The Basketball Which Kuroko Plays
 
Bienvenue sur KnB-RPG, jeune Rookie !
Tout le monde doit signer le règlement & se recenser ! N'oubliez pas de voter !
Merci de favoriser le choix de personnages du manga en priorité ! 50 pockys offerts pour tout prédéfini prit
Les lycées Seiei, Fukuda Sogo, Kirisaki Daiichi, Shutoku et Kaijo recherchent des membres !

Partagez | 
 

 J'ai beau être matinale, j'ai mal.... [ PV Midorima Shintaro ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Kaijo
avatar



InformationsMessages : 45
Date d'inscription : 23/01/2016
Agenda RPG


MessageSujet: J'ai beau être matinale, j'ai mal.... [ PV Midorima Shintaro ]   03.03.16 14:27

⎡J’ai beau être matinale, j’ai mal…⎡
avec Midorima Shintaro


La sonnerie stridente de son réveil se mit à retentir dans la chambre de Kureha. La jeune fille dormait bien et elle fut tentée un instant d’appuyer sur son maudit radio réveil pour se replonger un peu plus dans le sommeil qu’elle aimait tant. Ne disait-on pas que pour avoir un beau teint il fallait être assez reposée ? Biiiiiien ~ Maintenant que l’on était d’accord, elle allait pouvoir se blottir encore un peu sous sa couette pour espérer se rendormir… ceci, évidement, dans l’unique but d’avoir le teint le plus parfait qui soit et la mine la plus radieuse possible. C’était son devoir en tant qu’idole…. Ouais…. La vie de star est ingrate que voulez-vous… devoir dormir pour avoir bonne mine, c’est tellement difficile….

Mais moins que ce maudit réveil qui n’en finissait plus de bipper et de rappeler à Kureha que malgré la bonne conscience qu’elle essayait de se donner… elle devait se lever !

Un petit gémissement lui échappa et sa main retomba lourdement sur le petit appareil qui se tue enfin. Un long soupire lui sorti de ses lèvres alors qu’elle se redressa assise dans le lit. On avait beau être en plein été, la jeune fille dormait sous sa couette. Ce n’était pas une question de frilosité mais juste qu’elle ne supportait pas d’être découverte.

Un bâillement lui échappa et elle étira ses membres encore engourdis avant de se mettre debout. Non… ce matin elle n’était pas motivée à aller courir… Elle savait toutefois que son footing matinal était la meilleure façon pour la réveiller et lui faire démarrer la journée plus agréablement ensuite.

Vêtue de son pyjashort en coton jaune, elle sortit de sa chambre pour prendre la direction de la cuisine commune de la pension où elle logeait. Il n’y avait pas à dire, Kureha aimait cet endroit ! Et elle aimait d’autant plus la logeuse et propriétaire de l’établissement qui mettait un point d’honneur à préparer chaque maint un petit déjeuner de roi à chacune des pensionnaires

La pension n’était pas un grand établissement. C’était une maison au style extérieur assez ancien mais à la modernité intérieure toute récente. Elle était composée d’un rez de chaussés comprenant les parties communes comme un salon, une salle de repos, un onsen, une cuisine assez vaste et les appartement privé de Chitose, la propriétaire. A l’étage, il y avait les chambres des pensionnaires qui était au nombres de cinq. Pas plus. Cela donnait réellement l’impression d’une petite famille et Kureha s’entendait merveilleusement bien avec tout le monde excepté la fille de la chambre 5. D’ailleurs cette dernière ne s’entendait pas avec grand monde et elle ne cherchait pas réellement s’intégrer au reste de la petite communauté.

Armée d’un chouchou dans ses mains, Kuréha était en train de s’attacher les cheveux en une queue de cheval relativement haute tout en descendant les quelques marches qui conduisaient au niveau inférieur. Une agréable odeur de café avait envahi les couloirs et la jeune chanteuse ne peut s’empêcher d’avoir l’eau à la bouche rien qu’en pensant au festin qui devait l’attendre sur la table de la cuisine

Elle pénétra dans la pièce et lança un « bonjour » à la cantonade accompagné d’un sourire qu’elle destina à Chitose. Une fois n’est pas coutume, Kureha était la première levée ! Il fallait dire que c’était les vacances d’été et que plusieurs des filles de la pension étaient retournées dans leur famille pour cette période un peu spéciale. Kureha, elle, était restée en raison de son travail et de la nécessité de se rendre souvent à son agence située à quelques pas !

Kureha prit place sur un des tabourets hauts de la cuisine. Aujourd’hui, c’était petit déjeuner à l’occidental ! Café, céréales, laitage, fruits et….. viennoiseries !! On mon dieu ce que Kureha adorait ces déjeuners-là ! Les croissants au chocolat et les pains au raisins en particulier. Elle ne se fit d’ailleurs pas prier pour tendre la main vers la corbeille afin de se saisir d’un Escargots tant convoité !

La demoiselle croqua dedans et son visage prit une coloration rosée. C’était délicieux !! Vraiment !! Elle se dandina sur sa chaise tout en finissant la viennoiserie en quelques coups de dents supplémentaires

« Tu vas faire ton jogging matinal ? »

La jeune fille acquiesça d’un signe de tête avant de porter sa tasse de chocolat chaud à ses lèvres. Elle avait beau aimé l’odeur du café, elle ne supportait pas pour autant le gout de ce liquide dans sa bouche. Trop acre, trop fort… et surtout pas assez sucré !

« Est-ce que ça vous dérange si je prends Soichiro avec moi ? »

Kuréha aimait bien faire son jogging avec le chien de la pension. Le fait qu’elle était accompagnée de son chien suffisait souvent à éloigner les passants qui voulaient l’accoster. Elle avait aussi le sentiment d’être un peu plus en sécurité à ses coté. Soichiro n’était pas un rottweiler ou un berger allemand mais il était malgré tout assez massif pour suffire à lui seul de dissuader certaines personnes. Et puis Soichiro avait une grosse qualité ! C’était un chien ! Aussi il n’était pas rare qu’il veuille s’arrêter souvent pour renifler un mur, un poteau ou toute autre curiosité attirant son flair canin ! Il y avait là autant d’excuses données à Kureha pour faire une pause ! Courir c’est bien ! mais s’arrêter de temps en temps pour marcher et flâner c’est encore mieux !

Une fois qu’elle eut le consentement de sa logeuse, Kureha la remercia avec un grand sourire. Elle finit sa tasse de chocolat et elle débarrassa sa table en prenant soin de ramasser les miettes et de mettre ses couverts et sa tasse dans le lave-vaisselle. Un chipa un dernier pain aux raisins qu’elle emballa précieusement dans un papier alimentaire avant de s’éclipser pour retourner dans sa chambre.

Une fois dans son petit quartier privé, elle déposa sa collation sur son bureau et se dirigea vers sa penderie pour prendre de quoi se vêtir. Un legging noir, un t shirt rose flashy par-dessus lequel elle enfila un hoodie blanc. Voila ! elle était fin prête ! Elle enfourna sa viennoiserie dans la poche ventrale de son sweat shirt accompagné de son lecteur MP3. Jamais elle ne courrait sans être accompagnée par de la musique pour lui donner le rythme de ses foulées.

Elle attrapa une paire de baskets running puis elle se rendit au rez de chaussés pour les enfiler par-dessus ses socquettes blanches. Dehors, Soichiro semblait déjà savoir ce qui l’attendait. Dès qu’il l’aperçu, le chien se mit à faire des bonds pour témoigner de son impatience à aller se balader. Kureha lui enfila donc son harnais qu’elle accrocha au bout d’une laisse épaisse de couleur rouge

« Allez c’est parti Soi ! »

Elle posa son casque sur sa tête et régla le MP3 sur un de ses morceaux préféré « Map of problematique » d’un groupe anglais qu’elle écoutait souvent en boucle.

Voila… elle commença à trottiner dans les rues de Tokyo. Ce n’était jamais agréable de courir sur les trottoirs. Il y avait beaucoup de passants, le bruit de la circulation passait au-dessus de sa musique qu’elle n’étendait qu’à peine, sans parler du décor citadin qui n’était pas des plus plaisants. Aussi, elle prit la direction du parc Inokashira il était un véritable poumon au cœur de la capitale. Un havre de paix et un appel à la relaxation ! Elle adorait se baladait là-bas ! Et il y avait pas mal de runner qui avaient élu ce parc comme rendez-vous matinal pour leur footing.

Les foulées de Kureha n’étaient pas très amples. Elle trottinait plus qu’elle courrait. Elle ne savait pas si cela avait une réelle incidence bénéfique sur son cardio et sa santé mais elle se plaisait à croire que oui.

Dodelinant la tête au rythme de sa musique, elle s’était même mise à chantonner en sourdine, faisant fi de sa respiration sur laquelle elle aurait dû rester concentrée pour éviter un point de côté. Pliée en deux, elle tenait la laisse de Soichiro tout en appuyant sur ce point particulièrement douloureux qui la coulait sur place. Voilà pourquoi elle n’aimait pas le sport ! C’était toujours synonyme de souffrance ! En été c’est les points de côté et en hiver c’est le froid qui brulent atrocement les voies respiratoires !

Tout d’un coup, sans qu’elle ne puisse faire quelque ce soit, Soichiro aperçu un autre chien qui était en train de jouer avec son maitre à rapporter un frisbee. L’animal tira vivement sur la laisse, surprenant la jeune chanteuse

« HA ! Non ! SOICHIRO !!! »

Le chien venait de se défaire de son emprise et sous le poids et la vivacité de l’animal, Kureha fut propulsée au sol. Il fallait dire qu’avec sa petite taille et son poids plume, elle ne faisait pas le poids face à la force colossale du chien. Allongée de tout son long dans le sentier, elle regardait avec impuissance le sale cabot courir pour rejoindre son copain à quatre pattes

« SOICHIRO ! »

L’animal filait à vive allure. Il se rapprochait d’un autre jogger, grand, aux cheveux verts, qui approchait dans sa direction

« S’il vous plait !! Arrêtez mon chien ! Je vous en prie !! »


Kuroko's Basket






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Shutoku
avatar



Informations Féminin Messages : 635
Date d'inscription : 20/04/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #339900

RP terminés: 4

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: J'ai beau être matinale, j'ai mal.... [ PV Midorima Shintaro ]   08.03.16 22:07

J'ai beau être matinale, j'ai mal...
feat. Aoki Kureha




Midorima était un lève-tôt.

Du plus loin qu’il se souvienne cela avait dû lui arriver qu’une dizaine de fois de faire une grasse matinée, et la moitié du temps pour cause de maladie carabinée... La grippe ça vous change un homme (bande de petites natures). La principale raison à cela, c’est que le vert trouvait qu’il était une perte de temps que de dormir plus des 8 heures recommandées par nuit. Du coup, il ne se faisait pas prier pour quitter son lit lorsque son réveil sonnait, que ce soit en semaine ou le week-end... Même si, et ça c’est un secret, le vert s’octroie en réalité une heure de sommeil en plus le dimanche... Mais bien sûr cela reste entre nous !

En tout cas, ce samedi matin n’était en rien différent de tous les autres. Shintaro s’était réveillé dès la première sonnerie stridente du réveil pour l’éteindre et ne plus avoir à l’entendre avant le lendemain, et il avait fait un passage rapide à la salle de bain. Son petit-déjeuner bercé par les paroles astrologiques d’Oha-Asa, et Midorima était près à attaquer sa journée de non-labeur.

Aujourd’hui les cancers étaient premiers, et son objet du jour était un bouquet de tulipes... Il n’avait malheureusement pas cela chez lui, il serait donc obligé de sortir pour s’en procurer un. Mais cela n’était pas si grave, il devait de toute façon aller faire son jogging alors autant qu’il court tranquillement jusque chez le fleuriste en comptant sur sa bonne étoile pour qu’il ne lui arrive rien de fâcheux en route comme une entorse ou un tank qui vienne l’écraser –tout est possible à Tokyo.

Et oui mes amis, Midorima entretient sa forme quasiment tout les jours, même lorsqu’il n’a pas d’entrainement. C’est important d’avoir une activité physique régulière, et c’était d’ailleurs dans cette optique de santé physique et de musculation qu’il laissait Takao pédaler chaque jour la charrette jusqu’au lycée. Pourquoi ce n’était jamais lui ? Et bien parce que....parce que... Hm... Oui bon en fait Shintaro ne sait pas faire de vélo, voilà c’est dit. Arrêtez de vous moquer. Du coup, il ne pouvait pas pédaler, nous sommes d’accords, sauf qu’il ne se laisse pas aller le bougre, que nenni.

Outre le fait que Shintaro soit toujours un des derniers à quitter l’entrainement (le vert ne sortait pas du gymnase avant avoir lancé au moins 80 ballons. Comme ça, il était sûr de réussir à tenir la cadence durant les matchs), il faisait un jogging d’au moins 30 minutes chaque samedi et dimanche matin. C’était normalement une activité qu’il pratiquait avec Takao mais ce dernier était chez ses grands-parents pour le week-end et il ne pouvait pas se priver d’eux le temps d’une course à pieds, Midorima ne le permettrait pas.

Du coup, le vert sortit de chez lui après une courte préparation consistant à l’enfilage d’un short, d’un tshirt et de baskets. Et non, Midorima ne faisait pas partie de la majorité des joggeurs ayant besoin de musique pour courir. De toute façon, ce qu’il écoutait ne se prêtait pas des masses à l’exercice physique, le piano était quelque chose qui le calmait et non le motivait... Takao lui avait un jour prêté son MP3 afin qu’il profite des joies d’un rythme entêtant et que ses foulées se calent sur le rythme de la musique... Mais non, le vert avait faillit jeter le baladeur dans la rivière tellement les voix des chanteuses l’exaspérait...

Cependant, Midorima profitait souvent de ces moments de solitude pour avoir de longues réflexions sur la vie, comme lorsqu’on est à la douche oui, ce genre de choses. En effet, ceci était impossible lorsque Takao était là, vu que cet énergumène passait son temps à blablater sur tout et rien, cassant donc son rythme cardiaque, on ne parle pas en courant et Shintaro avait beau le lui avoir un milliard de fois, ça entrait par une oreille pour ressortir par l’autre aussitôt...

Seulement voilà, aujourd’hui les pensées de Midorima furent coupée nettes. Pas par Takao non, pas toujours le même, le pauvre. Mais son attention fut attirée par les cris provenant sans nul doute d’une jeune demoiselle vu que la voix était assez aigue –ce sens de l’observation.... !

-SOICHIRO !

Midorima tourna la tête sut le côté où il entendait la voix pour voir une jeune fille au sol avec un chien qui courrait en sa direction. Il ne savait pas encore si c’était envers lui qu’il en avait ou tout autre chose, mais le fait était qu’il fonçait sur lui à vive allure.

-S’il vous plait !! Arrêtez mon chien ! Je vous en prie !!

Le temps que l’ordre lui parvienne, le chien était à deux doigts de lui passer sous le nez, et il eut à peine le temps de se stopper afin de ne pas le percuter. Ce n’était pas le moment de faire une mauvaise chute, surtout après avoir acheté une nouvelle paire de lunettes... Et puis les graviers ce n’était pas le matelas le plus confortable sur lequel s’allonger, nous sommes bien d’accords.

Midorima eut tout juste le reflexe de mettre son pied sur la laisse qui trainait par terre derrière le cabot, ce qui eut pour effet de le couper dans son élan et de l’étrangler légèrement avant de le stopper dans sa course folle. Pas que Shintaro ne voulait se montrer violent envers l’animal ou lui faire quelconque mal, mais il ne voulait pas non plus lui courir après comme un dingue... Du coup, cela avait au moins eut le mérite de le calmer, il n’avait qu’à écouter sa maitresse aussi voilà !!

Du coup, le vert se pencha pour récupérer la laisse bloquée sous son pied et tira le chien jusqu’à la jeune fille maintenant relevée.

-Vous allez bien ? J’ose espérer que vous n’avez rien de casser...

Le vert se pencha un peu pour inspecter la demoiselle sans pour autant se montrer intrusif dans son espace vital, lui-même détestait cela, et comme on dit « ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse ». Lorsqu’il fut assuré que la charmante demoiselle n’avait rien, il lui tendit la laisse du chien, ma foi, presque aussi gros qu’elle. Ou c’était elle qui était presque aussi petite que le chien ? Allez savoir, de toute façon Shintaro avait une vision assez faussée des grandeurs à cause de la sienne, presque tout le monde lui paraissait bien petit... Mis à part Murasakibara... Imaginez donc ce que ce dernier doit ressentir... Mais certainement que celui là ne ressent que la faim en fin de compte... Bref...

-Faites attention quand même, vous auriez pu vous faire mal...

Shintaro fit un signe de tête à la jeune fille et recula d’un pas, prêt à reprendre sa course, vu qu’il n’avait plus vraiment grand-chose à faire ici maintenant que cette dernière avait récupérer son chien...








I kissed a boy and i liked it ♫


Too much cuteness:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/5596854/Grwn

Kaijo
avatar



InformationsMessages : 45
Date d'inscription : 23/01/2016
Agenda RPG


MessageSujet: Re: J'ai beau être matinale, j'ai mal.... [ PV Midorima Shintaro ]   30.03.16 9:05

⎡J’ai beau être matinale, j’ai mal…⎡
avec Midorima Shintaro




Poids plume…..

C’est sans doute le qualificatif principal pour décrire le physique de Kureha. Elle n’était pas grande comme la majorité des idoles concurrentes. Elle n’avait pas de longues jambes interminables. Elle ne dépassait même pas le mètre soixante. On lui avait même refusé une fois de monter dans un manège à sensations fortes sous prétexte qu’elle ne faisait pas la taille minimum requise. Vous imaginez ? Si ce n’est pas la honte ca quand même…..

L’avantage c’est avec sa taille mini size, les gens la prenaient souvent pour plus jeune qu’elle ne l’était réellement. Kureha voyait cela comme un avantage. Etre idole à 19 ans…. Souvent cela annonce l’approche d’une fin de carrière imminente. Mais dans son cas elle n’avait aucune inquiétude. Certes elle savait pertinemment qu’elle ne pourrait pas continuer à chanter jusqu’à la fin de sa vie et qu’il faudrait qu’elle se reconvertisse dans une vie loin de la scène. Mais pour le moment, elle profitait pleinement de tout ce que sa carrière d’idole avait encore à lui offrir. Elle était heureuse de faire ce métier même si cela demandait de nombreux sacrifice et beaucoup d’investissement. Tout ce que le public lui donnait suffisait à la récompenser des efforts qu’elle fournissait au quotidien. Et tant pis si elle avait dû redoubler plusieurs fois. Et tant pis si elle loupait encore des cours…. Tant pis aussi si elle n’avait pas de vrais amis…. La difficulté quand on est « célèbre » c’est de savoir si les amis vous apprécient pour ce que vous êtes ou pour ce que vous représentez….

Les amis de la jeune fille se comptait sur les doigts d’une seule main : Hanamiya Makoto, un garçon à qui elle devait énormément. Et Kise Ryota, son meilleur ami, son confident. Quant aux filles ? Kureha n’avait aucune amie…. Ryota lui avait une fois expliqué que ça devait être due à de la jalousie.... Si Kureha avait été attristée par cette hypothèse elle avait fini par se faire à l’idée et penser que tant pis, ça ne servait à rien d’avoir des amis à la pelle, que les deux seuls qu’elle avait lui suffisait amplement !

Mais des fois, quand elle se retrouvait toute seule dans la chambre de la pension, elle n’aurait pas été contre avoir une amie à qui envoyer des textos pour raconter le déroulement de sa journée…. Elle aurait bien aimé avoir quelqu’un sur qui elle pouvait compter en toute circonstance et se savoir présente et importante en retour pour cette personne également. C’était déjà le cas avec Ryota bien sure mais…. Elle se voyait mal confier ses problèmes féminins à son meilleur ami mannequin…. Non… vraiment ça ne le faisait pas !

Tout ça pour dire que le gabarit de la jeune chanteuse n’avait pas fait le poids face à la force bestiale de Soichiro quand ce dernier avait tiré sur sa laisse. La pauvre demoiselle s’était étalé de tout son long sur le chemin de graviers du parc en assistant avec impuissance à la course folle de son animal.

Elle n’avait pas réfléchi. Dès qu’elle avait vu son chien foncé vers le joggeur aux cheveux verts qui arrivait en face, elle lui avait hurlé de bien pouvoir stopper l’animal. Imploré aurait même été le mot exact. Il ne fallait surtout pas que Soichiro s’échappe ! Imaginer que le chien s’évade du parc pour se perdre dans l’immensité de Tokyo…. Non ! A cette simple pensée Kureha se sentait proche de la syncope. Il n’était pas envisageable qu’elle retourne à la pension pour annoncer à sa logeuse que son animal si précieux lui avait échappé et qu’il s’était perdu dans la ville. Sans parler du risque considérable qu’il se fasse renverser par une voiture…. non non non et renon ! Cet inconnu était son seul et unique espoir. La jeune fille mettait en lui tout ce qui lui restait d’espérance.

Elle assista, impuissante, à la surprise du jeune homme qui eut malgré tout le réflexe de mettre son pied sur la laisse de Soichiro. L’animal s’immobilisa immédiatement avant d’être tiré par le garçon qui tenait la laisse dans sa main dont Kureha remarqua qu’elle était bandée. Il devait s’être blessé… Elle espérait que son stupide cabot n’allait pas avoir la brillante idée de tirer brusquement sur la laisse au risque de blesser encore davantage la main de son sauveur numéro deux ( le numéro uno étant Makoto )

Kureha se releva doucement. Ses genoux étaient légèrement écorchés par la gamelle qu’elle venait de se prendre. Son legging noir, poussiéreux, ne montrait cependant aucune trace de trous ou de détérioration. Elle eut juste une petite grimace qui passa sur ses lèvres quand elle passa ses mains sur ses articulations amochées.

-Vous allez bien ? J’ose espérer que vous n’avez rien de casser...


Kureha s’appliqua a afficher un sourire sur son visage malgré la grosse frayeur que venait de lui faire son chien et malgré les picotements incessants de ses genoux abimés. Elle releva alors la tête vers le garçon et s’immobilisa soudainement.

Il était grand….

Très grand….

Ou bien était-ce elle qui était trop petite ? Le sommet de sa tête arrivait à grande peine au niveau de la poitrine du garçon. Devoir relever la tête ainsi pour la regarder lui déclenchait quelques étirements au niveau de la nuque. C’était la première fois qu’elle voyait quelqu’un d’aussi grand ! Pourtant Ryota n’était pas petit !!! Makoto non plus d’ailleurs…. Mais lui, il était hors compétition !!

Son visage à la peau pâle était bordé par des cheveux d’une couleur atypique mais qui ajoutaient une petite touche d’originalité et de fantaisie à ce visage fermé et stricte. Il avait toutefois l’air inquiet pour elle alors Kureha se devait de le rassurer. Et de le remercier !

Elle se pencha dans une courbette parfaitement exécutée, les cheveux prisonniers de sa queue de cheval retombèrent sur le côté gauche de son visage.

« Merci. Merci infiniment pour avoir récupérer mon chien. Sans vous j’aurai été bien embêtée ! »

Elle se redressa tout en souriant

-Faites attention quand même, vous auriez pu vous faire mal...

Un petit rire échappa à Kureha alors qu’elle tendit la main vers celle de l’inconnu en vue de récupérer la laisse de Soichiro.

« Je vais bien ne vous en faites pas ! »

Elle se pencha alors vers son chien auquel elle adressa un regard rempli de colère. Les poings posés sur ses hanches dans une position typiquement énervée, elle se pencha vers l’animal qu’elle comptait bien sermonner

« Tu ne me refais plus ça Soi ! La prochaine fois je te laisserai à la pension ! Voilà ! Puni ! C’est pas gentil ce que tu as fait ! Qu’est ce que j’aurai dit à Chitose si tu t’étais enfui ? Hein ? »


Incapable d’être fâchée plus longtemps contre l’animal qu’elle appréciait tant, Kureha tendit sa main vers lui pour lui caresser la tête. Il était tellement heureux qu’il se mit à remuer la queue comme si aucune remontrance venait d’avoir lieu….

Le temps qu’elle relève la tête, l’inconnu s’était déjà remis en route. Il avait repris son footing dans le parc laissant la jeune fille et son chien derrière lui. Mince alors ! Kureha ne connaissait même pas son nom ! C’était quelque chose dont elle avait horreur ! Elle n’aimait pas croiser des visages, échanger des paroles avec quelqu’un sans savoir à qui elle parlait. Ce n’était pas de la curiosité ! C’était simplement…. Comment dire…. Ne vous est-il jamais arrivé de croiser quelqu’un dans la rue et de vous dire que vous ne reverrait peut-être plus jamais cette personne de votre vie ? Et bien voilà, Kureha avait ce sentiment là…. Le sentiment que ce garçon aux cheveux verts était entré dans sa vie et qu’il allait en sortir tout aussi rapidement sans qu’elle ne sache ne serait-ce que son nom….

Ne souhaitant pas se résigner à cette fatalité, la jeune fille se remit à son tour à courir. Elle courrait en direction de son sauveur canin, tenant fermement la laisse de Soichiro pour ne pas qu’il lui échappe de nouveau.

Il lui fallait allonger les foulées et redoubler d’ardeur pour réussir à le rattraper. Lorsque ce fut le cas, le souffle coupé et un poing sur le côté, elle posa sa main sur le bras du garçon pour attirer son attention

« S’il… s’il vous plait ! » haletât-elle entre deux respirations saccadées « Je… je ne connais même pas votre nom….. Je…. Je m’appelle Aoki Kureha…. »

Il allait sans doute la trouver stupide de se mettre dans un tel état uniquement pour faire des présentations en bonne et due forme. Ou bien allait-il la trouver lourde ? Peut être ne voulait-il pas être dérangé durant son jogging matinal…. Les lunettes noires et rectangulaires qu’il portait sur le bout de son nez ne faisaient qu’amplifier son côté sérieux et intransigeant. Ça lui donner un air austère que Kureha se sentait prête à braver malgré tout étant donné qu’elle ajouta

« Je suis du lycée Kaijo…. A Kanagawa… vous voyez où c’est ? Je…. Désolée si je vous embête…. Mais je trouve ça trop nul de ne pas connaitre votre nom alors que vous m’avez tiré une sacrée épine du pied »

Les yeux ambrés de la jeune fille s’accrochèrent à ceux du garçon. Elle réussissait enfin à reprendre sa respiration et un de ses sourires illumina de nouveau son visage

« Vous allez peut être me trouver pénible…. Collante…. Lourde ou carrément chiante ! Mais ça vous dira qu’on fasse un peu notre footing ensemble ? C’est pourrait être sympa non ? C’est toujours mieux que d’être tout seul…. C’est triste la solitude, vous ne pensez pas ? »



Kuroko's Basket


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Shutoku
avatar



Informations Féminin Messages : 635
Date d'inscription : 20/04/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #339900

RP terminés: 4

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: J'ai beau être matinale, j'ai mal.... [ PV Midorima Shintaro ]   12.04.16 14:50

J'ai beau être matinale, j'ai mal...
feat. Aoki Kureha




Midorima n’aimait pas vraiment les animaux...(mis à part son faucon favori).

Bien sûr jamais de la vie il n’allait leur faire du mal intentionnellement... En vérité, Shintaro ne ferait même pas de mal à une mouche... Ou si, peut-être les mouches en fin de compte, parce qu’est vraiment chiant comme bestioles... Mais outre ces dernières créatures immondes, c’était un vrai agneau ! Alors oui, l’idée de faire des paniers avec Nigou, le chiot de Kuroko, lui avait déjà traversé l’esprit une paire de fois, notamment lorsque ce dernier avait décidé de prendre la charrette pour un caniveau... Mais bon tout le monde est témoin pour dire qu’il ne l’avait finalement pas fait.

Enfin soit, si le vert ne possédait pas d’animal, c’était parce qu’il n’en voyait déjà pas l’intérêt. Il ne se sentait pas seul au point de discuter avec une boule de poils, de plumes ou d’écailles, et puis cela prenait beaucoup trop de temps d’entretien. Que ce soit des balades avec un chien, nettoyer la litière du chat ou l’aquarium du poisson... Tous ces gestes à répétition pour espérer que ce dernier ait une bonne hygiène... Non.

En plus c’était pour avoir quoi en retour ? Des poils sur chaque surface de la maison ? Une souris éventrée sur le tapis ? Un réveil aux aurores à l’aide de léchouilles ? D’ailleurs en parlant de léchouilles, c’était immonde... Se faire lécher le visage par un animal venait de se lécher les parties...qui avaient d’ailleurs trainé on ne sait où à l’air libre et à la vue de tous...

Décidément ce n’était pas quelque pour notre cher et précieux Midorima.

Pourtant il avait déjà eu la responsabilité d’un animal personnel. C’était une petite tortue. Bon il était jeune, et la bête ne demandait que peu de soins... Mais il avait tout intérêt à les lui dispenser... En effet le vivarium du reptile sentait une odeur de mort si ce dernier n’était pas nettoyer très régulièrement.
Il l’aimait bien sa tortue, c’était sympa... mais sans plus. Il la regardait des fois, et c’est tout. Vous voulez faire quoi de plus avec ça ?

Quand cette dernière est décédée, ses parents lui avaient proposé un animal avec un peu plus de responsabilités, mais le vert n’avait jamais accepté. Un chien ferait bien trop de bazar dans la maison, entre les poils et les meubles grignotés... Un chat ? Midorima détestait ces bestioles depuis le jour où il s’était fait griffer.... sale bête du diable ! Un poisson ? Un oiseau ? Une méduse ? Tout ceci n’était pas plus utile qu’une tortue...

Autant ne rien avoir donc.

Et à vrai dire, la mésaventure de la jeune fille devant lui le confortait dans cette idée... Si c’était pour se faire trainer à même le sol pour promener son cabot, c’était même la peine d’y penser. Alors certes, ce genre de choses avait peu de chances de lui arriver comparer à la demoiselle qui ne devait pas peser grand-chose, mais bon, l’idée était la même.

La demoiselle fit une petite grimace, elle avait dû se faire quand même un peu mal, mais cela ne semblait pas grave alors ce n’était plus la peine de s’inquiéter, plus de peur que de mal en fin de compte. La jeune fille se pencha soudainement dans une courbette parfaite.

-Merci. Merci infiniment pour avoir récupérer mon chien. Sans vous j’aurai été bien embêtée!

-Ce n’est rien voyons, si j’ai pu vous aider c’est le principal.

Midorima remonta ses lunettes de sa main bandé avant de rendre la bête à sa propriétaire qui avait décidé de le gronder comme un gosse qui venait de faire une bêtise...

-Tu ne me refais plus ça Soi ! La prochaine fois je te laisserai à la pension ! Voilà ! Puni ! C’est pas gentil ce que tu as fait ! Qu’est ce que j’aurai dit à Chitose si tu t’étais enfui? Hein?


Cela avait l’air d’être d’une efficacité sans pareil.........Notez l’ironie.

La petite joggeuse venait d’utiliser le nom de Chitose, bien sur le vert ne connaissait pas cette personne, mais du coup, cette dernière devait visiblement être la véritable propriétaire du chien si ses suppositions étaient exactes. Du coup, c’est vrai que la demoiselle avait tout intérêt à ne pas perdre la bête, sinon elle serait encore plus embêtée... Enfin, il était bel et bien là maintenant, pas de soucis.

Du coup, c’était avec le sentiment d’avoir accomplis une bonne action que Shintaro se remit en course afin d’aller quand même chercher son lucky item, sinon c’était à lui qu’il allait finir par arriver un malheur, première place ou non...

Départ en petites foulées avant de reprendre son rythme, il n’eut pas le temps de faire un grand bout de chemin avant qu’une petite main se posa sur son bras. Il tourna la tête pour voir toujours la même fille avec son chien, sauf qu’elle paraissait très essoufflée pour le coup. Il stoppa à nouveau sa course pour l’écouter et peut-être lui répondre suivant sa requête...

-S’il… s’il vous plait !... Je… je ne connais même pas votre nom….. Je…. Je m’appelle Aoki Kureha….

En voilà une jeune fille étrange... Pourtant Midorima s’y connaissait en personnes étranges, entre ses anciens coéquipiers de Teiko et les actuels... Ou même lui-même ! Mais alors ce coup là on lui avait jamais fait, lui courir après pour des présentations... Enfin, au moins cela démontrait surement une certaines politesse et une bonne éducation...

- Je suis du lycée Kaijo…. A Kanagawa… vous voyez où c’est ? Je…. Désolée si je vous embête…. Mais je trouve ça trop nul de ne pas connaitre votre nom alors que vous m’avez tiré une sacrée épine du pied

-Je vois où il se trouve... J’ai quelques...connaissances là-bas...

En même temps, il y était déjà allé plusieurs fois pour voir des entrainements là-bas, notamment un match entre l’équipe de Seirin et celle de Kaijo justement. Un affrontement entre Kise et Kuroko, ce n’est pas quelque chose que l’ont loupe, même lorsqu’on s’appelle Midorima Shintaro.

-Je m’appelle Midorima Shintaro, je suis au lycée Shutoku, si cela vous intéresse.

Bien qu’il en doute. Lui-même, et il en était désolé, s’en fichait pas mal du lycée de la demoiselle, aussi charmante soit-elle... Enfin, Takao lui avait déjà dit des milliers de fois de ne pas être comme ça, et aussi réticent aux contacts humains... Allez Shintaro, fais un effort bon sang de bois.

-Vous allez peut être me trouver pénible…. Collante…. Lourde ou carrément chiante ! Mais ça vous dira qu’on fasse un peu notre footing ensemble ? C’est pourrait être sympa non ? C’est toujours mieux que d’être tout seul…. C’est triste la solitude, vous ne pensez pas ?

Pour le coup il ne savait pas quoi répondre... Pour une fois qu’il n’était pas avec Takao, et qu’il aurait pu profiter de sa tranquillité, voilà qu’une jeune fille qu’il ne connaissait ni d’Eve, ni d’Adam lui proposait de faire cette activité ensembles... Bon, d’un côté elle n’avait pas tout à fait tord, c’était un peu triste tout seul, et Midorima était maintenant bien obligé de se l’avouer, au moins à lui-même s’il ne voulait pas le dire à son faucon de meilleur ami.

Le vert haussa les épaules.

-Si vous voulez... Mais je vais devoir aller jusque chez le fleuriste pour me procurer mon objet du jour, j’espère que cela ne vous dérange pas... Vous ne serrez pas forcée de me suivre de toute manière.

Shintaro remonta à nouveau ses lunettes avant de se remettre en course mais il se rendit vite compte qu’il avait oublier un détail de grande importance... Avec ses grandes jambes, il courrait bien plus vite que la petite Kureha, qui peinait déjà à le suivre. Du coup, et pour paraître gentleman, il ralentis afin de se mettre sur son rythme à elle.

Certes, c’était lent, mais il était quitte de la faire suer sang et eau... Il n’était pas là pour la tuer quand même...

Seulement, ce n’était pas trop la peine de compter sur lui pour trouver un sujet de conversation. Déjà, on ne parle pas quand on court c’est bien connu, mais en plus, le vert était une vraie quiche pour ça. Ce n’était pas pour rien qu’il n’avait presque aucun ami... Mis à part Takao, mais c’était lui qui monopolisait la parole et la plupart du temps cela l’arrangeait bien. Sinon il parlait de basket...d’Horoscope...de piano et des cours... Tout ce qui passionne une jeune fille de... elle avait quel âge d’ailleurs ? Hm... A vu d’œil elle était sûrement plus jeune que lui... Il dirait 15 ans... Ou peut-être 16 à la limite...

Le vert fixait la jeune fille sans oser lui demander...

-J’espère que je ne vais pas trop vite... Loin de moi l’envie de vous épuiser Aoki-san...

Quel homme prévenant quand même...









I kissed a boy and i liked it ♫


Too much cuteness:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/5596854/Grwn

Kaijo
avatar



InformationsMessages : 45
Date d'inscription : 23/01/2016
Agenda RPG


MessageSujet: Re: J'ai beau être matinale, j'ai mal.... [ PV Midorima Shintaro ]   05.07.16 8:47

⎡J’ai beau être matinale, j’ai mal…⎡
avec Midorima Shintaro



Quoi de mieux pour commencer la journée qu’un petit footing bien mérité ?

Non…. Sérieux vous avez réellement cru une seule seconde que Kuréha allait dire un truc de ce genre ? Le sport, elle déteste ça !!!! Si ça ne tenait qu’à elle, ses baskets resteraient tranquillement endormies au plus profond de son dressing ! Elle les sortirait volontiers de temps en temps pour les mettre avec un tregging mais quand elle irait faire un marathon shopping mais voilà, cela se cantonnait à ça !

C’était de la faute de Karen, sa manager aussi tortionnaire que belle, si elle était contrainte et forcée de courir tous les matins. A la place, elle aurait volontiers préférée rester dans son lit à roupiller bien au chaud sous sa couette ! Mais tu sais « ma Chérie, il faut entretenir ton corps si tu veux continuer à faire ce métier »….. Maudite soit Karen et ses conseils à la noix !

Toujours est-il qu’à cause d’elle, Kureha était là, tous les matins en train de courir au milieu d’autres personnes essoufflées qui s’astreignaient aussi à cette séance de footing de la mort. Quelque fois, Kureha se demandait si les gens qu’elle croisait en train de courir possédaient eux aussi dans leur entourage une personne tyrannique comme sa manager. Parce que sérieux, personne ne pouvait choisir de son propre chef de faire un footing n’est ce pas ? On les avait obligatoirement forcés aussi ses pauvres gens non ? Ou bien…. Ils appartenaient tous à la catégorie des masochistes…. Ceux qui aiment se faire du mal !

Non. Il n’y avait rien à ajouter de plus. La culture de l’effort et le dépassement de soi ne faisait manifestement pas partie des qualités de la jeune fille. Qu’à cela ne tienne ! Elle avait bien d ‘autres qualités qui équivalaient largement. N’empêche, elle ne pouvait s’empêcher d’avoir une certaine admiration pour tous ses gens si leur footing était volontaire. Et elle avait une certaine compassion pour ceux, comme elle, à qui cela était imposé. Courage les amis, tenez bon, on est tous dans le même bateau !

Et lui d’ailleurs ? Shintaro Midorima du lycée Shutoku. Est-ce qu’il courrait par véritable plaisir ou bien par contrainte. Il avait une silhouette athlétique, c’est le moins que l’on puisse dire et il ne fallait pas avoir une grande perspicacité pour se rendre compte qu’il était sportif. Et grand ! Mon dieu ce qu’il était grand ! Kureha avait l’habitude de côtoyer de grandes personnes ( d’un autre coté ce n’était pas difficile d’être plus grande qu’elle n’est-ce pas ? ) mais Midorima était en train de battre des records ! Il était même plus grand de Ryota et Makoto !! C’est dire !

En tout cas Midorima Shintaro c’était un joli nom. Elle avait l’impression de l’avoir déjà entendu quelque part sans qu’elle réussisse à se rappeler où et pourquoi. Bah….. Shintaro était un prénom assez rependu à Tokyo. Et puis Midorima…… ha !!!!! Ouiiiiii ! Ca y est ! elle se rappelait maintenant !

« Midorima….. Quand j’étais plus jeune, mes parents tenaient absolument à ce que je sois suivie par un pédiatre … Et il s’appelait Docteur Midorima ! C’est peut être quelqu’un de votre famille ? Ou une pure coïncidence qui sait….. »


Pour être sincère, ce n’était pas tant ses parents qui tenaient à la faire suivre par un médecin pédiatrique mais plutôt son agence. Cette dernière mettait un point d’honneur à bichonner la santé de ses poules aux œufs d’or qui faisaient rentrer les yens au rythme des albums vendus, tournées, plateaux télévisés…. Et ce Docteur Midorima était, soi-disant, le meilleur de sa spécialité ! Elle se souvenait d’ailleurs qu’il avait été parfait et d’une gentillesse absolue avec elle quand elle s’était cassée le poignet après une chute de vélo. D’ailleurs, depuis, la jeune fille refusait tout bonnement de poser son derrière sur la selle d’une bicyclette ! Sa phobie avait pris le dessus et elle n’était pas prête à essayer de refaire de nouveau vélo ! Foi de Kureha !

Mais si Shintaro ne l’avait vraisemblablement pas reconnu comme étant Alyssa, elle n’allait certainement pas dévoiler d’elle-même son identité publique ! Pour une fois qu’elle réussissait à rencontrer quelqu’un qui ne la connaissait pas ! Quelle aubaine !

Elle lui adressa un sourire charmant alors que Soi venait de s’allonger avec nonchalance sur le sol. Visiblement, lui non plus n’était pas réellement motivé pour finir le footing. Il aurait sans doute préféré marcher et laisser sa truffe humide se poser un peu partout pour renifler dieu seul sait quelles odeurs !

-Si vous voulez... Mais je vais devoir aller jusque chez le fleuriste pour me procurer mon objet du jour, j’espère que cela ne vous dérange pas... Vous ne serez pas forcée de me suivre de toute manière.

Chez le fleuriste ? En voilà une idée étrange. Il disait que c’était pour se procurer son objet du jour et elle ne comprit pas réellement ce qu’il voulait dire par là. Elle partit du principe qu’il devait certainement faire un cadeau à quelqu’un et qu’il avait jeté son dévolu sur un bouquet. Un anniversaire peut être ? Pour sa mère ? Sa grand-mère ? …… Sa…. Petite amie ? La veinarde !!!! Kureha avait beau avoir de nombreux admirateurs, elle n’avait jusqu’à présent jamais entamé une relation sérieuse et durable avec un garçon. Pas le temps…. Pas de coup de foudre non plus….

Au risque de paraitre naïve, Kureha s’était auto persuadée que le jour où elle rencontrerait son prince charmant, son cœur se mettrait à battre plus fort et ses yeux seraient incapables de se défaire du visage de son amour éternel…. Vision idyllique et complétement dépassée du grand amour. Elle le savait bien. Mais ça lui faisait du bien quand même le croire…. Du haut ( pas de moquerie sur sa taille ) de ses 19 ans, la petite fille qui sommeillait encore en elle n’avait pas entièrement disparue.

« Ca ne me dérange pas de vous suivre jusque chez un fleuriste. Je n’ai, chose assez rare pour avoir le mérite d’être signalé, rien de prévu ce matin ! Je suis toute à vous ! » proclama t-elle en souriant.

Elle n’était toutefois pas certaine que son enthousiasme soit réciproque et partagé. Midorima Shintaro paraissait être un garçon assez fermé et il n’était pas aisé de deviner ce à quoi il pouvait bien penser. Si ça se trouve, il la trouvait particulièrement embêtante et envahissante. Mais il était trop bien élevé pour lui en faire la remarque.

Le footing reprit donc et Aoki remarqua que Shintaro avait eu la délicatesse d’adapter ses foulées aux siennes. Les longues jambes du garçon lui permettaient aisément de faire un pas là où la jeune femme devait en faire deux ou trois pour rester à sa hauteur. Prévenant, attention, bien élevé en plus d’être particulièrement beau garçon…. Midorima Shintaro n’avait que des qualités !!

-J’espère que je ne vais pas trop vite... Loin de moi l’envie de vous épuiser Aoki-san...

Coupée dans ses pensées peu avouables, Kureha sursauta un instant avant de rougir comme une pivoine. Elle lui adressa un petit rire avant de faire un signe de la main

« Pas de Aoki-san, je vous en prie ! Ca fait vieille croute ridée ca…. Je sais bien que j’aurai vingt ans dans quelques mois mais quand même…. »

La queue de cheval serrée bien haut sur la tête de la jeune fille fouettait l’air au rythme de ses pas. Un sourire se dessina de nouveau sur ses joues alors qu’elle dut lever la tête pour regarder le visage de son compagnon de courses à pieds

« Ne vous inquiétez pas pour moi ! Je tiens le choc ! J’ai l’habitude de courir avec des personnes plus….. » elle marqua un temps d’arrêt pour judicieusement sélectionner ses mots « Plus sportives que moi. Mon meilleur ami fait du basket en compétition et il nous arrive parfois d’aller courir un peu ensemble »

Elle éclata d’un rire clair et cristallin avant de reprendre

« Même si en général, dès que nos managers ont le dos tournés, on finit dans une pâtisserie plutôt que de s’entrainer ! »

Elle lui fit un clin d’œil avant de lui donner un très léger coup de coude sur le bras

« Voilà ! Je viens de vous dévoiler mon secret le plus profond ! Je suis une délinquante qui se goinfre de croissants et de muffins en douce au lieu d’aller faire son sport quotidien. Vous ne direz rien à personne n’est-ce pas ? Je peux compter sur vous ? »

Un rire accompagna sa tirade. Evidemment, elle avait dit tout ça davantage pour plaisanter que par réel sérieux. Il n’empêche que c’était vrai quand même ! Il arrivait à Kureha d’aller faire son jogging avec Ryota Kise, son ami et confident de toujours ( ou presque ). Et dès que leurs managers respectifs n’étaient plus là pour les surveiller, les deux adolescents s’engouffraient avec empressement dans la première pâtisserie qu’ils jugeaient prompte à leur fournir un réconfort pour retrouver leurs kilocalories durement brulées !

« Pourquoi avez-vous besoin de fleurs ? C’est pour offrit à quelqu’un ? A ….. votre petite amie peut être ? »


Mouais…..

Je vous l’accorde. La discrétion de Kureha ce n’était pas son fort. Il y aurait eu beaucoup plus finaud pour se renseigner sur l’existence éventuelle d’une petite amie auprès de Midorima. D’ailleurs, si elle existait vraiment, cette petite amie, comment pouvait-elle bien être ? Kureha l’imaginait grande, sportive et intelligente. Une silhouette élancée, une coupe de cheveux stricte et une paire de lunettes sur le nez. Tout ce que Kureha n’était pas pour résumer !

Enfin…. Midorima n’allait peut-être pas comprendre la question cachée derrière celle qu’elle venait de poser…. Quoique…



Kuroko's Basket


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Shutoku
avatar



Informations Féminin Messages : 635
Date d'inscription : 20/04/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #339900

RP terminés: 4

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: J'ai beau être matinale, j'ai mal.... [ PV Midorima Shintaro ]   22.07.16 13:05

J'ai beau être matinale, j'ai mal...
feat. Aoki Kureha




Shintaro adorait le sport.

Alors certes, ce n’était pas une surprise en voyant avec quelle ardeur il s’entrainait au basket, mais c’était plus fort que cela. Bien sur, sa préférence allait en direction de la balle orange, mais s’il n’avait développé aucun talent ou passion pour ce dernier, il se serait sans aucun doute tourné vers autre chose, l’athlétisme le bottait bien par un moment d’ailleurs...

Certes, le sport était une discipline difficile, fatigante, et comme tout humain qu’il était, il arrivait à Midorima d’avoir la flemme, que ce soit pour s’entrainer ou pour faire son jogging, mais cela avait au moins le mérite de lui fournir une certaine rigueur dans ses actes, il se forçait, rendant la chose d’autant plus dure mais lui donnant bonne conscience. Rares étaient les lycéens qui se donnaient autant de mal, mais Shintaro ne concevait pas qu’on puisse être passionné de quelque chose sans se donner à fond.

Il allait sans dire que le vert y allait de sa personne dans tout ce qu’il entreprenait, que ce soit pour les études, le basket ou le piano, il n’y avait que pour les relations humaines qu’il était réticent, mais ça, il ne l’avait pas choisi. Enfin, au contact de Takao, Shintaro essayait de se soigner et même s’il n’allait pas vraiment vers les gens, ils les laissaient venir à lui un poil plus facilement, même si cela n’était pas évident pour autant pour les quelques courageux, comme cette demoiselle.

-Midorima….. Quand j’étais plus jeune, mes parents tenaient absolument à ce que je sois suivie par un pédiatre … Et il s’appelait Docteur Midorima ! C’est peut être quelqu’un de votre famille ? Ou une pure coïncidence qui sait….

Le vert haussa légèrement les sourcils de surprise. Le nom de Midorima n’était pas franchement répandu, et quand bien même il y avait peu de probabilités pour qu’un autre Midorima soit lui aussi un pédiatre, comme son père donc pour ceux qui suivent. C’était bien la première fois que quelqu’un faisait le rapprochement avec son patriarche, ou peut-être qu’il rencontrait un de ses patients aussi, ceci expliquait cela.

-C’est mon père en effet.

Shintaro eut un petit sentiment de fierté à l’évocation de son père qui était un modèle de réussite à ses yeux. Bien sûr ce dernier avait débuté sa vie avec pas mal de cartes en main, ses grands-parents étant assez aisés, mais papa Midorima n’avait pas fait l’erreur de se reposer sur ses lauriers, étudiant d’arrache-pied pour obtenir le métier de ses rêves. En prime, il avait réussi à trouver femme parfaite à ses yeux pendant ses études de médecine, femme qui lui donna deux beaux enfants qui faisaient sa fierté. Pour le vert, son père avait réussi sa vie en tous points, et il en était fier, tout autant qu’envieux. C’est en partie pour cette raison que le jeune homme se donnait autant dans ce qu’il faisait, afin d’avoir les mêmes chances que son père, et que ses enfants en soient aussi fier au même âge.

En tout cas, si personne ne parlait de son père à Shintaro, l’inverse était aussi vrai. Secret professionnel oblige, papa Midorima ne parlait pas de ses patients, en fait il ne parlait pas beaucoup tout court... Un trait de famille surement. Dans tout les cas, il n’avait donc aucune connaissance de cette charmante demoiselle en face de lui... Bien qu’elle ne possède quelques ressemblances avec une personne bien connue...

-Ca ne me dérange pas de vous suivre jusque chez un fleuriste. Je n’ai, chose assez rare pour avoir le mérite d’être signalé, rien de prévu ce matin ! Je suis toute à vous !

Depuis les premières secondes de leur rencontre, Midorima avait ce sentiment de « déjà vu » en compagnie de la jeune demoiselle, sans savoir d’où cela provenait. Il avait maintenant sa réponse.

Takao. Elle lui faisait penser à Takao, cet idiot. Un peu gaffeuse sur les bords, débordante d’énergie –même si son jogging semblait l’en avoir vidé- et bavarde à souhait. C’était bien sa veine, mais il n’allait pas s’en plaindre, ça aurait pu être pire... Genre Kise...

Sans vraiment se l’avouer, Shintaro était presque content et soulagé que la demoiselle veuille bien prendre la peine de l’accompagner, maintenant qu’il avait pris l’habitude de courir avec le faucon, ses jogging seuls étaient bien monotones, voilà donc une bonne façon de combler ce manque auditif qu’il pourrait bien regretter si cette dernière se révèle aussi pipelette que son meilleur ami.

La course repris, plus lentement, ce qui avait au moins le mérite de lui permettre de discuter.

-Pas de Aoki-san, je vous en prie ! Ca fait vieille croute ridée ca…. Je sais bien que j’aurai vingt ans dans quelques mois mais quand même…

Et deuxième regard étonné pour notre tireur. Il avait beau la scruter dans tout les sens et la détailler –discrètement- du regard, la demoiselle semblait plus proche des 15/16 ans que de la vingtaine... Mais du coup... Cela faisait d’elle son aînée !!! S’il avait su, il se serait montré bien plus poli ! Bien sur il n’avait pas manqué de respect à la jeune femme, mais tout de même... Il avait presque honte maintenant... Et il en oublia carrément le début de sa phrase et ne releva pas la comparaison avec une croute ridée. Il ne devait sans doute pas s’agir d’une croute de pain, car le pain n’a pas de ride.

-Je suis désolé, je ne voulais pas vous incommoder... Aoki-senpai.

Il ne serait pas en train de courir que le vert se serait incliné pour s’excuser mais bon, ce n’était tout bonnement pas possible dans l’état actuel des choses. A moins de se ridiculiser en tombant, ce n’était pas dans les plans du lycéen...

-Ne vous inquiétez pas pour moi ! Je tiens le choc ! J’ai l’habitude de courir avec des personnes plus… Plus sportives que moi. Mon meilleur ami fait du basket en compétition et il nous arrive parfois d’aller courir un peu ensemble.


-Oh du basket ?

Midorima était bien curieux de savoir à quel niveau. Il y avait même une chance pour qu’il connaisse le garçon si cet ami était élève dans le même lycée que sa compagne du jour. Si c’était le cas, il pourrait au moins se vanter de l’avoir vu jouer lui aussi.

-Il fait partie de l’équipe de votre lycée ?

La curiosité était vraiment une caractéristique très présente chez Shintaro, il ne pouvait tout bonnement pas s’en empêcher. Même s’il démentait ce trait de caractère et qu’il prétendait s’en ficher des scoops que Momoi lui rapportait au collège, ou Takao actuellement, il ne pouvait s’empêcher d’écouter quand même d’une oreille afin de...savoir. Juste savoir.

-Je joue au basket moi aussi, c’est pour cette raison que cela m’intéresse, peut-être que je le connais...

Pourtant Aoki n’avait pas demandé de justification, mais le lycéen s’était senti obligé d’en apporter une, comme s’il avait fait une bêtise en posant la précédente question.

Il regarda attentivement la demoiselle avant que celle-ci ne commence à rire de façon...vraiment...adorable...

-Même si en général, dès que nos managers ont le dos tournés, on finit dans une pâtisserie plutôt que de s’entrainer ! Voilà ! Je viens de vous dévoiler mon secret le plus profond ! Je suis une délinquante qui se goinfre de croissants et de muffins en douce au lieu d’aller faire son sport quotidien. Vous ne direz rien à personne n’est-ce pas ? Je peux compter sur vous ?

-Cela va de soi. Je serais muet comme une tombe.

Shintaro gratifia la jeune femme d’un léger sourire que les rares habitués comme Takao ou Nijimura auraient arrivé à déceler, pas sur que ce soit le cas de la demoiselle.

D’ailleurs le vert n’avait pas relevé mais cette dernière avait mentionné des managers... Des managers de quoi ? Il n’en savait fichtre rien, et il avait déjà posé assez de questions comme ça pour ne pas en rajouter avec des futilités. Au pire des cas il pourrait lui demander si elle venait à refaire mention de ces personnes. Il était important de ne pas paraître trop intrusif.

Du moins, c’était ce qu’il pensait personnellement et ce n’était pas le cas de tout le monde.

-Pourquoi avez-vous besoin de fleurs ? C’est pour offrit à quelqu’un ? A ….. votre petite amie peut être ?

Le visage du vert s’empourpra, le faisant ressembler à une fraise, alors qu’il secoua doucement la tête dans un signe de négation.

-Je... Je n’ai pas de petite amie. C’est mon objet du jour, pour l’horoscope de Oha-Asa...

Et là...hésitation. Shintaro se doutait que la demoiselle ne savait pas de quoi il s’agissait, mais s’il venait à lui expliquer, il allait peut-être se heurter à des moqueries comme à chaque fois. Avec le temps il n’y faisait plus vraiment attention, mais c’était assez désagréable cependant. De plus il ne voulait pas une mauvaise image de cette petite joggeuse.

En fin de compte, la seule personne qui ne s’en était pas moqué jusqu’à présent était Nijimura. Encore lui. Il devait se le sortir de la tête un jour.

Midorima pris une petite inspiration avant de se lancer. Autant tenter le tout pour le tout, après tout il ne reverrais surement jamais cette demoiselle après cette sortie sportive alors il n’avait rien à perdre.

-En fait, chaque jour Oha-asa révèle le classement des signes du zodiaque dans un classement du moins au plus chanceux. Afin de se prémunir d’éventuels indispositions dans la journée –notamment lorsque vous êtes dans les derniers- nous avons un objet attribués pour la journée qui nous porte chance. Et aujourd’hui l’objet pour les cancers est un bouquet de fleurs. Vous êtes de quel signe Aoki-senpai ?








I kissed a boy and i liked it ♫


Too much cuteness:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/5596854/Grwn

Kaijo
avatar



InformationsMessages : 45
Date d'inscription : 23/01/2016
Agenda RPG


MessageSujet: Re: J'ai beau être matinale, j'ai mal.... [ PV Midorima Shintaro ]   23.07.16 8:15

⎡J’ai beau être matinale, j’ai mal…⎡
avec Midorima Shintaro



Le monde était grand et vaste. Il y avait plus de six milliards d’êtres humains qui la peuplaient. Si en plus on commence à compter les animaux, les licornes et les pokemons…. Je vous laisse faire le calcul vous-même !

Et parmi tout ce petit monde il avait fallu que Kureha tombe sur le fils de son pédiatre ! Finalement il n’était pas si vaste que ça, le monde. Il pouvait mêmes tenir dans un mouchoir de poche !

Dans ses souvenirs, le docteur Midorima était le meilleur qu’elle ait jamais eut. Quelqu’un de peu loquace mais qui savait toujours trouver les mots justes pour expliquer aux enfants les choses dont ils souffraient et le moyen d’y remédier. Elle se souvenait surtout d’avoir dû se faire hospitaliser une fois – une sombre histoire d’accident – et avoir été tétanisée à l’idée d’être séparée de ses parents. Son médecin avait tout mit en œuvre pour qu’un lit d’appoint soit installé dans sa chambre afin qu’elle ne soit pas séparée de sa précieuse maman. Elle se souvenait aussi de son regard. Des yeux verts qui n’étaient pas sans rappeler ceux du coureur juste à ses cotés…. Non…. Définitivement le monde était petit


Si Kureha détestait le sport, ce n’était visiblement pas le cas des personnes qui l’entouraient. Pour une raison qu’elle était bien incapable d’expliquer, dès qu’elle se sentait proche d’une personne, il se trouvait que cette dernière pratiquait du sport de haut niveau ! Comme pour la narguer et lui faire prendre conscience que se goinfrer de pâtisserie ne suffirait pas à la maintenir en forme. Ou alors pour essayer de la convertir insidieusement au sport ? Il n’était pas encore né celui qui allait réussir à lui faire aimer cette discipline !! Le seul sport que Kureha aimait c’était le shopping ! Quoi ?? Comment ça ce n’est pas un sport ? Vous avez déjà essayé d’aller faire du shopping le premier jour des soldes à Shibuya ? Bah essayez et on en reparle après ok !?

Etrangement, les ces mêmes personnes semblaient toutes avoir une addiction concrète avec le basketball…. Fallait-il croire que c’était un sport intéressant alors. Pourtant, Kureha n’en avait jamais rien eut à faire jusqu’à présent…. Elle n’avait même jamais regardé un match en entier, c’est vous dire ! Pourtant elle aurait largement eu l’occasion de le faire….

C’est Kosuke Wakamatsu, l’ami d’enfance et frère de cœur de Kureha qui avait été le premier à lui parler du ballon orange. Elle l’avait vu de nombreuse fois s’amuser sur le terrain qui bordaitl le quartier où leurs parents respectifs habitaient. Une fois, il s’était fait une entorse et Kureha avait joué aux infirmières pour lui prodiguer les premiers soins. C’est ainsi que leur amitié avait débutée même si au début, ils passaient le plus clair de leur temps à se chamailler. Toujours est-il que cela avait confirmé ce que Kureha pensait : le basket c’est dangereux ! Il ne faut surtout pas en pratiquer !!

Plus récemment, c’est sa rencontre avec Ryota qui l’avait de nouveau confronté à ce sport extrême. Son ami mannequin était aussi un sportif de haut niveau, tout comme Kosuke, est ils auraient d’ailleurs peut etre un jour l’occasion de s’affronter sur un terrain. Chose que Kureha n’espérait pas car elle aurait été incapable de choisir lequel des deux encourager….

Et puis maintenant il y avait lui, Midorima Shintaro qu’elle rencontrait inopinément à cause de la fugue de Soishiro. Et l’air de rien, ses longues jambes foulant le sol poussiéreux du parc, il lui lâchait qu’il pratiquait le basket de compétition lui aussi. C’est pas possible !!! Il n’y avait que ce sport qui existait au monde ou quoi ? Ou bien le problème venait d’elle… Elle était une sorte d’aimant à basketteur….

-Il fait partie de l’équipe de votre lycée ? Je joue au basket moi aussi, c’est pour cette raison que cela m’intéresse, peut-être que je le connais...

Kureha prit une grande inspiration. Ca serait fort étonnant que Midorima connaissent le garçon dont elle venait de faire allusion alors elle pouvait bien lui révéler son identité

« Oui, il joue dans l’équipe principale de notre lycée. Nous étudions à Kaijo… Je ne sais pas si vous voyez où ça se trouve car c’est un dehors de Tokyo. A Kanagawa… Vous connaissez ? »

Elle replaça une mèche de cheveux qui venait de s’échapper de sa queue de cheval et qui s’était glissée le long de son visage

« Il s’appelle Kise Ryota. Il est aussi mannequin en plus d’être sportif. On travaille tous des pour… »

Oups….

Mince….

Pour une fois qu’elle venait de rencontrer une personne qui ne la reconnaissait pas, elle n’avait aucune envie de lui dire qu’elle était en réalité une idole. Pour une fois dans sa vie, elle avait envie qu’on prenne le temps de découvrir Kureha plus qu’Alyssa. Malheureusement, son tempérament bavard était sur le point de tout jeter à l’eau…

Kureha se mordit les lèvres un instant avant de tourner la tête dans la direction opposée

« Non.. oubliez ce que je viens de dire…. S’il vous plait… »

Est-ce qu’il allait se vexer ? Est-ce qu’il était curieux au point de ne pas vouloir abandonner et chercher à savoir à tout prix ce qu’elle lui cachait.

A son plus grand soulagement, un silence ce fit entre eux. Il ne posa pas de question et elle lui en était infiniment reconnaissante. Elle profita de l’occasion pour lui demander pourquoi il tenait absolument à acheter des fleurs. Pour elle, cela ne pouvait avoir qu’une seule et unique raison : les offrir à une personne qui lui était chére. La réponse fournie par Midorima fut déconcertante

-Je... Je n’ai pas de petite amie. C’est mon objet du jour, pour l’horoscope de Oha-Asa...


Dans un premier temps, Kureha le regarda rougir comme une pivoine. Sans qu’elle ne comprenne pourquoi, ça la fit rougir de la même façon elle aussi. Son cœur rata un battement alors qu’elle dû se racler un peu la gorge pour reprendre contenance. Elle ne pouvait pas nier le trouver séduisant….

Et puis elle s’attarda sur ce qu’il venait de dire. Oha-asa ? La dame qui fait les horoscopes à la télé et a la radio ? Est-ce possible que Midorima accorde un crédit solide à ces prédictions ? Ou bien disait-il cela pour la taquiner. Pour voir à quel point sa naïveté lui faisait gober tout et n’importe quoi ?

Elle allait lui demander s’il était sérieux mais finalement il répondit de lui-même

-En fait, chaque jour Oha-asa révèle le classement des signes du zodiaque dans un classement du moins au plus chanceux. Afin de se prémunir d’éventuels indispositions dans la journée –notamment lorsque vous êtes dans les derniers- nous avons un objet attribués pour la journée qui nous porte chance. Et aujourd’hui l’objet pour les cancers est un bouquet de fleurs. Vous êtes de quel signe Aoki-senpai ?


Kureha eut un petit rire avant de lui offrir un sourire. Oha-asa, elle connaissait très bien ces horoscopes pour y avoir droit tous les matins. Sa logeuse se plaisait à mettre la télé en bruit de fond lors du petit déjeuner et la coïncidence faisait que ça tombait toujours pendant l’horoscope ! Souvent, Kureha et les autres filles de la pension se plaisaient à écouter et à comparer leur signe et leur classement. Quelque fois, elle se moquaient gentiment des objets du jours les plus grotesques et des pauvres titulaires des signes qui devaient les endurer.

« Je suis gémeaux…. Du 07 juin. Et pitié, pas de senpai non plus….. »

Et rit un peu plus avant de poursuivre

« Je connais très bien Oha asa ! Je l’écoute tous les matins et j’ai déjà remarqué que certaines prédictions se réalisaient. Une fois, alors que j’avais un conc… euh… un examen important et bien… j’étais stressée et je me trouvais incapable de réaliser quoi que ce soit. La personne chez qui l’habite m’a offert un petit pikachu en peluche parce que c’était l’objet de mon signe ce jour-là. En définitive, j’ai réussi mon examen sans aucun problème ! Je ne sais pas si c’est grâce à mon pikachu de la chance mais… »


Elle lui adressa un clin d’œil

« Je me plais à croire qu’il n’était pas indifférent à ma réussite ! »

Kureha posa sa main sur le bras de Shintaro afin qu’ils arrêtent un peu de courir. Elle était à bout de souffle et elle se plia en deux pour reprendre sa respiration

« Je trouve ça adorable, que vous soyez si superstitieux. Si tous les jours vous avez votre objet, vous devez être quelqu’un de très chanceux non ? »

Elle se redressa et, les rouges encore empourprées, elle ne put s’empêcher d’ajouter

« En tout cas, je ne sais pas quel était mon classement aujourd’hui. Je ne sais pas non plus quel était mon objet du jour. Mais je suis la plus chanceuse de la terre parce que…. J’ai pu faire votre connaissance, Shintaro »



Kuroko's Basket






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: J'ai beau être matinale, j'ai mal.... [ PV Midorima Shintaro ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

J'ai beau être matinale, j'ai mal.... [ PV Midorima Shintaro ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» J'ai beau être matinale, j'ai mal.... [ PV Midorima Shintaro ]
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !
» LE PROFILE D'1 BEAU- CORPS LAVALASSIEN DE PETIT-GOAVE..
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» Oh le beau Toutou!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroko's Basket, le forum RPG ::  :: Tōkyō et ses alentours :: Ville-