The Basketball Which Kuroko Plays
 
Bienvenue sur KnB-RPG, jeune Rookie !
Tout le monde doit signer le règlement & se recenser ! N'oubliez pas de voter !
Merci de favoriser le choix de personnages du manga en priorité ! 50 pockys offerts pour tout prédéfini prit
Les lycées Seiei, Fukuda Sogo, Kirisaki Daiichi, Shutoku et Kaijo recherchent des membres !

Partagez | 
 

 La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]   05.10.15 14:17




...
La toile de l'araignée
○ feat. Akina Hideaki ○


Cela faisait plusieurs jours que Shun Izuki n'arrêtait d'y penser. Il revoyait sans cesse la silhouette de celui qui fut jadis un coéquipier de basket.... un ami.... Jusqu'à ce que tout dérape, jusqu'à ce qu'il déserte complètement ne laissant plus aucune nouvelle de lui. A l'époque, Izuki avait été affecté par le départ du jeune garçon même si, le temps passant, les disputes et chamailleries étaient de plus en plus nombreuses. Chacun des deux garçons défendaient la position qu'ils pensaient être la meilleure. Shun se battait pour un basket orienté exclusivement vers le collectif alors qu'Iwao, lui, prônait l'individualité au service du jeu.... Si différents mais pourtant si semblables.

Les mois, les semaines, les années avaient passé sans que Shun n'ait plus de nouvelles de Saito Iwao. De temps en temps l'image du visage du garçon lui revenait en mémoire. Ses cheveux noirs comme les siens. Ses yeux d'un bleu électrisant et son petit air hautain. Qu’était il devenu ? Pourquoi avait-il arrêté le basket comme ça du jour au lendemain ? Peut être avait-il déménagé loin de Tokyo.... Peut être était-il simplement dégoûté de ce sport qu'il pratiquait depuis trop longtemps.... Quelque fois, Shun repensait à cette époque là en se demandant ce qu'il avait pu advenir de son « ami ».

La réponse lui apparue un jour où il s'y attendait le moins ! Kitakore avait quémandé une balade et le jeune garçon ne le lui avait pas refusé. Il adorait son chien ! Il adorait l'emmener promener dans le parc Ueno ou sur les quais de la baie de Tokyo. C'est incroyable les rencontres que l'on peut faire grâce à un animal ! Des gens qu'il ne connaissait ni d’Adams ni d’Eve s’approchaient de lui dans l'unique but de caresser le Shiba Inu que Shun tenait au bout de sa laisse. Le chien n'allait certainement pas se plaindre de toute cette affection dont il était l'objet. Son maître non plus ! Il n'était pas un garçon asocial et ne refusait jamais un sourire ou quelques mots à échanger avec des passants qui le flattaient sur la beauté, l'intelligence ou l’obéissance de son chien.... Quoique l'obéissance..... Kitakore avait son petit caractère ! Quand Shun lui retirait la laisse dans le parc pour jouer au freezbee, il n'était pas rare que le chien très joueur décide de fausser compagnie, obligeant le garçon à lui courir après !

Ce jour là donc, alors qu'il avait prit Kitakore avec lui pour aller à un terrain de basket public, Shun fit une étrange rencontre. Comme si le passé s'invitait de façon fracassante dans son présent. Son ballon de basket lui échappa pour atterrir aux pieds d'un garçon qu'Izuki mit un peu de temps à reconnaître après tant d'année sans l'avoir vu. L'adolescence était passée par là, métamorphosant les traits de son visage, lissant ses joues rebondies d'autrefois et donnant à sa voix un timbre un peu plus grave. Mais c'était pourtant bien lui, Saito Iwao en personne. Celui que Shun avait cru disparu... Il refaisait surface comme un cheveux sur la soupe, avec son caractère maussade et son uniforme de Kirisaki Daiichi. Pourquoi ça n'avait pas surprit Izuki ? Il aurait du s'en douter depuis le départ....

La petite rencontre de basket que les deux garçons échangèrent se solda sur un score nul interrompu par une pluie diluvienne qui décida de s'abattre sur Tokyo. Nul.... C'était le cas de le dire. Shun n'avait jamais eut l'impression d'avoir été aussi nul. Que ce soit dans sa façon de jouer au basket en one and one avec Iwao, ou bien dans les propos qu'il lui avait tenu. Il fallait être réaliste : Shun avait catalogué sans état d’âme tous les joueurs de Kirisaki Daiichi comme étant des barbares jouant sans tenir compte du fair play ou des règles basiques du basket. Ce que Kiyoshi avait subit l'année passée n'était visiblement toujours pas digéré.... Mais l'année passée, c'était l'année passée... Iwao ne faisait pas parti de l'équipe à cette époque et il avait été déplacé de lui épingler directement une si mauvaise étiquette sur le dos...

Depuis, Shun était rongé par les remords... Il était déçu d'avoir vu cet échange de basket se solder si brusquement. Déçu aussi de constater que Saito était parti sans un regard arrière, comme si Shun n'avait jamais eut une place un peu plus élevée dans sa vie. Dire qu'Izuki s'imaginait qu'ils avaient été amis..... Peut être que ce sentiment n'était pas partagé par Iwao après tout... Peut être qu'il s'était bercé seul de l'illusion d'avoir eut un ami d'enfance avec qui partager sa passion pour le basketball...

Sans qu'il ne sache vraiment expliquer pourquoi, Shun avait envie de revoir Saito. Il avait peut être envie ( ou besoin ) de s'expliquer une dernière fois avec lui, même si le garçon le jetait comme un déchet usagé... même si Saito le regardait avec dédain et mépris.... Shun avait l'intime conviction au fond de lui qu'il lui devait des excuses pour les paroles pas très gentilles qu'il lui avait tenue....

Une semaine..... Cela faisait une semaine pile poils que Satsuki avait quitté le domicile des Izuki pour retourner vivre chez elle. Le temps semblait s’être arrêté et avoir repris un écoulement plus lent... si lent.... C'était un peu comme si les journées avaient perdues de leur intérêt, comme si le soleil, pourtant torride cet été, s'était en parti éteint.... Shun s'ennuyait.... Il s'ennuyait d'elle. La maison était tellement vide soudainement. Mai passait beaucoup de temps avec ses deux amies Aya et Shizuku. Quant à sa sœur aînée, elle restait les trois quart de son temps à étudier à la bibliothèque municipale...

Shun se retourna sur son lit. Il retira sa paire de lunette qu'il posa sans trop de soin sur la table de chevet de son bureau puis il clapa son ordinateur portable qui se mit en veille. Il en avait marre de surfer bêtement sur internet et de perdre son temps si stupidement. Toutefois.... Il pouvait se satisfaire d'avoir trouvé ce qu'il cherchait : l'adresse complète du lycée Kirisaki Daiichi et l'itinéraire permettant de s'y rendre en métro


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Kirisaki Daichi !

Il n'avait pas imaginé ce lycée comme ça ! Il s'était stupidement imaginé un lycée de racailles aux fenêtres brisées, aux murs tagués, aux bancs défoncés dans la cours de récré. Mais le lycée n'était rien de tout ça ! Les murs des bâtiments étaient propres et les étudiants qu'ils croisait paraissaient tout à fait normaux. Aucun n'avait l'air de s’être échappé d'un manga de baston à la GTO ou d'un gang de loubard violent !

Shun ne put retenir un petit rire alors qu'il pénétra la grille de l'établissement. Il avait prit soin de s'habiller en civil afin de ne pas afficher ouvertement son appartenance à un autre lycée. Un jeans coupe slim, une ceinture en cuire marron et un sweat manche trois-quart bleu foncé et blanc. Seul son sac de cours qui pendait sur son épaule gauche aurait pu être reconnaissable à l'emblême de Seirin brodé sur la façade.

Izuki avait beaucoup hésité avant de venir ici. Mais plus il y pensait et plus son choix se dessinait avec davantage d'importance : il souhaitait revoir Iwao pour pouvoir lui parler. Il ne savait pas où le garçon habitait, il n'avait pas son téléphone et la seule et unique chose qu'il connaissait de lui était son appartenance au club de basket de Kirisaki Daiichi. Alors, prenant son courage à deux mains, Shun s'était rendu dans cet établissement et il marchait d'un pas décidé vers le gymnase. D'après les informations qu'il avait réussi à collecter ( merci Momoi Satsuki qui sait tout sur tout ), il allait arriver en plein durant l’entraînement de l'équipe de basket masculine. Sa chance d'y trouver Iwao serait dont certaine !

Le bruit des ballons rebondissants sur le parquet se faisait entendre depuis l'extérieur du gymnase tout comme le crissement des baskets que la surface cirée. Il y avait bien entraînement..... Shun posa sa main sur la porte du gymnase et hésita un instant. N'était-il pas en train de commettre une grosse erreur en se jetant dans la gueule du loup ? Dans la toile de l'araignée aurait été une expression plus appropriée vu l'équipe.....

Un petit frisson remonta le long du cou du jeune homme. Là, à l'intérieur du gymnase, était en train de s’entraîner le garçon que Shun détestait le plus au monde : Hanamiya Makoto... Celui qui était responsable de la blessure de Kiyoshi. Rien qu'à y repenser, Shun sentait la moutarde lui monter au nez.... Pourtant, il n'était pas venu pour lui ! Il était là exclusivement pour Iwao...

Après un nouveau temps d'hésitation, Shun poussa finalement la porte du gymnase et s'y faufila discrètement. Il monta dans les gradins où une dizaine d’élèves étaient en train d'assister à l’entraînement de l'équipe de basket. Le meneur de Seirin retira son sac et le posa au sol, devant ses jambes. Il releva la tête et porta son attention sur le terrain où il n'eut aucun mal de reconnaître les garçons qu'il avait affronté l'année précédente lors de l'interlycée. Parmi eux, Hanamiya Makoto était aisément reconnaissable à sa démarche nonchalante et son attitude détachée. A la fois coach et capitaine, il assumait les deux casquettes d'une poigne de fer... Pourtant, Shun avait beau scruter tous les recoins du terrain il n'y voyait pas Iwao. Ni sur le parquet, ni sur le banc, ni aux étirements.... Etait-il en retard ? Est ce que Shun avait fait tout ce chemin pour rien ?

Il laissa ses épaules s'affaisser alors qu'un soupire s'échappa de ses lèvres. Il ne lui restait plus qu'à s'en aller pour revenir une prochaine fois..... Mais l’entraînement des garçons n'étaient pas fini et quitte à s’être tapé le déplacement autant que ça ne soit pas pour du vent ! Il pourrait très bien s'éclipser en douce après avoir contemplé le jeu de Kirisaki en vue d'en parler ensuite à ses camarades de Seirin.

Penché en avant, il laissa ses coudes reposer sur ses genoux et sa tete se poser dans les paumes de ses mains. On avait beau dire ce que l'on voulait, Kirisaki Daiichi était une équipe forte.... très forte.... Si Seirin devait les affronter de nouveau au cours de la Winter Cup, pas certain que le match soient sans..... dommages et intérêts ! Les dommages seraient ceux qu'Hanamiya avait certainement pour projet de faire subir à Seirin..... Les intérêts étaient la monnaie de leur pièce que Seirin comptait bien leur rendre pour venger Kiyoshi des souffrances causées l'an passé....

Les mains de Shun se crispèrent légèrement face à la colère qu'il éprouvait en regardant Hanamiya jouer. Il allait s’apprêter à quitter sa place quand une silhouette s'imposa devant lui, lui obstruant la vue sur le parquet. Le regard de Shun remonta lentement jusqu'à la tête de cette personne qui était une jeune fille qu'il n'avait jamais rencontré auparavant. Ses cheveux étaient d'un noir corbeau légèrement bleuté et une mèche de cheveux recouvrait la totalité de son œil droit. Son œil gauche, parfaitement visible lui, était d'une couleur pourpre qui n'était pas sans rappeler la couleur de l'hémoglobine.... Pas un sourire sur son visage. Elle avait les lèvres pincées et une attitude qui ne disait rien d'encourageant.

Le garçon de Seirin resta assis à sa place, laissant la jeune inconnue le dominer de toute sa hauteur. Il ancra cependant ses prunelles gris clairs à celle carmin de la fille portant l'uniforme de Kirisaki

« Je....Oui ? »


Qu'est ce qu'elle lui voulait ? C'était qui ? Peut être qu'elle faisait parti de l'équipe d'encadrement du club de basket et qu'elle voyait d'un mauvais œil ( c'est le cas de le dire haha ) la venue d'un adversaire pour assister à l’entraînement. Pour le coup, Shun ne pouvait que lui donner raison.... si la situation été inversée et qu'une personne de Kirisaki venait squatter l’entraînement de Seirin, pas certain que Shun aurait vu cela de très bon augure.... Aussi, il ne tarda pas à bredouiller quelques explications pour justifier sa présence et se sortir du bourbier dans lequel il s'était enlisé

« Excuse moi, je suis venu voir un ami.... Iwao Saito, tu connais ? Il m'a dit qu'il faisait parti de l'équipe de basket.... Mais je ne le trouve nul part »

Espérons au moins qu'elle allait accepter cette petite explication.... même si son regard semblait s’être encore davantage durcit après ces quelques mots. Pour le coup Shun aurait préféré être n'importe où ailleurs qu'ici ! Et dire qu'il n'avait prévenu personne de sa petite visite surprise à Kirisaki.... Si ça se trouve on allait le séquestrer et le découper en rondelles et personne ne saurait où il est pour venir le sauver ! Misère de misère.... Sur cette pensée hautement positive, le jeune meneur de jeu se mordilla l’intérieur de la joue, redoutant la colère de l'étudiante qui n'avait pas l'air de partager son sens de l'humour ni sa sympathie....


Kuroko's Basket RPG





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Kirisaki Daiichi
avatar



InformationsMessages : 96
Date d'inscription : 31/08/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #660099

RP terminés: 0

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]   19.10.15 10:31


La toile de l'araignée

Avec - Izuki Shun



Akina avait deux passions, la pâtisserie et le basket. Si la première était née naturellement en regardant sa mère préparer bon nombre de gâteaux et biscuits, la seconde lui avait été inculquée au fil du temps il y a de cela quelques années par Nijimura Shuzo. Le garçon était lui-même passionné par ce sport, et elle s'y était intéressée par la force des choses, ses sentiments étant les principaux investigateurs de cet intérêt à la base.

Le brun avait mis beaucoup de cœur à lui apprendre les règles de jeu et à s'entraîner avec elle pendant des après-midi entiers. Cependant, même si la jeune fille trouvait la théorie très intéressante, elle ne possédait aucun talent pour ce sport, elle n'était indéniablement pas faite pour ça. Akina ne voulait pas laisser ses lacunes sportives l'empêcher de soutenir le garçon qu'elle aimait dans l'une des seules choses le rendant heureux –avec ses pâtisseries. Du coup, elle se plongea dans une étude plus approfondie de ce sport et une passion naquit en elle à mesure qu'elle comprenait mieux les mouvements, les techniques et les stratégies.

C'est seulement lors de son entrée en deuxième année, bien après le départ de Nijimura, que Hideaki osa sauter le pas et vraiment vivre sa passion du basket. Bien sur elle ne pouvait pas faire partie du club en tant que joueuse, étant beaucoup trop nulle, mais elle pouvait mettre à profit ses talents et approfondir ses connaissances en devenant la manager de l'équipe. Elle savait qu'elle en était capable. Oh bien sur cela n'avait pas été facile au début, le capitaine –et coach- en la personne d'Hanamiya Makoto lui avait donné du fil à retordre... Mais au final elle fut rapidement acceptée dans l'équipe après avoir fait ses preuves.

Akina prenait son rôle très à cœur et s'occupait des joueurs comme elle le faisait avec les garçons de la bande. Même si l'équipe de Kirisaki Daiichi avait une sacrée réputation de mauvais garçons, notamment grâce (ou à cause, au choix) au capitaine, ils n'impressionnaient pas du tout la jeune fille qui restait de marbre devant leurs tentatives pour se faire respecter. La plupart avaient vite compris que ce n'était pas la peine de faire les durs devant elle et au final, Hideaki put découvrir une équipe pleine de garçons adorable un fois en dehors d'un terrain et devant un bout de marbré au chocolat.

Chaque jour la jeune fille faisait de son mieux pour se rendre utile à l'équipe en leur préparant des gâteaux, les pouponnant presque comme ses propres enfants mais surtout en endossant le rôle d'investigatrice auprès des autres équipes afin de récolter le plus d'informations utiles possible sur leurs futurs adversaires. Elle était d'ailleurs toujours aussi impressionnée par la capacité d'Hanamiya pour utiliser chacun des petits détails qu'elle lui rapportait dans ses stratégies, ce garçon était hallucinant.

Du haut de ses 17 ans, Hanamiya endossait le rôle de capitaine de l'équipe mais aussi celui de coach, et contrairement à la première idée qu'Akina en ai eut, il remplissait les deux fonctions à merveille et dirigeait l'équipe d'une main de fer. Elle était toujours étonnée de constater que tous les joueurs de l'équipe l'écoutait -presque- sans rechigner. Oh bien sur il y avait toujours quelques têtes brûlées qui osaient parfois lui désobéir mais ces personnes ne faisaient jamais très longtemps dans l'équipe, allez savoir pourquoi. Il n'y avait guère que Iwao qui s'opposait parfois à lui, mais il en payait souvent les conséquence de manière peu enviable. Le brun était d'ailleurs le seul qui se permettait de sécher... Alors certes, il était blessé à la cheville mais cela ne le dispensait pas de venir, au moins pour observer l'entrainement... A tous les coups il jouait encore aux jeux vidéo...

Hideaki laissa échapper un soupir en remplissant la feuille de présence et laissa son œil carmin courir sur le terrain où les joueurs commençaient à s'échauffer avant qu'il ne se pose sur les gradins où une dizaine d'élèves étaient en train de regarder le terrain. Elle connaissait chacun des visages pour les y avoir déjà vu, des supporters habitués, sauf pour un. Elle n'avait jamais vu ce garçon brun, et puis de toute façon il ne portait même pas l'uniforme du lycée, c'est qu'il venait donc d'ailleurs et la jeune fille comptait bien savoir d'où. En tant que manager, elle avait assez écumer de gradins de différents gymnases pour savoir que ce garçon ne venait pas là pour profiter d'un siège confortable.

Une fois sa tâche terminée, Akina déposa la feuille sur le bureau et se hâta discrètement vers les escaliers menant aux gradins qu'elle balaya des yeux pour se poser sur le garçon. Elle remarqua son sac posé sur le siège d'à côté et l'écusson de Seirin lui en apprit plus sur le jeune homme, malheureusement pour lui.

Bien qu'elle n'ait aucune raison valable à cela, Akina détestait le lycée Seirin, tous ses étudiants et aussi son équipe de basket dont elle maudissait chacun des membres... Bon, juste deux en vérité, mais elle les haïssait assez pour en vouloir à tout un lycée, et ce garçon allait en payer les frais, tant pis pour lui. Après tout, il n'avait rien à faire ici, c'était lui-même qui était venu en territoire ennemi...

C'est sans aucun sourire que la lycéenne s'approcha de l'intrus jusqu'à se poser pile devant, lui cachant la vue qu'il avait du terrain. Elle le toisait du regard, essayant de reconnaître son visage qu'elle avait sans aucun doute déjà vu quelques part, dans une vidéos ou une photo.

-Je...Oui ?

Son regard gris argenté ne semblait pas vouloir se baissé malgré la gêne que le garçon semblait ressentir, il avait l'air extrêmement mal à l'aise et balbutiait une espèce d'excuse sortie de nulle part.

-Excuse moi, je suis venu voir un ami... Iwao Saito, tu connais ? Il m'a dit qu'il faisait partie de l'équipe de basket... Mais je ne le trouve nul part.

-Je connais. Mais toi je ne te connais pas, qui es-tu ?


Non mais sérieux c'est quoi cette excuse qu'il venait de sortir ? Il n'avait pas trouvé mieux ?

Bon, il est vrai que Hideaki ne connait pas si bien que ça Iwao, elle ne connait pas toute sa vie ni tout son entourage, mais de ce qu'elle a appris en discutant avec lui, c'est qu'il n'a aucun ami à Seirin, bien au contraire. Du coup, soit ce jeune homme se paye sa poire et là, les chances de survie pour lui son assez minces, soit l'autre brun n'a que très peu d'estime pour ce pauvre garçon esseulé.

Akina croisa les bras sous sa poitrine sans lâcher l'intrus du regard, détaillant avec intérêt son visage dans le but de se souvenir de son identité. Malheureusement le jeune homme est assez banal, un japonais comme il y en a beaucoup. Mignon certes, elle ne pouvait pas dire le contraire, le brun était même assez attirant, mais il ne disposait pas d'un signe distinctif particulier comme les joueurs de la génération des miracles avec leurs cheveux d'une couleur improbable, le capitaine de Too avec son air de kitsune maléfique ou même Hanamiya avec ses sourcils en forme de têtards...

-Et je peux savoir ce que tu veux à Iwao ?

Hideaki attendait sa réponse pour répondre à sa question initiale, si cette dernière convenait à la jeune fille, elle allait peut-être se résoudre à lui dire qu'il ne risquait pas de le trouver dans le gymnase mais plutôt dans une salle d'arcades... Par contre, si sa réponse ne lui plait pas, elle allait se faire une joie de jouer avec lui, pas sur qu'il aime cela autant qu'elle.




(c) MEI SUR APPLE SPRING




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]   25.10.15 23:55




...
La toile de l'araignée
○ feat. Akina Hideaki ○



Shun n’était pas un garçon querelleur et il ne l'avait d'ailleurs jamais été. Loin de lui l'idée d'aller chercher des histoires à d'autres personnes ou de jouer le jeu de la provocation. Il était même plutôt du genre à faire profil bas afin d'éviter d'attirer trop l'attention. Et lorsque malheureusement on s'en prenait à lui, il était du genre à garder le silence et à laisser glisser sur lui les injures et les provocantes paroles qu'on aurait pu lui dire.

Même lorsqu'il y avait eut le match contre Kirisaki Daiichi l'année précédente, Shun avait réussi à garder son calme. Du moins en apparence. Ce qui n'avait pas été le cas de son capitaine et ami qui s'était immédiatement révolté contre la façon de jouer peu honnête et respectueuse des membres de l'équipe adverse. Il fallait être particulièrement vil pour avoir recours à ce genre de procéder. On ne pouvait même pas dire que c'était un moyen par lequel Kirisaki s'assurait une victoire pour palier un manque de capacité physique ou de technique. Car cette fameuse équipe de Kirisaki Daiichi était pourvue des deux ! Triplée par une intelligence redoutablement orchestrée par leur capitaine et coach Hanamiya.... Agir de façon déloyale avec les autres joueurs faisait donc parti de leur plan. Un plan particulièrement bien huilé et pour lequel chaque joueur connaissait son rôle sur le bout des doigts.

Shun ne pouvait s’empêcher de se demander quel pouvait bien être le rôle qu'allait avoir Iwao dans la stratégie de cette équipe. Il connaissait suffisamment le garçon pour le savoir revêche et hautain. Il n'allait certainement accepter sans broncher les conditions d'Hanamiya. Ou bien il avait beaucoup changé durant les années où ils s'étaient perdu de vu. Mais d’après ce que l'aigle de Seirin avait pu apercevoir durant leur dernière rencontre, le garçon ne semblait pas avoir changé plus que ça...... Toujours les mêmes petites piques désagréables, toujours ce coté blasé et désintéressé.... Saito était rentré dans la vie de Shun aussi subitement qu'il en était parti. Comme ça, sous la pluie, sans un mot et sans un regard.....

A bien y réfléchir, Shun ne savait pas trop ce qui l'avait poussé à franchir la grille du lycée Kirisaki Daiichi dans l'intention d'y retrouver son ami de jadis. Il ne savait pas trop quelle était cette folie soudaine qui s'était emparée de lui et qui lui avait donné le courage de se rendre en territoire ennemi.... Parce que jamais Kirisaki ne lui avait autant donné l'impression d’être une toile d'araignée inextricable de laquelle il ne pourrait s'échapper entier.... Les étudiants ici étaient comme lui. Des garçons, des filles, des gens qui parlaient de tout et de rien.... L'image qu'il s'était faite de cet établissement scolaire et de ses occupants étaient erroné, il en avait parfaitement conscience. Pourtant, assis dans les gradins, il ne se sentait pas à son aise....

Il avait l'impression désagréable qu'on lui jetait des coups d’œil de biais ou que les gens parlaient sur lui. Sans doute s'interrogeaient-ils de savoir qui était ce garçon venu d'un autre lycée.... Si les personnes présentes dans les gradins s’intéressaient un peu au basket, elles devaient aussi s'interroger sur la santé mentale de ce mec de Seirin qui ose venir assister à l’entraînement d'une équipe pourtant réputée pour ses mauvais cotés plus que pour son palmarès...

Shun prit une inspiration juste avant qu'une silhouette se plante devant lui pour lui obstruer la vue. Il avait relevé la tête vers la jeune fille dont une mèche de cheveux dissimulaient un coté de son visage. Son unique œil visible, d'un rouge sang saisissang (haha ) le déstabilisait quelque peu et il ne put que bredouiller quelques vagues mots d'excuses pour justifier sa présence dans ce gymnase. Qu'on ne vienne pas accuser Seirin de l'avoir envoyé en sous marin pour espionner l’entraînement des adversaires. D'ailleurs, si ça avait été le cas, Shun aurait prit soin de camoufler davantage sa présence. Il ne se serait pas pavané avec son sac de cours sur lequel le nom du lycée Seirin était joliment brodé en lettres énormes que l'on ne pouvait cacher.

- Je connais. Mais toi je ne te connais pas, qui es-tu ?

Accueil chaleureux.....

D'un autre coté à quoi se serait-il attendu ? Un sourire digne d'une pub de dentifrice, une courbette de salutation et une tasse de café en guise de bienvenue ? Mais bien sure !!!

Le jeune fille ne le lâchait pas des yeux bien décidée à avoir sa réponse. Shun lui, tardait à la lui donner, analysant les deux solutions qui se présentaient à lui

Soit il déclinait sa réelle identité au risque de s'attirer les foudres de la jeune fille.... Elle pourrait même aller jusqu'à informer Hanamiya et ses acolytes qui étaient encore présents sur le terrain. Izuki déglutit péniblement. Loin de lui l'envie de se retrouver seul face à tous ces garçons qui, il fallait l'avouer, l'impressionnaient quelque peu

Soit il balançait ( et rien à voir avec son signe du zodiaque ) un nom imaginaire pour se préserver mais si son « secret » venait d’être percé à jour, il s’exposait à des dangers encore plus effrayants que la perspective de se retrouver seul face aux autres garçons.

Shun se mit debout, bien décidé à ne pas laisser la jeune fille continuer de le dominer de sa hauteur. Il s'empara de son sac qu'il passa autour de son épaule.

« Je m'appelle Shun Izuki. »

Il regarda la jeune fille et essaya de lui adressa un petit sourire pour lui faire comprendre que sa venue ici n'avait rien d'une quelconque mission d'infiltration ou qu'il ne cherchait nullement d'aller au conflit. La seule chose qu'il voulait c'était voir Iwao, son ami d'autrefois. Point barre.

- Et qu'est ce que tu lui veux à Iwao ?

Shun haussa les épaules un instant avant de la regarder à nouveau. Il ne la lâchait pas du regard et n'avait pas envie de se dégonfler devant cette jeune fille dont il ignorait lui aussi l'identité. Elle avait l'air en tout cas de vouloir protéger l'équipe de basket qui poursuivait l’entraînement avec assiduité, obéissant aux ordres d'Hanamiya que Shun regardait d'un œil méfiant

« Pourquoi je te le dirais ? Ça ne te regarde pas..... Et puis je ne sais même pas qui tu es non plus... »

Pour le coup, son audace et sa répartie le surpris lui même. Mais il ne pensait pas avoir tors. Qui était cette fille..... Une fan de l'équipe de basket ? Ou.... une personne qui chapeautait cette fameuse équipe tout comme Satsuki s'occupait de Tôô et Kumako s'occupait de Seirin ? Serait-elle la manager de Kirisaki Daiichi ?? Cette possibilité surprit grandement Shun qui n'avait jamais pensé que cette équipe puisse faire appel aux services d'une manager. Après tout, ils se passaient d'un coach.... alors les savoir materné par une manager ça avait de quoi surprendre. Il avait du mal à imaginer Hanamiya écouter les conseils d'une autre personne que lui même....

Shun continua de regarder la jeune fille. Si elle n'avouait pas son lien avec l'équipe de basket, il se promettait de passer un petit coup de téléphone à Satsuki pour savoir si elle avait éventuellement des informations sur une hypothétique manager à Kirisaki Daiichi.

Gardant l'anse de son sac serré dans le creux de sa main gauche, Shun restait planté devant la jeune fille sans avoir envie de bouger. Mais vu que la demoiselle semblait tout aussi déterminée que lui, Shun ne put que se résigner à soupirer avant de reprendre la parole

« C'est bon... je suis peut être de Seirin mais je suis pas venu pour votre entraînement... J'avais besoin de voir Iwao. C'était un... un ami d'enfance on va dire »

Libre à elle de le croire ou non mais c'était belle et bien la vérité. Shun n'était pas stupide au point de croire de Saito se serait épandu longuement sur son enfance et sur le club de basket qui lui avait tout appris avec Izuki. Probable même que cette fille n'ai jamais entendu son nom autre part que sur une feuille de match d'un championnat de basketball lycéen. Mais qu'importe.

« Pourquoi il est pas à l’entraînement ? Tu peux m'indiquer où je peux le trouver ? »


Kuroko's Basket RPG









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Kirisaki Daiichi
avatar



InformationsMessages : 96
Date d'inscription : 31/08/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #660099

RP terminés: 0

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]   10.01.16 23:05


La toile de l'araignée

Avec - Izuki Shun



Akina n'avait pas toujours été comme ça. A l'époque lorsque quelqu'un menaçait quelque chose qu'elle aimait, elle essayait de régler le problème avant qu'il n'explose de façon diplomatique en discutant avec les gens ou en essayant de faire en sorte d'aider tout le monde comme elle pouvait. Elle gardait le sourire et même si sa naïveté faisait qu'elle était souvent perdante dans l'histoire, elle était heureuse d'avoir pu éviter le pire. Elle essayait aussi bien d'aider les deux parties dans un conflit et ne faisait pas de différence.

Maintenant, la jeune femme était bien différente. Lorsqu'une menace se profilait, elle devenait tout de suite méfiante, suspicieuse et se mettait sur la défensive. Son attitude d'un froid polaire jurait avec son comportement toujours si chaleureux et un mot de travers de son vis-à-vis suffisait à la faire sortir de ses gonds. Akina ne comptait plus le nombre de filles comme de garçons qui avaient été victimes de ses sauts de colère et s'étaient pris des coups ou avaient été victimes de mots cruels et méchants de sa part.

Elle avait oublier quand son comportement avait évolué pour devenir celui qu'il était aujourd'hui. Petit à petit, la jeune fille avait changé. Pas totalement, elle restait adorable avec la plupart des gens à la base, à conditions que ceux-ci ne menacent pas les personnes ou les institutions qu'elle avait juré de protéger et de garder près d'elle.

Cette fois-ci, même si Iwao ne faisait pas partie des personnes les plus proches d'elle, il faisait en tout cas partie de l'équipe de basket, et elle ne laisserait personne lui faire du mal, surtout du moment qu'elle serait là. Ne connaissant pas ce garçon, elle ne pouvait pas savoir ce qu'il voulait au brun, et elle était bien décidée à être sûre que le garçon ne craignait rien avant de lâcher une quelconque information. Même si celui en face d'elle ne semblait pas dangereux, Hideaki avait appris qu'il ne fallait pas se fier aux apparences, les plus belles roses peuvent aussi être celles avec le plus d'épines.

Le garçon maintenant debout la dépassait de plus d'une vingtaine de centimètres. Elle s'en fichait royalement, la différence de taille et de carrure ne faisant plus peur à Akina depuis bien longtemps, elle était habituée de toute façon.

-Je m'appelle Shun Izuki.


Ce nom fit tilt dans la tête de la jeune femme. Elle l'avait déjà vu lorsqu'elle avait commencé à étudier, à contrecœur, les différents joueurs de l'équipe de Seirin et il ne faisait aucun doute que celui-ci en faisait partie maintenant.

Shun Izuki... Deuxième année, dossard numéro 5 et meneur de jeu à Seirin. Possesseur de l'œil de l'aigle, 1m76 pour 64kg si ses souvenirs étaient bons et toujours d'actualité.

Maintenant qu'elle savait qui était ce garçon, la question de savoir ce qu'il voulait à Iwao était d'autant plus présente. Pourquoi un joueur de cette équipe de bras cassés voudrait parler à un membre de celle de Kirisaki Dai Ichi au juste ? Surtout Iwao...

Le sourire que le jeune homme lui adressa n'y changea rien, non mais qu'est ce qu'il faisait ? Il voulait faire le joli cœur pour qu'elle oublie toutes ses questions ou quoi ? Non mais pour qui il la prenait ? Le regard dur d'Akina ne changea pas d'un iota alors qu'elle détaillait le visage du brun en face d'elle. Même si ce dernier était connu pour posséder la capacité très intéressante de l'œil de l'aigle, à première vue ses iris semblaient tout à fait normaux... Ils étaient beaux, là-dessus rien à redire, mais ils n'avaient rien de spécial...

-Pourquoi je te le dirais ? Ça ne te regarde pas... Et puis je ne sais même pas qui tu es non plus...


Hideaki serrait les dents. Ce garçon commençait sérieusement à l'exaspérer. Elle ne lui demandait pas de lui déballer sa vie ou de se jeter du haut des gradins auxquels il n'était pas invité, mais juste pourquoi il cherchait un joueur de son équipe.

La demoiselle plissa un peu les yeux, elle avait deux options devant elle, soit lui dévoiler son identité et avoir peut-être une chance de savoir pourquoi le joueur de Seirin s'était déplacer jusqu'ici, soit se murer dans son silence et attendre avec beaucoup de patience cette réponse sans être bien sûre de l'obtenir.

-Hideaki Akina. Je suis la manager de cette équipe alors si, ça me regarde ce que tu lui veut.

Le ton employé était d'un froid polaire et aurait congelé sur place une majorité de personnes. La colère qui semblait monter en elle n'augurait rien de bon pour le pauvre oisillon tombé de son nid en face d'elle.

-C'est bon... je suis peut être de Seirin mais je suis pas venu pour votre entraînement... J'avais besoin de voir Iwao. C'était un... un ami d'enfance on va dire.

Un "ami d'enfance" ? "C'était" ? "on va dire" ?

Cet Izuki intriguait de plus en plus la manager qui découvrait quelque chose de nouveau sur ce cher Iwao. Elle avait soudainement envie d'en savoir plus et sa curiosité presque maladive prit le dessus. Son visage se détendit légèrement pour prendre une expression un peu moins dure et pincée sans pour autant suinter la sympathie.

-Pourquoi il est pas à l'entraînement ? Tu peux m'indiquer où je peux le trouver ?

-Il est blessé à la cheville, et s'il n'est pas ici je ne sais pas où il est. Nous n'avons pas encore implanté de puces électroniques dans nos joueurs...


Même si la jeune fille en avait une petite idée, à savoir chez lui ou dans une quelconque salle d'arcade, elle se garda bien de le lui dire. Si Iwao était bel et bien son ami il devrait connaitre son adresse ou son addiction pour les jeux vidéos.

Hideaki croisa les bras sous sa poitrine sans quitter des yeux son vis-à-vis. Maintenant qu"l était là, elle n'avait plus très envie qu'il parte avant d'avoir eu plus de détail sur ses liens avec le jeune joueur faisant l'école buissonnière.

-Quand tu dis "c'était un ami d'enfance", ça veut dire qu'il ne l'est plus ?


Sa question n'était pas très fine et elle aurait pu faire bien mieux, mais autant aller droit au but. Si jamais il ne répondait pas, elle essayerait une façon un peu plus détournée afin d'obtenir ce qu'elle voulait.

Et puis elle devait bien avouer que cette situation l'amusait un peu, voir la gêne si visible sur le visage du meneur était un petit plaisir dont elle ne voulait pas se départir tout de suite. Le garçon était visiblement mal à l'aise, à savoir si c'était d'être dans le gymnase de Kirisaki Dai Ichi ou en face d'une fille, voir même les deux, mais en tout cas c'était clairement pas l'endroit où il voulait se trouver à présent.

-Tu fais une drôle de tête, ça va pas ?

Akina dû se mordre l'intérieur de la joue pour ne pas sourire à sa question totalement idiote, c'était évident qu'il n'allait pas très bien et elle s'en voulait presque de se jouer de lui ainsi.



(c) MEI SUR APPLE SPRING




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]   20.01.16 17:03




...
La toile de l'araignée
○ feat. Akina Hideaki ○


Un lycée était un lycée…. Il y avait les mêmes contraintes partout. Les mêmes personnes aussi. Des professeurs, des élèves – certains studieux, d’autres carrément fainéant. Les mêmes bâtiments aussi, avec plus ou moins d’originalité ou de modernité. Une cour de récré, une horloge sur la façade et un portail pour garder l’entrée interdite à toute personne étrangère…

Finalement, Kirisaki Daiichi n’était pas bien différent de Seirin. Shun ne comprenait donc pas pourquoi il se sentait si mal à l’aise dans ce gymnase. Peut-être était-ce parce que l’équipe masculine était en train de s’entrainer à l’instant même sur le parquet ? Il entendait le bruit des ballons qui rebondissaient et le crissement des baskets qui retentissaient. Ils étaient sans doute en train d’élaborer une nouvelle méthode pour rendre les matchs encore plus…. Truqués ! Cela aurait beaucoup étonné Shun qu’ils révisent leur façon de jouer au basket…

Son regard gris claire quitta la jeune fille en face de lui pour glisser un instant vers le parquet. Ils étaient tous là, présents, en train de jouer. La tête d’Hanamiya aurait été reconnaissable entre mille et lorsqu’il l’aperçut, Izuki eut l’impression que la bile lui remontait l’œsophage. Il lui donnait la nausée. Un garçon comme lui n’avait rien à faire sur un terrain de sport. Ce qu’il avait fait à Kiyoshi… Jamais Izuki ne pourrait le lui pardonner

-Hideaki Akina. Je suis la manager de cette équipe alors si, ça me regarde ce que tu lui veut.

Shun reposa son attention sur la demoiselle se trouvant devant lui. Et bien… elle était tout aussi aimable que ses camarades sur le parquet dites donc ! C’était un critère de sélection pour faire partie de l’équipe de basket ? Il fallait être mal aimable et aigris ?

Le sourire que Shun lui avait adressé jusqu’à présent disparu. Il voulait bien être sympa mais il n’était pas stupide non plus. Qu’on ne le prenne pas pour un abrutit ! Si elle voulait entrer dans ce jeu-là et bien soit, il allait en faire de même ! Namého !

Mais savoir qu’il avait parcouru toute la ville, qu’il avait pris des risques pour s’introduire dans ce lycée tout ça pour tomber sur un os… ça l’irritait un peu quand même. Il en venait donc à la conclusion que s’il souhaitait vraiment voir Iwao, il allait devoir donner un peu d’explication à la manager patibulaire.

Grr… Sérieusement ça ne l’enchantait guère. Ce n’était pas de devoir s’expliquer qui l’énervait. C’était le fait qu’en faisant là, il était en train de donner raison à Akina ! C’était comme s’il s’inclinait devant elle en devant lui donner ce qu’elle désirait : la raison de sa présence ici. S’il aurait pu, il l’aurait gentiment envoyé sur les roses, manager de KiriDaii ou pas ! De toute façon ses joueurs ne seraient pas plus indulgents avec Seirin parce que Shun se montrait sympa n’est-ce pas ? Il n’avait donc rien à regretter.

Et pourtant…. C’est avec mauvaise grâce qu’il expliqua à Hideaki sa pseudo relation avec Iwao. Il n’allait pas entrer dans les détails parce que manager ou pas, ca ne la regardait effectivement pas ! Et si elle était trop curieuse elle avait qu’à assouvir sa soif de curiosité en demandant à son précieux joueur sur lequel elle semblait veiller jalousement.

-Il est blessé à la cheville, et s'il n'est pas ici je ne sais pas où il est. Nous n'avons pas encore implanté de puces électroniques dans nos joueurs...

Oh…

Cette nouvelle fit malgré tout son effet sur Shun. Lorsqu’Iwao avait quitté le terrain de street basket lors de leur dernière rencontre, Shun avait bien remarqué que son pas était légèrement claudiquant. La possibilité d’une blessure lui avait effleuré l’esprit sans qu’il s’y attarde davantage. Mais maintenant qu’il venait d’apprendre ça, il ne pouvait s’empêcher de se demander si c’était leur petite confrontation qui était à l’origine de la blessure. Si tel était le cas, Izuki s’en serait voulu… Malgré leurs différents, malgré le temps écoulé, malgré les clubs rivaux, Shun continuait de le considérer comme un ami. C’était quelqu’un qui avait beaucoup compté durant son enfance et il regrettait les circonstances qui avait conduit à leur séparation.

Shun baissa le regard. Sa main se posa sur son sac qu’il sera un peu plus. Il releva la tête pour que ses yeux anthracites se plantent dans ceux si spéciaux de la manager

« Il est blessé depuis longtemps ? »

Shun n’était pas suicidaire au point d’avouer qu’il était pu être le responsable de cette blessure. Mais il avait toutefois envie de connaitre les circonstances de cette dernière. Il voulait s’assurer que ce n’était pas grave. C’était le minimum

« Qu’est ce qu’il a ? Rien de grave j’espère »

Une toute petite partie de sa conscience lui murmura des paroles qu’il préféra ignorer. « Bien fait pour vous ! » lui disait-elle. Comment ne pas penser que c’était un juste retour des choses qu’un des joueurs de Kirisaki soit blessé. Vengeance pour Teppei et pour tous les blessés qu’ils avaient envoyé à l’hôpital !

-Quand tu dis "c'était un ami d'enfance", ça veut dire qu'il ne l'est plus ?


Ha… elle revenait à la charge. Shun se satisfaisait de voir qu’il avait piqué la curiosité de la manager. Il haussa les épaules et la regarda de nouveau avant de chercher comment lui répondre.

« On a appris le basket ensemble »

Voila. Simple, concis, sans fioriture. Mais vu qu’il se doutait qu’elle ne se contenterait pas de cette simple répondre il se cru obligé d’ajouter

« Et non… nous ne le sommes plus. Il me hait sans doute alors je ne pense pas qu’on puisse encore dire qu’on soit ami. Pour ma part, je lui reproche d’avoir choisi ce…. ce club de basket »


Il tourna la tête vers Hanamiya sur le parquet. Un air profondément blésé et exaspéré s’affichait sur son visage. Il adressa un petit signe du menton en direction des joueurs

« Mais peut ont réellement appeler ça un « club de basket » ? Ce n’est qu’une bande de frustrés incapable de gagner autrement qu’en utilisant de sales petites ruses mesquines »

Ola… Ça lui avait échappé d’un seul coup ! Ce n’était pourtant pas dans ses habitudes de dire des choses comme ça. Il aurait été du genre à faire profil bas pour éviter autant que possible les conflits. Ça devait être l’ambiance et l’atmosphère de Kirisaki qui le rendait à ce point piquant et téméraire. D’autant plus qu’il ne s’arrêta pas en si bon chemin…

« C’est peut-être toi, leur manager, qui leur a donné la superbe idée de massacrer, au sens propre du terme, les adversaires sur un parquet. Non ? Parce que l’idée est brillante, finement pensée. Je vous en félicite et Kiyoshi vous en remercie »

Shun soupira un longuement tout en s’insultant mentalement. Il devait se taire. Il n’était clairement pas à sa place ici et s’il voulait repartir en un seul morceau il avait plutôt intérêt à la mettre en veilleuse et à ne pas trop fanfaronner ! Du haut de son mètre soixante-seize il ne faisait clairement pas le poids seul face à la menace que représentait les élèves et basketteurs du lycée.

Non… Il n’y avait pas à dire il n’aimait pas se retrouver dans cet endroit-là. Il aurait aimé repartir maintenant il savait qu’Iwao ne s’y trouvait pas. Il voulait échapper au regard pourpre de cette fille qui accentuait encore plus son malaise. Shun avait l’impression que ses pensées se percutaient dans sa tête et il se passa la main sur le visage pour reprendre une maitrise à peu près correcte de lui-même

-Tu fais une drôle de tête, ça va pas ?

Shun prit une grande inspiration avant de lui répondre d’une voix un peu plus tremblante que ce qu’il espérait

« Ca va très bien…. Ca ne se voit pas ? »

Et bim… encore un petit mot cinglant au passage. Shun prenait conscience qu’il aurait mieux fait de ne jamais mettre les pieds dans ce lycée. Il avait d’ailleurs longuement hésité. C’est en le voyant pas très bien aux derniers entrainements que Shuzo Nijimura était venu le voir pour essayer de discuter avec lui de ce qui le perturbait, à savoir ses retrouvailles avec Iwao. Shun avait pris le temps de lui expliquer un peu son histoire, trouvant auprès de Nijimura une oreille attentive et extérieure à qui se confier.

« Tu n’as qu’à aller le voir dans son lycée. Si tu ne connais pas son adresse, c’est le moyen le plus efficace pour le retrouver. Tu ne crois pas ? » lui avait dit Nijimura. Et après longues réflexions c’est ce que Shun avait fini par faire…. Et c’est ce qu’il regrettait maintenant.

« Je n’aurai jamais dû écouter Nijimura…. Ce n’était pas une bonne idée » finit-il par dire davantage pour lui-même que pour elle.

D’un mouvement de bras délicat il écarta Akina afin de passer devant elle avec l’intention de s’en aller. Sans un regard arrière il ajouta malgré tout

« Si tu vois Iwao… Tu peux lui dire que je suis passé ? Enfin.. tu n’es pas obligée, fais comme tu veux…Ca m’est égale »




Kuroko's Basket RPG





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Kirisaki Daiichi
avatar



InformationsMessages : 96
Date d'inscription : 31/08/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #660099

RP terminés: 0

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]   21.01.16 20:45


La toile de l'araignée

Avec - Izuki Shun



Cela faisait maintenant quelques mois qu'Akina était la manager de l'équipe de basket de Kirisaki Daiichi.

Depuis la rentrée de sa deuxième année pour être exacte, et elle avait hésité assez longuement avant de sauter le pas et de venir voir Hanamiya. Pas qu'elle ait peur de lui, loin de là, mais elle avait peur de ne servir à rien en fait. La jeune fille ne jouait pas au basket, elle était même une vraie tanche avec un ballon dans les mains, la seule chose qu'elle pouvait apporter à l'équipe était son savoir théorique et son sens aiguisé de l'observation. Et puis Nijimura lui avait dit qu’elle ferait une super manager, il ne pouvait pas avoir tord après tout...

Et même si le capitaine avait eu du mal à l'accepter au début, ne comprenant pas l'intérêt d'un deuxième cerveau en plus du sien, le fait était que la jeune fille avait su se montrer plus utile que prévu. C'était d'ailleurs pour ça qu'elle était toujours là, sinon le brun l'aurait foutu en dehors du gymnase depuis belle lurette.

Pendant ces quelques mois au service de l'équipe, Hideaki avait eu le temps de s'attacher en chacun des joueurs, malgré leur réputation sulfureuse due à leur manière de jouer pendant les matchs officiels, la jeune fille avait découvert des garçons tout aussi adorables que ceux qu'elle connaissait.

Il fallait juste gratter un peu, derrière leur image de gros durs, ils étaient tous les mêmes en fin de compte. Aucun ne résistait aux petits gâteaux et à la moue inquiète de la demoiselle lorsqu'un se blessait.

Au final, Akina ne regrettait pas son geste ni sa venue ici, elle avait trouvé sa place auprès des garçons de cette équipe et comptait bien la garder jusqu'à la fin, protégeant jalousement chacun des joueurs comme une mère, comme elle l'avait toujours fait avec les gens auxquels elle tenait.

Et dans tout ça, Iwao n'échappait pas à la règle. Le garçon n'était pas celui dont Hideaki était le plus proche, mais elle appréciait beaucoup ce dernier, rien que parce qu'il était un des seuls à oser se monter contre Hanamiya. Il était marrant aussi, intéressant et vraiment attachant quand il se permettait d'être lui-même. Seulement à l'instant, elle regrettait presque de ne pas s'être intéressée à lui plus en détail, mais bon, il était difficile de parler d'autre chose que de jeux vidéos avec le garçon. En tout cas, la jeune fille allait bien questionner le brun une fois qu'il serait de retour, elle voulait savoir qui était ce garçon de Seirin pour lui.

-Il est blessé depuis longtemps ? Qu'est ce qu'il a ? Rien de grave j'espère

-Il s'est foulé la cheville pendant un entrainement, mais sa blessure s'est aggravée pendant un match de street basket il y a deux semaines... Du coup il est dispensé en attendant qu'il guérisse complètement.


Et Hideaki pensait, certainement à juste titre, que cette blessure arrangeait bien le garçon. Ca se voyait quand il jouait, qu'il n'était pas transcendé par la passion. Il donnait plutôt l'impression d'être là afin de ne pas être autre part, il était doué et en profitait pour faire l'activité qui semblait l'emmerder le moins dans toutes celles qui lui étaient proposées.

Certainement qu'au fond, il aimait le basket, mais il préférait largement jouer à ses jeux vidéos chez lui ou en salle d'arcade, du coup chaque heure passée dans ce gymnase l'éloignait de celles qu'il passerait aux manettes de ses consoles. C'était dommage quand même, et la demoiselle se demandait s'il avait toujours été comme ça, le garçon en face de lui allait peut-être lui apporté les réponses qu'elle recherchait.

-On a appris le basket ensemble. Et non… nous ne le sommes plus. Il me hait sans doute alors je ne pense pas qu'on puisse encore dire qu'on soit ami. Pour ma part, je lui reproche d'avoir choisi ce…. ce club de basket. Mais peut ont réellement appelé ça un « club de basket » ? Ce n'est qu'une bande de frustrés incapable de gagner autrement qu'en utilisant de sales petites ruses mesquines.

-C’est là que tu te trompe mon grand.


Et comme il fallait. Alors, en effet, le style de jeu de l’équipe de Kirisaki sur un terrain officiel était quelque peu discutable du point de vue sportif... Mais au niveau de la stratégie c’était tout à fait excellent. La preuve, la seule chose que le public et les adversaires retenaient des prestations de l’équipe était la violence dont faisaient preuve les joueurs envers leurs adversaires. Sauf qu’il n’y avait pas que ça...

Lors des entrainements, il n’y avait aucune violence sur le terrain, en omettant bien sûr toutes les insultes que Hanamiya pouvait débiter à la seconde... Si les joueurs étaient dans cette équipe c’était avant tout pour leur talent dans ce sport, et chacun avait quelque chose à apporter aux rangs de Kirisaki. Si la stratégie mise au point par Hanamiya était celle qui était la plus utilisée, il ne fallait néanmoins pas oublier que ce dernier restait un joueur avec de grandes capacités, s’élevant presque au rang de la Génération des miracles. Et il n’avait pas reçu son titre de Roi sans couronne juste en foutant des coups de coudes bien sentis...

Hanamiya était doué, c’était un fait avéré, et jamais il n’aurait accepté de jouer aux côtés de novices et de bras cassés. Du coup, l’équipe avait un niveau tout à fait correct et ces derniers pouvaient gagner sans nul doute bon nombres de match sans avoir recours à de tels stratagèmes mesquins.

-Les joueurs de cette équipe sont très talentueux pour la plupart, certainement plus que toi, c’est juste que même avec tes yeux si spéciaux tu n’arrives pas à le remarquer, dommage pour toi... De toute façon tu ne dois pas voir plus loin que le bout de ton nez pour en vouloir à un ami de rejoindre telle ou telle équipe... C’est vrai que ça aussi c’est de haut niveau.


Hideaki pouvait aisément comprendre que son équipe ne soit pas appréciée, et à juste titre, car si elle se serait retrouvée sur un banc adverse, sans doute qu’elle aurait détesté Hanamiya tout comme beaucoup le faisait. Mais il s’avérait que pour rien au monde elle n’en aurait voulu à qui que ce soit de rejoindre cette équipe, même en parfaite connaissance de cause. Cette façon de penser était vraiment idiote et immature. C’était bien la peine de monter sur ses grands chevaux si c’était pour débiter autant de conneries à la seconde.

-C'est peut-être toi, leur manager, qui leur a donné la superbe idée de massacrer, au sens propre du terme, les adversaires sur un parquet. Non ? Parce que l'idée est brillante, finement pensée. Je vous en félicite et Kiyoshi vous en remercie.

-Tu dois faire référence à un match de l’année dernière, je suis désolée mais je n’étais pas encore manager alors je n’y suis pour rien, sinon j’aurais été ravie de recevoir de tels compliments de ta part.


Akina lui servit un sourire tout à fait hypocrite. Elle avait entendu parler de ce match, c’est que cette histoire entre Kiyoshi et Hanamiya avait fait beaucoup de bruit à l’époque.

Bien sûr Hideaki était bien désolé pour ce pauvre garçon, mais c’était comme ça. Elle ne ressentait pas le besoin de se plaindre de la façon de jouer des membres de l’équipe, et au final, elle s’en fichait pas mal du nombre de blessés. Ils étaient tous trop fragiles c’est tout. Elle avait pu assister à des matchs de street basket bien plus violents que cela sans que personne ne retrouve quelque chose à y redire ou n’en ressorte traumatisé...

-Ca va très bien…. Ca ne se voit pas ?

-Pas vraiment non, on dirait que tu vas t’écrouler... Je te fais si peur que ça ? Ou alors c’est plutôt les gens sur le terrain que tu crains ? C’est bon personne ne va te manger tu sais...


Un petit soupir passa les lèvres de la manager qui sentait bien qu’elle ne pourrait plus rien tirer de ce mec, il était bien trop mal à l’aise pour avoir envie de se confier sur sa relation avec Iwao, autant aller demander au principal intéressé...

-Je n'aurai jamais dû écouter Nijimura…. Ce n'était pas une bonne idée. Si tu vois Iwao… Tu peux lui dire que je suis passé ? Enfin... tu n'es pas obligée, fais comme tu veux…Ca m'est égale

Hideaki écarquilla les yeux sans bouger alors que son cœur rata un battement. Elle avait bien entendu ? Non...non c’était une blague de son esprit, on n’avait plus prononcé ce nom depuis si longtemps...Elle devait se faire des films.

Elle se retourna vivement vers Izuki pour lui attraper le bras et le forcer à la regarder, plantant son unique iris visible dans ceux gris clairs du meneur de Seirin.

-Attend... Quand tu dis Nijimura...Tu veux...tu veux parler de Shuzo Nijimura... ?


Sa main était légèrement tremblante, elle refusait d’y croire. De toute façon ce n’était pas possible, Shuzo était aux Etats-Unis depuis deux ans, comment pouvait-il connaître ce mec ?

Il devait surement parler d’un autre Nijimura, après tout il n’était pas le seul avec ce nom, tout comme elle n’était pas la seule Akina dans tout le Japon. C’était qu’une pure coïncidence, rien de plus. Pourtant son cœur s’était emballé et ne cessait d’accelrer encore ses battements, c’était encore plus intense qu’un sprint de 500m, c’était brulant dans sa poitrine, son espoir qu’il soit revenu était bien trop puissant pour qu’elle en soit encore déçue.

Mais pourtant elle ne voulait pas le revoir, jamais. Sauf pour lui mettre son poing en plein dans le pif ! C’est tout ce qu’il méritait de toute façon... Après l’avoir abandonné comme une vieille chaussette sans même la prévenir de son départ... Après toutes ses promesses bidons... Après toute cette peine qu’il lui avait causé...

Crétin, crétin, crétin.


(c) MEI SUR APPLE SPRING




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]   22.01.16 19:00




...
La toile de l'araignée
○ feat. Akina Hideaki ○



Quelques changements avaient eu lieu au club de basket du lycée Seirin ou Shun Izuki exerçait ses études. Des nouvelles têtes avaient fait leur apparition. Les rookies avaient rejoint le club juste avant l’Inter-lycée et depuis les vacances d’été, le club pouvait s’enorgueillir de posséder une manager. Cette dernière devait, normalement, avoir en charge l’aspect logistique du club. Elle serait donc d’une aide précieuse pour soulager Riko qui, jusqu’à présent, assurait les fonctions de manager en plus de celles de coach. C’était bien trop pour la jeune étudiante qu’elle était.

Avoir une manager était donc une excellente chose ! Shun avait accueilli la nouvelle avec enthousiasme. D’autant plus que Kumako Tsubaki, puisque telle était son nom, était une camarade de Teiko de Kuroko en plus d’avoir joué au basket dans ce que l’on appelait jadis la Génération Miracle féminine.

Mais la vie réserve des fois des surprises un peu décevantes. Izuki avait eut l’occasion de se retrouver avec Tsubaki seul à seul et l’entretenue ne s’était déroulé très bien, il devait l’avouer. Il avait appris qu’elle n’avait rejoint Seriin et son club de basket que pour servir l’unique intérêt de Kuroko… ça l’avait attristé. Ca l’avait aussi fortement déçu de constater qu’elle n’était pas là pour l’intérêt qu’elle portait à l’équipe en elle-même. Finalement, si Kuroko aurait choisi d’aller à Tôô, elle l’aurait suivit comme son ombre…

Shun Izuki était quelqu’un d’un naturel assez calme et posé. Loin de chercher les conflits, il était même plutôt du genre à jouer les intermédiaires pour les résoudre. Mais là, avec Kumako, le courant avait du mal à passer. Il y avait constamment une sorte de froid entre eux. Un froid que Shun ne cherchait aucunement à dissiper…. Si elle avait envie de lui parler, libre à elle de venir le trouver. Il ne la repousserait pas. Mais il ne ferait pas le premier pas non plus.

Kumako n’était pas la seule nouveauté de l’équipe de Seirin. Une nouvelle tête était venue rejoindre les rangs des basketteurs lycéens. Un allié de poids…. Quelqu’un qui avait le même âge que lui mais dont le palmarès sportif était bien supérieur au sien.

Nijimura Shuzo, ancien capitaine de l’équipe de basket du collège Teiko…. Capitaine de la Génération Miracle, s’il vous plait.

Shun était admiratif. Comment ne pas l’être ? L’arrivée du garçon était inespérée. Un ailliers de son acabit ne pouvait qu’elle un poids et une aide supplémentaire pour la futur Winter Cup. Il avait un style sur le parquet qui lui correspondait complémtenet. Il était incisif, rapide, un peu tête brulée aussi…

Au début Shun avait redouté que cette nouvelle arrivée d’un ancien de Teiko ne ferait qu’accentuer les clans qui pouvait scinder l’équipe en deux. Kuroko, Kumako et Nijimura d’un côté, tous les autres de l’autre côté… Mais c’était une erreur car l’ancien capitaine était quelqu’un de particulièrement réfléchi et social. Il donnait l’impression à Izuki d’être plus mature que son âge. Il veillait sur l’équipe de Seirin avec ce regard presque fraternel que pouvait avoir Kiyoshi quelque fois. Ses conseils étaient toujours particulièrement habiles et appropriés. On voyait qu’il avait bien plus d’expérience que les autres malgré son âge similaire.

Shuzo Nijimura était quelqu’un avec qui Izuki s’entendait bien. Avec lui on pouvait parler de choses sérieuses et de choses bien plus futiles aussi. S’il aurait eu un reproche à lui faire c’est sans doute de surprotéger un peu trop Kuroko. Les deux garçons étaient très complices, ça crevait les yeux. Etait ce déjà comme ça du temps de Teiko ? Shun imaginait que oui…

C’est donc parce qu’il avait suivi les conseils de Nijimura que Shun se retrouvait là, à Kirisaki Daiichi à la recherche d’Iwao. Ce dernier était absent à cause d’une blessure et Shun avait senti le poids de la culpabilité s’écraser sur ses épaules lorsqu’Akina lui avait avouée que c’est un match de street basket qui avait aggravé sa cheville blessée. Il n’y avait plus aucun doute à avoir… C’était bien au match contre lui qu’Iwao s’était fait mal. Et pourtant, il avait magnifiquement bien joué. Il avait progressé, c’était flagrant. Le score de leur échange s’était soldé par un nul à cause d’une pluie battante qui avait tout fait tomber à l’eau…. Une pluie ! tomber à l’eau !!! Vite ! le carnet de blagues, il devait la noter celle-là !!

De toute façon, Akina Hideaki pouvait dire ce qu’elle voulait sur la facon de se comporter des membres de son équipe. Il était évident qu’elle n’allait pas leur jeter la pierre. Pourquoi le ferait-elle ? Elle ne serait pas leur manager si elle ne cautionnait pas un minimum la façon avec laquelle ils malmenaient leurs adversaires.

Il la laissa donc parler sans prêter une oreille trop attentive à ses dires. Ce n’était que du blabla pour se donner bonne conscience tout ça. Un peu comme l’avait fait Iwao lorsqu’ils s’étaient revus. Et merde. Shun n’avait aucune envie de changer d’avis sur cette équipe. On aurait pu lui prouver par A + B qu’il faisait fausse route que ça lui aurait été égale. Kirisaki n’était que des tricheurs ! point ! Et tant pis s’il se montrait extrême dans ses propos. Tant pis aussi si ça renvoyait une image de quelqu’un d’immature. Lui au moins il avait la conscience tranquille lorsqu’il s’endormait le soir après une rencontre. Hanamiya pouvait-il en dire autant ? Oh bah sans doute que oui va…. Avoir des scrupules ne faisait certainement pas parti de son tempérament

Vu que cette conversation était stérile et qu’il ne se sentait pas vraiment à sa place ici, Shun voulait maintenant en partir le plus vite possible. Cette fille, sa mèche de cheveux et son œil rouge pouvaient bien se moquer. Il en avait rien à carrer. Tout se règlerait en bonne et due forme sur un terrain de basket. C’est l’issu du match qui donnera raison à Hideaki ou Izuki. Voila.

Il passa devant elle après l’avoir écartée. Il allait s’en aller mais son poignet fut soudainement attrapé. Il laissa une grimace de frustration s’afficher sur son visage et il se tourna en direction d’Akina. Son expression avait changé. Elle paraissait… inquiète. Perdue, tourmentée… Livide aussi. Comme si elle venait de voir un fantôme…

- Attends… quand tu dis Nijimura… tu veux… Tu veux parler de Shuzo Nijimura ?


Ha ?

Shun la regarda un instant sans rien changer à l’expression de son visage. Elle connaissait Shuzo ? Etrange… Il n’avait jamais parlé d’elle… Pour le coup Izuki avait l’impression qu’il possédait entre ses mains une carte maitresse avec laquelle il aurait pu manipuler Akina à sa guise. Il avait l’impression que cette information qu’il venait de prononcer etait quelque chose de très important pour elle.

Izuki avait beau être un fin stratège il n’était pas pour autant quelqu’un de calculateur. Il n’avait même pas envie de faire marcher Akina… Ça ne l’intéressait pas.

Alors il haussa les épaules et dégagea son bras de la poigne ferme de la jeune fille

« Oui. Shuzo Nijimura. Pourquoi ? »


Il ne savait pas trop si elle allait accepter de répondre ou pas. Il avait surtout l’impression qu’elle était tourmentée d’entendre le nom de son coéquipier. Alors avant même qu’elle ne pose la moindre question, avant même qu’elle ne prenne la parole, Shun ajouta

« Il a rejoint Seirin et l’équipe de basket à la fin du mois de juin. Avant, il était aux Etats Unis… Je ne sais pas trop pourquoi. Je ne lui ai pas demandé… »

Il pencha légèrement la tête sur le côté tout en la regardant. Elle donnait l’impression d’être sur le point de s’effondrer. Il lui prit doucement la main et la serra dans la sienne

« Est-ce que ce ça va ? Tu … je pense que tu devrais t’asseoir… tu n’as pas l’air très bien »

Il s’asseya lui-même comme pour lui montrer l’exemple ou lui donner envie de l’imiter. Il releva ses prunelles grises métalliques vers le visage de la jeune fille. Visiblement, elle connaissait bien Shuzo mais elle n’avait pas l’air au courant de sa scolarité à Seirin. Peut être meme était-elle pas au courant de son retour au Japon ? Merde ! Est-ce qu’Izuki avait fait une gaffe ? Bah… Nijimura ne lui avait jamais dit qu’il était ici incognito et qu’il devrait préserver le secret de son retour. S’il avait gaffé, cela était complétement innintentionnel.

Et puis soudainement Shun se mit à penser à quelque chose. Ses mots dépassèrent ses pensées. Il se mit à prononcer cette phrase avant même d’avoir réfléchi à l’impact que cela pouvait avoir sur Hideaki… et sur Nijimura.

« Est-ce que tu veux que je t’emmène le voir ? »



Kuroko's Basket RPG





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Kirisaki Daiichi
avatar



InformationsMessages : 96
Date d'inscription : 31/08/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #660099

RP terminés: 0

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]   24.01.16 22:19


La toile de l'araignée

Avec - Izuki Shun



Shuzo Nijimura...

Hideaki se souviendra toujours de la première fois qu'elle l'avait vu, quand il s'était présenté devant les mecs de la bande en disant vouloir les rejoindre. Ils avaient tous ris, sauf elle. Elle l'avait regardé avec un petit froncement de sourcils en se disant que ce gosse ne ferait pas long feu parmi eux, et qu'il n'allait pas tarder à retourner pleurer dans les jupons de sa mère...

Elle s'était trompée, et elle en avait été heureuse.

Jamais elle n'aurait pensé trouver un ami si précieux en Nijimura... Peu après son arrivée, les deux enfants -car c'est ce qu'ils étaient à l'époque- avaient commencé à parler, de tout et de rien, pour finir par se trouver des points communs, notamment la gourmandise. Akina faisait déjà pas mal de gâteaux pour les garçons de la bande, mais Shuzo était le plus enthousiaste de tous à cette attention, et aussi le plus généreux en compliments.

Elle n'aurait su dire si c'était sa gentillesse, son sourire, ses yeux, son rire, ou tout à la fois qui la fit tomber amoureuse du faux blond. Oh bien sûr "Amour" était un grand mot pour une gamine paumée de 12 ans, mais ce sentiment lui faisait du bien, parce que chaque attention volontaire ou non de ce garçon avait un effet bénéfique sur la jeune fille. Il était sa dose de bonheur presque quotidienne, et tout son monde tournait autour de ce garçon aux yeux presque argentés.

Oh certes, il était un peu bête, il ne faisait pas souvent les choix qu'il fallait. Il était un peu sauvage, cherchant sa liberté par tous les moyens... Tête brûlée, effronté, insolent... Mais il avait cette lueur dans le regard qui le rendait plus vivant que les autres, cette volonté de s'en sortir et d'être heureux certainement.

Et lorsqu'ils étaient ensemble, qu'il lui faisait des câlins et des sourires à la faire chavirer, plus rien d'autre ne comptais. Elle aurait pu tout faire pour lui, et les quelques services qu'il lui demandait étaient effectués avec joie, tout en sachant qu'elle aurait droit à son bonheur en retour. Et puis ils avaient leurs promesses, celles d'un avenir brillant, radieux, rien qu'eux deux. Il en avait des projet pour le futur, un peu idéaliste et certainement irréalisables, mais le fait qu'il pense à l'avoir près de lui suffisait au bonheur de la bleutée.

Et puis un jour il avait changé, il s'était rangé, un peu. Hideaki était contente, parce qu'il continuait quand même à venir la voir même s'il s'était éloigné de la bande. Elle avait vraiment l'impression d'être importante pour lui, surtout qu'il était toujours aussi adorable avec elle. Et encore plus beau avec ses cheveux bruns. Elle ne savait pas tout les détails de ce qui lui était arrivé, elle n'avait retenu que le nom de Kumako. Akina la détestait, jalousie ? Oui sans aucun doute, c'était apparu à force d'entendre son prénom prononcer avec un petit sourire. Mais elle n'en avait jamais rien dit, en imaginant qu'il devait faire de même du côté de cette fille.

Mais ça c'est qu'elle croyait, parce qu'au final, Hideaki ne devait pas compter tant que ça pour Nijimura...

Elle ne saurait même pas dire c'était quand en fait, qu'il était parti, parce qu'elle n'avait jamais été mise au courant de ça. Il n'en avait jamais fait mention, et elle l'avait attendu des jours entiers en espérant une quelconque nouvelle. Au final, après des centaines d'appels, de messages et des heures de recherches dans presque toute la ville, elle avait fini par aller directement à Teiko, ce collège de gros bourges qu'elle détestait.

Akina avait eu la chance de croiser la seule personne connue ici en la personne d'Haizaki, c'était ce garçon qui lui avait appris pour son départ aux Etats-Unis. Et elle ? Elle n'en avait jamais rien su. Par contre ces gens de son équipe semblaient le savoir eux... Pourquoi il ne lui avait rien dit hein ? Elle n'était pas digne de confiance ? Ou juste pas assez importante pour mériter d'être au courant ?

Ha, elle aurait pu se poser des questions pendant des années... Enfin, c'est quand même ce qu'elle avait fait au final, parce qu'en deux ans elle avait eu de quoi réfléchir quand même. Et puis, comme pour se rassurer, elle s'était dit que tout ça c'était fait à la dernière minutes, qu'il n'avait pas eu le temps de le lui dire, voilà, c'était simple, et elle avait l'impression que tout n'avait pas été que mensonge entre eux. Elle pouvait se souvenir de cette époque révolue avec un petit sourire nostalgique...

Jusqu'à aujourd'hui du moins...

-Oui. Shuzo Nijimura. Pourquoi ? Il a rejoint Seirin et l'équipe de basket à la fin du mois de juin. Avant, il était aux Etats Unis… Je ne sais pas trop pourquoi. Je ne lui ai pas demandé…

A vrai dire Akina ne savait pas qu'est ce qui lui avait fait le plus mal dans ce qu'Izuki venait de lui apprendre. Était-ce de savoir que Shuzo était revenu ? Non certainement pas, elle l'avait tellement espéré qu'elle ne pouvait évidemment pas s'en plaindre.

Mais on était en septembre maintenant, et s'il était là depuis le mois de juin, ça voulait dire qu'il était revenu depuis plus de trois mois, sans même essayer de la contacter. Elle n'avait plus de doute à présent, elle ne valait donc rien à ses yeux, il s'en foutait d'elle comme de sa première chaussette.

Sinon il aurait essayé hein ? Il savait où elle traînait, où elle allait en courses, où elle habitait. Il n'y avait rien de plus facile que de la revoir, plein de monde la connaissait en plus dans la ville, donc il était sûr de ne pas chercher longtemps. Encore fallait-il qu'il se donne cette peine, qu'il en ai l'envie... Ce n'était donc pas le cas visiblement.

Et puis il était à Seirin. C'était peut-être ça le pire après tout. Hideaki avait assez étudier les membres de cette équipe pour en connaitre les noms des joueurs, et parmi eux, il y avait ce Kuroko, le nain de la Génération des Miracles dont Nijimura était le capitaine. Et ils avaient récemment accueillis une manager dans leur rang, Kumako, encore elle. Akina n'avait plus de doute, elle savait que c'était pour eux qu'il s'était inscrit dans ce lycée de pouilleux, parce qu'eux étaient importants pour lui. Pas elle.

C'était douloureux, vraiment.

-Est-ce que ce ça va ? Tu … je pense que tu devrais t'asseoir… tu n'as pas l'air très bien.


Bien sûr qu'elle n'était pas bien, crétin. C'était comme si tout s'écroulait en elle... Comme un tsunami dévastateur qui détruisait tout sur son passage, ne laissant que de la tristesse et de la rage. Elle se sentait trahie au fond, comme s'il s'était toujours moqué d'elle, de ses sentiments. Elle avait bien fait de ne rien lui dire d'ailleurs...

Le garçon de Seirin l'emmena s'asseoir sur un des sièges des gradins, il avait bien fait car elle sentait que ses jambes pouvaient la lâcher à tout moment. Elle se sentait tellement mal, le cœur vide, l'estomac retourné, les jambes en coton, tout était étrange.

-Je...je...

Akina voulait lui répondre, mais pour dire quoi ? Non ça n'allait pas, pas du tout. Elle voulait lui crier sa haine envers Nijimura, mais ce garçon n'y était pour rien, et au final elle ne pouvait que le remercier de l'avoir prévenu. Ou pas, au moins quand elle n'était pas au courant elle n'avait pas mal...

Mais de toute façon elle aurait fini par le savoir, et puis elle aurait eu tout aussi mal, ce n'était que retarder ce moment.

- Est-ce que tu veux que je t'emmène le voir ?


Elle avait envie, tellement lui envie de crier oui à cet instant... Hideaki leva les yeux vers la garçon de Seirin, le regard un peu perdu. Elle voulait le voir, depuis tellement de temps, elle avait envie de le serrer contre elle, de voir son visage qui devait avoir bien changé. Elle voulait à nouveau caresser ses cheveux, sa joue, voir son sourire, entendre sa voix, son rire. Elle voulait lui apporter des biscuits, elle avait appris pleins de nouvelles recettes en plus. Elle voulait lui dire pour son poste de manager et ses bonnes notes au lycée. Elle voulait lui raconter tout ce qui s'était passé pendant son absence et entendre ses histoires à lui...

-Non. Non... Non... Merci mais...mais non...


Tout ceci n'arriverait pas. Elle allait juste lui foutre un bon coup de poing en plein milieu du visage, un gros, pour la remercier d'être parti, et un autre parce qu'il ne lui avait rien dit, un autre pour toutes ces années de silence sans aucune nouvelle, un autre pour être revenu, un autre pour ne pas avoir chercher à la joindre, et une infinité d'autres pour tout un tas de raisons.

Et puis, comme si elle s'était retenue depuis trop longtemps, une larme glissa sur sa joue découverte, elle avait honte, Izuki allait la voir, mais elle n'en pouvait plus. Elle s'était pourtant promis de ne plus jamais pleurer pour qui que ce soit, mais c'était Shuzo, alors ça valait bien une petite exception.

-Je le...déteste...


(c) MEI SUR APPLE SPRING




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]   25.01.16 21:27




...
La toile de l'araignée
○ feat. Akina Hideaki ○


Certaines choses étaient imprévisibles. On ne peut pas toujours savoir à l’avance ce que réserve le futur et Izuki ne saurait pas dire si c’était une bonne ou une mauvaise chose. Cela aurait eu le don d’éviter certain désagrément, c’est vrai. Par exemple, Izuki aurait royalement évité de venir oser mettre une de ses plumes dans ce lycée de malheur où l’équipe de Kirisaki Daiichi était en plein entrainement. Il aurait ainsi évité de tomber sur leur manager et cette dernière n’aurait pas eut à se sentir si mal en entendant le nom du nouveau membre de Seirin.

Mais d’un autre côté, qu’est-ce que serait une vie sans surprise ? Sans le pétillant de la découverte de l’instant présent ? Il en était certain, ce genre de vie devait rapidement s’avérer insipide… Vide de sens aussi…

Depuis qu’Izuki avait prononcé le nom de Nijimura, Akina s’était murée dans une silence troublant. Elle était tourmentée, cela se voyait. Il ne faisait plus aucun doute qu’il y avait un passé commun qui liait la manager à l’ancien capitaine de Teiko. Mais Shun ignorait les tenants et les aboutissants de ce passé visiblement assez chargé.

Une chose était sure : Elle n’était pas au courant de son retour au Japon.

Pour le coup Izuki se serait volontiers collé une gifle. Comment avait-il pu laisser fuiter une telle information sans prendre conscience des conséquences que cela aurait sur Hideaki. Mais il était trop tard maintenant pour regretter quoique ce soit. Il venait de faire une belle bourde et il se devait d’essayer d’épauler un petit peu la jeune fille qui paraissait anéantie par la nouvelle du retour de Nijimura

Qu’avait-il bien pu y avoir entre ces deux-là ? L’imagination de Shun s’était mise à tourner à plein régime. Est-ce qu’elle était…. Son ex petite amie ? Hum… Il émettait quelques réserves sur cette possibilité bien qu’il doive avouer qu’ils auraient été parfaitement assortis tous les deux.

Non… Shun avait l’impression que c’était différent. Il avait l’impression que le lien qui liait son nouvel ami à Akina était quelque chose de différent. Quelque chose…. Un peu comme ce qu’il y avait entre Kumako et Kuroko peut être. Si ça se trouve, Akina était elle aussi une ancienne camarade de Teiko. Ce collège avait la réputation d’être relativement élitiste et tout d’un coup, Izuki se mettait à rencontrer plein d’anciens étudiants sortis des murs de cet établissement. Il n’était pas jaloux pour autant. Il était juste curieux….

Shun était réellement inquiet pour elle. Elle avait les épaules voutées et le regard perdu. Son tient était devenu plus livide encore faisant ressortir la couleur carmin de son unique œil visage. La couleur de ses cheveux accentuait le coté maladif de sa peau blafarde. Alors il ne lui avait pas laissé le choix et après s’être saisie de sa main il l’avait conduit jusqu’à un siège pour qu’elle puisse s’assoir.

Akina ne le regardait pas. Son regard vide restait fixé sur un point que Shun n’arrivait pas à discerné. Elle était visiblement plongée dans ses pensées. Dans ses souvenirs. Et lui ne pouvait que s’insulter mentalement encore et encore de l’avoir rendue si malheureuse. Il ne la connaissait pourtant pas. Et les quelques paroles qu’ils avaient échangés avant n’annonçaient pas les prémices d’une amitié naissante. Mais c’était plus fort que lui. Izuki était un garçon gentil…. Trop d’ailleurs si l’on en croyait les paroles de sa sœur ainée. Elle se plaisait de répéter à qui voulait l’entendre qu’un jour son frère aurait des bricoles ! Qu’il était trop naïf et qu’il se laissait bien trop marcher sur les pieds. Mais Shun ne partageait pas du tout son avis. Aya Izuki avait toujours tendance à voir son frère comme le gamin perdu qui était encore en deuil de son père. Alors qu’en vérité, c’est sans doute elle qui demeurait le plus tourné vers le passé sans réussir à s’en détacher.

Pourquoi Shun avait-il proposé à Hideaki de la conduire jusque Shuzo ? Il ne savait pas réellement mais sur le coup ça lui était venu à l’esprit comme une évidence. Si elle était à ce point troublée c’est qu’elle tenait beaucoup à lui… et qu’elle aurait donc eut envie de le revoir.

-Non. Non... Non... Merci mais...mais non...

Izuki ne fut pas surpris par la réponse mais un tout petit sourire attendri étira ses lèvres fines. Elle avait beau répéter « non » encore et encore, lui, la seule chose qu’il entendait, c’était des « oui ». Parce qu’il aurait fallu être particulièrement crédule pour croire un traitre mot de la manager. Evidement qu’elle avait envie de le revoir ! Ça sautait aux yeux. Si elle aurait rien eu à faire de Nijimura, elle ne se serait pas mise dans cet état !

Shun s’était assis sur le siège juste à côté elle. Il avait tourné la tête pour la regarder et ce qu’il vit lui serra le cœur malgré le fait qu’il ne connaissait rien d’Hideaki. Elle pleurait…. Une larme transparente roulait sur sa joue et laissait un sillon humide de son passage sur cette peau d’un blanc laiteux.

Elle pleurait…. Parce que Nijimura était de retour…. Et parce qu’elle venait sans doute de l’apprendre à l’instant même.

-Je le...déteste...

Izuki ne pouvait s’empêcher de ressentir de la tristesse pour elle. De la compassion aussi. Il leva doucement sa main pour la poser sur sa tête dont il caressa les cheveux avec douceur. Il ne savait pas quelle allait être sa réaction. Est-ce qu’elle allait dégager sa main d’un mouvement brusque ? est ce qu’elle allait se laisser consoler par cet inconnu ?

Elle le détestait…. Qu’avait bien pu faire Shuzo pour s’attirer une telle haine de la part d’Akina ? Izuki ne le connaissait pas depuis longtemps mais il avait l’air d’être tout sauf quelqu’un que l’on peut détester. Il était attentif, à l’écoute des personnes qui l’entouraient, mature…. Il dégageait une aura particulière. Un peu comme s’était aussi le cas de Teppei… Izuki aurait pu se confier auprès de lui sans émettre la moindre méfiance.

Alors pourquoi Akina semblait lui en vouloir à ce point ? Est-ce que cela avait un rapport avec son retour de Los Angeles ?

Finalement, le joueur de Seirin se surprit lui-même à prendre la parole. Il espérait que ses mots n’allaient pas accentuer le mal être d’Hideaki

« Tu dis que tu le déteste… mais j’ai l’impression que c’est en réalité tout le contraire. Est-ce que je me trompe ? »


Izuki avait tourné la tête sur le côté opposé pour qu’Hideaki ne se sente pas observée. Elle devait être gêné de se mettre à pleurer devant lui alors il n’allait pas la regarder comme une bête curieuse. Il ne voulait pas non plus qu’elle se mette à penser qu’il avait pitié d’elle car jamais ça n’aurait été le cas.

Shun posa son sac sur le siège libre situé à sa gauche. Il fit glisser la fermeture éclair pour l’ouvrir et il se mit à fouiller dedans.

« Je ne sais pas ce que tu as vécu avec Nijimura. Je ne sais pas non plus pourquoi tu le hais à ce point… J’avais pourtant l’impression que c’était quelqu’un de bien, de loyal, un ami sur lequel on pouvait s’épauler… »


Shun trouva enfin ce qu’il cherchait. Il s’empara d’un paquet de mouchoir en papier blanc et il le tendit à la jeune fille afin qu’elle puisse sécher ses larmes de son joli visage.

Le regard e Shun se posa sur le parquet situé juste en bas des gradins dans lesquels il était assis avec la manager. L’équipe venait à l’instant d’achever leur entrainement. Hanamiya regagnait le banc, une serviette éponge blanche autour de la nuque. Le regard d’Izuki le suivit jusqu’à ce qu’il arrive au banc et prenne l’une des gourdes pour se désaltérer.

« Nijimura parle souvent de sa vie « d’avant »… De Teiko…. Du karaté…. De sa bande de copains….de Na-chan….. Il ne parle jamais du pourquoi il est parti… Dès qu’on évoque le sujet il se braque et passe à autre chose ou s’en va… »


Il était vrai que Shuzo ne se privait pas pour évoquer son passé. Izuki l'écoutait avec curiosité. Shuzo avait vécu tellement de choses qu'il donnait l'impression d'etre bien plus âgé qu'il ne l'était en réalité. D’après ce que Shun avait comprit, il n'avait pas toujours eut une vie rangée. Il n'était pas un élève modèle dans son ancien collége. Il aurait fait parti d'un gang ou un truc du genre, avec une certaine fille qu'il appelait Na-chan. Ha... Na-chan... Qu'est ce qu'il en parlait ! D'elle, de ses gâteaux, de son sourire, de l'aide qu'elle lui avait fourni.... C'était un nom qui revenait souvent dans la bouche de l'ancien capitaine de la Génération Miracle mais jamais une seule fois Shuzo n'avait prononcé le nom et le prénom de la personne qui se cachait derrière ce surnom.

Shun arracha son regard des joueurs qui venaient de déserter le terrain pour entrer dans les vestiaires. Il tourna la tête vers Hideaki

« Mais je crois qu’il n’est pas parti de son plein grés… Si c’est réellement son départ aux Etats Unis qui est le centre de ta rancœur à son égard… et bien… je pense que tu devrais aller lui parler. Il a sans doute tout aussi souffert que toi…. »

Izuki disait ça sans vraiment être certain de ce qu’il avançait. C’était des intuitions… Mais s’il y avait bien une chose dont il était certain c’est que Shuzo portait un lourd fardeau en rapport avec son départ en Amérique… Peut être qu’Akina, elle, savait de quoi il en retournait exactement



Kuroko's Basket RPG





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Kirisaki Daiichi
avatar



InformationsMessages : 96
Date d'inscription : 31/08/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #660099

RP terminés: 0

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]   02.02.16 19:51


La toile de l'araignée

Avec - Izuki Shun



Akina ne regrettait rien, mais pour le coup, elle se disait qu’elle aurait sans doute mieux fait d’être gentille avec l’intrus à côté d’elle. Cela lui aurait peut-être évité d’entendre cette information qu’elle n’avait pas envie de connaître. Ben oui, c’était le karma. Le destin lui faisait payer d’avoir maltraité ce pauvre garçon qui, quant à lui, n’avait rien de méchant.

C’était surement ça. Et puis c’était aussi pour lui faire payer toutes ses conneries des deux dernières années, pour la punir d’avoir volé, séché, insulté, frappé...

Mais putain ça faisait trop mal... C’était presque pire que la douleur de son départ, par que cette fois cela ne lui laissait plus aucun espoir. Il était là, mais sans elle, tout près, mais si loin en même temps...

Elle voulait le voir, bien sûr qu’elle voulait le voir. C’était certainement ce qu’elle désirait le plus au monde.

Et puis elle s’en voulait tellement de se montrer comme ça à Izuki, si faible. Les deux adolescents ne se connaissaient ni d’Eve ni d’Adam que déjà le brun voyait là une des pires parties d’elle. Hideaki détestait paraître faible, sans défense, comme la femme qu’elle était. Il fut même un temps où elle aurait aimé être un garçon. En fin de compte c’était Shuzo qui lui avait appris à aimer être une fille, complimentant ses yeux, ses cheveux, ses tenues...

Puis elle avait appris son homosexualité. Elle s’était détesté d’être une fille bon dieu. Peut-être que si...si elle en avait été un, elle aurait eu ses chances. Il aurait peut-être craqué sur ses yeux carmin qu’il aimait tant, ses yeux qui le regardait avec tellement d’admiration.

Bien sûr elle s’était soignée depuis. Elle ne l’aimait plus, du moins, pas de cette façon. C’est ce qu’elle se plaisait à croire mais au final elle n’en savait rien, puisqu’elle ne le voyait plus. Peut-être que poser ses yeux sur lui rien qu’une seconde suffirait pour qu’elle se rende compte qu’elle l’aime éperdument.

« Peut-être »... Ah...avec des si, tu refais le monde. C’est ça qu’elle déteste le plus avec Shuzo, on n’est jamais sûr de rien. Mais à l’époque, c’était l’une des raisons pour lesquelles Hideaki l’aimait. Tellement imprévisible, mais c’était dans le bon sens... Jusqu’à la fois de trop.

Hideaki essuya sa pauvre larme avec la manche de son pull quand elle sentit une main dans ses cheveux. C’était un contact léger et si doux, réconfortant. Cependant la jeune fille ne bougea pas d’un iota, ni pour repousser ce garçon qu’elle ne connaissait, au final, que de nom, ni pour demander plus que ce qu’il faisait déjà. Elle se contenta de fermer les yeux un instant, profitant de cet agréable contact qui, pour le coup, lui réchauffait le cœur doucement.

Ha...Avec tout ça, elle en avait presque oublié ce que ça faisait du bien, les marques d’affection. Ce ne devait pas en être une pour Izuki, car ce serait vraiment étonnant et très bizarre que ce dernier ressente quoi que ce soit pour elle –peut-être de la pitié- mais... Shuzo était quelqu’un de très affectueux avec elle. Des câlins, des bisous, des caresses, tout un tas de gestes ou de mots qui lui réchauffait le cœur et le faisait battre bien trop vite.

En faisait-il autant avec les autres ?

-Tu dis que tu le déteste… mais j’ai l’impression que c’est en réalité tout le contraire. Est-ce que je me trompe ?


Ces mots eurent l’effet d’un coup de pied dans le bide pour Akina. Ils étaient criant de vérité, et l’entendre maintenant alors qu’elle essayait de se convaincre du contraire... C’était dur, c’était douloureux... Toujours cette même douleur...

Elle tourna le visage vers celui de son interlocuteur pour remarqué que celui-ci avait eu la présence d’esprit de ne pas la regarder comme une bête de foire en tournant poliment la tête. Cela eu au moins le mérite de toucher un minimum la jeune fille qui reposa son regard devant elle, au cas où il déciderait de la regarder.

Il ne croyait tout de même pas qu’elle allait lui déballer toute sa vie là ? Ils ne se connaissent même pas bon sang !! Pourtant... Oh pourtant elle en a envie, de tout laisser sortir, d’exploser sa rage et sa peine... Elle en a envie et besoin sans aucun doute.

-Un peu les deux... Je le déteste autant que je l’aime... C’est ça qui fait mal... Je préférerais le détester complètement, au moins, il pourrait faire ce qu’il veut sans que cela ne me fasse rien... Mais au lieu de ça, je suis obligée de subir ses conneries...

Un triste petit soupir passa ses lèvres, cela n’allait pas mieux en le disant. C’était des conneries qu’on lui avait dit tiens.

-Je ne sais pas ce que tu as vécu avec Nijimura. Je ne sais pas non plus pourquoi tu le hais à ce point… J’avais pourtant l’impression que c’était quelqu’un de bien, de loyal, un ami sur lequel on pouvait s’épauler…

-J’imagine que c’est le cas... Enfin moi je le voyais comme ça...


Mis c’était avant qu’il ne l’abandonne comme un vieux mégot. Elle pensait réellement que Shuzo était quelqu’un de bien malgré les airs de rebelle qu’il voulait se donner. Oh, attention, ce n’était pas parce qu’elle était amoureuse de lui qu’elle l’idéalisait, loin de là, car Akina avait bien conscience de ses défauts mais elle considérait que cela faisait partie de son charme. Mais jamais elle ne s’était douté qu’il puisse faire preuve d’autant de lâcheté à son égard.

Hideaki se saisit du paquet de mouchoirs qui lui était tendu pour en prendre un et se moucher. Aujourd’hui elle n’avait honte de rien, car il n’y avait pas grand-chose de moins classe que de se libérer les narines de la morve qui les obstruait, enfin, c’était de son point de vue. Si ça s’trouve, il s’en fichait pas mal Izuki, et il aurait eu raison. Il n’y avait bien que des filles pour faire tant de manières.

-Nijimura parle souvent de sa vie « d’avant »… De Teiko…. Du karaté…. De sa bande de copains….de Na-chan….. Il ne parle jamais du pourquoi il est parti… Dès qu’on évoque le sujet il se braque et passe à autre chose ou s’en va…

Pour la seconde fois aujourd’hui, elle avait l’impression que son monde s’écroulait, à nouveau.

-Na-chan...


« Na-chan »....Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas entendu ce surnom, deux ans en fait, parce que Shuzo était le seul qui l’utilisait, des garçons de la bande le trouvait mignon ce surnom et avaient déjà tenté de se l’approprier pour s’adresser à la demoiselle, mais elle n’autorisait pas cet acte. C’était réservé pour Shuzo, c’était entre eux, rien qu’eux.

Du coup, pas de doute... Il parlait belle et bien d’elle. Et Hideaki n’en était que plus perdue encore. S’il parlait d’elle à sa nouvelle équipe de nuls, c’est qu’elle avait compté un minimum non ? Alors pourquoi il l’avait abandonné comme ça ? Pourquoi il ne cherchait pas à la revoir ? Pourquoi ??

-Mais je crois qu’il n’est pas parti de son plein gré… Si c’est réellement son départ aux Etats Unis qui est le centre de ta rancœur à son égard… et bien… je pense que tu devrais aller lui parler. Il a sans doute tout aussi souffert que toi….

-Ce n’est pas pour son départ que je lui en veux, car il avait une très bonne raison de le faire... Je lui en veux juste...de ne pas m’avoir prévenu... Il m’a abandonné... Je l’ai attendu des jours sur ce banc... Et il n’a jamais répondu à mes messages...


Hideaki avait été une des premières mise au courant concernant la maladie de son père. Elle se souvint d’ailleurs que Shuzo en avait été très affecté et c’était visiblement après ça qu’il avait commencé à se calmer. Elle essayait de l’épauler comme elle pouvait, et préparait souvent des gâteaux pour son père, que Shuzo devait certainement dévoré à sa place.

Il ne faisait aucun doute que, si elle avait été dans la même situation que lui, elle n’aurait pas hésité à tout abandonner pour rejoindre sa mère aux Etats-Unis ou n’importe ou ailleurs, elle ne lui en voulait donc pas pour ça, loin de là. Mais elle aurait prévenu, elle lui en aurait parler, elle ne l’aurait pas fait attendre comme ça. Crétin !!

-En fin de compte, ce qui m’a fait le plus mal, c’est de savoir que votre manager de merde et l’autre nul de la Génération des miracles étaient au courant eux... Et ils sont ensembles maintenant... Alors que moi je ne savais toujours pas qu’il était revenu il y un quart d’heure... C’est idiot, d’être jalouse comme ça... Tu peux te moquer, je m’en fiche...

C’était idiot et immature, elle en était consciente, mais elle avait le droit.


(c) MEI SUR APPLE SPRING




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]   04.02.16 9:49




...
La toile de l'araignée
○ feat. Akina Hideaki ○


Qui aurait pensé qu’en venant dans ce gymnase il rencontrerait la manager de Kirisaki et… qu’il la ferait pleurer. Ce qu’il pouvait se sentir idiot. Il n’arrêtait pas de s’insulter mentalement. Il fallait être qu’un cretin fini pour faire pleurer une fille… C’est lui-même qui l’avait dit à Kagami le jour où ce sombre abruti avait fait pleurer Momoi un jour où elle s’était pointée comme une fleur trempée à Seirin pour voir Kuroko. C’était il y a pas si longtemps que ça d’ailleurs….

Mais là, juste à côté de lui, Hideaki semblait perdue et perturbée d’apprendre le retour à Tokyo de Nijimura Shuzo. Si seulement Izuki n’avait jamais prononcé ce nom maudit… il aurait pu partir du lycée aussi discrètement qu’il y été arrivé et Akina, elle, aurait retrouvé son équipe dans les vestiaires pour expliquer qu’un espion de Seirin était venu s’aventurer dans les lignes ennemies…

Pourquoi Shun s’était-il senti obligé de réconforter Akina ? Il ne la connaissait pas après tout… Elle aurait pu pleurer de tout son saoul que ça aurait dû lui être égale. Limite, il aurait presque pu se réjouir de voir qu’à Kirisaki aussi, les larmes pouvaient couler sur les joues des membres de l’équipe de basket. Mais il était incapable de se réjouir du malheur des autres. Ce n’était pas dans sa nature… « La bonté seirinoise » avait dit un jour Sat-chan… Elle n’avait pas bien tort dans le fond. Shun était un garçon doux, compréhensif, à l’écoute des autres…. Et à l’écoute d’Hideaki aussi…

-Un peu les deux... Je le déteste autant que je l’aime... C’est ça qui fait mal... Je préférerais le détester complètement, au moins, il pourrait faire ce qu’il veut sans que cela ne me fasse rien... Mais au lieu de ça, je suis obligée de subir ses conneries...

Un léger sourire étirera les lèvres du garçon de Seirin. Il avait vu clair dans le jeu de la belle manager. Il n’était pas bien compliqué de deviner qu’elle avait des sentiments particuliers pour le capitaine de Teiko. Il ne connaissait rien de leur histoire commune et bien que poussé par la curiosité, il se serait refusé de poser une quelconque question sur leur vécu. C’était trop personnel… Et elle souffrait tellement qu’il aurait été incorrecte d’insister davantage uniquement pour assouvir un besoin de savoir injustifié.

Elle n’avait pas refusé le paquet de mouchoir qu’il lui avait tendu et Shun fut même surpris de l’entendre répondre lorsqu’il évoqua la façon avec laquelle il percevait Nijimura. C’est vrai que le meneur de jeu le considérait comme quelqu’un de confiance. Il ignorait encore beaucoup de chose de son passé mais il avait la certitude absolue que Shuzo était un garçon sur lequel on pouvait compter en toute circonstance. Il se plaisait à imaginer que du temps de Teiko, il devait couver les membres de son équipe, la Génération Miracle, comme un papa poule veillerait sur ses petits poussins…. Mais parfois, face au tempérament impulsif et insaisissable du garçon, Izuki se disait qu’il devait faire fausse route complétement.

La génération Miracle…. Il aurait été mentir que de dire qu’elle ne fascinait pas Izuki. De par leurs prodiges au basket, évidemment, mais cette admiration ne se limitait pas à ça. Shun se demandait souvent comment c’était du temps de ce collège. Il se demandait souvent s’ils étaient si unis que le montrait les photos épinglées au mur de la chambre de Satsuki. Il se demandait la raison du départ de Kuroko aussi.. Et pourtant, quand les garçons de la GM se retrouvaient, ils n’avaient pas l’air plus heureux que ça de se rencontrer… Un voile opaque se dressait sur cette équipe. Il y avait quelque chose qu’eux seuls semblaient partager et pouvoir comprendre… Peut être qu’un jour, Shun comprenait tout ça lui aussi…

Pour l’heure, il devait essayer de remonter un peu le moral à Hideaki. Il pensait peut être la rassure évoquant le passé de Nijimura. Celui dont il faisait souvent allusion lorsque Shun discutait avec lui. Sa bande de copains… Il en parlait souvent… et il avait constamment ce nom à la bouche… Celui de Na-chan…. Bien des fois Shun s’était demandé qui se cachait derrière ce sobriquet. Mais la seule chose qu’il savait, c’est qu’il s’agissait d’une fille… Dès qu’Izuki l’interrogeait un peu plus, Shuzo haussait les épaules en changeant de sujet, prétextant que ce n’était pas important de s’y attarder.

-Na-chan...

Shun tourna la tête vers elle. Ce pourrait-il que…. Que Na-chan ce soit elle ? Akina ? L’idée lui était venue subitement, comme s’il s’agissait d’une évidence. Maintenant qu’elle était à côté de lui et qu’elle prononçait ce surnom, Izuki n’avait plus aucun doute. Il ne pouvait toutefois pas lui demander confirmation. Ça serait réellement gênant et malvenu.

-Ce n’est pas pour son départ que je lui en veux, car il avait une très bonne raison de le faire... Je lui en veux juste...de ne pas m’avoir prévenu... Il m’a abandonné... Je l’ai attendu des jours sur ce banc... Et il n’a jamais répondu à mes messages...

Ha….

Effectivement. Izuki comprenait qu’elle puisse lui en vouloir et qu’elle garde au fond d’elle-même une rancœur tenace envers l’ancien capitaine. Il était donc parti à Los Angeles sans la prévenir…. Et sans donner signe de vie ensuite. Même s’il devait avoir des raisons valables, ce n’était pas le genre de chose qu’il était correct de faire. Un minimum de respect pour les personnes à qui l’on tient…. Elle avait le droit d’être mise au courant pour ne pas l’attendre vainement…. Pour ne pas espérer inutilement…. Comme elle le disait si bien, elle avait dû se sentir abandonnée. Et encore davantage si les liens qu’ils partageaient étaient étroits. Peut être avait-elle été sa petite amie ?

-En fin de compte, ce qui m’a fait le plus mal, c’est de savoir que votre manager de merde et l’autre nul de la Génération des miracles étaient au courant eux... Et ils sont ensembles maintenant... Alors que moi je ne savais toujours pas qu’il était revenu il y un quart d’heure... C’est idiot, d’être jalouse comme ça... Tu peux te moquer, je m’en fiche...


Shun écarquilla les yeux un instant avant de tourner la tête vers elle vivement. Un léger rire lui échappa et il cacha son sourire sous le col de son maillot qu’il remonta pour dissimuler la partie basse de son visage.

Ha non ! Non il ne se moquait pas d’elle ! Il n’oserait pas ! Il avait même un profond respect pour cette jalousie qui l’animait envers Nijimura. C’était la preuve de tout l’amour qu’elle lui portait encore au delà des années et de cet abandon dont elle s’était sentie victime.

Non, ce qui le faisait sourire – et rire nerveusement – c’était la façon avec laquelle elle parlait de Kumako et de… Kuroko. Les tensions entre le meneur de jeu et la manager de Seirin étaient connus de bien peu de gens mais malgré cela, Izuki ne se serait pas permis de l’a qualifier d’une telle façon. Ce n’était pas gentil de la part d’Akina…. Quant à Kuroko… « l’autre nul de la Génération Miracle » n’était pas si naze que ça tant sur le plan de sa personnalité et son jeu de basket. Izuki l’appréciait beaucoup bien qu’ayant pas une relation de complicité très affutée avec lui.

Dans tous les cas, il ne voulait pas mettre de l’huile sur le feu en rabrouant Akina pour son franc parlé. C’était sans doute sa façon à elle d’exprimer son écœurement et son incompréhension à l’idée de savoir que Nijimura était revenu et n’avait pas pris la peine de venir la prévenir. Si Shun ne se retenait pas, il aurait été coller un coup sur la tête de l’ancien capitaine histoire de lui remettre les idées en place ! Qu’il abandonne Akina était une chose. Qu’il ne l’avertisse pas de son retour en était une autre.

« Visiblement, tu n’apprécies pas notre manager et notre joueur fantôme…. »


Shun se retiens bien de lui avouer qu’entre lui et Kumako c’était particulièrement houleux… Ca ne la regardait pas de toute façon.

« Ne t’en fais pas. Je ne me moque pas de toi… Je trouve même que ta jalousie est touchante. C’est un sentiment qu’on ne peut pas contrôler de toute façon… J’imagine que… que si quelqu’un s’approchait un peu trop de Sat.. d’une certaine personne à laquelle je tiens, je serai jaloux moi aussi… »

Oups… un peu plus et il prononçait le nom de Satsuki. Pour l’heure, la relation entre le meneur de Seirin et la manager de Tôô était encore tenue secrète et tant qu’à faire, Izuki tenait à ce que ça le reste encore un peu…. Les paroles d’Imayoshi le tourmentaient toujours autant et il redoutait que l’incompréhension des membres de leurs deux équipes aient finalement raison de leurs sentiments mutuels.

Shun pivota légèrement sur le côté. Il ouvrit une nouvelle fois son sac dans lequel il se mit à fouiller. Il chercha quelque instant avant de mettre la main sur son téléphone portable bleu dont il se saisit. Un strapp représentant un petit ballon de basket orange pendouillait sur le côté de l’appareil dont Shun ouvrit le claquet. Il appuya sur les touches pour faire défiler le menu jusqu’à arriver à ce qu’il cherchait.

Il n’était pas certain que ce soit une bonne chose, ce qu’il s’apprêtait à faire, mais il se disait que cela ne pourrait que pousser Akina à aller de l’avant et essayer de se confronter à Nijimura. Izuki n’était pas un as en matière de relations humaines mais il avait la certitude que ces deux la devaient se retrouver, se parler…. S’expliquer tout du moins.

Alors il tendit son téléphone à la jeune fielle avec un peu d’appréhension. Sur l’écran, une photo de Shuzo prise au dernier entrainement de Seirin le montrait vêtu d’un t.shirt rouge foncé et portant un serre poignet large aux couleurs de l’arc en ciel sur son avant-bras gauche. Cela avait d’ailleurs toujours fait sourire Izuki. Il ne savait pas si c’était là un rattachement à son passé, une sorte de clin d’œil à son ancienne équipe de Teiko ou s’il s’agissait d’un cadeau… Mais il y était particulièrement attaché. Il avait même refusé de s’entrainer une fois car il ne le trouvait pas, ce serre poignet. Il avait passé la séance à retourner tout le vestiaire à sa recherche !

Shun jeta un coup d’œil discret à Akina, surveillant sa réaction. Il récupéra finalement son téléphone dont il fit défiler une fois de plus le menu. Il s’empara d’un stylo et d’un morceau de papier qu’il arracha dans son agenda à une page inutilisée. Il nota consciencieusement le nom, l’adresse et numéro de téléphone de Nijimura avant de le tendre à Hideaki

« Tiens…. Tu es libre d’en faire ce que tu en veux. Tu peux même lui dire que c’est moi qui te l’ai donné ou le mettre dans la première poubelle qui passe à ta portée… Mais si tu ne fais pas le premier pas vers lui… c’est moi qui le ferai pour toi. »


Il la regarda de ses yeux gris. Tant pis si elle n’appréciait pas ce petit chantage. Shun le faisait pour leur bien à tous les deux. Parce qu’il voyait bien à quel point la nouvelle du retour du capitaine la perturbait et parce qu’il souhaitait pouvoir arranger les choses entre eux. Même si c’était quelque chose d’inespéré…

« Je ne lui cacherait pas que je t’ai rencontré… Mais je pense que ça serait mieux que ce soit toi qui aille vers lui… Na-chan. »

Izuki avait utilisé ce petit nom exprès. Oh loin de lui l’envie de se l’approprier, il laissait volontiers ça à Shuzo. C’était juste un moyen de faire comprendre à son interlocutrice qu’il avait deviné qui elle était et que, par conséquent, il savait tout l’attachement qu’elle vouait à Nijimura. Un attachement qui était sincère et réciproque vu le nombre de fois où ce « Na-chan » revenait dans la bouche du capitaine arc-en-ciel.



Kuroko's Basket RPG





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Kirisaki Daiichi
avatar



InformationsMessages : 96
Date d'inscription : 31/08/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #660099

RP terminés: 0

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]   19.02.16 16:59


La toile de l'araignée

Avec - Izuki Shun



Akina était considérée par bien des gens comme une personne forte.

Certaines filles l'admiraient pour la façon dont elle tenait tête à certains garçons sans fléchir. Et au contraire les garçons l'admirait pour sa capacité à survivre dans une foule de filles, et à supporter leurs commentaires acerbes ainsi que leur hypocrisie sans nom.

Et pour ceux qui la connaissait vraiment, ils savaient. Pour son père, pour son enfance. En fait elle n'avait jamais rien dit, muette à ce sujet comme si rien ne s'était passé, comme si elle était née comme le petit Jésus... Ou comme Anakin Skywalker... Mais son frère, lui, avait ressenti le besoin d'en parler. Il l'avait révélé à plusieurs garçons de la bande, ceux en qui il avait le plus confiance. Et tous étaient vraiment admiratif de la jeune fille. Notamment Shuzo, mais tout ceci est une autre histoire.

Oui, elle était forte, elle ne pleurait pas, elle ne se plaignait pas. Jamais.

Sauf quand cela concernait Shuzo justement, oui encore lui, décidément. Pourquoi ce mec devait-il être une si grande faiblesse pour elle ? Pourquoi elle lui donnait tant d'importance ? Pourquoi elle l'aimait avec tant de passion ? C'était chiant franchement.

Elle était saoulée par elle-même, elle n'imaginait donc à quel point elle devait paraître embêtante pour Izuki... Le pauvre... Enfin, d'un côté il n'avait rien à faire ici aussi, on ne récolte que ce que l'on sème... Ha... Non... Il était quand même gentil, elle n'avait pas à parler comme ça de lui, il ne le méritait pas.

Pourquoi il faisait ça d'ailleurs ? Il n'avait jamais vu la manager avant aujourd'hui, et sans doute qu'il devait, comme tout le monde, détester l'équipe de Kirisaki Dai Ichi... Il n'avait aucune raison d'être aimable, sympathique, aussi gentil et compréhensif avec la jeune fille. Surtout qu'elle n'avait pas prévu de l'être ne retour, elle était énervée alors ce n'était pas le moment...

Mais il avait ce genre de sourire auquel elle ne pouvait pas dire "merde". Vous savez, ce petit sourire rassurant et qui vous réchauffe tout doucement. Ce garçon avait l'air...si adorable. Profondément gentil, il n'y avait aucun doute la dessus. Plus le temps passait, plus elle se demandait donc comment il avait pu être ami avec Iwao... pas que ce dernier soit méchant, loin de là, mais il avait ce genre de caractère de cochon qui ne force pas à l'amitié vous voyez...

Elle se demanda soudain ce que Shuzo pouvait d'ailleurs penser de lui. Est-ce qu'il l'aimait bien , Ou au contraire pas du tout ? Qu'avaient-il partager tout les deux ? Jouaient-ils souvent ensemble au basket ? Peut-être même...Qu'il pourrait avoir des sentiments à son égard... Ha...tant de questions auxquelles elle ne voulait pas avoir la réponse... Ou enfin si, peut-être.

Hideaki se posa soudainement tout un tas de questions, s'il était heureux, avec eux, avec Kuroko et Kumako. S'il souriant toujours de la même façon, s'il avait changer physiquement, s'il se sentait bien, si son père allait mieux...Si elle lui manquait, rien qu'un peu. S'il repensait à leurs moments, s'il avait gardé ses petits cadeaux, s'il avait leurs photos accrochées aux murs de sa chambre...

Lorsqu'elle eut appris son retour quelques minutes plus tôt, elle aurait parier sur un "non" pour toutes les dernières questions... Mais... Il y avait des chances pour que ce soit un "oui" à quelques unes... S'il parlait de Na-chan...C'était bien d'elle dont il était question non ? Les chances pour qu'une autre Na-chan fasse partie de sa vie étaient infimes, et elle se plaisait à croire que c'était d'elle qu'il parlait, cette idée lui réchauffait un peu le coeur malgré tout.

Enfin, même s'il ne l'avait pas totalement oublié et que cette idée agréable la calme un peu, elle n'en était pas moins triste, et surtout très énervée. Il avait bien de la chance de ne pas être ne face de lui, sinon il se serait pris une dérouillée dont il se serait souvenu jusque sur son lit de mort, parole d'Akina !

Et comme à chaque fois qu'elle était énervée, ses mots dépassaient parfois ses pensées. Les victimes du jour étant Kumako Tsubaki et Kuroko Tetsuya. Elle les détestait, c'était certain, et pour la raison la plus puérile du monde. Ces deux jeunes gens ne lui avaient strictement rien fait, ils avaient même l'air relativement sympathique, mais le fait d'en avoir tant de fois entendu parler par Shuzo avec ce petit sourire qu'elle estimait lui être réservé... Non. Non et non.

Oui elle était jalouse, tant pis c'est comme ça. Peut-être que Kumako n'était pas une manager si merdique que ça, et sans doute que Kuroko n'était pas si nul qu'elle le prétendait... Mais elle s'en fichait pas mal.

-Visiblement, tu n'apprécies pas notre manager et notre joueur fantôme… Ne t'en fais pas. Je ne me moque pas de toi… Je trouve même que ta jalousie est touchante. C'est un sentiment qu'on ne peut pas contrôler de toute façon… J'imagine que… que si quelqu'un s'approchait un peu trop de Sat.. d'une certaine personne à laquelle je tiens, je serai jaloux moi aussi…

Hideaki ne répondit pas, elle n'avait rien à ajouter, et elle se contenta de lui faire un petit sourire léger. La fin de sa phrase était touchante, visiblement il ne voulait pas lui avouer le nom de sa bien aimée, mais de toute façon elle ne devait pas la connaitre alors ce n'était pas vraiment important. Une chose de sûre c'est qu'elle avait bien remarqué de très légère rougeurs sur ses joues, était-ce comme ça à chaque fois qu'il parlait d'elle ? Et Akina, elle rougissait comme ça aussi en parlant de Shuzo ?

La demoiselle se moucha une dernière fois, maintenant qu'elle s'était calmée et se tourna à nouveau vers le brun qui lui tendit son portable. Il y avait une photo sur l'écran, et un coup d'oeil furtif lui suffit pour reconnaître instantanément Shuzo. Elle prit l'appareil dans ses mains pour regarder plus attentivement et sentit ses yeux se remplir à nouveau de larmes. Il n'y avait plus de doutes maintenant, il était bel et bien rentré, sinon Izuki n'aurait jamais pu être en possession de cette photo.

Il était beau, tellement beau. Encore plus qu'avant. Elle remarqua d'ailleurs qu'il n'avait pas fait la connerie de se reteindre les cheveux... Même s'il était blond lorsqu'elle était tombée amoureuse de lui, c'était bien en brun qu'elle le préférait. Son visage avait l'air de s'être affiné, il avait vieillis, c'était évident. Mais il n'avait en rien perdu de son charme, ce dernier c'était même décupler. Quel beau garçon quand même.

Après avoir détailler son visage du mieux qu'elle pouvait avec les pixels de l'écran, son unique oeil visible se posa sur son serre-poignet. Elle sentit ses propres lèvres s'étirer dans un sourire qu'elle ne pu contrôler en constatant qu'il l'avait toujours. Surement qu'elle rougissait un peu tiens...

Il n'y avait pas une grande histoire derrière ce truc, il était juste un petit cadeau qu'elle lui avait ramener d'une sortie scolaire à Kyoto. C'était comme une tradition entre eux, de s'offrir des petits objets aux couleurs de l'arc en ciel (ou en forme de lapin pour elle parfois) en référence au nom de Nijimura. Celui-ci lui avait taper dans l'oeil car il combinait ces couleurs chatoyantes à une utilité pour l'ancien capitaine lorsqu'il jouai au basket et qu'il appréciait s'essuyer le front. D'une pierre deux coups donc.

Hideaki finit par redonner son portable au jeune homme, elle était quand même retournée par toute cette histoire, mon dieu ce qu'elle rêvait d'un bon bain et de son lit à l'heure actuelle... Elle fut à nouveau tirée de ses pensée par un bout de papier tendu en sa direction où il était inscrit un nom, une adresse et un numéro de téléphone...

-Tiens… Tu es libre d'en faire ce que tu en veux. Tu peux même lui dire que c'est moi qui te l'ai donné ou le mettre dans la première poubelle qui passe à ta portée… Mais si tu ne fais pas le premier pas vers lui… c'est moi qui le ferai pour toi.

La jeune fille baissa les yeux sur le bout de papier en comprenant avant même de lire qu'il s'agissait des coordonnées de Nijimura et elle se retenu de le déchirer en mille morceaux avant de le plier méticuleusement sans savoir quoi en faire. Elle voulait se servir des informations inscrites mais sa fierté lui criait que ce n'était pas à elle de faire le premier pas... Était-ce sa fierté ou la peur d'ailleurs ?

-Merci...

Elle se mordit la lèvre alors qu'elle était dans un conflit intérieur intense. Elle avait envie de le revoir, mais elle savait que le rencontrer, ou même juste lui parler lui ferait vraiment mal. Haa... Tout aurait été tellement plus simple s'il n'avait pas eu à partir... Ou s'il l'avait tout simplement prévenu... Quel crétin quand même.

-Je ne lui cacherait pas que je t'ai rencontré… Mais je pense que ça serait mieux que ce soit toi qui aille vers lui… Na-chan.

La susnommée leva les yeux vers le brun avec surprise, planta son regard carmin dans ses yeux gris. Comment il avait pu deviné ? Était-ce évident que c'était elle ? Ou sa réaction tout à l'heure avait été trop étrange ?

Enfin, pas que ce soit grave non plus, ce n'était pas un secret, elle n'en avait pas honte, c'était juste surprenant. C'était peut-être pour cette raison qu'il l'aidait, il voulait aider Shuzo à travers ça, sans doute.

-Pourquoi tu fais tout ça ? Enfin je veux dire... On ne se connait pas... Et je n'ai même pas été capable de répondre à la requête que tu as formulé tout à l'heure... Ceci dit... Je ne sait vraiment pas où est Iwao à l'heure actuelle...

Akina se releva en replaçant sa jupe correctement sans lâcher son bout de papier.

-Je...je vais y réfléchir... Mais...merci en tout cas... Et je suis désolée pour tout ça... J'ai vraiment dû avoir l'air minable...

La jeune fille s'inclina poliment devant son vis à vis et se releva rapidement. Elle était bien élevée mais elle devait avouer qu'elle n'aimait pas vraiment toutes ces fioritures et les signes de respect auxquels le peuple nippon était très attaché. Mais elle se forçait la plupart du temps.

-Et si tu veux... Je pourrais parler de toi à Iwao... Enfin, je ne pense pas que ce soit la meilleure idée qui soit connaissant le garçon...


(c) MEI SUR APPLE SPRING




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]   22.02.16 10:50




...
La toile de l'araignée
○ feat. Akina Hideaki ○


Shun Izuki n’était pas le genre de garçon qui se mêle ouvertement des affaires des autres. Bien au contraire, il préférait rester en dehors, estimant qu’il n’avait nullement à fourrer son nez dans les préoccupations des autres. Lorsqu’il s’agissait de ses amis, cela pouvait parfois être un peu différent. S’il pouvait les aider d’une quelconque maniéré qui soit, alors il n’hésitait pas à se plonger corps et âme dans cette cause qu’il estimait juste tout en prônant défendre l’amitié.

A bien des niveaux on pouvait dire qu’il était un garçon gentil. Comment Satsuki avait-elle dit ça une fois ? Ha oui ! « la gentillesse seirinoise ». Celui qui se mettait à penser que tous les joueurs de Seirin n’étaient que des garçons niais se mettaient le doigt dans l’œil profondément. Il suffisait de regarder Hyuga dont le comportement pouvait devenir explosif pour s’apercevoir que la gentillesse était un concept tout à fait relatif et subjectif. Que dire aussi de Riko, leur coach tyrannique qui n’éprouvait aucune pitié à les faire courir sous la pluie battante où à tripler leur entrainement dès le lendemain d’un match éprouvant contre des têtes de série… Non…. La gentillesse de Seirin avait ses limites. Mais il était vrai que dans le fond, aucun des joueurs n’étaient foncièrement mauvais – contrairement au capitaine de Kirisaki Daiichi, par exemple. Shun Izuki était la parfaite illustration du joueur typique de l’équipe de son lycée : Jovial, travailleur, acharné, combattant, sympathique et possédant un petit grain de folie qui faisait son originalité. Manque de chance pour Akina, la situation assez tendue et mélancolique ne lui permettait pas de faire exposition de son talent de blagueur ! Si ça se trouve, elle aurait apprécié ses blagues et ses jeux de mot, elle.

Toujours est-il que Shun ne s’était pas posé de question quand il avait vu qu’il pourrait peut-être venir en aide à la jeune manager. Qu’importe la différence entre eux. Peut importe leur rivalité au basket et la mentalité différente de leurs deux équipes. Il aurait fallu être particulièrement borné et un peu stupide aussi pour se limiter uniquement à ça. Shun avait beau en vouloir à KiriDai pour ce qu’ils avaient fait subir à Teppei, il n’était pas question pour lui d’entrer dans leur jeu et de se venger librement sur Akina qui semblait souffrir d’apprendre si brusquement le retour de Nijimura.

C’est naturellement et sans chercher un quelconque remerciement que Shun mettait tout en œuvre pour que la manager et l’ancien capitaine de Teiko puissent renouer les liens. Même si c’était pour se disputer. Izuki demeurait persuadé qu’une confrontation entre eux était nécessaire pour dissiper les tensions qui les rongeaient mutuellement. Si Akina semblait avoir souffert du départ aux Etats Unis du Rainbow Captain, lui-même n’était pas en reste et avait son lot d’amertume et de regret qu’il trainait à la patte comme un boulet. Il suffisait d’être un peu observateur et de voir sa mine attristée et la façon habile avec laquelle il changeait de sujet dès qu’on l’interrogeait un peu sur les conditions de son départ ou sur son passé juste avant qu’il ne s’exile en Amérique.

Lorsque Nijimura avait expliqué revenir de Los Angeles, tous les garçons de l’équipe – Izuki inclus – l’avait regardé avec admiration et envie. Il n’avait pas été étonnant que les questions commencent à pleuvoir. « Pourquoi tu es allé là bas ? Tu es resté combien de temps ? Et le basket, tu t’es perfectionné ? C’est comment L.A ? ». Si Shuzo répondait facilement à la plupart des questions, une en revanche, demeurait sans réponse. En effet, il n’avait jamais voulu s’expliquer sur les raisons et les causes de son départ. Il se contentait toujours d’un évasif « c’est compliqué » dès que la question lui était posée.

Loin d’être bête, Shun en avait donc déduit que son départ à Los Angeles n’était pas réellement volontaire mais plutôt quelque chose qu’on lui avait imposé et qu’il avait subi. Les raisons derrières tout cela ne le regardaient pas et il n’avait jamais cherché à creuser pour en savoir davantage. Kuroko et Kumako, eux, devaient sans doute connaitre toute l’histoire pour avoir passé du temps auprès de Nijimura bien avant qu’il ne parte.

C’est donc fort de cette conviction de Shun espérait permettre à Akina et à Nijimura de se retrouver. Il était dommage que les deux jeunes gens soient de nouveau réunis dans la même ville sans pouvoir se parler ou chercher à dissiper un éventuel malentendu ou un conflit.

Montrer à Akina la photo de Nijimura prise à l’entrainement c’était peut être pas la meilleure des idées. Cela allait peut être la bouleverser. Shun espérait lui donner un déclic. Une sorte d’impulsion qui la pousserait à prendre conscience du retour réel de son ami et de la nécessité pour elle de se retrouver face à lui. C’est aussi la raison pour laquelle il avait griffonné les coordonnées de Shuzo sur un bout de papier qu’il lui avait ensuite tendu. Libre à elle d’en faire bon usage ou non. L’avenir était entre ses mains et Shun ne pourrait pas faire davantage pour elle.

Lorsque Shun avait délibérément utilisé le petit surnom de Na-chan, cette dernière avait relevé la tête pour le regarder avec étonnement. Et bim ! Dans le mille ! C’était élémentaire mon cher Shunlock ! Il avait parfaitement réussi à l’identifier et le fait qu’il puisse utiliser ce nom suffisait à prouver à la manager combien Nijimura tenait encore à elle et combien il parlait d’elle a ses coéquipiers.


-Pourquoi tu fais tout ça ? Enfin je veux dire... On ne se connait pas... Et je n'ai même pas été capable de répondre à la requête que tu as formulé tout à l'heure... Ceci dit... Je ne sais vraiment pas où est Iwao à l'heure actuelle...


Shun se tourna sur le côté pour refermer la fermeture Eclaire de son sac après avoir rangé son téléphone à l’intérieur. Il haussa alors les épaules et releva la tête pour ancrer son regard dans celui un peu rougi par les larmes de la jeune fille.

« Il faut nécessairement une raison pour aider quelqu’un ? Parce que je ne te connais pas ou parce que tu ne peux pas m’aider, je dois rester les bras croisés à rien faire ? Je trouve juste ça dommage… Tu tiens à Nijimura et lui tient à toi. Je n’ai rien fait de spécial en plus… J’ai juste…essayé de forcer un peu le destin pour que vous vous parliez enfin. »


Il lui adressa un sourire avant de se mettre debout à son tour. Il souleva son sac et passa l’anse autour de son épaule.

-Je...je vais y réfléchir... Mais...merci en tout cas... Et je suis désolée pour tout ça... J'ai vraiment dû avoir l'air minable...


Shun lui adressa un sourire suivit d’un petit rire. Il se passa la main dans les cheveux en remettant une mèche noire et lisse derrière son oreille droite. Il devait allait se les refaire couper un peu avant la Winter cup, ils devenaient un peu trop longs et allaient l’embêter sur le parquet pendant les matchs

« Ha ! Tu n’as vraiment pas à t’excuser tu sais. Et je ne t’ai pas trouvé minable du tout. Bien au contraire. Tu es…. Touchante »


Il se frotta l’arrière de la tête et afficha une mine un peu désolée et confuse sur son visage

« Ca serait à moi de m’excuser en fait. Je suis venu m’incruster dans votre gymnase sans autorisation…. Et à vrai dire je ne regrette pas parce que j’avais une image tellement affreuse de ton équipe…. Je suis ravi d’avoir pu faire la connaissance de leur manager et de m’apercevoir qu’il s’agit d’une fille tout à fait adorable »


Pas sûr qu’elle apprécie le compliment cela dit…. Mais Shun ne pouvait pas mentir sur le fait qu’il était rassuré de s’apercevoir que Kirisaki comptait parmi ses rangs des gens…. humains. Akina, bien que possédant visiblement un caractère très fort, paraissait pas aussi horrible que Shun s’était plu à le croire dès qu’elle était venue le rejoindre.

-Et si tu veux... Je pourrais parler de toi à Iwao... Enfin, je ne pense pas que ce soit la meilleure idée qui soit connaissant le garçon...


Izuki agita les mains devant lui. Un sourire crispé toujours accroché à ses lèvres

« Ho non laisse tomber pour Iwao… De toute façon s’il sait que je suis venu jusqu’ici ça va le mettre en pétard. C’est… un peu compliqué entre nous…. Enfin… J’essayerai de repasser une prochaine fois pour lui parler. Je voulais juste m’enquérir sur l’état de sa jambe…. Je me sens responsable. Je crois que c’est en jouant contre moi qu’il s’est blessé. Ce n’était pas voulu bien sûr…. Mais c’est quand même moi qui ait insisté pour faire ce duel de basket alors…. »

Le meneur de Seirin finit par enfoncer ses mains dans les poches de sa veste. Il jeta un dernier regard à la jeune manager dont une mèche de cheveux dissimulait toujours partiellement le visage. C’était dommage qu’elle se cache de cette façon derrière sa chevelure. Si elle n’aurait pas eu le caractère que Shun venait de lui découvrir, il aurait imaginé que c’était là une façon de dissimuler sa timidité.

« Bon… je vais devoir rentrer. Je pense qu’on se reverra non ? En tout cas…. Je ne sais pas si je peux t’aider davantage pour Nijimura mais en cas de besoin, tu sais où me trouver »


Il lui adressa un sourire suivit d’un clin d’œil

« Juste au cas où : Seirin s’entraine au gymnase du lycée tous les lundi, mardi et vendredi de 16h30 à 18h….. Shuzo Nijimura inclus. »


Voilà. Elle n’avait vraiment plus aucune excuse pour ne pas retrouver son ami d’autrefois. Shun lui fit un petit signe de la main avant d’enfoncer cette dernière profondément dans sa poche. Il se retourna et n’ajouta rien avant de quitter le gymnase de ce lycée qu’il détestait tant. Finalement, le petit aiglon de Seirin ne n’en était pas trop mal de cette toile d’araignée…. Non ?



Kuroko's Basket RPG





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Kirisaki Daiichi
avatar



InformationsMessages : 96
Date d'inscription : 31/08/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #660099

RP terminés: 0

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]   22.02.16 21:43


La toile de l'araignée

Avec - Izuki Shun



Les préjugés. Tout le monde en était victime, dans les deux sens. Aussi bien quelqu’un qui en souffrait que ceux qui s’y fiaient.

Pourtant Akina pensait ne pas en avoir quant aux gens qu’elle rencontrait, elle avait appris avec la bande et au club à ne pas se fier aux apparences. En effet, combien de fois elle avait entendu les gens parler de ses amis comme de la « mauvaise graine » ou des gens absolument « pas fréquentables »... Alors qu’en vérité, ils étaient tous parfaitement adorables avec qui savait leur parler. Pareil pour les gars de l’équipe, malgré la réputation qui les suivait, ils avaient tous un bon fond... Sauf peut-être Hanamiya, qui restait néanmoins la pire des teignes qu’elle ait connu... Mais il avait aussi ses bons côtés et il fallait s’y habituer, c’était comme tout.

Et donc, la jeune fille pensait vraiment qu’elle faisait partie de cette catégorie de personne qui ne jugeait pas au premier regard... Que nenni, cette catégorie n’existe pas de toute façon, tous ses membres se fourvoient forcément. On n’y peut rien, c’est comme ça, on juge forcément, pas forcément en mal... Mais c’est dans la nature humaine que de se faire un premier avis avant même de connaître la personne. Celui-ci peut changer plus ou moins rapidement suivant la suite des évènements, mais la première impression est souvent celle qui scelle ou non une relation.

Cette première impression, c’est celle qui donne ou non envie d’aller vers la personne, pour la bonne raison ou certaines plus mauvaises.

Et lorsqu’elle avait vu Izuki dans les gradins, Hideaki s’était précipité pour venir le voir, dans sa tête le garçon avait été catalogué comme indésirable et intrus sans même qu’elle ne sache quoi que ce soit sur lui. Et cela n’alla pas en s’arrangeant lorsqu’elle découvrit son appartenance au club de basket du lycée Seirin... Le fait que Kuroko Tetsuya et Kumako Tsubaki en fassent partie l’avait inconsciemment poussé à détester chacun des membre de ce pauvre club sans aucune réelle raison, elle avait juste l’impression qu’ils étaient tous pareils là-bas.

Tous pareils...mais elle ne savait même pas comment en fin de compte. C’était juste sa jalousie envers ces deux jeunes gens et leur relation avec Nijimura qui l’avait poussé à les détestés, mais au final elle ne les connaissait que de nom de par ce que Shuzo lui racontait souvent. Du coup, elle ne savait rien d’eux, et encore moins des membres de Seirin, mis à part les quelques informations physiques qu’elle avait recueillis pour le bien de son équipe à elle.

Et donc, Akina se sentait bien conne pour le coup. Tout de suite, Izuki avait été blacklisté dans sa tête, juste parce qu’il était dans ce lycée de malheur... Quelle connerie...

Cela ne faisait pas longtemps qu’elle le connaissait, mais elle en était persuadée, ce garçon avait vraiment le cœur sur la main. Elle ne savait pratiquement rien de lui, mais rien que ce sourire rassurant qu’il lui avait déjà plusieurs fois servit, ses douces attentions envers une inconnue faisant partie de ses adversaires... Il était sans nul doute un garçon adorable. Ou alors il jouait très bien la comédie... Mais il avait cette lueur de sincérité dans le regard, et les yeux ne trompent jamais, ils sont la porte de l’âme après tout.

Il était arrivé comme ça, comme un cheveu sur la soupe pour lui rapporter le retour de Nijimura au Japon sans se douter des désastreuses conséquences que cela aurait sur elle, et au lieu de s’enfuir comme beaucoup de gens l’auraient fait –y compris elle sans doute- il est resté là, en essayant de lui remonter le moral. Le garçon ne s’était d’ailleurs pas arrêté là et l’avait en plus aidé pour ses futures démarche dans la reconquête de son amitié avec l’ancien capitaine de la Génération des Miracles.

Il était peut-être la réincarnation d’un ange. Un ange venu lui-même aux portes de l’enfer.

-Il faut nécessairement une raison pour aider quelqu’un ? Parce que je ne te connais pas ou parce que tu ne peux pas m’aider, je dois rester les bras croisés à rien faire ? Je trouve juste ça dommage… Tu tiens à Nijimura et lui tient à toi. Je n’ai rien fait de spécial en plus… J’ai juste…essayé de forcer un peu le destin pour que vous vous parliez enfin.

-C’est juste que...c’est rare les gens comme toi... Mais ça fait plaisir, vraiment.


Hideaki répondit timidement à son sourire et se frotta la nuque, sans vraiment savoir quoi ajouter de plus. Elle n’était pas très douée pour parler de choses comme ça.

-Ha ! Tu n’as vraiment pas à t’excuser tu sais. Et je ne t’ai pas trouvé minable du tout. Bien au contraire. Tu es…. Touchante.

Cette fois le visage de la jeune fille prit une jolie teinte rosée... « Touchante »... On ne lui avait jamais dit ça auparavant, et elle devait dire qu’elle en était étonnée. Mais ne saurait dire pourquoi, cela lui faisait quand même plaisir. Elle avait l’impression que ses sentiments étaient moins ridicules d’un coup, et plus légitimes.

-Ca serait à moi de m’excuser en fait. Je suis venu m’incruster dans votre gymnase sans autorisation…. Et à vrai dire je ne regrette pas parce que j’avais une image tellement affreuse de ton équipe…. Je suis ravi d’avoir pu faire la connaissance de leur manager et de m’apercevoir qu’il s’agit d’une fille tout à fait adorable.

-Ouais, comme tout le monde en fin de compte... Mais ils sont gentils tu sais, même si ça ne parait pas évident comme ça... Enfin, là je me sens vraiment comme l’avocate du diable je t’avoue...


Elle rigola nerveusement, c’est vrai que défendre une équipe qui ne faisait que blesser les autres, c’était un peu peine perdue... Notamment après ce qu’il s’était passé dans les rangs de Seirin l’année dernière à cause du capitaine. Enfin, tout ceci était un autre problème...

-Ho non laisse tomber pour Iwao… De toute façon s’il sait que je suis venu jusqu’ici ça va le mettre en pétard. C’est… un peu compliqué entre nous…. Enfin… J’essayerai de repasser une prochaine fois pour lui parler. Je voulais juste m’enquérir sur l’état de sa jambe…. Je me sens responsable. Je crois que c’est en jouant contre moi qu’il s’est blessé. Ce n’était pas voulu bien sûr…. Mais c’est quand même moi qui aie insisté pour faire ce duel de basket alors…

-Il était déjà blessé avant et c’est de la faute de cet idiot s’il n’est pas resté e convalescence le temps qu’il fallait... Et je pense sincèrement que cette blessure arrange bien ses affaires alors ne t’en fait pas plus que cela...


Alors comme ça c’était comme Izuki que Iwao avait joué il y a deux semaines... Elle garda cette information dans un coin de sa tête, elle ne devait pas oublier de poser quelques questions au principal intéressé la dessus. Sa curiosité reprenait déjà le dessus et elle savait déjà qu’elle ne pourrait se taire au sujet de l’aigle de Seirin... Iwao allait être cuisiné aux petits oignons les enfants.

-Bon… je vais devoir rentrer. Je pense qu’on se reverra non ? En tout cas…. Je ne sais pas si je peux t’aider davantage pour Nijimura mais en cas de besoin, tu sais où me trouver.

-Encore merci en tout cas, et si tu veux, je pourrais au moins te prévenir quand Iwao sera revenu à l’entrainement, afin que tu ne refasses pas le déplacement pour rien...

-Juste au cas où : Seirin s’entraine au gymnase du lycée tous les lundi, mardi et vendredi de 16h30 à 18h….. Shuzo Nijimura inclus.

-Je vais tâcher de m’en souvenir...


Elle lui fit un petit signe de la main et le regarda partir avant de descendre les escaliers à son tour. Elle avait encore le cœur et le cerveau retourné par l’information qu’elle venait d’apprendre...

Le gymnase était déjà pratiquement vidé de ses membres, ne restant que ceux qui étaient de corvée de nettoyage qui la saluèrent chaleureusement. Hideaki retourna dans les vestiaires chercher ses affaires et se dépêcha de sortir. Une fois dans la cour, elle se saisit de son téléphone portable et composa le numéro que Shun venait de lui fournir.

Akina avait changé de numéro l’année dernière, elle était donc sûr que Nijimura ne l’avait pas et elle fit sonner son portable, le cœur battant. Elle avait l’impression qu’il battait plus fort à chaque sonnerie quand...

-Allo, Nijimura Shuzo à l’appareil... A qui ai-je l’honneur ?

Sa voix... Elle avait changé elle était plus grave qu’avant, mais elle lui semblait toujours si familière...

-Alloooo ?


Elle n’arrivait pas à répondre c’était trop fort d’un coup. Elle se contenta juste de raccrocher, les joues rouges, après avoir entendu cette voix qui n’avait pas bercer ses oreilles depuis deux ans. Il fallait vraiment qu’elle le revoit, coute que coute.


(c) MEI SUR APPLE SPRING




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]
» Dans la toile de l'araignée | Liens de Spider-man
» Ne perdez pas espoir, car quand une étoile meure, d'autre apparaisse... || FEAT. StarLight - Eyeless Jack - Ao || RP DE MORT ||
» Dans la toile de l'araignée
» De nouveau dans la toile de l'araignée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroko's Basket, le forum RPG ::  :: RP finis-