The Basketball Which Kuroko Plays
 
Bienvenue sur KnB-RPG, jeune Rookie !
Tout le monde doit signer le règlement & se recenser ! N'oubliez pas de voter !
Merci de favoriser le choix de personnages du manga en priorité ! 50 pockys offerts pour tout prédéfini prit
Les lycées Seiei, Fukuda Sogo, Kirisaki Daiichi, Shutoku et Kaijo recherchent des membres !

Partagez | 
 

 Entre filles. [PV Miyu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Entre filles. [PV Miyu]   07.01.15 20:06




Entre filles ♦ with ai miyu

-Du shabushabu, mes frères m'en faisaient souvent quand j'étais petite …

Il y a bien longtemps que Tsubaki n'avait pas goûté à ce plat délicieux. Enfin pas si longtemps que cela. C'était sûrement il y a quelque mois, en hiver, lorsque leurs parents s'étaient accordés quelques semaines de vacances et si elle s'en souvenait bien, ils avait du manger cinq fois du shabushabu lorsqu'ils étaient là. Une fois pour Noël et une fois pour le nouvel an avant d'aller au temple pour les vœux de la nouvelle année. La rose n'allait pas le cacher, elle était plutôt impatiente de rentrer et de manger ce délicieux.

Mais avant cela, elles devaient d'abord reprendre les ascenseurs pour retourner à leur point de départ. Comme elles n'avaient plus rien à acheter et rien qui ne les intéressaient, elles se faufilèrent dans les galeries, sortirent du centre commercial et rejoignirent l'arrêt de bus. Il n'y avait qu'une vieille dame qui attendait le prochain bus tout comme elle. Une fois installées au fond du bus, le trajet se fit dans un silence paisible. Kumako tenait ses deux sacs sur les genoux, son sac à dos à ses pieds. Son regard coulissa vers la boîte de chaussures qu'elle possédait et songea qu'elle devrait les mettre demain, n'étant pas sûre qu'il rentre dans son sac de voyage.

Une fois de retour à l'appartement des Ai, elles purent enfin déposer leurs achats et se reposer un peu. Non pas qu'elles avaient marché toute la journée mais c'était tout de même assez épuisant mine de rien. Assise dans la chambre de son hôtesse, Tsubaki se saisit de son sac et en sortit son portable, ainsi que le magazine de basket qu'elle avait acheté. Elle vérifia qu'elle n'avait aucun appel manqué, ou de messages avant de ranger ses affaires.

-Je peux utiliser... le frigo de Miyu-chan... ? Demanda la jeune fille.

Elle lui montra le sac en papier provenant du chocolatier. L'appartement n'était pas un four mais elle préférait tout de même garder les petites friandises au frais, pour ne pas que le chocolat fonde, de même pour les macarons. Après avoir eu la permission, Tsubaki se dirigea donc vers la cuisine et ouvrit le réfrigérateur. Comme elles allaient manger du shabushabu, il était donc normal qu'elle y trouve des tranches de bœuf, du shiitake ou encore des assiettes de tofu. Parmi tous ses aliments, elle réussit à faire une petite place et à placer ses boîtes, referma le réfrigérateur et retourna à la chambre.

Miyu ayant insisté qu'elle prenne son bain en première, pendant qu'elle préparerait tout le nécessaire pour le repas du soir. Une fois seule dans la salle de bain, elle se déshabilla, plia soigneusement ses vêtements, lava et rinça son corps, éliminant toute trace de savons avant de plonger dans l'eau chaude. Elle s'étira un peu, soupirant faiblement d'aise avant de s'installer plus confortablement dans la baignoire, la tête reposée contre le rebord. L'eau chaude la détendait lentement, même si elle n'était si tendue que cela, faisait rougir sa peau. Ce n'était pas aussi grand que chez elle, mais ça gardait son petit charme.

Mais la jeune Kumako ne voulait pas trop tarder dans la salle de bain, elle se contenta d'une dizaine de minutes pour se relaxer avant de sortir, se sécha et enfila son pyjama panda. Lorsqu'elle passa la tête dans le salon, le réchaud et le nabe était déjà dans la salon, n'attendant qu'on l'utilise pour manger. Une délicieuse odeur se répandit lentement dans le salon. Elle se dépêcha de ranger ses vêtements et revint dans la cuisine où la jeune Ai s'affairait.

-Miyu-chan... a besoin d'aide ?

Même si elle aimait beaucoup manger, elle adorait également faire la cuisine. Elle ne refuserait pas donc d'aider sa cadette, si besoin est.

 


 
(c) codée par Tsu-chan

 



Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   08.01.15 21:38


















 ❝ Entre filles ❞

Pyjama de Miyu




❝ Le trajet du retour ne fut pas excessivement long et les jeunes filles descendirent à l'arrêt le plus proche de l'appartement de la plus jeune. Il ne fallut pas plus d'un quart d'heure pour qu'elles se retrouvent dans la chambre de Miyu à déballer leurs affaires. Pendant que Tsubaki était occupée de son côté, Ai sortait son nouveau manteau de son emballage en prenant garde de ne pas laisser tomber le paquet dissimulé dessous. Comme elle n'avait pas dépensé beaucoup, elle avait acheté ce petit quelque chose en plus mais Tsubaki ne devait pas le voir maintenant.

Quand la rosette lui demanda si elle pouvait utiliser le réfrigérateur afin de garder les gourmandises au frais, Miyu secoua vivement la tête. Même si son frigo était ridiculement petit, Tsubaki pouvait très bien y trouver une place pour les jolies boîtes. Bon, elle allait sûrement devoir écarter les ingrédients pour le shabushabu mais ce n'était pas infaisable.  Profitant de cette absence, Miyu sorti le paquet de son sac et le glissa dans son étagère, le cachant derrière ses pulls. Plus aucun risque que la verte le fasse tomber par mégarde, désormais.

Laissant son invitée aller prendre son bain en première, Miyu se rendit en cuisine afin de préparer le nécessaire pour le repas. Elle commença donc par sortir le réchaud à gaz et le nabu qu'elle disposa sur le kotatsu – démuni de sa couverture, puisque la saison ne s'y prêtait pas. Puis, la verte sorti du réfrigérateur les ingrédients dont elles avaient besoin. Le bouillon était déjà prêt et versé dans la marmite en terre cuite, il ne fallait plus que disposer sur la table les tranches de bœufs, du chou chinois et des champignons shiitake. Alors que la plus verte sortait des petites assiettes pour disposer des ingrédients, Kumako sortie de la salle de bain vêtue d'un adorable pyjama panda.

▬ Miyu-chan... a besoin d'aide ?

Miyu hésita. Ses bonnes manières lui interdisaient de faire « travailler » une invitée mais d'un autre côté, ce serait plus amusant de faire ça à deux. D'autant plus qu'elle n'avait même pas de télévision pour faire patienter Tsubaki le temps qu'elle prépare tout. Donc autant accepter son aide. La plus jeune hocha doucement la tête en lui souriant, lui tendant les petites assiettes creuses qu'elle sortait d'un meuble bas. Elle se saisit elle-même du petit plat plat et le déposa sur la table afin s'y disposer joliment les tranches de bœuf, laissant Tsubaki s'occuper du choux. Les champignons étaient déjà préparés.

Une fois son plat prêt, Miyu le déposa sur le plateau du kotatsu et vérifia l'état du bouillon. Il nécessitait encore un peu de cuisson, elle pouvait donc prendre son bain en attendant. Elle disposa donc de son invitée et fila chercher son pyjama dans sa chambre avant de rejoindre la salle de bain. Là-bas, elle se libéra de ses vêtements et fila sous l'eau tiède. Armée de son gant de toilette, elle s'astiqua avec soin et se rinça avant de remplir un peu la baignoire. Elle voulait prendre quelques minutes pour se détendre dans l'eau, en faisant cependant attention à ne pas se mouiller les cheveux.

Une dizaine de minute plus tard, Miyu quitta la baignoire et s'emmitoufla dans une serviette. Elle procéda à sa routine beauté du soir afin de traiter sa peau légèrement grasse et se brossa avant de natter ses cheveux. Ainsi, ils ne feraient aucun nœuds pendant la nuit. Par la suite, la verte enfila son pyjama ourson et quitta la salle de bain. Elle rejoignit donc Tsubaki qui avait fini sa tâche de son côté et regarda de nouveau dans le nabu. Cette fois, le bouillon était fin prêt, elles pouvaient enfin manger !

▬ Tsubaki-senpai veut du riz pour accompagné le dîner ?

Demanda Miyu à son aînée tout en lui tendant un coussin pour qu'elle puisse s'installer. Le shabushabu était un plat assez copieux mais elle savait que Giichi et Hinata aimaient tout de même manger un bon bol de riz avec. Cela pouvait donc également être le cas de Tsubaki. Elle l'avait vu manger à la pâtisserie lors de leur première rencontre et quelque chose lui disait que son amie avait, au contrario d'elle, un appétit d'ogre.  Ce qui était assez étonnant venant d'une personne que l'on pourrait croire frêle et innocente.  ❞



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


{ Pas génial, sorry ;o; }


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   09.01.15 18:17




Entre filles. ♦ with ai miyu


Tsubaki fut très contente que Miyu accepte son aide. Elle prit donc les assiettes creuses que lui tendait la rosette et la laissa s'occuper des tranches de bœuf. Elle avisa le chou qui attendait sagement sur le plan de travail et s'approcha. Elle regarda autour d'elle et s'empara d'un couteau qui semblait bien aiguisé. En quelques minutes, elle coupa le légume en morceaux. Ni trop grande, ni trop petites. La verte était déjà retournée au salon, déposant les tranches de bœuf et les champignons shiitake.

Lorsqu'elle vint au salon pour déposer le chou, le bouillon n'étant pas encore prêt, et laissait donc à Miyu le temps de prendre son bain. Approchant le kotatsu, elle s'installa, tout de même impatiente de goûter à la viande et tout ce qui allait avec. Cependant, elle remarqua qu'il n'y avait ni tofu ni les sauces sur la table. Elle se leva donc, et fouilla dans le réfrigérateur. Mais ne trouva pas le tofu. Ce n'était pas forcément obligatoire mais Tsubaki aimait bien le tofu – à cause d'une certaine personne – et trouvait cela un peu dommage qu'il n'y en ait pas.

Puis elle se reconcentra et chercha les sauces. Habituellement, il fallait le faire soi-même. Heureusement, il y avait une bouteille de sauce de soja et un bocal de graines de sésame. Elle ne perdit donc pas de temps et broya les graines finement, avant de l'ajouter à la sauce sombre et de la mélanger doucement. Elle trempa le bout de son index, goûta et le trouvait satisfaisant. Elle emporta deux petites coupelles et ramena le tout sur la table. Le bouillon était presque prêt à en juger l'eau frémissante.

Une minute s'écoula à peine lorsque Miyu revint. Elle portait un adorable pyjama ourson qui lui allait bien. Sa cadette lui donna un coussin pour qu'elle puisse s'asseoir confortablement.

-Tsubaki-senpai veut du riz pour accompagné le dîner ?

Tsubaki réfléchit quelques secondes avant de répondre.

- Je veux bien...

Elle laissa donc la jeune Ai chercher le riz et lui servir un bol. Elle prit le bol, la remercia.

-Merci pour le repas, déclara-t-elle en joignant les mains avant de prendre ses baguettes.

Elle fixa pensivement les succulentes tranches de viandes devant elle... Mais n'osa pas en prendre une pour l'instant. Non, elle ne pouvait pas. Ça la tracassait trop cette histoire de tofu. Elle reposa finalement les faits bâtons en bois et se leva.

-Miyu-chan peut toujours manger... Je vais aller acheter du tofu, déclara-t-elle finalement.

Et sans vraiment attendre de protestation de la part de sa cadette, elle retourna dans la chambre de son hôtesse, prit son porte-monnaie, enfila ses chaussettes hautes et retourna dans l'entrée pour enfiler ses basket.

-J'en ai pas pour longtemps... promis, l'assura-t-elle avant de quitter l'appartement.

En venant jusqu'à l'immeuble où Miyu vivait, elle avait repéré un petit conbini au coin de la rue. Et il y avait de fortes chances qu'ils aient des morceaux de tofu là-bas. Pas de première qualité comme elle avait l'habitude de manger, mais quelque chose d'acceptable ferait l'affaire. Elle arriva au conbini en à peine deux minutes, ignorant les regard de surprise de moquerie qui se tournaient vers elle. Sans perdre de temps, elle se hâta vers les rayons frais et trouva sans problème le stock de tofu. Elle reconnut la marque sa mère achetait souvent et le prit sans réfléchir, sans même regarder le prix puis passa en caisse.

La personne en charge, rouge jusqu'aux oreilles, louchait éhontément sur la poitrine de la rosette, qui ne faisait aucun effort pour la cacher cela dit. Elle s'en fichait un peu sur le coup. Tout ce qu'elle voulait, c'était rentré et manger ce délicieux shabushabu. Elle paya son article, récupéra la monnaie et se dépêcha pour rentrer.

L'opération n'avait duré que cinq minutes. Et elle n'était même pas essoufflée ! Retirant ses chaussures, Tsubaki alla chercher un couteau dans la cuisine, coupa le tofu en cube et les rapporta dans un bol.

-Voilà...

Un shabushabu sans tofu, c'était comme un takoyaki sans poulpe !




 


 
(c) codée par Tsu-chan

 



Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   12.01.15 0:39


















❝ Entre filles ❞

Pyjama de Miyu




❝ Miyu sentait son estomac qui appelait avec force ce repas si succulent, mais elle faisait de son mieux pour l'ignorer. Ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'elle ne puisse savourer le plat favori de sa famille. Saisissant un joli bol dans un placard de la cuisine, elle s'approcha du cuiseur à riz et piocha une bonne quantité qu'elle versa dans le récipient.Si Tsubaki en revoulait, elle avait la possibilité d'en reprendre mais Miyu ne voulait pas trop charger le bol, le shabushabu étant déjà un bon plat. Il fallait dire aussi que la capacité de l'estomac de la verte était bien inférieure à celle de l'estomac de la rosette …

Alors que la plus jeune déposait le bol devant son aînée, cette dernière se leva soudain et déclara qu'elle s'en allait acheter du tofu. Elle s'arma de son porte-monnaie, enfila chaussettes hautes et basket sans que Miyu n'ait le temps de lui dire quoi que ce soit. Et elle quitta l'appartement dans cet accoutrement. Les yeux ronds, la verte se hâta de rejoindre la fenêtre et eut à peine le temps de la voir passer sur le trottoir, filant vers le combini comme si elle avait une légion de soldats à ses trousses. N'avait-elle donc pas peur de sortir en pyjama – assez aguicheur d'ailleurs – à cette heure-ci ? Ce n'était certes pas minuit, mais quand même …

La boule au ventre, les secondes parurent des heures à Miyu qui craignait que quoi que ce soit arrive à son aînée. S'il lui arrivait quelque chose, elle ne se le pardonnerait jamais. Elle aurait du l'accompagner, même habillée de la sorte. Certes, la verte se doutait depuis la patinoire que son aînée n'était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds mais tout de même, elle restait une jeune fille assez frêle. Serait-elle de taille face à, par exemple, un groupe de jeunes hommes de la vingtaines ? Des voyous sans foi ni loi qui agressait par pur plaisir ? Rien que d'y penser, Miyu en frissonnait. Néanmoins, elle chassa ses pensées négatives. Tsubaki revenait déjà.

Sous le regard incrédule de Miyu, la rosette rentra comme si rien n'était et, après s'être débarrassée de ses chaussures, se hâta de débiter le tofu en cube et rapporta son butin sur la table. La verte réalisa alors qu'en effet, elle avait oublié d'en acheter. Perdu au milieu des autres ingrédients dans sa liste de course, le tofu était sorti de l'esprit de la plus jeune. Ce n'est que maintenant qu'elle en voyait sur la table qu'elle réalisait. Si elle s'en était rendue compte plus tôt, elle aurait essayé d'en acheter au centre commercial. Akito raffolait tellement de tofu qu'il fallait presque lui en servir chaque soir pour être certain de le voir contenté.

▬ Je suis désolée Tsubaki-senpai, je l'avais écrit sur ma liste mais je l'ai oublié …

Ce n'était pas non plus un drame mais Miyu accusait sa propre maladresse. Bon, Tsubaki avait finit par avoir son tofu mais pour cela, elle était partie en pyjama dans la rue. La prochaine fois, la verte vérifierait sa liste et le contenu de son réfrigérateur dix fois pour ne pas refaire la même erreur. Pourtant, ce n'est pas dans ses habitudes d'être une telle tête de linotte. Comme quoi, personne n'est infaillible, bien qu'elle n'avait jamais revendiquer l'être. Elle n'était pas le genre de fille comme il en avait à Rakuzan, et elle en était bien contente.

Néanmoins, maintenant qu'elles avaient tout ce qu'il fallait pour manger, il était temps de passer à table ! Tsubaki étant l'invitée, Miyu la laissa ouvrir le bal avant d'attraper une tranche de bœuf du bout de ses baguettes pour la tremper dans la marmite bouillante. Elle laissa la viande émergée quelques instants avant de la ressortir, cuite comme elle l'aimait. Elle la trempa dans la sauce puis l'avala goulûment, retrouvant avec plaisir les saveurs ayant bercé son enfance. Miyu avait trempé les tranches assez finement pour pouvoir les plonger en entière dans le bol de sauce, ce qu'elle adorait par dessus tout.

▬ Tsubaki-senpai … n'a pas peur de représailles en envoyant la facture du chocolatier à Akashi-senpai ?

Miyu se posait la question depuis qu'elles avaient quitté la chocolaterie. Elle savait que son aîné aux cheveux vermillons n'était pas un enfant de cœur et qu'il n'apprécierait sûrement pas ce « gentil » cadeau de la part de son ex-petit ami. D'un autre côté, il était vrai que ce genre de facture n'était pas du genre à le faire boiter, pour peu même qu'il s'en rende réellement compte de la différence. Miyu ignorait cependant s'il prendrait cette facture comme un affront de la part de Tsubaki. Cette dernière se semblait pas regretter son geste, comme s'il s'agissait de quelque chose de complètement anodin.

En tout cas, Miyu se posait énormément de question sur leur ancienne relation. L'un comme l'autre restait très mystérieux à ce sujet, ce qui ne l'intriguait que davantage. La verte avait du mal à imaginer Tsubaki avec quelqu'un comme Seijuro. Elle semblait être le genre de fille à tenir les rênes d'un couple, or Akashi était tout sauf un passif. Miyu imaginait leur ancienne relation assez explosive, voir même malsaine. Pas dans un sens pervers ou sadomasochiste, mais plus comme une guerre perpétuelle de qui portait la salopette dans le duo. Elle n'osait cependant pas demander à son aînée pour confirmer ou non cette hypothèse. ❞



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   12.01.15 20:51




Entre filles ♦ with ai miyu


Maintenant que le tofu était là, elles pouvaient enfin manger ! Tsubaki approcha un peu mieux son bol de riz tout chaud, prête à le déguster.

-Je suis désolée Tsubaki-senpai, je l'avais écrit sur ma liste mais je l'ai oublié …

La rosette regarda Miyu qui affichait un air tout penaud et gêné. Elle ne lui en voulait vraiment pas.

-Ca arrive... Miyu-chan...

Elle posa doucement sa main sur le haut de son crâne et caressa doucement ses cheveux pour la rassurer. Même si Tsubaki faisait partie du top trois de son lycée, et même au collège, elle était parfois tête en l'air. Il lui arrivait plusieurs fois d'oublier quelques affaires chez des amis, des vêtements chez Akashi ou ce genre de choses, mais seulement de petites bricoles, rien de bien important.

Kumako retira finalement sa main et prit ses baguettes. Elle entama le repas par le tofu, puisqu'elle l'avait acheté exprès. Elle laissa le petit cube couler doucement dans l'eau bouillante puis le reprit lorsqu'elle refit surface. L'aliment fondit presque automatiquement dans sa bouche. Un vrai régale. Elle attaqua ensuite la viande et imita Miyu qui avait décidé de commencer par le bœuf. La chair était tendre, et se mélangeait sans problème avec la sauce qu'elle avait préparée.

-Tsubaki-senpai … n'a pas peur de représailles en envoyant la facture du chocolatier à Akashi-senpai ?

Pas perturbée pour un sou par cette question impromptue mais prévisible, Tsubaki prit quelques morceaux de champignons et les mit dans l'eau pour qu'elles cuisent. Qu'est-ce qu'elle pouvait lui répondre ? Franchement, elle n'avait pas peur. Akashi avait beau être l'héritier d'une grande puissance japonaise, le capitaine de Rakuzan, le Président du Conseil des Elèves, le capitaine de la Génération des Miracles, posséder l'oeil de l'Empereur. Elle n'avait pas peur.

Parce qu'elle était comme lui.

Elle était l'héritière d'une grande famille de martialiste. Elle n'était peut-être plus capitaine, elle n'était peut-être pas Présidente du Conseil des Eleves, elle n'avait peut-être pas d'oeil de l'Empereur ou autre chose. Mais elle savait ce qu'elle valait. Capitaine ou pas. Impératrice ou non. Tsubaki ne laisserait jamais, ô grand jamais laisser quelqu'un comme Seijuro lui laisser dicter sa conduite. Il était vrai que leurs relations instauraient parfois le doute. Si elle devait mettre un nom sur ce qu'ils étaient, ils étaient un couple. Tous les signes extérieurs le laissaient croire du moins.

Mais en vrai, il n'en était rien.

Tsubaki était certes brisée par cette annonce brutale de ne plus pouvoir pratiquer du basket ou toute autre sport intensif lorsqu'ils avaient commencé à sortir ensemble, mais il lui restait encore des remparts solides pour se protéger. Se protéger de lui. Se protéger du deuxième Akashi. Tsubaki n'avait pas un œil pour tout voir comme lui mais elle le sentait. Son corps entier, son instinct le lui criait que ce n'était pas le vrai lui. Elle n'était pas la seule à avoir érigé des murs. Quand ils se tenaient la main, quand ils s'embrassaient, se touchaient, elle pouvait percevoir cette infime distance entre eux, ce mur qui les empêchait de se toucher réellement. D'atteindre leurs cœurs.

Mais ils n'y pouvaient rien. C'était comme ça. Ils étaient nés comme ça. Leurs propres protections passaient avant tout. Mais la rose, elle cherchait à changer cela. Elle avait la force de protéger les autres.

Si Akashi était un Empereur, Tsubaki était une Guerrière. Il ordonnait. Elle laissait les gens venir à elle.

-Si Seijuro... a quelque à me dire... Qu'il vienne me le dire en face, déclara-t-elle finalement en prenant ces champignons.

Elle les mâcha lentement puis les avala. Sincèrement, 4000 yens, ce n'était absolument rien comparé au cadeau d'anniversaire qu'il lui avait offert. Avoir l'occasion d'entendre jouer Akashi au violon n'avait vraiment pas de prix à ses yeux – un morceau écrit expressément fait pour elle ! Le bracelet s'était fait un peu oublié sur la table. Leur relation n'avait pas été si tendue que cela, au final..

-Qu'est-ce que Seijuro... a dit exactement sur moi à Miyu-chan ? Demanda-t-elle finalement en regardant sa cadette.

Elle partait de l'hypothèse que la jeune Ai ne connaissait rien du tout de leur véritable relation.




(c) codée par Tsu-chan




Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   13.01.15 21:09


















 ❝ Entre filles ❞

Pyjama de Miyu




❝ Suite à la question de Miyu, un silence pensif s'installa dans la petite pièce. Sûrement Tsubaki brassait-elle en ce moment-même les souvenirs de sa relation avec Akashi. Ce qui était plutôt compréhensible. La verte ne connaissait rien des détails de leur relation, la rosette s'était contentée de lui dire qu'ils avaient été ensemble au collège, rien de plus. Miyu ne l'avait pas questionné davantage sur cela. Premièrement parce que cela ne la concernait pas, et ensuite parce que cette relation relevait du passé. Elle ignorait en quels termes ils s'étaient quittés, mais c'était sûrement pour une très bonne raison.

En tout cas, elle laissa à son aînée tout le temps qu'il lui fallait pour lui répondre. Après avoir avalé sa viande, elle attrapa un morceau de champignon qu'elle plongea dans le bouillon, réfléchissant déjà à ce qu'elle prendrait juste après. Retirant ses baguettes et le légume de la marmite, elle souffla doucement sur la nourriture avant de la mettre dans sa bouche, appréciant le goût délicieux qui excitait ses papilles. Elle ne regrettait vraiment pas d'avoir décidé de faire un shabushabu, elle trouvait cela plus convivial qu'un repas préparé et servi comme on le ferait avec des inconnus.

Finalement, Tsubaki reprit la parole. Et ce qu'elle annonça amusa un peu Miyu. De toute évidence, la rosette n'avait pas peur du rouquin. Ce dernier avait beau l'air intimidant et puissant, cela ne déstabilisait pas Kumako pour un yen, la preuve sinon elle n'aurait jamais osé lui envoyer cette facture. A l'avis de Miyu, bien peu de personne pouvait se permettre ce genre de chose. Peut-être même que Tsubaki était la seule. Elle savait – car elle n'était pas dupe – que son aîné à la chevelure vermeille se montrait davantage sympathique à son égard mais en ignorant la cause, elle faisait comme si rien n'était, n'allant pas chercher le diable tout de même.

▬ Qu'est-ce que Seijuro... a dit exactement sur moi à Miyu-chan ?

Il était tout à fait normal que la rosette se questionne à ce sujet. Mais aussi étonnant que cela puisse paraître, Akashi ne lui avait quasiment rien dit concernant Kumako. Elle en avait davantage apprit de cette dernière sur son aîné que le contraire, alors qu'elle côtoyait plus le jeune homme que son interlocutrice. Tout ce que le capitaine de Rakuzan lui avait raconté concernant la manager de Seirin, c'est qu'une maladie l'empêchait de jouer au basketball, mettant un terme net à sa carrière. Il ne l'avait présenté que comme une amie du collège, rien de plus. Leur vraie relation, Miyu l'avait apprit de la bouche de Tsubaki.

Ça ne l'étonnait néanmoins pas tant que cela. Akashi était mystérieux et ne parlait jamais de lui. Parfois Miyu l'épiait en classe, mais il restait toujours, concentré, impassible, droit sur son bureau. Bref, le profil type du bon élève aux bonnes manières. Au gymnase, il menait le tout d'une main de maître et peu nombreuses étaient ceux qui cherchaient à se mettre en travers de son chemin. L’entièreté du cinq majeurs l'avait bien comprit et se pliaient à ses ordres, bien qu'ils soient tous des aînés du rouge. Même s'ils étaient talentueux, ils saluaient la supériorité de leur capitaine et le suivaient aveuglément, tel un empereur et sa clique.

▬ Pas énormément de chose. Quand Akashi-senpai m'a dit de contacter Tsubaki-senpai, il l'a présenté comme une amie de collège seulement. Il m'a aussi dit que Tsubaki-senpai avait été obligé de-…

Miyu hésita. Elle n'avait jamais abordé le sujet de sa maladie avec la rosette. Sûrement cette dernière voulait-elle éviter le sujet, ce que la plus jeune pouvait comprendre parfaitement. Se voir privé de quelque chose que l'on aime du jour au lendemain, ça ne doit pas être facile à accepter. Et si Tsubaki ne lui en avait jamais parlé, elle devait avoir une très bonne raison. Miyu aurait préféré apprendre cela directement de la bouche de la concernée, car cette information sur sa personne la rendait assez mal à l'aise. Elle ne devrait pas le savoir, du moins pas venant de quelqu'un d'autre.

▬ … de … j'ai oublié. Ça ne devait pas être si important je pense !

Elle ria jaune, tentant de cacher son malaise. Miyu n'était pas une bonne menteuse et elle n'aimait pas l'être, mais elle ne voulait pas engager ce sujet avec son aînée. La verte ne souhaitait pas la mettre mal à l'aise vis-à-vis de cette information volée et voulait que la rosette lui en parle d'elle-même, quand elle jugera que ce sera utile. Peut-être attendait-elle d'être sûre qu'elles étaient de bonnes amies et qu'elle pouvait vraiment lui faire confiance. Après tout, elles ne se connaissaient pas non plus depuis des années. Quand on y songeait, les deux lycéennes ne se connaissaient que depuis quelques semaines. Rien de bien folichon, bien que le feeling soit passé automatiquement entre elles …

Attrapant habilement une feuille de chou chinois, qu'elle combina à une tranche de bœuf, Miyu plongea les deux dans le bouillon puis, une fois le tout cuit, les sauça généreusement. La sauce était toute simple mais la verte en raffolait. Elle espérait que Tsubaki ne viendrait pas la question sur sa phrase reprise au dernier moment. Il faut dire que ça sonnait assez louche, mais tant pis, elle n'avait pas eu d'autres choix. Mentalement, elle prépara déjà des excuses pour échapper à une possible futur interrogatoire. Elle s'attendait à tout venant de Kumako, désormais … même si elle savait pertinemment que la rosette ne se montrerait jamais virulente à son égard. ❞



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   17.01.15 8:32




Entre filles ♦ with ai miyu
-Pas énormément de chose. Quand Akashi-senpai m'a dit de contacter Tsubaki-senpai, il l'a présenté comme une amie de collège seulement. Il m'a aussi dit que Tsubaki-senpai avait été obligé de-…

Tsubaki tiqua. Miyu venait de confirmer ses doutes. Seijuro lui avait bien parlé de ce sujet très sensible avec la verte, à en juger son hésitation de terminer sa phrase. Ce n'était pas la faute de Miyu, elle n'avait pas à s'en sortir coupable. À croire qu'elle n'allait jamais être tranquille avec Akashi.

La rosette machouilla lentement sa tranche de bœuf, sans pour autant ajouter quoi que ce soit. Elle voulait voir la réaction de sa cadette, se demandant si elle irait jusqu'au bout de sa phrase ou pas.

-… de … j'ai oublié. Ça ne devait pas être si important je pense !

Et apparemment, non. Ce n'était pas très étonnant au final. Et Seijuro lui avait sans doute ordonnée – oui ordonné ! - de ne rien dire, pour la soit-disant protéger comme il lui avait dit lors d'une de ses conversations par téléphone. Et fierté oblige, Kumako n'avait pas apprécié cet élan étrange de gentillesse. Ça pouvait passer pour de la gentillesse vu de l'extérieur mais il n'en était rien de tout cela. Même s'ils n'étaient plus ensemble, Seijuro devait sûrement penser que son ancienne petite-amie était encore sa propriété. Et ce sentiment là n'était pas du tout réciproque. D'ailleurs, elle n'appartenait à personne, sinon à elle-même.

Il serait temps de faire rentrer ça dans la tête de son satané ancien copain.

La rosette avala finalement la viande tendre et prit un chou chinois qui lui faisait de l'oeil depuis tout à l'heure. Elle ne le trempa pas dans l'eau bouillante et passa directement dans la sauce, aimant bien les légumes croquants. Une fois sa nourriture avalée, Tsubaki reprit finalement la parole :

-J'ai été obligée d'arrêter de jouer... au basket... C'est vrai.

Elle aurait aimé lui dire elle-même, pas qu'elle l'apprenne d'une tierce personne – même si Akashi n'était pas une tierce personne.

-C'était vers la fin de la deuxième année de collège... peu après notre victoire au tournoi Intercollège, expliqua lentement la rosette.

Les premiers symptômes s'étaient présentés en entraînement. Tsubaki avait une bonne endurance même si elle n'égalait pas Yui, la pile électrique. Elle s'essoufflait plus rapidement que d'habitude. Et suite à un mini-match, elle manquait étrangement d'air, ce qui arrivait rarement puisqu'elle savait maîtriser son souffle et sa consommation d'oxygène. Elle était finalement parti à l'hôpital pour connaître les résultats des examens et tout ce qui allait avec. Elle s'était attendu à un petit asthme. Pas à quelque chose de plus grave.

L'ancienne joueuse pouvait s'estimer chanceuse d'avoir détecter son emphysème aussi tôt. Elle suivait un traitement qui lui permettait de vivre normalement, mais pas de faire su sport. Le seul moyen était une opération. Mais elle était très onéreuse et il n'y avait pas beaucoup de personne compatible avec elle. Alors, elle devait prendre son mal en patience et attendre.

Elle chassa rapidement ses pensées sombres et se reconcentra sur le tofu qu'elle tenait entre ses baguettes. Puis une idée lui traversa l'esprit.

-Et c'est à cette même période... que j'ai commencé à fréquenter Seijuro...

Elle souffla sur le petit légume.

-... en tant que petit copain...

A charge de revanche, Sei-kun.




(c) codée par Tsu-chan





Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   17.01.15 19:02


















 ❝ Entre filles ❞

Pyjama de Miyu




❝ Miyu voyait, à l'expression de son aînée, que cette dernière n'avait pas du tout cru à sa perte de mémoire. Mâchonnant son mélange de choux et de viande, la verte tentait de se faire plus petite qu'elle ne l'était déjà, tandis que Tsubaki croquait dans le légume vert. Elle semblait songeuse : peut-être n'allait-elle finalement pas lui parler de tout cela ? Cela arrangerait bien Miyu qui aurait voulu disparaître dans le sol. Elle avait encore parlé trop vite, pourtant ce n'était pas dans ses habitudes de réagir de la sorte. Ah, les secrets, ce n'est définitivement pas pour elle. De telles choses, c'était dur de les garder pour soi.

Elle se demandait d'ailleurs pourquoi Akashi lui en avait parlé. Il ne serait jamais venu à l'esprit de Miyu que son aînée puisse être malade. Quand on ne le sait pas, ce n'est pas le genre de chose que l'on peut deviner. Sauf lorsque l'on commence à plus connaître la personne, à fouiller loin dans son passé. Sûrement Miyu l'aurait-elle apprit de Tsubaki elle-même si elles étaient venues à parler de basketball féminin ou alors des clubs qu'elles avaient fréquentés au collège. Sûrement Akashi s'était-il dit qu'il devait l'avertir avant que la verte ne lui demande quelque chose concernant sa carrière sportive …

▬ J'ai été obligée d'arrêter de jouer... au basket... C'est vrai. C'était vers la fin de la deuxième année de collège... peu après notre victoire au tournoi Intercollège.

Ainsi donc elle avait bien comprit ce que Miyu avait faillit dire. En même temps, ce n'était pas si difficile, elle ne savait tellement pas mentir. Deuxième année de collège … ? Son aînée devait avoir quatorze-quinze ans, tout au plus. Son équipe venait apparemment de remporter la compétition intercollège lorsqu'elle avait brutalement du mettre un terme à tout ça. Pourquoi, comment, Miyu l'ignorait et elle ne se sentait pas capable d'en demander davantage à Tsubaki. Brasser ces vieux souvenirs et se mettre en face de cette terrible réalité ne devait pas être chose aisée.

Comme quoi, même les personnes vivant dans les conditions les plus aisées devaient s'incliner devant la nature et, dans ce cas-là, la maladie. Il était réellement affligeant que ce soit des personnes bonnes comme Tsubaki qui en soit atteinte, quand bien même Miyu ne souhaitait de mal à personne, même aux riches guindés qu'elle ne pouvait pas voir en photographie. Ce genre de chose rappelait à chacun que nous étions tous pareil devant la maladie, pauvre ou riche. Bien sûr, la verte ignorait l'étendu de celle de son aînée et espérait de tout son cœur que ce ne soit pas grave – voir mortel.

Tsubaki enchaîna en lui avouant que c'était à cette période-là qu'elle avait commencé à fréquenter Seijuro en tant que petit copain. Était-elle tombée dans ses bras, affligée de ne plus pouvoir flatter la balle orange comme autrefois ? Évidemment Miyu ne voyait pas son aînée comme était le genre de fille facile à passer de bras en bras selon son humeur mais elle imaginait bien qu'avec cette épreuve, la rosette avait eu besoin de réconfort, chose qu'elle avait trouvé en la personne de Akashi. Néanmoins, il était difficile d'imaginer le rouge en petit-ami attentionné et réconfortant … il n'offrait pas une telle image de lui au lycée.

▬ Je suis désolée Tsubaki-senpai … Je me sentais mal de le savoir à ton insu. J'ignore pourquoi Akashi-senpai me l'a dit …

Elle baissa les yeux, gênée. Du bout de ses baguettes, elle jouait avec un morceau de chou, le trempant doucement dans la sauce pour croquer dedans par la suite. Elle se posait désormais énormément de questions concernant Tsubaki et Akashi. Non pas parce qu'elle était une fouine ou quoi que ce soit de ce genre, tout simplement parce qu'elle était curieuse de savoir comment quelqu'un comme Seijuro avait pu être le petit-ami de la rosette. Cette dernière ayant son petit caractère, il ne devait pas faire la loi dans le couple …

▬ Mais … quelque chose me chiffonne. Akashi-senpai n'a pas vraiment un profil … adapté pour sortir avec quelqu'un …

Interprétez cela comme vous le souhaitez, mais ce que Miyu voulait dire était le fait que le lycéen aux cheveux rouge n'avait pas l'air d'être le type de personne à donner de l'amour ou de l'affection à quelqu'un. Aux entraînements, il ne montrait aucun attachement envers ses joueurs, alors que la verte avait toujours vu en un capitaine le ciment d'une équipe, celui qui les protégeait tous et les faisait avancer. Akashi semblait plus être le genre de personne a avancé devant, avec sur ses talons seulement ceux capable de le suivre sans trébucher.  ❞



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   20.01.15 19:54


Entre filles
with ai miyu
-Je suis désolée Tsubaki-senpai … Je me sentais mal de le savoir à ton insu. J'ignore pourquoi Akashi-senpai me l'a dit …

Pour me protéger, aurait voulu dire Tsubaki à Miyu mais elle le garda pour elle-même. Au jour d'aujourd'hui, la rosette ne voyait pas vraiment de quoi il voulait la protéger. D'ailleurs, elle n'avait pas besoin de sa protection. Hier comme aujourd'hui, elle savait très bien se défendre seule. Que ce soit physique ou morale. Et Seijuro le savait très bien. Et c'était ce qui irritait le plus chez son ancien petit copain. Il n'était plus ensemble, il n'avait aucune emprise sur ses faits et gestes, ses sentiments et sa façon de penser. Il n'avait pas à essayer de contrôler sa vie. Et c'était bien ça son problème. Il avait besoin de contrôler tout pour assurer ses arrières.

Et il était incorrigible sur ce point.

-Mais … quelque chose me chiffonne. Akashi-senpai n'a pas vraiment un profil … adapté pour sortir avec quelqu'un …

La bouche pleine d'une tranche de bœuf, Tsubaki médita sur les propos de sa cadette. Akashi ne pas avoir le profil pour sortir avec quelqu'un... Elle avait tort mais aussi raison. Mais elle n'allait pas lui en tenir rigueur puisqu'elle n'avait jamais eu l'occasion de rencontrer le véritable Akashi. D'ailleurs, quelque chose lui disait que Miyu ne soupçonnait pas l'existence de deux Akashi. Elle se demandait bien comment elle réagirait si elle l'apprenait... Mais ne voulant pas traumatiser la plus petite, elle préféra ne pas discuter de ce côté sombre chez le rouquin.

Mais si on mettait tout cela de côté, Seijuro pouvait se comporter en véritable petit ami quand il le voulait. Mais pour s'en rendre compte, il fallait être sa petite amie. Bien sûr, ils n'étaient pas sortis ensemble du jour au lendemain. Ils s'était rapprochés lentement. La démission soudaine de Tsubaki du club de basket avait fait beaucoup de bruit, provoquant ainsi la curiosité de l'ancien capitaine de la Génération des Miracles. Et, une chose entraînant une autre, ils commencèrent à discuter. Brièvement d'abord. Puis passèrent de plus en plus de temps ensemble. Au début, les contacts étaient légers, courts. Mais au fil du temps, la relation prit des proportions plus intimes et, si on devait donner une date précise, ils sortirent officiellement ensemble le jour de la Saint-Valentin, après avoir échangé leur premier baiser.

Leurs débuts en tant que couple commencèrent doucement. Mais... dès qu'ils commencèrent à se connaître, à comprendre comment l'autre fonctionnait, le petit jeu de domination se mit lentement en place. Oh bien sûr, ils n'y jouaient pas tout le temps. Ils leurs arrivaient de faire des choses normales comme un couple normal mais il était clair qu'ils n'avaient rien de normaux à la base. Surtout lorsqu'elle dormait chez lui. Là-bas, elle était traitée en véritable princesse. Le petit déjeuner se faisait toujours au lit, il y avait toujours des sucreries à portée de main, et le jardin était tellement immense qu'elle se demandait parfois si Akashi lui-même ne se perdait pas.

Alors si on oubliait la double personnalité d'Akashi, c'était un garçon tout à fait sortable et, on pouvait même dire un très bon parti dans son cas. Plus elle y réfléchissait, plus Tsubaki se demandait ce qu'elle allait dire à Miyu.

-Miyu-chan... ne connaît pas encore assez bien Seijuro... alors c'est normal de penser comme ça, lâcha-t-elle finalement, sa tranche de bœuf engloutie.

La rose tendit ses baguettes vers un morceau de tofu et examina le petit cube blanc comme si elle y cherchait l'inspiration.

-Moi non plus... je n'ai pas vraiment le profil... pour sortir avec quelqu'un, déclara-t-elle avant d'enfourner l'aliment dans sa bouche.

La rosette parlait très peu, ce qui pourrait rapidement mettre mal à l'aise son entourage ou les personnes qui ne la connaissaient pas. Elle n'était pas très vive non plus, du moins, n'était pas très dynamique comme fille. Or, de ce qu'elle savait la plupart des garçons cherchait des filles pétillantes et pleines de vie. Ce qui n'était pas le cas chez elle. Sans compter que, contrairement aux autres, elle mangeait sans s'en priver et, de ce fait pouvait rapidement dilapider le porte-feuille de son copain.

Seijuro, lui n'aimait pas trop les personnes bruyantes et, sincèrement, il n'avait nullement besoin de s'inquiéter pour son compte en banque. C'était peut-être pour ça qu'ils étaient restés ensemble aussi longtemps...



(c) fiche codée par kumako tsubaki



Spoiler:
 



Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   21.01.15 11:10


















 ❝ Entre filles ❞

Pyjama de Miyu




❝ Attrapant un cube de tofu, Miyu le plongea dans le bouillon avant de le repêcher, se hâtant de le porter à sa bouche. Elle se brûla légèrement la bouche mais ressentir la nourriture fondre sur sa langue et excitée ses papilles, c'était un délice. Une feuille de chou chinois crue plus tard, elle ne ressentait déjà plus les picotements sur son muscle rose et soupirait discrètement. Ça lui apprendra à faire sa gourmande et a surestimé la résistance de sa langue. Le goût du tofu la ramena au moins dix ans en arrière, lorsque Akito lui en avait fait goûté dans le shabushabu … la saveur était la même qu'autrefois, exquise.

Sentant qu'elle commençait à caler, Miyu grignota un dernier champignon tandis que son aînée semblait encore plongée dans ses pensées. Même si en apprendre davantage sur son aînée donnait à la plus jeune l'impression de devenir plus proche d'elle, s'immiscer ainsi dans son intimité et ses souvenirs l'embarrassait. Certes elle ne forçait pas Tsubaki à lui raconter tout ça, mais si elle n'avait pas gaffé elles n'en seraient pas là, la rosette à brasser ses souvenirs et la verte à assimiler les informations sur la vie plus ou moins secrète de son aînée.

▬ Miyu-chan... ne connaît pas encore assez bien Seijuro... alors c'est normal de penser comme ça.

Elle avait raison : Miyu ne connaissait du rouge que l'élève studieux et le capitaine victorieux. En privé, il était peut-être une autre personne, attentionnée, aimante et ouverte. Après tout, comme la plupart des élèves de Rakuzan, il devait se montrer inébranlable et intouchable aux yeux des autres, un colosse d'acier sur lequel devait riper les balles des ennemis. Rien ne devait le perturber ou le dévier de sa route toute tracée par sa famille. Aucun moment de faiblesse ne devait être toléré, car courber l'échine n'était pas digne de son nom.

Sûrement l'esprit de Miyu était-il trop alimenter par les clichés des séries à la télévision ou des romans qu'elle se plaisait à lire ? Combien d'histoires romantiques concernant la jeune fille banale et le riche héritier avait-elle lu ? Beaucoup trop pour les compter sur les doigts de la main. De ce fait, son cerveau avait fait de ces histoires une réalité et elle ne pouvait pas voir la situation d'Akashi autrement que comme celle qu'elle imaginait. Peut-être y avait-il des différences due aux époques et changement des mœurs, mais elle était certaine que, dans l'ensemble, c'était exactement comme dans les livres.

▬ Moi non plus... je n'ai pas vraiment le profil... pour sortir avec quelqu'un.

Miyu papillonna des yeux, avalant presque de travers son dernier bout de champignon. Tsubaki se montrait-elle modeste ou le croyait-elle vraiment ? Parce qu'aux yeux de Miyu, c'était loin d'être le cas. Son aînée était très mignonne, compatissante, à l'écoute et honnête. Le genre de personne que l'on apprécie pour ça, parce qu'elle sait rester naturelle quelles que soient les situations. Lors de leur première rencontre au butler café, elle ne s'était pas cachée et avait agit le plus naturellement du monde alors qu'elle ne se connaissait même pas. Elle n'avait pas honte d'elle et de sa nature, et ça c'était une belle chose.

Ensuite, peut-être Miyu se leurrait-elle. Peut-être Kumako n'agissait ainsi qu'en sa présence. Mais la verte savait que ce n'était pas le cas. Seijuro ne l'aurait de toute façon jamais envoyé vers quelqu'un de mauvais. En lui donnant son nom, il savait que la rosette serait de bons conseils pour la jeune manager. Peut-être ne s'était-il pas attendu et ce qu'elles deviennent amies, mais ça c'était une autre histoire. Dès leur première rencontre, Miyu s'était sentie à l'aise avec Tsubaki, comme si elle la connaissait depuis toujours. Au fond d'elle, elle avait senti que la rosette était quelqu'un de bien qui ne la jugerait jamais.

▬ Je ne suis pas d'accord. Tsubaki-senpai est belle, intelligente, polie, honnête, courageuse …

Miyu baissa les yeux. Elle, elle n'avait pas ces qualités-là. D'une timidité maladive, elle faisait en sorte qu'on l'oublie, qu'on ne s'arrête pas sur son passage. Lors de ses premières semaines à Rakuzan, elle s'était contentée d'avancer dans les couloirs les yeux rivés sur ses chaussures, espérant que personne ne fasse attention à elle, qu'on la laisse filer tel un fantôme, invisible à leurs yeux intimidants et jaugeurs. Tout ce qu'elle souhaitait, s'était suivre ses cours, avoir de bonnes notes et rendre sa famille fière. Elle n'avait pas besoin d'autre chose pour être contentée. Sauf peut-être des amies …

Elle était ainsi parvenue à rester invisible aux yeux des autres jusqu'aux examens. A la fin de ces derniers, sur le tableau d'honneur où on accrochait le classement du aux résultats, son nom était apparue en gras à la deuxième place, juste derrière le très célèbre et estimé Akashi Seijuro. Et c'est à partir de là que les rumeurs commencèrent à se répandre. Tous ce demandait qui pouvait bien être cette Ai Miyu aux résultats si époustouflants ? Personne n'aurait songé à cette petite venant de Tokyo avec sa bourse et ses vieux habits, pourtant assise juste devant le bureau des professeurs. Et de là, on commença à se retourner sur son passage, à chuchoter lorsqu'on rencontrait son sillage.

Mais Miyu n'aimait pas ça. Ces filles qui étaient venues la voir suite à cela, elle ne voulait pas les connaître. Ce n'est pas sa personnalité qui les intéressait, mais les ragots qu'elles pourraient propager si elle parvenait à lui voler la moindre bribe d'informations concernant sa situation familiale. Rien que cette histoire de bourse en disait long sur les moyens financier de ses parents, il était inutile d'en rajouter. Ils se doutaient bien tous de son milieu social. Le seul qui était venu à elle sans arrière-pensées, c'était Akashi. Pas parce qu'il en avait après les ragots, mais simplement parce qu'il semblait avoir reconnu son intellect et qu'il voulait le mettre à profit de l'équipe de basketball.

▬ J'aimerais ressembler à Tsubaki-senpai.

Conclut-elle avant de déposer ses baguettes sur leur portoir. ❞



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   25.01.15 21:01


Entre filles.
with ai miyu
Tsubaki avait l'habitude qu'on la complimente. Petite déjà, chaque membre du dôjo la qualifiait de très forte, de prodige même. Ce qui était le cas en quelque sorte, elle n'allait pas le nier. De la maternelle au collège, la gente masculine s'était approchée d'elle à plusieurs reprises, puisqu'elle était très mignonne selon eux. Mais ils se sont vite éloignées lorsqu'elle entama sa relation avec Akashi. D'ailleurs, elle lui avait un jour demande de but en blanc comment il la trouvait physiquement. Enfin, quand elle lui avait posé la question, c'était après une petite séance câlin pour le moins... coquine. Elle portait simplement sa culotte et la chemise de son ancien petit-ami ainsi que des chaussettes hautes. Et si sa mémoire ne lui faisait pas défaut, il avait prit trois ou quatre secondes, la détaillant des pieds à la tête dans sa tenue légère avant de répondre qu'elle était « féminine et mignonne » tout en fouillant dans son armoire, à la recherche d'une nouvelle chemise.

Alors, si le grand et estimé Akashi Seijuro la qualifiait de féminine et mignonne, c'était donc vrai. Elle ne doutait pas non plus de la véracité de ses mots, parce qu'il savait qu'elle savait dire s'il mentait ou non. Autant dire la vérité sur le champ plutôt que de tourner autour du pot. Et puis, si on connaissait le statut d'Akashi, c'était tout de même... gratifiant. Même si elle ne l'avouerait jamais à haute voix.

Pour ce qui était être polie... Ses parents avaient veillé au grain sur les bonnes manières, sans compter que son père était tout de même stricte vis-à-vis des codes sur la hiérarchie dans la société. Donc oui, elle savait se tenir correctement. Elle était intelligente. Du moins, elle avait des facilités pour retenir les choses.

Honnête et courageuse. Ça, c'était une autre histoire. Elle n'avait pas été très courageuse ni honnête des deux dernières années. Elle avait abandonné le basket une fois qu'elle sut qu'elle ne pourrait plus jamais rejouer de toute sa vie. Et elle avait commencé à se refermer sur elle-même, a évité les autres pour ne plus à subir leurs questions gênantes et la rendant mal à l'aise. Ce n'était plus que de la lâcheté. Tsubaki avait été lâche pendant trop longtemps, à fuir la réalité. Et elle en avait eu marre. Il était temps de reprendre pied avec le monde réel et d'affronter son pire ennemi : l'ennui.

-J'aimerais ressembler à Tsubaki-senpai.

La rose regarda sa cadette qui avait posé ses baguettes, signe qu'elle n'avait plus faim. Avec un gabarit pareil, normal d'avoir un appétit d'oiseau. Enfin, Kumako, même si elle semblait frêle était capable de manger pour quatre ou cinq personnes. Et le double quand elle était encore active niveau sport.

Avec Miyu, elle avait envie d'être honnête alors, elle allait être honnête.

-Si Miyu-chan me ressemblait... ce ne serait plus Miyu-chan, répliqua doucement Tsubaki en posant également ses baguettes.

Elle regarda le bout de ses baguettes comme si elle cherchait l'inspiration avant de continuer :

-Je ne suis pas vraiment courageuse... J'ai abandonné le club...

Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait parlé de cela à personne. En réalité, elle ne l'avait jamais raconté. Très peu de personnes connaissait les véritables raisons de son départ.

-Et je ne suis pas honnête... Je n'ai pas expliqué pourquoi... je suis partie... Je n'ai jamais rien dit aux autres...

Elle leva finalement les yeux et posa son regard sur sa cadette.

-Miyu-chan est honnête... Elle n'a pas réussi à mentir tout à l'heure... C'est bien.

Elle ne se moquait pas d'elle, loin de là. L'innocence de Miyu était vraiment adorable mais elle se doutait bien qu'elle ne devait pas rester naïve indéfiniment, aux risques de se faire manger toute crue. En parlant de cru, Tsubaki approcha le bol de tofu où il restait trois ou quatre cubes qui attendaient d'être mangés. Comme Miyu n'avait plus faim, elle se permit d'en prendre un et de le manger avec ses doigts. Elle avait fini les tranches de bœuf ainsi que les champignons. Après avoir avalé le premier tofu, elle en prit un deuxième et appuya doucement dessus, s'amusant de la matière.

-Miyu-chan... peut prendre les chocolats... pour le dessert ?


(c) fiche codée par kumako tsubaki




Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   26.01.15 19:49


















 ❝ Entre filles ❞

Pyjama de Miyu




❝ Miyu baissa les yeux. Oui, c'est sûr que son caractère, avec ses qualités et ses défauts, la caractérisait en tant que personne unique en son genre. S'il est possible de se ressembler physiquement, il y aura toujours une petite particularité chez une personne pour l'individualiser. Une préférence vestimentaire, une particularité alimentaire, un trait de caractère … Si Miyu était la copie conforme de Hinata, elles étaient loin d'avoir le même caractère, l'aînée étant beaucoup plus explosive que la cadette. Même dans une fratrie, chacun avait sa particularité, ce qui le caractérisait en tant qu'individu propre et unique.

Donc oui, si elle ressemblait à Tsubaki, elle ne serait plus un être unique, mais rien de plus qu'une copie, un clone. Or, qu'est-ce qu'il y avait d'intéressant à être exactement comme quelqu'un d'autre ? Strictement rien. Bien sûr, Miyu n'avait pas voulu dire qu'elle voulait être le portrait craché de son aînée, mais au moins avoir un peu plus de courage, de répondant, de présence. Ses frères se sont toujours arrangés pour la protéger de tout, comme une hirondelle en cage. Mais lorsqu'il a fallut qu'elle vole au milieu des rapaces, elle a préféré faire profil bas plutôt que leur montrer qu'elle valait autant qu'eux.  

▬ Je ne suis pas vraiment courageuse... J'ai abandonné le club... Et je ne suis pas honnête... Je n'ai pas expliqué pourquoi... je suis partie... Je n'ai jamais rien dit aux autres...

Aux yeux de Miyu, ce n'était pas une bonne raison pour que Tsubaki se définisse comme lâche et malhonnête. Après tout, elle avait apprit qu'elle était malade, ce n'est pas une chose que l'on peut digérer facilement. Maladie qui l'empêchait de jouer au basketball qui plus est. Ça ne doit pas être facile d'aller avouer à d'autres cette faiblesse qui nous empêche de pratiquer notre sport favori. Miyu, elle, était persuadée qu'elle en aurait pas eu la force non plus. Certes, ce n'était que des suppositions puisqu'elle n'était pas confrontée à cette situation, mais elle se connaissait suffisamment pour anticiper sa réaction.

De plus, tout le monde a ses moments de faiblesse. Personne n'est infaillible, ça se saurait. Certains sont certes plus résistants que d'autres mais ça n'en fait pas des personnes parfaites pour autant. Même le meilleur cycliste peut tomber de vélo des fois. Ce n'est pas parce que Tsubaki a été soi-disant lâche et malhonnête une fois qu'elle l'est forcément. Miyu ne voulait pas que son aînée pense cela car ce n'était vraiment pas le cas. Elle comprenait néanmoins que Kumako s'en veuille d'avoir agit ainsi : avec le recul, on réalise énormément de chose, on se dit qu'on aura peut-être dut agir de telle ou telle sorte. Mais on ne refait pas la passé, d'autant plus qu'il est toujours possible de réparer les pots cassés.

Miyu se senti un peu mal à l'aise quand Tsubaki la félicita sur son honnêteté à elle. Oui, c'est certain que la verte n'était pas une professionnelle du mensonge. Certains diront que c'est une qualité, car mentir n'apporte jamais rien de bon. Mais parfois, c'est nécessaire, tout dépend du contexte. Quand on ment pour vouloir du mal à quelqu'un, c'est une très mauvaise chose. Il ne faut pas non plus tomber dans la malhonnêteté, mais lorsque ça reste léger et pour une bonne cause … on peut se le permettre. Du moins, c'est ainsi que Miyu voyait les choses. Ça n'a peut-être ni queue ni tête pour certains, mais la verte voyait les choses ainsi.

▬ Miyu-chan... peut prendre les chocolats... pour le dessert ?

Ai hocha la tête et se leva pour se diriger vers le réfrigérateur. Elle y attrapa la jolie boîte et l'apporta sur la table. Elle retira ensuite les assiettes vides pour les déposer dans l'évier, afin de libérer un peu d'espace. Il ne restait sur la table qu'un peu de chou chinois et le tofu que Tsubaki semblait bien décidé à finir. Ne voulant pas la priver de se plaisir, Miyu les laissa sur la table et se réinstalla en face d'elle. Néanmoins, il se rappela soudainement de quelque chose et se releva vivement, demandant à son aînée de continuer de manger tranquillement.

Rejoignant sa chambre, Miyu se dirigea vers son placard et, en se mettant sur la pointe des pieds, fouilla parmi ses pulls pour retrouver le paquet cadeau qu'elle avait dissimulé un peu plus tôt. Elle trouvait qu'il s'agissait du moment idéal pour l'offrir à son aînée, afin de détendre un peu l'atmosphère après cette discussion. S'assurant que le papier cadeau ne laissait rien entrevoir de la surprise, Miyu revint sur ses pas et s'approcha de la table. Elle tendit alors le paquet à Kumako, un sourire rayonnant aux lèvres.

▬ Tsubaki-senpai m'offre tout le temps des choses, alors c'est à mon tour.

Dans le paquet, se trouvait une adorable peluche en forme de raton-laveur ... ❞



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


{ HRP : C'est la même peluche que sur ton avatar c: }


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   29.01.15 18:04


Entre filles
with ai miyu
Finissant soigneusement les derniers morceaux de tofu, Miyu débarassa les assiettes pour faire un peu plus de place pour les petites friandises achetées un peu plus tôt dans l'après-midi, durant leurs séances shopping. Elle finit le bol lorsque la verte revint avec la boîte. Mais cette dernière se releva brusquement, comme traversée par une illumination, ou bien comme si elle venait de s'asseoir sur une punaise. Ai s'éloigna donc pour disparaître dans sa chambre avant de revenir une minute plus tard avec un petit paquet dans les mains. Qu'est-ce que ça pouvait bien être ? De toute évidence, c'était pour elle, à en juger par le sourire étincelant de la plus petite.

-Tsubaki-senpai m'offre tout le temps des choses, alors c'est à mon tour.

C'est vrai qu'elle avait offert pas mal de choses à Miyu ces derniers temps. Connaissant le statut de Miyu et la situation financière de sa famille, elle avait du se sentir gênée avec tous ses cadeaux. La rosette s'excusa mentalement pour cela avant d'entreprendre de déballer soigneusement le petit paquet. À l'intérieur se trouvait une adorable peluche en forme de...

-… tanuki.

Une nouvelle peluche qui allait compléter sa collection. D'ailleurs, elle n'avait pas encore cet animal si elle s'en souvenait bien. Elle tripota rapidement la peluche, jouant avec le bout des pattes. Ses yeux brillaient d'admiration, comme si on venait de lui offrir le jouet qu'elle attendait pour le soir de Noël ou son anniversaire.

-Miyu-chan, merci, déclara-t-elle en regardant sa cadette.

Elle lui adressa un tout petit sourire avant de porter à nouveau son attention sur sa nouvelle peluche, jouant des pouces sur le ventre marron. Puis elle le posa finalement sur ses genoux et invita la verte à s'asseoir, ouvrit la petite boîte de chocolat et lui en proposa un. Une fois qu'elle fut servie, elle prit également une petite confiserie et l'enfourna dans sa bouche. Un silence religieux s'était installé dans le petit salon lorsque-

-… miaou ~

Tsubaki n'avait pas rêvé. Elle venait clairement d'entendre un miaulement. Et un vrai. Pas celui du portable de Miyu. Elle savait reconnaître ses petits cris d'animaux puisqu'elle en possédait six chez elle. Il y avait un chaton dans l'appartement. La manager de Seirin regarda tout autour d'elle et put voir une queue blanche dépassée de derrière un canapé, avant de disparaître et de laisser place à une adorable frimousse avec de grands yeux bleus comme le ciel.

Kumako s'empara délicatement du ruban couleur chocolat qui fermait la boîte de chocolat et s'approcha le plus doucement et le plus lentement possible du chaton. La petite créature se recula légèrement, sans pour autant s'enfuir, détaillant curieusement la nouvelle venue. Toujours sans mouvement brusque, la plus grande des deux filles balança légèrement le ruban au-dessus de la tête du chaton. Il n'en fallut pas plus pour qu'il baisse sa garde et cherche à s'emparer du morceau de tissu qui semblait le narguer.

-Je ne savais pas... que Miyu-chan avait un chat, avoua la rose tout en jouant avec les petites pattes de la boule de poil.

Il, ou elle ?, ronronnait de bonheur sous les caresses de la demoiselle, se laissant complètement faire. Et, à sa grande surprise, un autre félin fit son apparition, gardant tout de même une certaine distance avec eux.



(c) fiche codée par kumako tsubaki





Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   02.02.15 10:31


















 ❝ Entre filles ❞

Pyjama de Miyu




❝ Un gros sourire accroché aux lèvres, Miyu guettait la réaction de son aînée avec une légère impatience. Lorsqu'elles étaient passées devant ce magasin de peluches, la verte y était entrée seule car elle avait repéré une peluche en vitrine. Il ne lui avait pas fallut longtemps pour mettre la main dessus et elle n'hésita pas plus longtemps : elle l'avait attrapé puis emmené jusqu'à la caisse. La vendeuse lui avait fait un joli papier cadeau et la lycéenne s'était empressée de le cacher pour ne pas que son aînée la voit tout de suite. Elle tenait vraiment à garder la surprise jusqu'au bout et elle avait réussit.

Le papier cadeau laissa rapidement apparaître l'adorable animal en peluche. C'était un petit tanuki brun au pelage soyeux, mou et très agréable au toucher. Des étoiles semblèrent briller dans les yeux de Tsubaki alors qu'elle s'amusait avec les pattes de l'animal, aussi comblée qu'un enfant à Noël. Elle remercia sa cadette, accompagnant ses mots d'un petit sourire. Miyu agrandit le sien, heureuse que son cadeau plaise à son aînée. Ce n'était certes pas des patins à glace ou des chocolats de qualité, mais le cœur y était. Et c'est ce qui compte lorsque l'on fait des cadeaux. D'autant plus que la rosette semblait vraiment ravie.

Kumako invita la plus jeune à s'asseoir et cette dernière s'installa tout près d'elle. L'aînée ouvrit la boîte de chocolat, en proposant un à Miyu. Celle-ci attrapa une jolie confiserie en forme de chat et la déposa sur sa langue, retrouvant les saveurs découverte plus tôt de la journée. Elle était certaine d'avoir trouver là son nouveau péché mignon, ces chocolats étaient tellement bons qu'elle serait capable d'en manger à longueur de journée sans jamais s'en lasser. La prochaine fois qu'elle irait au centre commercial, elle en achètera un peu pour ses parents, quitte à devoir retourner à cet étage de riches.

Alors qu'un silence religieux s'était installé, un miaulement retenti dans le petit salon. L'instant d'après, une petite queue blanche fit son apparition derrière le canapé, laissant rapidement place à une tête duveteuse. Miyu eut un petit rire. Elle en avait mit du temps à montrer sa frimousse, la petite coquine. Attrapant le ruban de la boîte de chocolat, Tsubaki s'approcha tout doucement du jeune animal et se mit à l'agiter au dessus de sa tête. Aussitôt, le chat blanc abandonna toute idée de s'enfuir et tenta d'attraper ce nouveau jouet, balançant ses pattes au dessus de sa tête dans l'optique de le subtiliser à Tsubaki.  

▬ Je ne savais pas... que Miyu-chan avait un chat.

Alors que le minet blanc se laissa caresser et cajoler en ronronnant bruyamment, l'autre – qui venait de sortir de sous la bibliothèque – gardait ses distances et observait l'inconnu de loin. Cela n'étonna pas Miyu : le rouquin a toujours été le plus timide et méfiant des deux. Il semblait n'apprécier que Miyu, car il fuyait encore Ichigo qui, pourtant, ne lui voulait jamais de mal. Bien qu'il soit craintif, il n'avait encore jamais griffer qui que ce soit depuis son arrivée ici, ce qui était assez encourageant. Il demandait seulement un temps d'adaptation plus long, contrairement à sa sœur.

Car oui, Miyu était certaine que ces deux-là étaient issus de la même portée. Sûrement même étaient-ils nés près du centre commercial avant que, pour une raison inconnue, ils se retrouvent livrés à eux-même. La verte savait que les chattes élevaient leurs petits jusqu'à leur sevrage et les chassait par la suite, surtout si elle venait à être pleine à nouveau. Ces deux-là avaient sûrement trouvés refuge dans ces cartons lorsque Miyu les avait trouvé. Même si ce n'était pas la première fois qu'elle recueillait des animaux, elle n'avait pas réussit à s'en défaire comme les précédents. Et comme Ichigo les avait accepter dans l'appartement … elle n'allait sûrement pas les mettre dehors.

Se levant doucement, Miyu marcha jusqu'au rouquin qui la regarda venir, tous les sens en alerte. Néanmoins, il se laissa attraper sans opposer la moindre résistance et la verte rejoignit le canapé, s'y installant pour déposer l'animal sur ses genoux. Elle commença alors à caresser doucement son dos et bientôt, des ronronnements naquirent dans la gorge du rouquin. Un véritable concert de ronrons commença ainsi entre les deux jeunes animaux, mélodie qui plaisait énormément à Miyu. Les deux chatons n'étaient pas là depuis très longtemps et pourtant, c'était comme s'ils faisaient parti de la famille depuis toujours.

▬ Je les ai recueilli le week-end dernier. J'étais au centre commercial avec … Akashi-senpai lorsque je les ai trouvé. Et comme Ichi-nii a accepté de les garder …

Miyu réalisa alors qu'elle n'avait même pas parler de sa sortie avec le capitaine de Rakuzan le week-end dernier. Il faut avouer qu'elle n'en gardait pas un excellent souvenir car, même si au départ le rouge s'était montré d'agréable compagnie, il avait rapidement retourné sa veste. Il s'était montré rude et presque malpoli à son égard, ce qui n'avait pas été très apprécié. Certes, Akashi lui avait payé le restaurant mais elle se souvenait encore du regard dégoûté qu'il avait lancé aux chatons lorsqu'elle avait avoué vouloir les ramener chez elle.

▬ J'ai décidé d'appeler la femelle Raku et le mâle, Zan. Car ils me rappellent tous deux le lycée, à leur façon …

En effet, Raku étant blanche aux yeux bleus, c'était sans rappeler les couleurs qu'arborait le lycée lors des matchs de basketball. Quant à Zan, avec son pelage roux flamboyant et son air toujours hautain, il ressemblait un peu à Akashi. Heureusement, il était bien plus amical et agréable à vivre que son homologue humain, mais Miyu ne pouvait s'empêcher de penser à son senpai dès qu'elle croisait le regard ambré du jeune matou. Elle espérait d'ailleurs que Seijuro n'apprenne jamais qu'elle le comparait avec un chat, car il n'avait pas l'air d'apprécier vraiment ces animaux …  ❞



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   04.02.15 12:45


Entre filles
with ai miyu
Grattouillant doucement le menton du chaton blanc, une bouffée de nostalgie l'envahit lorsqu'elle vit ses grands yeux blancs, lui rappelant Tetsuya son chat lorsqu'elle venait de les recueillir. Ses six chats n'étaient peut-être pas de la même portée mais elles les avaient trouvé dans un carton dans un coin de rue, un jour de pluie. Elle n'avait pas pu s'en empêcher et les avait embarqué chez elle. Une fois au sec, elle avait bataillé pour leur donner un bain – surtout Daiki et Atsushi, les autres s'étaient laissé faire tranquillement. Bien sûr, elle s'était faite « gronder » par ses parents pour avoir introduit des animaux sans leur avis mais ils laissèrent couleur en voyant que les nouveaux venus étaient étrangement obéissants à leur nouvelle maîtresse.

Miyu se leva pour récupérer l'autre chat qui s'était un peu mis à l'écart, très méfiant, et revint sur le canapé, le plaça sur ses genoux et le caressa tendrement, engendrant ainsi un concert de ronronnement de la part des deux boules de poil. Elle aimait bien ce bruit, surtout lorsqu'elle dormait. Il y en avait toujours un qui venait s'installer dans son lit pour se rouler en boule sous la couette ou contre son dos.

-Je les ai recueillis le week-end dernier. J'étais au centre commercial avec … Akashi-senpai lorsque je les ai trouvé. Et comme Ichi-nii a accepté de les garder …

Tiens, c'était nouveau. Seijuro et Miyu au centre commercial ? La verte ne lui avait pas raconté cela. Sans compter que, à en juger le ton et le temps d'hésitation, il avait du se passer quelque chose à ce moment-là. Quand bien même Akashi était très bien élevé, il lui arrivait parfois d'être un peu trop glacial et cassant. Pour Kumako, ce n'était pas un problème. Elle savait très bien lui tenir tête et parfois le remettre à sa place. Mais pour la jeune Ai, ça devait être évident. Elle avait sérieusement besoin de dire deux mots à son ancien petit-ami.

-J'ai décidé d'appeler la femelle Raku et le mâle, Zan. Car ils me rappellent tous deux le lycée, à leur façon …

Ainsi donc, Tsubaki caressait Raku. Et Zan était avec Miyu. C'était assez original comme nom et cela leur allait bien. Elle comprenait pour Raku, par rapport aux couleurs blanche et bleue. Mais pour Zan... Il n'y avait rien de bien particulier qui ressemblait au lycée ou qui pouvait le lui parler. Mais à bien y regarder, si on se basait sur son attitude, peut-être qu'il ressemble, mais un tout petit peu, à Akashi. Il n'était donc pas impossible qu'elle ait fait le lien entre le rouquin et le chat.

Tsubaki se demandait bien s'il était au courant de cela. Elle avait elle-même un chat qu'elle avait appelé Seijuro. Et autant le dire franchement, le chat comme l'humain ne s'appréciaient guère. Était-ce là une preuve du caractère parfois agaçant de la version humaine d'Akashi ? Qui sait. Mais dans tous les cas, ils ne s'entendaient guère et la rose aurait juré que Seijuro – l'humain – aurait pu tuer le chat si elle n'était pas là.

-Ils sont... très mignons, complimenta finalement l'aînée sans quitter des yeux la boule de poil blanche.

S'amusant avec ses coussinets roses, elle leva néanmoins la tête et regarda sa cadette.

-Comment c'était... au centre commercial avec Seijuro ? Lui demanda-t-elle finalement.



(c) fiche codée par kumako tsubaki



Spoiler:
 



Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   05.02.15 12:42


















 ❝ Entre filles ❞

Pyjama de Miyu




❝ L'air attendri, Miyu caressait le pelage tigré roux et blanc de Zan. Lorsqu'elle avait ramené les chatons chez elle, ils étaient tellement sales qu'elle avait du leur faire prendre un bon bain. Néanmoins, Zan fuyait l'eau comme la peste, la lycéenne s'était contentée de le décrasser un l'aide d'un gant de toilette. Le reste des saletés, le matou s'en était débarrassé tout seul après une longue toilette sur le tapis de l'entrée. Raku, elle, s'était laissée faire gentiment non sans miauler, évidemment. Miyu savait que les chats pouvaient se laver tout seul mais comme ils venaient de la rue, elle avait préféré s'assurer qu'ils étaient propres.

Pour le reste, l'adaptation avait été assez rapide. Ichigo et Miyu les avaient emmenés chez un vétérinaire pour s'assurer qu'ils allaient bien et qu'ils ne souffraient d'aucune maladie. Le professeur avait même payé les vaccins des deux animaux, au grand plaisir de sa sœur. Elle n'aimait bien sûr pas que son frère use ainsi son argent pour elle mais il avait soutenu le fait qu'il pouvait bien mettre quelques yens pour les petites bêtes – d'autant plus qu'il s'y était attaché tout autant que sa chère petite sœur. Les deux chatons faisaient parti de la famille maintenant, même si le reste de la fratrie ne les connaissait pas encore.

Miyu n'avait en effet pas réfléchit au fait que, tous les week-end, Ichigo et elle rentraient à Tokyo. Par des soucis financiers, ils prenaient le train car, à terme, ça coûtait moins cher que l'essence. Cependant, ils allaient devoir payer des places en plus pour les deux animaux. C'était certes moins cher qu'une réelle place assise, mais ça allait revenir à plutôt cher à force. En attendant de trouver une solution, ils prendraient la voiture mais à contrecœur. Miyu comptait se renseigner pour les bus, qui allaient peut-être être moins regardant …  

▬ Ils sont... très mignons.

Miyu accorda un large sourire à son aînée. En effet, ils étaient vraiment adorables. La verte ne pouvait pas s'empêcher de les câliner et les observer. Ils mettaient de l'animation dans l'appartement, même s'ils n'étaient pas spécialement turbulents. Parfois, ils se couraient après dans un concert de miaulements et de ronronnements. Heureusement, ils n'étaient pas spécialement bruyants et aucun voisins ne s'étaient encore plaint d'eux. Lorsqu'ils chahutaient, c'était souvent à l'heure du repas donc ça ne dérangeait pas les siestes des enfants ou le repos des bonnes gens.

En bref, même si ça ne faisait qu'une semaine qu'ils avaient rejoint l'appartement, c'était comme s'ils avaient toujours été là pour Miyu. Le matin, avant de partir au lycée, elle remplissait les gamelles de nourriture et d'eau et les câlinait jusqu'à ce qu'elle doive partir. Le soir, lorsqu'elle étudiait sur le canapé ou son lit, ils la rejoignaient et se couchaient près d'elle. Miyu aimait beaucoup cette présence, car Ichigo avait tendance à rentrer plus tard et beaucoup travailler dans sa chambre afin de préparer les cours du lendemain. Raku et Zan lui offraient donc une compagnie très appréciée.

▬ Comment c'était... au centre commercial avec Seijuro ?

Miyu se mordit la lèvre inférieure. Certes, elle s'attendait à cette question après qu'elle ait laissé filer l'information, mais elle ne savait toujours pas quoi expliquer à son aînée. Akashi s'était montré assez désagréable et Ai en gardait un goût amer dans la bouche. Toute la semaine, à l'entraînement, elle avait fait son possible pour éviter de se retourner seule avec lui ou même de croiser son regard. Si les autres l'avaient remarqués, ils n'avaient fait aucun commentaire, agissant comme d'habitude à son égard. Miyu ignorait ce que le rouge pensait de tout cela, mais ne tenait pas spécialement à le savoir.

Elle avait voulu en parler à Tsubaki, mais s'était ravisée. Elle ne tenait pas à l'enquiquiner avec ces soucis, Akashi étant de l'histoire ancienne pour la rose désormais. Il aurait été déplacé de sa part de se plaindre à elle du comportement abjecte de son ex-petit ami. D'ailleurs, personne ne savait – à par les deux concernés – comment s'était déroulé réellement cette journée. Ai avait dit à son frère qu'il ne s'était rien passé de spécial et comme elle avait ramené les chatons en même temps, Ichigo avait vite oublié tout ça. Heureusement d'ailleurs, car le professeur n'aurait pas hésité à aller voler dans les plumes du capitaine.

▬ Pour être honnête, eh bien … Ça s'est assez mal passé. Enfin, au début ça allait et puis, d'un coup, il est devenu … rustre, froid. Nous sommes allés dans un magasin de musique car, semble-t-il, il avait commandé de nouvelles cordes pour son violon et, alors que je regardais, il m'a prit par le bras et m'a forcé à sortir du magasin. J'ignore pourquoi il a agit comme cela, rien ne pressait.

Miyu soupira : le comportement du capitaine de l'équipe de basketball avait changé d'un seul coup, comme si quelqu'un d'autre avait prit la place du Seijuro un peu plus … sympathique. La verte se souvenait encore de la remarque déplacée qu'il avait fait vis-à-vis de sa possibilité à s'acheter quelques vêtements. Certes, sa famille ne roulait pas sur l'or mais elle n'en était pas au point de ne pas pouvoir se payer une écharpe et une chemise. Ai n'aimait vraiment pas que l'on croit ainsi qu'elle n'avait pas une pièce dans le fond de sa poche.

La tête basse, elle continua de caresser Zan, visiblement endormi sur ses genoux. Ses ronrons s'étaient amenuisés, remplacés par un léger ronflement. Raku, quant à elle, se laissait tripoter par Tsubaki sans opposer la moindre résistance. La jeune chatte demandait bien plus d'affection et d'attention que Zan, faisant d'elle un véritable pot de colle. Mais cela amusait énormément Miyu, d'autant plus que Raku semblait en pincer pour Ichigo. Elle passait son temps à lui réclamer des caresses, allant même jusqu'à se coucher sur ses feuilles si jamais il ne lui accordait pas un peu plus d'attention. ❞



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   07.02.15 13:41


Entre filles
with ai miyu
Comme Tsubaki l'avait soupçonné, et s'ajoute à cela l'expression légèrement contrariée de Miyu, sa petite virée shopping avait du ne pas très bien se passer. Quand bien même Akashi était de bonne famille ( très bonne même ), il pouvait parfois se montrer trop autoritaire, hautain et arrogant, ce qui pouvait avoir tendance à agacer, énerver ou dit plus vulgairement, faire chier les gens. Et selon les individus en face d'Akashi, la situation pouvait totalement différer. Dans le cas de Tsubaki, elle n'avait aucun problème et aucune peur à l'envoyer paître si jamais il venait à être désagréable. Mais pour Miyu, ça avait dut être une autre histoire.

-Pour être honnête, eh bien … Ça s'est assez mal passé. Enfin, au début ça allait et puis, d'un coup, il est devenu … rustre, froid. Nous sommes allés dans un magasin de musique car, semble-t-il, il avait commandé de nouvelles cordes pour son violon et, alors que je regardais, il m'a prit par le bras et m'a forcé à sortir du magasin. J'ignore pourquoi il a agit comme cela, rien ne pressait.

Lorsque Miyu lui parla de violon, la rose songea au morceau de musique que lui avait dédié son petit-ami pour son anniversaire. Elle avait été un peu étonnée sur le coup mais avait apprécié l'attention. Elle n'allait pas cracher dessus non plus. Ce jour-là, Akashi avait été des plus désagréables, mais c'était sûrement pour se rattraper de l'attitude odieuse qu'il avait eu la veille, même si Tsubaki ne savait plus pourquoi. Ça n'avait plus d'importance désormais.

Ce qui comptait, c'était ce que Miyu avait ressenti ce jour-là. Akashi devenir rustre et froid aussi soudainement ? C'était tout de même étrange. Il avait du se passer quelque chose dans le magasin pour changer son attitude du tout au tout comme ça. Et la verte ne semblait pas au courant en tout cas. Seul Akashi le savait. Il y avait donc une possibilité que Miyu n'en soit pas directement la cause. Non. Il l'avait forcé en sortir, donc d'était tout de même plausible. Mais la véritable question était : pourquoi agissait-il de la sorte avec Miyu ? Est-ce que Seijuro... se serait attaché à la demoiselle ? Peut-être. Kumako s'était tout de suite prise d'affection pour sa cadette mais, étant une fille, la relation paraissait moins ambiguë.

Le seul moyen de connaître la vérité et de poser la question directement au concerné.

La lycéenne de Seirin observa Raku qui dormait désormais sur ses genoux, sa tête reposée dans le creux de sa main. Elle continua de la caresser du bout de l'index, avant de prendre un autre chocolat et de l'enfourner dans sa bouche. Elle reprit la parole une fois la confiserie avalée :

-Seijuro est... bizarre parfois, mais il vaut mieux que Miyu-chan le découvre par elle-même.

Elle déplia ses jambes, commençant à avoir des fourmis dans les jambes, tout en essayant de ne pas trop bouger pour ne pas réveiller la petite boule de poil blanche. Elle prit donc un autre chocolat qu'elle fixa quelques secondes.

-Miyu-chan... peut se rebeller contre Seijuro de temps en temps. Il a bien besoin qu'on lui remette à sa place, déclara-t-elle en dégustant sa troisième friandise.

Elle parlait évidemment de l'autre Akashi, du deuxième. Pas de l'actuel. Parce qu'il n'avait aucune raison d'être là. Il avait prit naissance dans la simple optique de protéger l'Akashi originel. Et le seul  capable de faire rendormir ce personnage hautain et imbu de lui-même, c'était bien Tetsuya. Akashi devait goûter à la défaite pour qu'il revienne sur terre.

Tsubaki releva brièvement la tête et vit l'horloge murale dans le petit salon.

-Il est tard... On devrait aller au lit...

Elle n'avait trop envie de s'étaler sur le sujet, ne voulant pas commencer à être médisante sur celui qui avait repéré Miyu. Elle devait se faire une opinion elle-même, Tsubaki jugeait cela très important.





(c) fiche codée par kumako tsubaki




Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   16.02.15 17:19


















❝ Entre filles ❞

Pyjama de Miyu




❝Miyu resta songeuse quelques instants après avoir parlé. Elle revoyait la scène dans son esprit, essayant de trouver une signification à tout cela. Mais elle avait beau retourner le problème dans tous les sens, elle ne voyait pas quelle aurait put être la raison de la précipitation de Seijuro. Ils avaient tout leur temps après tout, ni lui ni elle n'avaient d'horaire à respecter et, de toute façon, il avoisinait des deux heure de l'après-midi, donc l'après-midi était à peine entamée. S'il avait eu une heure précise pour rentrer, il lui aurait sûrement dit. Oh et puis, c'était du passé, pas besoin de remuer le problème plus longtemps.

Elle devait avouer que, une fois hors de la limousine, la verte avait mit de côté tout ce qu'il s'était passé pendant la journée. Ses achats avaient fini négligemment jetés sur le canapé tandis qu'elle mettait tout en œuvre pour laver les deux rescapés. Ichigo l'avait rejoint plus tard et une heure à peine plus tard, ils étaient chez le vétérinaire pour le contrôle des petites bêtes. Miyu n'avait même pas eu besoin de faire ses yeux de chiot que son grand-frère acceptait déjà l'installation des chatons dans l'appartement. S'en était donc suivi une petite virée à l'animalerie afin d'acheter tout le nécessaire.

De ce fait, Miyu n'avait prit pas le temps de repenser à tout ça. Son après-midi s'était révélée bien trop chargée pour qu'elle y songe. Ce n'est qu'une fois la nuit venue, alors qu'elle lisait un roman médiéval dans son grand lit que la verte s'était remémorée cette journée. Elle avait hésité à envoyer un mail à son aîné mais s'était finalement rétracté. Inutile de jeter de l'huile sur le feu, elle verrait bien comment Seijuro allait se comporter quand la nouvelle semaine de cours débutera. Même si, elle l'avoue, la verte avait préféré prendre ses distances, le temps que la pilule passe.

▬ Seijuro est... bizarre parfois, mais il vaut mieux que Miyu-chan le découvre par elle-même. Miyu-chan... peut se rebeller contre Seijuro de temps en temps. Il a bien besoin qu'on lui remette à sa place.

Imitant son aînée, Miyu se saisit d'un chocolat et l'enfourna. Se rebeller contre Akashi … Rien que d'y penser, elle en avait des sueurs froides. Une personne comme lui pouvait mettre fin à ses études à Rakuzan d'un seul claquement de doigt. Or, elle avait eu la chance d'y être intégrée malgré sa classe sociable, alors hors de question de faire une croix sur cette chance sans prix. Le club de basketball n'était qu'une activité extrascolaire, elle ne devait pas prendre le pas sur ses études. Alors si elle jugeait que le capitaine de l'équipe masculine mettait ses études en péril, elle n'hésiterait pas à poser sa démission.

Néanmoins, la première phrase de Tsubaki la laissa songeuse. Bizarre ? Qu'elle découvre par elle-même ? Pourquoi tant de secrets ? La rosette ne pouvait-elle pas lui expliquer clairement ce qu'il clochait chez le rouge ? Car elle savait forcément, il n'y avait aucun doute là-dessus. Kumako l'avait assez fréquenter pour en savoir énormément sur sa personne. Peut-être même plus que quiconque. Si elle ne la mettait pas plus en garde, c'est sûrement parce qu'il n'y avait pas grand chose à craindre. Donc d'un côté, cela rassura un peu Ai. Mais de l'autre, elle s'inquiétait de cette aura de mystère planant autour du jeune homme.

▬ Il est tard... On devrait aller au lit...

Interloquée, Miyu jeta un œil sur la petite horloge accrochée au mur. En effet, l'heure tournait. Attrapant délicatement Zan pour ne pas trop le brusquer, elle le redéposa sur le canapé et s'approcha du kotatsu afin de le débarrasser des derniers objets qui l'encombrait. Miyu déposa les assiettes dans l'évier mais ne toucha pas à la marmite encore chaude. Elle préférait la laisser ici toute la nuit le temps qu'elle refroidisse. De toute façon, ça ne risquait rien. La vaisselle, elle s'en occuperait le lendemain, car il y avait encore les lits à préparer avant de pouvoir se coucher.

▬ Tsubaki-senpai préfère dormir dans le lit de Ichi-nii ou … avec moi ?

Son lit était trop petit pour accueillir deux personnes, mais elle pouvait sortir le futon rangé dans le placard de la chambre de son frère. Ils en possédaient deux, au cas où. C'est toujours utile pour dépanner, d'autant plus qu'ils n'étaient jamais à l'abri d'une visite surprise de la part de leur famille. Évidemment, si Tsubaki voulait qu'elles dorment dans la même chambre, elle lui céderait son lit. L'invité doit toujours être le plus confortablement bien installé. Ou alors, elles pouvaient sortir les deux futons, faire de la place dans le salon et dormir là-bas ... ❞



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   19.02.15 21:26


Entre filles
with ai miyu
Tandis que Miyu débarassait les quelques assiettes qui restaient sur la table, Tsubaki dorlotait affectueusement Raku sur ses genoux. Le chaton blanc était désormais roulée en boule sur ses cuisses et ronronnait paisiblement signe qu'elle dormait paisiblement. Zan, perché sur le canapé, semblait les regarder faire. Ne voulant pas le brusquer, la rose leva très lentement sa main vers lui. Le chat au pelage roux renifla le bout de ses doigts, puis donna un rapide coup de langue. Il regarda ailleurs l'espace d'un instant, puis décida de descendre souplement du canapé et de venir se poster près des jambes de l'invitée. La manager de Seirin caressa doucement la fourrure du plus grand des chats qui se laissa faire, ronronnant de contentement.

Tsubaki-senpai préfère dormir dans le lit de Ichi-nii ou … avec moi ?

Ichi-nii... Elle parlait de son grand-frère. Ayant elle-même un grand frère, elle avait déjà eu l'occasion de dormir avec lui, dans son lit. Mais elle se sentait tout de même un peu mal à l'aise de devoir dormir dans celui d'Ichigo. Se tournant légèrement pour dégourdir un peu ses jambes, tout en faisant attention à ne pas réveiller Raku, Tsubaki regarda sa cadette :

-Avec Miyu-chan...

Elle prit finalement le chaton dans ses bras et se mit debout.

-On pourrait dormir... dans le salon... ?

Étant déjà entré dans la chambre de Miyu, Tsubaki avait eu un aperçu du lit de sa cadette et avait déduit que les deux jeunes filles ne seraient pas installés confortablement dessus. Elle se doutait bien que les Ai devaient avoir un futon, et connaissant Miyu, elle allait l'obliger à prendre son lit tandis qu'elle dormirait sur le futon. La perspective de dormir dans son lit ne l'enchantait pas tellement même si on lui proposait gentiment. Elle préférait être au même niveau qu'elle. C'est-à-dire par terre, dans un futon.

La décision prise, les deux jeunes filles firent un peu de place dans le salon en poussant un peu les meubles et installèrent deux futons. Tsubaki transporta les couvertures pour les placer sur les matelas japonais tandis que Miyu apportait les oreillers. L'arrangement se fit sous les regards attentifs des félins de la maison. Une fois l'endroit où ils allaient dormir prêt, Raku ne se fit pas prier et sauta directement dans les draps pour se trouver une place confortable et ne plus y bouger.

Tsubaki imita les autres et prit place dans le futon où s'était réfugiée la femelle. Sa présence lui rappelait celle de ses propres chats. Qui étaient seuls chez elle actuellement. Mais elle avait mis assez de croquettes pour le week-end. Et dans le pire des cas, ils pouvaient aller chasser librement dans le quartier, du moment qu'ils n'allaient pas chaparder chez les voisins. Ils avaient été des chats errants et chasser ne devraient pas être un problème. Même si elle imaginait Atsushi, le plus paresseux des six, ne pas bouger d'un poil sauf s'il avait vraiment très faim.

-Quand Miyu-chan aura un temps... elle pourrait venir à la maison pour voir mes chats, proposa la rosette en remontant la couverture jusqu'à son nez.

Elle se demandait comment la verte allait réagir en faisant face à Seijuro version chat.





(c) fiche codée par kumako tsubaki




Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   20.02.15 17:54


















❝ Entre filles ❞

Pyjama de Miyu




❝ Les yeux de Miyu se mirent à briller. Elles avaient eu la même idée : débarrasser un peu le salon et s'installer là-bas. C'était tellement plus convivial que des chambres séparées ou l'une au dessus de l'autre. Ni une ni deux, elles commencèrent à déplacer les meubles. La verte poussa le kotatsu vers la fenêtre et repoussa le canapé, le collant entièrement contre le mur. Les placards ne gênant pas, ils gardèrent évidemment leurs places initiales tout comme le lourd bahut contenant de la vaisselles en plus. De toute façon, les déplacer serait dangereux, elles risqueraient de casser quelque chose.

Une fois les meubles déplacés afin d'offrir un espace suffisant, la verte se dirigea vers la chambre de son frère et, s'aidant d'un petit tabouret rangé dans le placard, descendit les futon. Elle confia les couvertures à Tsubaki et s'occupa des oreillers, rejoignant rapidement la rosette dans le salon. Elles posèrent leur butin sur le canapé et installèrent les matelas. Quelques instants plus tard, les couchages étaient fin prêt et au goût de Raku qui se permit de s'installer tranquillement sur l'un des deux. Zan préféra rester sur le canapé, sûrement les rejoindrait-il plus tard.

Tsubaki finit par se glisser dans son futon sur lequel reposait déjà le chaton blanc. Nullement dérangée, Raku se contenta de la regarder sans bouger d'un iota. Imitant son aînée, Miyu alla s'installer sur son couchage, rabattant la couverture sur son ventre et ses jambes. Elle regarda alors par dessus son épaule, croisant le regard ambré de Zan. Il sembla hésiter un instant, incertain, mais fini par rejoindre sa petite maîtresse, se blottissant dans le creux de ses jambes et ronronnant sous ses caresses. Le chat roux semblait encore se méfier de Tsubaki mais il avait adopté Miyu dès le premier jour.

Le regard attendri, la verte laissa sa main glisser sur le pelage flamboyant du jeune chat. Elle était tellement heureuse de les avoir. Sa famille n'avait jamais prit d'animaux, les enfants demandant déjà bien assez d'attention. Et même si la verte s'était toujours occupée de quelques chats trouvés dans la rue, elle finissait toujours par les confier à d'autres personnes. Aucun d'eux ne lui avait vraiment appartenu, elle n'avait pas pu s'y attacher et les considérer comme les siens. Mais maintenant, elle avait Raku et Zan. Et eux, ils lui appartenaient, ils étaient ses petits compagnons à elle. Et ça remplissant son cœur de joie. Elle sentait vraiment que, depuis quelque temps, sa vie prenant un nouveau tournant …

▬ Quand Miyu-chan aura un temps... elle pourrait venir à la maison pour voir mes chats.

Miyu se tourna vers Kumako : aller chez elle ? Ca lui plairait tellement ! Elle se demandait bien quel type de maison la rosette pouvait bien habiter. Une immense demeure, un manoir ? Un maison traditionnelle dans un grand complexe ? Difficile à imaginer. Néanmoins, Ai se doutait qu'elle ne vivait pas dans une petite maison coincée au milieu de multitudes d'autres comme ses parents, Hinata et Akito. Elle était cependant curieuse de découvrir l'endroit où son aînée avait grandit … et de rencontrer ses chats. Combien pouvait-elle en avoir, d'ailleurs … ?

Tendant le bras, Miyu alluma la petite lampe de chevet reposant sur le bahut à côté d'elle et se redressa légèrement afin d'éteindre la grande lumière. Pas besoin d'autant de luminosité, cette ambiance un peu tamisée donnait à leur chambre improvisée un côté plus cocooning et intime. Et moins de lumière facilitera l'arrivée du sommeil, car l'heure tournait mine de rien. La verte ignorait à quelle heure son aînée repartait le lendemain et elle ne devait pas rentrer sur les rotules de son week-end. Après tout, il y avait une nouvelle semaine de cours à attaquer par la suite.

▬ Ce sera avec plaisir, Tsubaki-sen … Tsubaki-chan.

Ca y est, elle avait passé le pas. Tsubaki était certes son aînée, Miyu se sentait néanmoins égale à elle. Elles étaient amies, véritablement, elle pouvait donc se permettre d'utiliser le suffixe -chan. Elles ne se connaissaient certes pas depuis des années, mais c'était tout comme pour Miyu. Elles avaient encore de nombreuses choses à apprendre l'une de l'autre mais ça viendra tout seul, avec le temps, au rythme de leurs discussions et de leur rencontre. Caressant doucement Zan, Ai laissa un fin sourire tendre étiré ses lèvres. Même si c'était étrange à concevoir, elle ne devait cette rencontre qu'à Akashi …

S'allongeant finalement, Zan installé sur son ventre, Miyu tourna la tête vers Kumako. Raku avait prit place tout près du visage de la rosette. La chatte blanche avait définitivement adopté l'aînée, c'était mignon à voir. Raku semblait vraiment du type câlin et insouciant, contrairement à son frère constamment sur la réserve. Il ne semblait avoir d'yeux que pour Miyu, ce qui l'amusait beaucoup. Elle espérait néanmoins qu'il ne devienne pas violent avec Ichigo par la suite à cause de sa méfiance poussée à l'extrême. Avoir le temps, sûrement la verte parviendra-t-elle à le dompter ... ❞



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   27.02.15 15:04


Entre filles
with ai miyu
Même si elle ne le montrait pas, Tsubaki était extrêmement contente que Miyu ne l'appele plus Tsubaki-senpai mais Tsubaki-chan. Cela signifiait qu'elles étaient plus proches que jamais. Miyu l'avait accepté non plus comme son aînée ( même si elle doutait qu'une partie d'elle la considérait encore comme telle ), mais comme une égale, une véritable amie. Elle pouvait lui faire confiance si jamais elle avait un problème. La rosette étant très polie – merci maman ! - et complètement imprégnée du système hiérarchique japonais, elle n'appelait les personnes par leurs prénoms, uniquement s'ils étaient très proches et en fonction du degré d'intimité.

Connaissant Kuroko et Ogiwara depuis l'enfance, il était donc tout à fait naturel pour elle de les appeler par leurs prénoms. Il en allait de même pour ses anciennes coéquipières en qui elle avait placé toute sa confiance et qui la faisait confiance. Avec Akashi, ils avaient atteints une certaine proximité au collège et, même s'ils n'étaient plus ensemble désormais, elle gardait toujours l'habitude de l'appeler Seijuro, pour lui montrer sans aucun doute qu'il n'avait aucun pouvoir sur sa personne, empereur ou non.

Caressant doucement Raku qui ronronnait paisible, Miyu tendit finalement le bras pour allumer la lampe de chevet et attendre la lumière principale, tamisant la luminosité de la pièce. Le calme était soudainement revenue dans l'appartement, simplement coupé par les bruits de l'extérieur comme une voiture qui passait ou les voix étouffées chez les voisins. Bercée par les ronronnements de la chatte blanche à ses côtés, la manager de Seirin somnolait peu à peu, prenant tout de même un peu de temps avant de pouvoir s'endormir et rejoindre les bras de Morphée.

.
.
.

Même si Tsubaki ne jouait plus au basket, elle avait gardé cette habitude de se lever assez tôt le matin. Alors, même si elle était en week-end, elle s'était levée assez tôt, avant Miyu. Pour ne pas réveiller sa cadette et ses chats – Raku était arrivée à ses pieds dans la nuit – elle se leva doucement, silencieusement sans faire de bruit, quittant le cocon douillet du futon. Elle zieuta l'heure sur l'horloge murale du salon et lut l'heure. 7H26. Il était vraiment tôt pour un dimanche matin. Mais dans tous les cas, son train était pour 11h20. Elles avaient largement le temps de se préparer et peut-être même déjeuner ensemble. Un petit pic-nic dans un parc du coin serait agréable et pas de refus. Mais elles n'avaient pas encore décidé du programme d'aujourd'hui. Elles verront bien lorsque Miyu se réveillera.

La rosette sentit que son ventre commençait à réclamer le petit-déjeuner. Sur la pointe des pieds, elle se dirigea vers la cuisine et se demanda bien ce qu'elle pourrait préparer pour le petit-déjeuner. Kumako mangeait habituellement le repas type japonais : un bol de riz, du poisson grillé et de la soupe miso. Parfois des tamagoyakis. Pour remercier son adorable cadette, elle enfila donc le tablier et se mit aux fourneaux.

Voyant qu'il restait encore du riz de la veille, elle jugea bon de ne pas en refaire, au risque de faire du gaspillage. Elle se permit de fouiller dans le frigo et vit qu'il y avait des filets de poisson. Parfait. Elle en prit deux et chercha les ingrédients pour la soupe miso. Une dizaine de minutes plus tard, une légère odeur de tofu et d'algue wakame embauma doucement l'appartement. La manager de Seirin éteignit finalement l'eau du bouillon avant que le mélange ne bouille.

Alors qu'elle allait s'occuper du poisson, elle entendit des bruits de pas dans son dos et se retourna. Miyu-chan, le visage tout endormie et les cheveux un peu emmêlés, venait visiblement de se réveiller, attiré par l'odeur des plats.

-Bonjour Miyu-chan... Bien dormi ? Lui demanda-t-elle doucement.

Elle plaça l'un des filets sur la poêle chaude, le poisson frémissante directement.

-Je voulais faire des tamagoyakis... mais je n'ai pas trouvé les œufs, déclara-t-elle à Miyu en se retournant. Si Miyu-chan veut des tamagoyakis... ?





(c) fiche codée par kumako tsubaki




Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3


Dernière édition par Kumako Tsubaki le 28.03.15 7:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   04.03.15 11:50


















❝ Entre filles ❞

Pyjama de Miyu




❝ Allongée sur le dos, la couverture remontée jusqu'à son menton, Miyu regardait le petit ventre tigré de Zan se gonfler et se dégonfler au rythme de sa respiration. La tête cachée entre ses pattes, le chaton laissait que ses deux oreilles rousses dépassées de l'amas de poil bicolore qu'il formait. Un sourire tendre sur le visage, Miyu glissa un de ses bras glissé hors des draps et caressa le chaton, lui arrachant des ronronnements. Elle sentait la légère vibration sur son estomac, et cela combiné au doux ronron de Zan la détendit progressivement, jusqu'à ce que ses yeux se mettent à papillonner.

Miyu n'était pas une personne qui avait beaucoup de mal à s'endormir. Petite, il suffisait de lui donner une peluche fredonnant une berceuse pour que la fillette succombe directement aux bras de Morphée. Elle n'avait jamais eu besoin de veilleuse mais avait une passion hors-du-commun pour son mobile lorsqu'elle dormait encore dans un berceau. Les petites peluches se balançant au dessus d'elle, la petite musique, les étoiles lumineuses projetées au plafond … Il en fallait pas plus pour émerveillée l'enfant et la conduire au sommeil.

Ainsi, l'ambiance tamisée, la chaleur des draps et les ronrons de Zan était une alchimie parfaite pour endormir Miyu. Dans un dernier moment de lucidité avant de succomber, elle tendit son bras afin d'éteindre la petite lampe, plongeant la pièce dans le noir. Seuls de fins rayons blanchâtres entrecoupés par les volets déversaient leurs spectres lumineux sur le sol, témoignant encore des activités nocturnes de certaines personnes. Il suffit à la jeune fille aux cheveux vert clair de fermer les yeux pour s'endormir directement, une main sur son ventre, tout contre le pelage du chaton.

oOoOoOo

En temps normal, Miyu n'est pas une lève-tard. Si elle s'endort avant vingt trois heure, vous pouvez être certain qu'à huit heure elle sera réveillée et prête à attaquer une nouvelle journée. Cependant, il suffisait de dépasser cette heure pour que la petite verte se transforme en marmotte. Son record était onze heure du matin pour le moment, et ce n'était arrivé qu'une fois. Elle s'en était ensuite voulu d'avoir autant dormi, car elle avait bien gâché trois heures. Et elle peut en faire des choses pendant trois heures ! Désormais, elle faisait en sorte de ne pas se lever après neuf heure et demi, afin de garder un bon rythme et ne pas gâcher sa matinée.

Ce matin-là elle aurait pu roupiller encore longtemps si une délicieuse odeur n'était pas venue chatouiller ses narines. Ouvrant doucement un œil, elle perçu la forte lumière filtrant à travers les volets encore fermé. Saisissant maladroitement son portable déposé non loin, elle lu l'heure. Huit heure … ouf, ce n'était pas excessivement tard. Lançant un regard vers sa droite, elle constata que Tsubaki avait déjà déserté son futon. Aucun doute qu'elle était responsable de la délicieuse odeur de nourriture se diffusant dans l'appartement. L'estomac de Miyu gargouilla en retour de ce délicieux fumet.

S'étirant de tout son long, Miyu mit un peu d'ordre dans ses cheveux et aperçu Raku et Zan blottis dans les draps de la rosette. Sûrement avaient-ils profité de son absence pour investir les couvertures. Après s'être bien étirée afin de réveiller ses muscles ankylosés par son sommeil, la verte se leva enfin et, tout en se frottant les yeux, se dirigea vers la cuisine, les chatons sur les talons. Sûrement attendaient-ils leur ration de croquettes matinales. Il était d'ailleurs étonnant qu'ils n'aient pas fait la chorale au pied de Tsubaki …

Comme elle l'avait deviné, Miyu retrouva son aînée aux fourneaux, occupée à préparer le petit déjeuner. Ichigo lui avait laissé de quoi faire un bon premier repas et Kumako s'était chargée de le préparer. D'ailleurs, elle semblait sur le point de faire cuire les deux filets de poisson prit chez le poissonnier du coin. Miyu était une grande amoureuse de poisson et ne se lassait pas d'en manger. Si avant elle se contentait de produits de supermarché, depuis son arrivée à Kyoto son frère la gâtait de produits bien frais des commerces alentours.

▬ Bonjour Miyu-chan... Bien dormi ?

La concernée se contenta de hocher doucement la tête, réprimant un long bâillement derrière sa main. A ses pieds, Raku et Zan commençaient à s'exciter, attirés par l'odeur du poisson frémissant dans la poêle. L'odeur qui s'en dégagea provoqua un nouveau gargouillement de la part de Miyu qui rosit légèrement. Elle retourna sa question à son aînée, espérant qu'elle n'ait pas passé une nuit inconfortable avec Raku la collant comme une sangsue. Elle était adorable cette minette, mais c'était un véritable pot de colle …

▬ Je voulais faire des tamagoyakis... mais je n'ai pas trouvé les œufs. Si Miyu-chan veut des tamagoyakis... ?

Des tamagoyaki … Rien qu'en y pensant, la verte salivait. A la maison, c'était souvent Akita qui les faisait car il avait un don inné pour les rouler. Il utilisait le makisu comme personne à la maison. Le blondinet n'en était pas peu fier et dès qu'il allait l'occasion de se sentir de l'instrument constitué de tiges de bambou, il la saisissait. Il semblait avoir une bonne affinité avec la cuisine, dommage qu'il n'y consacre pas plus de temps … Sa véritable passion était le basketball après tout. Mais bon, tant qu'il continuait de faire ses omelettes, tout le monde était content !

Encore un peu dans les vapes, Miyu balaya la cuisine du regard. Où est-ce que Ichigo rangeait les œufs, déjà … ? S'approchant du réfrigérateur, elle l'ouvrit doucement et observa l'intérieur … Elle finit par apercevoir la boite en carton gris dissimulé derrière une brique de jus d'orange que Ichigo avait couché – faute de place. Miyu repoussa donc la brique et tira doucement la barquette de dix œufs, la déposant sur le plan de travail à côté de son aînée. Elle remplaça ensuite le jus d'orange à sa place et referma le réfrigérateur. Elle n'était restée devant que quelques instants et pourtant, la morsure du froid lui picotait les bras.

▬Voilà les œufs Tsubaki-sen.. Tsubaki-chan.

La transition était encore difficile, Miyu allait certainement mettre un peu de temps avant de le dire naturellement mais elle était décidée à laisser tomber le senpai une bonne fois pour toute. Elle comptait bien tenir cette résolution, même si pour cela elle allait devoir chambouler ses habitudes. La verte était trop habituée à dire « senpai » pour laisser tomber cette appellation aussi vite mais le « chan » finira par venir naturellement, jusqu'à ce qu'il devienne sa nouvelle habitude. Il suffisait d'attendre gentiment que le réflexe s'établisse dans son esprit.

Puisque Raku et Zan se faisaient de plus en plus insistant, Miyu finit par ouvrir un placard près de l'evier et en tira deux gamelles et un paquet de croquettes spéciales chatons. Elle remplit les deux petits bols et les déposa sur un petit tapis, où Ichigo et elle avaient prit l'habitude de faire manger les chatons. Ils se jetèrent sur leur nourriture comme des affamés et Miyu en profita pour remplir d'eau clair le petit bol déjà présent sur le tapis. Parfois, elle leur donnait un petit peu de lait spécial chaton mais aux alentours des quinze heures, lorsqu'ils essayaient de boire dans le verre de lait qu'elle se servait souvent pour le goûter.

▬ Tsubaki-chan a besoin d'aide ?

Fit-elle en s'approchant de son aînée après avoir terminé avec les chatons. Ça la gênait un peu de la voir cuisiner alors qu'elle était l'invitée. Même si elle semblait y prendre un certain plaisir, la verte tenait à mettre la main à la pâte aussi. D'autant plus que l'odeur du poisson excitait vraiment son estomac qui n'en pouvait plus d'attendre afin qu'on le remplisse. Bien heureusement, ses gargouillis n'étaient pas sonores, sinon ils auraient réveillés tous les habitants de l'immeuble ... ❞



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   11.03.15 19:55


Entre filles
with ai miyu
Miyu hôcha doucement la tête, lui affirmant qu'elle avait bien dormi. La plus jeune lui rendit sa question, qu'elle répondit par le positif. Raku avait été légèrement envahissante au début, mais elle avait vite trouvé sa place en se plaçant entre les jambes de la rosette. La présence du chat ne l'avait pas du tout dérangé puisqu'elle avait l'habitude de dormir avec des chats, plusieurs qui plus est. Certains comme Seijuro ou Tetsuya arrivaient à se glisser sous la couette pour venir se caler entre ses jambes. Il y avait toujours un ou deux qui venaient passer la nuit sur son lit mais jamais les six en même temps jusqu'à présent. D'ailleurs, elles se demandaient si tout allait bien pour eux même si elle allait bientôt les rejoindre dans quelques heures.

Kumako surveilla de près la cuisson, tandis que la jeune Ai cherchait les œufs dont avait besoin l'aînée. Le premier filet cuit à point, elle le plaça dans une assiette avant de s'attaquer à l'autre filet.

-Voilà les œufs Tsubaki-sen.. Tsubaki-chan.

Miyu s'était repris à temps. On dirait que la transition n'allait pas être facile. Elle délaissa quelques secondes son poisson et prit la boîte d'oeuf qu'elle posa sur le plan de travail. Retournant à son poisson, Raku et Zan étaient venus s'enrouler autour de ses jambes, sans aucun doute attirés par l'odeur du poisson fumant, miaulant à qui mieux mieux. Mais Miyu les éloigna rapidement en leur servant tous les deux un bol de croquettes. Le saumon grillé comme il faut, elle le plaça sur une autre assiette et se tourna vers la boîte d'oeuf.

Tsubaki-chan a besoin d'aide ? Lui demanda Miyu en s'approchant d'elle.
- Hm... J'ai presque fini donc, commença-t-elle doucement. Miyu-chan... peut mettre en place la table... en attendant ?

Elle voyait bien que Miyu était gênée qu'elle, l'invitée, préparait le petit-déjeuner pour l'hôte. Et même si ses gargouillis se voulaient être discrets, Tsubaki pouvait très bien les entendre, signe évident que son estomac réclamait de la nourriture très vite. Elle lui montra la soupe et le poisson qui étaient déjà prêts puis la laissa mettre un peu d'ordre dans le salon pour qu'elles puissent être à l'aise pour le petit-déjeuner. Pendant ce temps-là, la rosette avait sorti les ingrédients manquants pour l'omelette. Elle mélangea le tout à l'aide d'un fouet et jugeant la préparation parfaitement homogène, elle versa une partie du contenu.

Une délicieuse odeur d'oeuf sucré vint rapidement remplacer l'atmosphère salé du poisson qui s'était répandu. Après plusieurs couches, les tamagoyakis étaient prêtes à être servies. La manager de Seirin éteignit finalement le feu. Elle découpa les omelettes en portions moyennes et apporta le tout dans le salon. Reprenant sa place de la veille, elle s'installa sur le coussin.

-Itadakimasu, déclara-t-elle en joignant les mains.

Elle prit donc ses baguettes, et Raku ne lui laissa même le temps de toucher à son bol qu'elle vint s'installer sur ses cuisses, ronronnant généreusement. Elle réclamait sans aucun doute un petit morceau de poisson. Plus par gourmandise que par réelle faim. Ne résistant à sa petite bouille, Tsubaki coupa un petit morceau de poisson grillé avant de le lui donner dans sa main. Satisfaite, la petite boule de poil blanche se lécha les babines avant de s'éloigner joyeusement pour jouer avec son grand-frère.

-Miyu-chan... veut faire quelque chose en particulier... avant que je ne rentre ? Lui demanda l'aînée en prenant en main son bol de miso.


(c) fiche codée par kumako tsubaki




Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   17.03.15 21:28


















❝ Entre filles ❞

Pyjama de Miyu




❝ Hochant doucement la tête, Miyu laissa la cuisine au bon soin de Tsubaki et rejoignit le salon. Puisque les chatons mangeaient, ils ne risquaient pas de courir dans ses jambes, ce qui était une bonne chose. Ainsi, la plus jeune plia correctement les couvertures, créant un petit tas sur le canapé. Elle ramassa les oreillers et secoua les matelas par la fenêtre avant de les plier également. Elle forma ainsi trois piles : matelas, couvertures, oreillers. Elle les ramena un par un dans la chambre de son frère, les rangeant correctement dans son placard en s'aidant une nouvelle fois du petit escabeau. Rien qu'en retirant les couchages, la pièce reprenait déjà son aspect d'origine.

Cela fait, elle se hâta de repositionner les meubles. Le kotatsu retrouva sa place initiale au milieu de la pièce, les canapés furent réavancer pour les décoller du mur et Miyu finalisa le tout en passant un petit coup de balai, histoire de s'assurer que le sol soit tout à fait propre avant de repositionner les coussins aux quatre coins de la table basse. Heureusement, il n'était jamais venu à l'esprit de Raku et Zan de faire leurs griffes sur les coussins, car ils appartenaient autrefois à la grande-tante de leur père qui y tenait beaucoup. Puisqu'ils n'avaient pas de kotatsu à Tokyo les garder là-bas étaient inutiles, c'est pourquoi Ichigo et Miyu en avait hérité.

Maintenant que tout était en place, il fallait dresser la table. Se servant dans le grand bahut du salon, Miyu tira assiettes, bols et tasses, prenant garce à ce que ce soit assorti. Une table harmonieuse est toujours plus agréable à regarder qu'un fouillis complet. Elle tenait cette habitude de sa mère qui ne pouvait absolument pas mettre sur une même table deux assiettes différentes. Sa propre mère ayant travaillé dans la restauration, elle avait une optique de la table qui n'était pas forcément la même que tout le monde. Son mari (le père de Miyu, donc) était plus du genre à prendre ce qui lui tombait sur la main pour constituer le service de table, assortis ou non.

Désormais, tout était prêt pour le premier repas de la journée. Une délicieuse odeur sucrée flottait dans l'air, mettant l'eau à la bouche de Miyu. Tsubaki avait l'air d'être un vrai cordon bleu : le parfum embaumant l'appartement rendait fou son estomac qui attendait impatiemment de goûter à tous ces mets. Elle-même n'avait que des bases de cuisine, le plus doué de la fratrie est et resta sûrement Akito. Ichigo, il fallait mieux pas le mettre derrière une plaque de cuisson, sinon c'était la mort à la clé. Il était même capable de rater des pâtes, alors je vous laisse imaginer le désastre. Par contre, c'était un pro pour décorer les bentô.

Ainsi, souvent, Miyu s'occupait de la cuisine et Ichigo de l'apparence. Chacun sa tâche, ainsi ils évitaient les dégâts. Puisque la verte ne déjeunait jamais au restaurant scolaire du lycée, elle avait toujours son petit bentô pour la pause repas de midi. Et Ichigo s'appliquait pour le décorer de façon adorable et appétissante. Tout paraît tellement plus délicieux lorsque c'est joliment présenté ! Ichigo mangeant avec ses collègues, il n'avait pas besoin de boîte à bento donc il prenait toujours un moment pour confectionner joliment celui de sa petite sœur, le décorant en fonction des saisons ou des personnages d'un roman qu'elle affectionnait. En plus d'être un délice pour les papilles, c'était un délice pour les yeux !

Toute la nourriture fut finalement déposée sur la petite table et les deux adolescents reprirent les mêmes places que la veille. Les yeux ronds, Miyu observait les plats avec envie. Tout avait l'air tellement délicieux, elle ne savait même pas par quoi commencer ! Elle commença par remplir les bols de riz et alors qu'elles allaient attaquer le petit-déjeuner, Raku grimpa sur les genoux de Tsubaki en ronronnant allégrement, réclamant un petit morceau de poisson. La rosette ne résista pas à l'adorable bouille de l'animal et lui en céda un bout, ravissant la chatte qui repartie aussitôt contentée.

Zan pour sa part ne s'approcha pas, se contentant de les observer. Alors Miyu arracha un petit bout de poisson et tendit le bras pour l'offrir au mâle. Ce dernier renifla la nourriture avant de l'attraper entre ses petites dents et l'engloutir sur le champ. Ainsi, les deux auront eu du poisson, pas de jaloux ! Les deux lycéennes commencèrent alors à manger, les papilles de la plus jeune se régalant du petit-déjeuner préparé par l'aînée. C'était tout simple mais tellement bon ! Cela confirmait ce qu'elle pensait, Tsubaki était un véritable cordon bleu. Miyu se demandait bien si elle préparait elle-même ses plats ou si sa famille avait embauché quelqu'un pour le faire pour eux …

▬ Miyu-chan... veut faire quelque chose en particulier... avant que je ne rentre ?

Quelque chose en particulier ? Tout en mâchonnant un morceau de poisson, Miyu réfléchit. Même si elle y vivant, elle devait avouer que sa connaissance de la ville était minime. Elle se contentait du lycée, du centre commercial, du combini du coin et de la gare. Rien de bien folichon, mais elle n'avait jamais réellement prit le temps de se promener avant de découvrir un peu plus les lieux. La semaine elle était occupée entre les cours et les activités du club. Le week-end, elle le passait à Tokyo chez ses parents, tout comme les vacances scolaires. Sa connaissance de la ville était donc très limitée.

Néanmoins, elle était déjà passée devant quelques lieux intéressants. Comme le parc Maruyama :
ce parc public ne s'étale pas sur une immense superficie mais il présente différents espaces pour se poser, boire et manger. Autour de ces lieux de rassemblement sont habilement disposés des stands de commerçants, qui débitent les bières, sardines grillées et autres takoyaki. Elles pourraient s'y promener et acheter de quoi grignoter à un stand. Il faisait encore beau et bien que les cerisiers ne soient pas en fleur, le parc restait un endroit très agréable. Miyu s'y était promenée une fois seulement avec Hinata quand les hommes de la maison se chargeaient du déménagement.

▬ Pourquoi pas une promenade au parc Maruyama ? Nous pourrions y pique-niquer.

A l'instant même où Miyu terminait sa phrase, un son de clochette résonna. La verte ignorait d'où venait ce bruit, car la sonnette de la maison ne produisait pas un tel son. Quant à son portable, sa sonnerie se composait de divers miaulements de chats. Peut-être s'agissait-il alors de celui de son aînée ? Cela se confirma lorsque la rosette attrapa son appareil, semblant ouvrir un mail. La verte était curieuse de savoir de qui il s'agissait mais ce serait impoli de questionner Kumako là dessus alors elle tint tranquillement sa langue, noyant sa question dans une gorgée de soupe miso. Si Tsubaki voulait lui dire de qui il s'agissait, elle le lui dirait elle-même.

En attendant l'avis de la rosette quant à sa proposition de sortie, Miyu avala un peu de riz et préleva un nouveau morceau de poisson. Elle se demandait si Tsubaki n'avait pas une méthode pour le cuire car la verte lui trouvait un petit goût qui lui était inconnu. Des herbes particulières, un temps de cuisson bien défini ? La prochaine fois qu'elles se voyaient, il fallait absolument que la rosette lui donne quelques cours de cuisine, car elle se régalait. Puisqu'elle était bonne élève, Tsubaki n'avait pas de soucis à se faire si elle se désignait comme professeur. Miyu guetterait le moindre conseil, un calepin à la main ... ❞



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Féminin Messages : 1381
Date d'inscription : 18/10/2013
Localisation : En ville avec Takao
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: ff9999

RP terminés: 23

RP en cours: 2


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   28.03.15 12:42


Entre filles
with ai miyu
Une fois Raku partie, Tsubaki put enfin entamer son petit-déjeuner et remplit son bol de riz d'une portion assez conséquente. Elle en mangea quelques bouchées, tout en alternant avec les autres plats qu'elle avait confectionnés. La soupe de miso était encore chaude, et le tofu à l'intérieur ainsi que les algues fondaient immédiatement dans la bouche. Mais elle pensait qu'il manquait un chouia de sel. Et qu'elle était un petit peu trop épaisse. L'omelette sucrée était moelleuse comme il faut et le goût sucré salé parfaitement équilibré. Elle avait également réussi la cuisson du poisson. Tout semblait ok pour le premier petit-déjeuner qu'elle préparait pour quelqu'un autre que dans sa famille. Et à en juger par les différentes expressions de bonheur qu'affichait la verte, elle était amplement satisfaite de ce qu'il y avait dans son assiette.

-Pourquoi pas une promenade au parc Maruyama ? Nous pourrions y pique-niquer.

Une promenade au parc et un petit pique-nique ? L'idée semblait alléchante et il faisait très beau à l'extérieur. Elles allaient devoir préparer à manger pour le déjeuner et la rosette optait pour des sandwichs triangulaires, facile à préparer et à transporter.

Le tintement d'une clochette attira son attention alors que Miyu finissait tout juste sa phrase. Ce bruit était trop familier aux oreilles de la rosette pour passer inaperçu. C'était son portable. Balayant la pièce du regard, elle le trouva près du canapé et le prit. Elle avait reçu un message. De la part de Seijuro. A sept heures du matin. Fidèle à lui-même, il était matinal, même les fins de semaine. Il devait sûrement donner à manger à son cheval Yukimaru ou bien travailler son violon. Et comme il fallait s'y attendre, le service avait été des plus rapides. Ils avaient du envoyer le courrier dans la soirée la veille ou très tôt le matin. Au choix.

Un bref sourire amusé se dessina sur ses lèvres en voyant le contenu. Elle avait eu la réaction qu'elle attendait. Recevoir une facture à son nom alors qu'il n'avait rien acheté devait forcément l'irriter. Encore plus si cela venait d'elle. D'ailleurs, il avait tout de suite deviné que c'était elle l'auteur de cette petite plaisanterie.

Ne voulant pas faire attendre la verte plus longtemps, elle répondit rapidement par quelques pics au rouge avant de ranger à nouveau son portable. Il était presque neuf heures et elle devrait se dépêcher pour se préparer et profiter un peu du parc et du beau temps.

-Le parc me paraît bien, répondit-elle finalement après avoir posé son portable. Est-ce que Miyu-chan... a de quoi faire des sandwichs... ? Ce serait bien... pour le déjeuner...

Après que les deux jeunes filles se soient mises d'accord et avalèrent leur petit déjeuner, elles débarrassèrent la table, nettoyèrent les plats, mirent un peu d'ordre dans l'appartement, tout cela sous les regards des deux chatons de la maison. Une fois l'appartement rangé, les lycéennes s'attelèrent à la préparation des sandwichs, aussi biens sucrés que salés. Il y en avait pour tous les goûts : au parc pané, au jambon, au saumon et concombre, à la crème fourré de tranches de fraise ou de mandarines. De quoi raviver les papilles de tout le monde.

Une fois le tout empackté, elles se préparèrent rapidement. Tsubaki se vêtit d'un short en jean noir, un t-shirt blanc envahi de lapin, des chaussettes hautes blanches ainsi que sa nouvelle paire de bottes qu'elle avait achetés la veille. Elle déposa son sac qui transportait ses vêtements et ses affaires de toilettes près de l'entrée pour plus tard. Elle plaça son autre sac sur le dos, vérifiant qu'elle n'avait rien oublié.

-Miyu-chan... n'a rien oublié... ?


(c) fiche codée par kumako tsubaki




Merci jumelle <3
Merci Tatsu :3:
 


J'écris en #ff9999 :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Entre filles. [PV Miyu]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre filles. [PV Miyu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une soirée entre filles {Alexis}
» Après-midi entre filles [PV Lizzy]
» Entre filles. [PV Miyu]
» Sortie entre filles ou confessions intimes ? || Devis & Enoria.
» Katie et Veronica: Shopping entre filles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroko's Basket, le forum RPG ::  :: RP finis-