The Basketball Which Kuroko Plays
 
Bienvenue sur KnB-RPG, jeune Rookie !
Tout le monde doit signer le règlement & se recenser ! N'oubliez pas de voter !
Merci de favoriser le choix de personnages du manga en priorité ! 50 pockys offerts pour tout prédéfini prit
Les lycées Seiei, Fukuda Sogo, Kirisaki Daiichi, Shutoku et Kaijo recherchent des membres !

Partagez | 
 

 All which is good enough ; Amy & Faith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Shutoku
avatar



InformationsMessages : 445
Date d'inscription : 01/03/2015
Localisation : Seirin - Akita - Camping près de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff6666

RP terminés: 0

RP en cours: 3


MessageSujet: All which is good enough ; Amy & Faith   19.01.16 16:37

All which is good enough.
Jackson Amy ; Kobayashi Faith & Kojaku Tsubasa

Le feu passa au rouge, et les passants profitèrent de l’arrêt momentané des véhicules à moteur pour traverser la route, en une foule dense et compacte, qui semblait se déplacer d’un seul mouvement. C’était comme le corps immense d’une bête étrange, qui se mouvait au fil des aléas de la circulation. En pleine capitale, il était parfois difficile de circuler sans se faire bousculer, ou parfois marcher dessus ; au moins les japonais ont-il l’art de s’excuser dés lors que leur sphère privée dérange celle d’autrui d’aussi près qu’une collision, la plupart d’entre eux en tout cas. C’était au milieu de ce monde agité que Tsubasa essayait de se faufiler incognito, esquivant les regards qui tendaient à la reconnaître, répondant brièvement aux quelques interpellations de ses camarades de cours, soucieux de savoir ce qu’elle faisait, si les rejoindre l’intéressait. Chaque fois, elle refusait poliment, et reprenait son petit bout de chemin, avec une impatience qu’elle ne parvenait pas à taire. Il y avait ce quelque chose fort bien heureux en elle, qui la poussait à presser le pas, comme si en avançant plus vite, l’heure des retrouvailles serait elle aussi avancée.

Il y avait dans ses bras un petit sachet, simpliste, basique, autant que ceux que l’on vous fournit dans une épicerie. A chacun de ses pas, on entendait des choses s’agiter à l’intérieur, en un bruit sourd et indescriptible, sinon celui de heurts étouffés. L’adolescente veillait soigneusement à ce que le paquet ne s’abîma point, craignait qu’un mauvais geste le déchire, ou d’un trébuchement l’envoie plus loin et étale son contenu là où elle ne le récupérerait pas.

Finalement, il ne lui fallut pas plus de quelques dizaines de minutes pour rejoindre la gare, où se pressait, fort heureusement, bien moins de monde qu’au centre même de la ville. L’heure de pointe n’était pas encore venue, et Tsubasa ne s’en plaindrait pas. C’était une vulgaire accalmie avant la nouvelle inondation d’employés de bureau pressés, et ça la contentait suffisamment ainsi. Peu à peu, elle ralentit le pas à l’approche du bâtiment, prenant soin de jeter un oeil au tableau des horaires en face d’elle. Le train venu d’Akita était en tête de liste, preuve sans conteste qu’il serait le prochain à entrer en gare. Trois minutes, d’après les estimations les plus récentes.

Aussi, la blonde s’avança non loin du quai, prenant place sur l’un des bancs installés là, après avoir sagement ramené sa jupe sous ses cuisses pour ne pas qu’elles entrent en contact direct avec le métal froid. Quand bien même l’hiver s’était installé, elle rechignait à la simple idée d’enfiler des collants. Des pantalons, des jeans de la dernière collection hivernale, elle en avait bien, mais l’envie lui manquait de les porter. Alors, elle bravait le froid, avec quelque chose de semblable à une stupidité superficielle, qui attirait de temps à autre les regards sur elle. C’est qu’elle était folle, cette fille en jupettes et bottines, alors que la neige s’annonçait, plus en amont. Au moins avait-elle prévu manteau long, écharpe et jambières ; quand bien même elle demeurait en jupe en plein hiver.

Enfin, elle vit le train qui ralentissait, s’immobilisait peu à peu pour ouvrir ses portes. D’un geste vif, guidé par son excitation menée à son paroxysme, elle se remit sur ses deux jambes, et s’avança vers l’engin. S’évertuant à regarder par dessus les épaules des uns et des autres, elle aperçut finalement la brunette dont elle cherchait encore la silhouette familière un instant auparavant. Alors, tout en réprimant son désir de montrer sa présence en sautillant sur place ou en bousculant ceux qui l’entouraient, elle se porta sur la pointe des pieds, et agita sa main libre jusqu’à attirer le regard de l’américaine sur elle. Lorsqu’elle devina qu’elle était enfin repérée, elle sourit plus grandement encore, et se recula quelque peu dans un endroit un peu moins empli de monde.

Quelques instants plus tard, son amie s’extirpait hors de la masse de personnes attendant ou se retrouvant, après, souvent, une longue absence. Des parents que l’on retrouvait pour profiter d’un peu de ce temps qui file bien trop vite, deux amants séparés par un emploi qui demande de longs trajets, des amis, comme elles deux, éloignés de la distance qui s’étale d’un bout à l’autre de la carte.

Tout sourire, et prenant toujours soin à ne pas abîmer le sachet et son contenu, elle ouvrit les bras à son amie qui, elle le devinait, n’attendrait pas un instant avant de se jeter sur elle, dés lors qu’elle oserait lâcher sa valise. Comme prévu, cela ne se fit point attendre ; la main de la brune quitta ses bagages et, la seconde d’après, Tsubasa réceptionnait la jeune fille, déjà débordante d’énergie, au moins autant que dans son plus récent souvenir d’elle. Elle avait esquissé un pas en arrière sous l’élan de sa camarade, mais était parvenue à demeurer debout, sur ses deux jambes -et elle se remerciait de ne pas avoir enfilé de quelconques talons aujourd’hui. « Heeey Amy ! Attention à mon brushing, mon agent va me disputer sinon ! » Pourtant, elle répondit à l’étreinte de son amie en riant. Elle lui avait manqué, alors ça valait bien un prochain détour chez son coiffeur attitré.

Fièrement, elle vint agiter le paquet qu’elle tenait, tel un objet précieux, depuis qu’elle était sortie de chez elle de bon matin. Juste sous les yeux de sa camarade, s’effaçant à son regard. « Devine ce dont il s’agit ? » En vérité, elle était trop impatiente pour lui laisser véritablement le plaisir de deviner. Alors, en se reculant très légèrement pour se laisser la place d’agir, elle ouvrit le sachet. De là, elle tira un biscuit aux pépites de chocolat, qu’elle observa sous toutes ses coutures avant de le lui tendre. « J’espère qu’ils sont bons… J’ai passé ma matinée à les faire en suivant une recette du mieux que j’ai pu… Je ne suis pas certaines d’avoir un talent en cuisine, encore moins quand il s’agit de cookies. » Son rire s’éleva, quelque peu gêné.

Un regard vers la sortie lui donna l’envie soudaine de se glisser à l’extérieur, quand bien même il y faisait plus froid que l’endroit où elles se trouvaient actuellement. Demeurer enfermée dans un endroit plein d’une foule anonyme et de voix qui annoncent les prochains départs en suivant des prochaines arrivées, ça n’était pas quelque chose qui lui convenait. Aussi, elle pencha la tête, en direction de son amie. « On sort ? Je suis sûre que tu es épuisée de ton voyage. » Dans cette dernière phrase résonnait comme une pointe de sarcasme : Amy paraissait ne pas connaître le principe de fatigue. Un bien, un mal ? Allez savoir.

Emi Burton



FicheRP'sLiens
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yosen
avatar



InformationsMessages : 389
Date d'inscription : 21/02/2014
Localisation : Quelque part <3
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #cc00cc

RP terminés: 7

RP en cours: 6


MessageSujet: Re: All which is good enough ; Amy & Faith   26.01.16 17:55


All which is good enough

Un immense sourire sur les lèvres, une adolescente aux longs cheveux bruns ondulés, attachés en une toute aussi grande queue-de-cheval, contemplait le paysage qu’elle avait depuis la fenêtre. Le train était parti de Akita quelques heures plus tôt en direction de la gare de Tokyo. Ce trajet était particulièrement long, mais la brunette n’en semblait pas dérangée. Au contraire, malgré quelques bâillements de temps à autre, elle respirait l’énergie et la joie de vivre. A croire que rien ne pouvait l’épuiser, même pas un trajet de cinq heures sur un siège qui aurait pu être plus confortable. Un petit bruit attira l’attention d’Amy Jackson qui tourna son regard vers le bébé qui s’agitait dans les bras de sa maman. Cette dernière s’excusa auprès de sa voisine d’un sourire poli et l’américaine se contenta de secouer doucement la tête pour signifier que ce n’était rien du tout. Son doigt vint appuyer gentiment sur le petit nez du bébé qui se mit à gazouiller joyeusement. Sa mère sourit tendrement et remercia la jeune fille d’un regard avant de sortir un livre d’images pour le regarder avec son fils. Amy les regarda un instant avant de se retourner vers la fenêtre. Elle commençait à avoir de la peine à rester immobile, ce trajet n’en finissait pas. Oh, elle aurait pu faire une sieste, mais elle était bien trop excitée pour cela ! Son amie Kojaku Tsubasa l’avait invitée à dormir chez elle pour le week-end et comme cela faisait depuis l’inter-high qu’elles ne s’étaient pas vues, Amy n’en pouvait plus d’attendre. La capitaine de Yosen féminin était du genre à être très sociable et à adorer voir ses amis, qu’elles les connaissent depuis toujours ou depuis moins d’un an comme c’était le cas pour Tsubasa.

Qui aurait cru d’ailleurs que les deux lycéennes se rapprocheraient autant ? Elles étaient si différentes. La rousse prenait grand soin de son apparence alors que la brune s’en fichait un peu. La première adorait porter des habits féminins alors que la deuxième était plus que garçon manqué. La preuve, aujourd’hui Amy avait mis un jeans délavé, mais confortable ainsi qu’un pull violet un peu trop grand pour elle, mais une fois encore bien agréable à porter. Un manteau bien chaud, une écharpe, des bottes - sans talons évidemment - et des gants complétaient l’ensemble. Pour elle, le plus important était de se sentir bien dans sa peau. Après tout, pour jouer au basketball dans les meilleures conditions possibles, il fallait pouvoir bouger avec aisance et ne pas être trop serré dans ses habits. Et comme la brune jouait dès qu’elle en avait l’occasion – et ce malgré l’interdiction des clubs sportifs de jouer en non-officiel, on est rebelle ou on ne l’est pas, hein – elle veillait à faire passer son confort avant le reste. Souriant en coin en se demandant quelle serait la réaction de son amie devant sa tenue presque négligée, la brunette se mit à bouger ses jambes sous le regard amusé de sa voisine devant tant d’impatience. Allez, Amy, courage, tu seras bientôt arrivée, ne t’en fais pas.

Un peu plus tard, la brune sauta de son siège et salua poliment et joyeusement la maman et son bébé avant de descendre du train. Pfiou, quel monde ! Son regard noisette chercha une silhouette familière parmi la foule et, dès qu’ils l’aperçurent, ses yeux se mirent à briller. Elle répondit au signe de main avant d’avancer vers Tsubasa qui l’attendait patiemment à l’écart. L’américaine se serait bien mis à courir, mais sa valise était assez lourde et encombrante. En temps normal, elle aurait pris le strict minimum, mais avec un frère comme Christopher, elle avait presque été obligée de prendre tout un arsenal d’affaires pour être sûre de ne rien manquer... Ah, les frères poules, je vous jure. Cela ne l’empêcha cependant pas de laisser tomber la grosse valise et de se jeter dans les bras ouverts de la rousse en riant. Plus affectueuse qu’Amy, cela n’existe pas, voyons ! Un petit sourire malicieux sur les lèvres devant la plainte de sa cadette, elle fit quand même attention aux cheveux bouclés et se recula au bout d’un moment. Son regard noisette pétillant de vie se mit à examiner d’un œil faussement critique son amie, puis son sourire revint en coin.

- Une jupe ? Tu es sérieuse, Tsuba’ ? Désolée, mais vu le froid qu’il fait, je préfère ma tenue...

Consciente du goût de la mode de son amie, elle la taquinait un peu dès qu’elle en avait l’occasion. Tout ceux qui la connaissaient savaient qu’elle était très malicieuse quand elle le voulait. Mais, heureusement, ce n’était jamais méchant. Assénant un petit coup amical sur l’épaule de sa hôte, Amy regarda le sachet juste après avec curiosité et espoir mêlés avant d’agrandir son sourire.

- Tu es la meilleure, tu le sais ça ? J’avais justement un petit creux. Je suis sûre qu’ils sont délicieux, mais il vaut mieux le vérifier au plus vite, tu ne crois pas ?

Elle lui adressa un clin d’œil avant de croquer dans un cookie. Un vrai délice, elle poussa un soupir de contentement, l’air d’être au septième ciel avant de pouffer devant la dernière remarque de celle qui l’avait invitée.

- Tu ne peux pas savoir, je suis é.r.e.i.n.t.é.e, très chère. Tellement que je pourrais disputer un match entier, là maintenant. Mais, ne t’inquiète pas, je vais te laisser souffler un peu avant.

Nouveau clin d’œil, puis Amy attrapa le bras de la rousse et l’entraîna vers l’extérieur en tirant sa valise de l’autre main. Ce n’était pas très pratique, mais elles feraient avec, hein et au pire elle supplierait du regard son amie de l’aider. Personne ne résistait à ses yeux doux, personne ! Quelques minutes plus tard, elles étaient arrivées dans la rue et Amy repéra tout de suite quelque chose d’intéressant. Aaaaaah !

- Oh ! Je ne savais pas qu’ils avaient construit un terrain de basket près de la gare ! C’est nouveau ? On peut aller voir ? S’il te plaît !


Elle regarda la rousse avec des yeux suppliants et adorable, espérant la faire céder. Allez, juste un coup d’œil rapide pour voir si quelqu’un jouait ! Quoi ? Si quelqu’un joue, elle va vouloir l’affronter ? Mais non, voyons, elle n’est pas si accro au basket que ça ! Si ? Et bien... Que diriez-vous de parier, messieurs dames ? ~

© CN.JUNE, NEVER UTOPIA




Let's go !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kaijo
avatar



InformationsMessages : 36
Date d'inscription : 09/01/2016
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff3e3e

RP terminés: 0

RP en cours: 3 rp


MessageSujet: Re: All which is good enough ; Amy & Faith   26.01.16 23:36

All which is good enough
Trop de passion en soi

Il fait beau. Quoi de mieux que de commencer cela par une phrase positif ! La vie de Faith vient d’être touchée par quelques choses de positif, c’est sublime ! Il est quelle heure ? Tu ne sais pas, mais assez tard pour dire que le soleil est entrain de passer les rideaux de ta chambre. Te frottant les yeux, tu avance dans ce lieu appeler chambre, qu’on va plus appeler dépotoir. Marchant avec habilité entre vêtement, reste de papier, et reste de quelques chose de non identifié, te voilà arrivé à la porte que tu ouvres mal réveillé. Vu la lumière trop forte en pleine face, les grande vitre du balcon t’aveugle de leur beauté, mais cela t’empêche pas d’aller dans la cuisine. Au petit dej ? Reste de pizza. Très équilibré dites moi. Accompagné d’un soda, encore plus équilibré ! Ce n’est pas cet homme qui va faire la cuisine, déjà qu’il l’a fait pas pour les autres, alors pour lui. Poussant son sac du canapé pour allumer la télé du salon, car celle de la chambre n’ayant pas le câble, elle est plus là pour les jeux ou les DVD.

Dessin animé au programme ? Non info ? Non ? Sport bien sûr ? Que dalle, juste du zapping intense en cherchant quelques choses qui peut occuper ton regard. Malgré les phrases passionnante du télé achat, tu jettes ton dévolu sur un jeux télévisé qui n’est aussi guère intéressant que le ménage dans ta tête. Après le petit dej terminé, ce n’est pas comme ci avec ce reste que tu vas mettre trois heures à le manger qui va occuper ta journée complète. Tu décides donc d’aller dans le seul endroit rangé : la salle de bain.

C’est donc partie pour une petite toilette avec une musique de fond, bien que tu n’écoutes pas vraiment, c’est juste pour avoir un fond sonore, te dire que tu n’es pas seul ? Non, juste que le silence c’est juste ennuyant. Puis, cela te rappelle trop ton ancien monde qu’était le travail et les sourires presque rare de cette femme appelé maman. Soupirant largement, tu enfiles un t-shirt qui sent pas mauvais et un survêtement digne des plus grand NEET. Bref, t’es aussi sexy qu’une canette de coca.

En parlant de canette, tu t’en saisis d’une que tu bois presque d’une traite, c’est limite si ce n’est pas avec ça que tu te rinces la bouche après le brossage de dent, ton hygiène de vie est à revoir mon coco. Enfin, te voilà prêt pour rester clairement chez toi. Bien que l’ennuie revient vite te saluer, c’est vrai que chez toi c’est très calme, beaucoup trop calme. Tournant ton regard vers la fenêtre dont la luminosité vient de devenir ton ami, tu approches pour ouvrir la porte fenêtre pour voir s’il fait bon.
Non il caille, mais Osef ? Ouais, Osef.

Tu décides de sortir un peu, histoire de dire à Avril que tu es sortie. Bien qu’au fond, peut être que tu veux un peu te sentir libre ? Ou simplement que sortir t’occuperas environ quelques minutes ; voir heures. Enfilant ta Parka café au lait et mettant tes bottes noires, tu termine le tout avec un bonnet à oreilles de chat noir. Tu ne sais vraiment pas si tu aimes les chats, ou si simplement tu l’as pris car c’était cool ? Ou simplement que c’était le premier bonnet arrivé sous ta main. Les lacets bien serré, tu prends ton sac de sport, sait-on jamais ? Non, t’a juste ça en sac en vrai. Pété de tune et même pas un sac potable ? Bien qu’en vrai tu ne touches tellement pas ton fric que ton père doit bien se demander si t’es pas clamsé. De toute façon, il doit ne rien à faire de toi pour adopter une autre gosse que s’occuper de toi, donc tu te fiches bien ce qu’il pense.

Te voilà en bas de ton bâtiment, c’est donc partie pour te perdre dans les grandes rues de cette magnifique ville. Bien qu’en vrai tu te balade plus en regardant droit devant toi que de t’attarder sur les vitrines où les gens qui sont aussi intéressant que ta canette de café chaud que tu bois sur le chemin. Peut être un arrêt dans un magasin ? Non pas envie ? T’es chiant si tu sors juste pour prendre l’air, tu vas vite rentrer chez toi. Enfermé dans ta bulle, tu écoutes la musique dans tes écouteurs, ignorant totalement la foule et le bruit environnant.

Pourtant, au bout d’un moment, tu as finis par t’arrêter dans un endroit que tu connais bien. Un terrain de basket. Tu es tout seul ? Bah, cela va t’occuper un peu. Arrivant donc devant le panier vide, le faux blond fixe celui-ci avec aucune envie, pourtant tu saisis ton ballon pour le lancer dans le panier, entendant le bruit du filet indiquer que c’est bien rentré. C’est fou comme cela te motive, aucun sourire, aucune envie. C’est juste pour s’occuper ? Ou juste car tu sais faire ça que tu le fais ? Bah peu importe, tu bouges le ballon dans tous les sens, le jette dans le panier, bref tu joue ton rôle d’Ailier. Même si au fond, peu importe où on t’aurait mis, tu ferais toujours cette tête dépité par toute chose. Ton pauvre ballon abimé lui doit vouloir te fuir tellement tu n’as aucune passion, le pauvre aurait sûrement aimé être dans d’autre main beaucoup plus passionné.

© ASHLING DE LIBRE GRAPH'




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Shutoku
avatar



InformationsMessages : 445
Date d'inscription : 01/03/2015
Localisation : Seirin - Akita - Camping près de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff6666

RP terminés: 0

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: All which is good enough ; Amy & Faith   29.02.16 21:01

All which is good enough.
Jackson Amy ; Kobayashi Faith & Kojaku Tsubasa

Amy s’écarta et, avec mille précautions, Tsubasa usa de sa main libre pour replacer correctement ses cheveux. Elle savait qu’ils risquaient de ne pas passer le week end, mais plus longtemps le brushing tiendrait, et plus l’espoir qu’il y survive se muerait en quelque chose d’un peu plus crédible à ses yeux. Elle espérait, presque cupidement, que le travail acharné de son coiffeur et de son manager était capable de résister aux assauts d’une pile électrique telle que l’était son amie d’Akita. Amie qui, passablement, venait de glisser un commentaire sur sa tenue du jour, à savoir une jupe en plein froid hivernal. C’était peu dire d’affirmer que la blonde était l’une de ses filles pour qui la mode passe avant tout le reste —exception sans doute faite pour le basket— et parfois même avant le confort. On pourrait presque dire fashion victim, mais elle répondrait aussitôt qu’elle ne suit pas la tendance, qu’elle préfère la lancer et n’en déplaise. On ne pourrait jamais non plus lui lancer avec sarcasme qu’elle ressemble aux mannequins photoshopées des magazines féminins actuels, parce que c’était là précisément tout ce qui lui faisait parfois manquer les cours et emplissait son emploi du temps. Mais tout ça, elle s’en fichait, elle avait grandi dans ce monde et elle l’aimait.

Parfois, sans doute, la question se posait quant à savoir comment Amy et Tsubasa, aux antipodes l’une de l’autre, pouvaient si bien s’entendre. C’était qu’elles s’étaient rencontrées en tenue semblable, ensemble sportif aux couleurs de leur école et, si d’ors-et-déjà, son côté précieuse avait détonné avec les airs plus garçon manqué de la brune, il n’en était pas moins que leur passion commune les avait réunies. Toutefois, ça n’était pas parce qu’elle acceptait le style vestimentaire de sa camarade que la Kojaku avait abandonné l’idée de la rendre plus fémnine, un jour ou l’autre. Elle y parviendrait, même si ce ne fut qu’une seule fois dans sa petite vie.

Elle haussa les épaules, sans se défaire de son sourire ; les remarques qu’on pouvait lui lancer ne l’atteignait guère plus depuis longtemps, surtout celles venues de bouches aussi taquines que pouvait l’être celle d’Amy. « Oh, crois-moi, on s’habitue. Je n’ai pas si froid, tu sais ! » Et puis, comme en réponse aux hostilités sympathiques ouvertes par sa camarade, elle laissa courir son regard sur elle, la détaillant de la tête aux pieds avec un petit air faussement suffisant, marqué de malice dans les prunelles océans. « Amy, Amy, Amy… Je crois que je vais t’emmener faire les boutiques. Tu ne repartiras pas de Tokyo sans une tenue décente venue de nos meilleures collections hivernales, sois-en sûre. » minauda-t-elle, pas peu amusée. Oh, pour sûr, qu’elle était capable de la traîner dans les plus grands magasins de la capitale toute la sainte journée… Et mieux valait ne pas se risquer à la défier à ce propos.

A sa suite, Tsubasa croqua dans l’un des cookies. Elle fut rassurée qu’il ait ce délicieux goût sucré et chocolaté que l’on reconnaissait à ces biscuits. Aussi n’avait-ce pas été le fiasco auquel elle s’attendait —peut-être y avait-il encore espoir de faire d’elle une parfaite petite ménagère qui sait y faire en cuisine. « Vrai qu’ils sont bons... J’avoue que j’avais un peu peur ! » Elle rit doucement, sans pouvoir s’empêcher de lever les yeux au ciel face aux dires de son amie ; jouer un match entier, là, maintenant ? Oh mon Dieu non, Tsubasa ne s’en sentait pas capable. Elle admirait presque sa consoeur d’avoir encore tant d’énergie à revendre après un si long trajet, et se demandait bien où est-ce qu’elle puisait toutes ses ressources. Ce devait être difficile, parfois, de vivre chaque jour aux côtés d’une fille aussi énergique…

Elle se laissa sagement entraîner jusqu’à l’extérieur, se frayant sans trop de mal un passage au milieu des voyageurs. Le froid, en sortant, vint lui mordre les joues, les jambes et les doigts, mais elle s’évertua à ne pas s’en formaliser. C’était l’hiver, et une part d’elle-même adorait cette saison et la neige qui l’accompagnait souvent. Son souffle visible dés qu’elle expirait l’avait toujours amusée, et aujourd’hui encore elle était fascinée par cette vulgaire réaction chimique de l’air chaud dans le froid qui dessinait de somptueuses volutes de fumée dans l’air.

Elle serait bien restée là, à marcher dans les rues de la ville jusqu’à chez elle, occupée à bavarder avec Amy sans détacher son regard de la buée de ses respirations, si elle n’avait pas été coupée dans son élan par l’impatience et les supplications soudaines de la brune au regard un peu trop adorable pour que l’on puisse mener la guerre à son encontre. « Oh ! Je ne savais pas qu’ils avaient construit un terrain de basket près de la gare ! C’est nouveau ? On peut aller voir ? S’il te plaît ! » Un terrain de basket. Ça faisait quelques mois qu’il se tenait là, neuf, rutilant et déjà utilisé bon nombre de fois par les jeunes de la ville. Parfois, Tsubasa s’y aventurait, et observait le jeu et les parties hasardeuses. Quand on lui prêtait attention, qu’on la reconnaissait, on lui demandait parfois de venir jouer ; tantôt elle acceptait, tantôt elle refusait. C’était selon, ses humeurs, son envie du moment, sa tenue aussi, parfois. Lorsqu’elle jouait, c’était différent des matchs avec son équipe : le basket de rue avait des codes qu’elle ne connaissait pas tout à fait, elle qui demeurait strictement scolaire et dans l’officiel. Seulement, elle l’emportait tout de même le plus souvent, peut-être parce qu’elle n’était pas n’importe qui.

Doucement, elle soupira, son regard glissant du terrain plus loin à son amie. Et puis, en sachant que, de toute façon, elle ne céderait pas, la Kojaku capitula, levant les mains dans un signe de défaite. « C’est bon, c’est bon, on y va ! Mais pas longtemps, hein… Et puis, en échange, tu subiras une longue manucure, que tu t’en iras gâcher à la première occasion. » Elle dévia donc de son but initial pour s’avancer en direction du terrain et, bientôt, le son familier d’un ballon que l’on frappe contre le sol lui parvint, et son pas se fit peut-être un peu plus hâtif, la blonde rendue curieuse de savoir qui jouait par un temps si glacial.

Lorsque le joueur fut en vue, elle ralentit et prit le temps de l’observer ; il ne lui disait rien, mais elle ne le voyait que de biais, emmitouflé dans une parka et les cheveux en partie dissimulé sous un bonnet. Elle jeta un coup d’oeil à Amy, l’incitant à laisser sa valise là, hors du terrain, et posa son sachet de cookies dessus. Alors, cédant à son envie de l’instant, elle s’avança, et attendit que le ballon rebondisse jusqu’à elle pour s’en saisir. Quelques secondes, elle l’observa entre les mains. Et puis, elle releva les yeux vers l’inconnu qui leur faisait face. « Tu es bien courageux de sortir jouer seul par un tel froid. » Elle avisa le panier, non loin de là et, un instant plus tard, elle tira sans crier gare. Le ballon tourna sur le cerceau, fit un tour et puis deux, avant de daigner rentrer à l’intérieur, s’en allant rebondir contre le sol. Elle le récupéra, et le lança entre les mains du garçon.

« Je m’appelle Kojaku Tsubasa. Elle, c’est Jackson Amy. Et toi ? » Elle-même ne l’avouerait pas, mais l’envie de jouer venait de s’immiscer un peu partout en elle. Oui, ses doigts lui picotaient, la démangeait à l’idée de faire une petite partie purement amicale. Mais ça, non, elle ne le dirait pas… Amy s’en chargerait sans doute à sa place.

Emi Burton



FicheRP'sLiens
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yosen
avatar



InformationsMessages : 389
Date d'inscription : 21/02/2014
Localisation : Quelque part <3
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #cc00cc

RP terminés: 7

RP en cours: 6


MessageSujet: Re: All which is good enough ; Amy & Faith   03.03.16 16:46


All which is good enough
La jeune américaine ne savait vraiment pas comment Tsubasa pouvait s’habiller comme ça en plein hiver. Même en tenue de froide saison, elle-même avait froid. Son amie avait un chauffage intégré ou quoi ? Mais elle ne la jugeait pas, après tout elles étaient différentes et c’était bien pour ça que c’était plus amusant. En tout cas, la blonde ne semblait pas prendre mal sa remarque, tant mieux. De toute manière, Amy ne se serait pas permis de blesser son amie, si elle l’avait taquinée c’était bien parce qu’elle savait qu’elle le prendrait bien. La brunette leva les yeux au ciel quand son amie reprit la parole. Le shopping, elle n’avait que ça en tête ou quoi ? Mais son sourire amusé prouvait qu’elle s’amusait du sens de la mode de la miracle. Si elle pouvait lui faire plaisir, elle le ferait, Amy avait le cœur sur la main, après tout. En plus, ce ne serait pas si terrible... Avec un peu de chance.

La brune la regarda manger un cookie et l’imita, ils étaient vraiment délicieux et le train ça creusait. Les deux filles finirent par sortir et ce fut là que la plus âgée aperçut le terrain. Que ton âme puisse reposer en paix, Tsubasa... Amy était toute excitée. Un terrain de basket dès son arrivée à Tokyo, il n’y avait rien de mieux à ses yeux ! Surtout que cela les réchaufferait un peu de jouer. Allez, Tsubasa, dis oui, dis oui, dis ouiiiii. Le sourire de la brune s’élargit jusqu’à ses oreilles quand son amie capitula, levant les bras au ciel. Mais le sourire se fana rapidement, laissant place à une affreuse grimace. De la manucure ? Pitié, tout, mais pas ça !

- Si je n’avais pas autant envie d’aller voir, je refuserais catégoriquement... Mais je suppose que c’est la moindre des choses pour te remercier.


Faire ce genre de trucs pour filles lui donnait presque la chair de poule. A moins que ce soit le froid, qui sait. Attrapant la main de son amie, Amy la traîna jusqu’au terrain en sautillant gaiement, oubliant presque la manucure prochaine. Presque. Si elle pouvait faire changer d’avis la blonde, elle le ferait. Ce n’était pas très loyal, mais c’était une question de vie ou de mort ! Si certaines personnes, ses frères de cœur en tête, l’apprenaient, sa fierté en prendrait un sacré coup. Sans compter qu’elle préférait faire les choses qu’elle aimait et sans aucun doute la manucure n’en faisait pas parti. Comme le shopping pour autre chose que des articles de sport. Mais, bon, il fallait parfois faire des efforts dans la vie. Il fallait prendre ça un peu comme un voyage spirituel ou un truc dans le genre. Cela ne pouvait pas être aussi terrible, et non la jeune fille n’essayait pas de se convaincre pour se rassurer. Pas du tout.

Une fois arrivées au terrain, Amy s’aperçut comme Tsubasa qu’un garçon était déjà présent et en train de jouer. Parfait, il avait un ballon. Cela faciliterait les choses. La brune, les yeux pétillants de joie, regarda son amie attraper le ballon et tirer. Dans le mille, bien entendu. Les filles de la Génération des Miracles n’étaient pas les meilleures pour rien, après tout. Même si la brune se défendait pas mal non plus. Le garçon recupéra son ballon après que la blonde le lui ait lancé et Amy se contenta d’observer et d’écouter pour l’instant. Mais, bien sûr, cela n’allait pas durer. Elle ne restait jamais muette bien longtemps. Et là, son impatience atteigniat des sommets. Qu’est-ce qu’elle avait envie de prendre ce ballon et de jouer, là tout de suite ! La patience n’était pas son fort, surtout quand il s’agissait de basketball.

- Salut ! Désolée de te déranger, on avait envie de voir le terrain, enfin surtout moi. Tsubasa a été assez gentille pour me suivre. Cela vous dit qu’on joue un peu tous les trois ? Cela nous réchauffera et c’est amusant ! Même si on est en nombre impair, cela doit être possible de faire quelque chose.

Les yeux chocolat de la brune suppliaient presque. Allez, dites oui, vous deux. La Yosenienne n’était pas sûre de tenir bien longtemps en place. Et si son énergie explosait, ce ne serait bon signe pour personne. Il valait mieux désamorcer la bombe avant qu’elle ne vole en éclats. Pour le bien de tous.

© CN.JUNE, NEVER UTOPIA




Let's go !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: All which is good enough ; Amy & Faith   

Revenir en haut Aller en bas
 

All which is good enough ; Amy & Faith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat
» Shopping Trip [Faith]
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroko's Basket, le forum RPG ::  :: Tōkyō et ses alentours :: Ville-