The Basketball Which Kuroko Plays
 
Bienvenue sur KnB-RPG, jeune Rookie !
Tout le monde doit signer le règlement & se recenser ! N'oubliez pas de voter !
Merci de favoriser le choix de personnages du manga en priorité ! 50 pockys offerts pour tout prédéfini prit
Les lycées Seiei, Fukuda Sogo, Kirisaki Daiichi, Shutoku et Kaijo recherchent des membres !

Partagez | 
 

 Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Invité


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]   12.01.14 1:36



Le froid s'accompagne de Chocolat.

PV — Himuro Tatsuya ★



1h. C'est le temps qu'avait mit Murasakibara pour trouver l'immeuble de son coéquipier. Une heure. Après avoir fait part de son ennui par téléphone à son sempai et une fois que ce dernier lui ai proposé de venir chez lui, il avait fallut que le mauve s'habille pour sortir, qu'il prépare de l'argent pour s'acheter des chips en chemin et qu'il prévienne son aîné qu'il partait. Etait alors venu le moment où il avait dû se rendre à cette boulangerie non loin de leur lycée, boulangerie où il s'était fait violence pour ne pas rentrer et acheter des petits gâteaux, et là, les ennuis avaient commencés. Bifurquant dans la première rue qu'il trouva, il se trainait non sans greloter à la recherche d'un kombini comme son sempai lui avait indiqué. L'air renfrogné et le nez rougit par le froid mordant de l'atmosphère, c'est sans étonnement qu'au bout de 10 minutes de marche, le violet se rendit compte que nul Kombini ne se trouvait dans cette rue et que par conséquent, il était perdu. Soupire après soupire, il tourna en rond comme un enfant en cherchant du mieux qu'il pouvait ce fichu magasin lorsqu'il perdit espoir et s'arrêta de tourner pour appeler son sempai à l'aide. La réaction de ce dernier vexa le violet alors que son aîne se moquait semblait-il de son manque cruel d'orientation. Ou d'attention, à voir. C'est donc boudeur qu'il avait répondu au brun.

Le seul bon point de toute cette mésaventure glaciale était que le géant de Yosen s'était arrêté devant une pharmacie. A défaut d'autre chose et incapable de supporter le froid plus longtemps, maugréant intérieurement que le froid c'était « nul », Murasakibara s'engouffra dans le commerce, soupirant presque de soulagement lorsque la tiédeur de la pièce vint l'envelopper. Rajustant son écharpe remontée jusqu'aux oreilles, il se jura intérieurement de bien faire comprendre à son coéquipier qu'il n'avait pas apprécié marcher dans le froid. Heureusement que ce dernier lui promettait un chocolat chaud! Y avait plutôt intérêt car le violet ne se déplaçait pas gratuitement, même lorsqu'il était celui à avoir émit le souhait de voir son aîné. C'est donc armé de courage et de presque-motivation -ainsi que de bonbons au pin fraichement acheté- qu'Atsushi passa de nouveau la porte de la pharmacie pour revenir sur ses pas, bravant le froid non sans ronchonner intérieurement. Ce qu'il pouvait détester le froid! Heureusement qu'il y avait ce fameux chocolat. Et cette guimauve! Rien que d'y penser il avait l'eau à la bouche. Et Himuro lui prêterait une bonne couverture bien douillette pour le réchauffer. Au moins ces pensées suffirent à l'occuper pendant son trajet jusqu'à ce que, comme par magie, il se retrouve nez à nez avec l'enseigne coloré d'un... kombini!

Ni une ni deux, il envoya un sms à son sempai. Mais même après avoir reçu l'adresse de la part du brun, le violet resta planté devant la vitrine du magasin, les yeux fixé un point précis: Un paquet. Rouge. Etincelant d'exotisme et de saveur à l'apparence terriblement attirante. Des chips au paprika. Un goût courant pour des chips mais dont le mauve raffolait. Tant pis pour son Muro-chin, il allait attendre encore une peu car le géant se précipita dans le kombini, la bave aux babines. Il ressortait cinq minutes plus tard, les bras chargés d'emballages tous plus colorés les uns que les autres, se dépêchant enfin de se rendre chez son partenaire, le ventre mourant de faim. Comme lui avait rappelé Himuro, il sonna une fois à la porte, attendant patiemment qu'on vienne lui ouvrir, reniflant disgracieusement devant l'immeuble. Il avait beau savoir qu'il allait enfin manger et voir son coéquipier, le froid l'avait rendu bougon et il avait bien envie de râler en plongeant ses mains dans ses paquets de cochonneries maintenant.

« Muro-chiiiiin. Dépêche toi j'ai froid.... »

Ca c'est sûr que tout grelotant sur le seuil de la porte, les mains frigorifiés et le nez tout rouge, Himuro allait très vite comprendre que le mauve se transformait en glaçon. Qu'est-ce qu'il ne faisait pas pour aller voir son sempai hein. ~








HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Himuro
avatar



Informations Féminin Messages : 2548
Date d'inscription : 19/10/2013
Localisation : Akita | Lycée Yôsen
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: darkorchid | #a16968

RP terminés: 11

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]   13.01.14 0:50



 
Le froid s'accompagne de chocolat
★ & de guimauve ?

     
     
   
 
Feat
Murasakibara Atsushi
...


 

 
▬ Aaaa-Aaaa-ATCHOUM !


L'éternuement sonore fut suivi d'un reniflement peu gracieux puis du bruit distinct et peu ragoûtant de quelqu'un se mouchant.

Assit en tailleur sur le canapé du salon, Tatsuya jeta un énième mouchoir dans la poubelle à trois mètres de lui, se félicitant d'avoir réussit à le mettre dedans à cette distance. Bon, c'est vrai, c'est un peu stupide comme réjouissance mais il fallait bien que le brun s'occupe ! Son père, sa belle-mère et Suzue étaient parti la veille au soir chez de la famille, et le brun avait été trop malade pour les accompagner. Ça lui apprendra à l'avenir à jouer au basketball sous la neige ! Suzue avait eu beau le prévenir, le brun n'avait pas trouvé nécessaire de garder son manteau pour jouer. Et il payait les frais de sa trop grande confiance.

Il aurait sûrement passé sa journée à marquer des paniers avec ses mouchoirs usagés s'il n'avait pas reçut un sms d'Atsushi. Bien que ce dernier ait commencé à lui causer une frayeur quant au contenu de son message, il s'était avéré par la suite que le véritable mal de son ami était son ennui … et l'absence de chips goût wasabi entre ses mains. Au départ, les adolescents avaient décidés de se rejoindre en ville. Mais informé de l'état de son aîné, Atsushi avait décidé de venir lui rendre visite. Tatsuya aurait préféré ne pas lui transmettre ses microbes mais si le géant tenait tant que cela à venir chez lui, alors le brun n'y voyait aucun inconvénient : après tout, il avait l’appartement pour lui seul … et ses mouchoirs.

Mais bien sûr – et ce malgré les explications du brun – Atsushi avait réussit à se perdre en ville. Cela n'avait certes guère étonné Himuro qui commençait à bien connaître son coéquipier à la chevelure violine. Bon, son égarement n'avait pas été inutile car, tombé face à une pharmacie, il y avait acheté des pastilles pour la gorge – il y prenait un peu trop pour des bonbons au goût de Tatsuya, mais tant qu'il en engloutissait pas des poignées, il n'en mourrait pas. Bon, d'abord fallait-il qu'il arrive à bon port. Et ça, ce n'était pas encore gagné.

En attendant que son camarade fasse le chemin inverse pour revenir sur le bon chemin, Himuro s'attela à la préparation de chocolat chaud. Après avoir autant traîné dans Akita, Murasakibara devait être gelé – un chocolat chaud serait alors le bienvenue. Le brun sorti donc deux gros mugs d'un placard et les posa sur le plan de travail, partant ensuite à la recherche du cacao en poudre. Il en mit quelques cuillères dans les tasses et ajouta un sucre dans celle d'Atsushi – son amour pour le sucre n'était pas à ignorer. Il rajouta le lait et hop ! Quelques minutes au micro-ondes plus tard, les chocolats fumaient et exaltaient un délicieux parfum cacaoté. Le brun y ajouta quelques guimauves – avec un supplément pour Atsushi – et le tour était joué. Les boissons chaudes n'avaient plus qu'à être dégustées.

Justement, voilà la sonnette qui retenti. Atsushi devait avoir enfin repéré son immeuble. Se dirigeant vers l'interphone, il autorisa l'ouverture des portes de l'immeuble et attendit que son camarade monte les trois étages. Il entendit très vite la seconde sonnette et se hâta d'aller ouvrir, se doutant que son ami allait être ronchon après son épopée glaciale dans les rues d'Akita. Murasakibara n'était pas encore adapté aux températures plus fraîches qu'à Tokyo et l'état d'Himuro prouvait qu'il n'était pas franchement mieux lotie. Mais les chocolats chauds allaient rapidement les consoler …

C'est seulement en ouvrant la porte de l'immeuble que Tatsuya remarqua qu'il ne s'était pas changé et qu'il était dans un état … lamentable. Ses cheveux en bataille, vestiges d'une nuit pénible, lui donnait l'aspect d'un gars sortant à peine du lit. Ses yeux larmoyants et brillants allaient de paire avec son nez bouché qui témoignaient de sa maladie. Si encore il n'y avait eu que ça, ce serait passé. Mais, malgré sa fièvre, le brun avait enfilé un gros pull en laine et un vieux jogging afin de se tenir chaud. Ses chaussettes dépareillées mais épaisses gardaient ses petites orteils bien au chaud, bien qu'elles soient dissimulées dans des pantoufles bleues très classiques.

En ce moment, on était à des années lumières du Himuro du lycée, avec ses cheveux bien lisses et sa cravate parfaitement ajustée. Il ressemblait à une vieille loque, malade et débraillé. Bref, un Tatsuya malade, ce n'est pas franchement beau à voir. Il avait menti à son camarade en affirmant n'avoir qu'un rhume et Atsushi allait bien vite le constater. Heureusement, Himuro ne toussait pas. Il se déchirait suffisamment le nez en passant son temps à se moucher pour ne pas cracher ses poumons par dessus le marché. Bon,à priori, Atsushi ne risquait rien s'il ne l'embrassait pas. Donc de ce côté, ils étaient plutôt tranquilles. Il aurait bien mit un masque mais son ami ne semblait pas réellement emballé par cette solution.

 
▬ Bienvenue Atsushi ! Bon, désolé de mon état, mais quand je suis malade je ressemble à … ça …


Il désigna d'un doigt son vieux pull – sûrement emprunté à son père, d'ailleurs. Bon, le brun avait un peu honte de l'accueillir dans un tel état mais au moins, il était vraiment à l'aise. Quand il est malade, Tatsuya ne cherche qu'à être bien au chaud et tranquillou, quitte à ne ressembler … à rien. Dans tout les cas, il incita son camarade à quitter sa veste pour qu'il puisse l'accrocher au porte-manteau dans l'entrée puis le guida dans le salon où attendaient, sagement, les deux mugs fumants et les restes d'une délicieuse tarte à la myrtille. Himuro savait que son ami lui pardonnerait tout s'il contentait son appétit d'ogre …

Manipulation ? Pas du tout. Tatsuya connaissait juste ses faiblesses …

S'approchant de la table du salon, il proposa une chaise à Atsushi alors qu'il s'installait sur celle d'en face. Au passage, il se saisit d'un mouchoir dans lequel il éternua si fort qu'il en fit trembler les murs. S'excusant auprès d'Atsushi, il se moucha pour, de nouveau, lancer son mouchoir dans la poubelle comme il l'aurait fait avec un ballon et un panier de basketball. Bah, on est basketteur ou on ne l'est pas, hein ….
 


 
To be continued ...


 © Never-Utopia


HIMURO TATSUYA
{  Keep a hot heart and a cool head, think before you act, and never give up }

YOSEN BISHIES !!!

Cuteness lvl 100 ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]   14.01.14 0:00



Le froid s'accompagne de Chocolat.

PV — Himuro Tatsuya ★



Qu'il ouvre la porte, qu'il ouvre la porte, qu'il ouvre la porte! Oh! Le brun apparaît, enfin, la porte est ouverte! Murasakibara peut de nouveau respirer et amorce un mouvement pour se jeter sans aucune délicatesse dans l'appartement de son hôte lorsque ses yeux tombent sur son sempai. Décoiffé. Ensommeillé. Le nez rouge. Emmitouflé dans un énorme pull qui pourrait presque aller au violet. La vision si surprenante du brun stoppa Atsushi qui ouvrit de grand yeux, dévisageant sans aucune politesse son aîné. Alors là, il n'avait pas l'habitude de le voir comme ça. Et il n'avait pas mentit au téléphone: il était bien malade en effet. Même le géant arrivait à le dire rien qu'en le regardant, pourtant nous sommes tous d'accord pour affirmer que l'observation n'est pas franchement une qualité que nous pourrions lui donner. Même lorsque le brun ouvrit la bouche, il sembla au mauve que sa voix tremblait de fatigue.

« Bienvenue Atsushi ! Bon, désolé de mon état, mais quand je suis malade je ressemble à … ça … »

L'éclat de gêne qui déchira le silence tira Murasakibara de sa stupeur et le fit enfin redescendre sur terre. Mais avant de réagir aux propos de son aîné, il fit un pas, puis deux, un troisième aussitôt dans l'entrée du brun, il se retourna et ferma sans douceur la porte d'entrée. Non mais c'est qu'il gelait dehors! Un peu plus et Himuro aurait dû le porter pour le faire rentrer. Pourtant bien enveloppé dans son grand manteau et son écharpe, Atsushi se crispa une seconde, prit d'un violet frisson avant de se retourner et de montrer son visage boudeur à son ami qui avait exactement le même nez que le sien: rougit par la maladie. Sauf que dans le cas du violet, son nez digne d'un nez de poivrot était rouge uniquement à cause du temps glacial. Avec son air blasé et son visage tout rouge, il faisait plus penser à un clown qu'autre chose. Mais pas question de laisser le brun lui faire la remarque. Il était plutôt temps de lui faire part d'une pensée qui trottait dans la tête du géant depuis l'instant où il l'avait découvert dans cette tenue si peu caractéristique de la finesse du brun:

« Muro-chin. T'as une tête horrible.»

Voilà. Au moins ça, c'était dit et sur le ton le plus stoïque du monde, comme si cette information coulait de source! Il ne laissa le temps à son coéquipier de répondre que déjà il lui donnait son manteau en rechignant un peu, maugréant pour lui seul qu'il détestait le froid, que ça lui faisait mal aux joues, qu'il aimait pas marcher dans le vent etc, ramassa son sac de chips et gâteaux -car bien sûr, il avait cédé à la tentation du sucre- et il se laissa guider comme un bébé jusqu'au salon où il attendit qu'on lui donne sa chaise et s'assit aussi tôt, le sac serré entre les bras. Toujours frigorifié mais assez réveillé pour ne pas vouloir lâcher son sac de nourriture, le pivot de Yosen suivit du regard son aîné qui s'asseyait en face de lui lorsque ses yeux tombèrent ni plus ni moins sur ce qui ressemblait de loin au saint graal des graal des chocolats chauds. Ni une ni deux, le regard du mauve s'illumina alors qu'il se penchait en avant pour humer bruyamment -mais pas autant que son sempai qui reniflait sans classe- la tasse fumante de cacao. Il vit des étoiles, des petits coeurs et des sucres d'orges danser autour de cette tasse qui lui semblait si délicieuse et avant même que son aîné ne lui donne le feu vert, il posa grossièrement son sac de cochonneries alimentaires sur la table et se rua ni plus ni moins sur le chocolat qu'il prit entre ses mains comme un petit chaton. L'air béat qu'il afficha aussitôt témoignait d'un grand plaisir à pouvoir se réchauffer les mains de cette manière. En plus ça sentait bon le chocolat. Et de la guimauve! Beaucoup de guimauve en plus! Finalement c'était cool!

« Aaah. C'est chaud. ~ Et ça sent bon le chocolat chez Muro-chin mainten-!! »

Il ne put terminer sa phrase, un bruit sourd et disgracieux venant le couper dans son élan. Il sursauta même et failli renverser une goûte de chocolat, ce qui le préoccupa beaucoup plus que les spasmes dont était secoué Himuro à cause de son éternuement si divinement élégant.  Cela dit il ne manqua pas le magnifique panier que mit son aîné avec son mouchoir pleins de microbes, suivant la trajectoire du projectile de toute sa tête avant de rester concentrer sur la poubelle. Remplie. Ouah. Le brun était véritablement malade alors! L'espace d'un instant -un très court instant-, Atsushi se demanda si tous les mouchoirs de cette poubelle avaient atterris dedans comme celui que le brun venait de lancer mais finalement lorsque l'arôme cacaoté revint lui chatouiller les narines, il oublia complètement ce à quoi il était en train de penser et se retourna vers son camarade, le chocolat chaud déjà aux lèvres. Il allait même prendre sa première gorgée lorsque là, juste devant son sempai, il vit la plus belle tarte du monde. Ronde, dorée, à l'apparence croustillante, délicatement coupée en trois parts égales, quelques myrtilles se glissant le long du plat sur lequel cette divinité était posée.

« Oh la tarte!! Tu ne mentais pas alo-AH! C'est chauuud! »

Bah oui grand bêta! Boire et parler en même temps ne permet pas de souffler sur le liquide bouillant! Résultat, Murasakibara reposait sa tasse en sursautant -mais pas une seule goûte ne fuit du mug- et il secoua énergiquement la tête pour faire passer la douleur. Il allait rejeter la faute sur son aîné, c'était sûr. Et c'est-ce qu'il fit -quoique indirectement- car il arrêta de s'agiter pour fixé son regard sombre et ses sourcils froncés sur le brun, lui laissant clairement comprendre que là il en avait marre. D'abord il mourrait de froid pour venir le voir et maintenant il se faisait attaquer par son chocolat chaud peut coopératif. Il valait mieux attendre avant de fondre sur la guimauve qui faisait trempette dans le chocolat alors, dieux seul sait quel autre miséricorde tomberait sur le pauvre géant qui se grogna de mécontentement, croisant les bras sur la table et détournant le regard, boudeur. Il plissa le regard et sembla réfléchir quelques secondes, la tête baissée vers cette chose qui lui avait fait mal. Lorsqu'un nouveau frisson le parcouru et le secoua sur sa chaise, il grommela et se vouta sur sa chaise, posant la tête sur la table, le regard braqué sur son aîné. Et comme les enfants, il chouina.

« Muro-chiiin.... C'est trop chaud pour être bu mais j'ai froid. Pourquoi toi tu frissonnes pas alors que t'es malade? Et d'ailleurs t'as pas froid toi? En plus ton pull il est trop grand, tu dois avoir pleins d'air dedans. Ah et tu sais que t'as le nez tout rouge? Mais tu tousses pas, t'as pas mal à la gorge alors? Pourtant je t'ai acheté des bonbons pour la gorge mais si c'est pas là que t'as mal... »

Lorsqu'enfin il eut terminé de se plaindre comme un gosse, il soupira et s'attrista tout seul d'avoir dû acheter quelque chose d'inutile à son aîné. Mais au moins il pourrait croquer lesdits bonbons sans culpabiliser. Et puis pour l'instant il était celui dont on devait s'occuper! Il mourrait littéralement de froid là, malgré la chaleur de l'appartement, il avait encore l'impression d'être dehors. C'était vraiment pas agréable... Et son sempai à lui il était tout rouge au moins, il avait presque de la chance d'avoir de la fièvre tiens... Oh. De la fièvre! Atsushi se redressa d'un coup et fit racler sa chaise au sol pour se rapprocher de son partenaire, le regard soudain remplit d'espoir.

« Muro-chin! Si t'as de la fièvre, laisse moi me réchauffer les mains! » Il illustra ses paroles en plaquant ses mains contre les joues de son aîné, leur chaleur se dégageant instantanément dans ses paumes glacées. Sa réaction ne fut pas lente, un sourire radieux s'étira sur ses lèvres, doublé d'une mine d'ahurit finit, le tout accompagné d'un petit soupire de contentement. « Hm. ~ T'as de la chance d'avoir de la fièvre! Mais m'éternue pas dessus hein. »

Et le gamin stupide et impolie qu'il était resserra ses grandes mains autour des joues de Himuro qu'il tint à une longueur de bras pour ne pas prendre le risque de chopper ses microbes. Il semblait se réchauffer petit à petit lorsqu'il glissa un petit regard curieux sur le visage de son vis à vis, détaillant tous ses épis qui trônaient sur sa tête, ses cernes creusant son visage rougit par la fièvre, son nez tout rouge, son poitrail qui se soulevait en sifflant. Ca retint complètement l'attention du violet qui pendant une minute en oublia même son estomac qui pourtant hurlait la mort pour qu'on le nourrisse. Mais pour une fois, plutôt que de contenter son corps qui réclamait encore une fois à manger, Murasakibara scrutait sans manière son aîné, le regard soudain sérieux -inconsciemment- et se rapprocha du visage du brun pour le détailler de plus près.

« Muro-chin a vraiment une tête de malade. On doit pas s'allonger quand on est malade? »

Bah oui c'est bien connu mon petit Himuro! Quand on est malade et qu'on se mouche comme un éléphant, on reste au lit et on essaye de dormir! On invite pas des gloutons de 2mètres et cacahuètes à venir casser la croute enfin. Si c'était pas mignon tout ça. ~

Revenir en haut Aller en bas

Himuro
avatar



Informations Féminin Messages : 2548
Date d'inscription : 19/10/2013
Localisation : Akita | Lycée Yôsen
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: darkorchid | #a16968

RP terminés: 11

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]   17.01.14 19:49



 
Le froid s'accompagne de chocolat
★ & de guimauve ?

     
     
   
 
Feat
Murasakibara Atsushi
...


 


~ Enfant, Himuro était réputé pour ne jamais tomber malade. Dans une épidémie de grippe ou de gastro courait dans l'air, le brun était toujours épargné. Quand ses petits camarades se mouchaient comme des éléphants après avoir passé la journée à jouer dans la neige, Tatsuya éclatait de santé et retournait jouer dehors le lendemain, insensible à la fraîcheur de l'hiver. La varicelle n'avait fait qu'un passage rapide et les rhumes s'écartaient à son passage. Quoi qu'il arrivait, il passait toujours en travers des microbes et des épidémies, se portant comme un charme tandis que sa mère crachait ses poumons à cause d'une laryngite. De ce fait, on pouvait deviner que tomber malade était aussi rare pour lui que trouver un gros billet dans la rue …

Cependant, depuis son retour au Japon, le pauvre adolescent était devenu la cible préféré de toutes les cochonneries qui traînaient dans l'air. Bon, il faut avouer qu'il cherchait un peu, parfois. C'est vrai quoi, faire du basket en pull léger sous la neige, c'est aussi prudent que jouer avec le feu. Mais la maladie lui ayant toujours tourné le dos, il ne s'attendait pas à ce qu'elle le prenne d'assaut. A croire que le climat d'Akita était contre lui et que le Japon lui-même cherchait à lui faire payer ces longues années de désertions. Bah ! C'est pas comme s'il avait choisi de plein gré de partir aux Etats-Unis après tout ! Bon, il fallait bien l'avouer, il avait passé de supers moments là-bas : il était tombé amoureux du ballon orange, y découvrant plus qu'une passion. Et il avait aussi rencontré Taiga.

Taiga … Il était rentré au Japon avant leur match décisif. Que devenait-il aujourd'hui ? Jouait-il dans le club de basketball lycéen, lui aussi ? C'était-il encore amélioré ? Tant de questions qui restaient sans réponse depuis que les pieds du brun avait de nouveau rencontrés la terre nippone. Il se doutait que les réponses ne viendraient que lorsqu'il retrouva Taiga, mais qui sait quand cela arrivera ? Et dans quelle circonstances ? Portait-il toujours l'anneau qui symbolisait leur lien fraternel ? Même si Tatsuya avait lui-même posé la condition de s'en séparer si jamais Taiga le battait de nouveau au basket, il le gardait aujourd'hui encore autour de son cou, attendant le jour où son ultimatum prendra fin.

Néanmoins, le moment n'était pas aux souvenirs. De plus ce n'était pas Taiga qu'il avait en face de lui, glacé jusqu'aux os et grognon comme un ours dérangé dans son hibernation, mais Atsushi. Et ce dernier, outre sa remarque pleine de compassion et de peine sur l'état lamentable de son senpai, semblait s'être adoucit à la vue du chocolat chaud. Il ressemblait à un enfant à qui on aurait donné un carré de chocolat. Parfois, Himuro ne pouvait s'empêcher de se demander si son ami ne faisait pas le syndrôme de Peter Pan. Cette attitude enfantine ne serait-elle pas une façon de retarder sa vieillesse ? Le brun connaissait quelques notions de ce syndrôme. A l'âge d'Atsushi, ceux qui en étaient atteint faisait preuve d'une certaine irresponsabilité. Et pour l'avoir beaucoup côtoyer, Tatsuya savait qu'Atsushi était une personne irresponsable. Des fois, il devait le traîner de force à la bibliothèque pour qu'il fasse ses devoirs.

 
▬ Oh la tarte!! Tu ne mentais pas alo-AH! C'est chauuud!


Le cri d'Atsushi sorti subitement Tatsuya de ses pensées. Il espérait que son ami ait pas remarqué son absence. Apparemment non, ou alors son coéquipier ne lui en avait pas tenu rigueur. En même temps, avec du chocolat chaud dans les yeux et une tarte aux myrtilles sous les yeux, le centre d'intérêt de Murasakibara n'était pas son aîné. Amusé par la maladresse de son cadet, Himuro esquissa un léger sourire alors qu'il roulait des yeux. Vraiment, son insouciance n'avait rien à envier à celle d'un enfant. Le brun était sûr que s'il le mettait devant un dessin-animé comme My Little Pony ou les Powers Rangers, Atsushi serait fasciné. Il fallait qu'il tente un jour, d'ailleurs …

Néanmoins, le regard que lui lança son coéquipier par la suite n'avait rien de candide et d'innocent. Courbé sur sa chaise, son regard noir ourlé de ses sourcils froncés au maximum, il ressemblait à un fauve prêt à déchiqueter un perturbateur. N'importe qui d'autre aurait sûrement pâli et dégluti à ces yeux accusateurs, à cette colère sourde qui brillait au fin fond de ces prunelles violines. Mais voilà, Tatsuya n'était pas n'importe qui et, de ce fait, il était insensible à ce regard de serial-killer. Le brun connaissait désormais suffisamment son cadet pour savoir qu'il n'était en fait qu'un chaton dans le corps d'un tigre et qu'il ne lui ferait aucun mal. A d'autres, ce n'était pas promis, cela-dit. Mais Himuro avait réussi à dompter la bête – il faisait d'ailleurs parti des rares personnes à réussir à calmer le violet quand ce dernier sortait de ses gongs.

Finalement, le géant détourna la tête, abandonnant son air mauvais au détriment un visage boudeur, croisant les bras sur la table pour y faire reposer sa tête. Il sembla lancer un regard au chocolat chaud – à croire qu'il ne savait pas qui accuser. Le chocolat qui l'avait brûlé ou Tatsuya qui avait préparé la boisson précédemment citée. Après un frisson, l'attention du pivot retomba sur son aîné. Ah, maintenant il allait l'accuser de son état ? Ce n'était pas de la faute d'Himuro si le sens de l'orientation et la mémoire du grand dadet laissait à désirer. Il s'était perdu tout seul ! De plus, c'est lui qui avait insisté pour venir. Tatsuya n'était en rien responsable de la morsure glacée qu'avait laissé le froid de l'hiver sur le corps de son ami. Il se déchargeait de toutes responsabilités de ce côté là ! Néanmoins, plutôt que de se plaindre de cela, il se mit à chouiner sur tout et n'importe quoi.

▬  Muro-chiiin.... C'est trop chaud pour être bu mais j'ai froid. Pourquoi toi tu frissonnes pas alors que t'es malade? Et d'ailleurs t'as pas froid toi? En plus ton pull il est trop grand, tu dois avoir pleins d'air dedans. Ah et tu sais que t'as le nez tout rouge? Mais tu tousses pas, t'as pas mal à la gorge alors? Pourtant je t'ai acheté des bonbons pour la gorge mais si c'est pas là que t'as mal...


Tatsuya cligna plusieurs fois des yeux. Il devait mettre de l'ordre dans cette suite de paroles illogiques s'il voulait comprendre ce que son ami venait de baragouiner. Le brun se massa l'arête du nez. Bon, résumons. Atsushi se plaignait d'abord de son chocolat trop chaud qu'il ne pouvait pas boire malgré qu'il ait froid aux mains. Ensuite, il ne comprenait pas pourquoi Himuro ne frissonnait pas – en fait, il frissonnait bel et bien mais le pull cachait cela. Puis il critiquait son pull. Bon, c'est vrai, ce n'était pas le summum en terme de mode, mais il était confortable ! Et sa largeur participait à cette aisance. Ensuite, son nez … Bon, oui, Tatsuya ressemblait presque à Rudolph le Renne au Nez Rouge mais ce n'était pas de sa faute ! En plus, il passait son temps à se moucher alors ça arrangeait en rien les choses … Et non, il ne toussait pas mais sa gorge lui faisait mal, d'où sa voix un peu cassée. Mais ça, Atsushi ne l'avait pas remarqué …

Soudain, le violet fait racler sa chaise sur le sol pour se lever en un bond. En un pas, il fut auprès de son aîné qui, surprit, le regard de ces yeux olives ahuris. L'étincelle d'espoir qui brillait dans les yeux violets de son camarade ne l'aidant guère à se rassurer, le brun resta figé, se sentant comme un une souris à côté d'une girafe. Déjà que son cadet faisait presque vingt centimètres de plus que lui – soit une tête – mais s'il se dressait devant lui quand le brun était assit, c'était encore pire ! Pour peu, ce serait même terrifiant.

▬  Muro-chin! Si t'as de la fièvre, laisse moi me réchauffer les mains!


La seconde d'après, Atsushi plaquait ses larges mains sur les joues brûlantes de son aîné. L'effet fut immédiat : un frisson glacée courut le long de la colonne vertébrale du brun qui plissa les yeux, appréciant cette fraîcheur contre sa peau brûlante. Ce geste lui procura tellement de bien-être qu'il se surprit à pousser un petit gémissement, ses paupières se refermant toutes seules alors que sa bouche s'étirait en un sourire de parfaite satisfaction. Lorsque Himuro ouvrit un œil, il constata qu'Atsushi était dans le même état que lui … carrément bien.

▬  Hm. ~ T'as de la chance d'avoir de la fièvre! Mais m'éternue pas dessus hein.


De la chance ? Himuro n'en était pas si sûr. Un coup il crevait de froid et il se couvrait de tout ce qu'il trouvait dans la maison – couverture, plaid, couette, veste … tout y passait – soit il mourrait de chaud et se retenait de tout quitter pour arrêter de transpirer. Le plus souvent, une bonne douche le faisait le plus grand bien lorsque la fièvre devenait plus forte, mais il ne pouvait pas se permettre de fausser compagnie à son camarade si cela arrivait. Et puis, il ne risquait pas de lui éternuer à la figure ! Tatsuya avait prit le réflexe de se munir sur le champ d'un mouchoir lorsqu'il sentait monter un éternuement. Il était passé expert à la matière.

Tatsuya senti les mains de son ami se resserrer contre ses joues, comme si le violet essayait de lui subtiliser la moindre once de chaleur. Quand néanmoins il commença à détailler le brun, ce dernier se senti très vulnérable, exposé. Et puis pourquoi Atsushi le regardait comme ça ? Il était conscient qu'il n'était pas beau à voir avec ses cheveux en bataille, ses yeux brillants, son nez rouge et ses gros cernes noirs, mais son coéquipier n'avait pas franchement besoin de lui rappeler son air misérable. Ce matin encore le brun s'était fait peur en se regardant dans le miroir. Il se demandait même s'il allait pouvoir aller en cours le lundi, car son état ne semblait pas vraiment s'améliorer. Il fallait dire qu'il rechignait à prendre des médicaments ….

▬ Muro-chin a vraiment une tête de malade. On doit pas s'allonger quand on est malade ?


Pourquoi s'était-il autant rapproché de son visage ?! Himuro dégluti. Il ne se sentait pas à l'aise, il sentait le souffle chaud de son ami contre sa nuque, et ça le faisait frissonner – il n'avait pas besoin de lui pour ça, sa maladie s'en chargeait très bien toute seule. Sur le coup, il avait complètement la question de son camarade. Ses yeux olives s'étaient plantés dans ceux lilas de son grand ami et ne semblaient pas enclin à briser ce contact oculaire. Tatsuya était comme hypnotisé par ses pupilles violines qui, quelques secondes auparavant, glissaient encore sur son visage pour en scruter le moindre détail. Elles étaient à la fois fascinante et envoûtante, et le brun ressenti l'irrésistible sensation de s'y noyer …

Comme une âme guidée dans le tunnel d'après la mort, Himuro chercha à rejoindre la lumière qui brillait au fond des yeux de son ami. Il se leva lentement, prenant appui sur la table et sur le dossier de sa chaise, avançant tandis qu'Atsushi reculait, n'arrivant ainsi pas à combler le vide entre lui et l'immensité violine qui s'étendait à perte de vue dans le regard de Murasakibara. Mais comme il ne regardait pas vraiment ce qu'il faisait, Himuro trébucha et parti en avant, son torse rencontrant presque violemment celui de son ami, l'emmenant au sol avec lui.

▬ Hmpf !


Le corps d'Himuro retomba sur quelque chose de mou et le brun mit quelques minutes à constater que la chose molle en question était Atsushi. Son visage était enfoui dans le cou du plus grand, ses bras agrippés à ses larges épaules, les jambes de part-et-d'autre de celles du géant. Ouai, dit comme ça, ça paraissait plutôt louche comme position. Réalisant seulement maintenant la chose, le brun eut un brusque écart en arrière, allait s'asseoir entre les jambes écartées de son coéquipier, laissant ce dernier se redresser. Etait-il blessé ? Himuro ne se le pardonnerait pas s'il aurait fait du mal à son ami, même de façon non-intentionnelle.

Puisque son ami ne réagissait pas, le brun se rapprocha à quatre pattes de lui, se penchant sur son visage. Ses yeux étaient fermés … S'il lui faisait une blague, c'était de mauvais goût. Il lui tapota la joue du bout de son index, attendant une réaction, mais rien ne se produisit. Himuro senti son cœur se serrer dans sa poitrine. Atsushi s'était-il cogné le crâne ?! Pourtant, aucune marre de sang ne s'étendait telle une auréole autour de sa tête. Et s'il avait une hémorragie interne ?! La panique commença à prendre possession du shooting guard qui saisit les épaules de son camarade pour le secouer vigoureusement.

▬ Atsushi ! Hé, Atsushi ! Si c'est une blague, ce n'est vraiment pas drôle ! Dépêche toi d'ouvrir les yeux ! Si tu ne le fais pas … Je bois ton chocolat, fini toute la tarte et gobe tout tes bonbons ! Je mangerais même tes chips !


C'était un peu stupide comme raison pour le réveiller mais si Atsushi lui faisait une mauvaise blague, il savait que ces menaces le ferait réagir. Et si le géant s'était moqué de lui, le brun lui ferait payer la frayeur qu'il s'était prit. S'il y a bien une chose avec laquelle Himuro ne rigole pas, c'est bien ça … Le regard effrayé, le cœur battant la chamade, il attendit, à quatre pattes à côtés de Murasakibara, que ce dernier réagisse, ne serait-ce qu'un petit peu.
 


 
To be continued ...

© Never-Utopia



HRP:
 


HIMURO TATSUYA
{  Keep a hot heart and a cool head, think before you act, and never give up }

YOSEN BISHIES !!!

Cuteness lvl 100 ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]   19.01.14 16:58



Le froid s'accompagne de Chocolat.

PV — Himuro Tatsuya ★



Être malade, c'est jamais drôle. Pour avoir souvent été enrhumé en étant plus petit, Atsushi en savait quelque chose. On a le nez qui coule, la gorge qui enfle, la tête qui tourne, le ventre qui se tord, bref, c'est vraiment nul d'être malade. Le seul bon point dans ces moments microbiens est la tendresse dont peut faire preuve vos proches en vous soignant. Dans le cas du violet, c'est surtout sa grande-soeur qu'il appréciait par dessus tout lorsqu'il n'allait pas bien. La raison n'est pas difficile à comprendre: elle le cajolait comme un prince. Chocolat chaud au miel, bonbons au pin, couverture, bouillotte, tisanes, bouillie de flocon d'avoine à la vanille: il avait tout ce qu'il voulait. Alors évidemment, il ne se privait pas de réclamer l'attention de sa frangine dès qu'il se sentait un peu fiévreux. Il n'exigeait pas non plus d'être l'attention principale de sa famille mais il appréciait grandement toutes les marques d'affections particulièrement chocolatées que son aînée lui apportait. Cela dit, une chose qu'elle ne lui avait pas apprit -hormis se faire péter le ventre au miel lorsque l'on est malade- était de prendre soin des autres lorsqu'ils étaient malades. Ca, le géant ne savait pas faire. Il faut dire que préparer des collations sucrées pour son quatre heure, ça, il était un expert. Mais les préparer pour quelqu'un d'autre, ça, c'était inimaginable. Déjà, il savait reconnaître les signes évidents d'une personne malade, c'était pas mal.

C'est pourquoi lorsqu'il disait que son aîné avait une tête horrible, il le pensait. Agréable n'est-ce pas? Oh moins il avait la décence de lui faire part de ses pensées. Et comme ça, le brun savait que le violet avait parfaitement comprit qu'il n'était pas au mieux de sa forme. Et si jamais le géant en doutait encore, le fait que son sempai se casse royalement la gueule sur lui allait lui faire capter assez rapidement. Il n'avait pas eu de vertiges non, mais Murasakibara avait très bien vu le pied de cette table à laquelle Himuro s'était maladroitement accroché en tentant on ne sait quoi. Résultat, une masse brune reprenait ses esprits sur le corps mollasson d'un pauvre géant, renversé par surprise, les yeux fermés, l'esprit désintégré. La chute avait été soudaine, non douloureuse, mais soudaine, tant et si bien que le violet dût réfléchir pendant de bonnes minutes pour comprendre ce que diable il venait de se passer! Et pendant qu'il se tapait la causette mentalement en se demandant si les chocolats chauds n'avaient rien, le brun qui s'était servit de son corps comme trampoline se redressait lentement, l'oeil tendu.

C'est à peine si Murasakibara entendit son ami se glisser à ses côtés tant il était en pleine analyse de sa situation. Oh il était conscient, mais l'envie de rester allongé le prit soudain. Pourquoi? La raison était des plus stupides mais visiblement, le chauffage de l'appartement passait dans le sol. Résultat? Et bien le plancher était tiède! Une tiédeur qui enveloppait délicatement le mauve, appréciant grandement cette sensation de chaud qui se dégageait contre ses vêtements. Ca, c'était cool. Les menaces de son aîné pour le faire réagir l'étaient beaucoup moins.


« Atsushi ! Hé, Atsushi ! Si c'est une blague, ce n'est vraiment pas drôle ! Dépêche toi d'ouvrir les yeux ! Si tu ne le fais pas … Je bois ton chocolat, fini toute la tarte et gobe tout tes bonbons ! Je mangerai même tes chips ! »

Alors là, y avait du sauvetage de chocolat à effectuer. La menace eut un impact immédiat: le violet se redressa en sursaut et se jeta sur son aîné pour l'écraser contre le plancher. Inutile de préciser que son attaque avait été digne de celle d'un gorille en panne de banane.

« T'approche pas de mes chips! »

Pleinement conscient, Atsushi attrapa le brun par les épaules et le secoua un peu, se rasseyant au sol en face de lui.

« C'est pas drôle ce genre de menace Muro-chin! En plus toi t'as déjà goûté à la tarte de ta tante alors que moi non! Et puis tu sais que tu m'as fais mal? Tu pèses pas lourd mais quand même, t'aurais pus me prévenir. »

Oui parce que quand on tombe, on la civilité de prévenir toute personne devant soit pour qu'elle nous laisse nous écraser comme des merdes au sol, logique. Mais quand il est question de nourriture avec Atsushi, la logique n'a rien à faire dans ses pensées et ainsi relâcha t-il Himuro, grommelant contre lui, se frottant l'arrière de la tête où il avait tapé le sol. Il ne s'était pas fait si mal que ça mais avait été tellement surprit qu'il avait besoin de râler. Et en plus on avait menacer de lui boire son chocolat quoi! Non mais oh, y a des choses qui se font pas tout de même! C'est boudeur qu'il se redressa en se faisant craquer le cou, zieutant discrètement la table pour vérifier que tout était encore à sa place. Il fût divinement soulagé lorsqu'il vit que tout était intact. Soulagé, il soupira bruyamment avant de se pencher vers son aîné pour l'examiner. Bon. Ca devenait mauvais là. Il était tout rouge et visiblement incapable de se déplacer correctement. Pour le mauve, il était temps de remettre de l'ordre chez le brun. Déjà il fallait le tenir éloigné des tasses de chocolat chauds: pas question de reprendre le risque qu'il les renverse. Ensuite il fallait trouver un endroit où il pourrait manger cette tarte -qui faisait de l'oeil au violet- sans que Tetsuya ne se lève. Le brun devait rester immobile. Il avait risqué la vie de ces douceurs une fois, avec Murasakibara, ça ne se reproduirait pas.

« Muro-chin, tu t'approches plus de mon chocolat. Aussi, t'es trop dangereux pour la tarte là, ça va pas du tout. »

Oh non ça n'allait pas, il était temps d'agir. Parfaitement sérieux et prêt à râler de nouveau s'il le fallait, le violet attrapa un bras de son aîné et ni une ni deux, le hissa sur son épaule sans aucune tendresse. Il le secoua même comme un pruneau pour l'installer avec plus d'équilibre. Il n'attendit pas que le brun réagisse et fit un pas avant de se stopper net. Son paquet sur le bras, il se retourna en boudant vers la table, attrapa nerveusement une guimauve et se la fourra dans le bec avant d'en prendre une deuxième au cas où et finalement, il se dirigea vers les chambres. Il mit un certains temps avant de retrouver celle de son partenaire mais lorsqu'il tomba sur un poster de basket, il pénétra dans la pièce et déposa son sac de patate sans aucune douceur sur le lit. Bras croisés, la guimauve entre les lèvres, il lança un regard menaçant à son aîné pour le dissuader de se lever.

« Tu bouges plus de ton lit maintenant Muro-chin. »

Il fit une moue boudeuse puis quitta la chambre sans plus de formalité, allant chercher son les chocolats chauds et ses chips au salon. Il revint en trainant des pieds, posa la boisson de son coéquipier sur sa table de chevet et se recula aussi tôt, méfiant, pour aller s'assoir par terre à l'autre bout de la chambre, engloutissant littéralement les guimauves que lui avait préparé Himuro, son chocolat chaud dans les mains et ses sacs de chips accrochés à son poignet. Et c'est comme un gamin boudeur qu'il croisa les jambes pour déposer ses paquets de cochonneries chimiques, sirotant prudemment cette fois-ci son chocolat sans jamais regarder son aîné. Non mais enfin, on rigole pas avec la nourriture! C'était pas gentil du tout de lui faire peur comme ça. Et il ne parlait pas que de sa bouffe même si c'était la raison principale de son agacement. Le brun lui était tombé dessus quand même! Mais ça encore ça n'était pas grave. En revanche faire croire, même intentionnellement, au violet qu'il s'évanouissait, ça c'était dérangeant. Non mais sérieusement, fallait pas lui faire peur comme ça! C'est Muro-chin l'aîné quand même. C'était pas cool. Vraiment pas cool.




Revenir en haut Aller en bas

Himuro
avatar



Informations Féminin Messages : 2548
Date d'inscription : 19/10/2013
Localisation : Akita | Lycée Yôsen
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: darkorchid | #a16968

RP terminés: 11

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]   23.01.14 0:27



 
Le froid s'accompagne de chocolat
★ & de guimauve ?

     
     
   
 
Feat
Murasakibara Atsushi
...


 


~ Le regard apeuré bien que brillant, Himuro attendait, nerveux, pensif, que son ami lui donne un signe de vie. Il n'avait pas pu lui faire bien mal, il faisait presque trente kilogrammes de moins que lui ! En tout cas, il était certain que si son ami était toujours en vie, il réagira aussitôt à sa menace. Et le brun avait vu juste ! Le violet se releva tel Frankenstein et le plaqua comme l'aurait fait un joueur de football américain. Tatsuya n'avait même pas eu le temps de réaliser ce qu'il se passait que le grand violet se mettait à le secouer comme un prunier, faisant tourner la tête de son aîné.

 
▬ T'approche pas de mes chips! C'est pas drôle ce genre de menace Muro-chin! En plus toi t'as déjà goûté à la tarte de ta belle-mère alors que moi non! Et puis tu sais que tu m'as fais mal? Tu pèses pas lourd mais quand même, t'aurais pu me prévenir.


Himuro cligna plusieurs fois des yeux. Le prévenir de quoi ? Qu'il allait tomber ? Comme s'il pouvait le prévoir ! D'ailleurs, le brun aurait préféré ne pas tomber du tout. Pourquoi diable son chausson s'était-il prit dans le pied de la table aussi ? Ce n'était vraiment pas sa journée. Comme si son gros rhume n'était pas suffisant, voilà qu'il devenait maladroit. Ca promettait. Il devenait presque certain qu'il ne pourrait pas aller en cours lundi. Il n'osait même pas imaginer ce qu'il donnerait à l'entraînement … Oui, il valait mieux ne pas imaginer.

Atsushi finit par se redresser, au grand soulagement d'Himuro qui poussa un petit soupir. Mais son soulagement fut de courte durée puisque, après un rapide coup d'oeil vers la table pour s'assurer que chaque élément était parfaitement à sa place, Murasakibara se pencha vers son aîné pour l'observer de nouveau. Tatsuya recula la tête, la rentrant dans ses épaules. Il n'avait pas finit de le regarder comme un animal dans un zoo ? Ca devenait embarrassant. Le violet allai-il encore faire une réflexion sur son état de santé ? Le brun savait bien qu'il était dans un état lamentable – même son miroir lui avait fait la tronche ce matin..

▬  Muro-chin, tu t'approches plus de mon chocolat. Aussi, t'es trop dangereux pour la tarte là, ça va pas du tout.


…. Eh ? Le chocolat ? La tarte ? Atsushi ne cessait-il donc jamais de penser à la nourriture ?! S'il lui fallait un jour choisir entre sauver un paquet de chips ou sauver un être humain, son choix serait vite-fait, et ce ne serait sûrement pas le plus logique des deux. Un nouveau soupir franchit la barrière des lèvres du brun. Si on ouvrait la tête de son coéquipier, on y trouverait son estomac plutôt que son cerveau, c'était une certitude. Puis d'abord, c'est pas qu'il si elle était tombée, cette tarte. Même la petite myrtille qui avait roulé sur la porcelaine un peu plus tôt n'avait pas bougé d'un iota, c'est pour dire …

Tout à ses pensées, Tatsuya ne remarqua pas lorsque son ami s'avança davantage vers lui mais ce fut le cas lorsque le violet le chargea en sac à patates sur son épaule, le secouant sans ménagements pour trouver le bon équilibre. Pour peu, Himuro aurait rendu son déjeuné. Atsushi et la douceur ça fait deux. Le brun plaignait sa future petite amie … Après s'être servi en guimauves, le violet se mit en marche, s'engageant dans le couloir menant aux chambres. Apparemment, la sienne était facile à repérer car Atsushi y pénétra rapidement avant de laisser tomber Himuro dedans. Ce dernier lâcha un « hmpf » étouffé par les oreillers et il eu à peine le temps de se redresser pour voir Atsushi disparaître de sa chambre.

▬  Tu bouges plus de ton lit maintenant Muro-chin.


Avait-il dit avant de mettre les bouts. Non mais vous y croyez, le voilà au lit comme un gamin ! Tatsuya n'en revenait toujours pas. Pour peu, il aurait pu passer pour un enfant puni par son papa. Le brun ne supportait plus son lit, il y avait passé près de douze heures d'affilées et avait besoin d'air neuf. C'est pourquoi il avait migré au salon en début d'après-midi : afin de quitter ces quatre murs qui l'étouffait. Mais voilà qu'on le remettait en cage. Il se laissa tomber sur son oreiller, fixant son plafond blanc. S'il restait trop longtemps dans son lit, il allait s'endormir, c'était certain. Or, il ne tenait pas à piquer un roupillon en laissant Atsushi en liberté dans l'appartement. Il avait vider les placards et c'est lui qu'on allait engueuler … Non, il ne fallait pas dormir.

Ah ben revoilà Hagrid, chargez des chocolats chauds, des guimauves et de ses chips. Après avoir déposé la tasse de son aîné sur sa table de chevet, il s'en alla s'asseoir dans un coin de la chambre afin de siroter son chocolat chaud. Ah, c'est bon, Himuro venait de comprendre. Atsushi l'avait bel et bien éloigné de la tarte … Mais plutôt que déplacer l'assiette, il avait décidé qu'ils migreraient dans la chambre du brun. Ce dernier espérait que le grand dadet aux cheveux violets n'allait pas faire tomber la moindre goûte de chocolat chaud sur sa moquette – sa belle-mère deviendrait pire qu'une furie.

Se redressant, Himuro se retrouva en position assise, observant son ami qui ne semblait même plus s'intéresser à lui. Se grattant l'arrière du crâne, le brun se pencha sur sa table de nuit pour y prendre sa tasse, humant le délicat arôme du cacao. Il était un peu moins chaud maintenant, il pouvait le boire sans risquer de se brûler la langue. Le liquide chaud le fit frissonner et une sensation de bien-être prit alors possession de son corps. Il n'y a rien à dire : un chocolat chaud, il n'y a rien de mieux lorsque l'on a un rhume. Tatsuya attrapa les guimauves qui flottaient à la surface du bout des doigts, les glissant dans sa bouche et se léchouillant les doigts plein de chocolat avec gourmandise.

Après avoir avalé la moitié de son chocolat, il abaissa sa tasse au niveau de ses jambes croisées sous sa couette. Son regard olive plongé dans l'onde brune, Tatsuya se plaignit mentalement de la poisse qui ne cessait de s'abattre sur lui. Quand la journée avait commencé, il ne s'attendait pas à ce que son grand coéquipier finisse par le mettre au pieu pour assurer la survie d'une tarte à la myrtille. Surtout que ce grand nigaud ne s'en n'était même pas prit une part. Elle était inutile là-bas, toute seule, au milieu de la table de la salle à manger. Il soupira de nouveau – il allait bientôt atteindre le record mondial de soupirs poussés en une journée – et resserra sa prise sur son mug.

▬  C'est pas juste, Atsushi. Je suis malade, tu pourrais être plus prévenant. J'ai déplacé toutes mes affaires au salon car j'étouffais dans ma chambre. Je n'ai même pas de mouchoir ici. En plus j'ai pas aéré alors ça sent la transpiration de chameau. En plus tu as acheté des médicaments et tu ne me les a même pas donné. Je pourrais mourir dans mon coin, tu ne le verrais même pas. Je passe après une tarte à la myrtille, je suis un peu vexé.


Et voilà, maintenant c'est lui qui se plaignait comme un gamin de neuf ans. Bah, fallait bien que ça sorte ! Passé après une tarte à la myrtille, c'est attristant quand même. Finissant son chocolat chaud, il déposa le mug sur sa table de chevet, en compagnie d'un cadavre de paquet de mouchoir. Tout le reste était au salon … Et il ne préférait pas se lever, Atsushi lui avait déjà prouver qu'il était un pro du placage, il ne tenait pas spécialement à revivre l'expérience. Coulant un regard vers son coéquipier à la chevelure violine, Himuro haussa les épaules et reprit la parole :

▬ C'était peut-être pas une bonne idée de te faire venir, finalement. Tu peux partir si tu veux. Je me soignerai mieux tout seul et comme ça, tu pourras manger tranquillement sans que je ne risque de contaminer ta nourriture bien-aimée.


Il était dur là (CMB //TGV//) mais loin de lui l'idée de faire du mal à son camarade. Himuro voulait juste le faire réagir. Lui faire comprendre un sens normal de priorités. Et lui montrer, aussi, que son soutien serait apprécié, qu'il aimerait que son géant de coéquipier prenne soin de lui. Certes le brun ne demandait pas les massages thaïlandais et des linges humides sur le front, mais au moins un peu de considération. Certes, Atsushi était un grand enfant, mais Tatsuya aimerait parfois qu'il agisse un peu plus comme un adolescent responsable. Même si, quelque part, c'est cette attitude enfantine qui rendait Atsushi si craquant ….
 


 
To be continued ...

© Never-Utopia


HIMURO TATSUYA
{  Keep a hot heart and a cool head, think before you act, and never give up }

YOSEN BISHIES !!!

Cuteness lvl 100 ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]   27.01.14 13:42



Le froid s'accompagne de Chocolat.

PV — Himuro Tatsuya ★



C'est tellement nul d'être malade. Mais c'est encore pire de devoir s'occuper des malades. En tout cas pour Murasakibara, c'était un réel défi. Et le malade avait beau être son Muro-chin, il n'allait pas changer de comportement pour un clou. Le plan devait être simple à la base. Il s'ennuyait, insistait pour venir chez le brun, se faisait nourrir de délicieuses sucreries et squattait jusqu'à ce qu'il est terminé ses paquets de chips avant de rentrer en bravant le froid une nouvelle fois. Et lorsqu'il serait chez lui, il enverrait tout un tas de messages à son aîné pour se plaindre du fait qu'il habitait trop loin de sa maison et que marcher dans le froid c'était casse pied. Bref. Ca c'était le plan à la base. Bien évidemment, il y a toujours des complications dans ce qu'on prévoit. Les complications en question étaient le mauvais état du brun et à présent, sa mine renfrognée. Voilà donc qu'ils étaient deux à bouder. Le plus grand râlait car on avait menacer de lui piquer sa nourriture -ce qui s'apparentait approximativement à la fin du monde pour lui- et l'autre commençait à être agacé du comportement égoïste et enfantin du mauve. Bref. Tandis que l'un se laissait engluer par ses microbes dans son lit, l'autre sirotait son chocolat chaud en boudant dans un coin de la chambre. Et le violet avait beau savoir que ça n'était pas vraiment la faute de son sempai s'il s'était retrouvé au sol quelques minutes plus tôt, il ne voulait plus le regarder. Non. Comme d'habitude, il agissait en victime, exagérant des paroles enfantines. Ca l'agaçait vraiment d'y repenser. Il gonfla les joues en reprenant une gorgée de chocolat chaud alors que son camarade soupirait encore une fois. Ah. Son Muro-chin boudait sec...

« C'est pas juste, Atsushi. Je suis malade, tu pourrais être plus prévenant. J'ai déplacé toutes mes affaires au salon car j'étouffais dans ma chambre. Je n'ai même pas de mouchoir ici. En plus j'ai pas aéré alors ça sent la transpiration de chameau. En plus tu as acheté des médicaments et tu ne me les a même pas donné. Je pourrais mourir dans mon coin, tu ne le verrais même pas. Je passe après une tarte à la myrtille, je suis un peu vexé. »

Oh. Ca c'était rare. Le brun se plaignant comme le ferait Atsushi, ça n'arrivait... jamais. Cela surpris tellement le violet qu'il redressa la tête et dévisagea, un peu surpris, son partenaire. Le géant avait l'habitude de se faire disputer au club de basket, par les professeurs et ses grands-frères mais Himuro ne haussait que rarement le ton contre lui. Il lui faisait quelques remarques tout au plus mais jamais encore il ne l'avait entendu râler sur son comportement. C'était nouveau. Et surprenant. Il avait un discours digne des plaintes de Murasakibara, ce qui ne manqua pas de le laisser complètement pantois. Il avait même arrêté de se goinfrer de ses chips, c'est pour dire! Et comme une surprise n'arrive jamais toute seule, son aîné poursuivis, le ton un peu plus sec.

« C'était peut-être pas une bonne idée de te faire venir, finalement. Tu peux partir si tu veux. Je me soignerai mieux tout seul et comme ça, tu pourras manger tranquillement sans que je ne risque de contaminer ta nourriture bien-aimée. »

C'était plus sec. Et assez vrais pour que Murasakibara se sente gêné et détourne le regard alors que les yeux de son coéquipier étaient plantés sur lui. Il pinça les lèvres et serra ses paquets de chips, mal à l'aise. Sa tasse avait été vidée depuis longtemps, il regrettait de l'avoir terminée si vite, il aurait pus se cacher le visage dedans en reprenant des gorgées pour réfléchir. Les paroles du brun résonnait dans son esprit jusqu'ici tourné vers ses chips, sa tarte encore intacte, son chocolat chaud, ses guimauves... bref vers de la bouffe! C'est vrais qu'il n'avait pas tellement pensé à son malade de brun. C'était gênant. Alors que lui l'invitait malgré son rhume et lui préparait tout un tas de douceurs pour le réchauffer. Le regard baissé sur ses chips, Atsushi prenait garde de ne pas relever la tête vers son partenaire qui l'avait si justement sermonné. Mal à l'aise, il réfléchit quelques secondes à son comportement, réprimant son désir de manger une nouvelle chips, puis se leva et sortit de la chambre. Sans trop savoir quoi faire, mais décidé à ne pas enquiquiner plus que ça son aîné, il retourna dans le salon, attrapa tout un tas d'objets et revint en trainant des pieds dans la chambre du brun. Il ne perdit pas de temps et se dirigea, les bras chargés, vers le lit de son coéquipier avant d'y déposer tout ce qu'il avait pris.

Deux boîtes de mouchoirs, son manteau, le sac de la pharmacie et une tube de lait concentré sucré. Il étala en silence le tout sur les genoux de son brun, toujours boudeur mais le regard fuyant, coupable, puis il attrapa les bonbons au miel qu'il avait acheté en venant chez lui et les ouvrit soigneusement. Mais mal à l'aise, il ne sut quoi dire, évitant soigneusement le regard de son coéquipier.


« M-Muro-chin... tu... tu me boudes? »

C'était pas cool. Dans toutes les situations qu'ils avaient déjà vécu, ça avait toujours été le mauve qui boudait son sempai, jamais l'inverse. Bon bien sûr, Atsushi n'avait presque jamais de réelles raisons de râler mais le brun les acceptait toujours sans rechigner, « consolant » même son cadet en lui promettant diverses sucreries. Alors là, le fait que ce soit le brun qui boude et pour une raison parfaitement valable qui plus est dérogeait à tout ce que Murasakibara connaissait. Si sa mère avait été là, elle l'aurait réprimandé aussi en lui donnant un coup sur la tête et lui aurait crié dessus en lui disant que ne pas s'occuper des personnes malades était très mal. Et bien qu'il n'en avait pas l'air, Atsushi n'aimait pas mettre en rogne sa mère. Il avait beau être son petit dernier -et son préféré- elle ne se privait pas pour le reprendre sur sa mauvaise éducation. Si elle l'avait vu agir ainsi avec Himuro, elle l'aurait grondé, à tous les coups. Il avait mal agit. Plus, il avait vexé son partenaire qui boudait sous sa couette. C'était vraiment pas chouette du tout...

« Désolé Muro-chin. » Il redressa la tête, l'air penaud, et gratifia le brun d'une petite moue coupable sans pour autant se départir de sa mine blasée, voir ennuyée.

Bon au moins il s'excusait, c'était déjà ça. Il pensait aussi ce qu'il disait, ce qui était bien aussi. Après il n'allait pas se mettre à pleurnicher pour demander le pardon de son brun. En revanche il ne voulait pas partir, même si le plus vieux l'avait suggéré avec tant de sècheresse. Sinon il reviendrait au point de départ à savoir: se tourner les pouces chez lui. Non ça c'était trop ennuyant. Et puis en plus il faudra qu'il traverse de nouveaux les rues gelées. Non non vraiment, y a pas moyen. Il voulait rester chez son partenaire. Il avait enfin chaud et puis y avait son Muro-chin -bien que présentement en train de le foutre dehors-. Décidé à lui faire changer d'avis -et à se rattraper un petit peu quand même-, Murasakibara déballa un petit bonbon au miel et s'agenouilla devant le lit de son aîné pour être à sa hauteur, amenant sans grande tendresse le petit bonbon contre les lèvres boudeuses du brun.

« Goûte ce bonbon Muro-chin, ça te fera du bien. Et me vire pas, j'ai pas envie de partir. Regarde j'ai d'autres trucs pour ton rhume, d'accord? Ah attends, faut que tu goûtes ça, ça fait du bien quand on est malade! »

Il enfonça sans douceur le bonbon au miel dans le bec de son partenaire avant de se saisir du tube de lait concentré sucré, gisant à côté des mouchoirs. Il l'examina fixement avant de tourner la tête dans tous les sens à la recherche de quelque chose pour le servir. Ah! La cuillère du chocolat chaud! Il s'empara du couvert, toujours collé contre le lit de son aîné, et ouvrit le tube de sucre pour verser son contenu dans la cuillère, la remplissant aux ras bords. Et avant que le tout ne coule sur le lit, il se pencha en avant, attrapa le menton de son camarade et lui ouvrit la bouche maladroitement pour lui mettre la cuillère dans le bec. Tout ça en oubliant qu'il venait à peine de lui donner un bonbon au miel. Peut être que le mélange des saveurs serait bon, qui sait? En même temps pour un ogre comme lui, enfourner différents aliments dans la bouche d'un seul coup était normal. Et puis fallait qu'il s'occupe du brun s'il voulait rester non? Alors il agissait sans doute bien non? C'était maladroit certes et pas tendre pour un clou mais au moins il faisait autre chose que s'empiffrer... Même s'il avait bien envie de goûter au lait concentré sucré à son tour. C'est bon ça! Il se rappelait que sa mère lui en donnait toujours un peu lorsqu'il était petit et malade. En voyant la confiserie au combini, il avait pensé que ça ferait du bien à son coéquipier.

Il maintint son menton encore un peu, penché vers lui et lui retira enfin la cuillère de la bouche avant de le scruter fixement, attendant sa réaction comme un enfant.

« Alors, ça te fait du bien Muro-chin? T'as plus mal? T'en veux encore? »

Sérieusement impatient, il attendait les réactions de son aîné avec moins d'impassibilité que d'ordinaire. Il avait réagit comme il fallait non? Muro-chin devait être content. Ou alors moins embêté! Il n'allait pas le mettre à la porte hein... Ca serait casse pied. Et nul. Et en plus ça voudrait dire que Murasakibara rentrerait chez lui fâché avec son partenaire. Ca c'était encore plus nul que de se faire réprimander. De plus en plus conscient qu'il ne voulait pas rentrer chez lui, le géant de Yosen lâcha enfin son menton et se recula un peu, sans pour autant détourner le regard, et le contempla quelques secondes. Il avait vraiment une tête fatiguée... C'était bien rare de le voir malade. C'était même la première fois pour Atsushi. Il allait demandé s'il pouvait rester lorsque son regard tomba sur les lèvres pâles de Himuro, qu'il fixa avec un air gourmand. Elles ont toujours été aussi pâle? Oh et il y avait encore un peu de sucre dessus... A voir comme ça... ca donnait envie d'y goûter. C'était bizarre. Elles étaient pâlottes mais donnaient tant cette impression d'être sucrées à souhait, un peu humides, entre-ouvertes. Dans un geste parfaitement inconscient, Atsushi se lécha les lèvres en admirant celles de son compagnon avant de se reculer et de rompre ce petit contact qui l'attirait. Il posa ses trop longs bras sur la couette de son sempai et se tortilla à genoux, mal à l'aise.

« ... Je peux encore rester Muro-chin?... »

Il avait vraiment pas envie de partir. Vraiment pas!

Revenir en haut Aller en bas

Himuro
avatar



Informations Féminin Messages : 2548
Date d'inscription : 19/10/2013
Localisation : Akita | Lycée Yôsen
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: darkorchid | #a16968

RP terminés: 11

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]   03.02.14 21:34



Le froid s'accompagne de chocolat
★ & de guimauve ?

   
   
 
Feat
Murasakibara Atsushi
...




~ Les doigts de Tatsuya se crispèrent sur sa couette. Il y était peut-être allé un peu fort. Après tout, il connaissait bien Atsushi désormais : il savait bien qu'il n'était qu'un grand enfant et qu'il n'avait pas encore développé un réel sens des priorités. Néanmoins, le brun avait ressenti une sorte de délivrance. Ça lui avait fait un bien fou de dire tout ce qu'il avait sur le cœur. Certes, il y avait pire dans le monde mais, quelque part, il aurait aimé que son cadet prenne soin de lui et le borde comme une maman avec son enfant. Échanger leur rôle, en somme. En effet, les membres de l'équipe se plaignait souvent de l'attitude bien trop papa poule du brun vis à vis de leur ace …

Contrairement à ce qu'il aurait cru, ses paroles semblèrent réellement toucher le géant violet. Du moins, c'est l'impression que cela donna à Himuro lorsque son coéquipier se leva et quitta sa chambre. Partait-il bouder au salon ? Allait-il simplement se servir une part de tarte à la myrtille ? Ou, en réponse aux paroles de son aîné, quittait-il les lieux ? Si c'était le troisième cas, Tatsuya s'en voudrait un peu. Murasakibara avait prit le temps de venir lui rendre visite et même s'il n'était pas l'homme le plus prévenant de la terre, il avait tout de même fait l'effort de se déplacer. Bah, s'il partait, Himuro aurait eu tôt fait de le rattraper, mais bon …

Ah bah non, le revoilà qui revient chargé comme une bourrique. Il lâcha son butin sur le lit du brun, qui cligna plusieurs fois des yeux, un peu étonné. Entre ses jambes légèrement écartées venaient de choir deux paquets de mouchoir, son manteau encore mouillé, le sachet de la pharmacie et … une tube de lait concentré ? Himuro n'en avait jamais goûté. Il savait que Suzue, sa petite sœur, en raffolait. C'était d'ailleurs assez étrange qu'il n'y ait jamais goûté auparavant. Néanmoins, ça ne l'étonnait guère de voir que Atsushi achetait ce genre de chose. Tout ce qui était sucré devait lui plaire, de toute façon. Même le réglisse, qui n'avait pas la côte parmi les confiseries, devait trouver grâce auprès du géant violet …

▬ M-Muro-chin... tu... tu me boudes ?


Le concerné le regarda mais ne prononça pas le moindre mot. Merde ! Être aussi craquant, ça ne devrait pas être permit ! Il était en train de lui faire la morale mais tout ce dont le brun était capable, c'était de relever à quel point la petite moue boudeuse de son coéquipier était adorable. Certes, il gardait cet air ennuyé mais cette petite moue le rendait tout gaga. Comme quand on admirait un bébé pour la première fois : on avait envie de lui tirer les joues, de le bouffer tout cru et de lui dire des choses carrément débiles avec une voix abusée à l'extrême. Là, c'était la même chose. Mais le bébé en question faisait là plus de deux mètres …

C'est le contact du bonbon au miel contre ses lèvres qui sorti Himuro de ses pensées. Il eut à peine le temps d'entrouvrir les lèvres avant que le violet n'enfourne le médicament dans sa bouche. Guidant le comprimé sucré sur sa langue, le brun se laissa fondre en appréciant le goût qu'il affectionnait particulièrement. Toutes les cochonneries comme la pâte à tartiner, le miel, la confiture, le beurre de cacahuète et j'en passe, le brun en raffolait. Ça lui rappelait les goûters que lui faisait sa mère lorsqu'il était gamin, aux États-Unis. Qu'est-ce qu'il avait pu en manger, assit sur l'asphalte d'un terrain de basket de rue, en compagnie de Taiga …

Néanmoins, Himuro ne put profiter bien longtemps de cette saveur, car Atsushi lui saisissait plus ou moins maladroitement le menton pour fourrer dans son bec une cuillère de lait concentré. Le bonbon au miel glissa en compagnie du liquide sucré dans sa gorge, créant un mélange assez écœurant du au surplus de sucre. Tatsuya avala tant mieux que mal, réprimant une grimace de dégoût. A l'avenir, il le saura : le bonbon au miel et le lait concentré, ça ne fait pas bon ménage. A cause de ça, le brun n'avait même pas pu décréter si, oui ou non, le liquide sucré lui plaisait ou non. Sa première expérience était néanmoins pas la plus goûteuse …

Quand enfin Atsushi extirpa la cuillère de la bouche du brun, ce dernier se lécha les lèvres, tentant de récupérer le peu de lait concentré qui n'avait pas subit le mélange atroce avec le bonbon au miel. Il n'en récupéra pas assez pour dire de se faire une idée fixe du goût mais, apparemment, ce n'était pas trop mauvais. Avec un peu de chance, Murasakibara allait lui en donner une nouvelle fournée. Sauf si, bien sûr, il se mettait à vider le tube directement dans son gosier … il en était capable en plus, le bougre.  

▬  Alors, ça te fait du bien Muro-chin ? T'as plus mal ? T'en veux encore ?


Si ce mélange incongru lui avait pendant quelques secondes donné la nausée, on ne pouvait pas dire qu'il avait été inefficace. En effet, la gorge de Tatsuya allait un peu mieux. Néanmoins, il n'était mentalement et physiquement pas prêt à ré ingurgiter un même mélange, sauf si Atsushi faisait abstraction du bonbon au miel. Rien que d'y penser, l'estomac du brun se contracta. Il ne survivrait pas à un nouvel assaut, c'était certain. Il se contenta de déglutir, effaçant les dernières traces de ce viol alimentaire. Il se demandait comment Atsushi pouvait passer du chocolat aux chips sans en être incommodé. Décidément, l'estomac du géant violet avait été créé pour résister à tout et n'importe quoi … sauf aux légumes, évidemment.  

▬  .. Je peux encore rester Muro-chin?...


Himuro sentait les bras d'Atsushi qui pesaient à présent sur ses jambes. De toute évidence, partir ne faisait pas parti du programme du violet. S'il avait ainsi agit, c'était pour se rattraper et ainsi dissuader son aîné de le foutre à la porte. C'était plutôt … mignon. Restait-il pour Himuro ou pour la nourriture, le brun ne pouvait le deviner, mais il appréciait les efforts de son coéquipier. Même s'il était très maladroit dans ses gestes, c'était déjà un bon début. Pour peu, Tatsuya aurait voulu être encore plus malade, comme ça son cadet se serait encore plus occupé de lui …... La maladie devait le faire délirer, car il commençait à penser à des choses étranges.

Le brun observa son coéquipier pendant de longues secondes, qui lui parurent des heures. Parfois, il avait du mal à se dire qu'il semblait si déconnecter de la réalité dans la vie de tout les jours mais un véritable titan une fois sur le terrain. Parce que le bougre avait beau dire qu'il n'aimait pas le basketball, il était carrément transformé une fois qu'il avait la balle entre les mains. S'ils s'entendaient bien sur tout, les deux aces de Yôsen n'étaient jamais sur la même longueur d'onde lorsque ça concernait le basketball. Mais Tatsuya était déterminé à lui faire aimer ce sport qui avait bercé toute son enfance aux États-Unis. Il voulait qu'Atsushi comprenne le véritable sens du jeu, du travail d'équipe, qu'il sente l'adrénaline le secouer comme jamais lors d'un match palpitant. Il voulait lui faire découvrir toutes ces sensations qu'il affectionnait tant.

▬ Mais bien sûr que tu peux rester. Je vais pas te mettre à la porte alors qu'il neige dehors.


Atsushi devait se dire que son aîné était du genre à se contredire, mais tant pis. Si Himuro l'avait menacé, c'était seulement pour le faire réagir. Et le pire, c'est que ça avait marché. Parfois, il avait l'impression d'avoir un contrôle total sur le violet. Il pouvait en faire tout ce qu'il voulait sans que le plus grand ne rechigne plus que ça. Il comprenait maintenant pourquoi Murasakibara avait écouté les ordres de son ancien capitaine en refusant de jouer à la finale de l'InterHigh : il était le genre de personne à se soumettre si ça l'arrangeait et si on lui promettait quelque chose. En enfant, quoi. Décidément, le terme « enfant » était redondant lorsqu'on parlait du géant de Yôsen !

▬ Viens, grimpe. Tu vas te faire mal aux genoux.


Joignant le geste à la parole, Himuro tapota doucement son matelas, l'invitant à le rejoindre. Même si Atsushi était très grand, le lit du brun était assez grand pour l'accueillir. Son sommier était à ressort (ça rebondie mieux, if you see what I mean … ♥), il n'y avait donc aucun risque que leurs poids ne cassent une latte. Ramenant les mouchoirs vers lui, Himuro se saisit de l'un d'eux et se moucha en faisant le moins de bruit possible cette fois-ci. Comme il n'avait pas de poubelle dans sa charge – il avait du emmener la sienne au salon car l'autre commençait à être pleine – il le posa par terre, se jurant de le jeter dès qu'il en aurait l'occasion. Même s'il n'était pas un maniaque de l'hygiène, il n'aimait pas forcément qu'un mouchoir souillé traîne sur sa moquette.

Son estomac émit alors un léger gargouillis. Oh … Pour une fois que c'était son appareil digestif qui se manifestait et non pas celui du mauve … En même temps, celui du brun avait des raisons de protester : le petit déjeuner tant apprécié avait finit dans la cuvette des toilettes (et pas forcément par la bonne sortie) et le lycéen avait fait une croix sur le repas de midi. Pas étonnant qu'il se plaigne ! L'image de la tarte aux myrtilles apparut alors dans l'esprit du brun. La voilà, l'heureuse élue qui allait gagner un voyage direct pour son estomac ! Il en salivait rien qu'en y pensant. Restait à emmener cette merveille jusqu'à lui …. et Himuro savait exactement comment s'y prendre.

▬ Atsushi ? Tu voulais pas goûter à la tarte à la myrtille ?


Comment contenter son propre estomac, leçon numéro une : impliquer l'estomac d'un autre. Et en grand chanceux qu'il était, Himuro se trouvait en compagnie du glouton du Japon ! Pas de doute, la tarte allait finir dans son estomac dans les cinq minutes qui viennent. Parce qu'il était certain qu'Atsushi allait courir à la salle à manger chercher cette succulente pâtisserie qui avait toute une réputation auprès des Himuro. La belle-mère de Tatsuya était un véritable cordon bleu et ses pâtisserie étaient à tomber par terre. Si Atsushi le savait, sûrement squatterait-il chez son aîné juste pour le goûter ….




To be continued ...

© Never-Utopia


HIMURO TATSUYA
{  Keep a hot heart and a cool head, think before you act, and never give up }

YOSEN BISHIES !!!

Cuteness lvl 100 ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]   12.03.14 18:00



Le froid s'accompagne de Chocolat.

PV — Himuro Tatsuya ★



« Mais bien sûr que tu peux rester. Je vais pas te mettre à la porte alors qu'il neige dehors. »

Tels avaient été les mots de Muro-chin. Alors pourquoi diable l'avait-il menacé de le mettre dehors?! Ah non pardon, il n'avait fait que suggérer au violet de rentrer chez lui. Il était difficile à suivre décidément ce petit brun lorsqu'il était malade. Et Murasakibara lui aurait bien râler dessus s'il ne se méfiait pas désormais de ses réactions. Après tout, son camarade avait beau lui donner tout ce qu'il voulait et se montrer très flexible avec lui, il ne voulait pas tellement que ça s'arrête d'un coup après l'avoir mit en colère. Non. Atsushi était plutôt du genre à faire des concessions pour conserver ses privilèges. Dans le cas présent, il valait mieux faire profil bas et s'occuper sagement du malade pour par la suite exiger récompense. Car le brun devait bien se douter que les bons petits soins du violet n'étaient pas gratuit et qu'il allait lui faire payer ses services en bombecs et gâteaux ultra chimiques mais ultra bon selon le géant. Et il commencerait en lui demandant une plus grosse part de tarte, voilà!

Rassuré par les propos de son aîné, Atsushi s'autorisa un petit soupire à la fois soulagé et agacé. C'était pas chouette de la part de son Muro-chin de le menacer comme ça, franchement. Heureusement il se rattrapait bien en lui proposant une place à ses côtés. Sur le lit. Le lit qui avait l'air moelleux. Chaud. CHAUD! Oh il avait l'air chaud. Le visage de violet s'illumina comme si l'on venait de le lâcher dans des soldes de bonbons. Il ne se fit pas prier deux fois, à peine le brun eut-il tapoté son matelas que le violet se levait en un bond et se vautrait sur le lit. Et sur le malade. Il n'avait pas prévu de lui tomber dessus tiens. Mais il faut dire que le brun est si minuscule comparé à lui, c'est pas si évident que ça de faire attention hein! Allongé sur le ventre aux côtés de son camarade, Murasakibara se mit à battre des pieds dans l'air, ses immenses jambes dépassant du lit. Il avait l'habitude maintenant de ne pas trouver de lit à sa taille. Il allait faire une remarque au brun qu'il venait de bousculer lorsque l'estomac de ce dernier lui coupa la parole. Il était bien rare que ce genre de bruit sortent de son estomac à lui et non du violet, tant et si bien qu'Atsuhi tourna la tête vers son camarade, presque étonné qu'il est faim et il cligna des yeux, mi-blasé, mi-fasciné.

« Atsushi ? Tu voulais pas goûter à la tarte à la myrtille ? »

Ah! Voilà qui plaisait au géant! Il n'eut pas besoin de se le faire dire deux fois, approuvant d'un grand signe de tête positif la question de son aîné, il se jeta du lit et trottina presque jusqu'à la cuisine où il s'affaira à préparer un plateau. Hm de la tarte. Du sucre. Des trucs doux et délicieux sur la langue. La simple idée de goûter au gâteau plaisait tellement au géant qu'il souriait presque en préparant les assiettes. Presque. Car il avait beau être terriblement motivé lorsqu'il s'agissait de manger, il n'en restait pas moins terriblement flemmard. S'il s'était levé aussi vite c'était uniquement parce qu'il lorgnait sur cette tarte depuis qu'il était arrivé. C'est sûr que si le brun lui avait demandé de lui ramener une poubelle, il aurait soupiré et aurait râlé prétextant que c'est vraiment une « plaie » voir une « corvée » de devoir se lever. Trop fatiguant de bouger les jambes et de quitter le moelleux du matelas de son ami -aux ressors grinçant-. Mais bon là s'agissait de se nourrir alors tout de suite, la collaboration du plus jeune n'était pas remise en question.

Ainsi revint-il de la cuisine, chargé d'un plateau de cette délicieuse tarte qu'il se réjouissait d'avance d'engloutir. L'air beaucoup moins renfrogné, il réapparut dans la chambre du brun, un très léger petit sourire en coin, les yeux fixés sur les deux parts de tarte. Qu'elle était belle, qu'elle donnait faim! Murasakibara en fût tellement envouté qu'en trainant les pieds jusqu'au lit de son camarade, il ne vit pas ce ballon de basket qui trainait au milieu de la chambre et bien entendu, il se prit les pieds dedans. Un cri, un sursaute et deux grognements plus tard, le géant s'écroulait en avant, le pied glissant sur cette balle tueuse et il s'étala de tout son long... sur le lit de son partenaire avant de se vautrer au sol dans son élan.

« M-Muro-chiiiin!!! Pourquoi t'as fait çaaaaa?? » Grogna t-il en redressant la tête, tenant responsable le brun de sa chute.

Qu'est-ce que c'était que cette histoire de laisser trainer ses ballons partout? Franchement le brun était beaucoup trop investit dans le basketball. C'était ennuyant ça. En gémissant, le géant de Yosen se mit à quatre pattes face au lit, se massant le menton en grommelant qu'il allait avoir un bleu lorsque soudain, le massacre apparut. Eparpillée sur les draps, collant au tee-shirt du brun, la tarte n'était plus. Le visage du violet se décomposa face à ce spectacle atroce. Silencieux, choqué, il restait tel un mollusque en face de cette scène. Sa tarte... Sa belle délicieuse adorable petite tarte! Pourquoi le sort était-il à ce point contre lui aujourd'hui?! Ou alors était-ce contre Muro-chin? Car le voilà qui se retrouvait tout collant de myrtille. Oh et ses draps... Il allait râler. Mursakibara le sentait. Mais plus que de sans faire pour les états-d'âmes de son camarade, lui restait figé sur ces miettes de tarte. C'était de la bouillie. Envolée la jolie tarte... Catastrophe. Nul. Pourrit.

« Ahlala... Muro-chin, la tarte!! »

Sortant enfin de sa catatonie, Atsushi bondit sur ses pieds et commença à s'agiter nerveusement, profondément déçue d'avoir chuté et ruiné sa collation. En grognant et soufflant fort, il commença à ramasser le plateau, les couverts et les assiettes qui heureusement n'étaient pas brisés tout en contemplant toutes ces tâches qui ornaient les vêtements de son partenaire... Et même ses joues! En nettoyant, le violet fixa son regard boudeur sur ses deux joues blanchâtres teintées de myrtille. C'était tellement nul. Il en voulait tellement de cette tarte! Et puis Muro-chin allair râler là et peut être même qu'il allait encore le menacer de le mettre dehors. En plus il était malade alors il devait être moins patient. Rah non vraiment, la vie puait là. Et dire qu'en plus il adorait les myrtilles. Rondes, sucrées, juteuses, c'était si bon les myrtilles. Il en voulait lui! Bon sang!

« Je voulais y goûter moi...... J'ai faiiiiiiiim. »

Oh, au diable les bonnes manières et les efforts pour l'instant! Il était tout maigre maintenant, il le sentait. Aller chercher ce plateau avait dû lui faire perdre toute sa masse, il se sentait tout nu, tout faiblard. Il avait besoin de manger, de sucre. Vite! Manger! Animé par la déception et l'agacement, Murasakibara qui ne lâchait pas les joues de son camarade du regard laissa soudainement le plateau qu'il tenait entre les mains sur le lit, se pencha au dessus de ce dernier, saisit le menton du brun d'une main et le força à tourner un peu la tête. Et le voilà qui dégustait une joue de Tatsuya. Léchant, suçant et mâchant presque le globe sucré, il recueillit toutes les éclaboussures de myrtille, dégustant avec gourmandise leur saveur délicieuse. Et une fois qu'il eut la certitude que la chair de son amie n'avait plus le goût de myrtille, il le relâcha tout bonnement en se reculant l'air de rien, se léchant les lèvres et le pouce. C'était bon. Et c'était marrant que ce soit son camarade qui est un tel goût mais bon, ça ne valait pas la tarte en elle même.

Boudeur et pas gêné pour un clou par ce qu'il venait de faire, le géant croisa les bras, le regard reporté vers ce massacre qu'il avait crée. En plus il s'était fait mal! Voilà ce qu'il en coûtait de vouloir faire des efforts avec le brun! Il se retrouvait sans tarte et avec une cheville tordue. C'était franchement et désespérément pas cool. Nul. Nul nul nul!



Clic ~ :
 
Revenir en haut Aller en bas

Himuro
avatar



Informations Féminin Messages : 2548
Date d'inscription : 19/10/2013
Localisation : Akita | Lycée Yôsen
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: darkorchid | #a16968

RP terminés: 11

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]   22.03.14 23:56


Murasakibara Atsushi & Himuro Tatsuya
Le froid s'accompagne de chocolat

❝ Un sourire vainqueur naquit sur les lèvres d'Himuro quand Atsushi se redressa d'un coup pour filer hors de la chambre. Comme il était facile de manipuler de grand dadet ! Il suffit de dire « sucre » et il se prosterne à vos pieds. Tatsuya l'avouait : il se servait souvent de cette faiblesse chez son compagnon pour le rendre plus malléable. Il ne veut pas s'entraîner ? Himuro le prive de bonbon. Il ne veut pas faire ses devoirs ? Himuro lui promet un énorme sachet de bonbon en récompense du travail accomplit. Et ça marche à merveille, Atsushi ne jurant que par le sucre et les chips. Tatsuya ne s'en voulait pas de jouer ainsi avec la corde sensible de son ami : ce dernier avait beau être quatre vingt dix neuf pourcents du temps à côté de ses pompes, il n'était pas idiot au point de savoir qu'on le manipulait. Et si cela le dérangeait vraiment, il le dirait clairement à Himuro – car le violet n'est pas le genre de personne à passer par quatre chemins.

En attendant que son cadet revienne de la cuisine, Himuro se saisit du ballon de basketball qui traînait à côté de son lit. Son usure témoignait de son âge et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il en avait vu des vertes et des pas mûres. Ce ballon, c'était celui qu'il emmenait tout le temps dans la rue de Los Angeles pour jouer avec Taiga et Amy ou pour s'exercer avec Alex. C'était comme son ballon porte-bonheur. Les lignes noires tracées sur sa surface avaient disparues depuis longtemps, rendant la balle monochrome. Cependant, même si elle était quasiment inutilisable désormais, Tatsuya ne pouvait se résoudre à s'en séparer. Comme de son anneau … Soupirant, il visa le panier accroché à son mur entre deux posters et tira. La balle fila dans le panier comme une étoile filante avant de rejoindre le sol, s'arrêtant être son lit et l'embrasure de la porte.

Et évidemment, Atsushi choisit ce moment-là pour faire son entrée. Chargé d'un plateau – où diable avait-il trouvé ça ? - sur lequel reposait deux assiettes, le grand violet pénétra dans la chambre, se dirigeant vers le lit de son aîné avec un petit sourire en coin – le brun n'est pas dupe, il sait bien que c'est la tarte qui le fait sourire, et non lui. Cependant, voilà : il a fallut que Murasakibara trébuche sur la balle et se vautre, à moitié par terre, à moitié sur le lit. Le tableau, pour sa part, vola en propulsant les parts de tarte sur les draps propres ainsi que sur Himuro qui, surprit, ferma les yeux lorsque ses joues furent éclaboussées par des myrtilles. Rouvrant doucement les yeux, il réprima une grimace à la désagréable sensation des fruits coulant sur ses joues, répandant une traînée violine sur sa peau.

▬  M-Muro-chiiiin!!! Pourquoi t'as fait çaaaaa ??


Le concerné fit des gros yeux. Comment ça, Muro-chin ? Il n'y était pour rien si Atsushi ne regardait jamais où il mettait les échasses qui lui servaient de jambes ! Un ballon de basket, c'est pas ridicule au point de ne pas le voir, tout de même. Mais, bien sûr, quand on a le regard rivé sur deux parts de tarte, on ne remarque pas ce qu'il y a sur son chemin. Dans cette affaire, Atsushi était l'unique responsable. C'était plutôt à Himuro de se plaindre de la maladresse son coéquipier. Ses draps et son visage étaient couverts de tarte ! Il allait devoir ranger tout ce souque et changer ses draps avant le retour de sa famille, ou ça allait mal finir pour lui. A dix-sept ans, on ne renverse plus rien sur ses draps comme un gamin. Même si c'était Atsushi qui avait tout fait tomber …

Alors qu'il s'apprêtait à se débarrasser de ces myrtilles sur ses joues, le regard de Tatsuya glissa vers son camarade qui se redressait en se massant la mâchoire. Il avait du se faire sacrément mal, le bruit qu'avait produit le choc entre son menton et l'armature du lit résonnait encore dans les oreilles du plus vieux. Cependant, Murasakibara ne semblait pas aux limites de la mort car il trouvait encore la force de se plaindre. Ce mec était insensible aux chocs ou quoi ? Il ne s'était pas ouvert, il était à peine rouge. Sûrement allait-il avoir un bleu … Il allait avoir l'air malin au lycée avec un hématome  sur le menton. Malgré lui, Himuro imagina la scène et en rit mentalement d'avance. Non, il ne devait pas se moquer. Il devait garder son sérieux et prendre un air fâché … sinon Atsushi ne le prendrait jamais plus au sérieux.

▬  Ahlala... Muro-chin, la tarte!!


Oh, il avait enfin réalisé le massacre. Et le voilà qui s'agitait comme un macaque lors de la saison des amours, constatant l’ampleur des dégâts avec dégoût. Sous l'étonnement son aîné, le violet commença à rassembler tout les éléments saufs, c'est-à-dire le plateau et les assiettes. Les parts de tartes, éparpillées, n'avaient bien sûr pas été sauvées et gisaient ça et là, victime d'un accident tragique. Pour peu, Himuro avait oublié les myrtilles sur son visage tant il était étonné de voir Atsushi ranger le bazar. Il aurait pensé que le géant, boudeur, serait allé passer sa rage plus loin en laissant à Tatsuya le bon soin de ranger le foutoir qu'il avait causé. Mais non. Comme moi, les miracles existaient …

▬  Je voulais y goûter moi...... J'ai faiiiiiiiim.


Pour se plaindre, néanmoins, il n'y avait aucun souci, Atsushi était toujours aussi doué. Ce n'était qu'une tarte, il n'y avait pas mort d'homme … quoi qu'un meurtre aurait été, aux yeux du violet, moins cruel que le décès prématuré de la chère pâtisserie fruitée. Enfin, s'il voulait vraiment, vraaaaiment y goûter, Himuro aurait demandé à sa belle-mère d'en faire une autre et il lui aurait rapporté une part au lycée. Il y avait pire dans la vie que ça. Enfin, c'est ce qu'une personne normale pensait. Pas un addict de sucre et de pâtisserie en tout genre. Pas Murasakibara Atsushi. Vraiment pas.

Soupirant, Himuro leva le bras afin de se débarrasser enfin de ces fruits glissant sur ses joues lorsqu'il sentait son visage prit en étau dans les larges mains de son ami. Surprit, il abaissa aussitôt son bras, pensant bêtement que son ami allait tout simplement le nettoyer en récupérant les myrtilles afin de les gober par la suite. Mais il se trompait sur toute la ligne … comme si le violet allait s'embêter à les récolter avant de les dévorer ! Le voilà qui léchait, suçait, mordillait, gobait même la peau de son camarade pour s'approprier la moindre présence de sucre sur sa joue. Les yeux écarquillés par la surprise, Himuro ne pouvait rien faire d'autre qu'attendre qu'il ait finit, bien qu'il trouvait cette situation sérieusement embarrassante.

Quand Atsushi se reculait enfin, se pourléchant les lèvres comme si rien n'était, Himuro crut qu'il allait pleuvoir des grenouilles au beau milieu de sa chambre. Pourquoi le géant agissait-il comme s'il venait de faire la chose la plus normale au monde ? Il n'était pas un chien pour le lécher de la sorte. C'était terriblement embarrassant. Himuro dut faire preuve d'un self-control à toute épreuve pour s'empêcher de rougir comme une pucelle effarouchée. Il devait faire comme si ça ne l'était pas atteint … Comme s'il n'avait pas trouvé ça agréable du tout … Comme s'il était insensible à la sensation chaude de la langue de son camarade contre sa peau, de son souffle contre sa joue, de son visage si près du sien … Tatsuya se mit une claque mentale. Il devait se reprendre ! Se r-e-p-r-e-n-d-r-e !

Essuyant sa joue empreinte de salive avec son épaule d'un geste irrité, il braqua vers son compagnon un regard lourds de reproches. Repoussant les draps, Himuro sorti de son lit, se saisit du plateau et le déposa sur son bureau. Il forma ensuite une boule avec les draps et la jeta à ses pieds, se massant l'arête du nez pour calmer ses nerfs mit à rude épreuve.

▬  Atsushi … Par l'amour de dieu, regarde où tu mets les pieds ! Et la prochaine fois, j'apprécierai que tu te serves d'une serviette pour m'essuyer ou de me laisser faire. Tu n'es pas un chien à ce que je sache.


Himuro était conscient qu'il était rude dans ses paroles, mais il ne devait pas laisser penser à Atsushi qu'il avait vraiment aimé ce court moment d'intimité, même si son camarade, lui, ne pensait qu'aux fruits et non pas à une quelconque tentative érotique d'exciter son coéquipier. Heureusement, Tatsuya n'était pas hyper sensible et le petit monsieur d'en bas ne s'était pas manifesté. Ca aurait été vachement embarrassant … Rien que d'y penser, le brun en frissonna d'horreur. Il devait se changer les idées, sinon ça allait mal finir … Se saisissant en vitesse des draps roulés en boule à ses pieds, le brun quitta sa chambre et se dirigea vers la salle de bain. La panière à linge était pleine à craquer. C'était bien sa veine ! Une divinité quelconque l'avait prise en grippe ou quoi ? Tu parles d'une journée !

Grommelant, Himuro débarrassa le lave-linge des vêtements trempés mais propres qu'elle contenait pour y fourrer ses draps, ayant préalablement retiré le reste de tarte. Mettant ce dernier à la poubelle, il se saisit de la panière de linge et, passant devant sa jambe sans jeter un regard à Atsushi, s'en alla vers la terrasse où se trouvait un étendage. Ruminant et grommelant, il étendit un à un les vêtements, bien décidé à se changer les idées. Il ignorait ce que faisait Murasakibara, mais ne tenait pas franchement à le savoir. Il vaquait à ses tâches ménagères comme une vraie mère de famille. Cette pensée le fit grimacer et il se hâta de rejoindre sa chambre, ne voulant pas passer pour une femme au foyer aux yeux d'Atsushi.

▬  Tu as mal à ton menton ? Viens, on va mettre de la crème, on sait jamais.


Et voilà, il recommençait à faire la mère-poule. A chaque fois, c'était pareil. Il fallait qu'il soit aux petits soins de son coéquipier, quand bien même c'était lui qui était malade. Himuro soupira intérieurement. A quoi bon ? Il était comme ça et il n'allait pas se réformer du jour au lendemain. Murasakibara devait profiter de l'attitude mère-poule d'Himuro comme ce dernier profitait de la faiblesse sucrée d'Atsushi. C'était donnant-donnant. Oeil pour œil. Et pour Tatsuya, c'était le fondement même de leur relation. Aussi étrange soit-il.❞


HRP:
 


HIMURO TATSUYA
{  Keep a hot heart and a cool head, think before you act, and never give up }

YOSEN BISHIES !!!

Cuteness lvl 100 ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]   06.04.14 18:29


Le froid s'accompagne de Chocolat.
PV — Muro-chin ★


Muro-chin avait rougit. Juste un peu, un tout petit peu, mais Mursakibara l'avait remarqué alors qu'il se léchait les doigts. C'était comme regarder des bonbons à la fraises. Oui voilà! Les joues de Muro-chin étaient des fraises tagada. Ca donnait faim. Vraiment faim... Le violet les contempla l'air de rien mais intérieurement, il crevait d'envie d'y goûter encore une fois. Juste par curiosité. Elles avaient l'air encore sucrées, ça devait être bon... Hm. Il s'en lécha les lèvres alors que le brun lui s'agitait sur son lit. Il se leva, fit dix millions de choses trop rapidement pour qu'Atsushi les comprenne et finalement vint le moment du sermon.

« Atsushi … Par l'amour de dieu, regarde où tu mets les pieds ! Et la prochaine fois, j'apprécierai que tu te serves d'une serviette pour m'essuyer ou de me laisser faire. Tu n'es pas un chien à ce que je sache. »

Le géant jeta un petit regard blasé à son aîné en laissant pendre ses bras le long de son corps. Ah... il avait mit son brun en colère. C'est nul ça. Surtout que c'est jamais agréable pour lui quand son partenaire s'énerve. Bon il est malade là alors peut être que c'est pour ça que ses nerfs craquaient. Murasakibara n'avait rien de si mal que ça... si? L'air de rien, il haussa les épaules mais s'excusa quand même rapidement.

« S'cuse... » Il fit mine de réfléchir à ses actes mais en vérité, il scrutait encore les joues de son coéquipier, la mine presque bougonne « Mais Muro-chin j'aurai pas pu lécher la serviette pour goûter à la tarte. Et moi j'voulais vraiment y goûter. Au moins maintenant je sais quel goût ça a. » Qu'il sort tout naturellement en courbant le dos comme un paresseux.

Le brun n'a rien répondu. Il fait la tête semble t-il... Boarf. Murasakibara sait très bien que son partenaire ne le boude jamais bien longtemps. Il est peut être lent mais le violet sait quand même comment fonctionne son aîné maintenant. Et oui, il profite pas mal de son laxisme envers ses caprices. Tous les autres membres de l'équipe l'agacent tout le temps et le sermonne sans arrêt. Himuro est le seul a avoir trouvé la bonne technique pour faire travailler le géant: ça marche au sucre et rien d'autre. Mais là visiblement il compte bien faire mijoter le plus gamin des deux. Voilà qu'Himuro s'en va, une boule de draps dans les mains et la mine agacée. Murasakibara l'a suivit du regard, silencieusement, simplement mais intérieurement il n'aimait pas être ignoré comme ça. Enfin il n'appréciait pas être ignoré par Tatsuya, c'est plutôt ça. Car lorsque sa coach ou ses coéquipiers ne faisaient pas attention à lui il s'en fichait pas mal mais Himuro était quand même une importante source de sucrerie! S'agissait pas de la perdre quand même. 'Puis au moins le brun est pas chiant lui. C'est pour ça aussi qu'Atsushi apprécie être en sa compagnie. Son aîné est au petit soin avec lui et, bien que perpétuellement à côté de ses pompes, Murasakibara a apprit à aimer ça. Il en profite même allègrement. Faut dire que c'est vraiment pas désagréable de s'entendre offrir des bonbons et tout un tas de cochonneries chimiques en échange de quelques efforts au basket. C'est un peu comme la récompense de la récompense de Himuro. V'voyez?

Enfin bref. Himuro a quitté la chambre et Murasakibara s'est retrouvé comme un concombre sans savoir quoi faire. Ce qui l'agaça forcément. Il savait bien qu'il avait fait une bêtise en tachant les draps de son partenaire mais il n'aimait vraiment pas être laissé de côté comme ça. Il n'avait surtout pas l'habitude. D'ordinaire le brun ne faisait que le surveiller et lui parler et être avec lui et blablabla. Là, être relayé au rang de meuble lui faisait froncer les sourcils et lui assombrissait le visage. Muro-chin était pas cool du tout pour le coup. Il aurait pu au moins le gronder dans les formes. Murasakibara aurait soupiré –comme toujours– et ils seraient passé à autre chose. Moui. Voilà. Il allait bougonner contre son brun, c'était décidé.

Ah et tiens, le voilà qui revenait! Le violet allait ouvrir la bouche pour râler mais Tatsuya lui coupa la parole en s'avançant dans la chambre.

« Tu as mal à ton menton ? Viens, on va mettre de la crème, on sait jamais. »

Le géant avisa son aîné, silencieux.

« Hm... »

Son menton ne lui faisait pas mal. C'était un peu chaud c'est vrais, il allait s'en doute avoir un petit bleu mais rien qui nécessitait de la crème. Enfin de toute manière Murasakibara n'en voulait pas. La seule crème qu'il aimait était la crème fouettée. Et peut être la chantilly aussi... Oh la crème anglais aussi! Enfin bref, de la crème mangeable! Et si son aîné comptait s'occuper de lui, qu'il le fasse donc avec de quoi le nourrir! Il avait faim lui! Et maintenant il avait envie de bouder. Pourquoi le brun se comportait toujours comme une maman avec lui hein? Des fois c'est pas déplaisant mais à la longue, le géant en avait assez. Sa propre maman était déjà bien assez sévère avec lui et les légumes, il n'avait pas envie de retrouver ce comportement mère-poule chez son camarade.

« Muro-chin se comporte vraiment comme une mère-poule. » Souligna-t-il agacé en s'affalant par terre en tailleur –c'est trop casse pied de tenir sur ses pieds–, « Si Muro-chin est en colère il devrait me le dire. C'est trop galère d'essayer de savoir ce que tu penses Muro-chin, tu souris tout le temps mais c'est toujours le même sourire. »

Et hop, une petite réflexion bien placée qui fait toujours plaisir. Non pas qu'Atsushi voulait réellement savoir ce que son partenaire pensait, du moins pas tout le temps, mais des fois il fallait reconnaître que ne pas cerner le brun était agaçant. Et ça demandait trop d'effort d'essayer de le comprendre donc Murasakibara préférait aborder le sujet directement plutôt que de tourner autour du pot. La mine boudeuse et en même temps blasée, il attrapa la balle de basket à côté de lui –celle-ci même qui l'avait fait chuter– et la fit rouler entre ses doigts pour s'occuper, à défaut de pouvoir ouvrir des paquets de bonbons ou de chips. Et finalement, il releva la tête en direction du brun, attendant, un air si rarement sérieux ancré sur son visage, la réponse ou même les explications de son partenaire. Car pour une fois, Atsushi était disposé à discuter avec lui. Parce que vraiment, il détestait être ignoré.

Revenir en haut Aller en bas

Himuro
avatar



Informations Féminin Messages : 2548
Date d'inscription : 19/10/2013
Localisation : Akita | Lycée Yôsen
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: darkorchid | #a16968

RP terminés: 11

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]   22.04.14 20:18


Murasakibara Atsushi & Himuro Tatsuya
Le froid s'accompagne de chocolat

❝ Debout dans l'encadrement de la porte, appuyé sur la structure en bois blanc, Himuro observait son camarade assit en tailleur au beau milieu de sa chambre. De sa position, le brun ne pouvait pas voir le menton légèrement rougit de son coéquipier. Tout ce qu'il voyait d'ailleurs, c'est que le violet avait les mains vides. Vides de bonbons. Pourtant, n'était-il pas rentré dans la chambre avec un paquet de chips ? L'avait-il déjà achevé ou l'avait-il oublié à la cuisine lorsqu'il était parti chercher les parts de tarte ? Questionnement inutile, certes, mais ça étonnait vraiment le brun.

Ce dernier arqua un sourcil à l’onomatopée de Murasakibara. « Hm » ? Il en voulait ou pas, de cette crème ? A en juger par l'air hagard que prit son visage pendant quelques minutes, toutes les crèmes sucrées de la Terre avaient sûrement démarrer un ballet dans son esprit. Crème anglaise et crème chantilly devaient danser le Lac des Cygnes sous les acclamations de crème pâtissière. Himuro savait que Murasakibara n'était pas un débile profond et qu'il savait faire la différence entre un médicament et une gourmandise mais parfois, le mauve paraissait vraiment ailleurs quand on évoquait le thème des sucreries et autres cochonneries de ce genre ….

Muro-chin se comporte vraiment comme une mère-poule. Si Muro-chin est en colère il devrait me le dire. C'est trop galère d'essayer de savoir ce que tu penses Muro-chin, tu souris tout le temps mais c'est toujours le même sourire.


En plus de zapper sa question, il lui faisait une réflexion. Deux, même. Bon, certes, Himuro agissait en mère-poule. Il en était bien conscient et n'avait jamais tenté de le nier. Fukui et Okamura s'en plaignaient bien assez : tandis qu'ils essayaient vainement de rabrouer Atsushi pour ses bêtises, Tatsuya repassait derrière pour arrondir les angles. Ça ne plaisait pas franchement aux aînés mais, au moins, Himuro était écouté du géant. Et c'est ce qui comptait le plus pour lui. Il était sûrement le seul dans l'équipe à parvenir à le faire bouger – en plus de Masako et de son sabre en bois.

C'est plus la seconde réflexion qui laissa Himuro sans voix. Il souriait tout le temps mais toujours avec le même sourire ? Que voulait-il dire par là ? Qu'il s'asseyait au mannequinat en servant un sourire Colgate mais factice aux gens qui l'entouraient comme il le ferait à un photographe pour la couverture d'un magazine people ? Ou alors trouvait-il qu'il se forçait à sourire pour attendrir ? Ou était-il carrément à côté de la plaque ? Bizarrement, le brun penchait plus vers sa troisième solution. Il ne pigeait tout simplement pas ce que voulait lui dire Atsushi. Et Tatsuya s'en senti un peu bête, sur le coup.

Le regard dans le vague, il remarqua à peine Atsushi prendre la balle sur laquelle il avait trébuché à peine quelques minutes plus tôt pour la faire tourner dans ses larges mains. Ca devait être la première fois qu'il touchait une hors hors du terrain, tiens … Tout à sa réflexion, Himuro se massa l'arête du nez, réfléchissant encore et toujours à cette accusation qui le travaillait. Demander directement à Atsushi serait plus simple, mais il tenait à comprendre par lui-même. Surplus d'ego mal placé ? Sûrement. Tatsuya a toujours été très orgueilleux. Sa promesse avec Kagami en était une preuve inébranlable.

S'avançant dans la chambre, il s'installa sur le bord de son lit et soupira. Il devait se rendre à l'évidence : il ne pigeait tout simplement pas.

Que veux-tu dire par là, Atsushi ? Cette histoire de sourire … Tu peux m'expliquer ?


Ses yeux olives suivaient la rotation du ballon dans les mains de Murasakibara. Qu'est-ce qu'il avait envie de jouer au basket, là maintenant. Il en avait des fourmis dans les jambes. L'inactivité, ce n'est pas pour Himuro. Il faut qu'il bouge, se dépense, même s'il est malade. Là, il a accumulé près de 24h sans toucher un ballon de basket. Il ne le supporte pas. Il a envie de jouer. De sentir la balle rebondir entre sa paume et le bitume. De courir, s'arrêter brusquement, fléchir les jambes et tirer. Il voulait s'abreuver encore et encore de l'adrénaline qui le secouait lorsqu'il avait une balle en main. Himuro avait tout simplement envie de disputer un petit match de basketball.

Se levant, il vola habilement le ballon orange des mains d'Atsushi. Himuro la fit rebondir sur le parquet, s'excusant mentalement auprès des voisins du bas. Tatsuya planta alors son regard dans celui de Murasakibara, lui lançant un défi muet. Il savait bien que le violet refuserait catégoriquement d'aller jouer au basket avec lui. D'une parce qu'il aurait la flemme, deux parce qu'il faisait froid de dehors. Il se servirait aussi de sa maladie pour lui retirer cette idée de la tête. Mais ce n'est un pas un rhume qui empêchera Himuro de jouer au basketball.

Allons jouer au basket, Atsushi. J'ai envie de sortir. On s'arrêtera par la pâtisserie en rentrant comme ça on prendra des éclairs au chocolat. Ils sont succulents.


Oui, il essayait de l'appâter avec les éclairs au chocolat. Parce qu'il faut bien se rendre à l'évidence : Atsushi ne bougerait pas ses fesses pour aller jouer au basket dans le froid si on ne lui promettait pas des gâteaux en échange de cet effort demandé. La neige s'était un peu calmée de toute façon et il faisait nettement moins froid qu'en début d'après-midi. Himuro s'en fichait pas mal d'être malade, tant qu'il pouvait jouer ne serait-ce qu'un peu. Bien sûr il s'habillerait en conséquence afin de ne pas aggraver son mal, mais il était prêt à pousser Atsushi dehors pour qu'il le suive au terrain de street basket le plus proche. ❞




Spoiler:
 


HIMURO TATSUYA
{  Keep a hot heart and a cool head, think before you act, and never give up }

YOSEN BISHIES !!!

Cuteness lvl 100 ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]   06.06.14 15:30


Le froid s'accompagne de Chocolat.
PV — Muro-chin ★


Voilà, Murasakibara boude. Parce que le brun l'énerve, parce que ce ballon orange l'énerve, parce qu'il va faire une crise d'hypoglycémie s'il ne se goinfre pas de bonbons d'ici cinq minutes. Bref. Tout l'énerve. Et c'est pas cool, ça le rend encore plus boudeur. Dos rond, bouche fermée et visage détourné de l'oeil perplexe de son brun, il est pas content. Pas content du tout. En plus voilà qu'il en venait à s'occuper les mains avec une balle de basket! Si celle-ci était en sucre, peut être qu'il aurait pu apprécier la chose mais là non! C'était qu'une pauvre balle de basket qui avait en plus fait tomber son coéquipier. Par terre le brun qu'il avait été. Et après il s'était mit en colère. Et rien que d'y repenser, Murasakibara se renfrogna encore plus alors que son aîné semblait réfléchir à ses reproches en s'asseyant sur le lit. Le violet haussa à peine les épaules, préférant scruter la chambre plutôt que de regarder directement ce brun qui l'énervait. Parce que en plus Muro-chin ne comprenait pas! Lui même le disait!

« Que veux-tu dire par là, Atsushi ? Cette histoire de sourire … Tu peux m'expliquer ? »

Tch. Muro-chin comprend vraiment rien. C'est nul. Tellement nul que le violet en gonfla les joues de frustration. Pourquoi le brun est-il si difficile à cerner? Pourquoi il agit tout le temps avec cette unique expression dissimulant toutes les autres. C'est nul nul nul! Atsushi en agrippa même plus fermement le ballon de basket pour éviter de serrer les poings. Le brun n'est vraiment pas une flèche quand il s'agit de lui même. Murasakibara l'a comprit au bout d'un certains moment. Alors oui le géant est tout le temps à côté de la plaque quand le sujet ne concerne pas les bonbons. Ou les chips. Enfin des trucs bons à se mettre sous la dent quoi! Mais il a passé assez de temps aux côtés de son aîné maintenant pour comprendre comme l'oiseau fonctionne. Du moins un petit peu. Et même si le caractère « mère-poule » de Tatsuya lui évite bien des ennuis en temps normal -comme les remontrances sur le terrain de basket par exemple- dans d'autres situations il est enquiquinant. Comme maintenant.

Muro-chin est en colère ou pas? Il boude ou pas? C'est vraiment impossible à dire...

Et c'est ça qui est nul. C'est qu'ils ont beau être proche dans un certain sens, Murasakibara ne comprend rien à son sempai. Il est gentil avec ses sucreries et tout, casse pied quand il faut jouer et réviser, en colère quand le géant fait des remarques blessantes à l'encontre de joueurs qui font des efforts pour progresser mais à chaque fois le brun a le même visage, à quelques différences près. Ce qui dans un premier temps laissait indifférent le violet mais qui maintenant l'ennuyait. Pas qu'il souhaitait réellement comprendre son aîné mais il en avait plutôt marre de se poser des questions tout seul. Parce que voilà quelque temps maintenant qu'il avait commencé à réfléchir à tout ça -toujours en mangeant des sucreries pour faire passer les moments de réflexion-. Et il en avait marre de réfléchir! Bon sang le basket, l'équipe, les autres, c'est tellement ennuyant!

« Muro-chin fait exprès de pas comprendre? » Et voilà qu'il s'énervait tout seul -gosse instable oblige-.

Il allait dire autre chose mais le brun lui coupa l'herbe sous le pied en lui chipant le ballon de basket. Bon. Au moins il était débarrassé de cette chose ennuyante. Tiens d'ailleurs maintenant que ses mains étaient libre, où qu'ils sont ses bonbons? Atsushi les chercha rapidement de l'oeil en se relevant, le corps mou, le regard absent et ennuyé et le dos courbé. Fatigué, emmerdé de ne pas trouver ses chips et bonbons, il se posta devant son aîné qui s'amusait à dribler, l'air réveillé. Le basket, encore et toujours le basket...!

« Tch. Muro-chin me fatigue. C'est toi le malade et pourtant tu n'arrêtes pas de t'agiter. »

Il ponctua sa remarque d'un regard boudeur vers cette maudite balle de basket qui lui vrillait déjà les oreilles et se retourna pour chercher ses chips du regard sans rien rajouter. De toute manière c'est impossible de comprendre le brun. Abandon des troupes. Et c'est décidé à arrêter de se poser des questions que le géant trouva enfin son sac de chips, en ouvrit un paquet et fourra l'une de ses grandes paluches dedans pour prendre une grosse poignée de ces cochonneries. Bon. Il allait au moins pouvoir compenser avec des chips! Et se détendre.

« Allons jouer au basket, Atsushi. J'ai envie de sortir. On s'arrêtera par la pâtisserie en rentrant comme ça on prendra des éclairs au chocolat. Ils sont succulents. »

Ou pas.

Le géant s'arrêta net, la main contre la bouche alors qu'il enfournait cette énorme poignée de chips contre sa langue et se retourna lentement vers le brun, stupéfait. En fait il ressentait diverses choses à l'intérieur... dedans... dans sa tête! La chose la plus importante était cette faim qui grandissait dans son esprit à l'idée de plonger ses dents dans une délicieuses pâte à chou renfermant une crème pâtissière au chocolat... Hm. Il en déglutit en avalant ses chips. Mais à ce fruit désiré s'ajoutait divers conditions qui étaient loin de lui plaire. Déjà fallait sortir, affronter le froid, remettre son manteau, bouger... Et en plus pour quoi?! Aller jouer au basket?! Atsushi en soupira en fronçant les sourcils. Jouer au basket par ce temps? Tout ça pour quoi? Le plaisir?! Il toisa le brun d'un regard désapprobateur. Cette folie du basket commençait vraiment à lui taper sur le système, aussi quémandant soit le brun!

« Muro-chin m'ennuie. J'ai pas envie de jouer au basket et j'aime pas le froid. En plus Muro-chin est malade. Et ça sert à quoi qu'on joue si Muro-chin est malade, ça sera encore plus chiant que d'habitude...! »

Hm. Voilà qu'il se montrait un peu plus sec dans ses propos, et plus blessant. Mais le violet était vraiment incapable de cerner quel manque pouvait bien habité son aîné en ce moment. Pourquoi s'évertuait-il a essayer de le faire jouer au basket bon sang?! Le basket c'est nul, c'est ennuyant. Et même pour une pâtisserie aussi délicieuse qu'un éclair au chocolat, Atsushi ne se résoudra jamais à quitter la chaleur de cet appartement douillet pour aller se geler les miches sur un terrain de basket probablement enneigé. Et que ce soit contre Muro-chin ou un autre, jouer au basket est ennuyant.  


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Himuro
avatar



Informations Féminin Messages : 2548
Date d'inscription : 19/10/2013
Localisation : Akita | Lycée Yôsen
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: darkorchid | #a16968

RP terminés: 11

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]   09.07.14 23:23


Murasakibara Atsushi & Himuro Tatsuya
Le froid s'accompagne de chocolat

❝ Dans le crâne de Himuro, une véritable bataille contre lui-même battait de son plein. D'un coup, sa partie raisonnable et protectrice lui intimait de rester calme, de faire comme si la colère de Murasakibara ne l'atteignait pas et, ainsi, se plier à la volonté du violet pour ainsi apaiser son énervement grandissant. Néanmoins, sa partie déraisonnable et égoïste clamait de son côté qu'il jouait bien aussi au mère poule avec ce grand gamin mal élevé et qu'il devait lui mettre les pendules à l'heure une bonne fois pour toute.

Les poings serrés à en blanchir ses phalanges, le brun écouta non sans grogner les remarques plus ou moins acerbes de son « ami ». Et en plus, il ne répondait même pas à sa question. S'il n'était pas aussi malade, Tatsuya lui aurait déjà fait bouffer ses chips, le paquet inclus. Non pas qu'il ressentait souvent de excès de violence mais, des fois, ça le tentait vraiment. De lui faire comprendre que le monde ne tournait pas autour de sa petite personne et qu'il fallait parfois faire des efforts pour ses amies, au lieu de quoi ces derniers lui tourneraient le dos.

Himuro se demandait souvent si Atsushi agissait également ainsi avec ses anciens coéquipiers, à Teiko. Etait-il si égoïste, si feignant ? Ses coéquipiers avaient-ils également ressenti des envies de lui donner de bons coups sur le coin de la caboche ? Le géant violet parlait quasiment jamais de ses années à Teiko. Comme s'il s'en fichait royalement. En même temps, ce n'était pas étonnant : seuls les sucreries trouvaient grâce aux yeux de ce panda gourmand et mal léché. Il n'était pas le genre de gars à parler avec nostalgie de son ancienne équipe de basketball.

Néanmoins, si même les éclairs au chocolat ne suffisaient pas pour faire bouger le derrière de Murasakibara, alors Himuro pouvait faire une énorme croix au marqueur rouge sur un petit match de basketball. Ennuyé, résigné et profondément dégoûté, il envoya valser la balle dans un coin lambda de sa chambre, ne se préoccupant même pas de l'endroit où elle atterrit. Il en avait plus qu'assez du comportement de son cadet. Le brun voulait bien être gentil mais il avait des limites, et elles étaient faciles à franchir lorsqu'il était malade.

Muro-chin m'ennuie. J'ai pas envie de jouer au basket et j'aime pas le froid. En plus Muro-chin est malade. Et ça sert à quoi qu'on joue si Muro-chin est malade, ça sera encore plus chiant que d'habitude...!


Limites franchies. Une énorme veine palpitant que le coin du crâne du brun, ce dernier se leva et, menaçant, fusilla son cadet d'un regard olive sec et courroucé. Si le violet ne l'avait jamais vu énervé, il allait être servi. Attrapant le paquet de chips de son cadet, il lui arracha violemment des mains et le jeta dans son dos, se fichant totalement si le contenu se déversait sur son parquet. Prenant le col du plus grand, il le tira vers lui et lui cracha presque au visage :

C'est toi qui m'ennuie Atsushi. Je suis suffisamment derrière toi à répondre à tes milles caprices pour que toi une fois, UNE FOIS, tu acceptes de bouger ton Put*** de cul pour me faire plaisir. Tu crois quoi ? Que je suis ton chien, ta petite maman répondant à tes moindres caprices ? Tu crois que le monde tourne autour de toi, autour de ta petite personne ?! Je ne te pensais vraiment pas comme ça. Tu me dégoûtes. 


Sa colère ne s'arrêta pas là. Il avait encore du venin à déverser avant de se calmer. S'il prit une pause, c'est pour tenter de refouler une quinte de toux, qu'il laissa cependant éclater dans le creux de son coude. Se prenant finalement, les poumons et la gorge en feu, il reprit son monologue :

Tu aimes les sucreries, j'aime le basketball. Je fais des efforts pour toi au niveau de tes confiseries dégueulasses, tu pourrais en faire quelques uns pour moi en retour. Si tu me vois seulement comme une nounou ou un fournisseur en bonbons, alors je préfère même plus t'adresser la parole. D'ailleurs, tu vas sortir de chez moi avant que je dise quelque chose que je risquerais de regretter.


Le tirant presque derrière lui malgré son immense stature, il ouvrit la porte et poussa le géant dans les escaliers, lui jetant au visage son manteau et son écharpe. Galvanisé par sa colère, il ne se rendait pas réellement compte de ce qu'il faisait mais il s'en fichait : Himuro avait besoin que le violet sorte de chez lui avant qu'il ne s'emporte davantage. Ne laissant même pas à Atsushi le temps de réagir, il le fusilla une dernière fois du regard et jura :

You're just a fuckin' asshole !


Sur ces mots, il claqua furieusement la porte. Haletant, pantelant, sa gorge le faisant souffrir le martyre, Tatsuya avala difficilement sa salive et rejoignit sa chambre. Il lorgna avec dédain le paquet de chips qui s'était vidé près de son bureau avant qu'il ne s'affale dans son lit, ravalant un cri de rage pour, à la place, enfoncer son visage fiévreux dans son oreiller. Tout ce qu'il voulait désormais, s'était dormir et oublié cette horrible journée. Il en aurait presque souhaité que Murasakibara ne vienne jamais lui rendre visite ... ❞


Spoiler:
 


HIMURO TATSUYA
{  Keep a hot heart and a cool head, think before you act, and never give up }

YOSEN BISHIES !!!

Cuteness lvl 100 ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le froid s'accompagne de chocolat. [ PV Muro-chin ]
» PILOU caniche chocolat mâle de 6 ans (13) Marseille
» Monture sang-froid et homme lézard
» Le salon du chocolat à Paris
» Tarte au chocolat et à la noix de coco

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroko's Basket, le forum RPG ::  :: RP finis-