mieux vivre seul que mal accompagné !

-Je ne pense pas qu’elle soit dans ton guide, mais je connais une épicerie sympa qui vend pleins d’articles pour les fans de pâtisserie, alors je ne sais pas si tu te contente de manger ou si tu en fais aussi… Mais vu que je doit m’y rendre pour un truc, on pourrait y aller ensemble… Non ?


Les yeux de Shota s'étaient mit à briller d'excitation et d'impatience. Un peu à l'image de ceux d'un enfant à qui l'on annonce la venue prochaine du Père Noël ! Shota était quelqu'un de passionné. Il ne faisait jamais rien en demi teinte et lorsqu'il s'investissait dans un domaine c'était pour s'y consacrer pleinement.

Ses joues prirent une petite couleur rose qui le rendait adorable alors qu'il ne pouvait s’empêcher de sourire plus sincèrement. Une épicerie qui vendait des accessoires de pâtisserie ? Il était une fois allé dans ce genre de boutique avec sa mère et il avait fait la découvertes de choses vraiment passionnantes ! Il avait, par exemple, trouvé un livre permettant de faire des push cake, des gâteaux en forme de sucette que l'on pouvait manger comme des glaces pousse-pousse prisées par les enfants. Il avait trouvé des thés de qualités premières au prix exorbitant mais à la saveur incomparable. Il avait trouvé un accessoire complètement ridicule mais qui l'avait fait mourir de rire : un mousseur de lait ! Il avait passé un temps incroyable dans les différentes essences naturelles que l'on pouvait utiliser pour parfumer la pâte des gâteaux ou pour réaliser des crèmes pâtissières originales !

Alors oui ! Si elle connaissait ce genre d'endroit, Shota était preneur ! Et il n'allait pas cacher davantage son impatience. Réagissant avec une spontanéité qui le surpris lui même, il attrapa la main de la jeune fille pour qu'elle se remette debout rapidement sur ses pieds

« Je veux ! Où est cette épicerie ? »

Il lui lâcha finalement la main avant de les laisser retomber le long de son corps. Il se mit en marche et calqua son rythme aux pas d'Akina. Son regarda curieux se perdait sur le paysage qui les entourait. Il s’imprégnait de cette ambiance tokyoïte pour ne pas en perdre une seule once.

« Comme je te l'ai dis, j'aime pâtisser et j'aimerai en faire mon métier. Je suis curieux de beaucoup de choses dans le domaine. J'aimerai apprendre les pâtisseries européennes surtout. Pourquoi pas envisager de faire un stage en France si les finances me le permettent mais là... c'est une autre histoire »


Effectivement.... La famille Hideyoshi ne roulait plus sur l'or depuis bien des années. Humilié et ruinée par les Akashi, il avait fallut tout reprendre depuis zéro. Se rebattir une vie. Se rebattir un avenir aussi....

« J'en déduis que tu aime la pâtisserie aussi ? Peut être même la pratiques tu ? Quel dommage que je n'habite pas la capitale. Nous aurions pu passer du temps à perfectionner notre talent pour la préparation de gâteaux ensembles.... Enfin... je dis ça... peut être que tu n'en aurai pas eut envie non plus... »


Shota releva la tête et lâcha la jeune fille du regard. Sa tête se tourna dans la direction opposée. C'est vrai. Ils ne connaissaient rien l'un de l'autre si ce n'est leur attirance respective pour le dévorage de gâteaux sucrés.... Akina et lui paraissaient différents.... opposés même.... Elle allait lui faire découvrir cette épicerie et chacun allait sans doute reprendre leur route comme s'il ne s'était jamais croisé. Il était même peu probable qu'ils se revoient à nouveau durant le séjour du garçon à Tokyo....




Kuroko's Basket


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kirisaki Daiichi
avatar



InformationsMessages : 96
Date d'inscription : 31/08/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #660099

RP terminés: 0

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: Sweet Tokyo [ PV Akina Hideaki ]   27.12.15 14:18


Sweet Tokyo

Avec - Hideyoshi Shota



Akina connaissait très bien les goûts en matière de pâtisseries et de sucreries de son frère, des garçons de l'équipe de basket, mais aussi de la plupart de ceux de la bande. Ce qui faisait un sacré nombre au final, dieu merci la jeune fille avait une excellente mémoire.

Et donc ces garçons avaient tous des goûts bien différents, certains préféraient les gâteaux moelleux, d'autres les biscuits, certains aimaient la saveur du miel, d'autres de l'amande. Il y en avait qui avaient un faible pour les gâteaux traditionnels tandis que certains pour les occidentaux. Autrement dit, il y en avait pour tous les goûts et c'était un véritable casse-tête que de faire plaisir à tout le monde en même temps.

Mais ce qu'Akina avait retenu, c'est que, bien que tous les garçons appréciaient ses préparations au chocolat, ils n'étaient qu'une minorité à avouer adorer cela par dessus tout. Il y avait notamment Shuzo qui ne lui demandait que des friandises et pâtisseries au cacao. Cakes, biscuits, cookies, entremets, macarons, fondants, muffins, cupcakes,... Tout y passait et il n'y avait pas une recette qu'elle n'avait pas essayer pour faire plaisir à son ami, au détriment de ceux qui voulaient de la tropézienne ou des beignets à la confiture. Shuzo passait toujours avant tout le monde de toute façon, et la plupart des garçons l'avaient bien compris sans faire aucune remarque pour autant. Et puis même s'ils voulaient autre chose, ils étaient quand même contents de profiter des talents de la jeune fille en la matière.

D'ailleurs les garçons n'étaient pas radins en compliments, surtout ces derniers temps où Hideaki avait semblé nettement s'améliorer. Si seulement cet idiot était encore là pour goûter... Elle lui mettrait de la mort au rat dans ses ichigo daifuku pour se venger.

- J'aime beaucoup c'est vrai. Pourquoi n'aurait-on pas le droit d'aimer manger du chocolat ou des biscuits parce que l'on est un garçon ? C'est stupide de penser cela et il y a bien qu'au Japon que l'on retrouve ces clichés. Il suffit d'ailleurs de prendre l'exemple de la France où les plus grands maîtres pâtissiers, chocolatiers ou même cuisiniers sont des hommes... Preuve est faite que l'on peut avoir un palais délicat et quelque chose dans son pantalon...

Akina lui fit un petit sourire, bien contente de l'entendre dire une telle chose sans être le moins du monde impressionnée par sa posture.

-Je suis totalement d'accord avec toi, et je pense d'ailleurs que ce cliché est de moins en moins valable... Du moins dans mon entourage j'ai réussis à faire avouer à pas mal de garçon leur amour pour le chocolat~

Et elle n'en était pas peu fière. Les plus récalcitrants étaient certainement ceux de l'équipe de basket, notamment en présence du capitaine, qui s'évertuaient à nier leur affection pour le cacao tout en dévorant avec gourmandise des petits brownies aux noix de pécan. Mah, ça leur passerait.

En tout cas, le garçon en face d'elle ne semblait pas en avoir honte, au contraire, cela semblait même être une fierté pour lui. Il avait l'air tellement différent de tous les garçons qu'elle côtoyait que Hideaki en était presque bouleversée.

-Et bien... pour faire simple je m'appelle Hideyoshi Shota. J'habite à Shizuoka où j'étudie au lycée Fukuda Sogo... Fils d'un père ouvrier et d'une mère cuisinière, j'envisage de venir m'établir à Tokyo après avoir suivi des études en pâtisserie.


"Pour faire simple", heureusement donc qu'il n'avait pas décidé de faire compliqué car en une seule phrase, Akina savait déjà la moitié de sa vie.

-Fukuda Sogo ? Je connais quelqu'un qui étudie là-bas... Leur club de basket est pas trop mal...

Enfin, Haizaki lui avait dit que c'était qu'une bande de nuls... Mais bon il ne fallait pas trop se fier à son avis vu qu'il était ""le meilleur et le seul valable""... La jeune fille avait du regarder quelques retranscriptions de match pour se rendre compte que le garçon en rajoutait et qu'ils n'étaient pas si nuls que ça sans pour autant être des génies. Ils étaient uns équipe tout à fait dans la moyenne, bien que leur niveau ait augmenté avec l'arrivée de l'ancien joueur de Teiko.

- Cela dit, je ne connais que ton nom de famille et j'ignore encore tout du reste de ton identité ! Je pense qu'on sera vraiment à position égale quand tu te seras entièrement présenté, n'est ce pas ?

Hideaki lui servit un petit sourire avant de lui répondre, il n'était pas bête du tout le bougre.

-Akina Hideaki, je suis en deuxième année au lycée Kirisaki Dai Ichi. Et je n'ai aucune idée de ce que je veux faire de ma vie...


La jeune fille émit de lui parler de son rôle de manager du club de basket, si jamais elle pouvait gratter quelques infos sur les joueurs au passage elle n'allait pas s'en priver du coup. Et puis, elle ne trouva pas nécessaire de parler de ses parents comme le brun l'avait fait avant elle. Ce n'était pas intéressant. Et puis pour tout dire elle n'avait pas envie d'en parler...

Sa proposition avait l'air de mettre en joie le garçon qui avait les yeux aussi pétillants que ceux de son frère devant sa nouvelle console. Il avait quelque chose d'attendrissant et de parfaitement adorable qu'elle n'avait pas remarqué la première fois qu'elle l'avait regardé.

Elle se laissa tirer par la main sans rien dire, ayant l'impression d'être emmenée dans un magasin de jouets par un enfant, ce garçon avait l'air vraiment passionné par la pâtisserie pour réagir ainsi, et pour payer des gâteaux aussi chers que ceux qu'elle avait pu goûter avant.

-Je veux ! Où est cette épicerie ?

-Laisse faire la guide~


Akina lui fit un petit sourire amusé et se remit en marche vers l'épicerie qui fut sa seule motivation pour sortir de son appartement à la base. Observant le jeune homme du coin de l'œil, elle pouvait le voir regarder partout autour de lui et s'émerveiller des beautés de la capitale. Elle avait eu aussi ce genre de réaction quand elle est arrivée ici après son déménagement, mais maintenant cela faisait plus de 10 ans qu'elle habitait ici et ce paysage, même en mouvement perpétuel, lui était familier et ne la surprenait plus.

-Comme je te l'ai dit, j'aime pâtisser et j'aimerai en faire mon métier. Je suis curieux de beaucoup de choses dans le domaine. J'aimerai apprendre les pâtisseries européennes surtout. Pourquoi pas envisager de faire un stage en France si les finances me le permettent mais là... c'est une autre histoire.

-C'est vrai que la France est une référence en matière de pâtisserie, mais ce n'est pas le pays le plus accessible, déjà de par sa langue et j'ai entendu dire que c'était un milieu assez fermé... Enfin je ne me suis pas renseignée plus que cela non plus...


La jeune femme ne se voyait pas quitter son Japon bien aimé pendant une si longue période que celle d'un stage dans pour un pays dont elle ne connaissait rien d'autre que les croissants et les paris-brest. Oh, bien sur elle aimerait voyager, et connaitre des cultures aussi différentes piquait sa curiosité et la faisait rêvé, mais Hideaki restait terre-à-terre et si un voyage comme celui-ci venait à se faire, elle s'assurerait d'être fin prête à s'intégrer dans le pays en question.

-J'en déduis que tu aimes la pâtisserie aussi ? Peut-être même la pratique tu ? Quel dommage que je n'habite pas la capitale. Nous aurions pu passer du temps à perfectionner notre talent pour la préparation de gâteaux ensemble... Enfin... je dis ça... peut être que tu n'en aurais pas eut envie non plus...

-J'adore ça, c'est même une de mes passions depuis que je suis toute petite ! Bien que je ne sois pas très grande non plus actuellement...


La jeune fille fit une petite moue boudeuse à sa propre remarque sur sa taille, elle ne complexait pas, mais elle n'aimait pas non plus se rappeler à quel point elle n'était grande. Enfin, pour une japonaise elle était tout à fait dans la moyenne, mais vu qu'elle côtoyait des basketteurs à longueur de temps, elle avait de quoi se sentir complexée de leur arrivé sous l'épaule. Ce qui était le cas avec son accompagnateur de la journée.

Mais Akina aimait les grands, c'était sexy.

-Oh, ça aurait été avec un grand plaisir, je pense que c'est très enrichissant de cuisiner avec quelqu'un d'autre comme ça on peut voir différentes façons de faire et s'échanger des conseils tout ça... C'est dommage du coup... En plus pour une fois que je rencontre un garçon qui aime faire autre chose que juste manger, manger et manger encore...

Un petit rire s'échappa des lèvres de la manager en repensant aux ogres qu'elle nourrissait à longueur de temps.

N'empêche que cette idée était vraiment alléchante, Hideaki était sûre que le brun aurait vraiment beaucoup de choses à lui apprendre en la matière. Il avait l'air d'en savoir pas mal sur la pâtisserie...

En fait il avait l'air d'en savoir pas mal tout court, c'était peut-être sa façon un peu pompeuse mais jolie de s'exprimer qui faisait ça, mais Shota avait cette aura d'intelligence et de savoir qui semblait l'envelopper, un garçon vraiment intéressant au premier abord que la jeune fille s'étonnait à vouloir connaitre un peu plus.



(c) MEI SUR APPLE SPRING




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fukuda Sôgô
avatar



InformationsMessages : 33
Date d'inscription : 03/09/2015
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Sweet Tokyo [ PV Akina Hideaki ]   19.01.16 10:45


Sweet Tokyo

feat. Akina Hideaki

Shota était fils unique.

Il aurait pourtant aimé avoir un petit frère ou une petite sœur qu’il aurait pu protéger jalousement. Auxquels il aurait pu apprendre son savoir et avec qui il aurait partagé des moments de complicité inoubliables. Avoir un frère ou une sœur aîné ne l’aurait pas dérangé non plus. Il était certain que son enfance aurait été moins triste et solitaire que celle qu’il avait eu depuis son arrivé à Shizuoka.

Mais ses parents avaient bien des soucis pour avoir un enfant. Shota était lui-même un miraculé qui ne devait sa vie qu’aux progrès de la science néonatale. Ce désir d’enfant lui avait d’ailleurs valut ce prénom qu’il aimait assez : Shota. De là à faire à raccourci et à penser que Shota était un éternel enfant il n’y avait pas des kilomètres. Et la vérité n’aurait pas été loin au bout du compte ! Face à certaines choses ( la pâtisserie et les chats notamment ) Shota redevenait un véritable gamin capable de s’extasier de tout et de rien

Autrefois il avait caressé l’illusion d’avoir un petit frère. Lorsqu’il vivait encore au Manoir Akashi à Kyoto, il s’était trouvé un ami en la personne du fils des employeurs de ses parents. Avec Seijuro c’était parfait ! Complice de bêtises et de rigolades, Shota avait l’impression qu’ils étaient plus que des amis. Ils étaient un peu comme des frères. C’est du moins ce qu’il s’était plu à imaginer.

C’est sûr que le fils des domestiques qui joue avec l’héritier de l’empire Akashi…. Il y avait de quoi faire courir des bruits dans les couloirs du manoir. Ce n’était pas spécialement apprécié du patriarche Akashi, Shota le savait, raison pour laquelle les garçons se retrouvaient souvent en secret. Mais lorsqu’on est gamin on en a rien à faire des différences, de la classe sociale, de l’argent ou de la hiérarchie. La seule chose qui compte c’est de s’amuser ! Ce qu’avait fait les deux garçons jusqu’à ce que les Hideyoshi furent bannis du manoir à tout jamais…

Après ça, la vie de Shota avait été bien morne. Ses parents avaient dû se reconstruire une nouvelle vie à Shizuoka. Et Shota avait été contraint de les imiter en changeant d’école, de ville, d’amis…. Des amis… Il n’en avait jamais eu beaucoup. Allez savoir pourquoi. Il n’était pourtant pas si associable que ça. Encore maintenant. Le nombre de ses amis se comptait sur les doigts d’une seule main. Ouais…. En fait il en avait qu’un seul : Ichigo. C’était son camarade de classe et son coéquipier de basket.

-Fukuda Sogo ? Je connais quelqu'un qui étudie là-bas... Leur club de basket est pas trop mal...


Un large sourire fleuri sur le visage de Shota. Ainsi elle connaissait un joueur du club de basket de son lycée. Il aurait été tenté de demander de qui il s’agissait mais il s’abstient malgré tout en songeant qu’il finirait par avoir sa réponse un moment ou un autre. Il n’avait pas spécialement envie de lui révéler faire partie lui-même des joueurs du club. Le basket était sa seconde passion après la pâtisserie et il serait bien temps de le lui avouer si ils étaient amené à passer un plus de temps ensemble.


-Akina Hideaki, je suis en deuxième année au lycée Kirisaki Dai Ichi. Et je n'ai aucune idée de ce que je veux faire de ma vie...


Ouch ! Kirisaki Daiichi !

Un lycée dont la réputation dépassait de loin les frontières de Tokyo. Enfin…. La réputation de leur club de basket avec à leur tête un capitaine singulier qui faisait aussi office de coach. Et de fournisseur officiel de blessés pour les différents clubs qui avaient la malchance de tomber contre eux. Cela n’avait pas encore été le cas de Fukuda et Shota ferait en sorte que ça continu ainsi ! Même s’il devait s’armer de toute une batterie d’amulettes au moment des tirages au sort des différentes poules pour la Winter Cup.

Ha n’allait pas croire qu’il avait peur d’affronter l’équipe de KiriDai et leur Capitaine Hanamiya. Non non non ! Rien à voir avec de la couardise. Seulement, ne dit-ont pas que « Prudence est mère de sureté » ? Shota avait déjà une malchance obsessionnelle dès qu’il franchissait la ligne des trois points sur un parquet alors….. Et bien alors autant éviter d’en rajouter une couche en affrontant des bourrins qui auraient davantage leur place sur un ring que sur un terrain de sport.

« J’ai déjà entendu parler de ce lycée…. De leur club de basket pour être plus exact. Leur réputation n’est pas jolie jolie mais cela semble leur réussir… C’est une conception du sport comme une autre j’imagine. Enfin je serai bien mal placé pour juger ou faire une quelconque leçon. Nous n’avons pas non plus une réputation des plus honorables. Surtout depuis qu’une certaine personne à rejoint l’équipe de notre lycée. Mais bon…. Ça c’est une autre histoire »


Effectivement. Inutile de s’épandre davantage sur l’arrivée de Haizaki qui se conduisait envers ses camarades comme un véritable caïd d’une bande de loubards. Bien des fois Shota avait eu de lui coller son poing sur le visage pour faire taire ce mec puant d’arrogance et de prétention. Même les sempais de l’équipe courbaient l’échine devant lui…. Pathétique. Shota, lui, continuait sa petite vie sans se soucier plus que ça du garçon qui, il fallait bien l’avouer, était extrêmement doué. Qu’importe, ça ne lui donnait pas tous les droits et Shota ne se privait d’ailleurs pas pour le lui dire ce qui les conduisait souvent à des échanges verbaux assez houleux. Un jour, il en était certain, Shota allait finir par se prendre un coup de poings…. S’il les avait évité jusqu’à présent, ce n’était que grâce à ses amulettes qui le préservait de la malchance et de la violence du garçon.

-C'est vrai que la France est une référence en matière de pâtisserie, mais ce n'est pas le pays le plus accessible, déjà de par sa langue et j'ai entendu dire que c'était un milieu assez fermé... Enfin je ne me suis pas renseignée plus que cela non plus...


La France….

Shota rêvait d’y aller. Comme venait de le dire son amie – pouvait-il la considérer ainsi ?- c’était un pays de référence en matière pâtisserie et de chocolaterie. Lui qui envisageait d’en faire son métier, il ne voyait pas de meilleure façon de faire un apprentissage de qualité. Mais pour aller en France…. Il fallait de l’argent. Beaucoup d’argent… Et ça, le jeune garçon n’en avait pas. Il avait déjà fallu beaucoup de sacrifice à ses parents pour lui offrir ce voyage à Tokyo. Shota en était conscient et ça rendait cet instant encore plus magnifique. Plus précieux à ses yeux. Alors aller en France …. Ha ha … Doux rêve !

Mah… Rêver c’est gratuit ! Personne ne pouvait le lui interdire n’est-ce pas ? Alors oui ! Un jour il irait en France ! Même s’il ne faisait qu’en parler, même s’il ne faisait qu’imaginer.

Ils continuaient de marcher dans les rues de Tokyo et Shota laissaient son regard se poser partout sur les environs. C’était beau. C’était très urbain aussi. Des immeubles à perte de vue. Shizuoka, en comparaison, donnait vraiment l’illusion d’une ville provinciale qui a réussi à conserver son traditionalisme. Il y avait encore quelques maisons en bois. Quelques minka et des pagodes. Tokyo, elle, paraissait toute vêtue de béton et de verres. Les immeubles s’élevaient haut dans le ciel comme pour aller caresser du bout de leur antenne les nuages juste au-dessus. S’il tournait la tête vers la droite, Shota arrivait même à apercevoir une partie rougeâtre de ce qu’il savait être la Tour de Tokyo. Il n’avait pas encore eu l’occasion de s’y rendre mais il ne quitterait pas la capitale sans avoir fait l’ascension de cette dernière. Il paraissait que la vue était imprenable et que de nuit, c’était encore plus merveilleux.

Akina lui ramena les pieds sur terre lorsqu’elle évoqua sa passion pour la pâtisserie. Il ne put s’empêcher de rire quand elle mentionna sa taille. Shota leva la main et la posa sur sa tête qu’il patpata doucement, comme pour la consoler

« Bah… Tu n’es pas si petite que ça. Et puis tu sais ce que l’on dit n’est-ce pas ? Tout ce qui es petit est mignon ! Regarde les mignardises, les tartelettes, des bouchées sucrées ! C’est ce qu’il y a de meilleurs ! Comme quoi ceux qui ne jugent que par la taille ou la quantité sont de sombres imbéciles ! »


Quel dommage que Shota n’habitent pas ici, à Tokyo. Ou quel dommage qu’Hideaki n’habite pas là-bas, à Shizuoka. C’est vrai que ça aurait été super de pratiquer la pâtisserie ensemble. Mais pas que…. Shota aurait sans doute eut l’impression de retrouver une complicité comme celle qu’il partageait jadis avec Seijuro. Une nouvelle amie à compter sur les doigts de sa pauvre main… Il ne pouvait s’empêcher d’être triste de savoir que tout cela ne se réaliserait jamais… Tout comme son voyage à Paris en définitive. Mais il ne laissa rien paraitre à la jeune fille. Ni tristesse ni déception. Au contraire. Il se mit à rire quand elle évoqua les garçons qu’elle fréquentait et qui, d’après ses propres dires, ne faisaient que manger.

« Les garçons sont des estomacs sur pattes ! Tu leur fais un truc de bons à manger et hop, tu peux obtenir tout ce que tu veux d’eux après ! C’est scientifique parait-il. J’ai vu une émission une fois-là dessus. Enfin… »


Il adressa un sourire et un clin d’œil à son amie et guide de la journée

« … je ne dis pas ça pour moi ! Il n’est pas encore né celui qui arrivera à m’acheter avec de la nourriture. Quoique…. Le parfait au chocolat qu’on a dévoré été tellement succulent que je serai prêt à de nombreuses choses pour en manger encore ! »


Il se mit à sourire alors qu’ils avançaient encore un peu, s’enfonçant dans la ville. Ils venaient de quitter le parc pour arriver dans l’une des nombreuses rues peuplées de la capitale. Il était un peu perdu et il n’aurait pas su dire dans quel quartier il se trouvait actuellement. Quelques panneaux lui indiquaient la direction des prestigieux quartiers qu’il ne connaissait que de nom. Shibuya, Shinjuku, Asakusa…. Autant d’endroits qui figuraient sur la liste des endroits à visiter impérativement.

Un petit bruit attira l’attention du garçon. Un bruit vraiment discret qui arrivait pourtant à passer au-dessus de la pollution sonore des voitures, des talons des piétons et du brouhaha des conversations. Shota s’immobilisa et tendit instantanément l’oreille. Il tourna la tête vers la gauche où une ruelle sombre donnait, à n’en pas douter, sur un cul de sac. Il attrapa le poignet d’Akina pour l’obliger à s’immobiliser

« Tu as entendu ? »

Il tendit l’oreille une nouvelle fois et quand ce bruit de fit de nouveau entendre, il n’attendit pas une seconde et attira la jeune fille à sa suite pour s’engager dans la ruelle. Bien qu’ils étaient en plein jour, la ruelle était tellement étroite et dissimulée à l’ombre de deux grands bâtiments, qu’il y faisait sombre comme au crépuscule tombant.

Shota avança encore avant de tomber sur ce qu’il cherchait. Il s’immobilisa un instant, scrutant un carton qui se trouvait à ses pieds. A l’intérieur du carton humide et défoncé se trouvait un adorable petit chaton abandonné et dont les miaulements timides étaient carrément irrésistibles. Shota craquait complétement. Son visage prit une petite couleur rosée alors qu’il s’agenouilla devant le pauvre carton et son contenu mignon à souhait

« Il est trop mignon ! »


Il tendit ses mains pour porter le petit chaton qu’il montra à Akina tout en souriant.

« Tu ne trouves pas ? Regarde comme il est adorable avec ses petites oreilles et ses coussinets tout doux aux pattes ! »


Il prit le chaton contre lui et il l’encercla de ses bras pour le rassurer. Le pauvre tremblait de tout son corps. De froid ou de peur ? Shota n’aurait su dire. Ce qu’il savait en revanche c’est qu’il fallait être un être absolument abjecte pour abandonner comme ça un petit chaton à son triste sort…. Il allait mourir de faim, c’était certain !

« On ne peut pas le laisser là…. »


Il approcha le félin de son visage et frotta le bout de son nez à le petite truffe rosée du matou. Une sorte de bisou esquimau qui lui fit monter encore plus le rose au joue. Il se tourna ensuite vers Akina tout resplendissant qu’il était

« Tu ne veux pas adopter un petit chaton adorable et incroyablement irrésistible ? »


Regard chibi à l’appui du chat….. et de Shota !




Kuroko's Basket


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kirisaki Daiichi
avatar



InformationsMessages : 96
Date d'inscription : 31/08/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #660099

RP terminés: 0

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: Sweet Tokyo [ PV Akina Hideaki ]   29.02.16 20:40


Sweet Tokyo

Avec - Hideyoshi Shota



Hideaki était bien consciente de la réputation sulfureuse de son lycée, notamment à cause de son club de basket. Mais elle s’en fichait...

Ou plutôt, cela ne lui posait pas de problème. Les gens pouvaient bien se plaindre encore et encore des nombreux blessés que les joueurs laissaient sur leur passage, elle n’en avait que faire, elle les écoutait et leur riait au nez. « Un terrain n’est pas un ring de boxe » combien de fois elle l’avait entendu cette phrase au juste ? Un nombre incalculable. Akina devait avouer qu’elle apprécierait un peu de nouveauté la dedans, cela devenait bien redondant.

En temps que manager, c’était surtout vers elle maintenant que tout le monde venait pour se plaindre et elle les envoyait tous sur les roses avec la délicatesse qui la caractérisait tant. Akina était très attachée aux joueurs de l’équipe, et même si ces derniers avaient leur tords, elle ne voulait pas que ce soit les autres qui viennent le lui rappeler.

Ce que la jeune fille semblait le plus détester dans tout ça, c’est la façon avec laquelle le réel talent des joueurs est dénigré. Alors oui, l’équipe gagne ses matchs de manière pas très convenable et use de procédés jugés illicites dans les règles du basket en salle... Mais c’est juste une manière plus rapide –et amusante- de gagner, à côté de cela, ils s’entrainaient tous normalement sous la poigne de fer de leur capitaine. Chacun avait le talent nécessaire pour rester dans les rangs et s’ils le voulaient, ils pourraient aisément remporter leurs matchs de manière plus conventionnelle.

-J’ai déjà entendu parler de ce lycée…. De leur club de basket pour être plus exact. Leur réputation n’est pas jolie jolie mais cela semble leur réussir… C’est une conception du sport comme une autre j’imagine. Enfin je serai bien mal placé pour juger ou faire une quelconque leçon. Nous n’avons pas non plus une réputation des plus honorables. Surtout depuis qu’une certaine personne à rejoint l’équipe de notre lycée. Mais bon…. Ça c’est une autre histoire.

Hideaki laissa échapper un petit rire, il n’en fallu pas plus à la manager pour deviner de qui le lycéen voulait parler, c’était sans nul doute Haizaki Shougo. D’ailleurs, le jeune homme semblait bien au courant des faits concernant l’équipe de KiriDai, et à moins d’être un fan de basket... Il y a peu de chances pour qu’il ne connaisse cette dernière. L’avantage du basket lycéen pour une manager, c’est qu’il n’est généralement connu que par ceux qui le pratique ou qui le suive de près, hors-mis en ce qui concerne l’incroyable Génération des Miracles qui est, quant à elle, connue de tous.

-J’imagine que tu parles d’Haizaki ? C’est vrai que c’est un sacré phénomène... Mais il n’est pas aussi méchant que tout le monde le pense...

La bleuté lui fit un petit sourire compatissant avant d’ajouter.

-Tu sembles savoir un tas de trucs sur le basket, tu y joues peut-être ?

Si jamais elle pouvait gratter deux ou trois informations, elle était preneuse... Ou comment lier l’utile à l’agréable comme on dit. En tout cas son nom ne lui disait rien, Haizaki ne lui avait jamais parlé d’un quelconque Hideyoshi Shota dans son équipe, mais il fallait dire que le garçon n’était pas une source des plus fiables... Déjà il les trouvait tous nuls, et puis il s’était plusieurs fois emmêler les pinceaux dans les prénoms... Quel idiot parfois... Mais bon, il faut de tout pour faire un monde comme on dit, des imbéciles, comme des génies.

Si elle devait placer Shota dans une catégorie, elle le mettrait sans doute dans celle des mystérieux. Déjà parce qu’elle ne le connaissait que depuis très peu de temps, donc forcément, elle ne savait strictement rien de lui mis à part son amour pour les pâtisseries. Mais pourtant sa façon très élaborée de s’exprimer piquait son attention. A l’entendre, on pouvait jurer que le garçon fasse partie d’un milieu assez aisé, au contraire d’elle, mais il n’en avait physiquement pas l’air.

Pas qu’il ait l’air de rien hein, au contraire, il avait beaucoup de prestance et un physique agréable –son sourire la faisait d’ailleurs fondre- mais il n’avait pas cette aura qu’on retrouve chez les bourges, vous savez, cet air supérieur et guindé, ce petit côté qu’on déteste tous chez eux. En fait, le garçon, malgré ses airs un peu étriqué, paraissait naturel... Hideaki ne se fiait qu’à quelques mots échangés et à son instinct, mais Shota lui inspirait confiance, elle-même ne sachant les raisons à cela. Peut être qu’elle commençait par s’adoucir ?

En tout cas, elle ne pouvait se résoudre à éprouver de la réticence face à ce jeune homme, de toute façon ce n’était pas dans sa nature de base, et elle ne se montrait d’animosité que lorsque ses amis étaient en danger, ce qui ne semblait pas être le cas avec Shota... Après tout, c’est elle qui l’avait sauvé...

-Bah… Tu n’es pas si petite que ça. Et puis tu sais ce que l’on dit n’est-ce pas ? Tout ce qui est petit est mignon ! Regarde les mignardises, les tartelettes, des bouchées sucrées ! C’est ce qu’il y a de meilleurs ! Comme quoi ceux qui ne jugent que par la taille ou la quantité sont de sombres imbéciles !

Oui, Akina venait de se faire comparer à une tartelette... Mais cela n’avait rien de vexant à qui savait apprécier leur saveur. Pas celles avec la petit gelée dégoutante pour les conserver bien sûr, mais celle qui sortaient tout juste du four avec des fruits caramélisés... La salive lui montait à la bouche rien qu’à penser à des tartelettes tatin, ses préférées.

La demoiselle leva la tête vers son compagnon du jour, ce qui fit descendre sa main de sa tête et elle lui servit un petit sourire charmant qui valait à lui seul mille mercis. Elle en profita pour détailler un peu plus son profil, et elle devait bien avouer que le garçon possédait un charme indéniable. De longs cils entourant ses yeux rouges... Pour une fois qu’elle croisait quelqu’un avec les mêmes qu’elle ! Sa peau blanche mais sans défaut, que ses cheveux noirs corbeau faisaient ressortir. C’était comme si tout dans cette personne était attirant, injuste pour ceux qui n’avaient que leurs yeux pour pleurer tant ils n’avaient pas été gâter par la nature me direz-vous.

-Les garçons sont des estomacs sur pattes ! Tu leur fais un truc de bons à manger et hop, tu peux obtenir tout ce que tu veux d’eux après ! C’est scientifique parait-il. J’ai vu une émission une fois-là dessus. Enfin… je ne dis pas ça pour moi ! Il n’est pas encore né celui qui arrivera à m’acheter avec de la nourriture. Quoique…. Le parfait au chocolat qu’on a dévoré été tellement succulent que je serai prêt à de nombreuses choses pour en manger encore !

-Blablabla.... Tu dis ça parce que tu n’as jamais goûté mes cookies aux pépites de chocolat et éclats de noix de macadamia. Ce sont des merveilles et c’est même pas moi qui le dis !


Elle rigola doucement en repensant à tous les compliments qu’elle avait reçu grâce à ceux-ci, notamment de la part de Shuzo dont ils étaient les préférés... mais son frère et son meilleur ami en était tout deux friands.

Les deux lycéens déambulaient dans les rues que la manager connaissait par cœur depuis bien longtemps pour avoir foulé leur béton des jours entiers depuis des années, jusqu’à ce que son accompagnateur n’attrape son poignet pour la forcer à s’arrêter.

-Tu as entendu ?

-Entendu quoi ?


La jeune fille haussa un sourcil en essayant de se concentrer pour entendre quoi que ce soit, mais la seule chose qu’elle entendait était des bruits de voitures sur le macadam de la route ou des discussions de personnes passant à côté d’eux, rien d’affolant. Cependant Shota l’attira dans la ruelle devant laquelle ils s’étaient stoppés et il finit par s’arrêter devant une boite en carton dans un état catastrophique.

-Il est trop mignon !

La bleuté se pencha par-dessus l’épaule du brun pour observer le contenu de la boite qui le mettait presque dans le même état que sa boîte de pâtisserie et remarqua une boule de poils que ce dernier prit dans les mains pour lui montrer, tout content de sa trouvaille au même titre qu’un gosse ramenant des vers de terre.

-Tu ne trouves pas ? Regarde comme il est adorable avec ses petites oreilles et ses coussinets tout doux aux pattes !

Hideaki observa la petite créature de plus près afin de se rendre compte qu’elle –ou il- était vraiment adorable. Moins qu’un lapin, cela va de soit, mais dans un classement des choses les plus kyatisantes du monde, il serait surement entre la photo que Shuzo lui avait montré de lui âgé de quelques mois, et un bébé panda. Ce qui n’était pas trop mal quand même.

-C’est vrai qu’il est plutôt mignon, comme tous les chatons en fait...


Un petit sourire attendri vint fleurir sur ses lèvres et elle lui caressa le crâne entre les deux oreilles pour tenter de le rassurer.

-On ne peut pas le laisser là… Tu ne veux pas adopter un petit chaton adorable et incroyablement irrésistible ?

Que c’était vil....Ils n’avaient pas le droit de la regarder comme ça tout les deux !! NON ! Comment pouvait-elle résister... ?

-Ben... Je ne sais pas trop... Je n’en ai pas parlé à ma mère et je ne sais pas comment elle réagirait...

Le cerveau d’Akina tournait à plein régime. En vérité le problème serait surtout la concierge de son immeuble qui n’aimait pas trop les animaux à cause du chien de la voisine qui venait faire ses besoins devant sa porte... Mais un chat était assez indépendant, il irait les faire dans sa litière ou dans la rue plus loin... Ce n’était pas difficile comme bête... Mais cela restait néanmoins une certaine responsabilité et un petit investissement pour ce qui était de la litière, du panier et des croquettes... Enfin, elle n’était pas à la rue non plus et son argent de poche serait surement suffisant pour tout ça...

-Mais bon... C’est vrai que ce serait cruel de l’abandonner à son propre sort...

Hideaki ne savait pas si c’était le regard du chat ou celui de Shota qui termina de la convaincre mais elle finit par retirer l’animal des mains du brun pour le prendre contre elle et se releva...

-C’est bon t’as gagné... Ma mère va criser mais tant pis...

Elle servit un nouveau sourire à son accompagnateur et souleva un peu la bête pour tenter de connaître son sexe. Mais avec tous ces poils elle n’y voyait pas grand-chose...

-Hm... Je penche pour une femelle... mais je n’en sais rien en fait... Le mieux serait de l’amener chez un vétérinaire, et d’en profiter pour lui faire passer des tests... je ne tiens pas particulièrement à attraper la peste ou le tétanos... Ou autre truc nul de chat...

Akina ouvrit son sac et déposa le chat dedans, en laissant dépasser sa tête. Il avait l’air super bien là, comme un pacha, alors qu’il était un chat qui n’était pas pas chat (haha). Les deux sauveurs sortirent de la ruelle et la demoiselle vérifiait que son nouveau compagnon était bien en place et ne risquait pas de sauter pour s’aplatir par terre ou pire, sur la route. Crêpe de chat... Désolé de vous décevoir mais Hideaki ne fait pas partie des japonais mangeant du chat ou du chien alors elle préférerait s’en passer.


(c) MEI SUR APPLE SPRING




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fukuda Sôgô
avatar



InformationsMessages : 33
Date d'inscription : 03/09/2015
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Sweet Tokyo [ PV Akina Hideaki ]   04.03.16 14:07


Sweet Tokyo

feat. Akina Hideaki

Ha lala …. Il y aurait tant à dire sur le club de basket du lycée Fukuda Sogo. A bien des égards il s’agissait d’une équipe atypique comme on n’en croisait pas souvent dans les championnats de basket lycéens. Leur particularité première était que le groupe se composait que d’anciens ! Le seul et unique rookie que l’équipe avait recruté était passé titulaire de l’équipe A d’emblée de jeu. Et aussi étrange que cela puisse paraitre, il se montrait méprisant et autoritaire avec tout le reste de l’équipe…. Même avec le coach…. Pourtant ce dernier laissait faire sans émettre la moindre opposition. Il partait du principe que personne ne pouvait se permettre de contrarier Haizaki dont le talent n’avait d’égale que son impulsivité. Lui tenir tête c’était prendre le risque de le voir se barrer de l’équipe et ça…. Ce n’était tout simplement pas concevable.

Pour sa part, les agissements, les paroles et les dénigrassions d’Haizaiki à son égard passaient largement au-dessus de la tête de Shota. Il n’était pas quelqu’un querelleur et il préférait le laisser user sa salive bêtement plutôt que de répondre à ses provocations et entrer ainsi dans le jeu qu’il essayait d’installer. De toute façon, Shota était quelqu’un de plutôt solitaire et il n’y avait bien qu’avec Ichigo qu’il s’entendait correctement. Il fallait dire que son ami lui avait sauvé la vie en acceptant d’échanger leur numéro ! Hors de question pour Shota de porter le numéro 13 ! C’est un chiffre porte malheur, tout le monde le sait ! Evidemment, cet échange ne c’était pas fait gratuitement et Shota se devait maintenant d’apporter un paquet de Pocky à fraise tous les jour à son ami….. Bah… ça va ce n’était pas cher payer pour se prémunir d’éventuelles contrariétés supplémentaires sur le parquet !

-J’imagine que tu parles d’Haizaki ? C’est vrai que c’est un sacré phénomène... Mais il n’est pas aussi méchant que tout le monde le pense... Tu sembles savoir un tas de trucs sur le basket, tu y joues peut-être ?


Shota tourna la tête vers sa guide touristique tokyoïte. Visiblement, elle aussi connaissait un tas de trucs sur le basket. Il ne s’était pas spécialement attendu à ça. Surtout de la part d’une fille. Oh non, détrompez-vous, Shota n’était pas macho. Mais il était malgré tout relativement rare de voir une fille baigner dans le milieu sportif qui est davantage la spécificité des hommes. Loin de Shota l’envie de la juger ou de critiquer. Lui-même avait pour passion principale la pâtisserie et on ne pouvait pas dire qu’il s’agissait d’une activité virile et masculine….. Quoique…. Les plus grands cuisiniers, pâtissiers, coiffeurs, stylistes, créateurs de mode du monde ne sont-ils pas des hommes ? hum ?

« Tu as parfaitement deviné. Je fais bien parti du club de basket de mon lycée. J’évolue au poste d’arrière et je poste le numéro 12. Je ne suis malheureusement pas encore un membre du cinq majeur mais je peux malgré tout me réjouir de pouvoir jouer une partie de la quasi-totalité des matchs. »

Il lui adressa un sourire avant de reprendre la parole afin d’éclaircir un point d’interrogation qu’elle venait de soulever

« Alors comme ça tu connais Haizaki ? Le monde est petit ! Je ne m’attendais pas à tomber sur une de ses connaissances en venant à Tokyo… Enfin, il a évolué au Collège Teiko et sa réputation n’est plus à faire même s’il n’a pas fait partie de la Génération Miracle. »

Il la regarda de ses yeux carmin alors qu’une mèche de cheveux retombait sur le côté gauche de son visage, créant un contraste plus prononcé avait la couleur de sa peau extrêmement pâle. Ça avait beau être l’été, Shota avait quelques difficultés à bronzer… La plupart du temps il passait directement du blanc laiteux au rouge écrevisse…. Raison pour laquelle il évitait de se découvrir plus qu’il ne le fallait afin d’éviter des coups de soleil indésirables et une épaisse couche de Biafine bien grasse et peu esthétique…

« Tu étais au Collège Teiko toi aussi ? »

Il attendit d’avoir sa réponse avant de se mettre à rire. Elle pensait pouvoir le tenir dans le creux de sa main rien qu’en lui proposant des cookies aux pépites de chocolat et à la noix de macadamia ? Ts…. Petite maline va ! Ce n’est pas jolie jolie de faire ce genre de chantage gourmand à un garçon ! C’est presque aussi odieux que le chantage sexuel… Du point de vue de Shota, c’était même pire !!! Si certains disaient qu’un garçons ne pense qu’avec ce qu’il a dans le slip, Shota, lui ne pense qu’avec ce qui pouvait remplir son assiette…. Surtout la petite… l’assiette à desserts ! #chocolataddictforeverandever !

« Des cookies tu dis ? »

Une étincelle de malice fit scintiller son regard avant qu’il ne se penche dans sa direction pour murmurer au creux de son oreille. Son souffle chaud venait caresser la peau de la jeune fille et un sourire amusé étirait les lèvres du garçons

« Mais… Je ne demande qu’à être converti….. »

Sous-entendu qu’il n’était réellement pas contre gouter l’un de ces gâteaux qui, de l’avis de bien des gens visiblement, étaient succulents ! Un cookie au chocolat et aux noix, ça ne se refuse pas ! Faut pas déconner !

Un miaulement attira alors l’attention de Shota qui se redressa subitement. Il avait posé son doigt sur ses lèvres pour faire régner le silence et il tendait l’oreille en direction du très faible miaulement qu’il avait pourtant entendu distinctement malgré les bruits de la ville. Sans attendre, Shota avait pris Akina par la main et il l’avait obligé à le suivre tout en s’engageant dans une ruelle. Là, dans un carton trempé et à demi défoncé se trouvait un adorable chaton qui ne devait pas avoir plus de quelques semaines. Il devait à peine être sevré si ça se trouve…. Comment pouvait-on être monstrueux au point d’abandonner une petite créature aussi adorable. L’être humain est qu’un abrutit…. Sous couvert de son intelligente prétendument supérieure, il se croyait tout permis avec les animaux, la nature, la planète. Quel tristesse…

-C’est vrai qu’il est plutôt mignon, comme tous les chatons en fait...

Plutôt mignon ? Juste ça ? Mais il était carrément irrésistible ce petit chaton ! La couleur de son pelage était brune. Et tout touffu ! On aurait dit une petite boule de poils dont les oreilles pointues était à peine visibles tellement elles étaient dissimulées dans le reste du pelage d’une douceur incomparable.

Si Shota avait pu, il l’aurait adopté direct et emporté avec lui jusque Shizuoka. Il avait toujours adoré les chats sans jamais pouvoir en avoir un domestique à la maison. Ce n’était pas le manque d’avoir réclamé plusieurs fois à ses parents lorsqu’il était petit mais voilà…. Sa mère était très fortement allergique et la proximité d’un chat dans un périmètre de un mètre lui déclenchait de l’eczéma et des quintes de toux incontrôlables…

« Si je pouvais je prendrai chez moi mais ce n’est pas possible…. Ma mère est allergique… Quand j’étais gamin j’aurai rêvé d’avoir un chat. A la place j’ai eut un lapin… Il s’appelait Chocolat »

Mais un chat ! C’est tellement beau ! Tellement imprévisible. Bien mieux qu’un crétin de chien qui passe sa vie à remuer la queue et à vivre aux crochets de ses maitres. Un chien, c’est débile. Ca ne sait rien faire d’autre que manger, dormir, japper, baver, ramener des puces et puer de la gueule….. Un chat, en comparaison, c’est la classe ! Indépendant, hautain, chasseur…. Ils sont bien plus dégourdis et débrouillards que leurs rivaux canins.

-Ben... Je ne sais pas trop... Je n’en ai pas parlé à ma mère et je ne sais pas comment elle réagirait...

Ha…. Il comprenait parfaitement que la proposition d’adoption du petit chaton n’était pas quelque chose de facile mais il n’avait pas dit son dernier mot. Il colla la bouille incroyablement mignonne du petit animal prés de son visage et il usa de son charme légendaire pour adresser un sourire et les yeux doux à sa nouvelle amie.

Elle le regarda…. Elle se mit à rougir avant de détourner la tête. Shota savait qu’il venait de gagner la partie et il ne put s’empêcher de laisser sa joie éclater quand elle finit pas accepter à contre cœur d’adopter la boule de poils. Le garçon se releva donc et déposa un petit baiser dans les cheveux d’un noir bleuté d’Akina

« Merci pour tout ! Je suis sûre que tu ne regretteras pas, tu verras ça sera un véritable petit trésor. N’est-ce pas ? »
ajouta t-il à l’intention du chaton auquel il fit un nouveau bisou esquimau avec le bout de son nez

Il tendit alors le petit être poilu à la jeune fille qui le souleva pour essayer de regarder son sexe à travers la masse de duvet fourni du petit animal

-Hm... Je penche pour une femelle... mais je n’en sais rien en fait... Le mieux serait de l’amener chez un vétérinaire, et d’en profiter pour lui faire passer des tests... je ne tiens pas particulièrement à attraper la peste ou le tétanos... Ou autre truc nul de chat...

Shota ne put retenir un rire. Il la regarda avant d’ajouter

« Ce n’est pas le tétanos. C’est la toxoplasmose ! Mais tu as raison, allons plutôt le montrer à un vétérinaire. Je m’occupe de payer la visite étant donné que c’est à cause de moi qui tu es obligée de l’adopter »

Il lui sourit et il la laissa garder le chaton dans les bras alors qu’ils quittaient ensemble la ruelles pour retrouver l’agitation des grands boulevards de Tokyo.

Shota était heureux. Vraiment de quoi pouvait-il se plaindre. Il était à Tokyo, il venait de déguster une succulente pâtisserie et il avait trouvé une guide touristique adorable et charmante. Sans parler de la petite créature qu’elle tenait toujours dans ses bras. Si tout le reste de son séjour à Tokyo était à l’image de cette journée, ça serait des vacances idylliques encore mieux que celles qu’on pouvait rêver dans un des nombreux atolls du pacifique ! Pas besoin de vahiné, de noix de coco et de plage de sable blanc. Ce qu’il vivait en ce moment lui suffisant amplement.

« Je vais peut-être te paraitre un peu exigent mais… dis-moi, est ce que tu as quelques choses de prévu dans les prochains jours ? Je ne reste à Tokyo que pendant une semaine et il y a encore tellement d’endroits que j’aimerai visiter…. Je me disais que… l’on pourrait passer quelques moments ensemble. Ça serait l’occasion pour toi de me faire gouter tes fameux cookies… »


Il lui sourit et attendit sa réponse. Il ne lui en voudrait nullement si elle devait décliner sa proposition. Il était bien normal qu’elle ait ses obligations. Tout le monde n’avait pas la chance d’être en vacances comme lui… Ah lala Tokyo quoi !

Il sourit à Hideaki avant de tendre la main pour caresser le chaton

« Si je trouve un endroit pour cuisiner je pourrai même te faire gouter ma spécialité en remerciement… Que dirais tu d’un brownie au chocolat avec éclats de caramel et noix de pecan caramélisées ? Hum ? »

Recette créée par sa mère et que Shota s’était librement approprié en remplaçant les éclats de chocolat par du caramel fondant à la fleur de sel. Si les cookies d’Akina étaient de haute compétition, son brownie n’avait pas à rougir face à une comparaison !

« Tu sais où on peut trouver un vétérinaire ? Il faudrait que l’on trouve une animalerie aussi pour acheter les premières nécessités à Cookie ! »

Bah quoi ? C’est mignon non comme prénom Cookie ? Shota attendait la réaction de son amie pour voir si elle validait ou repoussait en bloc l’idée d’appeler son animal ainsi.




Kuroko's Basket


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kirisaki Daiichi
avatar



InformationsMessages : 96
Date d'inscription : 31/08/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #660099

RP terminés: 0

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: Sweet Tokyo [ PV Akina Hideaki ]   04.07.16 14:04


Sweet Tokyo

Avec - Hideyoshi Shota



Les clichés, c’est mal. Et malheureusement Hideaki en est souvent victime.

Principalement à cause de sa place de manager de l’équipe de basket. Peu de gens croient réellement en sa passion pour le basket et ne pensent qu’elle n’est là que pour mater les beaux mecs qui suent sur le parquet. Alors oui, la place avait ses avantages, elle profitait de l’affection de quasiment tout les garçons de l’équipe et pouvait leur demander quasiment n’importe quoi avec un sourire et un gâteau dans la main, mais ce n’était clairement pas ça qui l’avait poussé à poser sa candidature.

Akina était réellement passionnée de basket, et ce depuis que Nijimura lui avait enseigné les bases il y a quelques années de cela. Malheureusement, elle ne possédait aucun talent en la matière, mais elle avait pu compenser cela en étudiant la théorie et ainsi devenir une manager très redoutable, presque au niveau de la célèbre Momoi Satsuki du lycée Too. Il faudrait que les deux adolescentes se rencontrent un jour, cela promettait un moment d’anthologie.

Enfin là n’était pas la question. C’est surtout qu’il était difficile pour la demoiselle de se faire prendre au sérieux, jusqu’à bien sur qu’elle révèle ses capacités, ce qu’elle n’avait pas envie de faire en fait, elle n’avait rien à prouver à personne.

-Tu as parfaitement deviné. Je fais bien parti du club de basket de mon lycée. J’évolue au poste d’arrière et je poste le numéro 12. Je ne suis malheureusement pas encore un membre du cinq majeur mais je peux malgré tout me réjouir de pouvoir jouer une partie de la quasi-totalité des matchs.


Dans le mile donc. Et elle comprenait mieux pourquoi elle n’avait pas encore entendu son nom quelque part. Elle n’avait fait son entrée dans l’équipe que depuis quelques mois, et elle devait bien avouer que c’était déjà un boulot monstre d’étudier les équipes de Tokyo et alentours en long et en large, alors elle avait préféré s’occuper d’abord du cinq majeur de ces dernières avant de s’attaquer aussi aux remplaçants.

Elle s’en voulait un peu de laisser autant de jouers de côtés, et cela ne devait pas être très valorisant pour eux, mais bon elle n’était pas une machine, et puis leur tour viendra, ils n’avaient pas à être jaloux comme ça... Quoi ? Comment ça personne n’est jaloux ? Bon...

-Alors comme ça tu connais Haizaki ? Le monde est petit ! Je ne m’attendais pas à tomber sur une de ses connaissances en venant à Tokyo… Enfin, il a évolué au Collège Teiko et sa réputation n’est plus à faire même s’il n’a pas fait partie de la Génération Miracle.


-Je le connais plutôt bien en effet...


-Tu étais au Collège Teiko toi aussi ?

-Absolument pas, ma mère était loin d’avoir les moyens de me payer ce collège hors de prix... Et si je suis à Kirisaki Daiichi c’est grâce à une bourse... Vu que c’est aussi la peau des fesses... Mais disons que je l’ai connu à Teiko malgré tout... en allant voir leurs matchs de basket justement...


Ah... que de souvenirs hein... Hideaki n’était pas quelqu’un de nostalgique, mais elle était tout de même triste de ce temps révolu. Révolu à cause d’une seule personne, toujours la même évidemment. C’est dingue à quel point elle n’arrivait pas à se le sortir de la tête, même après deux ans. Mais le plus dingue, c’est qu’elle avait l’impression de tout faire pour ne pas que ça arrive. Tout ce qu’elle faisait aujourd’hui en dehors des cours lui faisait penser à lui, et inconsciemment, c’était peut-être fait exprès, au moins, elle avait encore l’impression de vivre avec lui, d’une manière ou d’une autre.

Pourtant on lui avait déjà dit que vivre avec les fantômes de son passé n’était pas une bonne idée, mais bon, elle n’en faisait qu’à sa tête, et elle tait heureuse comme ça, plus ou moins, cela dépendait des moments.

-Des cookies tu dis ?

La demoiselle hocha la tête avant que le garçon ne se penche vers elle et chuchote à son oreille, en la faisant frissonner doucement au passage...

-Mais… Je ne demande qu’à être converti…


-Tu verras~


Elle lui servit un petit sourire avant d’être stoppée et amenée devant un carton contenant un chaton. C’était triste quand même de constater que des personnes arrivaient à laisser de si jolis et adorables bêtes dans la nature en sachant pertinemment que ces dernières n’en survivraient pas. Elle ne comprenait tout bonnement pas ce genre de personnes sans cœur qui osent abandonner, et donc tuer, des animaux dans des souffrances parfois extrêmes. Pour exemple, ce petit chat aurait pu mourir de faim des jours et des jours durant sans que personne ne fasse rien pour l’aider... et la personne l’ayant abandonné arrivait à dormir sur ses deux oreilles le soir arrivant, et se regardait droit dans les yeux dans son miroir. Répugnant.

-Si je pouvais je prendrai chez moi mais ce n’est pas possible…. Ma mère est allergique… Quand j’étais gamin j’aurai rêvé d’avoir un chat. A la place j’ai eut un lapin… Il s’appelait Chocolat.


Hideaki regarda son compagnon du jour avec des yeux pétillants à la mention de son animal préféré, le lapin. Il n’y avait rien au monde de plus mignon qu’un lapin aux yeux de la jeune fille... Sauf peut-être Shuzo bébé avec des oreilles de lapin ? Malheureusement elle n’avait pas eu la chance de voir ça dans sa vie, donc le lapin reste et restera premier de sa liste, désolé les autres et merci d’avoir participé.

Akina enfant avait toujours voulu un lapin, malheureusement sa mère avait toujours refusé, prétextant le prix, le bruit, l’odeur, et tout un tas d’excuses infondées pour dire qu’en fait elle n’aimait pas les lapins mais qu’elle aurait préféré un poisson. Mais Hideaki elle n’aimait les poissons que dans son assiette, donc, pas d’animaux et comme ça c’était réglé.

Enfin maintenant la bleuté avait 17 ans et elle était plutôt responsable, donc sûrement que sa mère la laisserait garder le chat si cette dernière promettait de nettoyer elle-même la caisse avant qu’elle n’embaume l’appartement de son odeur si particulière. Et bien sûre elle ne pourrait pas le laisser faire ses griffes sur les meubles, sous peine de devoir réparer les dommages elle-même... Mais elle s’en sentait capable, un chaton n’allait pas avoir le dessus sur elle quand même !

-Merci pour tout ! Je suis sûre que tu ne regretteras pas, tu verras ça sera un véritable petit trésor. N’est-ce pas ?


-On verra bien...


Plus elle regardait la bête, plus elle trouvait cette boule de poils vraiment mignonne... Dommage que ça ne reste pas bébé d’ailleurs, et ceci est valable pour quasiment toutes les races du monde, un chiot c’est plus mignon qu’un chien, un poussin c’est plus mignon qu’un coq, un faon plus mignon qu’un cerf.... etc, oui c’est valable presque à chaque fois.

-Ce n’est pas le tétanos. C’est la toxoplasmose ! Mais tu as raison, allons plutôt le montrer à un vétérinaire. Je m’occupe de payer la visite étant donné que c’est à cause de moi qui tu es obligée de l’adopter.

Le cœur disait à Akina de refuser, cela allait être son chat alors elle pouvait bien payer elle-même le vétérinaire, mais son porte-monnaie lui criait d’accepter.... Si elle devait en effet acheter une caisse, de la litière et des croquettes, cela ferait déjà un petit trou dans son porte-monnaie, et vu le prix d’un rendez-vous chez le véto...

-On fait moitié-moitié alors... je me sentirais mal de te laisser tout payer, surtout que tu dois garder de l’argent pour t’acheter des souvenirs de ton voyage... Et puis si tu as un imprévu...tout ça...

Elle lui fit un petit sourire, qui faisait bien comprendre à Shota que ce n’était pas la peine pour lui de refuser son offre, elle était bien décider à faire ça et rien d’autre. Comme on dit, quand Akina a une idée dans la tête, elle ne l’a pas au...tre part.

-Je vais peut-être te paraitre un peu exigent mais… dis-moi, est ce que tu as quelques choses de prévu dans les prochains jours ? Je ne reste à Tokyo que pendant une semaine et il y a encore tellement d’endroits que j’aimerai visiter…. Je me disais que… l’on pourrait passer quelques moments ensemble. Ça serait l’occasion pour toi de me faire gouter tes fameux cookies…

-Pourquoi pas en effet...


La demoiselle se mit à réfléchir à son planning des prochains jours, qui ne consistait pas à grand-chose en fait, elle avait bien des entrainements de basket, mais le reste de ses journées étaient libre comme l’air, elle aurait donc du temps à accorder à ce charmant touriste, qui en plus semblait s’interesser à la pâtisserie. Dans sa tête le chemin était simple, il allait peut-être, ou même surement, pouvoir lui apprendre des trucs en la matière et elle n’était pas contre ça du tout !

-Je suis prise mardi matin et jeudi en fin d’après-midi, sinon je suis libre tout le reste de cette semaine. Si tu veux je connais assez bien Tokyo pour t’en faire une visite des meilleurs endroits... et aussi des meilleurs salons de thé ou pâtisseries pas chères et vraiment intéressantes !

Elle en connaissait d’ailleurs une pas loin qui servait des préparations très originales et super bonnes, mariant les saveurs de façon inédites mais intéressante, peut-être serait-il judicieux de lui en parler au moment venu du coup ? Enfin chaque chose en son temps, sinon elle allait noyer le pauvre garçon sous les informations...

-Si je trouve un endroit pour cuisiner je pourrai même te faire gouter ma spécialité en remerciement… Que dirais tu d’un brownie au chocolat avec éclats de caramel et noix de pecan caramélisées ? Hum ?

-Tu sais que c’est le genre de chose qui va nous conduire jusqu’au mariage ça, fais attention Shota...


Elle rigola doucement alors qu’elle avait l’eau à la bouche rien qu’à penser à un tel brownie. Franchement... le mariage chocolat et caramel ce n’est pas l’une des meilleures choses au monde ? La douceur du caramel avec l’amertume d’un bon chocolat... Rien de meilleur, et les papilles d’Akina en frémissent rien que d’y penser.

-Mais si tu veux je peux te proposer ma modeste cuisine... Comme ça tu auras tout sous la main pour m’impressionner... Ou pour que je te déteste si tu oses louper une préparation au caramel... Double tranchant...

Elle lui adressa un de ses sourires les plus innocents qui laissaient cependant présager une mort lente et douloureuse si jamais il osait sacrifier du caramel... Mais bon, Shota avait l’air de savoir ce qu’il fait et d’apprécier les bonnes choses, elle ne se faisait donc pas de soucis concernant le futur gâteau. Elle avait hâte même !

-Tu sais où on peut trouver un vétérinaire ? Il faudrait que l’on trouve une animalerie aussi pour acheter les premières nécessités à Cookie !

-Cookie ? C’est quoi ça... ? Le nom du chat ?


Elle laissa échapper un petit rire, c’était mignon. Et puis en le regardant, ça lui allait plutôt bien vu les couleurs de son pelage, du coup... Elle acceptait.

-Va pour Cookie.

Elle adressa un nouveau sourire à Shota avant de réfléchir un instant. Le vétérinaire était assez loin de là où elle comptait se rendre à la base... Du coup, elle devrait surement choisir entre le vétérinaire et la boutique de pâtisserie... Enfin d’un côté ses cupcakes n’étaient pas des plus urgents et surement que le brun serait ravi de s’y rendre un autre jour de la semaine...

-J’en connais un qui est à environ 20 minutes à pieds... Mais il est dans la direction opposée... Du coup, si on se revoit on pourrait faire le magasin de pâtisserie un autre jour... Ca te va ?

Elle attendit le choix du beau brun en le regardant de son seul œil visible avant de hocher la tête à sa décision. C’est qu’ils ne savaient pas pour combien de temps ils vont en avoir chez le vétérinaire, et ils devront en plus passer dans une animalerie pour des équipements... Surement que ça les occuperait jusqu’en fin d’après midi !

-Tu préfères prendre le bus ou y aller à pieds ?

De son côté la demoiselle préférait y aller à pieds, parce que dans le bus, il n’y a que des jeunes mamans avec des gosses qui passent leur temps à chialer et se plaindre, ou des vieux qui vous regarde de travers parce que vous portez un short en plein été. Visiblement l’avancement de la société et l’évolution des mœurs ça ne parle pas à tout le monde...


(c) MEI SUR APPLE SPRING




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Sweet Tokyo [ PV Akina Hideaki ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sweet Tokyo [ PV Akina Hideaki ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Akina Hideaki - Terminée
» La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]
» MON AMI ANTI ELECTION SAYO EST -IL DEVENU UN SWEET-MICKISTE OU UN MARTELLISTE ??
» MICHEL OU MIRLANDE ? SWEET MICKY OU GRAND MA ?QUI VEUT,QUI PEUT FAIRE MIEUX ??
» Voici le laeader Sweet Miki

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroko's Basket, le forum RPG ::  :: Tōkyō et ses alentours :: Ville-