The Basketball Which Kuroko Plays
 
Bienvenue sur KnB-RPG, jeune Rookie !
Tout le monde doit signer le règlement & se recenser ! N'oubliez pas de voter !
Merci de favoriser le choix de personnages du manga en priorité ! 50 pockys offerts pour tout prédéfini prit
Les lycées Seiei, Fukuda Sogo, Kirisaki Daiichi, Shutoku et Kaijo recherchent des membres !

Partagez | 
 

 A travers les yeux d'un Point Guard [PV Izuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: A travers les yeux d'un Point Guard [PV Izuki]   16.12.14 13:00




A travers les yeux d'un Point Guard ♦ with izuki shun


Pas là. Son magazine n'était pas là. Tsubaki avait beau fouillé et retourné son sac dans tous les sens, elle ne le trouvait pas. Elle était quelques rues de la gare pour rentrer chez elle après que l'entraînement de basket du club de basket se soit terminé. Il faisait déjà nuit noir. Quelques voitures circulaient encore dans les rues de Tokyo. S'arrêtant finalement au coin d'une rue, la rose se retourna et réfléchit de l'endroit où elle l'avait pu laisser. Sûrement en salle de cours. Elle l'avait encore quand elle était allée au gymnase l'après-midi. Maintenant qu'elle y pensait, elle avait commencé à le feuilleter dans l’entrepôt, une fois le matériel sorti. Elle l'avait donc laissé là-bas.

Rebroussant finalement chemin, la Kumako retourna finalement au lycée Seirin. Par chance, le portail était encore ouvert, signe que le gardien était encore là. Loin d'être une peureuse, Tsubaki traversa lentement la cours plongée dans le noir, se dirigeant vers le gymnase qu'utilisait le club de basket. Un petit vent secoua les feuilles des arbres, faisant croire à des suppliques de voix lugubres. Pour un test de courage, une école la nuit était parfaite pour ce genre d'évènement.

Plus elle approchait du gymnase, plus Tsubaki pouvait distinguer les bruits de ballon de basket heurtant le parquet ciré. Visiblement, quelqu'un était resté plus longtemps pour faire des heures supplémentaires. Sa curiosité attisée, elle s'approcha silencieusement de la porte qui était restée ouverte, laissant la lumière s'échapper à l'extérieur, dissipant les ténèbres dans le couloir. Elle se pencha légèrement et identifia immédiatement Izuki qui semblait s'entraîner au tir, à en juger la quantité impressionnante de ballons qui jonchaient le sol.

De l'autre côté, elle pouvait apercevoir les portes coulissantes de l'entrepôt. Le seul moyen d'y arriver était de traverser le gymnase et de passer forcément. Or, elle ne voulait pas déranger son aîné dans sa concentration. Après tout, il restait un peu plus longtemps que les autres tout de même malgré le programme infernal que leur faisait subir Riko, leur Coach. Pendant plusieurs minutes donc, Tsubaki ne bougea pas de son poste d'observation, regardant avec attention les mouvements du Point Guard.

Une bonne partie de ses ballons entraient dans le panier mais ce n'était pas forcément régulier. La balle orange heurtait souvent l'arceau. Tous les sens en éveil, Tsubaki pouvait distinguer les nombreuses tension sur le corps d'Izuki, malgré les vêtements qu'ils portaient. Non seulement d'être la fille d'une ancienne joueuse de l'équipe nationale japonaise de basket, elle avait passé également de nombreuses heures au côté de sa génitrice, qui n'était autre que la patronne d'une institut de beauté. Mais la véritable spécialité de Kumako Aya était, sans conteste, le message, plus particulièrement le shiatsu.

Dotée d'une sensibilité hors du commun, la rosette avait acquis de nombreuses techniques en observant sa mère, et en utilisant son savoir dans les arts martiaux, elle devenait ainsi l'une des martialistes les plus redoutable du dôjo.

Elle se décida finalement à entrer, toujours à pas de loups, et s'arrêta à un mètre du brun, dans son dos.

-Le poignet d'Izuki-senpai... est encore trop raide, déclara-t-elle de but-en-blanc, le coupant ainsi dans son élan.




(c) codée par Tsu-chan




Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: A travers les yeux d'un Point Guard [PV Izuki]   17.12.14 10:19




Kumako Tsubaki

A travers les yeux d'un Point Guard



C'était une journée ordinaire pour un lycéen japonais. Métro, boulot, dodo.... Et basket ! La matinée avait été découpée par les cours de japonais, histoire et maths, une matière dans laquelle Shun  brillait particulièrement. Lors de la pause déjeuner plusieurs membres du club de basket de Seirin avait prit l'habitude de manger ensemble sur le toit de l'école, comme de nombreux autres camarades. Parmi eux, Hyuga, Koganei, Mitobe, Tsuchida, Kiyoshi et Izuki. Il était facile pour les «  sempai » de se retrouver, plusieurs d'entre eux étant dans la même classe. Puis les cours avaient repris. Le programme scolaire de l’après midi était toujours plus allégé au Japon. Cela permettait aux étudiants de rejoindre leurs clubs respectifs. Ce que ne manquait pas de faire Shun !

Ce jour là, l’entraînement de Riko avait plus light que d'habitude. Échauffement, muscu, match d’entraînement et enfin quelques exercices individuels avant le stretching. Pour Izuki, l'accent avait été mit sur les shoots. Cela faisait déjà plusieurs semaines qu'il essayait d'améliorer ses tirs. Ses performances en tant que meneur de jeu étaient plus à prouver. Il était réactif, rapide, astucieux... Mais quelque fois, lorsqu'il se retrouvait devant un panier, il manquait cruellement de précision et de technique pour faire rentrer le ballon dans l'arceau. De l'avis de Riko ( et du garçon qui reconnaissait volontiers qu'elle avait raison ) c'était des points perdus bêtement. Aussi, pour palier à cette lacune, il avait été affecté à un entraînement en binôme avec le clutch player de l'équipe : Jumpei Hyuga

Bien campé derrière la ligne des trois points, Izuki leva les bras au dessus de sa tête et après un instant de concentration il envoya la balle en direction du panier. Un instant, tous les regards de ses camarades se tournèrent vers le ballon orange qui avançait vers la cible. Il ricocha sur le panneau puis sur l'arceau métallique avant de tomber en dehors du filet. Izuki jura et poussa un long soupire de lassitude. Kagami arriva derrière lui et lui administra une petite tape amicale sur l'épaule

«  Courage sempai, faut pas abandonner »

Izuki lui adressa un petit sourire de remerciement et d'excuse mélangés. Tout le monde faisait les progrès fulgurants et lui... il avait l'impression de plafonner. Il ne voulait pas devenir un poids ou un handicap pour Seirin. Les prochains matchs que l'équipe allait devoir mener seraient difficiles. La Winter Cup rassemblait les meilleures équipes du pays. Des clubs avec beaucoup plus d'expérience que Seirin aussi. Dans ces conditions, rater à un panier à trois points pouvait faire la différence entre la victoire et la défaite. Et ça.... Non, il ne voulait plus jamais ressentir l’amertume de la défaite !

Jumpei lui donna un petit coup de coude dans les côtes, comme pour le sortir de ses pensées. Izuki sursauta et râla plus pour la forme qu'autre chose, n'ayant pas eut mal du tout
.

« Tes épaules sont trop tendues. Il y a trop de pression dans tes muscles. Si tu ne libères pas toute cette tension tu ne pourras pas viser correctement »

Jumpei se pencha pour ramasser un ballon qui roulait vers lui. Il ne prit presque pas le temps de préparer son tire avant de lancer la balle vers le panier. Cette dernière fusa rapidement avant de tomber dans l'arceau après une trajectoire parfaite. Izuki reconnaissait bien là le talent de son ami.

«  Tu fais ça avec une telle facilité, on dirait que c'est innée ! »

Le capitaine haussa les épaules et le regarda avec l'air de celui qui venait de dire la plus grosse bêtise du monde

« Et toi alors ? Ton jeu de passe, c'est pas innée ? On a tous nos points forts et nos faiblesses »

Shun s’apprêtait à répondre quand le coup de sifflet de la coach retentit de manière stridente. Tous les garçons se tournèrent vers elle avant qu'elle ne déclare que l’entraînement était suffisant pour aujourd'hui. Elle leur ordonna de s'étirer avant de rejoindre les vestiaires et de ranger le matériel. Shun obtempéra. Il aida Furihata à ranger les ballons dans le grand panier en tissu prévu à cet effet

«  Laisse le là s'il te plaît. Je vais rester encore un peu à m’entraîner »

A peine eut il fini sa phrase que Riko lui tomba dessus et lui vociféra qu'il ne devait pas en faire trop, qu'il devait se reposer. Mais Shun lui sourit et lui promit de faire attention. Il ne voulait rester qu'une petite demi heure supplémentaire, profitant du gymnase complètement calme et silencieux pour essayer de parfaire ses techniques et concentration. Ne trouvant rien à opposer aux arguments du jeune meneur, elle se dirigea dans le vestiaires rejoindre les autres. Elle lui avait cependant laissé la clef du gymnase en lui demandant de bien vouloir la remettre au gardien quand il partirait. Il acquiesça d'un mouvement de tête

Un silence oppressant envahit le gymnase quand les bruyants membres du club le quittèrent. Shun tira le grand panier à ballon prêt de lui, derrière la ligne de la raquette. Au calme, ne se sentant pas observé, il lui serait peut être plus facile d'ajuster ses tirs. Bien sure qu'en match la situation serait différente, il y aurait la précipitation, le bruit, le public.... autant de facteurs susceptibles de mettre une pression supplémentaire. Mais avant de s'occuper de ça, il devait déjà réussir à faire rentrer ses ballons dans le panier avec plus de régularit
é.

«  Hop, c'est parti ! »


Il enchaîna les shoots sans s'arrêter. Au fur et à mesure, il voyait avec satisfaction les ballons entrer dans le filet. Environ 60% de ses essaies étaient un sucés. C'était encore insuffisant mais c'était mieux qu'avec Jumpei un peu plus tôt. Il faisait le vide autour de lui, il essayait de ne plus penser qu'à ce maudit ballon orange et à la trajectoire qu'il devait faire pour arriver à son but. La posture qu'il adopta était parfaite, très académique. Ses doigts poussèrent la balle et ses jambes se levèrent légèrement du parquet. C'est quant il retomba au sol qu'il entendit une voix s'adresser à lui.

«  Le poignet d'Izuki-sempai... est encore trop raide. »

Il se retourna pour voir qu'il se trouvait face à Kumako Tsubaki, la manager de leur équipe. Shun n'avait jamais vraiment eut l'occasion de discuter avec elle. A vrai dire il ne l'avait vu qu'une seule fois, il y a peu de temps de cela, lorsque Riko la leur avait présenté. La jeune fille aux cheveux roses foncés était à peine plus petite que lui. Shun prit une grande inspiration et soupira un peu blasé. Ses épaules trop tendues, ses poignets trop raides.....  Il posa ses mains sur ses hanches et lui adressa un sourire

«  Bonsoir Kumako ! »

Le meneur de Seirin était un peu gêné. D’après ce que Riko leur avait avoué, Tsubaki avait été une joueuse très talentueuse de Teiko. Elle aurait occupé pendant un certain temps le poste de meneuse de son équipe.

Izuki se frotta l’arrière de la tête et lui adressa un petit sourire contrit

«  Mes poignets sont trop raides ? Jumpei me dit que ce sont les épaules qui ne vont pas... J'ai beau m’entraîner d'arrache pied depuis des semaines, je n'arrive pas à augmenter mon taux de réussite »

Un nouveau soupire lui échappa alors qu'il regardait le nombre assez impressionnant de ballons qui jonchaient le sol. Il avait tellement été absorbé par son entraînement qu'il n'avait pas pensé à regarder l'heure. Il jeta un coup d’œil vers l'extérieur et s’aperçut que la nuit était tombée. Quelle heures pouvait il être ? Il n'avait pas sa montre au poignet, il la laissait toujours dans son sac lors des entraînements et des matchs. C'est typiquement le genre d’accessoire qui gêne les mouvements ou qui peut s’avérer dangereux lors qu'un affrontement musclé en match.

«  Ola ! Il est tard ? Est ce que je peux te demander l'heure s'il te plaît ? »

Sans attendre il commença à ramasser les ballons un à un et de les mettre dans le panier. Le temps de tout ranger, de fermer le local matériel, de retourner dans le vestiaire se changer …. Le concierge allait lui passer un sacré savon pour être resté si tardivement


Il se releva et adressa un sourire à sa manager

« Tu avais besoin de quelque chose Kumako ? On ne te voit pas souvent dans le gymnase »

Se trouvant assez loin du panier dans lequel était rangé les ballons, Shun se mit en position et tira. Son ballon fusa directement rejoindre les autres et le jeune meneur laissa un rire résonner dans l'immense gymnase vide

« Je m'améliore t'as vu ! »

© Codage By FreeSpirit





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: A travers les yeux d'un Point Guard [PV Izuki]   17.12.14 20:18




Titre ♦ with name & name


Tsubaki suivit du regard la trajectoire de la balle orange, qui atterrit malheureusement hors du panier. Elle focalisa finalement son regard sur son senpai, qui la salua joyeusement. La rose n'avait pas encore eu l'occasion de parler réellement avec les autres. Kuroko et Kagami étaient les seules personnes avec qui elle avait réellement parler ainsi que la coach, Aida Riko. C'était donc la première fois qu'elle se trouvait seule en tête à tête avec l'un de ses aîné, Izuki Shun. Sans compter qu'il occupait le même poste qu'elle du temps où elle jouait au basket. Ils pourraient donc avoir un semblant de conversation, même si Tsubaki n'aimait pas trop qu'on lui pose des questions sur sa carrière de basketteuse au collège. Parce qu'indubitablement, son interlocuteur lui demandera forcément : « Pourquoi tu as arrêté ? ». Et elle détestait devoir répondre à cela. Même si elle ne le montrait pas.

La manager de Seirin lui adressa donc un léger hochement de tête puis il lui confia que Hyuuga lui avait reproché que c'étaient ses épaules qui étaient trop tendus. Ce qui n'était pas faux. Pour réussir son tir, tout résidait dans le poignet et les épaules. Mais le mental jouait également un facteur majeur dans le taux de réussite.

-Ola ! Il est tard ? Est ce que je peux te demander l'heure s'il te plaît ?

La jeune Kumako prit son téléphone portable, le dernier smartphone à la mode, et consulta l'heure.

-19h45...

Elle remarqua également les deux messages de son grand-frère. Elle déverrouilla l'appareil en faisant glisser son doigt sur l'écran tactile. Le premier disait qu'il ne rentrerait pas ce soir, le second lui conseillait de ne pas trop tarder sur le chemin du retour. Elle lui répondit qu'elle ferait très attention, comme d'habitude, et qu'il n'avait pas à s'inquiéter, comme il le faisait souvent bien qu'il soit conscient que sa petite sœur était tout à fait capable de se défendre seule, sans l'aide de personne. Elle rangea finalement son téléphone et, voyant le brun s'affairer à ranger les ballons, elle l'aida également et se saisit de deux ballons à ses pieds, avant de le déposer dans le bac, prévu à cet effet.

-Tu avais besoin de quelque chose Kumako ? On ne te voit pas souvent dans le gymnase, lui demanda-t-il tout en continuant sa tâche.

Ah oui. Avec tout cela, elle avait failli oublié la raison de sa venue ici. Le mensuel du basket féminin. Elle l'avait oublié ici, dans le gymnase. Il était vrai qu'elle n'était pas souvent là, puisque ces derniers temps, elle épluchait les nombreuses écoles de Tokyo mais également des quatre coins du pays, dans le but de récolter le maximum d'informations. Elle n'était pas vraiment sûre si c'était ça, le rôle de la manager, mais elle estimait que ça pouvait être utile. Du moins, elle avait les plus gros morceaux dans sa base de données, c'est-à-dire, les équipes que fréquentaient les membres de la Génération des Miracles.

Il ne restait plus que quelques ballons. Il y en avait un, tout au fond, totalement isolé des autres. Tsubaki se dirigea vers lui et le prit doucement dans ses mains. Ses doigts frottèrent doucement la matière rugueuse et une bouffée de nostalgie s'insinua lentement. Gardant l'objet orange entre ses mains, elle se tourna à nouveau vers son senpai et le regarda lancer la balle dans le panier à ballons, la tirant de ses souvenirs. Le ballon atteint son objectif.

-Je m'améliore, t'as vu !

Un tout petit sourire se dessina sur ses lèvres avant que son visage placide habituel ne reprenne sa place initiale. Elle revint finalement et posa le dernier ballon sur les autres, avant de pousser le chariot vers le local du matériel. Une fois cela fait, elle retrouva, comme elle s'y attendait, son magazine sur un matelas sport. Elle le récupéra et sortit finalement de la pièce. Elle n'avait pas encore fini de le regarder en détail, les profils de ses anciennes coéquipières mais également des Reines Sans Couronne y figuraient. Sauf que cette année, deux joueuses d'exception manquaient à l'appel.

Revenant finalement sur le terrain, elle s'arrêta néanmoins juste derrière la ligne de touche qui délimitait le terrain. Elle leva la tête pour regarder le panier avant de fixer à nouveau Izuki. Tsubaki n'était pas du genre bavarde et la plupart des gens diraient d'elle qu'elle est souvent dans la lune, rêvassant continuellement. Ce qui était vrai. En partie.

-C'est vrai qu'Izuki-senpai... a les épaules et les poignets encore tendus, articula-t-elle doucement.

La jeune fille avait une façon bien particulière de parler, faisant parfois des pauses dans ses phrase, sa voix avec une pointe de sommeil accentuant l'effet. Sans compter qu'elle utilisait rarement la deuxième personne lorsqu'elle parlait avec quelqu'un. Elle ne l'utilisait que lorsqu'elle était en colère, ce qui était rarement le cas.

-Mais Izuki-senpai... est aussi tendu... là...

Placée à deux mètres de lui, la main droite de Tsubaki s'était doucement levée et son index pointait sans aucun doute le torse du plus vieux.




(c) codée par Tsu-chan




Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: A travers les yeux d'un Point Guard [PV Izuki]   18.12.14 9:37




Kumako Tsubaki

A travers les yeux d'un Point Guard



Le ballon avait fusé directement dans le panier en tissus et Shun avait gardé la pose quelques secondes, ses mains suspendues dans le vide au dessus de sa tête. Kumako avait regardé cette performance atypique et un très léger, à peine visible, sourire se dessina sur son visage avant de disparaître aussi rapidement. Peut être même l'avait-il imaginé.

Tsubaki Kumako était une jeune fille discrète. Il ne connaissait pas grand chose d'elle. Lecteur fidèle du Basket Mag, Izuki avait un vague souvenir d'avoir lu son nom dans un article traitant de l'équipe féminine de Teiko. Il ne se souvenait plus exactement de ce qui avait été écrit sur elle. Il se souvenait cependant avoir lu quelque chose concernant son arrêt subite du basket. Étant un garçon très observateur, le regard nostalgique voir mélancolique que Kumako adressait au ballon de basket trônant entre ses mains ne lui échappa pas. Il se fit donc la promesse de ne pas parler du basket du temps de Teiko avec elle à moins qu'elle n'en témoigne l'envie. Il se doutait que quelque chose de grave avait dû se produire pour motiver son arrêt de ce sport qu'elle semblait adorer. Un sport pour lequel elle vouait une passion si grande qu'elle s'était résignée à être manager d'une équipe à défaut de pouvoir fouler le parquet.

Une fois tous les ballons rassemblés, Kumako poussa le chariot jusqu'à la réserve. Il la vit disparaître entièrement dans le local. Elle venait de lui piquer son travail et il se sentait un peu bête de ne pas ranger lui même le matériel qu'il avait utilisé. Étant sa manager, il lui devait du respect malgré le fait qu'il soit plus âgé d'une année. Shun n'était pas le genre de personne à attacher une grande importante aux marques de respect dues aux aînés. Le fait même que Kumako le nomme «  sempai » ne lui plaisait pas vraiment. Il préférait davantage que l'on se montre sympathique et moins formel. Toutefois, comme ils ne se connaissaient pas, il jugea préférable de ne rien lui indiquer sur sa façon de lui adresser la parole. Déjà qu'elle se semblait pas très bavarde...

Shun se dirigea vers le fond du gymnase. Il avait laissé sa serviette et sa bouteille d'eau derrière la ligne touche. Il trottina rapidement pour s'en emparer et se frotta le visage de sa serviette blanche ce qui ébouriffa légèrement ses cheveux humides. Il la plaça ensuite derrière sa nuque pour qu'elle repose sur ses épaules avant de s'emparer de sa bouteille d'eau. Lorsqu'il se retourna, Kumako était de retour et il s'approcha d'elle en marchant. La jeune fille, restée quasi muette jusque là, se décida à prendre la parole


«  C'est vrai qu'Izuki-sempai.... a les poignets et les épaules encore tendus »

Shun prit une longue inspiration puis soupira tout aussi lentement. Pourquoi était-il aussi crispé ? Il adoptait pourtant la pose idéale pour marquer. Jambes souples, légèrement fléchies, la mains et les doigts accompagnants le ballon dans sa trajectoire.... Il ne comprenait pas d'où venait toute cette tension qui avait élue domicile dans ses muscles et articulations. Il se heurtait à un mur invisible et infranchissable. Pour la toute première fois depuis sa «  carrière » de basketteur, il avait l'impression d'avoir atteint la limite de ses capacités.

Le dos et les épaules du jeune meneur semblaient soudainement se courber comme s'il portait un fardeau trop lourd pour lui. Il prenait pleinement conscience que s'il n'arrivait pas à dépasser cet handicap, il n'aurait plus sa place parmi les titulaires de Seirin. Oui il avait la particularité de ses yeux aigles très avantageux pour l'équipe. Mais cela ne faisait pas tout.... Perdu dans les pensées sombres qu'il ruminait ( ce qui n'était vraiment pas banal pour lui ) il ne se rendait pas compte que cela provoquait un stress et une pression encore plus importante qui, loin de l'aider, le freinait dans son apprentissage.

Shun releva légèrement les yeux quand Kumako reprit la parole. Elle avait tendu sa main dans sa direction et pointait son torse avant d'ajouter


«  Mais Izuki-sempai... est aussi tendu... là... »

Le meneur baissa la tête pour regarder son propre torse qui était désigné. Tendu là ? Qu'est ce que ça pouvait bien vouloir dire ? Le thorax ? La respiration ? Est un problème de respiration qui bloquait tout le reste ? Ou bien... Le cœur ?  Un peu perplexe et confus un soupira une nouvelle fois et s’assit sur le sol. Discipliné, il obéit sagement aux recommandations de Riko qui leur avait toujours dit de ne pas négliger le stretching après n'importe quel entraînement. Aussi, il tendit sa jambe gauche devant lui, passa la droite par dessus et exerça une pression sur la jambe repliée pour étirer ses muscles. Il resta dans cette positions plusieurs longues secondes avant de recommencer en inversant les jambes.

Shun leva la tête vers sa manager qui semblait avoir prit de la hauteur maintenant qu'il était avachi sur le parquet. Il essaya de lui adresser la parole sans laisser paraître l'angoisse qui s'était emparé de lui


«  Je ne comprends pas ce que tu veux dire. A vous entendre tous, je suis tendu de partout... Les poignets, les épaules, le torse..... Je sais pourtant que j'ai les bons appuis et la bonne gestuelle mais ça ne veux pas renter ! J’enchaîne les rebonds ... »

L’agacement et la lassitude pouvaient être décelables dans la voix lorsqu'il eut fini sa phrase. Il écarta ses jambes et joignit les semelles de ses baskets l'une contre l'autre avant de se pencher en avant, s'allongeant avec une grande souplesse sur ses jambes écartées. Il sentait les muscles du bas de son dos et de sa taille le tirer douloureusement. Toutefois il garda la pose pendant une trentaine de secondes avant de se redresser

« Quand je regarde Hyuga tirer je n'ai pas l'impression que ma posture soit si différente de la sienne. Je n'ai aucun problème avec les lay-up ou les paniers à mettre dans la raquette mais dés que je sors de la ligne des trois points mon taux de réussite est en chute libre. J'ai limite l'impression que quand je marque un 3 points c'est un coup de chance ! »

Il poursuivit ses étirements par les épaules, passant son bras derrière son omoplate et exerçant une pression sur le coude avec la main opposée. Les muscles de son épaules et de son bras se rappelèrent douloureusement à lui. Il réitéra l'exercice avec l'autre bras avant de se relever

Il avança d'un pas et combla un peu plus l'espace qui le séparait de Kumako. Il vit qu'elle avait un regard terne, presque éteins... Ses jolies iris assorties à la couleur chatoyante de ses cheveux semblaient vides... Qu'avait-il pu arriver à la jolie manager ? La question traversa l'esprit de Shun mais ne franchit toutefois pas la barrière de ses lèvres. Au lieu de cela il prit son courage à deux mains avant de lui parler


«  Aide moi, Kumako-chan. Tu étais meneuse de jeu à Teiko. Tu es notre manager maintenant. Je n'ai pas envie de devoir arrêter de le basket, je veux continuer à être utile à Seirin. S'il te plaît, aide moi à franchir cette étape »

Le regard gris de Shun s'était ancré à celui de Kumako. Il avait conscience de lui demander beaucoup. Il ne savait même pas si elle allait accepter car ce n'était pas son rôle premier que de s'occuper de l’entraînement des joueurs. Ça, c'était la place de Riko. Mais Riko avait déjà tout transmis de son savoir à Izuki et le problème demeurait malgré cela. Même Jumpei, son ami de toujours et clutch player de l'équipe n'avait pas réussi à lui faire surmonter ce cap infranchissable. Mais Tsubaki... Quelque chose lui disait qu'elle pouvait lui apporter beaucoup. Peut être avait-elle déjà été confrontée à ce genre de difficultés. Peut être avait elle un regard différent sur sa façon de jouer ou la postule qu'il adoptait... Toutefois, rien ne lui garantissait qu'elle accepte l'aide qu'il lui demandait.


© Codage By FreeSpirit





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: A travers les yeux d'un Point Guard [PV Izuki]   18.12.14 11:47




A travers les yeux d'un Point Guard ♦ with izuki shun


La façon de penser, la philosophie de Tsubaki peut parfois être qualifiée d'étrange, selon certaines personnes. Mais ses valeurs, son opinion sur la vie en générale, elle ne le devait qu'à elle-même. Elle a été en grande partie influencée par l'éducation de ses parents, mais surtout parce qu'elle avait appris à travers les arts martiaux que son père s'était évertué à lui enseigner. Elle avait également une façon bien étrange de s'exprimer, compliquant un peu plus la compréhension de ses mots pour son interlocuteur. Elle n'était pas timide, loin de là. Elle, tout comme son père ou son grand frère, ne parlait que lorsqu'elle estimait que c'était nécessaire. Quand bien même les mots sortant de sa bouche pouvait parfois être une énigme, pour elle s'était on ne peut plus clair.

-Je ne comprends pas ce que tu veux dire. A vous entendre tous, je suis tendu de partout... Les poignets, les épaules, le torse..... Je sais pourtant que j'ai les bons appuis et la bonne gestuelle mais ça ne veux pas renter ! J’enchaîne les rebonds ...

Comme maintenant, elle se doutait bien qu'Izuki n'avait pas vraiment compris qu'est-ce qui était vraiment tendu chez lui. Ayant été également meneuse, elle savait exactement le rôle que lui incombait un tel poste. Tous les joueurs d'une équipe étaient très importantes. De très belles paroles, n'est-ce pas ? Mais certains pesaient plus dans la balance que d'autre. Et pour elle, le meneur était un élément essentiel. Non pas parce qu'elle protégeait sa position, rien de tout cela. Mais comme le disait son nom, le meneur menait. Il était le guide. Et sans guide, l'équipe était perdue.

La manager de Seirin ne savait pas si son aîné avait compris cela. Peut-être oui. En partie. Du moins, il n'avait pas compris toutes les subtilités du métier et n'utilisait pas tout son potentiel. Alors tout en s'étirant, il commença à lui parler de ce qu'il ressentait :

-Quand je regarde Hyuga tirer je n'ai pas l'impression que ma posture soit si différente de la sienne. Je n'ai aucun problème avec les lay-up ou les paniers à mettre dans la raquette mais dés que je sors de la ligne des trois points mon taux de réussite est en chute libre. J'ai limite l'impression que quand je marque un 3 points c'est un coup de chance !

Du peu qu'elle avait observé, effectivement, sa posture était correcte si on restait dans le basket académique. Il n'y avait rien à y redire là-dessus. Mais même si elle n'était pas dans son corps, elle pouvait clairement voir que ses muscles étaient tendus. Tout ce qu'elle pouvait, c'était de le conseiller de se détendre, ensuite, tout dépendra de lui, de la relation qu'il a avec son propre corps. C'était presque une question de feeling, au final. Après tout, ce n'était qu'une fois sur le terrain face à panier, qu'on pouvait savoir si oui ou non, la ballon allait entrer. Si Tsubaki le sentait, elle le faisait. Mais elle ne pouvait mettre des mots sur cette sensation. Cela ne s'expliquait pas. Une fois qu'on l'a senti, on le comprend instantanément. C'était une évidence à ses yeux.

Finissant son étirement, Shun se releva finalement et fit un pas vers elle, raccourcissant un peu l'espace entre eux, comme s'il souhaitait se rapprocher. Comme si cela le permettrait de comprendre ce qu'elle voulait dire. Il planta ses yeux gris dans son regard, et Kumako y décela sans problème la détermination mais aussi une pointe de désespoir et d'agacement au fond de ses prunelles.

- Aide moi, Kumako-chan. Tu étais meneuse de jeu à Teiko. Tu es notre manager maintenant. Je n'ai pas envie de devoir arrêter de le basket, je veux continuer à être utile à Seirin. S'il te plaît, aide moi à franchir cette étape.

Cela, par contre, elle ne s'y attendait pas. Si un jour on lui avait dit qu'un senpai allait lui demander de l'aide, elle n'y aurait jamais cru. Gardant le silence pendant plusieurs secondes – dix, ou peut-être vingt ? - Tsubaki songea à ce qu'elle pourrait bien lui dire. La voix de son père résonna soudainement dans sa tête, la guidant lentement.

-Est-ce que... Izuki-senpai a déjà entendu parler du « ki » ? demanda-t-elle finalement. C'est une énergie, un flux... qui parcourt toute chose... sur Terre. C'est elle qui permet... l'harmonie...

Du reste, ce n'était qu'une supposition, une approche spirituelle qui était un principe fondamental dans le dôjo familial, surtout pour elle qui excellait en aikido. Elle continua son petit speech, sans pour autant briser le contact visuel. Les mots s'échappant de sa bouche avec modération, pour s'assurer qu'il comprenait ce qu'elle disait.

-C'est elle également... qui relie toute chose entre elle.

Aux premiers abords, cela ne semblait n'avoir aucun lien avec le basket. Mais pas pour la manager.

-Pour en revenir au basket... C'est vrai que... tous les joueurs sont importants... Mais... le meneur est le plus important... Selon Izuki-senpai... Pourquoi ?

Elle lui laissa quelques secondes pour y réfléchir, avant d'ajouter. C'était bien la première fois qu'elle parlait autant.

-Parce que... c'est le meneur qui fait circuler le « ki »... la ballon, en l'occurrence...

Tsubaki prit fouilla une nouvelle fois dans son sac, prit une feuille et son porte-mine et s'accroupit finalement, la feuille vierge sur le parquet et l'incita silencieusement à faire de même. Elle griffonna 4 ronds pleins et un rond vide, celui-ci représente le meneur. Elle traça quatre traits, reliant le rond vide aux autres.

-Mais... qu'est-ce qui se passe... si le meneur n'existait pas ?

Elle commença par effacer un trait, puis un autre... Elle espérait qu'avec cette question, il trouvera lentement mais sûrement la réponse à son problème. C'était la meilleure façon pour lui de comprendre son erreur, de le corriger et de l'assimiler. L'expérience était plus utile si on se l'accaparait soi-même.




(c) codée par Tsu-chan







Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: A travers les yeux d'un Point Guard [PV Izuki]   18.12.14 15:22





Kumako Tsubaki

A travers les yeux d'un Point Guard



Conscient de la proximité peut être trop importante et gênante entre Kumako et lui, Shun préféra reculer de quelques pas. A chaque fois qu'il avait prit la parole, elle avait observé un silence presque religieux. S'en était presque embarrassant. Il avait l'impression de se parler tout seul. Ou bien n'en avait-elle rien à faire de ses soucis de tirs à trois points ratés.... Après tout, elle était à Teiko avant et ce club n'était pas vraiment connu pour faire dans la dentelle ou le sentimentalisme. Une des raisons qui avait sans doute poussé Kuroko vers la porte de sortie. En avait-il été de même pour Kumako ?

Toujours est il que Kumako et Kuroko semblaient être très proches. Accompagnés par Kagami, il rentraient souvent ensemble après les cours et les entraînements. Izuki lui, faisait une partie du chemin en compagnie de Mitobe et Koganei qui habitaient tous les deux pas trop loin de chez lui.

Pourquoi avait-il la désagréable impression que sa demande pouvait être mal perçue par la manager de l'équipe. Peut être penserait-il qu'il était un loser.... Avoir besoin de demander des conseils à une personne plus jeune pour progresser... Mais Izuki, lui, ne voyait pas les choses sous cet angle. Il avait peut être une année supplémentaire d'expérience dans les jambes, cela n’empercherait en rien de reconnaître le talent des personnes qui étaient ses cadets. La Génération Miracle en était une parfaite illustration. Les membres de cette équipe prodigieuse avaient un talent qui le surclassaient de loin ! Et même avec 10 ans de plus il savait qu'il ne pourrait rivaliser contre eux seul. Si Seirin avait réussi à se défaire d'équipe aussi redoutable que Shutoku, c'était grâce à la force sur collectif sur lequel reposait intégralement leur jeu.

Enfin Kumako prit la parole. Il l'écouta attentivement lui parler du « ki », une énergie qui lierait les choses entre elles et qui seraient à l'origine de l'harmonie et de l'équilibre du monde. Shun avait déjà entendu parler de ce flux mystérieux. Dans les mangas..... Mais il se doutait que la manager ne s’apprêtait pas à lui tenir une discutions sur Dragon Ball !

Un peu perplexe, il fronça les sourcils et inclina la tête sur le coté, cherchant où elle voulait en venir dans ses explications.


« -Pour en revenir au basket... C'est vrai que... tous les joueurs sont importants... Mais... le meneur est le plus important... Selon Izuki-senpai... Pourquoi ? »

La question surprit un peu le garçon tant la réponse lui paraissait évidente ! Trop évidente d'ailleurs pour que ce ne soit pas un piège. Aussi il se pencha sur ces réflexions intensément. Pourquoi le meneur était-il le poste le plus important d'une équipe de basket ? Parce que c'est lui qui donne l'orientation du jeu. C'est ce qu'il aurait été tenté de répondre de but en blanc. C'est lui qui décide de l'attaque ou de la défense à mener. C'est lui qui remonte le ballon vers le panier. Il donne les directives de positionnement de ses coéquipiers. Il fait circuler le ballon entre les différentes éléments présents sur le terrain.

Mais avait-il un rôle plus important que les autres ? Non.. Ça il ne pensait pas. Le pivot avait sa part de travail à mener. Situé dans la raquette, sous le panier adverse comme dans sa propre partie de terrain il était un élément central et vital à l'organisation de l'équipe. Les ailiers ? Qu'ils soient petits ou forts, un ailier est un soutien important pour le pivot. Chargé principalement de l'attaque, c'est eux qui portent à bout de bras la puissance d'une équipe et les espoirs de panier à venir. Quant aux arrières... il était carrément inutile de préciser que leur position était indispensable pour ne pas encaisser de panier ou pour récupérer des ballons avant qu'ils ne soient trop tard.

Pourquoi le meneur était-il plus important que les autres ?

Face au silence et aux yeux perdus de Shun, Kumako lui vint en aide avant de le conforter dans son idée première : La circulation du ballon sur le terrain ne dépendait que de lui, en grande partie.

Il la vit s’éclipser un court instant avant de le rejoindre tenant dans sa main une feuille et un crayon. Elle s'installa directement sur le sol et il s'accroupit à ses cotés, posant sa main sur le parquet pour ne pas perdre l'équilibre. Il regardait attentivement sa manger tracer des ronds sur sa feuille de papier blanche. Puis elle traça des traits partant de chacun des cercles pleins qui rejoignaient l'unique rond vide dessiné. Lui... Le meneur


" Mais... qu'est ce qui se passe … si le meneur n'existait pas ?"

Il la regarda effacer lentement le premier trait, puis le second.... Shun écarquilla un instant les yeux. Dans son esprit, sur chacun des cercles pleins se superposait l'image de ses coéquipiers. Jumpei... Kiyoshi.... Kagami.... Kuroko.... Il avait l'impression de les voir sur le terrain, sans lui... Que deviendrait le jeu de Seirin sans meneur ? Il s'effondrerait lamentablement.... Son équipe possédait un jeu rapide, très rapide, reposant sur les passes, sur une circulation du ballon intense entre tous les membres... et ce run and gun dont Seirin était spécialiste, c'est lui, le meneur, qui la portait intégralement sur ses épaules et qui donnait le rythme à adopter.

Shun restait médusé devant la page blanche où ne figurait plus que quatre cercles pleins, le seul cercle vide ayant été effacé à son tour.

Doucement, comme si cela se passait au ralenti, il commençait à prendre conscience du rôle qu'il occupait sur le terrain. Depuis la défaite essuyée durement contre Tôô, Izuki avait eut l'impression de ne plus être à la hauteur des attentes de son équipe. Il avait assisté aux progrès fulgurant de chacun d'entre eux ( même les rookies ! ). Trop concentré sur ses camarades et leur progression fulgurante, il en était arrivé à douter de lui même, de ses capacités, de son utilité sur le terrain ou de ce qu'il pouvait leur apporter. Il s'était senti inférieur à eux.... Pourtant, jamais aucun membre de Seirin ne l'avait conforté dans ce sens ! Bien au contraire. Ils avaient toujours eut un mot d'encouragement, de félicitation …

Izuki était incapable de relever les yeux de la feuilles qui semblait le narguer sur le sol. Il s'était sentit inutile pour Seirin. Mais Kumako, avec ses mots à elle, venait de lui faire comprendre quel était vraiment son importance sur le terrain mais pas seulement ! Au sein de l'équipe également.... Shun avait toujours pensé que le Capitaine était celui qui portait l'équipe à bras le corps. Depuis l'arrivée de Kuroko, la cohésion de groupe n'avait été que renforcée davantage. Mais là, la manager venait de lui ouvrir les yeux et de lui faire comprendre que le meneur aussi avait sa place dans l'esprit de fraternité qui soudait Seirin.

Reprenant ses esprits, Shun se redressa doucement sur ses pieds après avoir ramassé la feuille. Il la plia proprement en quatre et sourit à Kumako. Cette fois, son sourire avait retrouvé toute sa chaleur d'autrefois. Fini l'inquiétude, l'angoisse, le doute et l'agacement. Il lui fit un petit clin d’œil et lui montra la petite feuille qu'il tenait entre ses doigts


« Tu permets que je la garde ? Ça sera où les moments où le doute s'emparera encore de moi »

Il rit puis ramassa sa bouteille d'eau et sa serviette.

« Est ce que tu rentres chez toi ? Si oui, ça ne te dérange pas trop de m'attendre ? Je me change rapidement et on pourrait rentrer ensemble qu'en dis tu ? »

En deux enjambées il combla l'espace qui les séparait et il s’arrêta juste à coté d'elle. Il avait l'impression d'avoir le cœur soudain plus léger ! Comme si un immense poids avait quitté ses épaules. Il ne sentait plus cette boule qui lui nouait l'estomac depuis quelques semaines. Il avait l'impression que rien ne pouvait lui résister et cette assurance qu'il venait de retrouvait lui faisait le plus grand bien. Il avait hâte ! Hâte d’être à l’entraînement demain. Hâte de voir le ballon quitter ses doigts et foncer dans l'arceau sans que rien ni personne ne puisse l’arrêter. Il ne pouvait plus échouer ! Il était le meneur de Seirin ! Son équipe avait besoin de lui. Ses camarades comptaient sur lui ! Et il ferait tout pour ne plus les décevoir !

Se laissant aller à un élan d’enthousiasme qu'il ne contrôla pas, Shun déposa un baiser rapide sur la joue de Kumako. Cela avait été tellement léger que ses lèvres ne firent qu'effleurer un instant la joue de sa manager. Il ne réalisa qu’après coup ce qu'il venait de faire et tourna la tête dans la direction opposée pour dissimuler ses joues colorées.


« Merci beaucoup pour ton aide ! Je me sens mieux maintenant ! »

Il lui fit un petit signe de la main alors qu'il se mit à courir en direction des vestiaires pour remettre ses vêtements scolaires. Il ne voulait pas faire patienter Kumako davantage. Il jeta presque sa serviette sur un banc et ouvrit son placard à la volé avant de réaliser ce qui venait de se produire. Il avait déposer un baiser sur la joue de Tsubaki !

© Codage By FreeSpirit








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: A travers les yeux d'un Point Guard [PV Izuki]   18.12.14 19:19




A travers le regard d'un Point Guard ♦ with izuki shun


Tout en effacçant les traits un à un, le souvenir de ses années à Teiko lui revenait en tête. Ce qu'elle avait dit à Izuki, elle le visualisait également pour ce qui s'était passé. Comme elle avait quitté l'équipe brusquement, elle avait ouïe dire que certaines de ses coéquipières avaient également arrêté. Tsubaki n'avait pas été très intelligente sur ce coup-là, mais la douleur avait été tellement insupportable qu'elle n'avait pas réfléchi correctement. Elle s'était faite désormais à l'idée que plus jamais elle ne foulera le parquet, que plus jamais elle ne traversera cette ligne de touche pour rejoindre le terrain.

Désormais sur le banc de touche, elle devait se contenter de regarder les autres jouer. La rosette étant du genre à ne voir que les bons côtés des choses, elle ne regrettait pas tant que cela d'être devenue manager. Surtout qu'à Seirin, ils étaient tous très gentils, et se comportaient comme s'ils étaient tous de la même famille. Et cela lui plaisait beaucoup. La coach Riko était presque comme une maman, du moins à sa façon. Le capitaine Hyuuga aussi avait des côtés paternels, là aussi à sa façon. Kiyoshi était en quelque sorte le grand-frère. ( Au moins lui n'avait pas de sister complex, non pas qu'elle s'en plaignait. ) Oui, elle aimait beaucoup Seirin.

Songeant à tout cela, le bout de sa gomme effaça doucement le rond vide. Elle estimait que le meneur était quelqu'un de très important. Et il y avait encore tant de chose qu'elle voulait lui dire. Tsubaki n'en avait jamais parler à qui que ce soit, persuader que personne ne comprendrait. Akashi était peut-être l'un des meilleurs meneur qu'elle n'ait connu, mais leur vision du monde était parfois diamétralement opposé. Non, décidément, il n'allait jamais la comprendre, et elle ne le comprendrait jamais lorsqu'il s'agissait du basket.

Relevant lentement son regard pourpre vers Izuki, ce dernier semblait plonger dans un état second. Elle sentait qu'il commençait à comprendre l'importance de son rôle. Il fixa la feuille de papier comme si la vérité, des explications plus qu'évidentes y étaient inscrites. Elle ne savait pas à quoi il pensait, elle n'était pas dans sa tête après tout, mais elle voyait bien qu'il commençait à comprendre. Très bien. C'était ce qu'elle voulait. Qu'il ouvre enfin les yeux. Qu'il arrête de douter de lui. A force de douter, il dressait lui-même le mur qu'il n'arrivait pas à surmonter. Et plus ses doutes grandissaient, moins il était performant, et continuait à douter, encore et encore, l'entraînant dans un cercle vicieux.

Finalement, Shun reprit peu à peu ses esprits et se releva lentement, prenant la feuille par la même occasion. Elle n'avait pas fini de lui dire tout ce qu'elle voulait, mais tant pis. Elle allait réclamer la petite feuille mais se ravisa en voyant le sourire chaleureux du brun. Il semblait plus sûr de lui désormais, et c'était le but recherché, même s'il n'avait pas entièrement fini.

-Tu permets que je la garde ? Ça sera où les moments où le doute s'emparera encore de moi.

La rosette se leva leva et acquiesça doucement pour lui donner son accord. Cela sera sûrement beaucoup plus utile pour lui.

-Est ce que tu rentres chez toi ? Si oui, ça ne te dérange pas trop de m'attendre ? Je me change rapidement et on pourrait rentrer ensemble qu'en dis tu ?

Tsubaki cligna des yeux brièvement. Il était vrai que d'habitude, elle rentrait avec Tetsuya et Kagami mais pas ce soir-là.

-Ca ne me dérange pas, accepta-t-elle finalement.

Elle réajusta la sangle de son sac, tandis qu'il s'approcha soudainement d'elle, après avoir fait deux pas. Elle contempla quelques secondes le bout de ses ballerines et, lorsqu'elle releva la tête, elle sentit plus qu'elle ne vit ses lèvres d'Izuki effleurer sa joue. C'était très léger. Bien qu'elle ne s'y attendait pas à cela, elle resta néanmoins planté sur ses pieds. Elle se contenta de regarder le visage du brun prendre des couleurs après ce qu'il venait de faire. C'était bien la première fois qu'un garçon lui faisait cela. Akashi, lui ne comptait puisqu'il avait été son petit-copain. Takumi non plus puisque c'était son grand-frère. Tetsuya n'était pas très tactile et se contentait de lui tenir la main ou de lui faire des câlins, non pas qu'elle s'en plaignait. Mais là... Elle connaissait à peine Izuki, tout de même.

Ne sachant pas comment réagir face à cela donc, elle décida de ne pas réagir du tout, effaçant rapidement son trouble.

-Merci beaucoup pour ton aide ! Je me sens mieux maintenant !

Sur ces mots, il fila donc vers les vestiaires, la laissant seule sur le terrain. Le silence tomba soudainement autour d'elle, une fois que la porte claqua derrière lui, sa silhouette s'engouffrant dans les ténèbres du couloir. Tsubaki fixa quelques secondes la porte avant de détourner et de repasser par la porte où elle était entrée. Elle l'attendit sagement là, contemplant silencieusement l'obscurité qui s'étendait devant elle. Les bruits de la nuit paraissaient étouffés. Quelle heure était-il ? Son portable lui indiqua 20h02. Elle était restée là à pleine une quinzaine de minutes. Elle estimait qu'il lui fallait une dizaine de minute pour aller jusqu'à la gare et encore dix minutes pour aller jusqu'à son arrêt où se trouvait le quartier où elle vivait.

Son esprit dévia très vite, se demandant bien ce qu'elle allait manger. Comme Takumi ne rentrait pas, elle allait devoir faire elle-même son repas. Il devait rester un filet de saumon dans le réfrigérateur et quelques légumes qu'elle pourrait utiliser pour une soupe. Des tamagoyakis aussi. À cette simple idée, le ventre la Kumako se mit à chanter. À ce rythme-là, elle n'allait pas tenir très longtemps. Sans compter qu'elle avait déjà fini son dernier paquet de pockys. Elle allait donc devoir faire un tour au conbini du coin, si cela ne dérangeait pas Izuki.

La manager se remit finalement sur ses deux pieds en entendant les bruits de pas son aîné, portant finalement son uniforme scolaire. Il éteignit finalement les lumières et ferma le gymnase à clé.

-Est-ce que... ça dérange Izuki-senpai... d'aller au conbini avant ?




(c) codée par Tsu-chan




Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: A travers les yeux d'un Point Guard [PV Izuki]   19.12.14 16:19





Kumako Tsubaki

A travers les yeux d'un Point Guard



Shun resta un moment stoïque devant son placard, pensant à ce qu'il avait eut l'audace de faire quelques minutes plus tôt. Il ne savait pas trop ce qui lui avait traversé l'esprit. Sans doute l'allégresse de sentir enfin ses pleines capacités revenir à lui. Ou bien, pour la première fois depuis des semaines, retrouver l'envie et le goût de rejouer au basket comme avant, sans se mettre la pression. Prendre du fun comme dirait un certain Teppei....

Pour sortir de son état léthargique, Shun se tapota énergiquement les joues, fermant les yeux à chaque mini claque qu'il s'assénait lui même. Il se dépêcha de se changer, jugeant que la douche pourrait encore attendre quelques minutes le temps de rentrer chez lui. De toute façon il n'allait pas faire attendre Tsubaki ! De plus, l'heure raisonnable pour quitter le lycée était largement dépassée et il s'attendait à l'avance de recevoir un sermon sur le sujet par le concierge à qui il devait remettre les clefs du gymnase.

Une fois son uniforme enfilé, il replia son short et son maillot qu'il mit dans son sac de sort. Il déposa ses baskets dans son placard et prit une bouteille de Pocari et une barre de céréales avant de le verrouiller. C'est fou le nombre de truc que l'on peut trouver dans le placard d'un sportif ! Surtout dans les placards de Seirin ! A croire que les vestiaires du club était une sorte d'annexe au bordel impossible de ranger dans leur chambre personnelle ! Le jour où Riko avait décidé de faire le grand ménage de printemps, il y avait eut des découvertes assez.... improbables ! Mais depuis, chaque garçon retenant bien la leçon du casier recouvert de moisi, ils faisaient tous attention à ordonner leurs affaires !

Le garçon passa son sac de cours par dessus son épaule, en bandoulière puis il prit le sac de sport qu'il jeta avec négligence sur son dos. Il ouvrit sa barre de céréales et jeta le papier dans la corbeille avant de croquer dedans en sortant du vestiaire. Il vérifia que les lampes étaient toutes bien fermées puis traversa le gymnase en prenant soin de contourner le terrain pour ne pas salir le parquet avec ses chaussures civiles.

Kumako l'attendait dehors, apparemment pensive. Shun ne put s’empêcher de rougir en repensant à la bise sur la joue qu'il lui avait fait. Il essaya de faire rapidement abstraction de ça et lui sourit avant de lui tourner le dos pour verrouiller le gymnase.

Il finit de croquer dans sa barre de céréales tout en écoutant sa manager lui demander si ça ne le dérangeait pas d'aller à un combini. Il avala avant d’acquiescer d'un petit signe de tête


« Pas du tout. Je passe juste rapidement à l'accueil rendre ça »

Il lui montra la clef épaisse du gymnase accrochée à un porte clef en plastique jaune contenant une étiquette. Leur sésame ! Grace à Riko, ils avaient pu obtenir le droit d'avoir accès au gymnase plus tardivement et c'était une excellente chose. Ainsi les joueurs de Seirin n'accaparaient plus les terrains de street basket disséminés dans la ville.

Shun lui adressa un sourire puis il s'éclipsa en courant en direction de l’accueil où le concierge l'attendait de pied ferme. Le sourire du garçon s'éclipsa face à ma mine patibulaire de son aîné. Il lui remit les clés en s'excusant de l'heure tardive et ponctua le tout d'une courbette. Il entendit vaguement le concierge le sermonner quant au fait qu'il n'avait pas toute la soirée, qu'il était inconscient de rester dans le lycée si tard et que si ça recommençait, il parlerait au proviseur de leur retirer le droit au gymnase. Gloups... Lui promettant que ça ne se reproduirait plus, Shun s'éclipsa pour rejoindre sa manager


« Je crois que j'ai un peu abusé... il n'était pas content … mais il ne l'est jamais de toute façon »

Le concierge n'était peut être pas content... Mais il était con tout le temps ! Il se garda toutefois de formuler à haute voix cette petite blague acerbe qui visait le concierge.

Il sourit à la plus jeune avant de boire quelques gorgées de boisson. Il ne savait pas du tout dans quelle coin elle habitait mais vu qu'elle avait prit l'habitude de faire le chemin du retour en compagnie de Kuroko et Kagami, il se doutait qu'elle devait pas loger très loin de leur quartier. Soit à l'opposé de sa propre habitation. Mais ça lui était égale. Le lendemain il n'y avait pas cours et il avait déjà averti sa famille de ne pas l'attendre pour le repas, qu'il prendrait un truc rapide sur le retour.


« Je te suis, je ne sais pas dans quel combini tu as l'habitude d'aller. J'en profiterai pour prendre quelque chose en même temps »

Le jeune garçon suivit sa manger adaptant son allure à la sienne. Un silence désagréable s'installa entre eux alors qu'un léger vent frais taquinait leur visage et leurs cheveux. Les bruits de la ville semblaient plus étouffés sous le rideau noir de la nuit. Comment une ville aussi grande et mouvementée que Tokyo pouvait paraître aussi calme une fois la nuit tombée. Il fallait aussi préciser que le Lycée Seirin, un bâtiment neuf et récent, se situait dans un quartier plutôt calme, loin du cœur même de Tokyo.

Le silence n'était pas quelque chose qui mettait Shun très à l'aise. Au contraire. Il préférait davantage les discutions animés. Mais il ne savait vraiment pas de quoi il pouvait parler avec la jeune fille. De basket ? Visiblement, même si elle aimait ça, c'était un sujet susceptible de la blesser. Des cours ? Il ne savait même pas dans quelle classe elle était.... De ses passions ? Ses loisirs ? Ce genre de banalités ?

Sans qu'il ne s'en rende vraiment compte, ils arrivèrent dans le combini en question. Shun entra à la suite de sa manger. Il regarda rapidement ce qui se trouvait autour de lui. Il y avait un peu de tout ! Le choix était de rigueur et il ne savait plus trop quoi prendre pour le coup. Abandonnant Kumako quelques instants il se dirigea vers le fond de la boutique où se trouvait les frigo. Sans trop réfléchir il se saisit d'une boite d'onigiri à la prune. Simple et efficace ! De toute façon il n'avait pas l’appétit vorace de Kagami et il n'était pas difficile non plus. Il se dirigea vers la caisse pour régler ses achats puis sortit de la boutique afin d'attendre Tsubaki

Plus il était à son contact et plus il se posait des questions à son sujet. Il n'avait jamais eut l'occasion de la voir en match et se demandait si Riko possédait encore des enregistrements des matchs de Teiko. Il faudrait qu'il pense à lui demander un de ces quatre !

Lorsqu'elle sortit à son tour de la boutique, Shun lui adressa un sourire


« Tu habites dans quel quartier ? J'imagine que ce ne doit pas être trop loin de chez Kuroko... »

Tsss comment c'était pourri comme sujet de conversation.... Il espérait simplement qu'à son tour elle essayerait d'engager un peu la causette. Que ce soit sur le basket ou tout autre sujet...du moment qu'il n'y avait plus ce silence pesant qui ne cessait de lui rappeler le baiser volé dans le gymnase quelques minutes plus tôt

© Codage By FreeSpirit







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net


Contenu sponsorisé


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: A travers les yeux d'un Point Guard [PV Izuki]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A travers les yeux d'un Point Guard [PV Izuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "A travers tes yeux, je vois ton histoire." [PV Natsu Nakagawa]
» Tremblez, mécréants.
» Dans un couple, l'ennui engendre l'infidélité. (théo)
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroko's Basket, le forum RPG ::  :: RP finis-