The Basketball Which Kuroko Plays
 
Bienvenue sur KnB-RPG, jeune Rookie !
Tout le monde doit signer le règlement & se recenser ! N'oubliez pas de voter !
Merci de favoriser le choix de personnages du manga en priorité ! 50 pockys offerts pour tout prédéfini prit
Les lycées Seiei, Fukuda Sogo, Kirisaki Daiichi, Shutoku et Kaijo recherchent des membres !

Partagez | 
 

 En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   07.12.14 23:47



Feat IZUKI SHUN

EN ATTENDANT QUE L'ORAGE SE TERMINE !


Le temps était lourd, presque orageux.
Assise sur le tapis qui recouvrait son plancher, Satsuki s'éventait avec une éventail gagné à un festival il y a plusieurs années de ça. Son short et son débardeur lui paraissaient encore trop lourds et chauds comme vêtements. La météo avait annoncé cette puissante vague de chaleur mais jamais la rose n'aurait imaginé qu'elle serait aussi imposante. Elle ne rêvait que d'une piscine.
La rose arrêta de s'éventer quelques secondes et son corps se réchauffa immédiatement. Retenant un grognement exaspéré, la rose jeta un regard tout aussi énervé à son vieux ventilateur. Le pauvre était si vieux qu'il ne brassait que de l'air chaud.

Satsuki finit par se relever. Si seulement l'orage pouvait éclater ! Il fallait juste que la température tombe à peu pour que l'air redevienne normal. Elle appréciait le silence et la tranquillité de sa maison. Mais là, il fallait qu'elle sorte, qu'elle trouve un endroit où la fraîcheur serait de rigueur. Sans se départir de sa tenue légère, elle enfila juste une paire de sandales et referma derrière elle.

Les rues étaient vides, les gens chez eux. Bien à l'abri de la chaleur torride, ils profitaient tous de leur air conditionné dernier cri. Bande de chanceux ! Satsuki aurait bien aimé avoir ça aussi chez elle.
Le ciel était toujours aussi bleu mais la rose continuait d'espérer cet orage salvateur. Elle adressa une prière divine et marcha en direction du centre-ville. Mais pas trop loin afin de ne pas à avoir à courir trop longtemps sous la pluie si elle se décidait à tomber un jour. Ses yeux roses regardaient les vitrines de magasins. Aucun achat n'était prévu mais de toute façon, son portefeuille était chez elle. Elle n'avait que son téléphone, coincé dans la poche arrière de son short.

La fontaine était entourée d'un tel peuple qu'elle ne chercha pas à s'approcher davantage. A la place, la manager de Tôo fila vers l'ombre des arbres et se cala sur un banc. Elle ferma les yeux, tentant de déceler un infime courant d'air frais passant par là. Mais en vain... Satsuki sentait le sommeil poindre le bout de son nez. Dans des cas où la chaleur était si forte, elle avait toujours envie de dormir. Ne voyant pas l'intérêt de rester ici, elle se releva et repartit en direction de chez elle.

Ses pieds traînaient un peu et ses sandales raclaient le sol. Elle n'avait même pas la force de lever plus. Son regard rose fit un tour circulaire de l'endroit. Des inconnus partout. Sauf là. Assis sur un banc, le nez plongé dans un libre et un crayon à la main, un brun qu'elle connaissait passait le temps.
D'habitude, Satsuki l'aurait laissé tranquille, surtout qu'elle ne le connaissait pas plus que ça. Mais là, elle s'ennuyait un peu. Elle s'approcha silencieusement et tourna de façon à apparaître dans son dos. Les mains doucement posées sur la rambarde du banc, la rose se pencha jusqu'à lire ce qu'il écrivait avec tant d'ardeur.

« Recueil de blagues... Tu sembles aussi avoir du temps à perdre Izuki-san. »

Elle esquissa un petit sourire, certaine de l'avoir un peu surpris. Tant mieux !









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   08.12.14 9:53




Momoi Satsuki

En attendant que l'orage se termine



Chaud..... Étouffante et caniculaire, cette journée était chaude ! Pourtant n'avaient-ils pas annoncé de l'orage à la météo ? Ce dernier semblait se faire attendre et l’atmosphère s'en était alourdie que davantage. Cela faisait maintenant trois jours que cette canicule s'était installée et ne semblait pas vouloir s'en aller. Et comme d'un fait exprès, c'est pile à ce moment précis que la climatisation installée dans la maison familiale des Izuki était tombée en panne.

Allongé sur son lit, les bras en croix, Shun avait l'impression de se liquéfier sur place. Sa chambre était située au premier étage où la chaleur semblait avoir élu domicile. Il faisait bien plus chaud ici qu'au rez de chaussé à son plus grand damne. D'un mouvement lent, digne d'un zombi dans walking dead, il tendit sa main sur le coté, tâtonna son bureau et attrapa ce qui semblait être un éventail en papier plié en accordéon. Il secoua celui-ci devant son visage à la recherche d'une quelconque fraîcheur qui n'arriva jamais.... Il soupira puis se mit assis. Il faisait trop chaud. Pourtant les volets étaient restés clos pour éviter que le soleil frappe sur les vitres et ne fasse émaner encore plus de chaleur.

Shun se leva et prit son sac. Il devait impérativement se rendre à la bibliothèque car aujourd'hui était la date butoir à laquelle il devait rendre des livres qu'il avait emprunté. Le jeune homme essayait de se motiver en se disant que dehors il ferait peut être meilleur que dans le sauna qu'était devenu sa chambre ! Fort de cette persuasion, il passa à la salle de bain se rafraîchir puis il enfila des vêtements correctes. Un T.shirt sympa à sa taille, ni trop large ni trop étriqué, un bermuda, une ceinture, une casquette et son sac visé sur son épaule, il était prêt à partir ! Il passa rapidement à la cuisine prendre une bouteille d'eau qu'il avait prit soin de placer au préalable dans le frigo et fourra cette dernière dans son sac avant de le fermer. Shun ferma les yeux et se permit de rester un instant devant le frigidaire à la porte grande ouverte. Haaaaa c'est fou comme ça faisait du bien ! Il aurait presque pu rester là toute la fin de journée.... Planté comme un abruti devant la porte du frigo grande ouverte... mais il se doutait que cette méthode de climatisation improvisée ne serait pas du goût de sa mère.

Il sorti de la maison en prenant soin de verrouiller la porte derrière lui et fit l'amer constat qu'a l’extérieur la température n'était pas mieux qu'à l'intérieur.... Chaud, chaud, chaud !!! Il soupira puis prit la direction de la bibliothèque en remettant sa casquette en place. Les zones ombragées des parcs avaient été d'assaut, tout comme les fontaines dans lesquelles les enfants venaient se rafraîchir. En passant devant une piscine ( dont le parking était archi bondé, ce qui en disait long sur le taux de fréquentation de l'établissement ) Izuki ne put que lâcher un petit soupir envieux....

C'est après une vingtaine de minutes de marche qu'il arriva à destination. Il déposa à l'accueil les livres en retour et se dirigea ensuite vers les nombreuses étagères croulant sous les ouvrages plus ou moins épais. Shun savait pertinemment quel était le rayonnage qu'il cherchait. Il trouva rapidement les petits recueil de blagues dont il raffolait et prit le tome 7 et 8 qu'il n'avait pas encore lu. Il les feuilleta rapidement, un sourire illuminant son visage lorsqu'il vit une blague particulièrement réussie ! Sans attendre plus longtemps il se rendit auprès d'une hôtesse faire enregistrer son emprunt puis quitta la bibliothèque sans s'attarder davantage.

Le jeune garçon releva la tête vers le ciel, clignant des yeux pour ne pas être ébloui par ce soleil torride qui semblait le narguer. L'orage ne semblait pas pour tout de suite... Quitte à être dehors autant en profiter un peu. Shun prit la direction d'un parc assez éloigné de chez lui mais qui était fort sympathique. Un peu en retrait de la circulation, il offrait un parfait havre de paix dans cette ville continuellement agitée. Une fois à destination, il vit avec regret que les bancs à l'ombre étaient déjà occupés par des familles, des mamans promenant leur enfant en poussette ou des personnes âgées épuisées et essoufflées qui s'accordaient un peu de repos. Alors qu'il passait juste à coté, une femme se leva et prit ses deux enfants par la main avant de s'en aller, laissant le banc sur lequel elle était assise abandonné !  Oh chance ! Le jeune homme s'y dirigea d'un pas décidé puis s'y installa, à l'ombre d'un grand camélia qui projetait son ombre délicieusement agréable !

Shun défit le sac de son épaule et le posa à coté de lui. Il en sortit la bouteille d'eau fraîche sur laquelle des gouttelettes d'eau s'étaient formées. Il en but plusieurs grandes gorgées avant de la remettre à l'ombre dans son sac. Il sortit ensuite son carnet, un crayon et les deux livres qu'il venaient d'emprunter ! Il ne put s’empêcher de sourire une nouvelle fois puis se mit à grignoter l’extrémité de son stylo alors qu'il était perdu dans sa lecture.

«  Reccueil de blague.... Tu sembles aussi avoir aussi du temps à perdre, Izuki-san »

Izuki sursauta et se décala sur le coté avant de tourna la tête en arrière pour voir à qui appartenait la voix féminine qui venait de le surprendre.

«  Mo... Momoi... »

Shun la regarda un instant avant que ses yeux ne se posent, bien involontairement, sur le décolleté échancré et particulièrement mis en avant par la demoiselle. Il détourna le regard vivement, une coloration pourpre se plaquant sur son visage. Et ça n'avait rien à voir avec la chaleur ambiante pour une fois ! Vraiment quel veinard ce Kuroko ! Il ne comprenait pas comment il faisait pour rester insensible aux charmes de la manager de Tôô. Il glissa vers la droite du banc, comme une invitation silencieuse pour que la jeune fille prenne place à coté de lui.

«  Oui... du temps à perdre... Avec cette chaleur les entraînements ont été suspendus »

Il se retient de justesse d'ajouter un «  Alleluia » pour conclure sa phrase. Comme quoi des fois, Riko Aida pouvait faire preuve d'humanité ! Elle n'était pas si tyrannique que ça finalement hein ? Non ? Bon... non alors.... Un entraînement par une chaleur pareil c'était une façon radicale de signer leur arrête de mort !

« J'imagine que c'est la même chose à Tôô ? »

Shun regarda de nouveau devant lui alors que la coloration de ses joues avait repris une couleur normale. Il s'obligea donc à ne surtout pas regarder les jambes largement découvertes de la manager. Il lui adressa un sourire alors qu'il referma son livre et son carnet

« Apparemment tu t’ennuie tout autant que moi... Ça te dis d'aller manger une glace ? »

Comment disait le proverbe déjà ? «  Les ennemis d'hier sont les amis de demain ».... Bien que la défaite contre Tôô restait douloureusement ancrée au sein de l'équipe de Seirin et dans la mémoire de chacun des joueurs, il n'était pas question pour Izuki de se laisser gagner par la rancœur ou l’amertume. Bien au contraire. Ça faisait parti du sport. Il fallait être capable d'accepter la défaite comme la victoire. Et il n'y avait rien à redire à la façon de jouer de Tôô. Leur supériorité avait été démontrée et il l'avait accepté même si cela avait fait vaciller toute l’organisation de son équipe. Mais loin d’être défaitiste ou mauvais joueur, Izuki avait prit cela comme un électrochoc leur permettant de trouver une nouvelle motivation pour aller de l'avant. Alors quitte à passer un petit moment avec Momoi Satsuki, autant en profiter pour penser à autre chose que les déboires des play-offs ou la future Winter Cup en préparation.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   08.12.14 17:37



Feat IZUKI SHUN

EN ATTENDANT QUE L'ORAGE SE TERMINE !


Satsuki regardait le brun avec curiosité.
Elle n'avait jamais fait plus attention à lui qu'à un autre. De ce qu'elle savait, les filles lui courraient volontiers après mais le jeune homme les ferait fuir avec ses blagues. La rose ne pouvait juger ce point là, elle n'en avait jamais entendu. Cependant, elle reconnaissait avec beaucoup de respect qu'il était un très bon meneur de jeu. Personne ne pouvait se décrire comme tel et le plus souvent, c'était les autres joueurs qui choisissaient le joueur qui allait pourvoir ce poste. Mais grâce à ses yeux, Izuki avait réussi le tour de force d'avoir cette incroyable responsabilité.

La rose le regarda sursauter avec beaucoup d'amusement et bafouiller légèrement son nom. Elle était toujours satisfaite de produire de la surprise chez les gens. Et non, Messieurs Dames ! Elle n'était pas qu'une jolie fille aux formes pulpeuses ! Elle avait un cerveau et savait s'en servir. Ses yeux roses suivirent la direction qu’empruntaient ceux d'Izuki et rougit à son tour en comprenant ce qui attirait son regard. Il se retourna et lui fit de la place. Satsuki s'installa près de lui, veillant cette fois à un peu plus remonter son haut. Peine perdue, il lui hurlait déjà de le laisser là où il était.

« Oui... du temps à perdre... Avec cette chaleur les entraînements ont été suspendus... J'imagine que c'est la même chose à Tôô ? »

Satsuki commença par hocher de la tête et avoua :

« Imayoshi-kun avait de toute façon quelque chose de prévu donc on aurait dû pratiquer sans lui le cas échéant. Déjà qu'Aomine-kun ne vient pas souvent, si le capitaine n'est pas là, les entraînements ne servent pratiquement à rien. »

Elle soupira et se laissa légèrement glisser sur le banc. Elle n'avait même pas la force de paraître convenable, bien assise sur le banc, les jambes bien collées l'une contre l'autre... Il faisait chaud et elle était en short ! Zut aussi !
La manager ferma un instant les yeux et ne les rouvrit que quand le brun referma ses livres et lui proposa :

« Apparemment tu t’ennuie tout autant que moi... Ça te dis d'aller manger une glace ? »

La rose le regarda, assez surprise. Il proposait ça comme ça ?! Comme si de rien n'était ?! C'était... non, c'était normal en fait, il fallait qu'elle arrête de se faire des films. Elle se leva et se pencha un peu en avant comme elle avait l'habitude de le faire.

« Pourquoi pas ! Mais c'est toi qui offre ! »

Son côté mesquin de Tôo qui ressortissait sans doute. L'appel d'une glace était vraiment trop fort et comme elle n'avait pas d'argent sur elle, elle avait supposé qu'en gentil garçon qu'était Izuki, il allait lui proposer. Elle n'avait qu'un tour d'avance, c'était tout. Elle plissa un peu les yeux, affichant un petit sourire mutin : il n'allait quand même pas refuser, n'est-ce pas ? On ne refuse rien à une fille !

Sans attendre sa réponse, elle effectua un petit demi-tour et se mit à marcher en direction d'un excellent vendeur de glace. D'habitude, celles du combini allaient parfaitement aussi mais son esprit logique lui soufflait qu'ils avaient tous dû être assaillis par la population trop réchauffée de Tokyo. Alors autant s'éviter un détour inutile !
Satsuki s'arrêta enfin et tourna à peine le visage pour l'observer entre ses mèches roses :

« Je te rembourserais naturellement. Je dois passer à Seirin de toute façon alors autant en profiter pour rendre ce que je dois. Et puis, j'ai très envie de voir comment évolue votre équipe depuis la défaite contre Tôo. »

La rose ne voulait pas enfoncer le clou mais elle était curieuse. La plupart des équipes finissaient par déprimer après qu'Aomine se soit un peu défoulé mais Izuki semblait bien. Était-ce juste une façade ou l'équipe entière s'en sentait plus motivée ? Si Tôo et Seirin se rencontraient à nouveau dans peu de temps, elle avait intérêt à ne pas sous-estimer la motivation qu'avait pu en tirer les joueurs adverses.

« Alors Izuki-san ? J'aimerais bien une glace à la cerise ! »

Un autre sourire mutin se dessina sur ses lèvres. Elle ne se considérait pas comme une fille prétentieuse qui faisait tout pour avoir ce qu'elle voulait mais de temps en temps, elle aimait bien voir jusqu'où elle pouvait aller. Juste par curiosité encore une fois. Si elle voyait que ça dérangeait trop Izuki, elle s'arrêterait. La rose connaissait la notion de « limites » quand même !









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   08.12.14 18:51




Momoi Satsuki

En attendant que l'orage se termine



Izuki la vit contourner le banc et se laisser tomber dessus avec nonchalance. Elle semblait ressentir les même difficultés que lui à supporter cette chaleur oppressante. Le regard du jeune garçon passa rapidement sur les jambes très légèrement vêtues de Momoi avant qu'une nouvelle coloration carmin ne se plaque sur son visage et son cou. A cet instant précis, il remerciait la visière noire de sa casquette qui formait une ombre sur son visage et devait atténuer la coloration gênante dont il était victime.

Shun reporta son regard devant lui. A quelques mètres, un gosse venait de méchamment se crouter du toboggan et sa mère, affolée, arrivait au pas de course pour le consoler. Il était un peu mal à l'aise de se retrouver avec Satsuki Momoi qu'il ne connaissait qu'a peine. A vrai dire il ne l'avait vu que lors de leur entraînement en piscine lorsqu'elle avait débarqué comme une fleur à la recherche de Kuroko. Puis il l'avait vu au match contre Tôô...

Il l'écouta raconter les raisons de l'absence d’entraînement de son équipe et ne put s’empêcher de soupirer. Aomine séchait les entraînements.... Cette information était surprenante et d'un autre côté pas tant que ça ! Ca allait bien avec le personnage...  Et Izuki n'était pas complètement stupide et il savait parfaitement que le talent de basketteur d'Aomine était naturel... Ce n'est pas quelque chose qu'il avait acquis à force d'ardeur et de travail. Il avait ça en lui depuis toujours. Lui même pourrait sans doute s’entraîner toute sa vie comme un forcené sans jamais réussir à l'égaler... C'était toute la différente entre les joueurs de la Génération Miracle et les autres.... comme lui.

Shun rangea son carnet, livre et stylo à l'intérieur de son sac avant de le fermer et de passer l'anse au  dessus de sa tête pour l'ajuster sur son épaule. Il entendit Momoi accepter sa proposition de manger une glace à la condition sinéquanone qu'il la lui paie. Il se tourna vers elle en souriant


«  Ha oui t'es comme ça t.... »

Il ne put finir sa phrase et quand il constata qu'une nouvelle fois, Momoi s'était penchée en avant, exhibant ( volontairement ou non ) son décolleté généreusement fourni.

Un ange passa ….

Izuki se reprit subitement et se leva d'un bond avant de se placer devant elle


«  O... Ouais pas de soucis pour la glace. Il fait décidément trop chaud ! »

A tous les points de vue....

A son tour elle se leva et se mit a marcher. Izuki la rattrapa en deux enjambées, déambulant maintenant à ses cotés. Donc pour manger une glace il y a trois solutions. 1 : le combini... certainement à sec vu qu'il ne devait pas être le seul à avoir la brillante idée de manger une glace en pleine canicule. 2 : Le glacier traditionnel... Ce n'est pas qu'il veut pas mais bon... Ayez pitié de son porte monnaie presque aussi à sec que le congélo du combini.... 3 : Le kiosque à glace du parc ! Ca serait donc cette solution là ! Satsuki semblait d'ailleurs prendre cette direction.



« Je te rembourserais naturellement. Je dois passer à Seirin de toute façon alors autant en profiter pour rendre ce que je dois. Et puis, j'ai très envie de voir comment évolue votre équipe depuis la défaite contre Tôo. »

Shun l'écouta puis tourna la tête sur le coté pour la regarder. Il agita les mains dans sa direction et lui sourit

«  Laisse tomber le remboursement de la glace. Je te l'offre pour cette fois »

Il rit un peu avant de reprendre

«  Non en fait j’essaie de te soudoyer pour les prochains matchs ! »

Son rire s'échappa à nouveau de ses lèvres alors que sa main droite s'accrochait à l'anse de son sac. Il regardait fixement devant lui, évitant tant que possible de croiser ses yeux roses clairs. Nous y voilà... la fameuse défaite contre Tôô.. C'était couru d'avance que ce sujet allait immanquablement être mis sur le tapis. Il n'avait pas particulièrement envie d'en parler en réalité. Il laissa le sujet sans réponse alors qu'ils arrivèrent au niveau du kiosque en question.

Satsuki lui demanda un parfum à la cerise


« Je ne sais pas pourquoi mais j'étais sure que tu prendrai ça ! Instinct masculin ! »

Il se tourna vers la femme qui vendait les glaces. C'était une personne très âgée mais qui paraissait fort sympathique. Shun lui demanda poliment une crème glacée à la cerise donc, et une seconde au citron pour lui. Alors qu'elle préparait la commande, il sortit de quoi payer. Il prit la première glace à la couleur d'un rose fort prononcé et la tendit à Momoi avec une serviette en papier

«  Tiens »

Il attrapa la sienne et remercia la petite mamie. Dés que ses lèvres entrèrent en contact avec le sorbet il se félicita d'avoir eut l'idée de venir ici. C'était archi rafraîchissant ! Puis, jetant à regard à Momoi qui avait également commencé à manger, il comprit qu'il ne pourrait éludé le sujet de la défaite plus longtemps. Il se confia donc

« Si je te disais que ça ne nous a rien fait je mentirai... Sur le coup ça nous a fait mal. Nous avons perdu et en même temps plus rien ne fonctionnait dans l'équipe. Kagami et Kuroko ne s'adressaient la parole que pour s'aboyer dessus... On s'est tous un peu renfermé »

D'un petit coup de langue il rattrapa quelques gouttes de glaces glissant sur le cornet. Il tourna la tête vers Momoi et haussa les épaules


«  Mais au moins ça nous a mis un coup de pied au derrière ! On a perdu l'interlycée mais rien n'est perdu pour la Winter Cup ! On s'est entraîné comme des fous cet été et nous avons récupéré notre pivot aussi ! Kiyoshi Teppei. Il n'a pas pu jouer jusque là car il était blessé... Mais te connaissant je ne dois rien t'apprendre et tes fiches sur lui doivent être complètes.  »

Il continua de manger la glace assez rapidement. Le soleil qui tapait la faisait fondre bien trop vite et il risquait de s'en mettre partout sur les doigts

« Pour faire court, on est prêt à prendre notre revanche ! Et cette fois on ne perdra pas ! Tu pourras dire à Aomine qu'il ferait mieux de jouer dés le premier quart temps ! »

Voilà ! C'était dit ! Loin d'Izuki l'idée de paraître vantard. Mais il ne voulait pas non plus laisser croire que son équipe s'était démontée après la défaite contre l'équipe de Momoi. Certes Seirin avait souffert mais elle n'était pas à l'agonie pour autant. Elle s'était relevée, soudée encore davantage et s'était préparée à foncer droit devant elle en direction de la Winter Cup ! Il ne savait pas vraiment comment Momoi accueillerait cette confession mais ca lui avait fait du bien de lui en parler.

Le garçon croqua dans son cornet et leva la tête pour s’apercevoir que de menaçants nuages noirs commençaient à faire leur apparition.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   08.12.14 22:12



Feat IZUKI SHUN

EN ATTENDANT QUE L'ORAGE SE TERMINE !


Quand Shun lui assura qu'elle n'avait pas à le rembourser, Satsuki commença à froncer les sourcils.
L'attention était généreuse mais ce n'était pas dans ses habitudes de ne pas rendre la pareil. Que ce soit en bien ou en mal... Le brun se mit à rire et la rose choisit d'abandonner ce sujet pour l'instant. Imitant Shun, elle se tourna vers la vieille dame qui vendait les glaces et n'eut même pas le temps de dire quoi que ce soit tant il fut plus rapide. La rose se sentit mal à l'aise surtout que le garçon avait maintenant le visage sombre. Elle n'aurait peut-être pas dû parler de Tôo...

Elle allait s'excuser quand Shun lui tendit son cornet. Ses yeux roses brillaient déjà d'envie et le remercia en commençant à lécher la glace qui fondait bien trop vite. Elle l'écouta avec attention parler des problèmes de communication de l'équipe et elle ferma brièvement les yeux. Kuroko avait dû avoir beaucoup de mal à supporter cette ambiance. Le cœur serré, elle nota tout de même la joie qui débordait de la voix du brun quand il parla des entraînements qui suivirent cette période puis de Kiyoshi Teppei. Évidemment qu'elle le connaissait. A l'époque, il s'était retrouvé face à Teiko et avait dû subir la force titanesque de Murasakibara. De quoi démotiver, elle l'avouait. Une goutte de sa glace s'écrasa sur son doigt et Satsuki se hâta de la lécher avant qu'elle ne coule ailleurs.

« Pour faire court, on est prêt à prendre notre revanche ! Et cette fois on ne perdra pas ! Tu pourras dire à Aomine qu'il ferait mieux de jouer dés le premier quart temps ! »

Shun croqua son cornet et regarda vers le ciel. Il n'avait peut-être pas encore remarqué qu'un sourire d'un tout autre genre venait de fleurir sur les lèvres de Satsuki. Le genre de sourire qui excellait et était la marque de Tôo. La manager commençait à peine à s'y habituer et croqua à son tour son propre cornet pour l'effacer. Il ne devait probablement même pas avoir idée de ce qu'il venait de dire, le pauvre :

« Tu sembles si confiant ! C'est bien. Quant au fait qu'Aomine-kun joue dès les quinze premières minutes, je peux t'assurer que sa présence ne permet que certifier la victoire de Tôo. Nous n'en étions qu'à l'échauffement avec l'Interhigh ! »

Bon, elle exagérait un peu mais Satsuki savait de quoi ses joueurs étaient capables. Bien plus, tellement plus que ce qu'ils avaient volontiers montré lors de leurs matchs. La rose avait une confiance totale dans son équipe et se tenait prête à les supporter de toutes ses forces. Et puis, Tôo n'avait pas besoin d'utiliser des coups bas pour gagner. L'équipe était forte et promettait déjà d'écraser les autres avec magnificence !

« Tu pourras dire à Seirin de préparer les mouchoirs. Vous allez pleurer après votre défaite cuisante. »

Et elle promettait de l'être puisque chacun travaillait comme un forcené dans le gymnase. De Wakamatsu à Sakurai, en passant par Imayoshi et Susa, ils venaient motivés comme jamais et ne repartaient qu'une fois trempés par la sueur et tenant à peine sur leurs jambes.

« J'espère cependant que nous aurons un match vraiment fantastique ! »

Satsuki offrit un immense sourire à Shun pour compléter cette réplique. A son tour, elle leva son visage vers le ciel noir et sentit qu'une goutte s'écrasait sur sa joue. Elle l'essuya vivement, sursautant au contact glacé et cria presque en sentant le véritable déluge qui trempait maintenant ses vêtements. Glacée jusqu'à l'os, la rose commença à regretter la précédente chaleur.

Elle jeta un regard circulaire mais il n'y avait vraiment rien pour les abriter temporairement. Un éternuement lui échappa et Satsuki regarda le brun près d'elle. Semblant dans le même état qu'elle, il tremblait légèrement un peu aussi.

« Izuki-san... »

Heureusement qu'elle avait bon cœur. Et que ses parents n'étaient pas là.
Elle attrapa la manche du garçon pour être certaine d'avoir son attention et parla plus fort pour mieux se faire entendre tant la pluie tapait fort autour d'eux.

« Je n'habites pas loin... Si tu veux, tu peux rester chez moi en attendant que ça se calme ! »

Voilà, elle avait proposé. Maintenant, si Shun n'avait pas envie, ça ne tenait qu'à lui de refuser. Mais étonnamment, elle avait bien envier de rester plus longtemps en sa compagnie. Il était sacrément gentil comme garçon et elle appréciait ça à sa juste valeur. N'avait-elle pas dit qu'elle rendait toujours la pareil ?









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   08.12.14 23:52




Momoi Satsuki

En attendant que l'orage se termine



Izuki l'écouta attentivement et plus elle parlait et plus il avait l'impression de se liquéfier sur place. Il n'avait pas voulu faire preuve d'abus de confiance mais après tout ce qu'avait traversé Seirin, son équipe avait progressé. Il le savait, il le voyait ! Chacun des membres de l'équipe avait travaillé difficilement pour surmonter les lacunes encore présentes. Kagami aux sauts. Kuroko aux dribbles et lui, Izuki, aux paniers à trois points. Et puis il y avait le retour de Teppei ! Ce n'était pas rien ça ! Sa puissance sous l'arceau était monstrueuse. Ses larges mains et sa force étaient des atours indispensables. C'était une valeur ajoutée supplémentaire pour l'attaque de Seirin.

« Tu pourras dire à Seirin de préparer les mouchoirs, vous allez pleurer après votre défaite cuisante »

Izuki se figea un instant en la regardant. Elle semblait tellement sure de ce qu'elle avançait qu'il ne pouvait que douter. Le dernier match contre Tôô avait été un carnage complet. Et si elle disait la vérité ? Et si son n'équipe n'avait pas donné tout ce qu'elle possédait lors de leur dernière rencontre ? Ajouté à cela qu'Aomine n'avait joué qu'une seule mi temps.... S'il avait prit la peine de jouer la totalité de la rencontre... le score aurait été encore plus creusé et l’amertume de la défaite difficile à avaler. Déjà que là...

Avant qu'il ne s'en rende compte, sa glace avait fondu et coulé sur ses doigts. Il se dépêcha de la terminer avant de se ressuyer avec une serviette en papier qu'il déposa à une poubelle dés qu'il en croisa une.

Il ne dirait rien du tout à Seirin. Il ne leur dirait même pas qu'il avait rencontré Momoi. Pour le moment son équipe était dans une dynamique positive. Tous étaient satisfaits des progrès acquis et de la fraternité qui semblait les unir un peu plus chaque jour. Cette amitié était le ciment et le secret de leur équipe. Il en était persuadé. Tout comme il était intimement convaincu que Kuroko participait activement à l’atmosphère qui se dégageait de leur club de basket.

Alors non.... Non il ne leur dirait pas. Non il ne briserait pas leurs espoirs. Non il n'avait pas envie que ses coéquipiers ressentent le doute s'installer en eux, tout comme lui était en train de le ressentir à cet instant même en entendant les paroles de Momoi... Et puis... Il savait parfaitement que ce que la jolie manager venait de lui dire n'était que stricte vérité. S'ils venaient à perdre, ils auraient besoin de mouchoirs....


« J'espère cependant que nous aurons un match vraiment fantastique »

Shun se recomposa un sourire et il la regarda.

« Tu peux y compter ! »


Les nuages bas et d'un gris menaçant s'approchaient dangereusement. Visiblement le temps tournait à l'orage et cela n'avait rien d'étonnant vu la canicule qui s'était abattue sur la capitale depuis quelques jours. En quelques instants, une pluie torrentielle s’abattit sur la ville, trempant des pieds à la tête Satsuki et Shun, impuissants. Le contraste était saisissant entre la température de cette pluie diluvienne et la chaleur qui étaient encore présente quelques secondes auparavant. Shun ne put empêcher un hoquet de surprise lui échapper. Chaque centimètres carrés de ses vêtements étaient trempés et ses cheveux collaient son visage malgré la présence de sa casquette sur sa tête qui n'était plus d'aucune utilité, aussi trempée que tout le reste.

Il était dans de beaux draps... Il ne put s’empêcher de trembler alors que la fraîcheur de la pluie le pénétrait tout entier. De là où il se trouvait, il lui faudrait au mieux 45 min pour retourner jusque sa maison à pieds ! Et vu comme s'était parti, l'orage ne faisait que commencer
Un grondement déchira le ciel alors qu'une éclair commença à zébrer les nuages. Il reporta son attention sur Momoi quand cette dernière lui agrippa la manche de son T shirt. Elle commença a parler mais il avait du mal à distinguer le son de sa voix entre le tonnerre, la pluie bruyante et les cris des passants qui se précipitaient en courant à la recherche d'un abri . Il du se rapprocher tout prêt d'elle et pencher son oreille prés de son visage pour écouter


« …. Si tu veux tu peux rester chez moi en attendant que ça se calme ! »

Shun ne réfléchit pas un quart de seconde avant de répondre du tac au tac

« Je veux bien, merci beaucoup »

Sans attendre plus longtemps ils se mirent à courir en direction de l'appartement de la jeune fille. Il ignorait complètement quelle était son adresse et il la suivit scrupuleusement, adaptant sa vitesse à la sienne. Les trottoirs étaient inondés et glissants. Les caniveaux débordaient et créaient des petits ruisseaux qui serpentaient Tokyo. Avec ses baskets de ville à la semelle lisse, Izuki avait le plus grand mal à courir. Il avait l'impression qu'a chacun de ses pas il manquait de déraper. Et lorsque cela arriva réellement il ne put que se rattraper à Momoi, empoignant son poignet dans sa main avant que son genou heurte le sol détrempé.

« Excuse moi ! Excuse moi ! »

Il se releva et reprit la route en direction de l'appartement de Momoi dans lequel ils arrivent, fort heureusement, rapidement. Le jeune garçon pénétra à l'intérieur mais n'osa pas faire un pas de plus, restant dans le hall. Chacun de ses vêtements étaient à tordre. Ses chaussures émettaient un petit « splatch » à chaque pas qu'il faisait, témoignant du taux d'imprégnation en eau.... Son t shirt blanc lui collait à la peau désagréablement et des gouttes d'eaux s'échapper de façon régulière de l'ourlet de son bermuda ayant doubler son poids tellement il été chargé en eau...

« Je vais te mettre de l'eau partout.... Aurais tu une serviette à me prêter s'il te plaît ? »

Il avait accepté volontiers son invitation mais maintenant qu'il se trouvait chez elle, il se sentait mal à l'aise. Il n'avait absolument aucun vêtement de rechange et s'il restait ainsi, il allait saccager l'appartement en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.... Un frisson lui remonta l'échine. Il commençait à prendre froid.... Dilemme.... rester trempé et risquer de tomber malade. Ou bien se dévêtir mais la perspective de se retrouver à moitié déshabillé, dans un appart inconnu, avec une fille qu'il connaissait à peine... oula !

Finalement, avec un vain espoir, il esseya quand même de demander


« A tout hasard tu n'aurais pas un T shirt à me prêter le temps de tordre le mien ? »

Il avait pleinement conscience d'abuser de son hospitalité et de sa gentillesse mais il se promit de la remercier correctement pour ce service qu'elle lui rendait. Et pour le T shirt... en tant que manager d'une équipe de basket il avait le vain espoir que, peut être, elle aurait ça quelque part dans son armoire... Même un maillot de Tôô il était prêt à accepter... c'est pas peu dire, car franchement, ça lui coûterait d'enfiler ça !










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   11.12.14 23:58



Feat IZUKI SHUN

EN ATTENDANT QUE L'ORAGE SE TERMINE !


Satsuki était glacée jusqu'à l'os.
La pluie diluvienne s'infiltrait sous son débardeur et l'eau ruisselait le long de ses jambes. Elle tremblait sans pouvoir s'arrêter, sentant ses longs cheveux roses s’alourdir avec le poids de liquide glacé qui tombait du ciel sans jamais s'arrêter. Sa main toujours accrochée à Shun devait trembler tout aussi fort que le reste de son corps et elle n'attendait que la réponse du garçon pour rentrer chez elle. Avec ou lui.

Après avoir eu sa confirmation, la manager de Tôo fit brutalement demi-tour, l'attirant avec elle. Ses sandales trempées la faisaient glisser mais elle tint bon, ce qui ne fut pas le cas de Shun. Il s'excusa et se releva mais la rose avait bien remarqué que son genou avait tapé méchamment le bitume du sol. Elle surveillerait ça plus tard. Quand ils seraient au sec en tout cas. La maison familiale n'était heureusement plus très loin, ce qui fit accélérer davantage Satsuki. Elle sortit sa clé de la porte arrière de son short et l'inséra dans la serrure à toute vitesse. La porte blanche grinça de mécontentement face à sa brusquerie mais la rose la referma encore plus vite. S'obligeant à respirer, elle calma les battements rapides de son cœur.

Un coup d’œil à Shun et à la flaque d'eau qui se formait déjà sous ses pieds la fit se bouger. Le brun demanda une serviette et sans parler, elle l'abandonna quelques secondes pour aller chercher la chose en question. Elle lui tendit une serviette verte en revenant. Il avait l'air gêné et glacé.

« A tout hasard tu n'aurais pas un T shirt à me prêter le temps de tordre le mien ? »

Satsuki enleva ses sandales et fit signe à Shun de la suivre dans les couloir de la maison. Elle grimpa l'escalier et se dirigea vers une pièce située à gauche :

« C'est la salle de bain. Si tu veux, tu peux prendre une douche pour te réchauffer. Je t'apporte des vêtements secs. »

Elle l'abandonna là et partit ensuite dans sa chambre. Tirant un tee-shirt et une jupe de son armoire, il fallait l'avouer, bien remplie et assez diversifiée dans ses choix vestimentaires, la rose quitta ses vêtements trempés. Elle grimaça en sentant le tissu mouillé qui laissait échapper quelques gouttes d'eau le long de ses flancs. Ça chatouillait, c'était désagréable ! Satsuki se sentit tout de suite mieux en enfilant la suite et glissa une paire de chaussons bien chauds à ses pieds gelés.

Elle quitta ensuite sa chambre mais hésita devant la porte de celle de ses parents. Depuis toute petite, on lui avait appris à ne pas rentrer ici sans autorisation et que, de toute façon, elle n'avait rien à faire là-dedans. Mais Shun n'allait pas rester avec juste une serviette... Elle poussa la porte et chercha quelque chose pour le brun.

Repartant vers la salle de bain, Satsuki hésita encore plus longtemps et finit par toquer  la porte :

« Izuki-san ? Je t'apporte des vêtements de mon père. Je suis désolée si la taille ne convient pas. Je les pose devant la porte, prendre le temps de bien te réchauffer d'accord ? Je faire du thé et du café en attendant.
 »

Satsuki laissa la pile de vêtement à l'endroit donné et descendit l'escalier. La cuisine était un espace chaleureux et accueillant mais la rose avait toujours l'impression de ne pas être à sa place ici. Mettant une grande quantité d'eau à chauffer, elle hésita entre les sachets de thé et le café. Ou du chocolat chaud peut-être ? C'était problématique, elle ne savait pas que ce préférait boire Shun. Tu parles d'une manager qui cherche toutes les petites infos chez ses adversaires !

La rose sortit deux tasses du placard et les posa sur le plan de travail. Un violent frisson traversa son corps et elle éternua plusieurs fois de suite. Portant sa main à ses cheveux, elle se dit qu'elle ferait peut-être bien de mieux sécher ses cheveux. Seulement, elle n'irait pas dans la salle de bain tant que Shun resterait dedans.
Se rappelant soudainement d'un détail d'une haute importance, Satsuki chercha la boîte qui contenait des bandages et des tubes de crème anti-douleur. Elle se doutait que le genou du brun avait besoin d'être soigné après une chute pareil.
Sauf...
Qu'elle avait donné un pantalon au garçon. Donc pour soigner son genou... Il allait devoir retirer ledit pantalon.
Le laisser faire comme un grand ou supporter la gêne occasionnée ? Bah... Son choix était fait !









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   12.12.14 10:26




Momoi Satsuki

En attendant que l'orage se termine



La jolie manager s'absenta environ une minute avant de revenir avec une longue serviette blanche. Contrôlant un tremblement, Izuki la remercia et lui sourit. Il la prit et se sécha énergiquement les cheveux, ébouriffant tellement ces derniers qu'il pouvait rivaliser sans peine avec Kuroko au saut du lit ! Puis il retira ses chaussures et ses chaussettes gorgées d'eau avant d'entreprendre à éponger grossièrement ses vêtements. Il ne tenait pas à mettre de l'eau partout dans la maison. C'était déjà fort sympathique à Momoi de l'accueillir alors il allait veiller autant que faire ce peut à ne pas ruiner le plancher ! Il glissa ses pieds dans une paire de pantoufle qu'elle lui proposa et ne put que profiter de la chaleur immédiate que cela prodiguait

En face de lui, Momoi portait toujours ses vétements glacés et humides. Ses longues jambes découvertes étaient encore ruisselantes et son top, déjà fortement saillant, collait encore davantage ses formes généreuses. Le jeune homme détourna le regard avec une certaine gène, une coloration pourpre s'emparant de son visage. Si Riko aurait été là, il se serait sans aucun doute prit le plus gros coup d'éventaille à baffe de toute sa vie !

D'un petit signe elle lui indiqua de la suivre et Shun s’exécuta silencieusement. Son regard se posa rapidement sur les pièces qu'il traversait sans toutefois trop s'y attarder. Un salon assez lumineux et moderne. Un long couloir donnant sur un escalier et enfin une salle de bain dans laquelle il pénétra.

Il fit une petite courbette à Momoi lorsque cette dernière lui annonça qu'elle s'occupait de trouver des vêtements secs.


«  Encore une fois, merci beaucoup, Momoi »

Une fois qu'elle se fut éclipsée il ferma la porte et se dirigea vers le lavabo. Il entreprit de retirer son maillot. Il se courba vers l'avant et grimaça quand le textile glacial remonta désagréablement le long de son dos, déclenchant une vague de frissons lui parcourant le corps. Il fit de même avec les autres vêtements qu'il retira rapidement et déposa dans la vasque blanche du lavabo pour ne pas mettre de l'eau partout.

Suivant le précieux conseil de la manager, Shun se glissa sous la douche en quête d'un peu de chaleur. Il régla la température bien plus chaude qu'a son habitude et apprécia pleinement l'eau glissant sur sa peau. C'était une sensation incroyablement agréable. En quelques minutes il sentit tout son corps se réchauffer et ses muscles se décrisper. Une épaisse vapeur se dégageait de la grande cabine de douche, créant de la condensation sur les miroirs et les vitres. Il entendit la voix de Momoi au loin annoncer qu'elle venait de déposer des vêtements secs devant la porte. Shun haussa la voix pour se faire entendre malgré le bruit de l'eau de la douche et la porte close


«  Ok ! Merci. Je me dépêche ! »

Il coupa l'eau, attrapa la serviette et entreprit de se sécher rapidement. En passant la serviette sur son genou droit il ressentit des picotements et regarda de quoi il en retournait. Il semblait qu'en glissant son genou se soit abîmé sur l'asphalte détrempée. Mais ce n'était rien de bien grave, fort heureusement. Un bel hématome encerclait son articulation et offrait une jolie palette de couleurs allant du violet fort soutenu au jaune cireux en passant par le rouge vif là où des écorchures avaient déchiré la peau et laissaient encore s'écouler quelques gouttes de sang. Décidément il ne faisait jamais les choses à moitié. Mais il n'y avait pas à s'alarmer malgré tout. Ce n'était que superficiel et tant que ça le l’empêcherait  pas de jouer au basket c'est tout ce qui comptait !  

Momoi avait subie tout comme lui le déluge orageux. Elle aussi devait grelotter de froid et n'aspirer qu'a une bonne douche bien chaude. Il ne voulait pas la faire attendre davantage et risquer qu'elle ne prenne froid. Aussi il se dépêcha à se sécher puis se dirigea jusqu'à la porte qu'il entrouvrit pour prendre les vêtements qu'il enfila. Finalement, ça ne serait pas des fringues de Tôô et il en était plus que satisfait ! Sans doute des vêtements appartenant au père de la belle manager. Ce dernier devait d'ailleurs être un peu plus grand et carré que lui. Le maillot était un peu trop large au niveau des épaules et particulièrement de l'encolure qui laissait largement apercevoir la base de son cou. Il avait noué la cordelette du pantalon en toile mais malgré cela ce dernier tombait légèrement sur ses hanches

Ce n'était pas grave, c'était même parfait au vu des circonstances ! Il se dépêcha d’essorer ses vêtements dans le lavabo en les tordant fortement. Tant pis s'ils étaient tout froissés. Il les suspendit à un séchoir qui trônait dans un coin de la salle de bain puis il fit de même avec la serviette afin de laisser la pièce propre et rangée.

Il sortit de la salle de bain puis redescendit les escaliers à la recherche de Momoi. Elle lui avait dit être partie préparer des boissons chaudes. Elle devait donc se trouver dans la cuisine. Ne connaissant pas la maison, il laissa son regard se balader dans les pièces aux portes ouvertes à la recherche de la jeune manager


« Mom...Satsuki? »

Shun arriva dans le salon à la fois spacieux et lumineux. Une décoration simple, quelques plantes vertes pour réchauffer le tout. La maison paraissait bien plus moderne que celle qu'il habitait. La maison familiale des Izuki était un héritage de ses grands parents maternels. Une maison traditionnelle japonaise, une minka,  avec tous les avantages et inconvénients que cela pouvait compter. Toutefois ses parents avaient réalisé à l'intérieur de nombreux travaux en vue de la moderniser et de la rendre moins exposée au risque d'incendie. Mais en comparaison, les deux habitations étaient radicalement opposées l'une et l'autre

Finalement il trouva Satsuki dans la cuisine et il lui sourit.


«  La salle de bain est libre. Tu devrais prendre une douche toi aussi »

Sur le comptoir de la cuisine, Satsuki avait sorti plusieurs boite de thé, du café et du chocolat en poudre instantané. Visiblement, elle n'avait pas encore préparé les boissons et semblait hésiter sur le choix à faire entre les différentes propositions qui s'offraient à elle. Et puis à coté de tout cela il y avait une boite portant une croix rouge sur le couvercle et qui ne laissait aucune place à l'imagination quant à son contenu. Une valisette de premier secours  

La jeune manager se tenait devant lui, ses longs cheveux roses étaient plus foncés que d'habitude. Encore bien mouillés, ils avaient presque prit une couleur framboise. Shun s'approcha d'elle et désigna la mallette de premiers soin d'un petit signe de la main


«  Est ce que ca va ? Tu t'es blessé ? Tu as besoin d'aide ? »

Il passa derrière le comptoir de la cuisine pour se mettre à coté d'elle et posa ses mains le plan de travail

«  Tu vas attraper froid si tu restes ainsi plus longtemps. Laisse moi m'occuper des boissons et file te réchauffer et de sécher. On s'occupera de te soigner ensuite si tu es blessée. Dis moi juste ce que tu veux boire.》

Il inclina un peu la tête sur le côté, attendant son choix. Ses cheveux noirs habituellement bien lisses étaient encore légèrement humides et désordonnés.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   14.12.14 12:55



Feat IZUKI SHUN

EN ATTENDANT QUE L'ORAGE SE TERMINE !


Toujours à tenter de choisir entre les diverses boissons qu'elle pouvait offrir à Shun, Satsuki se frottait ses bras nus où de fines gouttelettes glacées poursuivaient leur chemin.
Elle avait eu beau les frotter énergiquement avec une serviette, les mèches roses étaient bien trop longues pour que ça suffise. Il n'y avait que le sèche-cheveux pour l'aider à accomplir cette tache qui s'annonçait ardue. Elles collaient à son dos, cascadant contre ses reins et moulant son dos avec excès. Son haut sec commençait légèrement à devenir humide et elle soupira : c'était le meilleure moyen pour attraper la crève ça. Elle allait être maline avec un rhume après cette histoire !

Seulement, elle n'allait pas entrer dans la salle de bain pendant que Shun se réchauffait sous l'eau ! Il avait un minimum de savoir-vivre chez elle quand même ! Ça serait une autre personne, à la limite, pourquoi pas mais là, c'était quand même un garçon qu'elle connaissait à peine, voir pas du tout ! La notion d'intimité, Satsuki la connaissait quand même !
Et le problème de ne quasiment rien savoir d'Izuki Shun, c'était qu'elle ne savait pas quoi lui offrir à boire ! Elle restait là, plantée dans l'hésitation la plus contraignante !

Des bruits de pas lui firent tourner la tête et elle aperçut le brun en question. Un éternel sourire sur le visage, ses mèches sombres semblaient également ne pas avoir finit de sécher. Le joueur de l'équipe adverse lui conseilla de remonter afin de prendre également une douche, ce qui fit rêver Satsuki. Son dos se glaçait de plus en plus tandis que son débardeur absorbait toute l'humidité de sa longue chevelure, assez lourde avec tout cette eau qui stagnait encore malgré la friction intensive avec la serviette un peu avant. Shun s'approcha encore plus, son air joyeux se transformant en inquiétude tandis qu'il venait de remarquer la mallette surmontée de la croix rouge. La rose n'eut pas le temps de parler de son genou qu'il la noya sous un déluge de questions destinées à savoir si elle, s'était blessée. Satsuki n'avait rien à part un peu mal à son poignet depuis qu'il s'était gamelé dehors et s'était retenu à son bras. Cependant, comme Shun semblait de ne pas avoir trop mal de mal à se déplacer et s'appuyait à peu près correctement sur ses deux jambes, la manager de Tôo supposa qu'elle avait le temps de prendre une douche avant de l'obliger à s'asseoir pour soigner la blessure qui ne lui inspirait aucune confiance.  

«  Tu vas attraper froid si tu restes ainsi plus longtemps. Laisse moi m'occuper des boissons et file te réchauffer et de sécher. On s'occupera de te soigner ensuite si tu es blessée. Dis moi juste ce que tu veux boire. »

Le brun s'était approché d'elle et elle hésita longuement à accepter sa proposition qui suintait pourtant de bonnes intentions. La tête légèrement sur le côté n'attendait que sa réponse et Satsuki soupira en acceptant, bien que considérablement honteuse de faire préparer quelque chose à « l'invité ». Shun devrait plutôt s'asseoir quelque part pour soulager sa jambe au maximum. Il avait le profil de celui qui supportait la douleur en silence en gardant le sourire. Bah, c'était un peu le cas de tous ceux à Seirin. Une condition pour faire partit de l'équipe ? A méditer...

« Merci, Izuki-san. Je n'en n'ai pas pour longtemps. Du thé, m'ira parfaitement. Si tu as besoin de sucre, il se trouve dans le placard au dessus du micro-onde et les cuillères sont dans le tiroir juste dessous. Je reviens. »

Toujours aussi honteuse, Satsuki s'éclipsa dans l'escalier et jeta ses vêtements pour rentrer au plus vite sous l'eau chaude. Un soupir de bonheur lui échappa. Déjà que son dos souffrait continuellement, ses longs cheveux ne l'aidait pas non plus. Leur longueur associée à leur poids faisait que sa tête était souvent douloureuse. Elle devrait peut-être les couper un peu... Tout aussi rapidement, la rose éteignit l'eau, s'enroula dans une serviette et se plaça devant son miroir pour utiliser le sèche-cheveux. Cela mit du temps mais au final, ils étaient enfin secs. Attrapant un élastique, la manager les noua en une queue de cheval assez haute sur son crâne. Un nouveau haut sur le dos, elle repartit au rez-de-chaussée.

Izuki était maintenant dans le salon et elle lui sauta pratiquement dessus avec la mallette blanche et rouge en main.

« Bien, maintenant, va t'asseoir ! Je vais faire quelque chose pour ton genou, tu ne peux pas rester comme ça. »

La rose le força pratiquement à s'asseoir sur le canapé. Elle avait conscience d'être assez directive et sa voix un poil trop autoritaire mais un joueur de basket talentueux comme lui, elle n'allait certainement pas le laisser avec une blessure mal soignée ! Jamais Satsuki n'avait détourné les yeux et ignoré le ou la blessé, même si c'était une équipe adverse à la sienne. Déjà parce que ses parents ne l'avaient pas éduqué comme ça, ensuite parce qu'elle avait conscience que Shun apportait beaucoup à Seirin. Et si cette équipe se retrouvait amputée de son meneur de jeu qui avait se surcroît des yeux au « pouvoir » incroyable, ça ne serait plus aussi amusant par la suite.

Elle ouvrit la mallette et sortit du coton et du désinfectant. Ayant conscience de ce que ça allait être eu vu du bruit qu'avait fait l'articulation lors de la chute, Satsuki s'agenouilla devant lui, ses munitions en main et le regarda dans les yeux.

« Peux-tu me laisser voir ton genou, s'il te plaît ? »

Et si jamais Aida apprenait que son joueur s'était blessé et que personne ne l'avait aidé à ce moment-là, ça risquait d'être explosif. Et même si c'était amusant, Satsuki n'allait pas risquer inutilement de mettre la petite coach en colère. L'instinct de survie prédominait quand même chez certains.









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   14.12.14 23:13




Momoi Satsuki

En attendant que l'orage se termine



Shun s'était rapproché de la jolie manager de Tôô. Se situant juste à coté d'elle, il pouvait voir ses bras dévêtus parcourus de frissons. Elle grelottait et avait la chaire de poule. Il fallait impérativement qu'elle se réchauffe. Il ne tenait pas à ce qu'elle soit malade, cela l'aurait fait culpabiliser.... D'ailleurs il s'en voulait d'avoir été le premier à la salle de bain. Et l'élégance alors ? Et la galanterie dans tout ça ? Mais se disant qu'il était désormais trop tard pour les regrets, il la poussa rapidement à se diriger vers la salle de bain afin de ne pas la laisser dans cet état plus longtemps

Il l'entendit le remercier et lui donner quelques indications sur la localisation de la vaisselle. Il la regarda monter les escaliers précipitamment et se permit un soupire de soulagement. Ses vêtements encore humides, sa longue chevelure gorgée de pluie.... Satsuki était vraiment une fille incroyablement mignonne ! Et rien à voir avec les formes généreuses de son corps ! Shun n'était pas le genre de garçon fétichiste à s'attacher aux détailles comme ceux la !

Alors qu'il se retrouvait seul dans cette cuisine inconnue, dans cette maison inconnue, avec une quasi inconnue, il resta un instant immobile. Il essaya de se remémorer les directives que Satsuki lui avait dicté mais il n'arrivait plus à se souvenir de tout. Elle avait parlé de micro-onde... Shun se tourna et se dirigea vers l'appareil électroménager en question. Il commença par ouvrir le placard situé au dessus et regarda son contenu. Visiblement, c'était ici que la mère de Satsuki rangeait ses épices, sucre, sel et autres aides culinaires. Shun tendit la main et attrapa la boite à sucre qu'il alla poser prés des tasses. Puis il ouvrit plusieurs tiroirs à la recherche de cuillères. Ce fut rapidement chose faite ! Il avait repéré une bouilloire électrique branchée juste à coté du micro onde. Parfait ! Il la remplie et la mit en route puis attendit que celle-ci s'arrête automatiquement avant de verser l'eau chaude dans les tasses.

Si Satsuki avait précisé vouloir prendre un thé, elle n'avait rien mentionné quant à l'origine du thé voulu. Devant lui, pas moins de cinq boites de thé lui faisaient fasse. Il y en avait des fruités, des classiques comme du genmaicha ou du sencha...et d'autres variétés trop complexes pour qu'il y connaissent grand chose... Que faire ? Lui laisser sa tasse uniquement avec l'eau bouillante pour qu'elle choisisse elle même ? Mais il faudrait qu'elle attende encore le temps d'infusion avant de pouvoir apprécier une boisson chaude dont elle avait visiblement besoin vue comme elle grelottait quelques minutes auparavant. Bon... Se disant que rester planter devant les boites comme un piquet ne ferait pas avancer les choses, Shun se décida finalement. Il opta pour un thé aux fruits rouges pour la jeune fille et se prit la même chose.

Au loin il entendait le bruit caractéristique du ronflement d'un sèche cheveux. Momoi ne devait plus en avoir pour très longtemps. Il prit alors les tasses et alla les poser sur la table basse du salon, celle se situant juste devant un large canapé d'angle de couleur blanc. Les pas rapide de Satsuki se firent entendre dans les escaliers et Izuki se redressa pour la regarder. Il la vit presque arriver en trombe en tenant à la main la mallette de premiers soins avant de l'entendre s'exclamer de but en blanc


« Bien, maintenant va t’asseoir ! Je vais faire quelque chose pour ton genou, tu ne peux pas rester comme ca »

Shun écarquilla un peu les yeux alors qu'il ouvrait sa bouche sans qu'aucun son n'en sorte. C'était pour lui la trousse de secours ? Elle s'était inquiétée pour son genou avec la lamentable chute qu'il avait fait sous la pluie ? Dans un sens il était surpris et d'un autre coté, pas tant que ça.... Nulle doute que Riko aurait agit exactement comme elle ! Cette constatation l'amusa un peu. Les deux filles étaient rivales mais si semblables que cela en était risible !


« Tu sais... Ce n'est pas grand chose hein. Juste une égratignure de rien du tout. J'ai même pas mal »

Remarque vraiment inutile venant de la part du meneur de jeu... D'une part parce que c'était un mensonge évident et secondement parce qu'elle allait vouloir s'en assurer de ses propres yeux et qu'elle serait sans doute mécontente de le voir négliger ses jambes, élément vital quand on est basketteur ! De plus le ton qu'elle avait employé ne laissait aucune place au refus ou à la négociation. C'est donc sans avoir vraiment le choix qu'il s'essaya dans le canapé. Toutefois ça ne lui plaisait pas vraiment que Satsuki se propose à s'occuper de ses soins. Riko le faisait très souvent pourtant. Que ce soit pour soigner les bobos plus ou moins importants ou pratiquer des massages lors des mi temps. Mais avec elle il avait l'habitude depuis le temps ! Et puis il ne la voyait pas comme une fille, il la voyait... bah comme Riko quoi ! C'était à la fois leur coatch et leur amie.

Satsuki Momoi.... C'était différent. Il ne lui avait jamais vraiment adressé la parole avant aujourd’hui. Alors oui, ça le mettait un petit peu mal à l'aise. Et puis il ne voulait pas lui imposer ça non plus. Il ne voulait pas qu'elle se sente obligé de le soigner. Il s'était viandé tout seul comme un grand, donc c'était à lui de s'occuper de sa blessure.

Toutefois, elle planta son regard rose dans le sien et lui demanda d'une voix trop calme pour qu'il n'y décèle aucune menace


« Peux tu me laisser voir ton genou s'il te plaît ? »

Shun déglutit difficilement. Satsuki semblait aussi bornée que Riko ! Aussi, il réalisa que cela ne servait à rien de protester puisqu'au final elle gagnerait gain de cause ! Alors, pour s'épargner quelques longues minutes de négociations échouées par avance, le jeune homme se remit debout et retira sa jambe droite du pantalon avant de la lui tendre en prenant soin de garder son visage tourné dans la direction opposé au sien afin de dissimuler les rougeurs qui s'en était emparé. Il se trouvait parfaitement ridicule... et il n'avait pas du tout l'habitude qu'une fille le voit ainsi.

A cet instant il s'attendait presque à recevoir un violent coup sur la tete comme l'aurait immanquablement fait Riko en voyait l'état pitoyable de son genoux. Il pouvait presque entendre d'ici le sermon qu'elle lui aurait hurlé à plein poumon. Satsuki allait elle avec la même réaction volcanique en découvrant ce qu'il avait espérer lui cacher ?

Shun se mordit l'intérieur de la joue et osa un regard timide vers elle alors qu'elle continuait d'observer son genou sous tous les angles. La couleur noirâtre qui prédominait autour de son articulation n'augurait rien de bon mais il devait reconnaître que jusqu'à présent il n'avait pas mal lorsqu'il marchait ou prenait appui dessus. Il ressentait la douleur que quand on appuyait sur l’hématome, comme Satsuki était d'ailleurs en train de le faire pour s'assurer d'aucune lésion interne. Toutefois, le visage de Shun resta impassible. Il se concentré pour ne laisser paraître une forme de souffrance.

Il la regarda silencieusement prendre une compresse qu'elle imbiba de désinfectant avant qu'elle ne l'applique sur ses écorchures. Cette fois, Shun ne put retenir un réflexe de sa jambe qui sursauta en contact avec le produit piquant. Il ferma un œil alors que ses lèvres se tordirent dans une petite grimace. Il se détendit quand la blessure s'habitua à produit puis la regarda de nouveau. Elle paraissait absorbée dans sa tache.... La manager de Tôô était très appliquée. Nul doute qu'elle se comportait avec lui comme elle le faisait avec les joueurs de son équipe. Elle faisait fit de la rivalité qui les opposait.


« Je suis désolé... je me suis accroché a toi quand je suis tombé. Réflexe stupide. Est ce que je t'ai fais mal ? »



Shun la regarda dans les yeux. Il espérait sincèrement ne pas être à l'origine d'une blessure pour Satsuki. La route avait été tellement glissante et ses chaussures si lisses et plates que lancé à pleine vitesse, la chute était inévitable. Il avait attrapé le poignet de Satsuki qui se trouvait à coté d'elle sans vraiment s'en rendre compte. Ça aurait été un inconnu à coté de lui à ce moment là que ca n'aurait rien changé, il l'aurait attrapé lui aussi. Encore heureux, il ne l'avait pas entraîne avec lui dans sa gamelle !

Il attendit patiemment qu'elle finisse de le soigner puis lui adressa un sourire


« C'est bon ? Je peux me rhabiller ? »

Le joueur se remit debout et enfila de nouveau son pantalon, dissimulant ainsi la vilaine blessure. Il allait lui falloir trouver une excuse valable pour Riko ! Et elle n'accepterait pas n'importe quelle excuse bidon !

Shun se réinstalla et tendit la main pour prendre sa tasse de thé. Elle était encore fumante mais plus aussi bouillante que lorsqu'il avait fait le service. Il se risqua à goûter le breuvage avant de se tourner vers la demoiselle


« Je ne savais pas du tout ce que tu prendrais.... Un thé au fruits rouge ca te va ? J'ai pensé que tu pourrais aimer... »










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   15.12.14 16:22



Feat IZUKI SHUN

EN ATTENDANT QUE L'ORAGE SE TERMINE !


Satsuki attendait toujours qu'il lui montre son genou.
Il avait beau prétendre que ce n'était pas grand chose, elle n'était pas aveugle. Elle l'avait vu tomber, elle avait entendu le bruit de la chute. La manager de Tôo ne céderait pas, Shun ne quitterait pas cette maison sans qu'elle ait un peu soigné la blessure. Mais comme il avait l'air très mal à l'aise, la rose n'arrivait pas à l'en blâmer. Elle baissa ses mains et lui sourit gentiment. Sincèrement, elle voulait juste l'aider.

Enfin, Shun se leva. Très lentement, il découvrit sa jambe et se rassit, les joues rouges. Mais elle ne s'intéressait déjà plus à son visage. Juste à ce qu'elle avait sous les yeux. Autant le dire clairement, c'était moche. Même très moche. La palette de couleurs que ce genou blessé laissait apparaître lui tordit le ventre. Satsuki pourrait s'énerver, lui hurler qu'il devait faire attention à ses jambes plus qu'au reste mais elle n'allait pas le faire. Ce n'était pas son rôle, elle laissait ça à Aida.

Lentement et très doucement pour ne pas faire mal au brun, elle attrapa la jambe et toucha quelques endroits par ci par là. Levant ses yeux roses vers les siens, elle s'aperçut qu'il regardait surtout dans le vide, contenant le mieux possible sa douleur. Elle s'en voulait de lui faire mal mais c'était nécessaire. Elle appuyait pour détecter que le genou était bien intact. Certes, Shun pouvait s'appuyer dessus et marcher convenablement mais rien ne disait que ça allait pour autant. Jugeant que le plus grave n'était pas arrivé, Satsuki attrapa ses compresses et son désinfectant.

La jambe lui échappa pratiquement des mains quand le liquide piqua la blessure. Comprenant sa réaction, Satsuki attendit qu'il se détende et repassa, beaucoup plus doucement. Dans l'ensemble, ce n'était pas très grave. C'était juste moche d'apparence. Les petites gouttes de sang ne venaient pas en rafales et les petites plaies cicatrisaient déjà.
Shun s'inquiéta ensuite pour elle, ce qui la touche un peu. C'était vraiment très gentil de sa part alors qu'il était réellement le plus blessé des deux. Collant tout de même un petit pansement pour la forme, elle tapota sa jambe pour signifier que c'était terminé. Sans hésitation, elle le regarda dans les yeux et mentit effrontément.

« Je n'ai rien, j'ai juste été surprise. J'ai fini, tu peux te rhabiller. »

Elle se releva et lissa un peu sa jupe. La boîte fut rangée à sa place d'origine et elle s'installa près de lui sur le canapé. Une agréable odeur de fruits rouges s'échappait de sa tasse et Satsuki en huma tous les arômes. Elle adorait ce thé, Shun avait su choisir à merveille et elle lui fit savoir. La manager tira la langue en se brûlant et reposa sa tasse sur la petite table pas loin.

Elle était bien contente d'avoir finalement proposé à Shun de venir ici. Sa maison était bien silencieuse depuis que ses parents avaient pris quelques jours rien que pour eux. Mais le silence, ça perturbait Satsuki qui avait l'habitude du bruit. Normalement, il y avait toujours du monde autour d'elle. Jetant un coup d’œil au genou maintenant caché du brun, elle demanda :

« Tu veux que j'aille parler avec Riko-chan pour ton genou ? Histoire qu'elle ne te tue pas tout de suite ?»

Satsuki ne craignait pas la petite coach mais il fallait reconnaître qu'elle avait le don de maîtriser son équipe à coups de hurlements, de menaces de mort et de quelques baffes. Chacune sa technique.
La rose reprit sa tasse afin de se réchauffer les mains. Dehors, la pluie tombait toujours plus fort, comme un déluge post-apocalyptique. Les fenêtres semblaient trembler face à la puissance du vent et la fille ne serait pas étonnée si demain, quelques dégâts seraient de rigueur. Tant que ça ne touchait pas sa propre maison...

Elle retenta de boire et ses lèvres s'habituèrent plus facilement à la chaleur de l'eau. Satsuki inspira une grande bouffée de fruits rouges et gémit doucement de plaisir. Qu'est-ce que c'était bon ! Reposant brutalement sa tasse, elle sauta pratiquement du canapé et retourna dans la cuisine. Repartant tout aussi vite dans le salon, elle tendit une boîte à Shun.

« Ce sont des cookies fait maison. »

Affichant un immense sourire, elle attendit qu'il se serve et tint quand même à préciser, juste au cas où.

« C'est ma mère qui les a faits. »

Qu'on ne l'accuse pas de vouloir empoisonner un adversaire.









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   16.12.14 10:22




Momoi Satsuki

En attendant que l'orage se termine



Le thé aux fruits rouges avait diffusé une agréable odeur sucrée dans la pièce. Shun gardait la tasse chaude calée entre ses mains. Il sentait la chaleur de celle-ci réchauffer ses paumes et lui prodiguer une sensation agréable et bienvenue. Malgré la douche bien chaude qu'il avait prit quelques instants auparavant, il avait toujours l'impression d'être englobé par le froid. Un léger frisson lui remonta l'échine et il porta la tasse à ses lèvres pour boire un peu de breuvage.

Satsuki lui avait affirmé ne pas avoir été blessée lorsqu'il s'était malencontreusement refrappé à elle durant sa glissade mémorable. Elle avait répondu avec tellement de spontanéité que Shun avait un doute quant à sa sincérité. Loin d'être dupe, il était maintenant persuadé qu'elle essayait de lui cacher quelque chose. Il riva son regard gris vers elle et contempla son poignet. Ha les filles je vous jure.... Elles sont d'un compliqué ! Elle l'avait presque forcé à se laisser soigner mais dés qu'il fallait ce que soit son tour, elle niait tout en bloc ! Toutefois, le garçon n’insista pas. Il garda juste cette information dans un petit coin de sa tête afin de pouvoir détecter le moindre signe de faiblesse du poignet de la jeune manager. Et si c'était le cas, il agirait de la même façon qu'elle l'avait fait  pour lui !

Fort de cette prise de décision, il but une nouvelle gorgée de thé avant de l'entendre lui demander si il voulait qu'elle s'occupe de prévenir Riko. Shun manqua de s'étouffer en avalant de travers. Il toussota un instant et reposa sa tasse dans un éclat de rire qu'il ne pouvait contenir

«  C'est très gentil de ta part mais crois moi, si c'est toi qui lui parle, ça sera encore pire ! Elle sera furax que je me suis blessé et doublement furax que ce soit toi, sa grande rivale, qui m'aies soigné »

Il lui adressa un sourire chaleureux avant de reprendre

«  Ne t'en fais pas, depuis le temps que je pratique le Riko, je n'ai plus peur d'elle... enfin presque... »


Un nouveau rire lui échappa. Riko était redoutable et visiblement sa réputation autoritaire n'était plus à faire ! Même les équipes adverses étaient au courant. Mais Shun ne s'était jamais plaint de ses manières car il savait que tout ce qu'elle faisait était pour tirer Seirin vers le haut. Et jusqu'à présent ça avait été plutôt efficace. Alors oui... les plays-off encore et toujours.... Mais réussir à se qualifier deux années consécutives aux plays off de l'interlycée pour une équipe si jeune était déjà un véritable exploit.

Soudainement, Satsuki sauta du canapé et fila vers la cuisine. Surpris, Shun la regarda faire en se demandant quelle mouche pouvait bien l'avoir piqué ! Il la vit revenir avec une boite métallique qu'elle ouvrit devant lui. Cette dernière contenait des cookies et biscuits sablés joliment décorés. Tout cela paraissait fort appétissant, il devait l'avouer. Toute fois il hésita quelques secondes avant de tendre la main pour se saisir d'un cookie. Riko et Satsuki avaient de nombreux points communs ( n'en déplaisent aux demoiselles ! ). Ayant déjà risqué sa vie un nombre incalculable de fois en goûtant la cuisine de sa coach, Shun se demandait qu'il était vraiment prudent de manger quelque chose proposé par Satsuki....

Comme si elle avait deviné ses craintes ( il espérait du moins avoir été le plus discret possible! ) elle ajouta

«  C'est ma mère qui les a fait. »

Le garçon lui sourit et la remercia une nouvelle fois. Il croqua dans un des biscuits. Il n'avait pas spécialement eut faim jusqu'à présent mais maintenant, il devait reconnaître qu'il appréciait fortement de grignoter quelque chose. Sans doute que leur épisode sous la pluie diluvienne avait creusé son estomac.

« Ils sont supers bons ! Merci ! »

La pluie justement.... Shun fit glisser son regard vers la grande baie vitrée du salon. Les nuages noirs avaient envahi le ciel, obscurcissant la ville comme si la nuit était déjà presque tombée. D'ailleurs, dans la rue, certains réverbères avaient été allumés. Le vent en rafales fouettait les bâtiments et s'engouffrait dans les allées en sifflant fortement. Les volets des maisons claquaient, la pluie dégringolait sans discontinuer sur les toits et les fenêtres. Cette scène apocalyptique avait quelque chose d'effrayant. Il espérait cependant qu'il n'y aurait pas trop de dégâts à déclarer après le passage de cet orage déchaîné. Mais était ce toujours qu'un simple orage ?

Il regarda Momoi juste à coté de lui. Elle était en train de croquer dans un biscuit quand il lui adressa la parole


«  Tu crois que ça vire à la tempête ? »

Shun était davantage inquiet par sa présence qu'il imposait à la jeune fille plutôt que par la météo capricieuse qui s'acharnait dehors. S'il s'agissait effectivement d'une tempête, cela allait mettre un certain temps avant que les choses ne se calment. Il serait dangereux, voir suicidaire, de rentrer chez lui sous un déluge comme celui-là. Mais la soirée avançait inlassablement et il se voyait mal être contraint à passer la nuit chez Satsuki....

Prenant les choses avec le sourire et philosophie comme à son habitude, Shun sourit à Satsuki avant de subtiliser un nouveau cookie dans la boite

« Au moins on est à l'abri ! »

A peine eut il fini sa phrase qu'un bruit caractéristique se fit entendre alors que l'obscurité le plus complet se faisait à la fois dans la maison mais aussi sur la ville. Tout était subitement plongé dans le noir alors qu'une coupure d’électricité venait d'avoir lieu....

Le garçon regarda en direction de Satsuki. Dehors il ne faisait pas encore complètement nuit et il arrivait à distinguer les contours de sa silhouette et de son visage. Si le courant ne revenait pas rapidement, ils seraient dans l'obscurité le plus complet.... Il fallait anticiper tant que cela était possible.


«  Je pense qu'on ferait mieux de préparer des bougies, des lampes torches ou d'autres trucs du genre. Tu as ca ? »

Shun se releva et se dirigea vers l'entrée, là où son sac et ses chaussures attendaient sagement de sécher. Il ouvrit son sac blanc et en sortit son téléphone portable. C'était un téléphone relativement simple, à clapet, au bout duquel pendait un strapp représentant un petit ballon de basket orange qui se baladait à chaque mouvement de l'appareil. Cadeau que Riko avait fait à chacun des membres de l'équipe de Seirin.

Utilisant son téléphone comme une lampe torche de fortune, il rejoignit Satsuki pour l'aider à trouver de quoi éclairer davantage la maison.


«  Dis moi ce que je peux faire pour t'aider »

Un coup d’œil rapide à l'écran de fond de son portable lui indiqua qu'il ne lui restait plus qu'une barre de batterie. Décidément, c'était pas son jour ! Il n'était pas prêt d'oublier cette journée ! Lorsqu'ils auraient enfin retrouvé de la lumière assez correcte, il faudrait qu'il pense a prévenir sa famille avant que la batterie soit vide. Connaissant sa mère comme il la connaissait, elle risquait de se faire un sang d'encre. Il fallait dire que Shun était le seul garçon de la fratrie, encadré par une sœur aînée et une sœur cadette. Il n'était pas surprotégé par des parents étouffants mais sa mère n'aimait non plus rester sans nouvelle de lui. Et puis de son propre point de vue, c'était un manque de respect de ne pas la tenir informé de ses faits et gestes. Et vu comme la situation était partie, il n'était pas prêt de retourner chez lui !






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   18.12.14 0:37



Feat IZUKI SHUN

EN ATTENDANT QUE L'ORAGE SE TERMINE !


Satsuki avait froid.
Ce n'était pas du au manque de chaleur mais plutôt au fait qu'elle avait mentit et qu'elle savait que Shun veillait à l'affût du moindre signe de faiblesse. Il buvait lentement et Satsuki reprit sa contemplation extérieure. Le vent et la pluie étaient déjà assez menaçants et les nuages noirs n'annonçaient rien de bon. Elle aurait bien aimé que ses parents soient là avec elle, elle n'était pas rassurée.
Mais au moins... Shun était là. C'était déjà ça.
La rose ne le connaissait pas mais le fait qu'il soit présent avec elle était étrangement réconfortant. Mais digne élève de Tôo, tout restait caché en elle.

Quand le brun assura qu'il s'occuperait d'Aida tout seul, elle ne chercha pas à la convaincre de la laisser faire. Il était vrai que la petite châtain ne la portait pas dans son cœur donc si ça arrangeait les deux parties, l'affaire était conclue. Les cookies avaient apparemment l'air de plaire et la fille promit de demander à sa mère de lui apprendre à un faire. Ce n'étaient que de simples biscuits, rien de gigantesque ! Elle pouvait le faire !

La pseudo bonne humeur de Shun et sa capacité à voir le meilleur dans toutes les situations arracha un sourire à Satsuki qui envoya sa tasse valser quand le tonnerre sonna cette espèce de fin du monde. Le noir se fit complet et elle se raidit totalement sur le canapé. S'obligeant à rester calme, elle regarda l'endroit où était censé se situer le joueur de Seirin et lutta pour ne pas répondre avec une petite voix effrayée.

« Je dois avoir des lampes torches dans la cuisine. »

Il quitta la canapé et Satsuki sentit stupidement la panique monter. Elle ne savait pas quoi faire, elle ne comprenait pas. Cherchant quelque chose à faire, la manager se leva et écarta le rideau. Dehors, le temps empirait davantage et la coupure d'électricité semblait avoir touché la ville en entier. Il était donc inutile de chercher à rallumer ici.

Guidée par le téléphone de Shun, la rose avança doucement dans la cuisine. Les lampes torches de secours attendaient près d'une corbeille à fruits où de reluisantes pommes vertes attendaient sagement d'être mangés. Satsuki en alluma une pour vérifier que les piles étaient encore bonnes et la tendit au garçon. La deuxième marchait tout aussi bien et la rose la garda pour elle.

« Tu devrais prévenir ta famille. Je pense que tu vas devoir rester ici ce soir. »

L'eau emplissait déjà la rues tant les canalisations et plaques d’égouts diverses débordaient. Satsuki massa ses bras, cherchant ce qu'elle pourrait bien faire. Les situations bizarres, elle savait les gérer mais celle-là, c'était presque terrifiant. Pourtant, elle n'avait pas peur du noir, de l'orage ou même de rester seule avec un garçon chez elle sans pouvoir sortir. Mais Satsuki était angoissée de ne pas savoir comment réagir dans cette situation.

Décidant de ramener les tasses de thé à la cuisine, la manager de Tôo passa la porte et récupéra celle de Shun, toujours sur la table. A la recherche de la sienne, elle se rappela qu'elle avait volé et ne sentit que trop tard son pied déraper sur le fond de thé étalé sur le sol du salon. Se sentant partir en arrière, elle sentit ses fesses heurter douloureusement le sol et un cri de douleur lui échappa quand son poignet se rappela à sa douce conscience.

Avachie sur le sol, elle hésitait entre se relever et faire comme si tout allait bien ou attendre là que Shun l'aide. Elle cligna des yeux dans le noir complet, la lampe n'ayant pas apprécié la rencontre avec le sol à son tour. La tasse avait survécu par un miracle quelconque et s'était logée contre son bras replié sur son ventre. Elle se sentait pitoyable.
Finalement, Satsuki décida de se relever et utilisa son poignet blessé pour s'aider. Elle grimaça et refusa net de montrer le moindre signe de douleur. Shun n'allait y voir que du feu !

« Tu as réussi à joindre ta famille ? »

Faire comme si tout allait bien. Oublier la douleur de ses fesses et de son poignet. Sourire et avoir l'air ouverte à la discussion.

« J'ai une chambre d'amis. Si jamais ça ne s'améliore pas, je te propose de l'utiliser cette nuit. »

Satsuki posa la tasse intact dans l'évier et la rinça sommairement. Au moins, l'eau était toujours là. L'ennui avec cette panne d'électricité, c'était pour le chauffage. Frileuse comme elle était, la rose n'allait pas tarder à fuir sous la couette. Mais avant, elle devait préparer le lit pour Shun. Il n'allait pas refuser quand même ! Ce serait suicidaire de sortir maintenant et la rose espérait difficilement une amélioration.
Elle serra les dents et invita Shun à la suivre pour lui montrer la chambre en question.









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   18.12.14 11:33




Momoi Satsuki

En attendant que l'orage se termine



Shun jeta un coup d’œil par la fenêtre dont Satsuki avait écarté un rideau pour voir ce qui se passait à l'extérieur. On ne voyait que le nuit noire enveloppait la ville de son manteau de ténèbres. Le vent claquait et sifflait avec plus d'ardeur encore. Le jeune homme se fit la remarque qu'il n'était pas bien prudent de garder les volets de la maison ouverts. Emporté par le vent violent, n'importe quoi aurait pu venir se fracasser sur une des fenêtres de la maison et les briser comme s'il s'agissait que de vulgaire papier de riz.... Il s'occuperait de fermer tous les volets une fois que Satsuki aurait trouver de quoi illuminer un peu la demeure.

Aidé par son téléphone portable qui diffusait une lueur faible mais suffisante, il rejoignit la jeune fille dans la cuisine. Celle-ci venait de trouver deux lampes torches. Shun s'empara de l'une d'entre elle qu'il alluma. Il espérait toutefois que les piles ne seraient pas à plat trop rapidement.... Vu que la coupure de courant était généralisée à toute la ville, il allait falloir un très long moment avant que le rétablissement de l'électricité se fasse ! Pour cela il fallait déjà que la tempête cesse, ce qui n'était pas gagné au vu du claquement lugubre que le tonnerre venait d'émettre, arrachant même un sursaut de surprise au garçon pourtant pas peureux.


«  et bien..... On dirait que ça ne veut pas se calmer dehors.... »

Un éclair déchira le ciel et éclaira une fraction de seconde la maison. Satsuki lui fit remarquer qu'il devait prévenir sa famille qu'il ne pourrait pas rentrer ce soir. Il acquiesça d'un signe de tête puis resta dans la cuisine pour téléphoner rapidement alors que la manager était retournée dans le salon.

Il regarda son téléphone et s’aperçut qu'il avait un message en attente. Il l'ouvrit et le lu rapidement. C'était Jumpei. Il lui répondrait plus tard. Pour le moment il avait plus urgent à faire. A son grand soulagement, il entendit la tonalité résonner dans son appareil. Il allait falloir qu'il écourte la conversation car dorénavant, la petite pile visible sur l'écran de son téléphone se mettait à clignoter, montrant un niveau extrêmement bas de batterie.

Après quelques sonneries, il put entendre le son de la voix fluette et tremblante de Mai, sa sœur cadette, qui semblait terrorisée. Il lui expliqua rapidement la situation dans laquelle il se trouvait et s’inquiéta de savoir si de leur côté tout se passait bien. Apparemment, leur mère était retenu dans l'hôpital dans lequel elle travaillait en tant qu'infirmière et il n'y avait chez eux que les deux sœurs de Shun. Cette constatation angoissa considérablement le jeune homme. Il détestait se trouvait dans ce genre de situation où il était complètement impuissant. Il était purement inenvisageable de retourner chez lui dans les conditions climatiques actuelles. Et parallèlement, savoir ses deux sœurs seules dans la grande maison familiales privée de courant ne le rassurait pas. Mais au moins, Aya n'était pas toute seule et il était certain que Mai arriverait à gérer la situation sans problème. Il termina toutefois la conversation en leur donnant quelques recommandations et en leur expliquant il ne serait sans doute plus joignable car sa batterie serait à plat d'ici peu.

Il s’apprêtait à raccrocher quand il entendit un bruit sourd et le cri de Satsuki qui s'en suivit.


«  Je raccroche, soyez prudentes ! »

Il jeta presque son téléphone sur le plan de travail de la cuisine avant de se saisir de sa lampe torche et de se précipiter auprès de Satsuki. Lorsqu'il arriva, cette derrière était debout, légèrement tremblante, une tasse dans sa main et sa lampe torche cassée projetée deux mètres plus loin.

Il n'avait pas vu ce qui s'était passé mais le devina très vite en voyant la légère flaque qui jonchait encore le sol éclairé par le faisceau de lumière que diffusait la torche qu'il avait dans les mains. Il s'approcha d'elle et s’apprêtait à lui demandait si elle allait bien quand elle lui coupa l'herbe sous le pied


«  Tu as réussi à joindre ta famille ? »

Shun était un peu surpris par la question. Satsuki paraissait résignée à faire comme si rien ne s'était passé. Lorsqu'elle passa devant lui, il laissa son regard observer son poignet. Même avec l'obscurité qui les enveloppait, il pouvait facilement distinguer que ce dernier était enflé... Il se sentait terriblement coupable. Il s'était rattrapé à elle et lui avait fait mal. Et la chute qu'elle venait de faire avait empiré la blessure. Pourtant, Satsuki continuait de faire comme si tout allait bien.... Elle devait avoir terriblement mal pourtant...

D'une voix plate, il répondit à sa question sans la lâcher du regard, cherchant presque à la sonder. Il guetter le moindre signe de faiblesse de sa part, la moindre soigne de douleur aussi.


«  Oui. Ma mère est coincée au travail. Mes deux sœurs sont seules à la maison. Je ne m’inquiète pas tant pour Aya... Mais Mai.... Elle est plus petite. Elle est fragile et peureuse »

Il ne savait pas trop pourquoi il était rentré dans les détails. Satsuki en aurait sans doute rien à faire en plus. Sans doute que l’inquiétude grandissante du jeune garçon l'avait poussé à parler sans qu'il en ait réellement conscience.

Momoi posa la tasse sur le rebord de l'évier alors que Shun alla chercher la seconde lampe torche qui venait de rendre l’âme. Il ne leur restait plus qu'une seule source de lumière pour deux... Ça allait se corser sévèrement. Jetant un regard en biais à son téléphone qu'il avait balancé sans ménagement, il put voir que ce dernier s'était complètement éteins. De mieux en mieux.... Essayant de relativiser les choses, il se dit qu'au moins, une fois cette soirée passée, ils pourraient s'en doute en rire en se souvenant de toutes les galères accumulées qu'ils avaient subit !

Satsuki semblait également s’apercevoir que la situation était partie pour durer. Elle lui proposa de passer la nuit ici, dans une chambre d'amis que possédait la maison. Il ne pouvait pas refuser, il lui en était même très reconnaissant. Il la remercia chaleureusement et lui sourit avant de la suivre dans les escaliers qu'il éclairait en tenant la lampe torche bien haut pour qu'elle puisse profiter elle aussi de la lumière et éviter une nouvelle chute.

La démarche de Satsuki était différente.... Plus lente, elle traînait les pieds et s'appliquait à garder son bras devant pour empêcher le garçon de pouvoir observer son poignet. Izuki eut un petit soupire et secoua la tête de gauche à droite. Ce qu'elle pouvait être bornée ! Satsuki était une jeune fille qui se plierait en quatre pour aider les autres mais qui négligeait complètement son propre bien être et sa santé. Faire preuve d'autant d'abnégation pouvait être considéré par certains comme de la bravoure... Pour Shun c'était de la stupidité. Toute personne à droit à ses moments de faiblesse, à ses petits caprices, à ses travers et ses défauts....

Il entra dans la pièce après la jeune fille mais resta sur la pas de porte avant de croiser les bras, déterminé. Une petite pointe d’agacement fut perceptible dans sa voix lorsqu'il prit la parole


«  Dis, Satsuki-chan, tu vas continuer encore longtemps à jouer la comédie? »

Il ne savait pas si elle serait fâchée, surprise ou bien si elle aurait le toupet de continuer à nier l'évidence. Le joueur de Seirin ne connaissait rien du caractère de la manager rivale. Peut être n'aurait-il pas dû lui parler de cette façon... Peut être aurait-il dû continuer d’être gentil et tout serviable comme il l'était avec elle depuis le début de cette journée toute moisie. Mais il avait l'intime conviction qu'une nouvelle fois elle aurait nié l'évidence...


« Ton poignet est gonflé, je l'ai vu tout à l'heure. Tu as dû tomber dessus quand tu as glissé. Pourquoi tu fais comme si tout allait bien alors que tu dois avoir mal ?»

Izuki se mordit l’intérieur de la joue alors qu'il cherchait ses mots. Il ne voulait pas paraître trop dur ou trop directif dans le ton qu'il employait. Ce n'était pas vraiment dans son caractère d'être ainsi d'ailleurs. Il se surprenait lui même pour le coup. Mais l'inquiétude qu'il ressentait pour Satsuki  était grande. Il culpabilisait d'autant plus qu'elle avait prit soin de lui avec délicatesse. Pourquoi refusait-elle à ce point qu'a son tour il puisse lui venir en aide. Oui oui, ok c'est vrai qu'ils ne sont pas amis, c'est vrai qu'ils ne se connaissent qu'à peine, c'est vrai aussi que leur clubs de basket sont rivaux. Et alors ?

Shun s'approcha un peu d'elle et essaya de lui sourire pour la mettre en confiance, les traits de son visage se radoucirent et le ton de sa voix se fit de nouveau plus doux.


« Laisse moi m'occuper de ton poignet. Au moins le regarder et mettre de la pommade... »

Ne lui laissant pas vraiment le choix, il la força presque à se mettre assis sur le lit. Il s'empara de la lampe torche. Et lui fit un sourire chaleureux pour la rassurer

«  Je vais chercher ce qu'il faut. Attends moi là j'en ai pour deux secondes ! »

Lorsqu'il avait prit la douche, Shun avait pu apercevoir une petite armoire à pharmacie dans la salle de bain.  Certain d'y trouver ce dont il avait besoin, il prit la direction de la pièce en question. Il se dépêcha d'ouvrir la petite pharmacie et de  parcourir son contenu rapidement. Il trouva ce qu'il cherchait rapidement et retourna auprès de Satsuki qui était restée dans le noir complet de la chambre d'ami.

«  Me voilà ! Maintenant montre moi ton poignet s'il te plaît »

Il posa le matériel qu'il avait trouvé sur le pied et s’accroupit devant elle, prenant soin de ne pas s'appuyer sur son genou douloureux






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   18.12.14 21:37

blockquote>


Feat IZUKI SHUN

EN ATTENDANT QUE L'ORAGE SE TERMINE !


Satsuki serrait de plus en plus les dents au fur et à mesure que son poignet lui envoyait des vagues de douleur.
Il ne fallait surtout pas qu'elle se fasse remarquer. Ce n'était absolument pas le moment pour des broutilles de ce genre. Elle s'occuperait de ça un peu plus tard, quand Shun ne sera pas près d'elle pour voir l'état du poignet en question. Un rapide coup d’œil ne servit à rien puisqu'elle était dans le noir complet. Bon, la lampe torche qu'elle avait passé au brun lui permettait de voir son visage angoissé. Apparemment il avait eu sa famille et s'inquiétait pour ses sœurs. Mais il paniquait pour rien, la plus vieille de ses sœurs pouvaient parfaitement gérer la situation.

Il ne cessait de regarder l'écran de son portable qui n'affichait aucune lumière. La batterie devait être à plat pour ajouter encore plus de drame à cette situation déjà bien pénible. Le sien était sur son bureau dans sa chambre. Si le garçon avait besoin, elle pouvait parfaitement lui passer s'il souhaitait avoir des nouvelles de ses sœurs. Satsuki ne voulait certainement pas déranger ses parents. Ils ne feraient que s'inquiéter et tâcheraient de finir leurs vacances au plus vite pour la rejoindre. Mais c'était bien trop dangereux pour l'instant.

Le garçon accepta son invitation à dormir ici. Cela dit, il n'avait pas vraiment le choix. A moins d'être armé d'une paire de palmes comme devait l'être Midorima. Elle avait vu Oha-Asa ce matin. La rose aurait vraiment dû se trouver un DVD d'un dessin animé pour enfants, elle aurait peut-être évité toute cette galère.

Dans l'escalier, Satsuki se retrouva obligée de marcher lentement. La lumière de la lampe torche n'était pas le mieux mais la douleur de son poignet commençait à rendre sa vision trouble. Elle ne s'était pas raté apparemment... Dans la chambre d'amis, la manager de Tôo fila vers l'armoire pour récupérer quelques draps pour le grand lit juste à côté. Shun allait avoir de la place à n'en nul douter ! La chambre avec des tons chauds comme cette espèce de couleur sable que sa mère avait absolument voulu mettre avec un marron bizarre. Chocolat disait le pot de peinture. Ça ressemblait à tout sauf à du chocolat ! Shun disposerait donc de deux oreillers, un traversin pour les surélever s'il en ressentait le besoin ainsi qu'un épaisse couverture bien chaude pour compenser le fait que le chauffage ne fonctionnait plus à cause de la coupure d'électricité.

Resté sur le pas de la porte, Shun tenait la lampe torche, semblant un phare dans le noir complet de la maison familiale. D'apparence, il avait l'air calme. Cependant, sa voix agacée l'interrompit alors qu'elle mettait l'oreiller dans sa taie. Elle écouta sa question et choisit volontairement de ne pas répondre. Ce n'était rien. Ça pouvait attendre.

Shun insista sur son poignet et elle se retourna, prête à lui prouver qu'il allait bien en lui collant juste sous les yeux. Sauf qu'elle savait que le brun allait remarquer qu'il était gonflé et que la rose se retenait vraiment de laisser quelques larmes de douleur couler sur ses joues. Bon sang, elle ne voulait pas avoir l'air d'une chochotte ! Ce n'était pas difficile à comprendre ! Faisant claquer sa langue contre son palais, elle retourna au lit et termina son activité en quelque secondes.

Ne semblant pas comprendre les signaux que la rose lui envoyait, Shun s'approcha et la prit par les épaules pour la faire s'asseoir. Stupéfaite, elle le regarda quitter la chambre et revenir un peu plus tard avec quelque chose dans les mains. S'accroupissant devant elle, il montra la pommade et semblait attendre son poignet.
Le cachant fièrement derrière son dos, Satsuki secoua la tête et chercha plutôt à s'occuper du garçon.

« Je n'ai rien Izuki-san. Vraiment ! Ce n'est rien de grave ! »

Le voyant utiliser son genou, la rose réagit par réflexe et quitta le matelas pour l'obliger à se relever. La blessure avait un peu gonflé également et la manager arracha pratiquement la pommade des mains du meneur de jeu de Seirin.

« Fais attention à ton genou ! Tu seras malin si ta jambe supporte mal après ! Tu n'en as peut-être pas conscience mais elle est très fragile à cause de ta blessure ! Assis-toi plutôt et je vais te passer de la crème. Ça commence à gonfler un peu. »

Sans attendre son possible refus ni entendre la potentielle plainte sur son poignet, Satsuki se tenait devant lui, le tube de crème de son côté. Ils se fixaient en chiens de faïence, prêt à sauter sur l'autre à moindre signe de douleur. Mais ils étaient bon tous les deux. Un bruit singulier attira l'oreille de Satsuki et elle dépassa le brun pour courir dans sa chambre. Nul besoin de lumière, elle connaissait bien la maison. Son portable vibrait sur son bureau, s'agitant furieusement en attendant qu'elle décroche.

« Maman ?! »

Elle éloigna ensuite le portable de son oreille tant la voix de la grande dirigeante de cette famille sortait avec une aisance et une puissance naturelle. Comprenant qu'elle était en train de se faire engueuler, la rose comprit les mots « tempête » et « affreux que tu n'es pas appelé ». Satsuki se fit discrète et le portable vibra comme un fou quelques secondes avant de s'éteindre à son tour. Les batteries vides faisaient l'unanimité dans cette maison.
Retournant sur ses pas, son téléphone à la main, la petite manager dirigea sa main dans le faisceau dans la lampe torche.

« Izuki-san ? Nous sommes désormais seuls au monde. »

Pour un peu, elle aurait trouvé ça risible. Les nerfs et la douleur ne faisaient pas souvent bon ménage.

« Est-ce que je peux appliquer de la pommade sur ton genou maintenant ? »









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   19.12.14 10:13




Momoi Satsuki

En attendant que l'orage se termine



Butée, bornée, têtue !

Satsuki avait un caractère en béton armé et elle semblait vouloir en faire la démonstration au garçon de Seirin qui se heurtait à un mur. Loin de vouloir admettre la douleur qu'elle ressentait au poignet, elle préférait tout nier en bloc, restant consciencieusement concentrée sur le lit qu'elle lui préparait. Il avait eut beau l'obliger à se mettre assise sur ce même lit et être allé chercher de la pommade pour soulager son poignet endolori, il n'y avait rien à faire. Elle gardait obstinément sa main derrière son dos comme pour cacher quelque chose dont elle aurait honte. Son comportement lui fait presque penser à une enfant capricieuse prise en flagrant délit de bêtise ! Satsuki Momoi était-elle une petite fille capricieuse dans la vie de tous les jours ?

A peine s'eut il agenouillé devant elle pour essayer vainement de soigner son poignet que Satsuki bondit sur ses jambes en lui arrachant des mains le tube de crème qu'il était allé chercher.


«  Hey ! »

Il n'eut pas le temps de placer une parole supplémentaire que la manager de Tôô le foudroya presque du regard tout en l'enguirlandant ouvertement !

« Fais attention à ton genou ! Tu seras malin si ta jambe supporte mal après ! Tu n'en as peut-être pas conscience mais elle est très fragile à cause de ta blessure ! Assis-toi plutôt et je vais te passer de la crème. Ça commence à gonfler un peu. »

Finalement elle pouvait être aussi redoutable que Riko quand elle s'y mettait ! Mais Shun soutient facilement son regard et décida de ne pas obéir à sa sommation de se mettre assis pour qu'elle soigne une nouvelle fois son genou lancinant. Gardant le silence, il restait debout devant elle, la dominant de toute sa taille. Habituellement, le meneur de jeu de Seirin n'était pas un garçon si entêté que cela. Mais là, il trouvait ça purement exagéré que Satsuki le contraigne à se laisser soigner alors que elle même était blessée.

Il allait ouvrir la bouche pour prendre la parole quand un bruit le coupa dans son élan. Sautant sur l'occasion, Satsuki disparue rapidement dans le noir envahissant la maison, emportant avec elle le tube de crème tant convoité. Shun lassa un soupire de lassitude lui échapper. Libéré du regard scrutateur de la manager, il laissa une petite grimace se dessiner sur son visage alors qu'il passa la main sur son genou estropié. Momoi s'inquiétait pour rien, il en était certain. Il avait mal tout de suite là maintenant parce que la blessure était fraîche mais d'ici quelques jours l'hématome se serait résorbé et il ne resterait aucune séquelle de cette soirée cauchemardesque.

Entendant les pas feutrés de Satsuki se rapprocher, Shun se redressa et se composa de nouveau un visage impassible. Il la vit pénétrer dans la pièce en tenant dans sa main son téléphone qui semblait aussi énergique que le sien.... Un petit rire nerveux échappa à Izuki lorsque Momoi lui confia que dorénavant ils étaient seuls au monde, injoignable l'un comme l'autre. Ha la technologie ! Il suffisait de ne plus avoir de téléphone et c'était la fin du monde ! Toutefois la situation était loin d'amuser le garçon. Il avait l'impression que tout s'acharnait contre eux. Essayant de garder sa positive attitude légendaire, Shun essaya de relativiser les choses


«  Il nous reste au moins la lampe torche.... On prends les paris ? Elle s’éteint dans combien de temps ? »

L'idée de parier sur la durée de vie de la lampe torche, unique source de lumière dans la maison, avait quelque chose à la fois stressant et relaxant... Étrange combinaison. Il se demandait un instant ce qui pourrait être mis en jeu pour pimenter les choses. S'approchant à nouveau en face de lui, Satsuki le rappela à la rude réalité de la situation qui était la leur juste avant que le téléphone à l'agonie de les interrompe

«  Est ce que je peux appliquer de la pommade sur ton genou maintenant ? »

Shun la regarda avant de répondre placidement

« Non.... »

Izuki était plutôt connu pour son caractère jovial et ses blagues à deux yens. Mais là, franchement, il n'avait ni envie d’être joyeux, ni envie de plaisanter. Il était excédé par l'abnégation dont Momoi faisait preuve et il était bien décidé à lui tenir tête même si cela ne faisait habituellement pas parti de son comportement. Les moments où Shun se mettait en colère étaient assez rares pour que le peu de personnes y ayant assisté s'en souviennent encore aujourd'hui. Pourtant, à cet instant, ce n'était pas tant de la colère que de la déception qu'il ressentait. Pourquoi Satsuki était elle aussi réfractaire à faire soigner son poignet ? C'est à cause de lui ? C'est parce que c'est lui qui proposait de s'en occuper ? Elle n'avait pas confiance ? Pourtant... Lui n'avait pas hésité à lui confier sa jambe un peu plus tôt... Ou bien autre chose ? Est ce parce qu'il faisait parti d'une équipe rivale et qu'elle essayait de se montrer la plus forte possible pour ne pas paraître faible à ses yeux ? Réaction stupide.... Ils n'étaient pas en compétition là... et de son propre point de vu, savoir reconnaître ses faiblesses était une véritable force.

Passablement irrité par l'attitude têtue de Momoi, Shun s'appuya presque volontairement sur sa jambe blessée. Tout son poids reposa exclusivement sur sa jambe droite, il ignorait les lancements douloureux de son genou qui remontaient le long de sa cuisse. Si elle pensait être la seule à pouvoir se montrer bornée, elle avait tors ! Conscient qu'il regretterait sans doute cette provocation, il prit toutefois la parole sans la quitter du regard


« Je me laisserai soigner quand on se sera occupé de ton poignet. C'est pas parce que tu ne joues pas au basket, que tu dois négliger ta santé ! Je n'ai pas plus de valeur que toi parce que je foule le parquet ! »

Emporté par son élan, le flux de ses paroles ne s'interrompit pas. Il poursuivait sur sa lancée, regardant le visage de Momoi éclairé par la lumière tamisée projetée par la lampe torche. Vu sous cet éclairage, elle semblait avoir des cernes énormes sous les yeux. Il se demanda un instant si c'était seulement dû à l'ombrage de la pièce ou si c'était réel.

« C'est quoi le problème ? C'est moi ? C'est parce que je te propose mon aide? Si ça te dérange à ce point ok, je ne te toucherai pas mais soigne-toi toi même ! Le principal c'est que tu ne laisses pas ça comme ça !»

Il leva les mains devant lui pour montrer sa bonne foi avant de continuer

« Je suis bien conscient du fait que quitte à être enfermée ici avec mec de Seirin tu aurais sans doute préféré qu'il ait les cheveux plus colorés que les miens... Mais pas de chance, je ne suis pas Kuroko, il faudra te contenter de moi.... Je suis pas si horrible que ça, si ? En plus je t'épargnes mes blagues moisies.... un exploit tu peux me croire »

Ne tenant plus face à la douleur de son genou, Shun bascula son poids sur sa jambe valide. Il se sentait nul d'avoir dit tout ça à Satsuki. Le remord et la culpabilité se saisirent de lui à peine eut-il fini son monologue. Il avait l'impression d'avoir fait preuve de méchanceté gratuite à l'encontre de la pauvre Satsuki qui lui avait ouvert les portes de sa maison. Et sur ce point, Shun ne pouvait pas le nier, elle lui avait fait confiance aveuglément... Alors pourquoi pas pour le reste ?

Il n'en demeurait pas moins que ce qu'il avait dit était vrai. Satsuki aurait sans doute préféré se retrouver coincée ici avec l'élu de son cœur aux cheveux turquoises. Malgré tout, dans son malheur elle avait eut de la chance.... Elle aurait pu tomber sur pire que lui ! Hyuga, pour ne pas le nommer, par exemple.... Le tempérament volcanique de son ami était assez particulier pour ceux n'y étant pas habitué. Pire encore : Mitobe ! Bon courage pour trouver un sujet de conversation hein !!! Il n'y avait que Koganei pour réussir à le comprendre ( et cela restait d'ailleurs toujours un mystère pour Izuki comme pour le reste de l'équipe..... ). Et si ça avait été Kagami, on en parle ou bien ... ?

Enfin...  Force est de constater que la situation dans laquelle il se trouvait commençait à jouer sur les nerfs du garçon. L'inquiétude qu'il ressentait pour Mai, même si cette dernière était avec son aînée, le malaise de se retrouver dans cette maison qu'il ne connaissait pas avec Satsuki qu'il ne connaissait pas davantage, la fatigue qui avait décidé de se rappeler à lui en même tant que la douleur de sa jambe abîmée, plus la faim qui venait de se dire que ça serait sympa de se joindre aux restes des galères de soirée....  Ça commençait peut être à faire beaucoup... Et il avait l'impression qu'il n'était pas encore au bout de ses surprises.

Un immense coup de vent se fit soudainement entendre, rapidement suivit par le craquement puissant du tonnerre. Shun sursauta légèrement, surprit par la violence des éléments déchaîné à l'extérieur. La ce qui manquait tout de suite maintenant c'était un bon tremblement de terre comme ils en avaient si souvent l'habitude au Japon et hop, le tableau d'apocalypse serait parfait ! Shun croisait quand même les doigts, espérant du fond du cœur que cela n'arriverait pas !







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   20.12.14 0:27



Feat IZUKI SHUN

EN ATTENDANT QUE L'ORAGE SE TERMINE !


Le refus du garçon concernant l'application de cette fichue pommade l'énerva.
N'avait-il pas conscience d'à quel point ses jambes étaient précieuses ? De ce qu'il risquait avec une blessure ? Que les genoux étaient les moteurs de la jambes d'un basketteurs ? Elle allait lui rappeler le passé de Kiyoshi à ce rythme là, ça allait peut-être le motiver à se faire soigner le loulou ! Ce n'était que de la crème pour l'amour de Dieu ! De la pommade censée l'aider !

Mais non satisfait de lui tenir tête, cet inconscient s'appuya volontairement sa jambe blessée. Elle avait envie de le secouer de toutes ses forces pour qu'il comprenne que même si c'était bénin, il était blessé ! Une ombre de douleur ternit son visage rendu encore plus pâle avec ses mèches noires, il plongea ses beaux yeux dans les siens. Médusée, elle l'écouta jusqu'au bout. Semblant animé du feu sacré, Shun asséna tant de choses à Satsuki qu'elle n'eut même pas le temps de dire quoi que ce soit. Il avait mal, c'était clair comme de l'eau de roche ! Alors pourquoi s'obstinait-il à rester sur sa jambe de cette façon ?!

Il pensait qu'elle craignait qu'il la touche ? Bien sûr que non, ce n'était pas le problème ! Au contraire, elle était rassurée de l'avoir ici au lieu d'être seule ! La peur qu'elle aurait ressentit en se sachant éloigné de tout le monde aurait suffit à la faire pleurer mais le fait que Shun soit chez elle constituait un défi ! Elle devait être forte et n'avait donc pas le temps de pleurer ! Mais s'il continuait à lui parler comme ça, ses nerfs allaient craquer et les larmes finiraient vraiment par couler !

Elle se sentit vraiment fatiguée tout d'un coup. Voilà déjà plusieurs soirs qu'elle restait tard, penchée sur ses fiches pour le basket, l'autre œil sur ses révisions. Elle voulait aider au mieux son équipe et de l'autre côté, la rose ne voulait pas voir ses notes chuter. On comptait sur elle, Satsuki n'avait pas d'autres choix que de parfaitement faire ! Même si cela lui coûtait quelques soirs et de longues heures de sommeil !

Trop épuisée pour répondre, la manager aux yeux roses le regarda lever les mains et annoncer une cruelle vérité. Oui, elle aurait donné pas mal de choses pour que soit le turquoise chez elle. Elle aurait donné n'importe quoi pour qu'il fasse seulement attention à elle. A croire qu'il faisait exprès ! C'était douloureux ça aussi bon sang ! De voir que ses sentiments ne l'atteignaient pas, que Kuroko restait insensible alors que d'autres vendraient leurs biens les plus précieux pour une minute passée avec elle.

Elle resta silencieuse.
Ça faisait mal, il fallait l'avouer. Mais Satsuki savait aussi que Shun supportait la douleur difficilement et que son inquiétude pour ses sœurs le tracassait. Ses nerfs devaient être à vif mais elle le blâmait. Pourquoi se sentait-il obligé d'insister? Elle ne voulait pas, point ! Il était plus vieux, qu'il se résigne et abandonne ! Il n'avait déjà pas suffisamment de choses à supporter sans qu'en plus ils se disputent ?! Ils agissaient comme des enfants, c'était pathétique !

L'orage tonna encore plus fort que le coup d'avant et la pièce en fut soudainement éclairée. Satsuki sursauta et se mit à trembler. Son esprit était vide. C'était à elle de parler, de dire quelque chose au brun en face. Bon ou mauvais, il fallait que ça sorte. Mais il n'y avait vraiment rien. Elle le fixait, refusant fièrement de baisser les yeux la première. La différence de taille l'obligeait à lever le menton mais sa nuque supporterait l'effort. C'est sa dignité, bon sang !

Un autre coup tonna encore plus prêt, faisant trembler les murs de la maison familiale. A l'image de sa demeure, Satsuki se mit également à trembler. Bon, elle avait beau ne pas avoir peur de l'orage, là, c'était vraiment trop près pour qu'elle y reste insensible. La lampe torche ne durerait pas éternellement. Le frigo sans électricité risquait de perdre ce qu'il avait à l'intérieur. Si demain n'était pas mieux et que l'eau continuait de ruisseler dans la rue, ils ne pourraient pas non sortir.

Ah, son poignet lui faisait de plus en plus mal comme par hasard. Satsuki soupira et choisit de prendre la chose avec maturité. Elle tendit enfin son poignet. Les ombres des arbres entourant la maison semblaient effrayantes ce soir. Et quand une branche tapa avec force contre la fenêtre, brisant l'un des carreaux, elle oublia carrément tout ! Elle oublia qu'elle avait mal, qu'elle avait peur, qu'elle était en colère contre Shun.

Et elle lui sauta pratiquement dans les bras. Le vent et la pluie s'infiltraient maintenant dans la chambre avec fracas et la rose tira le brun hors de la pièce désormais inutilisable.
A court d'idées et trop fatiguée pour réfléchir, Satsuki l'attira dans sa chambre.

« Je suis désolée... mais je ne peux pas te laisser dormir là-bas maintenant. »

L'abandonnant dès qu'elle passa la porte, la manager de Tôo s'allongea sur son lit. Elle avait bien fait de quémander ce grand deux places ! Par principe, Satsuki ne pouvait pas laisser le brun dormir dans la chambre de ses parents. Mais ça signifiaient donc qu'il allait dormir avec elle.

« Est-ce que... ça te dérange de rester là cette nuit ? »

Bon gré, mal gré, il risquait de ne pas avoir le choix. Surtout que le canapé était horriblement inconfortable.









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   20.12.14 14:28




Momoi Satsuki

En attendant que l'orage se termine



A quoi pouvait-elle penser ?

Shun se posait la question tout en regardant Satsuki qui restait campée fièrement devant lui. Son visage paraissait plus fermé et la couleur blafarde de sa peau rendait ses iris roses plus menaçantes. Elle devait le détester. Elle devait le haïr pour tout ce qu'il venait de lui dire. Son poignet toujours dissimulé derrière son dos, elle ne semblait pas encline à obtempérer pour autant. Mais son silence pesant conférait à l’atmosphère les englobant une désagréable impression d’étouffement.

Shun avait envie de la prendre, de la secouer et de la coller de force sur le lit pour qu'elle se laisse enfin soigner. Décidément il ne comprenait vraiment pas d'où venait son refus. Pour quelle raison ? Pourquoi préférer souffrir, car il était évident qu'elle devait avoir très mal, plutôt que de se laisser soigner ? Quelque chose lui échappait et il ne savait pas ce que s'était.

Pour la première fois depuis fort longtemps, Shun avait l'impression de perdre le contrôle de lui même. Un comble pour le jeune homme que l'on surnommait «  La tour de contrôle » de Seirin.... Contrôle de la position des joueurs sur le terrain. Mais également contrôle de ses émotions et de ses sentiments pour permettre un jeu nullement affecté par ce qui se passait autour. Nul doute que si ses coéquipiers étaient présents à cet instant même, ils l'auraient regardé avec des yeux ronds comme des soucoupes en se demandant ce qui avait pu arriver à leur meneur de jeu si impassible. Mais ils n'étaient pas là. Il n'y avait que Satsuki, cette fichue tempête qui n'en finissait pas et l'unique source de lumière qui n'allait pas tarder à rendre l’âme comme tout le reste des appareils électriques de la maison !

Les secondes s'égrainaient. Puis les minutes. Et aucun des deux ne semblaient vouloir lâcher prise face à l'autre. Mais Shun sentait le remord et la culpabilité l'enserrer de plus en plus. Voilà aussi pourquoi il s'appliquait constamment à maîtriser ses émotions. Parce que quand il perdait la face, que ses nerfs le lâchaient ou que la colère l'envahissait, il était capable du pire... Et c'est ce qui venait justement de se produire. Pourquoi avait-il parlé de Kuroko ? Il ignorait l'histoire qu'il y avait entre lui et Satsuki. Mais d'une chose il pouvait être certain : les sentiments de la manager pour le joueur fantôme étaient sincères et très forts. Shun ne pouvait pas savoir ce qu'elle ressentait. Il n'était jamais tombé amoureux jusqu'à présent et n'avait jamais non plus connu de relation sérieuse... Le basket et les études occupaient déjà tout son temps.... C'était un choix qu'il avait fait. Ou bien n'avait-il encore pas rencontré la bonne personne.... Toujours est -il qu'il s'en voulait atrocement de s’être montré si égoïste et cruel envers Satsuki. Elle ne méritait pas ça....

Dehors, les éléments semblaient se déchaîner. Le vents siffler tellement fort que Shun dû briser le contact visuel qu'il avait avec Satsuki. Il dirigea son regarda vers la fenêtre de la pièce où il voyait les arbres se plier sous la force des rafales de vents. A cet instant, toutes se pensées étaient dirigées vers ses deux sœurs dans la grande maison familiale. Leur maison justement...Ses parents en avaient renforcé les fondations en bois à l'aide de béton mais la majeur partie des murs, des cloisons, des structures et de la charpente demeuraient encore aujourd'hui en bois. A chaque fois qu'une tempête ou un séisme avait lieu, les craintes de la famille Izuki étaient de savoir si la maison arriverait à supporter le choc. Jusqu’à présent cela n'avait jamais posé aucun soucis autre que des dégâts mineurs. Mais la crainte de Shun ne se dissipait pas pour autant.

Lorsqu'il reporta son regard sur Satsuki il vit à sa grande surprise que la demoiselle avait tendu ton poignet devant elle. Qu'est ce qui avait pu provoquer ce subite changement de situation ? Il la regarda et constata qu'elle tremblait comme une feuille. La peur, la fatigue, la douleur.... Un peu de tout ça sans doute. Il s’apprêtait à prendre délicatement son poignet dans sa main lorsqu'un claquement pourfendit le silence qui les entourait. Il sursauta et avant qu'il ne puisse comprendre ce qui se passait, Satuski s'était retrouvé contre lui, visiblement surprise et terrorisée. Le froid et une vive bourrasque de vent et les balaya d'un seul coup. C'est alors qu'il comprit que ce qu'il avait redouté un peu plus tôt s'était produit : une fenêtre avait été brisée...  Il aurait dû fermer les volets dés qu'il en avait eut l'idée plutôt que d'attendre.... Il eut l'impression qu'une nouvelle vague de culpabilité venait de s’abattre sur lui.

Reprenant le contrôle de la situation avant lui, Satsuki lui prit la main et l’entraîna hors de la pièce après avoir prit soin de ramasser la lampe torche sacrée qui avait fini sur le sol. La porte claqua derrière eux. Sans un mot il se laissa entraîner dans une nouvelle pièce qu'il ne connaissait pas. Elle lui lâcha la main alors qu'il se trouvait encore sur le seuil puis elle alla directement s'allonger sur le lit situé au centre de la chambre qui était sans l'ombre d'un doute la sienne.

Shun la regarda faire. Elle semblait si fatiguée soudainement, si lasse.... La soirée n'était pas facile pour elle non plus. Et plutôt que de se chamailler, le garçon prit conscience qu'ils feraient mieux de se serrer les coudes. Du moins, il devait faire en sorte de la ménager du mieux possible. Elle paraissait à bout de nerfs et à la limite de craquer. Et il était parfaitement conscient du fait qu'il avait sa part de responsabilité là dedans.


«  Est ce que.... ça te dérange de rester là cette nuit ? »

Shun secoua doucement la tête de gauche à droite. Tout lui convenait plutôt que de rester dehors sous la bourrasque et la tempête. Et puis... Partager le lit avec Momoi Satsuki... Il y avait pire n'est ce pas ? Certains auraient été prêt à tuer pour prendre sa place !

«  Ça ne me dérange pas. Ne t'en fais pas »

Toute la colère et la tensions accumulées ces dernières heures semblaient soudainement avoir disparues. Izuki avait retrouvé son calme légendaire et cette fois il espérait le conservait. Il se fit la promesse de ne plus mettre Satsuki en rogne. C'était au moins la moindre des choses à faire

« Reste ici, je vais fermer les volets de la maison avant qu'il n'y ait plus de dégâts. J'aurai déjà du le faire depuis longtemps.... »

Sans attendre une quelconque protestation de sa part, il quitta la chambre de la demoiselle et fit le tour des pièces de la maison une à une. Le vent était tellement violent qu'il avait la plus grande des difficultés à tirer les volets vers lui pour les fermer correctement. A chaque fenêtre qu'il ouvrit, il sentait le froid et la pluie s'abattre sur lui, lui rendant la tâche doublement difficile. Une fois ce dur labeur réalisé il se permit un soupire de soulagement. Au moins il n'y aurait plus de casse dans la maison !

Alors qu'il se dirigea vers l’escalier pour rejoindre Satsuki il sentit son genou lui rappeler durement l'imprudence et l’inconscience dont il avait fait preuve en prenant longuement appuis dessus... Shun se rattrapa un instant au mur et s'immobilisa en se pinçant les livres. Il avait mal... Bien trop mal. Depuis le début il ne cessait de se dire que ce n'était qu'un hématome et des égratignures. Il l'espérait du fond du cœur. Mais face aux tiraillements et à l'intense sensation de chaleur qui englobait son articulation, il se demandait s'il n'y avait pas plus que ça. Si, depuis le début, il ne se voilait pas la face pour ne pas avoir à affronter la réalité. Non... non non non... ce n'était rien du tout. Il avait mal parce qu'il était fatigué, parce que la blessure était récente. Il en était persuadé.

Fort de cette conviction, il reprit son ascension du mont escalier ! Il gravit les marches en claudiquant légèrement mais contrôla sa démarche une fois arrivé dans la chambre ou Satsuki l'avait attendu. Shun posa la lampe torche sur la table de chevet et se mit assis sur le rebord du lit.


« Les volets sont tous fermés.... J'ai aussi fermé ceux de la chambre d'ami. Il y a des morceaux de verre partout, mieux vaut éviter d'y aller pour le moment... »


Shun baissa la regard, trouvant soudainement un intérêt immense pour la paire de chausson blanc qu'il portait à ses pieds. Évitant ainsi soigneusement le regard de Satsuki, il reprit la parole d'une voix faible. Ou serait ce la pluie en rafale qui la rendait si tenue ?

«  Je te présente mes excuses pour ce que je t'ai dis tout à l'heure.. C'était stupide... méchant et inutile »

Timidement, avec beaucoup d'appréhension surtout, il tourna la tete vers Satsuki allongée sur le lit. Elle avait parfaitement le droit de ne pas accepter ses excuses. Elle avait le droit de déverser sa rancœur et sa rage sur lui. Elle avait le droit de l'insulter d'idiot... Elle avait le droit.... Mais le ferait-elle ?







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   21.12.14 23:17



Feat IZUKI SHUN

EN ATTENDANT QUE L'ORAGE SE TERMINE !


Satsuki adorait sa chambre.
Sans trop être féminine, elle dénotait quand même. La fenêtre à l'allure de baie vitrée était couverte par un léger rideau violet. Les murs étaient blancs et un parquet à la couloir du bois était recouvert d'un tapis soyeux. Naturellement dans le noir, ces couleurs semblaient être aussi noires les ténèbres qui les entouraient.

Un bureau parfaitement rangé se tenait à gauche et un ordinateur fermé se tenait dessus. Il y avait surtout des cadres photos. Satsuki savait parfaitement quelles photos s'alignaient : tout à droite, Aomine et elle, enfants. En continuant vers la gauche, les Miracles à Teiko. Ensuite, l'équipe de Tôo. Et en dernière, les Miracles après la Winter Cup. Plusieurs petits portraits étaient également accrochés au mur à la l'aide de pâte collante mais c'était vraiment ces photos que la rose chérissait le plus.

Une grande armoire contenant ses vêtements faisaient plus d'ombre dans un coin. Si Shun pointait le faisceau de la lampe torche dessus, il découvrirait que l'uniforme tenait à un porte-manteau à coté, bien tenu par un cintre. Les chaussures de la manager tenait dans deux tiroirs, toujours dans cette immense armoire.

Et enfin le lit.
Satsuki l'adorait ! Le matelas n'était pas dur et les innombrables oreillers lui garantissaient un confort tout moelleux. Le deux places était suffisamment grand pour que deux personnes soient tranquilles à l'intérieur. Aucun garçon n'avait dormi là-dedans. Juste elle. C'était son refuge, son îlot de tranquillité. La rose trouvait que les oreillers avaient l'odeur de son shampoing et elle espérait que ça n'allait pas trop déranger Shun. Sinon, elle pouvait trouver d'autres oreillers.

En tout cas, le brun accepta sa proposition de dormir ici avec elle. Satsuki en était soulagée, elle aurait eu peur pour lui en bas. L'eau pouvait passer dans la maison, inondant le sol. Elle serait en sécurité là-haut et elle ne voulait pas que le joueur de basket sois en danger parce qu'ils étaient gênés de dormir ensemble. Il avait des sœurs, Shun avait don déjà dû dormir avec une fille. Et puis... La rose était rassurée de savoir que quelqu'un serait près d'elle avec cette tempête. C'était étrange ! Elle ne connaissait pas bien le brun mais elle avait l'impression que cette « épreuve » le rapprochait d'elle. Qu'ils partageait quelque chose.


Le garçon s'éclipsa sous prétexte de fermer les volets. Voulant le retenir, Satsuki se servit de ses mains pour se relever et grimaça de douleur en s'appuyant sur son poignet. Seule dans le noir, elle se sentit soudainement mal à l'aise. Shun était partit, elle était seule. Seule avec ce vent qui faisait toujours plus trembler les murs. Elle avait presque envie de lui courir derrière et de se coller contre lui. C'était son réflexe depuis qu'elle était enfant. Se coller au gens pour ressentir le fait qu'ils étaient là avec elle. Sauf que le brun risquait de ne pas comprendre pourquoi elle se permettait un tel geste.

Il ne revint pas tout de suite. Le vent devait l'empêcher de fermer tous les volets facilement. Tant qu'il ne se blessait pas plus... Ou alors son genoux le faisait véritablement souffrir ! Se frappant mentalement, la rose se leva pour le rejoindre et se rassit tout aussi soudainement. Inutile de risquer de glisser dans les escaliers. Elle soupira et attendit. Les pas du garçon se rapprochaient déjà.

Avec des yeux très inquiets, elle le regarda s'asseoir sur le lit près d'elle. Elle devait le remercier pour les volets. C'était la moindre des choses à faire ! Elle devait... s'allonger, sa tête tournait. Elle heurta les oreillers avec douceur et l'écouta s'excuser. Elle devait faire pareil mais elle n'arrivait plus à parler. La douleur de son poignet remontait en rafales de plus en plus fortes. Mais elle ne voulait pas le dire parce que Shun devait avoir également très mal. Ah, ce duo qu'ils formaient.

Difficilement, elle se releva jusqu'à être assise près de lui. Sa vision se brouillait et des larmes de douleur menaçaient de couler.

« J'ai aussi dit des choses que je regrette vraiment. Je ne devrais pas me montrer aussi autoritaire avec toi. Je... Je suis contente en fait que tu sois avec moi. »

Et encore le mot était faible. Tout comme elle. Une vague de fatigue, de douleur et de culpabilité roula sur elle, l'enveloppant et la fit se sentir très étrange. Mais elle luttait pour ne pas pleurer. Elle ne voulait pas se montrer si pathétique. C'était bien la dernière chose qu'elle voulait ! La lampe torche les éclairait depuis le bureau, les enveloppant dans une lumière quasi rassurante. Ils n'étaient pas encore dans le noir. Pas encore.

Satsuki ferma les yeux. Elle avait vraiment envie d'enfin demander de l'aide à Shun pour son poignet mais sa fierté en prendrait un sacré coup. Et elle y tenait à sa fierté. Elle n'y gagnerait rien mais voilà. Cependant, elle n'avait pas non plus envie d'encore engager une dispute à propos du genou du basketteur. Il était assez grand pour se rendre en premier.

Finalement, elle fit une chose qui lui permit de prendre conscience d'à quel point il était temps qu'elle lâche du gaz. Sa tête rose se posa sur son épaule. Elle ne savait pas comment il allait réagir. Mais elle en avait besoin. C'était sa façon de le remercier même si elle était franchement nulle. Elle ferma les yeux et tâcha de ne pas s'endormir.

Un sourire amusé flotta un instant sur ses lèvres et elle finit par demander :

« Racontes-moi une de tes blagues. »

Autant profiter de l'occasion pour enfin savoir et juger par elle-même les dires sur les jeux de mots du meneur de Seirin. Et puis, ça les tiendrait éveillés tout en les empêchant de rester dans ce silence gênant. Ils étaient tous les deux épuisés mais ça n'allait pas se finir comme ça, hein ? Des sujets de conversations, il y en avait encore pleins.

Certaine et motivée, Satsuki attendit qu'il lui montre son génie. Et s'il fallait, après, elle allait lui montrer quelques photos embarrassantes voire drôles des Miracles. Et la manager en avait pas mal des comme ça.  









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   22.12.14 11:58




Momoi Satsuki

En attendant que l'orage se termine



La lampe torche posée sur le bureau de Satsuki éclairait la pièce d'une lumière blaffarde et vacillante. Depuis quelques minutes, il avait l'impression que l'intensité de la lumière s'était amoindrie. Les piles à l'intérieur n'allaient sans doute pas tarder à rendre l'âme. Aussi, il se félicita mentalement d'avoir pensé à ramasser celles se trouvant dans la lampe torche que Satsuki avait cassé en glissant sur le sol. Cela leur offrirait encore quelques heures de clarté supplémentaires ! Mais passé ce délai, il y allait vraiment avoir un sérieux problème. Le mieux serait encore que Satsuki dispose de bougies. Il n'y avait pas ce genre de chose dans une chambre de fille ? C'était peut être un peu cliché de penser de telles choses mais d’après l'expérience qu'il avait auprès d'Aya, sa sœur aînée, il pensait que la gente féminine vouait une sorte d'admiration pour la douceur de l'éclairage aux bougies ( et les petites fragrances qui allaient avec.... ). Ou bien était-ce que Aya qui était comme ça ?

Shun vit Satsuki se redresser en position assise à coté de lui. Il la regarda, attendant de subir ses foudres pour les paroles horribles qu'il avait prononcé. Jamais elle n'avait parut si fatiguée, si à bout... A la grande surprise du joueur de Seirin, la belle manager ne déversa aucune rancœur sur lui. Au contraire, elle s'excusa à son tour et lui confia être soulagée qu'il soit présent avec elle. Le pensait-elle réellement ? Oui... Oui, elle le pensait vraiment. Il l'imaginait seule, dans cette immense maison dont les murs tremblaient sous la force du vent et de la pluie tambourinant contre les volets et la toiture. C'était vraiment effrayant de voir à quel point la météo semblait déchaînée cette nuit. Lui même n'était pas des plus rassurés. Il se sentait si vulnérable.... Mais il prenait conscience que Satsuki avait besoin d’être rassurée. Où était ses parents ? Sans doute retenus à leur travail, comme c'était le cas pour sa propre mère.

Un poids se posa sur l'épaule de Shun qui fut un instant surpris. Il tourna son regard sur le coté et aperçut la tête de Satsuki posée contre son épaule. Une vive coloration rouge prit soudainement possession de son visage et de son cou. Il ne bougea pas, ne sachant pas du tout ce qu'il devait faire ou comment réagir. Cet elan d'affection et cette proximité le mettait légèrement mal à l'aise mais il ne s'en plaignait nullement. Quand il disait que certains seraient prêt à tuer pour être à sa place.... Là, cette affirmation venait de prendre encore plus d'importance ! Il se mordilla timidement l'intérieur de la joue et se demanda quel comportement il devait adopter. Qu'attendait-elle de lui ? Qu'il se contente de ne pas bouger ? Qu'il l’étreigne pour la rassurer ? Qu'il lui caresse sa longue chevelure rose ? Craignant qu'elle ne s'imagine quelque chose, il préféra ne pas bouger, se contentant de regarder la tête accolée contre lui et les longues cheveux lisses remontés en queue de cheval haute lui chatouiller la peau de son bras dépassant du t.shirt. Jamais il n'avait eut une telle proximité avec une fille autre que ses sœurs... Encore qu'avec Aya.... les câlins, les étreintes... ce genre de chose pouvaient se compter sur les doigts d'une main.


«  Racontes moi une de tes blagues »

Les yeux de Shun s’écarquillèrent légèrement. Habituellement les blagues ne lui venaient pas sur commande. C'est une situation, une phrase, un mot ou un événement qui lui inspirait un jeu de mot Ça venait avec spontanéité. Et depuis que la soirée avait commencé, Il y eut un nombre incalculable de vannes qui lui avait traversé l'esprit mais  il les avait gardé pour lui, jugeant que la situation dramatique ne se prêtait guère à faire de l'humour.

Le regard de Shun se baissa et il put voir clairement le poignet de Satsuki. Ce dernier était beaucoup trop gonflé pour que la blessure ne soit que bénigne. Il osait  à peine imaginer la douleur qu'elle devait ressentir à cet instant. Pourtant, elle continuait de faire comme si de rien était... Elle continuait de prendre sur elle toute cette souffrance et de l'endurer du mieux qu'elle pouvait. Mais ça ne pouvait plus durer. Il ne pouvait plus supporter de la voir souffrir comme ça sans mot dire.


«  Ô rage, ô désespoir... tu as vu ton poignet ? »

ô rage.... orage.... haha finalement la voilà sa blague ! Au vu du temps digne de l'apocalypse qui sévissait dehors, il la trouvait plutôt réussie celle la !

Un léger rire lui échappa puis il se défit délicatement de l’étreinte de Satsuki. Il se pencha en avant pour aller récupérer le tube de crème, le bandage roulé et la lampe torche qui se trouvaient sur le bureau. En se rapprochant de ce dernier, il aperçut quelques petits cadres photos posés ici et là. Curieux, il dirigea le faisceau lumineux vers les visages qui lui faisaient face.

Une photo de Satsuki et de Aomine étant enfants. Quel âge devaient-ils avoir ? 7... 8 ans tout au plus. Ils paraissaient si complices ! Shun ignorait que cela faisait si longtemps qu'ils se connaissaient tous les deux. Jusqu'alors il pensait que leur rencontre remontait du temps de Teiko. D'ailleurs en parlant de ça, le cliché suivant montrait les visages des joueurs de la Génération Miracle au collège. Aomine avait un sourire éclatant. Son regard était tellement différent que Shun eut presque l'impression qu'il s'agissait d'un tout autre garçon que celui aperçu sur le parquet. Comme si quelque chose s'était produit pour le changer à jamais. Et puis il reconnu facilement Midorama, au second rang, avec l'air impassible de celui qui s’ennuie et se demande ce qu'il fait la. Toujours égal à lui même...  Kise, resplendissant, un sourire plaqué sur son visage, tenait Kuroko par l'épaule. Et enfin, il y avait deux visages qu'il ne connaissait que par les articles publiés dans le Basket Mag : Akashi Seijuro et Murasakibara Atsushi... gigantesque.... Shun ne les avait pas encore rencontré sur le terrain mais vu ce qu'il savait d'eux, il se dit que ce ne serait certainement pas une partie de plaisir de devoir les affronter.


« Aomine à l'air de bien s'amuser sur ces photos... Alors que maintenant il a perpétuellement l'air blasé.... »

Il continua son exploration photograhique avec le cliché suivant. L'équipe de Tôô au grand complet semblait lui sourire d'un air narquois. Le Capitaine au regard dissimulé derrière ses lunettes paraissait plus énigmatique que jamais. A coté de lui, Sakurai, ( Enfin, à Seirin tout le monde l'appelle Tête de Champignon ! Sobriquet librement attribué par Huyaga et qui avait fini par être adopté par le reste du club ) le maître artilleur de l'équipe était tout empoté, on aurait presque dit qu'il allait pleurer. Aominé, encore et toujours, le regard fuyant, semblait s'ennuyait profondément.

Shun sourit puis vint se rasseoir prêt de Satsuki en lui souriant. Sans attendre son accord ou son approbation, il ouvrit le tube de crème et dirigea l'éclairage de la lampe en direction du poignet. Il se saisit de la main de la manger avec une délicatesse toute contrôlée puis commença à appliquer la crème en faisant faire des légers mouvement à l'articulation pour évoluer les dégâts.


«  Ca n'a pas l'air cassé, c'est déjà ça... Mais il faudra que tu ailles voir un médecin. La crème devrait te soulager et je vais te mettre un bandage pour maintenant ton poignet et éviter que tu ne fasses un faux mouvement »

Joignant l'acte à la parole, il commença à appliquer une bande blanche autour de l'articulation, serrant doucement pour maintenir le tout mais en prenant soin de ne pas la faire souffrir davantage. Il s'appliquait dans sa tâche et surveillait le moindre signe de douleur passant sur son visage. Pour faire mieux passer les soins, il essaya de lui faire la conversation.

« Que s'est-il passé avec Aomine ? Quand je vois les photos que tu as... Il n'a pas l'air du garçon hautain et méprisant que l'on a rencontré aux playoffs.  Voilà ! Terminé ! »

Il lui fit un sourire et avant qu'elle ne dise quoique ce soit, il lui tendit le tube de crème auquel il n'avait pas encore revissé le capuchon. Sans attendre qu'elle lui dise quoique ce soit ( car il était évident qu'elle avait le lui demander !) Il retira sa jambe droite de son pantalon et le lui tendit avec timidité. Une fois que ce problème serait résolu, ils pourraient enfin passer à autres choses !

Il risqua un coup d’œil vers son genou et son visage se décomposa en apercevant que l'articulation en question avait doublé de volume. Une sueur froide lui remontait l'échine alors que son visage semblait de perdre la totalité de ses couleurs. Visiblement, Satsuki ne serait pas seule à rendre une petite visite à son médecin dés que la tempête se serait calmée. Shun préféra détourner le regard, fuyant du mieux possible celui de la jeune manager. Si cela aurait été Riko, il se serait prit la plus grosse gifle de toute sa vie. Et elle aurait été mérité celle là !

Essayant pathétiquement de faire diversion, il reprit la parole


« Aominé était l'ancienne lumière de Kuroko... Est ce que tu sais pourquoi Tetsuya ne l'a pas suivi jusque Tôô ? Non pas que ce soit dérangeant ! A Seirin on est super content de le compter parmi nous. Je n'ose même pas imaginer ce que ça devait être de les affronter tous les deux … ajouté au reste de l'équipe »

Shun posa ses mains derrière lui, sa jambe reposant toujours sur les cuisses de la manager. Ses poings s'agrippaient à la couette avec force. Satsuki connaissait la Génération Miracle mieux que personne. Shun devenait curieux de savoir que place exacte elle occupait après des six garçons. A son niveau, elle faisait intégralement partie de l'équipe elle aussi. Le 7em homme de la Génération Miracle, c'était elle, à n'en pas douter






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   23.12.14 0:57



Feat IZUKI SHUN

EN ATTENDANT QUE L'ORAGE SE TERMINE !


La tête de Shun se frotta un instant à la sienne et Satsuki se demanda si elle n'était pas simplement en manque d'affection. Le garçon ne la délogeait pas mais elle pouvait sentir à quel point il était raide. Il devait être tellement gêné le pauvre ! Mais elle n'avait pas la force de bouger seule alors, désolé pour lui, mais la rose allait rester un petit moment comme ça. Son épaule était chaude, elle pouvait le sentir à travers le haut de son père qu'elle lui avait prêté. Etait-ce en rapport avec son visage rouge ? Pas de besoin de lumière pour deviner qu'il devait l'être.

Dehors, le temps était toujours aussi déplorable. L'orage tonnait presque au dessus de la maison et le vent mêlé à la pluie cinglaient les volets mais ça paraissait tellement loin à Satsuki. Les yeux à moitié ouverts, elle se laissait tranquillement réconforter par le silence du brun. Même la douleur de son poignet s'éloignait. Elle n'était pas seule, voilà l'unique chose qui comptait. Qu'elle n'arrêtait pas de se répéter. Pour mieux y croire. Pour ne pas douter de sa véracité.

Shun se lança enfin et lui sortit un petit jeu de mot avant d'embrayer sur son poignet. Un petit rire lui échappa, bas à cause de la fatigue soudaine. Son corps tremblait et elle avoua.

« Je commence à comprendre ce que disent les autres sur tes blagues, Izuki-san! »

Mais c'était plus fort qu'elle, Satsuki avait quand même envie de rire. Il avait, volontairement ou non, bien réussi à tourner le temps dehors à son avantage, dédramatisant le tout. Elle le regarda se diriger vers le bureau et sa curiosité le poussa sans doute à regarder ses cadres photos. Glissant quelques petits commentaires par ci par là, il observait chacune des photos avec une attention particulière. La manager n'était pas gênée, il n'y avait dont elle puisse avoir honte. Elle était fière au contraire de pouvoir montrer ses photos. Elles témoignaient des liens qu'elle avait tissé.

Finalement, il reprit sa place près d'elle, le matelas se creusant sous son poids. Très doucement, Shun attrapa sa main blessée et passa de la crème dessus. C'était froid et désagréable à la sensation. Mais comme le garçon y allait doucement, la douleur ne se réveillait pas. La bande fut à son tour installée et le meneur chercha sans doute à lui faire penser à autre chose en discutant un peu.

Aomine. C'était le grand sujet pour pas mal de personne. Ça paraissait évident pourtant ! Ou c'était juste elle ? Parce qu'elle le connaissait mieux que personne, il n'y avait qu'elle pour comprendre ? Naturellement, la meilleure chose à faire serait d'aller directement demandé au concerné ! Il y avait de grande chances pour qu'il envoie bouler les trop curieux mais... C'était douloureux pour elle aussi ! De le voir se désintéresser de ce sport qui avait bercé sa vie. Satsuki était déjà là quand il affrontait les adultes du quartier alors qu'il n'était qu'un enfant. Elle avait vu son regard, ses yeux. C'était horrible de savoir que ça avait presque disparu aujourd'hui.

Comme il lui tendait son genou, Satsuki attrapa à son tour le tube de crème. Elle lui fit poser sa jambe sur ses propres cuisses et massa encore plus doucement la zone blessée. Ça semblait empirer... Le bleu prenait encore plus d'espaces, mélangeant des couleurs jusqu'ici inconnues aux yeux de la rose. Il devait vraiment souffrir. Sa jambe était raide. Cet idiot en avait trop demandé, Riko allait forcément le tuer ! Elle serra les dents, s'en voulant de ne pas avoir plus insisté ! Elle aurait céder plus vite pour son poignet qu'il accepte enfin de se laisser soigner à son tour !

Il parlait de quelque chose mais la rose n'entendait pas. Elle voyait juste ce genou. C'était sa faute ? Elle aurait du faire quelque chose plus vite ! Il était blessé et elle n'avait rien fait ! Parce qu'elle était si bornée, il avait choisit de faire de même ! Cet irresponsable avait même décidé de fermer les volets. Les escaliers avaient du anéantir les dernières forces de sa jambe ! Tous ces mouvements d'un coup... ! Il aurait dû se reposer et avoir sa jambe au plat plus tôt ! Il devait avoir tellement mal...

Satsuki se plia un peu en avant, le visage penchée vers ce fichu genou. Sa queue de cheval ne lui permettait pas de cacher son visage derrière ses longues mèches mais elle n'avait pas la force de retenir ses larmes. Elle se sentait vraiment coupable. Quelques larmes s'écrasèrent sur la peau nue de Shun et elle sanglota :

« Pardon... Je suis tellement désolée... Si j'avais été moins bornée... Ça n'aurait pas empiré comme ça... »

Aussi rapidement qu'elle avait commencé, sa crise de larme se termina. Essuyant ses joues mouillées, elle termina d'appliquer la crème et noua lentement une bande au genoux, identique à celle sur son poignet. La manager ignorait la douleur qui remontait le long de son bras. Si Shun avait su tenir, elle saurait tenir également.

Très prudemment, l'élève de Tôo attrapa un coussin et le glissa sous le genou du brun tandis qu'elle retirait ses cuisses. Elle attrapa le matériel de soin ainsi que la lampe torche et alla tout poser sur son bureau. C'est en regardant ses photos qu'elle comprit que l'invité avait parlé de Kuroko et d'Aomine. Elle s'assit légèrement sur le bureau et regarda Shun, vidée de toute énergie, renonçant à avoir l'air forte. Elle ne l'était pas.

« Pourquoi aurait-il suivit une lumière qui ne voulait plus de lui ? »

Elle regarda le plafond, perdue dans ses souvenirs.

« C'était un match comme les autres... L'équipe écrasait l'autre comme d'habitude. Akashi-kun donnait ses instructions pendant que Midorin et Mu-kun faisaient remonter le ballon. Ki-chan était sur le banc et Tetsu-kun faisait une passe à Dai-chan. C'était juste... comme d'habitude. »

Impossible d'oublier leurs regards... Celui du bleu et celui du turquoise. Ça restera gravé dans sa mémoire, douloureuse réminiscence de la chute du duo.

« Dai-chan filait le panier. Et personne ne l'a arrêté... Personne... ne bougeait. Personne... n'avait la volonté. Ils étaient tous là, à dire qu'il était un monstre. Dai-chan n'est pas un monstre ! Il est juste... fort. »

Elle serra les poings tandis que de nouvelles larmes coulaient déjà sur ses joues. C'était tellement injuste ! Et Kuroko n'avait pas non plus mérité la suite.
Satsuki poursuivit, plus par besoin d'extérioriser tout ça que pour satisfaire la curiosité de Shun.

« Tetsu-kun doit encore faire la même chose avec Kagamin... Se taper les poings. Il faisait ça aussi avec Dai-chan. Il a voulu faire ça après... Il attend toujours. Dai-chan l'a dépassé et ne s'est pas arrêter. Pourquoi utiliser une petite ombre si sa propre lumière éblouit les autres ? « Le seul qui peut me battre, c'est moi »... C'est tellement triste... »

Satsuki finit par revenir sur le lit avec un petit sourire pour Shun. Si c'était douloureux pour elle, elle n'osait pas imaginer ce que c'était pour eux. Elle ne voulait pas imaginer.

« Passons à quelque chose de plus joyeux, d'accord ? Parle-moi de ta famille ! J'aurais bien aimé avoir des frères ou des sœurs. »

S'il vous plaît, faites qu'il accepte de parler d'autre chose. N'importe quoi pour ne pas à avoir à se ressasser tout ça !  









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   23.12.14 21:11





Momoi Satsuki

En attendant que l'orage se termine



Les mains de Satsuki glissaient sur sa peau, étalant la pommade avec délicatesse pour la faire pénétrer dans la blessure. Les yeux de Shun restaient rivés sur son articulation estropiée. Ses mains serraient fortement la couette dans son dos alors qu'il pinçait les lèvres subrepticement pour ne pas grimacer. Il sentit quelque chose de froid tomber sur sa beau et il ne mit pas longtemps à deviner qu'il s'agissait de larmes.... Satsuki pleurait. Et cela bouleversa complètement Shun qui se senti responsable des larmes déversées par la belle manager. Cette dernière s'expliqua et se perdit en confusion face au genou amoché du basketteur, renforçant bien malgré elle, le sentiment de culpabilité qu'Izuki ressentait.

« Hey... Je suis certain que ce n'est pas si grave. Dés que la tempête se sera calmée j'irai aux urgences et tout rentrera dans l'ordre... »


Agissant plus par instinct que par réflexion, Shun avait dirigé sa main vers le bras de Satsuki et il l'avait effleuré délicatement en en caresse discrète mais apaisante. Ne voulait pas laisser la morosité reprendre le monopole de atmosphère ambiante, il ajouta avec un optimisme qui lui était propre

« Ne te crois pas débarrassée de moi aussi rapidement ! Je serai bien sur le cinq de départ pour la prochaine confrontation avec Tôô ! »

Un rire raisonna dans la chambre alors que Satsuki se leva. Elle prit soin de déposer la jambe sur un oreiller moelleux recouvert d'une housse de tissus satiné. Puis elle alla déposer les articles de premiers secours sur le bureau. Y posant par la même occasion son derrière, elle répondit enfin aux questions que Shun avait annoncé peu avant.

L'observant parmi la pénombre, il l'écouta évoquer le passé d'Aomine à Teiko et la relation qu'il entretenait avant avec son ombre.... Ce qu'elle disait état vrai, Kuroko avait pour habitude de frapper son poing contre celui de Kamagi après des combinaisons en duos qu'ils avaient coordonnés. Les autres membres de l'équipe, eux, se frappaient dans les mains ou se donner des petites tapes amicales sur l'épaules ( grosse frappe de brute dans le cas de Teppei qui ne contrôlait pas sa force.... ).

Izuki s'était souvent demandé pourquoi Kuroko, avec un talent tel que le sien, n'avait pas suivit Aomine ou un autre membre de la génération miracle. De la même manière, il se demandait pourquoi il avait du jour au lendemain quitté cette équipe qui était la sienne. Il prétendait que cela était arrivé suite à une dispute. Est ce vraiment cela ? Ou y avait-il une raison différente qu'il ne souhaitait pas expliquer...

Parler d'Aomine semblait être quelque chose qui faisait souffrir Satsuki. Pourquoi ? Regrettait-elle l'époque où tous ses précieux joueurs étaient dans une seule et même équipe ? Cela poussa Shun à réfléchir d'une autre manière : et si les membres de Seirin se retrouvaient soudainement tous dispatchés à droite et à gauche, quelle serait la réaction de Riko ? Elle en serait affecté... il en était certain. Il était donc normal que Satsuki ressente en sentiment similaire.

Shun essaya de se mettre à la place des joueurs de cette fameuse équipe qui avait baissé les bras avant la fin du match, ne cherchant même plus à contrer les percées diaboliques d'Aomine. Il essayait de se mettre à leur place.... Mais il n'y arrivait pas. Le mental des joueurs de Seirin était en béton... Rien, absolument rien ne pouvait les faire plier. A bout de souffle, transpirant, sur les rotules et sans plus aucune énergie... Seirin s'était toujours battu jusqu'au coup de sifflet final. Question de principe, question d'honneur aussi. Aucun des joueurs n'auraient pus se regarder dans la glace en se disant qu'ils n'avaient pas donné le maximum d'eux même pour défendre leur club. Ne serait ce que par respect pour les joueurs restés sur le banc qui n'avaient pas la chance de participer de façon plus active au défilement du score. Ils leur devaient de se donner à fond ! Oui... C'était un devoir.

Un mince sourire sur le visage, Satsuki repris sa place sur le lit, à coté de Shun.


« Passons à quelque chose de plus joyeux, d'accord ? Parle-moi de ta famille ! J'aurai bien aimé avoir des frères ou des sœurs."

Izuki sourit timidement, visiblement gêné de devoir aborder un sujet si familier. Il étira ses bras en l'air puis s'installa en position allongée sur le lit. Sa tête venait de trouver un oreiller moelleux duquel s'échapper un agréable parfum de cerise. Très féminin.... Mais agréable malgré tout.

Il ne savait pas trop par où commencer... Il tourna la tête sur le côté pour regarder son... son amie ?! Puis commença à prendre la parole d'un ton relativement neutre.


« Et bien.... J'ai deux sœurs et je vis à Tokyo avec ma mère. Elle travaille aux urgences d'une petite clinique privée en tant qu'infirmière. Mon père... est décédé quand j'étais au collège, il y a 4 ans. »

Super ! Vive le sujet plus joyeux !

Shun n'oublierait jamais le jour où cet événement est arrivé. Il se revoyait encore en cours d'histoire dans la classe de Honda-sensei, un professeur aussi chauve qu'il était ennuyeux ! Jumpei, deux bureaux devant lui, semblait avoir décroché du cours depuis fort longtemps ! Ce n'est que lorsque le principal du collège entra dans la classe que l'attention des élèves sembla de nouveau captivée. Ce dernier avait demandé à Izuki de prendre toutes ses affaires avant de le suivre. Ne comprenant pas, Shun l'aurait presque remercié pour le tirer de cette leçon d'histoire à ce point soporifique ! Seulement, une fois dans le couloirs, quand il lui avait expliqué de quoi il en retournait vraiment, le monde du jeune garçon se brisa de façon irrémédiable.

Depuis ce moment là, Shun ne se rendit plus au gymnase pour les entraînements de basket. Il préférait retourner immédiatement chez lui, ignorant délibérément les supplications de Hyuga et des autres camarades de jeu. Ce n'est que lorsque Jumpei le traîna de force sur le parquet et qu'Izuki sentit les rugosités de la balle orange contre ses mains, qu'il comprit l'importance qu'avait ce sport dans sa vie. Ce jour là il avait joué à en perdre haleine, se donnant autant que s'il avait été en compétition. Son maillot trempé et le souffre saccadé, il comprit que le basket était devenu un équilibre dont il avait besoin, un exutoire, un endroit où il pouvait se décharger de tout ce qui n'allait pas... Il reprenait de nouveau un plaisir immense à partager les entraînements avec ses camarades.

Shun ne souhaitait pas s'attarder sur cet événement dramatique qui avait fait vaciller sa vie. Il ne souhaitait pas que Satsuki connaissent les détails sordides de son passé et qu'elle apitoie sur son sort. C'était du passé. Sa famille avait été fortement ébranlée par cette tragédie mais maintenant, chacun avait réapprit à vivre normalement. Aussi, il embraya rapidement sur autre chose


« Ma sœur aînée à 2 ans de plus que moi, elle s'appelle Aya et... elle est super pénible ! Je ne m'entendant pas trop bien avec elle. Tu vois Midorima ? Tu lui teins les cheveux en noir et tu en fais une fille et bim, tu as Aya ! ... elle a le même caractère ! L'obsession pour l'horoscope et les objets zarbs en moins ! Du coup... on a pas beaucoup de point commun tous les deux... »

S'il y avait bien une chose qui l'avait marqué chez le shooter de la génération Miracle, c'était les points de ressemblance entre le caractère de sa sœur et lui ! Introverti, hautain, studieux.... coincé ! Au moins, pour se consoler, il pouvait se dire qu'Aya ne trimballait pas partout sa mascotte du jour ! Heureusement ! Parce que pour le coup, Shun aurait fait genre qu'il ne la connaissait pas ! Pauvre Takao... il avait soudainement un élan d'estime et de respect pour lui !

« Elle fait des études de science à la fac... en fait elle voulait rentrer à Todaï mais elle a foiré les exams de deux petits points... ça l'a rendu encore plus aigrie et donc plus pénible.... »

Shun se tourna sur le coté, prenant soin de ne pas exercer de rotation sur jambe. Allongé sur le flan droit, il regarda Satsuki en souriant légèrement. Il redressa sa tête qu'il maintenant avec sa main, accoudé contre un oreiller.

« Enfin j'ai une petite sœur, Mai, qui est plus jeune que moi de 4 ans. Elle est donc au collège et pour le coup je m'entends super bien avec elle. Elle été encore petite quand mon père est parti, du coup j'ai constamment l'impression que je dois la protéger. On est assez complice tous les deux mais avec Aya, c'est souvent la guère... ça fait une grande différence d'âge il faut dire.. »

Shun laissa un petit éclat de rire lui échapper alors qu'il ajouter

« Mai est folle amoureuse de Kiyoshi ! Il ne faut pas que je lui dise bien sure mai tu la verrais dés que Teppei est dans les parages, c'est trop drôle ! Elle est trop mignonne ! »

La piéce semblait être devenue de plus en plus obscure. La lampe torche commençait à montrer des signes évidents de faiblesse. Malgré les ténèbres qui les enveloppaient un peu plus à chaque minute, le garçon chercha du regard le visage de Satsuki

« Si est fille unique mais... Aomine c'est un peu comme ton frère si je ne dis pas de bêtise non ? Vous aussi vous avez l'air très complice. Et puis, si tu es tel que je l'imagine, tu devais etre une sorte de mère pour les membres de la Génération Miracle.»

Oh ! Une idée venait de traverser l'esprit de Shun et il se redresser un peu trop rapidement, sursautant presque. Il grimaça et articula un faible « aie » avant que son sourire ne reprenne possession de son visage

« Oh dis ! Tu dois avec pleins d'anecdote à raconter sur la Génération Miracle ! Tu me racontes ? »









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   26.12.14 1:01



Feat IZUKI SHUN

EN ATTENDANT QUE L'ORAGE SE TERMINE !


Sa demande gênait Shun, la rose venait à peine d'en prendre conscience. Il n'était pas obligé d'en parler si ça le dérangeait vraiment, c'était juste pour faire un peu la conversation ! Mais le brun s'allongea sur son lit donc Satsuki supposa que c'était bon. L'imitant, elle laissa son visage s'enfoncer dans son oreiller et le ressortit en émettant un petit bruit de plaisir. Tellement moelleux ! Si elle avait été seule, la manager se serait roulée sur le matelas, le nez dans l'oreiller. Mais cette fois, elle faisait une exception. Elle n'allait pas écraser Shun quand même ! Et elle n'allait pas lui montrer un tel spectacle en plus !

Elle l'écouta parler de ses sœurs, de sa père et du triste sort de son père. Le pauvre garçon a sans aucun doute dû supporter le rôle d'homme dans la famille suite à cela. Ce n'était pas étonnant qu'il soit si mature et si protecteur envers ses sœurs. Elle faisait de son mieux pour ne pas montrer qu'elle était désolée pour lui. Shun ne devait pas avoir besoin de ça, surtout d'une fille qu'il connaissait à peine.

Satsuki écouta attentivement tout ce que le brun racontait. Il avait l'air un peu absent, perdu dans sa description de ses sœurs. Elle le trouvait vraiment mignon avec la façon qu'il avait de sourire en parlant d'elles. Il les aimait beaucoup, c'était clair comme de l'eau de roche. C'était tellement adorable ! Et ça lui donnait encore plus envie d'en avoir également. La rose se mit doucement à rire pour ne pas l'interrompre quand il lui fit la mention du tireur de Shutoku. Il était pourtant assez particulier, bien que Satsuki l'apprécie beaucoup.

La rose se souleva un peu pour glisser discrètement un oreiller sous sa clavicule afin de la soulever un peu. Le problème d'une poitrine bien développée, c'était qu'il était pratiquement impossible de dormir le ventre. Ça finissait toujours pas être douloureux. Les bras croisés, la manager de Tôo posa sa joue gauche dessus, écoutant avec un petit sourire les drôles d'aventures des sœurs Izuki. Quand il parla de sa sœur, adorable au possible dans ses élans amoureux, Satsuki avait l'impression de l'entendre parler d'elle. Elle savait qu'elle changeait totalement de caractère quand Kuroko était à proximité. Elle devait être fortement pénible aussi mais c'était plus fort qu'elle.

La lampe torche n'éclairait plus aussi bien qu'avant. Le visage de Shun devenait encore plus pâle, ses cheveux sombre se fondant déjà dans les ténèbres de sa chambre. Satsuki prit enfin conscience d'une chose : elle allait vraiment dormir avec un garçon ! Elle allait probablement se coller à lui à cause du froid, le pauvre ! Elle grimaça en appuyant un peu sur son poignet et finit par tendre le bras devant elle. Remontant ses jambes, elle se tourna légèrement sur le côté afin de pouvoir retrouver une respiration normale.

La déclaration du brun sur Aomine et la Génération des Miracles la laissa sans voix. Comme un frère ? Le bleu était assez protecteur dans un sens et elle voulait le meilleur pour lui quitte à le harceler. Ce qu'elle ressentait à chaque fois qu'elle le voyait ou quand elle lui parlait, c'était un sentiment fraternel ? Elle n'en savait rien, elle n'y connaissait rien. Quant au Miracles... Un peu comme leur mère ? La rose avait veillé jalousement sur eux, prenant très à cœur leur bien-être.
Elle se releva sur les genoux, son oreiller contre sa poitrine. Satsuki tira un peu sur sa jupe pour l'obliger à redescendre un peu et regarda le mur en face.

« Je ne suis pas certaine de ce que je représente pour eux. Je suis surtout l'amie d'enfance de Dai-chan et celle qui fut leur manager. On a passé de bons moments ensembles mais... ça s'arrête sans doute là. Au final, j'ai suivit Dai-chan à Tôo, comme ils avaient dû tous l'imaginer. Je ne suis pas une amie qu'il voit régulièrement, je suis une gêne pour leurs techniques. Ils savent que je sais tout d'eux. C'est assez compliqué en fait. »

La lampe torche faiblissait de plus en plus. Satsuki n'avait pas de bougies puisque sa mère avait très peur du feu. Tout était électrique ici pour cette raison. Donc quand la lampe torche signerait sa fin, ils seraient dans le noir le plus complet. A discuter sans savoir ce qu'affichait le visage de l'autre.
Shun se redressa soudainement, s'appuyant trop sur son genou et l'éclaira de son sourire gigantesque.

Des anecdotes sur la Génération des Miracles ? Oh Dieu, la nuit allait être amusante alors ! Elle en avait oui ! Beaucoup ! Sur tous ! Même sur Akashi ! Par contre, si Shun voulait vraiment en entendre sur le démoniaque rouge, Satsuki allait peut-être toucher du bois pour qu'il ne l'apprenne jamais. Qui sait comment il pourrait réagir...

La rose dénoua enfin sa queue de cheval, son crâne commençant à être douloureux. Elle glissa ses doigts dans ses longues mèches pour les peigner sommairement en réfléchissant à quoi lui raconter. Elle avait confiance en Shun, il n'irait pas tout raconter. Si ce cas devait arriver, Riko allait être ravie de quadrupler son entraînement. Une fois que son genou serait guéri naturellement !

« Alors voyons voir... Je vais commencer par Tetsu-kun tiens ! »

Elle se rallongea, le regard un peu perdu. Un moment bien précis lui revint soudainement en mémoire et la rose ne s'empêcha pas de rire toute seule. Calant sa joue dans l'oreiller, elle regarda Shun et lui expliqua la raison de son amusement.

« Une fois, Tetsu-kun, Dai-chan et Ki-chan sont allés au Magi Burger. Je passais devant comme ils étaient partis en avance et on attendait que Tetsu-kun prenne son milk-shake. Tu sais que ce sont des portes automatiques là-bas ? Elles... Elles ne se sont jamais ouvertes devant lui ! Il était invisible même pour elles ! »

Incapable de se retenir, elle ria plus fort. Ce n'était pas bien de se moquer mais là... Aomine et Kise s'étaient écroulés sur le sol sur ce jour là. Quand le turquoise avait finalement réussi à sortir du Magi Burger, sa vengeance avait été terrible.
La jeune fille essuya une larme : les bons souvenirs remontaient tous. C'étaient des moments qu'elle ne voulait jamais oublier !

La lampe torche clignotait, signe de son inéluctable fin. Dans quelques secondes, ils allaient être dans le noir. Il n'y aurait plus rien pour les éclairer. Elle fixa le visage de Shun qui en attendait une autre. Elle n'allait pouvoir le revoir que le lendemain puisqu'il allait être difficile de rétablir toute l'électricité de la ville cette nuit. Surtout si la tempête ne se calmait pas. Et vu le bruit, ça n'était pas encore le cas. Les volets étaient fréquemment cognés par des branches d'arbres. Mais Satsuki n'avait pas peur.

Elle tira sur son haut, se demandant si elle avait malgré tout le temps de se changer pour se mettre en pyjama. Et si Shun voulait une tenue plus adéquate pour dormir, il fallait qu'elle fouille maintenant dans son armoire. Il devait bien y avoir un vieux tee-shirt d'Aomine là-dedans.  









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   26.12.14 19:01




Momoi Satsuki

En attendant que l'orage se termine



Alors que Satsuki le rejoignit et s'allongea contre lui, il prit seulement conscience de ce qu'allait être la nuit. Il allait dormir avec une fille ! Lui qui n'avait jusqu'à présent jamais eut de petite amie, jamais tenue la main d'une fille autre que sa sœur, jamais embrassé une fille... Il allait partager le lit de l'une d'entre elles. Et pas n'importe laquelle qui plus est ! Satsuki Momoi, une des plus jolies filles qui lui eut été donné de rencontrer. Cela n'avait rien à voir avec le galbe sexy de sa silhouette de déesse qui aurait pu faire tourner la tête de n'importe quel garçon. Shun trouvait qu'au delà de sa volumineuse poitrine, elle possédait un visage très agréable à regarder. Les traits fins de son visage étaient soulignés par les yeux dont l'iris était de la même couleur que les pétales de cerisier. Cette douce couleur leur donnait tantôt un air rieur et tantôt un air mélancolique. Cette même couleur sakura colorait ses cheveux longs et soyeux. Shun avait toujours eut un faible pour les filles aux longs cheveux....

Prenant conscience de tout ça, une coloration vive s'empara du visage du jeune garçon alors que Satsuki était allongée prêt de lui. Il espérait simplement qu'elle n'était pas du genre à venir se coller contre les personnes auprès de qui elle dormait lorsqu'elle était assoupie. Si tel était le cas, Shun ne savait pas quelle serait sa réaction. Pour un garçon de son âge, sans expérience, avec un top canon collé à lui.... il espérait simplement être capable de rester maître de ses émotions.... et de son corps !  Il s'insulta mentalement pour avoir ce genre de pensées puis dirigea son regard dans une toute autre direction que Satsuki.

Avait elle déjà eut un petit ami ? Ou bien.... Était elle tout aussi gênée que lui de devoir partager son lit avec un garçon. D’après ce qu'il savait de sa vie sentimentale, elle connaissait Kuroko depuis le collège et elle était amoureuse de lui depuis tout ce temps. Du coup... Il l'imaginait mal s'engager auprès d'un autre garçon si ses sentiments demeuraient encore pour Kuroko. Et d’après ce qu'il avait pu constater quelques temps auparavant, lorsqu'il avait évoqué le joueur fan tome, la réaction à la fois déçue et triste de Satsuki confirmait son hypothèse.

Essayant de faire abstraction des réflexions qui l'envahissaient sur sa présence dans le lit de Satsuki, il essaya de se concentrer sur ce qu'elle lui racontait. Elle lui parla de la place qu'elle occupait au sein de la Génération Miracle. Elle lui confia ne pas se sentir comme une mère pour les joueurs mais le ton protecteur qu'elle employait confortait Shun dans ses propos. Satsuki ne s'en rendait seulement pas compte. Elle n'était peut être pas une amie avec qui les garçons passaient de bons moments. Mais Shun était persuadé que chaque joueur de la Génération Miracle savait qu'en cas de problème, quels qu'ils soient, ils pourraient toujours compter sur leur ancienne manager. Il avait beau ne pas la connaître beaucoup, il savait qu'elle était une personne sur qui on peut se reposer, une personne sincère, fidèle en amitié ( et en amour, car il fallait vraiment l'être pour se consacrer durant tant d'année à un amour à sens unique comme celui qu'elle vouait à Kuroko ), serviable et qu'elle aimait ses anciens joueurs plus que quiconque. Elle était semblable à Riko... Cette constatation étira les lèves de Shun en un sourire attendri. Si la Génération Miracle avait eut de la chance d'avoir Satsuki à Teiko, eux aussi, à Seirin, possédait une chance inouïe d'avoir Riko à leurs cotés. Malgré son tempérament volcanique, ses entraînements meurtriers et sa douce voix mélodieuse, Riko Aida les aimaient profondément et n'avait de cesse de les protéger... à sa façon.

Alors que la luminosité baissait considérablement à chaque seconde qui s'écoulait, Satsuki s'était redressée en position assise sur le lit. Il la regarda en se demandant ce qu'elle comptait faire puis il la vit faire glisser l’élastique de ses cheveux pour les libérer. L'odeur de cerise qu'il avait pu sentir sur l'oreiller sembla s'intensifier. Ou n'était ce que son imagination. Elle passa ses doigts dans ses longues mèches, semblant chercher à les discipliner. C'est lorsqu'elle se rallongea et qu'elle se mit à rire qu'elle raconta l'anecdote étant arrivée à Kuroko.

L'amusement était perfectible dans sa voix et Shun l'écouta en souriant avant de mêler son rire au sien en imaginant la scène. Le Maji Burger, bien sure qu'il connaissait l'endroit ! Mais il n'aurait jamais pensé que les portes coulissantes seraient restées de marbre devant le pauvre Kuroko ! Finalement il portait bien son nom de joueur fantôme. Le pauvre, il avait dû être furieux après ça ! Shun avait presque pitié de Kise et Aomine ! Nul doute que si cette épisode se serait passé avec l'équipe de Seirin, Shun aurait fait parti de ceux affalés par terre, mort de rire !

Tout d'un coup, se fut au tour de Shun de laisser son rire envahir la pièce. Il venait de repenser à un événement qui s'était déroulé durant le match contre Shinkyo. Il se tourna un peu plus vers Satsuki et reprit son souffle avant de lui raconter à son tour la raison de son fou rire


« Pour l'Interlycée, on a eut un match contre Shinkyo. Ils avaient recruté un étudiant étranger pour intégrer le club de basket. Il était gigantesque, plus de deux mètres ! Et avant le match, il a heurté Kuroko sans faire exprès. Il a cru que c'était un écolier qui s'était perdu ! On était mort de rire mais Kuroko n'a pas du tout apprécié d’être prit pour un gamin »

Shun se souvenait encore ses larmes qui avaient perlé aux coins de ses yeux comme à ceux de la majorité des autres basketteurs de l'équipe

« Je ne sais pas si c'était déjà pareil du temps de Teiko mais nous... J'ai l'impression qu'on passe notre temps à le chercher ! »

Il ne se souvenait que trop bien du nombre incalculable de fois qu'ils avaient du parcourir la ville à la recherche de Kuroko quand ce dernier s'éclipsait ( volontairement ? ).

Alors que Satsuki s'était de nouveau mise assise et qu'elle tirait sur son maillot, accentuant légèrement le décolleté, la lampe, quant à elle, montrait les signes de sa mort imminente, Shun imita la belle manager en se redressa, gardant malgré tout le genou sur le coussin où il reposait Après avoir fouillé dans la poche du pantalon qu'il portait, il en ressorti quatre piles qu'il posa sur ses cuisses


«  Est ce que tu veux bien me passer la lampe torche s'il te plaît ? J'ai récupéré les piles qui étaient dans celle cassée. On va faire le changement, on gagnera un peu de temps comme ca »


Il tendit la main pour attraper la lampe que Satsuki lui tendit puis l’éteignit avant de dévisser à l'aveuglette le capuchon. Il vida les piles en tendant le bras loin à sa droite pour ne pas mélanger les piles usées et les valides. Puis, il prit les nouvelles piles en tâtonnant et essaya de les introduire dans la lampe, s'assurant du bon sens d'introduction.


«  J'ai beau être une lumière...C'est pas évident... »

Il rit puis quand enfin il y parvint, il referma le couvercle et appuya sur l'interrupteur. A son grand soulagement, la clarté se fit instantanément

«  Que la lumière fut ! »

Il sourit puis posa la lampe sur le matelas, entre Satsuki et lui. Il ramassa les piles hors d'usage qu'il posa sur la table de chevet, devant presque s'allonger à la place ou était Satsuki quelques minutes avant pour y parvenir.

La jeune fille paraissait toujours aussi gênée. Elle triturait son T shirt et semblait être perdue dans ses réflexions. Sans doute n'était elle pas à l'aise dans son petit top et sa jupe courte. Pour passer la nuit... ca ne devait pas être la tenue la plus adéquate. De son côté, Shun portait un pantalon plutôt confortable et un T shirt qu'il aurait préférait plus ample mais qui ferait parfaitement l'affaire étant donné la situation.


« La lumière n'est pas très vive. Je ne pense pas qu'elle durera longtemps. Si tu as des choses à faire, je te conseille de le faire maintenant. »


Puis il pensa soudainement à quelque chose et il balança doucement ses jambes pas dessus le lit avant de se remettre debout sous le regard désapprobateur de Satsuki. D'ici quelques temps, la lampe allait rendre l’âme. Il deviendrait donc dangereux de se déplacer dans la maison. Aussi, ne sachant pas quand l’électricité serait rétablie, il valait mieux se montrer prévoyant.

« On devrait aller chercher de quoi manger à la cuisine.... Après tout ce qui s'est passé tu dois sans doute avoir faim et ne sachant pas combien de temps nous allons rester dans le noir... il vaux mieux être prévoyant. »

N'étant pas du tout, mais alors pas du tout, enthousiaste à l'idée de piller le frigo d'une maison qui n'était pas la sienne, il regarda la jeune fille, espérant que cette dernière allait se porter volontaire pour l'accompagner. Il n'y avait qu'une seule lampe, alors soit elle restait seule dans le noir à l'attendre, soit elle venait avec lui. Mais il espérait vraiment que la seconde solution serait l'option choisie par Satsuki. Il n'avait aucune envie de se montrer opportuniste et il espérait vraiment qu'elle ne le considérait pas ainsi. Qu'elle ne pensait pas qu'il abusait de son hospitalité.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   27.12.14 16:29



Feat IZUKI SHUN

EN ATTENDANT QUE L'ORAGE SE TERMINE !


La luminosité baissait de plus en plus. Inconsciemment, Satsuki se rapprochait de Shun, se calant davantage sur les oreillers. Son poignet lui faisait moins mal mais c'était peut-être grâce au fait que la rose n'avait pas le temps de se demander si elle avait mal. Parce que son esprit était concentré sur ce que disais le brun, les vagues de douleur passagères n'étaient rien. Quand elle n'entendit plus l'orage, la manager se releva un peu et sursauta quand il tonna juste au dessus du toit. Ils allaient être condamnés à l'avoir toute la nuit à ce rythme là.

Shun se mit à rire à son tour. Un rire qui emplit la chambre. Il se cala et lui raconta. Satsuki en avait entendu parler de cet étudiant sénégalais qui avait permit à Shinkyo de gagner bien des matchs. Elle plaignait vraiment le turquoise qui devait maudire sa taille plus que de raison. Heureusement que cet étranger n'avait pas eu à rencontrer Rakuzan. Si jamais il avait eu la mauvaise idée de faire la même chose à Akashi... Son nom aurait été dans la rubrique nécrologique du journal du lendemain. Le capitaine de Kyoto et le joueur fantôme de Tokyo avaient, même s'ils ne le disaient pas clairement, toujours eu un peu de mal avec leurs tailles. Ils étaient de ceux qui attendaient la visite médicale avec impatience et revenaient déprimés après qu'on les aient mesuré. Bien évidemment, sans que ça se remarque sur leurs visages.

Satsuki hocha la tête quand aux disparitions mystères de leur ami commun. Mais le plus souvent, Akashi savait où il était. Et de temps en temps, il n'était, au final, franchement pas loin d'Aomine. Sa lumière était un ami dont il s'éloignait rarement.

Elle sauta du lit pour lui tendre la lampe demandée et faillit l'embrasser sur les deux joues d'avoir eu l'ingéniosité de récupérer celle de la lampe torche cassée. La lumière éclaira à nouveau bien la chambre, soulageant la propriétaire de la chambre. Elle allait lui demander s'il préférait des vêtements différents pour la nuit quand Shun se mit debout. Plissant ses yeux roses, la manager de Tôo le regarda fixement. Que faisait-il debout ? Savait-il qu'elle allait le forcer à s'asseoir s'il ne le faisait pas de lui-même les cinq prochaines secondes ?

Malgré tout, elle hocha de la tête à la mention d'un possible petit repas. Elle attrapa la lampe torche et se plaça devant lui. Avec une force qui l'étonna elle-même, elle obligea le meneur à s'asseoir. Son bras droit en travers de son torse, elle le fit s'allonger et attrapa un des ses coussins pour lui glisser sous le genou blessé. La fille partit vers la porte et se retourna pour expliquer :

« Hors de question que tu bouges dans ton état ! Je vais chercher à manger et je t'interdis de sortir de sortir de ce lit ! Compris ? »

Satsuki le regarda un peu et ouvrit la porte. Pardon pour la lumière mais pour une fois, elle allait faire quelque chose d'elle-même. Dans les escaliers, elle descendit les marches avec l'assurance de celle qui avait l'habitude. D'ailleurs, le trajet jusqu'à la cuisine se fit sans vraiment l'aide de la lumière de la lampe. Elle arpentait cette maison depuis qu'elle était en âge de ramper, elle connaissait tout. La rose s'arrêta juste un instant pour observer le sol. L'eau n'était visiblement pas encore rentrée dans la maison et Satsuki espéra que ça ne serait jamais le cas.

Se dirigeant vers le frigo sans trop d'espoirs, la manager l'ouvrit et inspecta l'intérieur : surtout beaucoup de choses à réchauffer... Dénichant de quoi faire des sandwichs, Satsuki attrapa un petit plateau et plaça ce dont elle avait besoin dessus. Des paquets de chips attendaient également dans un placard et sans remords, la rose les jeta sur le plateau. Ne sachant pas trop les goûts de Shun en matière de boissons, Satsuki prit tout ce qu'elle avait. Une bouteille d'eau, de Coca, une limonade préparé par sa mère et deux verres. Le plateau était lourd mais pas suffisamment pour qu'elle ait besoin d'utiliser ses deux mains. La lampe torche est équilibre sur le plateau, elle quitta la cuisine.

L'étape des escaliers fut bien plus lente et plus difficile. Un pas après l'autre pour rien ne se renverse... Finalement, Satsuki laissa un soupir de soulagement en passant sa porte. Elle déposa le plateau sur le lit et se dirigea vers son armoire. Cette jupe était devenue carrément inconfortable. Et par flemme d'aller dans la salle de bain pour se changer, elle le ferait ici. Elle allait enlever son haut quand elle se tourna vers l'invité blessé en rougissant un peu :

« Ne regardes pas, d'accord ? »

Bon, c'était un peu inutile puisque Shun avait tout du garçon bien élevé mais c'était pour le principe. Terminant de retirer le haut, elle déboutonna sa jupe et la fit glisser le long de ses jambes. Retrouvant un haut trois fois trop grand dont elle taira l'identité de l'ancien propriétaire, Satsuki soupira de soulagement. Pour dormir, rien de mieux qu'un pyjama flottant ! Et pour ne pas tenter le diable, la rose enfila également un très vieux short de sport.
Retournant près du lit, elle demanda au garçon :

« N'hésites pas à me demander si tu préfères d'autres vêtements plus adaptés pour dormir. »

Sincèrement, elle ne savait pas pourquoi le quart de son armoire était remplie avec des vêtements d'Aomine. Ce n'était pas comme si le bleu passait régulièrement, oubliait ses tee-shirts, pantalons ou caleçons pour repartir les mains vides ! La rose allait bien devoir lui rendre un jour... Mais en même temps, à chaque fois, sa mère lui tendait une pile de vêtements repassés appartenant au garçon. La manager n'allait pas débarquer à Tôo avec une poche contenant ses caleçons ! Qu'allaient penser les autres sinon ?!

Quittant à nouveau le matelas, Satsuki revint vers cette grande armoire qu'elle semblait partager en colocation inégale avec son ami d'enfance et tira un haut très large et un short semblable à ceux utilisés pour la tenue de basket lors des matchs. Elle posa le tout près de Shun, lui laissant le choix de les mettre ou non. S'installant sur ses genoux, elle lissa la couette et posa le plateau jusqu'à ce qu'il soit droit. Un verre dans la main, ses yeux roses cherchèrent ceux de Shun.

« Que veux-tu boire ? »









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]   

Revenir en haut Aller en bas
 

En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» En attendant que l'orage se termine ! [avec Izuki Shun]
» Les orages
» Orage d'été -TANKA-avec mp3
» L'orage gronde au loin, la porte s'ouvre... Gully07 entre...
» Danse avec le Dragon. TERMINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroko's Basket, le forum RPG ::  :: RP finis-