The Basketball Which Kuroko Plays
 
Bienvenue sur KnB-RPG, jeune Rookie !
Tout le monde doit signer le règlement & se recenser ! N'oubliez pas de voter !
Merci de favoriser le choix de personnages du manga en priorité ! 50 pockys offerts pour tout prédéfini prit
Les lycées Seiei, Fukuda Sogo, Kirisaki Daiichi, Shutoku et Kaijo recherchent des membres !

Partagez | 
 

 Après la tempête, la trempette... [PV Satsuki ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: Après la tempête, la trempette... [PV Satsuki ]   14.06.15 17:46

Après la tempête, la trempette !
Shun-kun



Au moins Shun ne perdait pas son esprit combatif au sujet des gages. Oh, comme elle espérait pouvoir assister à son « rendez-vous » avec Imayoshi si celui-ci acceptait … Elle était certaine de voir le meneur de Seirin sous son autre jour. Qui joue avec le feu se brûle. Il a commis une très grosse erreur en lui révélant son rêve honteux avec le diabolique capitaine en personnage principale, et Satsuki aurait du être la dernière personne à en entendre parler. C'était trop tentant enfin ! Il fallait la comprendre ! Quelle irrésistible envie l'avait possédé de savoir comment les deux bruns allaient réagir ensemble.

Sadique ? Hmm … Sans doute oui. Mais avec un bon fond ! Elle connaissait suffisamment bien son capitaine pour se douter qu'il ne ferait pas de mal à Shun, dans le cas contraire, jamais la rose n'aurait proposé un tel gage. Elle tenait trop au garçon pour le mettre en danger de la sorte. Au pire, le brun aux lunettes allait l'emmener dans un endroit louche pour s'amuser de sa peur et des ses autres possibles réactions. Mais la taquinerie devrait être primordiale. Sinon, le troisième année entendrait parler du pays, comme on disait familièrement.

Satsuki appréciait vraiment beaucoup le garçon près d'elle. Shun était parfait à tous points de vue. Il était gentil et serviable, ouvert et réconfortant, plein d'humour et taquin. Tout un mélange qui plaisait beaucoup à la rose. Le meneur était un super ami et elle chérissait ça.

« Tu peux toujours essayer … Je me sens plutôt chanceuse aujourd'hui ~ »

Un sourire mutin sur le visage au passage, elle l'attira vers la maison hantée. Son bras contre elle, Satsuki ne cessait de se demander si c'était finalement une bonne idée. Elle n'était pas spécialement froussarde mais les fantômes … C'était quand même un peu effrayant … mais pas question de faire sa chochotte !

Il y avait quand même une petite queue d'attente. Finalement, c'était une très mauvaise idée … Les hurlements qui résonnaient de l'intérieur de la bâtisse commençaient doucement à l'inquiéter. La manager serrait davantage le bras de Shun en résistant à l'envie de faire demi-tour. Ce n'était vraiment pas une bonne idée. Et le brun devait sentir son anxiété vu sa question, à laquelle Satsuki s'abstint bien de répondre d'ailleurs.

Honneur personnel … Arrivée à un certain point, la lycéenne se fichait bien de partir en hurlant de toutes ses forces. Elle le savait, elle était partie pour perdre ce match en fait. Ah, à force de vouloir jouer les durs, voilà le résultat … Satsuki ne voulait pas entrer là dedans finalement.

Mais le dire à Shun … Ce serait trop honteux d'avoir fait la belle pour fuir comme ça maintenant. Elle continuait de s'accrocher à lui, priant pour que le garçon trouve une excuse sur laquelle elle pourrait sauter. N'importe laquelle !

« Ça doit être très effrayant … oui »

Elle comprenait soudainement la peur d'Aomine face au paranormal. En fait, elle serait venue ici avec lui, aucune chance qu'ils finissent près de cet endroit. L'As aurait fui lâchement pour se sauver en plus … Ami d'enfance indigne.

La rose garda un silence religieux quand on cercla son poignet du bracelet. Trop tard pour faire demi-tour. Exécutant la demande, elle dit quelques vocalises pour vérifier que l'objet réagissait bien et arrêta de respirer en entrant dans la maison.

La voix de Shun fit écho à ses propres pensées. Il n'y avait plus qu'une sortie maintenant et toute une maison hantée à traverser. Quelle horreur … Elle ne tiendrait jamais … Satsuki avait déjà envie de chouiner.

Son côté raisonnée ne pouvait s'empêcher de se dire que les décors étaient absolument magnifiques tant leurs réalismes laissaient sans voix. Un squelette se promènerait devant elle que la fille n'y verrait aucune étrangeté. Les toiles d'araignées étaient si épaisses que l'araignée devait avoir une taille conséquente aussi. Mon Dieu, faites qu'elle sorte vite de là.

Au bond de Shun, elle du se plaquer la main sur la bouche pour ne pas crier de surprise. Quelle idée aussi ! Traverser … Mais traverser quoi, elle ne voyait rien !

« De quoi est-ce que tu par-... »

Son pied entra à son tour en contact avec la substance et tous ses nerfs se glacèrent. C'était juste horrible. Par réflexe, elle chercha sa main et la serra de toutes ses forces et entrant progressivement dedans.

 
"Je n'ai pas peur, d'accord … C'est juste … visqueux ... »

Finalement, Satsuki lâcha la main pour attraper son bras, ignorant le fait qu'elle allait peut-être le gêner pour marcher. Enfoncée dans cette mare étrange, la gélatine lui arrivait un peu sous les seins. Très inconfortable.

Courageusement, elle fit le premier pas et pensa à autre chose pour chasser les horreurs autour d'elle. Akashi en Chaperon Rouge … Aomine dans une robe … Kise en Maid … Midorima en Bunny Girl … Murasakibara en Marie-Antoinette … Kuroko avec un uniforme de fille … Ouais, ça commençait à faire effet.

Ils devaient en être à la moitié et Satsuki ne cessait de vouloir se fondre contre Shun. C'était gluant, visqueux et le fait de ne pas savoir si quoi elle marchait était le pire. Du moins, tant que ce n'était pas autre chose …

La main de Shun sembla attraper son poignet gauche. Étrange puisque le garçon était à sa droite … Lentement, Satsuki tourna la tête, croisant les orbites vides d'un squelette aux longs cheveux blancs. La tête de la chose tournait pas moment, tandis qu'elle se servait de sa poigne sur la rose pour se rapprocher d'elle. De Satsuki toujours mortellement silencieuse.

Il y eut un instant de flottement pendant lequel Shun aurait pu lui parler qu'elle n'aurait rien entendu. La chose morte posa sa main sur son épaule et Satsuki se décida enfin à agir.

Elle aurait voulu crier. Non, en fait, elle voulait hurler. Hurler et supplier. A la place, elle lâcha Shun pour venir frapper de toutes ses forces la chose qui la retenait et la seconde d'après, elle s'enfuyait littéralement droit devant elle. Oubliant le brun.

Satsuki ne voyait plus rien, elle voulait juste sortir d'ici. Les poumons prêt à exploser et le cœur battant de toutes ses forces, elle s'arrêta contre un mur, s'y adossant pour se laisser glisser au sol. Au moins, elle n'avait pas hurlé. La rose avait envie de pleurer là tout de suite. Pourtant, elle résista et et regarda autour d'elle. La manager avait bien couru, partant tantôt à droite, tantôt à gauche.

"… Shun-kun ?"
 

Et maintenant, elle était seule.









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: Après la tempête, la trempette... [PV Satsuki ]   21.06.15 9:38

...

Après la tempête, la trempette
• Feat Satsuki Momoi •


Les maisons hantées.... C'était loin d'être le genre d'attraction dont Shun raffolait lorsqu'il se rendait sur une fête foraine. Oh non ! Il n'avait pas peur ! Il trouvait simplement que dans la majorité des cas, les décors étaient tellement grossiers que ça en retirait tout le potentiel réaliste de la chose. Limite, il trouvait même ça ridicule et amusant ! Depuis quand les chiens squelettiques et fantomatiques possédaient des ampoules rouges clignotantes à la place des yeux ? Et puis c'était quoi cette manie de toujours mettre une mariée déshonorée par un époux volage.... la pauvre finissait immanquablement par se donner la mort et réapparaître toute squelettique dans sa robe immaculée et poussiéreuse ! Et ça, peu importe la maison hantée dans laquelle vous avez le courage de mettre un pied, vous pouvez être sure de la retrouver !

Cette constatation avait été faite il y avait déjà quelques années par Shun et Aya alors qu'ils étaient allé à Disneyland Tokyo avec sa famille. Loin d'avoir été effrayé par la maison hantée aux allures pourtant assez glauques, il avait trouvé cette attraction comme étant l'une des plus amusantes du parc ! Depuis, c'était devenu comme un petit jeu complice entre Aya et lui que de pousser les portes de chacune des maisons hantées qu'ils croisaient afin de traquer avec sa sœur aînée la pauvre mariée trompée et epleurée !

Un petit sourire s'imprima sur le visage de Shun. Comme quoi si Aya avait beaucoup changée depuis le décès de leur père, il y avait toujours des petites part d'elle qui demeuraient comme avant. Et il ne pouvait que se réjouir de constater que malgré son âge et les allures d'air sérieuse qu'elle tentait de se donner, elle acceptait toujours de partager leur petit délire des maisons hantées les moins effrayantes du pays !

Mais pour le coup, la maison hantée de la piscine dans laquelle il se trouvait avait quelque chose de réellement effrayant. A ses cotés, Satsuki n'en menait pas large et Shun ne pouvait pas assurer avec certitude être beaucoup plus rassuré qu'elle....

L'ambiance était glauque au possible... Sordide.... limite morbide ! Bah.. Pour le coup on ne pouvait pas reprocher au décorateur de la maison d'avoir mal fait son travail ! Tout était mis en scène de façon à donner la chaire de poule aux visiteurs. Quelques frissons remontèrent d'ailleurs le long de l'échine de Shun pour hérisser les cheveux de sa nuque. En plus, loin du soleil caniculaire qui sévissait à l'extérieur, il faisait relativement frais dans la bâtisse.

En plus d’être particulièrement désagréable, l'espèce de gélatine infâme était gelée ( c'est le cas de le dire !!! ). Il sentait Satsuki lui agripper la main un instant alors qu'elle laisser son pied entrer en contact avec la substance pour découvrir sa viscosité dégoûtante.

« Je ne pensais pas qu'on rencontrerait ce genre de truc... »

La manager de Tôô s'accrocha à son bras alors qu'ils s'enfonçaient dans la marre gluante. Shun avait espéré que ça ne serait qu'une petite pataugeoire qui serait en contact qu'avec ses pieds ou, au pire, ses mollets. Mais plus ils avançaient et plus ils s’enfonçaient dans ce bassin gélatineux. La matière désagréable et collante avait complètement recouvert son caleçon de bain et lui arrivait maintenant au niveau de la taille. Horrible... infâme.... inqualifiable.... Shun n'arrivait pas à se défaire de la comparaison de cette substance et de la bave d'escargots qu'il détestait tant. Un peu comme si une personne arachnophobe était prise dans une toile d'araignée. Voila le ressenti terrifiant qu'il éprouvait. Il avait le cœur au bord des lèvres et désirait une chose plus que tout autre : sortir de la dedans !!!

Un cri strident retentit au loin. Shun tourna la tête sur le coté, se demandant ce que la personne à qui appartenait ce hurlement avait bien pu voir ou rencontrer. Au classement des maisons hantées les plus effrayantes, celle-ci tenait sans l'ombre d'un doute une place de premier choix, trônant fièrement dans le top five d'Izuki !

Shun s'arrêta de marcher, s'immobilisant dans la marre gluante. Il leva la tête pour regarder le plafond juste au dessus de lui. D'épaisses toiles d’araignées recouvraient le plafond et une de ses occupantes aux pattes multiples avançait docilement dans la toile dans la déchirer. C'était tellement réaliste....

Soudain, sans comprendre ce qui se passa, il sentit Satsuki le lâcher brusquement et détaller comme un lapin en filant droit devant elle.

« Sat-chan !!! »

Il tendit la main en avant pour la rattraper mais elle était déjà loin, s’enfonçant dans obscurité tellement épaisse que Shun la perdit de vue dans les secondes qui suivirent. Bah ? Qu'est ce qui lui prenait ? C'est en tournant la tête à l'endroit que Satsuki occupait à ses cotés quelques secondes plus tot que Shun comprit. Un espèce de squelette décharné et vivant ( sans doute incarné par un employé déguisé ) avait du la toucher et fiche une pétoche montre à la jeune fille. Un petit sourire attendri se dessina sur le visage de Shun. Elle était terrible ! Elle venait certainement d'avoir la peur de sa vie et malgré ça elle avait gardé ses lèvres closes pour ne pas perdre son pari ! Non mais quelle fille têtue ! Quelle fille bornée aussi ! Elle avait une force de caractère et un self contrôle impressionnant ! Sans parler de sa détermination qui n'avait rien à envier à celle de Shun pourtant remonté à bloc et bien décide de ne pas perdre une énième fois contre la jeune fille.

Le problème maintenant c'est qu'avec cette histoire, Satsuki et lui se retrouvaient séparés. Il n'allait pas être évident de la retrouver dans la bâtisse assombrie. Qui sait où elle pouvait bien erre partie ?

Shun réussit à s'extirper de la piscine de gélatine mais à peine mit-il un pied de nouveau sur la surface solide du sol qu'une sorte de grand jet d'eau l'aspergea complémentent, lui arrachant un petit cri sur le coup de la surprise. Le bracelet du garçon se mit à réagir et Shun se maudit intérieurement alors que la douche forcée qu'il venait de subir le débarrassa des restes de gélatine pouvant encore coller sa peau

Il avait beau regarder tout autour de lui, il ne trouvait aucune trace de la jeune fille. Pire... il ne trouvait aucune trace de personne.... il était tout seul. Pourtant il y avait bien des gens qui étaient entrés avant lui dans la maison hantée. Cette dernière devait sans doute être séparée en plusieurs pièces , un peu comme un labyrinthe macabre d'où les visiteurs devaient retrouver leur chemin jusqu'à la sortie tout en affrontant les pièges dissimulés à l'intérieur.

Shun arriva jusqu'à un mur qui lui laissait trois possibilités. A gauche, une porte épaisse en bois vieillie attendait d’été poussée. A centre, un rideau de lames en caoutchouc noir pouvait être franchit. Et enfin, à droite, l'ouverture était gardée par des toiles d’araignées déchirées que l'on pouvait écarter pour passer.

Vu comme Satsuki avait foncée droit devant elle, elle avait sans doute prit la porte du centre. C'est fort de cette réflexion que Shun écarta les lames de caoutchoucs noirs pour se frayer un passage jusqu'à la pièce suivante dans laquelle il se figea dés qu'il entra.

La totalité des murs étaient recouverts de rouge... Un rouge hémoglobine à la limite du malsain... Il déglutit péniblement alors que des mannequin mis en scène dans des scènes de tortures atroces semblaient l'accueillir pour la suite de sa visite. Pour le coup, Shun se sentait pas spécialement bien et il espérait que Satsuki ait prit une des deux autres pièces lorsqu'elle avait fuit.

« Sat...suki ? »

Pas de réponse.... Juste des cris et des hurlements d'autres personnes présentes dans l'attraction. Et étrangement cela avait quelque chose de rassurant ! Rassurant de savoir qu'il n'était pas tout seul enfermé là dedans ! Et puis après tout ce n'était qu'une mise en scène n'est ce pas ? Il n'y avait pas de quoi faire de son froc....

Il avança encore un peu dans la pièce et soudain il sentit le sol se dérober sous ses pieds. Un nouveau cri de surprise lui échappa alors qu'il se sentit tomber avant d'attérir que un immense matelas gonflable qui amorti sa chute. Shun resta un instant ainsi, histoire de se remettre de ses émotions et comprendre qu'une trappe s'était ouverte sous son poids et l'avait fait tomber dans une pièce située en dessus.

Il se releva du matelas gonflable présent pour garantir la sécurité des clients. Il poussa l'unique porte de la pièce pour tomber sur une nouvelle tout aussi effrayante que la précédente. Ici, tout ressemblait à un coffre à jouets cassés. Des poupées horribles avec des yeux arrachés et des cheveux coupés, des pantins disloqués qui sortaient de leur boite à surprises et basculaient d'avant en arrière avec un air menaçant, des ourses en peluche éventrés dans le pelage vomissaient du coton jaunie....

« Satsuki ? »

Aucune réponse.... Où pouvait-elle bien être... Pour le coup, Shun se sentait terriblement coupable d'avoir accepté son défi dans cette maison hantée. Tout ça pour quoi ? Pour faire un pseudo test de courage et voir jusqu'où la témérité et l'obstination de la jeune fille pouvaient aller. Pourtant il avait bien remarqué qu'elle n'était pas particulièrement rassurée dés le début... et la savoir toute seule la dedans ne cessait de le faire culpabiliser encore davantage

Shun traversa la pièce de « jeux » sans vraiment s'y attarder. Il avait laissé son regard se poser par -ci et par-là pour s'assurer des différentes issues qui s'offrait à lui mais il n'y avait qu'une seule et unique porte. Il n'hésita donc pas pour la pousser. Celle-ci donnait sur un escalier métallique qui faisait un peu penser à ceux de certaines usines. L'avantage c'est qu'avec ça il regagnait l'étage qu’il avait quitté quelques minutes plus tôt avant sa chute par la trappe de la pièce « sanguinolent »... Il avait donc plus de chance de tomber sur Satsuki à ce niveau vu que c'était celui sur lequel ils s'étaient séparés....

Il avança dans un couloir étroit qui donnait l'impression de se rétrécir au fur et a mesure.... Mais ce n'était pas spécialement une impression... Si au début du couloir il aurait largement eut l'espace pour tendre ses deux bras sur le coté, il se trouvait maintenant dans l'incapacité de le faire... l'espace était juste assez grand pour accueillir une porte étroite dans laquelle il put se glisser .

Nouvelle pièce ! Légèrement moins lugubre et plus éclairée que les précédentes. Alléluia ! Le calme avant la tempête ? Il avança quelque peu avant de repérer une silhouette rehaussée d'une chevelue qu'il connaissait parfaitement pour l'avoir si souvent caressé ces dernier jours

« Satsuki ! »

Il se précipita vers la jeune fille qu'il attrapa doucement par le poignet pour ne pas l'effrayer. Il la serra contre lui dans une étreinte visant à la rassurer elle... mais aussi lui !

« Tu m'as fais peur de partir comme ça ! Je me suis inquiété et j'ai eut trop de mal à te retrouver ! Je te jure je suis tombé sur des trucs vraiment.... effrayants... j'ai hâte de sortir. Tu vas bien ?»

Et tant pis si elle le prenait pour une mauvaise ! Et tant pis si il lui avouait ne pas se sentir à l'aise dans l'atmosphère sinistre qui régnait dans l'attraction

« On cherche la sortie ensemble ? »










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: Après la tempête, la trempette... [PV Satsuki ]   30.06.15 17:56

Après la tempête, la trempette !
Shun-kun



Le cœur sur le point d'exploser, Satsuki se laissa tomber par terre, le dos contre le mur. Le souffle rapide, la rose cherchait surtout à calmer ses battements de cœur beaucoup trop vifs. La gauche sur sa poitrine, la fille ferma un instant les yeux en inspirant un grand coup d'oxygène avant de les rouvrir. Ses jambes tremblaient un peu face à l'effort qui leur avait été demandé. Toujours aussi haletante, la demoiselle n'avait pas encore la force de se relever. L'espèce de bitume au sol était froid, ça avait au moins l'effet bénéfique de rafraîchir son corps.

Du moins tant qu'elle oubliait l'ambiance glauque du couloir dans lequel elle se tenait. Et elle avait beau tourner la tête, Satsuki ne voyait qu'une succession de briques aussi bien de là où elle venait de là où elle allait devoir repartir pour continuer à avancer. Des fausses torches étaient accrochées au mur, les habituelles flammes contenues dans une simple ampoule originale qui offrait cette impression de brasier. Mais pas une seule porte à l'horizon. Et évidemment, dans sa précipitation a quitté l'enfer de la gélatine bien gluante à traverser, la rose n'avait absolument pas fait attention à là où elle avait marché. Donc même revenir en arrière n'était pas possible … surtout si c'était pour se perdre encore plus.

Un vent froid la fit frissonner et son esprit rationnel tentait de l’assimiler à des ventilateurs fort bien dissimulés. Elle se frotta un peu les bras et s'aida du mur pour se relever. La pierre, froide et rugueuse était bien vraie, la maison hantée avait des fondations qui dataient … Cela dit, rien n'indiquait où est-ce que l'adolescente se tenait. Était-elle sous terre ? Bonne question. Satsuki n'entendait absolument rien, même pas les cris que pourraient pousser d'autres participants. Le silence complet était de loin, le plus effrayant.

Ses yeux framboises fixèrent le capteur a son poignet. Aucun moyen de demander de l'aide. La maison devait être bien sécurisée alors et toute une équipe devaient surveiller les participants au moyen de plusieurs caméras. La manager soupira, hésitant à continuer ou à rester ici. Elle n'arrivait plus à le nier, elle avait peur. Elle voulait vraiment sortir d'ici, mais sortir en prime avec la tête haute, fière de ne point avoir hurler. Pourtant, tout à l'heure, c'était limite … Que réservait la suite ?

Finalement, la demoiselle se mit en marche. Shun allait peut-être la chercher, autant tenter de le croiser dans un recoin un peu plus accessible. Le couloir n'en finissait plus de se poursuivre, tel un rêve qui forcerait à comprendre qu'il faut partir en quête de quelque chose. Mais même dans ce rêve, il y aurait des portes, certaines menant à rien. Ici, seulement de la pierre et ces fausses torches. Afin de se changer les idées, Satsuki cherchait des gages qu'elle allait pouvoir donner au brun mais le cœur n'y était plus. Elle avait seulement peur et même en le dissimulant, la piqûre glacée de l'appréhension martelait son dos sans discontinue. Les yeux résolument fixés droit devant, elle ne voulait regarder rien d'autre.

Au bout de deux « Go Go Tôo », chantés tout doucement dans l'espoir de penser à tout sauf à ce lieu effrayant, Satsuki arriva enfin devant une porte. Une … toute petite porte. Le genre de porte qui implique de se mettre à quatre pattes et un sacré don pour la gymnastique pour la passer. Soupirant plus fort, la rose s'abaissa, espérant que la chose derrière, si tenté qu'il y en ai vraiment une, n'en profite pas pour la tripoter et ouvrit la porte. Commençant par le bras droit, la demoiselle rampa un peu avant de faire ses deux épaules successivement. Le plus difficile fut sans doute sa poitrine qui résista un peu avant de suivre le reste. Finalement, elle pu se remettre sur ses pieds et observa cette nouvelle pièce. Au fond, une porte avec de lourdes teintures lui faisait face. Il y avait une table et des chaises capitonnées, rien de bien effrayant. Sauf cette centaine de poupées qui la fixaient avec ce sourire à donner la chaire de poule. Ne réprimant pas d'ailleurs le frisson qui traversa son corps de haut en bas, elle avança doucement sous les regards morts des poupées de collection. Heureusement, la manager ne craignait pas spécialement cette pièce là, n'ayant jamais vraiment eu peur de ces jouets. Et à vrai dire, elle s'attendait vraiment à ce que l'une d'entre elle se jette brusquement sur elle.

« Faisons là d'or et d'argent … My Fair Lady ~ »

Oh … Oh, okay … La chanson clichée bien flippante. Surtout quand elle sort de nul part. Satsuki s'obligea à respirer lentement, s'imaginant déjà le cliché de la poupée qui se jetterait brutalement sur elle, alors que l'objet inanimé serait uniquement contrôlée par de fins fils presque transparents.

Traversant la pièce avec des regards fréquents de chaque côté, la rose sentait que quelque chose allait arriver. Et ça ne manqua pas. Le pan à gauche, cette immense armoire remplie de poupées et peluches se mirent à rire, leurs visages défigurés par la malveillance. La manager plaqua ses mains sur ses oreilles et ferma les yeux, courant droit devant elle tant les rires lui faisaient peur.

Elle sentait qu'on la frôlait, qu'on touchait son dos et ses épaules, qu'on tirait gentiment ses cheveux. Une fois la porte traversé, les teintures au niveau de ses fesses, les rires cessèrent, tout retrouve sa place, attendant sans doute la prochaine victime. Du moins, ce n'était qu'une supposition parce que la fille ne se retournerait pour rien au monde. A la place, elle continua, dans ce couloir sombre avec ces fausses chandelles.

Et qui dit nouveau couloir, dit nouvelle pièce. La porte en chêne était plus légère à pousser qu'il n'y paraissait. C'était incontestablement la pièce la plus normale qu'elle ait vu jusqu'ici. Des tableaux de toutes tailles habillaient un mur de couleur chocolat. Au sol, un tapis en faux poils était surplombé par une table basse qui faisait face à une banquette accueillante. Des bouquets de fleurs remplissaient des vases de porcelaine fine. Satsuki sentait qu'elle pouvait faire une pause ici, le temps de calmer son cœur affolé, son inquiétude d'être seule dans cette maison hantée aux pièces jumelles de celles de la maison Winchester. Mais avant de pouvoir s'asseoir, elle entendit son prénom.

Elle se retourna et le garçon l'attira dans ses bras. Immédiatement, elle sentit les larmes monter et s'accrocha à ses épaules.

« J'ai … J'ai tellement peur ! »

Son front contre sa clavicule, la manager sentait ses larmes qui couler toute seule. Elle s'en fichait d'avoir l'air faible, de perdre, de faire des photos en cosplay … Elle voulait sortir.

« Shun-kun … Je veux sortir d'ici … Je veux vraiment sortir d'ici !!! »

Satsuki ne voulait pas le lâcher. Elle continuait de pleurer silencieusement, espérant juste ne pas tomber sur autre chose de plus effrayant.









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: Après la tempête, la trempette... [PV Satsuki ]   11.07.15 13:18

...

Après la tempête, la trempette
• Feat Satsuki Momoi •




Quelle idée....

Quelle idée de venir dans cette horrible attraction macabre. Vraiment, avoir ce genre de maison hantée dans un parc aquatique était déjà d'un goût particulièrement douteux. Tout aussi douteux que l'esprit dérangé du décorateur et concepteur des lieux qui ne devait pas être tout seul dans sa tête ! Il suffisant de sentir l'ambiance glauque et coprésente qui se dégageait de chacune des pièces que Shun traversait. Déjà le liquide visqueux, faisant penser à une espèce de gelée particulièrement glacée et écœurante. Puis cette pièce avec la trappe qui l'avait propulsé à l'étage intérieur. Ça l'avait tellement surprit qu'il n'avait pu laissé un cri lui échapper, faisant très probablement réagir le bracelet... Mais pour l'heure, il s'en fichait éperdument de ce ridicule accessoire qui encerclait son poignet. Il n'avait qu'une seule et unique préoccupation : celle de retrouver Satsuki

Après plusieurs autres pièces et des escaliers, c'est dans un couloir lugubre et mal éclairé qu'il retrouva son ami dont la silhouette tremblait trahissant la peur s'emparant d'elle. Il avait pressé le pas, se souciant guère de son genou abîmé, afin de la retrouver. Il l'avait appelé et cette dernière c'était retournée pour tomber dans ses bras, s'accrochant à lui comme à son ultime espoir de quitter l'enfer de cette maison hantée.

Shun passa ses bras autour du corps tremblant et glacé de son amie. Il déposa un petit baiser au sommet de sa tête, dans ses cheveux roses encore légèrement humides et emmêlés.

« Chut... Tout va bien. Promis, je ne te lâche plus ! »

Shun pencha la tête légèrement dans la direction et afficha un sourire rassurant sur ses lèvres. Les larmes de Satsuki inondaient son visage et Shun ne put s’empêcher de sentir la culpabilité s'emparer de lui. Pourquoi avait-il était assez idiot pour accepter cette attraction ? Il avait pourtant bien senti la réticence de Satsuki avant de pénétrer. Il n'aurait pas été trop tard pour faire demi tour et trouver une autre façon s’assouvir leur besoin de supériorité mutuel en se donnant un gage débile. En définitive, tout ça pour ça …. Toute cette peur, cette angoisse, ce mal être... Uniquement pour se prouver que l'on est plus têtu, caractériel, courageux que l'autre... Peu être aussi par rapport à leur équipe de basket ? Too et Seirin qui s'affrontent une énième fois en dehors du terrain balisé d'un parquet... Stupide ! Vraiment stupide ! La seule chose qu'ils avaient gagné était une bonne frayeur. Les larmes de Satsuki n'avaient rien d'une comédie ou d'un caprice, elle était terrorisée.

« On va se dépêcher à trouver la sortie d'accord ? »

Essayant de se montrer le plus confiant possible, Shun ne se défaisait pas de son sourire. Il prenait la main de Satsuki dans la sienne et il attendit son approbation avant de se mettre en marche. Toutefois, la confiance qu'il se forçait d'afficher n'était qu'une façade derrière laquelle se cachait son anxiété. Vraiment, cet endroit fichait la pétoche ! Qui savait quels autres atrocités ils allaient rencontrer sur le chemin les menant jusqu'à la sortie

Le couloir dont la lumière misérable reflétait une ombre jaunâtre sur leur visage paraissait ne plus en finir. C'est presque avec un soupire de soulagement que Shun accueilli la porte sur laquelle semblait déboucher ce couloir étroit. Il jeta un petit coup d’œil en direction de son amie à la longue chevelure rose avant de poser sa main sur la poignée et de la faire tourner vers la droite. Il poussa la porte avant d'entrer dans une nouvelle pièce qui aurait faire passer toutes les précédentes pour le paradis terrestre !

Shun se figea alors que sa bouche restait légèrement entrouverte face à ce qui se trouvait dans la pièce. Les murs d'un rouge sombre profond semblaient complètement maculés d'hémoglobine. Du sang qui donnait l'impression de couler depuis le plafond jusqu'au plancher sur lequel les deux étudiants avaient les pieds.

Le regard d'aigle de Shun parcourut le reste de la pièce. Des cordes épaisses pendaient depuis le plafond et des dizaines de corps se balançaient, pendus par le cou à ces cordes serrées. Macabre.... pesant.... Et de toute évidence, pour franchir la pièce il allait leur falloir déambuler parmi les corps pendus qui bougeaient lentement, comme bercés par un petit vent....

Shun déglutit difficilement. Il sentait la main de Satsuki se serrer davantage dans la sienne. Il lui adressa un petit sourire encourageant visant à la rassurer et à chasser son anxiété

« Ce n'est que des mannequins. La porte est juste en face, on la voit d'ici ! Vu la distance parcourue on ne doit plus être très loin tu ne crois pas ? »

Joignant les actes aux paroles, Shun se mit à avancer. De sa main libre il repoussait délicatement les corps qui se balançaient. L'expression du visage de ses mannequins pendus étaient juste épouvantable. Shun s'attarda sur la silhouette d'un enfant dont la tête sur le coté semblait refléter toute la douleur des dernières minutes précédent sa mort lente... Le meneur de Seirin n'arrivait pas à défaire son regard de ce visage atrocement déformé, comme si là, devant lui, ce n'était plus un mannequin mais une véritable personne.

Aussi, lorsque le mannequin ouvrit subitement les yeux et redressa la tête, Shun ne put retenir un hurlement de surprise et de peur. Il sursauta tellement fort que ses pieds quittèrent un instant le plancher et, sans avoir conscience de ce qu'il faisait, il se mit à courir aussi vite qu'il le pouvait, fonçant droit devant lui, se heurtant aux cadavres qui pendaient depuis le plafond et entraînant Satsuki dans la fuite effrénée

La respiration rapide et le souffle court, il ouvrit la porte de la pièce et se précipita dans la nouvelle sans faire attention à ce qui l'entourait. Il n'entendait pas non plus les supplications de Satsuki qui lui demandait de ralentir. Il ne prenait pas garde à la douleur de son genou qui lui intimait de marcher. Il n'avait plus qu'une seule et unique envie : se tirer d'ici !!!

Il enchaînait les portes qu'il faisait claquer à chaque ouverture, ne se souciant pas des gens se trouvant éventuellement de l'autre coté. Étrange d'ailleurs. Il avait vu de nombreuses personnes entrer dans le manoir mais il n'avait jusqu'à présent croisé personne ! Pourtant ce n'était pas les cris et les hurlements plaintifs qui manquaient !

Une nouvelle porte s'ouvrit et une lumière vive et aveuglant l'éblouit. Il consentit enfin d’arrêter de courir alors qu'il posait son bras sur ses yeux pour se protéger de cette lumière si brusquement forte. Il lui fallut quelques instants pour comprendre qu'il venait enfin de trouver la sortie …

Il reprit sa respiration, se trouvant parfaitement stupide d'avoir paniqué à ce point. Shun tourna la tête vers Satsuki

« Je suis désolé... je... j'ai... paniqué.... »

Shun sursauta une nouvelle fois quand une employée de l'attraction posa sa main sur son épaule afin de l’interpeller. Elle lui expliqua vouloir récupérer les bracelets et Shun lui tendit son bras pour qu'elle le lui enlève.

« Je crois que là encore j'ai perdu..... »

Il attendit que Satsuki soit elle aussi délestée de son appareil puis ils suivirent l'employée jusqu'à son guichet. Un sourire sur le visage, elle informa que le plus de décibels avaient été enregistré sur le bracelet de Shun. Le garçon de Seirin ne put retenir un petit rire gêné tout en se frotta l’arrière de la tête, ébouriffant légèrement ses cheveux habituellement si lisses.

« Tu vois.... Je crois que je devrai arrêter de jouer avec toi »

Izuki se permit de prendre une grande inspiration avant de soupirer. Jamais !!! Jamais plus il retournerait dans cette attraction ! Il n'en avait pas vu tous les recoins et il n'avait pas du tout envie de continuer à explorer le monde lugubre dont elle pouvait encore regorger

« Je suis désolé... ce n'était pas une bonne idée d'aller la dedans... On a eut la pétoche de notre vie je crois »

Un petit rire ne put s’empêcher de franchir ses lèvres

« Au moins, on pourra en rire lorsque l'on y repensera dans quelques temps ! »

Shun sourit avant de reprendre la main de Satsuki dans la sienne. Courir, hurler, avoir peur... tout ça avait creusé son estomac et ce n'était pas la barbe à papa qui aurait pu caler ce petit creux. Il avait soudainement une furieuse envie de manger !

Son regard parcourut le parc avant de s’arrêter sur une enseigne qui attira toute suite son attention. Shun la pointa du doigt afin de l'indiquer à sa camarade

« Tu ne veux pas qu'on aille las bas ? J'ai faim tout d'un coup ! Si mes souvenirs sont bons ils ont des pâtisseries occidentales super bonnes ! Je t'invite ! Et interdit de protester ! »

Il pencha doucement la tête sur le coté en la regardant

« C'est pour me faire pardonner de ne pas avoir empêcher la visite de cette maudite maison hantée ! »








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: Après la tempête, la trempette... [PV Satsuki ]   18.07.15 3:00

Après la tempête, la trempette !
Shun-kun



Perdue dans les bras de Shun, Satsuki chouinait doucement. Pas les vrais sanglots déchirants qu'elle sentait pourtant au fond de sa poitrine mais des petits gémissements plaintifs comme ceux d'un petit animal blessé. Pourtant, la rose n'avait pas de blessures physiques. Elle était juste terrifiée. Horrifiée par ce qui l'entourait, par ce qu'elle avait vu, parce qu'elle allait encore devoir traverser pour sortir d'ici. En terme de qualité, cette maison hantée avait assurément la palme, la quantité de temps et de travail était juste incroyable. Au plus grand damn des curieux qui entraient sans imaginer qu'ils allaient en ressortir en pleurant. Car dans cet endroit, toutes les peurs, même les plus primaires devaient être représentées, de façon à forcément toucher l'âme de quelqu'un.
Les responsables de ce truc aiment la panique des visiteurs. C'était la conclusion qui sautait à l'esprit de la manager. Sinon, il était impossible de vouloir créer une maison hantée aussi … horrifiante.

La rose aurait voulu traverser le reste des pièces dans cette position, bien au chaud dans les bras du brun et son visage nichée dans son torse. Profiter de ces baisers réconfortants, de son calme presque inquiétant. Il tenait presque son rôle de grand frère à la perfection, la lycéenne se sentait comme une enfant qu'on rassurait. Pas que ça la dérangeait maintenant. Une fois sortie d'ici, elle allait lui montrer qu'elle avait encore des atouts cachés. Mais assurément … Elle n’emmènerait jamais l'As de Tôo dans ce lieu … Imayoshi à la grande limite, mais traverser cet endroit glauque en l'entendant rire … pouvait être encore plus terrifiant que les pièces elles-même.

Satsuki avait la bouche bien close. Ses dents rongeaient doucement ses lèvres afin de ne pas laisser ce cri fatal en sortir. Terrifiée mais pas idiote, elle tenait quand même encore un peu à gagner. Un minimum d'honneur caché sous ce maillot de bain, et oui ! Elle ne portait pas les couleurs de Tôo pour rien !

Entrelaçant ses doigts aux siens, Satsuki se promit de ne surtout pas lâcher Shun. Peu importe la raison, peut importe le danger imminent … Elle se raccrochait à lui comme un chaton à son maître après avoir effectué sa première glissade dans le bain à cause d'un excès de curiosité.

Lentement, très lentement, la manager avança ses pieds afin de suivre le brun. Si seulement, ils rencontraient d'autres duos … mais personne. Juste des cris, d'hommes, de femmes. Comment était-il humainement possible de ne croiser aucun autre participant ?! Même si les trois portes du début menaient à trois lieux différents, possiblement le rez de chaussée et les deux étages, il y avait forcément un moment où le chemin en croisait un autre. Surtout vu les trappes monstrueuses qui ramenaient au niveau en dessous … Si la maison avait une partie souterraine … la superficie pouvait être facilement doublée voire triplée. Facile de se perdre.
Encore plus simple si les dirigeants de l'attraction fermaient volontairement certaines portes pour forcer les pauvres victimes à ne pas trop s'approcher d'un autre duo. Machiavélique à souhait. Un vrai labyrinthe bourré de technologies.

Mais le résultat de tout ça ? Il fallait bien que la maison suive un rendement assez constant pour rester ouverte. Le perdant devait juste s'en sortir avec une bonne frayeur mais le gagnant ? Y avait-il cadeau à la clé ? Le genre de présent qui donnait envie de retenter l'expérience ? Ça serait encore mieux si le cadeau était secret et n'était pas souvent le même. A part les dingues de probabilités, il y avait peu de chance de deviner le bonus de tout ce malus. Satsuki était, elle l'avouait, légèrement curieuse.

Mais quand elle passa avec Shun dans la pièce où d'horribles mannequins se balançaient, un vieux souvenir remonta à son esprit. Comme tous les établissement de ce pays, Teiko avait son lot d'histoires surnaturelles. Le mannequin de la salle de Science qui bougeait tout seul, le piano dont les touches se mouvaient à leur guise, les toilettes hantées … Et cette histoire en particulier … Celle de la jolie Fumio Kotonoha. Une demoiselle aussi belle que gentille, à l’intelligence supérieur et au charme innocent. D'après la légende collégienne, Kotonoha serait tombée amoureuse de son professeur de sport. L'homme, d'abord amusé, avait commencé à jouer avec elle, l'entraînant doucement mais sûrement dans les tréfonds interdits de la déontologie.

Kotonoha, totalement éprise, se voyait déjà mariée à cet homme qui voyait en elle tellement de choses qu'elle n'avait pas encore compris. Mais quand l'homme s'aperçut que d'étranges rumeurs couraient sur eux, que son favoritisme n'était plus adroitement dissimulé, il prit peur. Il aurait été plus simple de couper les ponts avec son étudiante. Mais non. Se livrant un dernier acte, guidé par la passion quasi destructrice de Kotonoha, il l'assassina et dissimula son meurtre par un suicide.
Fumio Kotonoha aurait été retrouvée pendue dans le gymnase, la honte qu'elle aurait pu causer à sa famille étant sa raison.

Bien sûr, pour avoir passé tant de temps entre les divers gymnases, Satsuki n'y croyait pas. Elle n'avait jamais entendu de voix ou vu de fantôme … pas de corps se balançant au clair de lune … Foutaises que tout cela !

Malgré tout, la rose n'était pas rassurée au milieu de ces pantins désarticulés, s'attendant presque à voir l'uniforme de Teiko parmi eux. L'esprit de Kotonoha avait peut-être décidé de venir bosser ici à plein temps depuis sa mort … Mais qu'elle ne dérange pas Satsuki et son ami alors.

Par réflexe, la manager serra davantage sa prise sur la main un peu fraîche du garçon. A nouveau cette envie de se coller à son dos, de se sentir dans le giron d'une sécurité qu'il pourrait lui offrir. Elle hocha doucement la tête à ses mots, trouvant que le meneur de Seirin se rassurait plus lui que elle. Petit oiseau avait peur ? Le pauvre, elle allait avoir du mal à le rassurer là …

Ensuite, il y eut un grand cri. Non un hurlement. Et Satsuki comprit enfin l'intégralité d'une expression : faire le drapeau. Qu'elle existe ou non d'ailleurs … mais pour faire simple, la rose avait l'impression de flotter. La poigne de Shun était si forte et sa course si rapide, elle .. flottait derrière lui. Économie d'énergie ~ Mais bon, elle se rendit vite compte qu'effectivement elle courrait aussi … Pas grand chose comparé à la poigne de devant mais c'était un bon moyen de sortir d'ici.

Cependant … le fait que ce point de côté lui déchire tout le côté droit était fort désagréable. Tentant de le faire à Shun au moyen de paroles à peu près réconfortantes, rien n'y fit. Il n'y eut que cette lumière aveuglante qui la força à fermer les yeux de toutes ses forces. Son bras de libre en guise de cache-soleil, elle regarda le brun entre deux éblouissements. Elle l'entendit s'excuser, et avouer sa défaite.

On lui retira son bracelet et la demoiselle se massa un peu la peau. La sensation d'être libre évacuait l'adrénaline de ces dernières minutes, un mauvais souvenir qui disparaissait presque. A l'entente du résultats après l'étude des deux bracelets, Satsuki se pencha en avant, poings sur les hanches et regarda Shun dans les yeux.

« … J'ai gagné »

Morte de trouille et encore tremblante mais victorieuse. Fière Tôo, elle affichait sa joie avec un sourire triomphant qu'aucun commentaire ne pourrait lui enlever. Pendant que le garçon soupirait de tout son cœur, l'employée lui tendit un bout de papier avec un clin d'oeil. Les yeux roses le parcoururent vite fait et elle le cacha derrière son dos pour l'instant.

Non, elle n'était pas certaine d'en rire un jour. Satsuki avait franchement eu peur et si jamais elle s'était mise à pleurer comme un bébé … Elle effacerait ce souvenir de force de la mémoire de Shun. Elle regarda l'enseigne qu'il lui présenta par la suite et répondit calmement.

« Si tu invites, c'est d'accord. J'ai faim aussi »

Satsuki lui passa devant, envoyant au passage une bonne quantité de mèches roses dans son visage pâle et relut son petit cadeau. Dommage qu'il y est une date de validité … Mais heureusement que c'était tombé aujourd'hui aussi.

Maintenant un peu plus près, elle dévora le menu des yeux. Comme Shun l'avait prédit, une large quantité de pâtisseries proposées étaient étrangères. Mais d'autres comme le pain au melon ou des dangos étaient également disponibles. La lycéenne se tourna vers Shun et commanda.

« Je vais prendre une part de fraisiers s'il te plaît … Je vais nous réserver des places en attendant »

Vu le monde autour d'eux, ça paraissait une bonne idée. S'éloignant à pas feutrés et ignorant encore les quelques regards persistants, Satsuki dégotta une table pour deux et s'installa sur l'une des chaises. Patientant le temps que son ami arrive à son tour, chargé de leurs commandes, elle lui montra son cadeau de victoire.

« C'est … un ticket pour deux pour une petite soirée ce soir … apparemment on peut louer des Yukatas et ils vont proposer des spectacles en tous genres »

Elle baissa ses yeux framboises sur les conditions inscrites au dos et les releva pour regarder le garçon.

« … Ça t'intéresse …? »









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: Après la tempête, la trempette... [PV Satsuki ]   20.07.15 9:36

...

Après la tempête, la trempette
• Feat Satsuki Momoi •




Ce qu'il pouvait se sentir ridicule ! Non mais là vraiment ! RI DI CULE ! Il avait été incapable de se contrôler plus longtemps lorsqu'il s'était retrouvé plongé dans la pièce des pendus de la maison hantée. Pourtant ce n'était pas comme s'il n'avait pas l'habitude de ce genre d'attraction qu'il jugeait habituellement de grotesque. Forcé de constater que cette maison là faisait exception tant le travail d'épouvante réalisé dessus était poussé. Il y en avait pour toutes les peurs.... Y compris celle de Shun. Oh il n'avait pas trouvé d'escargot ( il n'aurait manqué plus que ça d'ailleurs ! Et puis qui pouvait avoir idée d'une phobie aussi..... idiote ) mais la pièce dans laquelle les pendus se balançaient lentement avait eut raison de lui. Lorsqu'un des mannequins avait soudainement bougé ( mais était ce le cas ou bien son imagination qui lui jouait des tours ? ) il n'avait put retenir son cri de terreur avant de filer droit devant lui avec l'envie irrépressible de sortir de cet endroit affreux. Il n'avait pas prit garde à ce qui se passait devant lui. Ni même à ce qui se passait derrière, entraînant de force Satsuki dans sa fuite furieuse et déraisonnée.

Ce n'est qu'une fois à l'extérieur qu'il prit pleinement conscience de ce qui venait de se produire, reprenant connexion avec la réalité. Il avait détalé comme un lapin, envoyant balader son égo et sa fierté au passage. Une vraie poule mouillée.... et il n'en aurait pas voulu à Satsuki si cette dernière se serait moquée de lui. Mais la manager de Tôô, toute adorable et compatissante qu'elle était, se retint de toute remarque. Elle se contenta, tout comme lui, de reprendre ses esprits et sa respiration rendue trop ératique par la course parcourue subitement.

Le genou blessé de Shun tremblait légèrement, se rappelant à sa bonne conscience alors que les deux jeunes gens attendaient le verdict délivré par les bracelets. Oh quel suspens ! ( notez l'ironie ). Ce fut sans surprise aucune que l'employée donna le résultat des délibérés. Satsuki avait gagné et Shun était déclaré coupable d'avoir atteint le plus haut niveau de décibels enregistrées. Encore un défi de perdu.... Vraiment il allait falloir qu'il range son esprit de compétition pendant quelque temps ou il n'était pas sure de finir l'année vivant ! Qu'allait-elle bien pouvoir lui trouver de pire qu'une journée avec Imayoshi ( et le baiser ! A ne pas oublier celui là ) ?

Shun regarda l'employée donner un cadeau de récompense à Satsuki. Il s'agissait d'une enveloppe cachetée qui devait certainement contenir un bon d'achat, une entrée pour le parc aquatique ou ce genre de chose à valeur commerciale mais toujours forts sympathique.

Shun esquissa un petit sourire et il se pencha pour déposer un baiser sur sa la joue de la gagnante

« Bravo ! Tu l'as bien mérité, tu as été bien plus courageuse que moi »

La petite boutique de pâtisserie que Shun avait repéré au loin ne cessait de faire grandir son appétit. Ou bien est ce le contre coup de la trouille terrifiante qu'il venait d'avoir associé au soleil caniculaire et au barbotage dans l'eau ? Toujours est-il qu'il commençait à avoir faim et une petite pause sucrée ne serait pas de refus. Ce n'était pas la barbe à papa dévorée un peu plus tôt qui aurait pu caler son estomac. Toutefois il avait réellement apprécié ce moment lui ayant permis de repartir quelques minutes dans les souvenirs de son enfance.

C'est fou d'ailleurs comme les souvenirs n'en finissaient plus d'affluer à son esprit depuis qu'il avait rencontré Satsuki. Des souvenirs de sa famille, de lui petit, de ses sœurs, de son père.... Autant de souvenirs heureux qui, avec le temps, s'étaient teintés de nostalgie et de tristesse. Le genre de souvenir auquel on repensait avec un petit sourire mitigé, les yeux perdus dans le vague.... Le genre de souvenirs anodins et pourtant si puissants que même des années après il était impossible de les oublier.

D'ailleurs, la dernière fois qu'il avait mit les pieds ici, c'était avec sa famille. La pâtisserie existait déjà mais dans ses souvenirs la façade n'était pas aussi reluisante que maintenant. Sans doute avait-elle subit un petit lifting pour faire oublier aux clients les ravages cruels du temps. Shun se souvenait que Mai avait couru avec empressement et gourmandise. Elle avait glissé sur le sol humide et était tombée de tout son long, s'égratignant le genou et la paume de la main. Ses larmes avaient rapidement été séchées quand Maman l'avait porté dans les bras pour la câliner et lui expliquer combien il n'était pas prudent de courir sur un sol mouillé. Les filles de la famille étaient restées sur des pâtisseries japonaises. Des dangos ou des mochis glacés comme on pouvait en manger dans un peu tous les établissements de la ville. Son père, plus aventurier, avait tenté de prendre une pâtisserie européenne dont le nom avait complètement échappé à Shun. De mémoire, cela ressemblait un assemblage de choux fourrés à la crème vanillée et surmontés d'une sorte de caramel croquant. Shun, lui, avait jeté son dévolu sur une gaufre perlée à la cannelle dont son palais se souvenait encore de la saveur délicatement épicée. La gaufre avait été servie chaude et recouverte de crème fouettée délicieuse. Sans doute un des meilleurs desserts qu'il avait jamais mangé jusqu'à présent !

Perdu dans ses lointains souvenirs, Shun sursauta légèrement lorsque Satsuki lui adressa la parole. Il ne s'était même pas rendu compte qu'ils venaient d'arriver devant la devanture de la boutique depuis plusieurs minutes. Assez longtemps déjà pour que son amie ait le temps d’arrêter son choix sur une part de fraisier qui avait l'air particulièrement appétissante à en juger la photo présente sur la carte du menu.

Shun lui fit un petit signe de tête et lui lâcha la maintenant

« D'accord. Je vais chercher de quoi régler et j'arrive. J'en ai pour deux minutes ! »

Joignant l'action à la parole, Shun tourna les talons pour se diriger d'un pas décidé vers le vestiaire où ses affaires et son porte monnaie dormaient tranquillement dans un casier sécurisé. Il ouvrit ce dernier et extirpa le porte monnaie de son sac avant de le mettre dans la poche de son caleçon de bain. Il profita de l'occasion qui lui était donnée pour jeter un rapide coup d’œil et voir qu'il avait un message en attente de la part de son capitaine. Il n'attendit pas plus longtemps avant de l'ouvrir et de lire les quelques lignes que Hyuga lui adressait. Apparemment il avait enfin réussi à joindre Koganei qui allait bien. Shun ne put retenir un long soupire de soulagement. Il avait l'impression qu'un poids sur ses épaules venait de disparaître. Il avait été très inquiet pour son coéquipier et ami. Avoir de ses nouvelles était une excellente chose. Finalement, tous s'en sortaient à peu prés bien après cette maudite tempête...

Il rédigea une brève réponse à l'intention du capitaine de Seirin puis il rangea l'appareil à sa place dans le casier. Il ne devait pas faire attendre Satsuki plus longtemps, ce n'était pas correcte. Aussi, c'est d'un pas rapide qu'il rejoignit la pâtisserie où la douce demoiselle l'attendait à une table qu'elle avait trouvé un peu en retrait de toutes les autres. Parfait, ils seraient tranquilles sans personne pour les déranger et sans aucun garçon pour poser leur regard débordant d'envie sur le corps légèrement vêtu de son amie.

Shun arriva au comptoir de vente et il sourit à la demoiselle qui s'occupait du service.

« Un fraisier et.... vous faites toujours les gaufres à la cannelle ? »

La jeune fille à la chevelure auburn lui répondit par l'affirmatif, élargissant ainsi le sourire de l'aigle de Seirin.

« Super ! Alors une comme ça s'il vous plaît ! »

Il prit alors conscience que Satsuki ne lui avait pas dit ce qu'elle souhaitait boire. Manger sucré donnait soif et vu la chaleur à l’extérieur il était plutôt favorable de s'hydrater. Il parcourut rapidement la carte des boissons avant d’arrêter son choix sur deux d'entre elles, espérant que la demoiselle de Tôô y trouverait son compte malgré tout

« Est ce que vous pouvez ajouter un diabolo grenadine s'il vous plaît, ainsi qu'un autre à... euh.... la violette »


Shun n'était pas particulièrement sure des choix fait en matière de boisson mais il savait qu'Aya aimait particulièrement le diabolo à la violette qu'elle se plaisait à commander dés que cette boisson était disponible à la carte d'un établissement. Pour avoir déjà goûté dans le verre de sa sœur, Shun pouvait attester que c'était très bon, bien qu'un peu trop sucré à son goût. Peut être que ce goût original allait plaire à Satsuki ? Peut être connaissait elle déjà ? Ou peut être qu'il le lui ferait découvrir...

Il attendit que toutes les consommations soient préparées sur un plateau avant de sortir son porte monnaie pour payer l'addition. Il prit ensuite le plateau et se dirigea vers Satsu en prenant garde de ne rien renverser malgré son genou tremblotant. Il posa le plateau sur la table et adressa un sourire à la jeune fille

« Je ne savais pas ce que tu voulais comme boisson. J'ai pris la liberté d'en commander, j’espère que ça ne te dérange pas et que tu aimeras l'une ou l'autre... euh... j'ai pensé qu'un diabolo grenadine ou violette te ferait peut être envie ? »

Il s'assit sur la chaise située juste en face et posa la part de gâteau à la fraise devant Satsuki. Le gâteau en question avait l'air bien copieux en tout cas ! Tout autant que sa gaufre surmontée de d'une crème fouettée onctueuse et d'une blancheur immaculée.

« Alors, qu'est ce que tu as gagné ? »

Il plongea sa petite cuillère dans l'épaisse couche de crème chantilly avant de la mette dans la douche, juste délicieux ! Sucré juste comme il fallait. Ni trop épaisse si trop fluide... Shun ne put empêcher un petit sourire de plaisir d'illuminer son visage alors qu'il se dandinait légèrement sur sa chaise. Il n'y avait pas à dire, les pays occidentaux faisaient sans doute les meilleures pâtisseries du monde !


« C'est … un ticket pour deux pour une petite soirée ce soir … apparemment on peut louer des Yukatas et ils vont proposer des spectacles en tous genres »

Oh !

La petite cuillère retournée dans sa bouche, ne laissant dépasser que le manche, Shun se figea un instant. Une douce rougeur prit naissance sur son visage alors que l'image mentale d'une Satsuki dans un Yukata faisait son chemin dans son esprit.

« … Ça t'intéresse …? »


Il fit glisser la cuillère pour l'extirper de ses lèvres. La coloration de son visage n'en finissait plus de prendre de l'ampleur, faisant sans doute ressortir sa peau dorée par le soleil et atténuant les petites taches de rousseur qui marbraient son visage et son nez. Il plongea une nouvelle fois la cuillère dans la crème délicieuse afin de se donner un semblant de contenance.

Bien sure qu'il était intéressé ! Comment pouvait-il en être autrement ? Il aurait fallait être particulièrement débile ou inconscient pour refuser une telle soirée. Satsuki était une compagnie aussi charmante qu’intéressante avec laquelle il appréciait beaucoup passer du temps. Et puis cela leur ferait un souvenir supplémentaire à partager ensemble. Il avait proposé de l’héberger quelques jours à la maison pour ne pas la laisser seule chez elle dans sa maison ravagée par l'orage. Cette soirée, tout comme cet après midi au parc aquatique, était une excellente façon d'oublier ce qui venait de se passer la nuit précédente.

Shun poussa son assiette contenant la gaufre et sa fameuse crème en direction de Satsuki

« Tu veux goûter ? C'est délicieux, je t'assure »

Il la laissa choisir la boisson qu'elle désirait et prit l'autre entre ses mains. Il se mit à jouer quelque peu avec sa paille qu'il faisait tourner dans le liquide, ballottant les glaçons qui émettaient un petit tintement pas désagréable à entendre

« Oui.. Ça m’intéresse pour ce soir. Si tu veux y aller aussi, bien sure... ou.. tu as peut être envie d'y aller avec quelqu'un d'autre. Genre... je sais pas.... Kuroko ? Enfin... ce que je veux dire... c'est que je ne veux pas m'imposer si tu préfères partager ce moment avec quelqu'un d autre. Tu as gagné ce cadeau après tout, tu es libre d'en faire ce que tu veux »

Arf ! Mais pourquoi il bredouillait comme ça soudainement hein ? Et pourquoi il n’arrêtait pas de rougir ? Et pourquoi il n'arrivait pas à chasser l'image d'une Satsuki mise en beauté dans un yukata à sa taille, ses longs cheveux roses retenus en chignon par un pic à cheveux japonais, sa nuque délicatement dévoilée par l'encolure large du kimono.... c'était inconvenant.... vraiment...

Shun gardait ses deux mains autour du verre bien frais contenant son diabolo. Cette fraîcheur lui faisait du bien et il espérait qu'elle arriverait à se répandre jusqu'à son visage pour atténuer le feu qui s'emparait de ses joues et effacer la coloration carmin qui y avait élue domicile depuis plusieurs minutes.

« Dis.... je peux te demander quelque chose ? »

Shun se pinça légèrement les lèvres avant de relever son regard gris anthracite vers celui framboise de son amie.

« Si... si on y va ensemble, est ce que tu accepterais que je noue ton obi ? »

C'est en prononçant sa phrase qu'il se rendit compte de la portée de cette dernière et de la connotation légèrement perverse qu'elle pouvait avoir. Il agita les mains nerveusement devant lui alors que son visage n'en finissait plus de rougir, pouvant sans peine rivaliser avec les fraises du gâteau de Satsuki

« Non ! C'est pas ce que je veux dire ! Juste... tu vois... j'ai l'habitude de faire les nœuds de kimono de ma famille depuis … depuis longtemps... et... juste... ma grand-mère disait qu'il fallait que ce soit un garçon qui noue les obi de kimonos...donc... enfin...si tu veux... J'aurai pu nouer le tiens... »

Shun Izuki ! Sombre idiot !!! Abruti fini ! Non mais ce n'était pas possible d’être aussi... empoté ! Empoté et débile ! Et … et... tss.... qu'allait-elle penser maintenant ? Hum ? Au mieux qu'il était un peu détraqué sur les bords.... et au pire... qu'il était un gros pervers obsédé ! Non mais vraiment.... espérons au moins qu'elle ne serait pas trop surprise ou choquée par cette demande assez insolite et inconvenante...






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net

Momoi
avatar



Informations Féminin Messages : 1251
Date d'inscription : 12/05/2014
Localisation : Piscine et Centre Commercial de Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #ff33ff

RP terminés: 13

RP en cours: 9


MessageSujet: Re: Après la tempête, la trempette... [PV Satsuki ]   31.07.15 20:24

Après la tempête, la trempette !
Shun-kun



Assise sur cette chaise au milieu de tous ces gens, Satsuki avait encore un peu de mal à se calmer. L'expérience qu'elle venait de vivre aurait facilement pu être traumatisante mais avec beaucoup de recul, tout était si bien fait à l'intérieur qu'elle n'avait pas la force de se plaindre des « attractions ». La rose était la seule responsable d'avoir été une telle poule mouillée, elle devait maintenant en assumer les conséquences.
Et encore heureux qu'elle ait gagné ! Sincèrement, elle avait encore un peu de mal à le croire mais le hurlement de Shun n'avait pas été le fruit de son imagination.

Il y avait bien une chose qu'elle retiendrait à jamais de cette maison hantée. Indéniablement, il s'agissait de cet espèce de fantôme qui l'avait attrapé dans la mare gluante alors qu'ils venaient à peine de rentrer dans l'attraction. Ce visage squelettique, aux mains froides et osseuses, cette bouche édentée … Un mort tout simplement.
La manager en frissonna violemment avant de frotter ses bras avec ses mains. C'était finit, il fallait qu'elle se ressaisisse.

Elle leva le nez et remarqua que Shun était accoudé au comptoir, en train de commander. Ça ne devrait pas prendre longtemps mais elle avait vraiment faim. Courir, creusait l'estomac et Satsuki avait l'impression d'avoir fait tout un marathon. Alors en attendant, elle observa son ticket gagnant. D'après les petits caractères au dos, l’événement était strictement réservé aux heureux propriétaires des dits tickets et de leur binôme.
Location de Yukata et feux d'artifices seraient prévus. Il suffirait d'attendre la fermeture du parc aquatique et la petite partie qui était encore fermée au public s'ouvrirait spécialement pour eux. Ah, curiosité quand tu nous tiens.

La lycéenne était contente que les organisateurs proposent de louer ainsi les Yukatas. Rentrer chez elle, voir sa maison qui avait subit les foudres de la tempête et devoir revenir ici … Non, ça n'aurait pas été possible. Et elle aurait refusé également d'en emprunter à la famille Izuki. La grande sœur du brun aurait trouvé quelque chose à y redire et Satsuki ne voulait pas déclencher un nouveau conflit.

En général, elle portait du rose, voir du violet. Un peu de blanc, même du rouge. Une fois, elle avait porté du bleu et la manager se souvenait encore d'à quel point elle s'était trouvait jolie à l'intérieur. Le Yukata appartenait à sa grand-mère maternelle qui avait sans doute usé de toute sa bonté ce jour-là. D'habitude, personne ne pouvait y toucher alors le mettre … Probablement qu'elle ne se verrait jamais dedans une nouvelle fois. Tant pis, des Yukatas bleus, il y en avait partout.

« Je ne savais pas ce que tu voulais comme boisson. J'ai pris la liberté d'en commander, j’espère que ça ne te dérange pas et que tu aimeras l'une ou l'autre... euh... j'ai pensé qu'un diabolo grenadine ou violette te ferait peut être envie ? »

Les deux verres lui faisaient très envie. L'un d'un rouge soutenu et l'autre avec une couleur peu commune … Ah lequel choisir ?
Le garçon posa sa part de fraisier devant elle et la rose entendit son estomac grogner doucement.

« Merci … »

Elle attendit qu'il s'installe et planta sa fourchette à dessert dans une des fraises pour l'amener à sa bouche. Un vrai délice !! Elle fondait et tout le goût des fraises emplissait sa bouche. Les yeux fermés, Satsuki mâchait doucement pour ne rien perdre de ce merveilleux moment.

Tout en tendant le ticket en question pour qu'il puisse voir de quoi elle parlait, Satsuki sentit un peu d'appréhension naître dans son ventre : Shun avait peut-être envie de rentrer chez lui, de profiter de sa famille. Elle ne pouvait pas l'obliger à rester ici avec elle jusqu'à ce soir.

« Tu veux goûter ? C'est délicieux, je t'assure »


Haussant les épaules, la fille poussa son propre fraisier dans sa direction et découpa un petit morceau de gaufre surmontée de crème. Elle porta le tout à sa bouche et fut d'accord avec son avis : absolument délicieux !

« C'est très bon ! Ah, je vais prendre le diabolo à la violette … »

Le fait que ce ne soit pas courant comme goût avait eu raison d'elle. Aspirant une petite quantité à l'aide de la violette, la rose le regarda pendant qu'il parlait. Donc … Il voulait rester avec elle ou non ? Elle ne savait pas et demander directement serait un peu rude. Naturellement qu'elle avait pensé au turquoise mais il avait semblé un peu inquiet pour sa grand-mère, il ne devait pas avoir la tête à s'amuser ici. Satsuki pouvait parfaitement comprendre ça.

« Dis.... je peux te demander quelque chose ? »

Se redressant légèrement, Satsuki hocha doucement de la tête. Il avait l'air d'être sur le point de poser une question importante, le minimum était de l'écouter convenablement.

« Si... si on y va ensemble, est ce que tu accepterais que je noue ton obi ? »

Lâchant la paille, la bouche un peu ouverte, la rose le regarda fixement.

«  … Hé ? »

Elle se recula, un petit regard suspect sur le visage. Quelle étrange demande. Y avait-il un message caché comme « Si je noue ton obi, alors je ferais un nœud que seul moi pourra défaire ! » ? Shun ne lui avait pas semblé être le genre de garçons à mater dès que l'occasion se présentait. Parce que pour qu'on noue correctement son obi, il allait falloir que Satsuki lève les bras pour ne pas gêner la personne en question et suivant ce qu'elle allait porter en dessous …
Izuki Shun … serait-il un petit pervers en fait ?!

« Non ! C'est pas ce que je veux dire ! Juste... tu vois... j'ai l'habitude de faire les nœuds de kimono de ma famille depuis … depuis longtemps... et... juste... ma grand-mère disait qu'il fallait que ce soit un garçon qui noue les obi de kimonos...donc... enfin...si tu veux... J'aurai pu nouer le tiens... »

Bon d'accord, elle ne s'était pas du tout attendu à ça. Mais l'explication lui convenait, Hentai Shun n'était plus qu'une probabilité envolée. Reprenant son fraisier, elle en prit un autre morceau avant de répondre.

« … Pourquoi pas »

Elle se pencha un peu en avant, les mains sous le menton et lui fit un clin d’œil.

« N'en profite pas pour mater avec l'Eagle Eye, d'accord ? »

Satsuki poursuivit sa petite dégustation ensuite. Elle avait le sentiment d'oublier quelque chose mais quoi … ? Hmm …
Oh …

« Ton genou ! »

Plaquant brutalement ses deux tables sur la table, la lycéenne sauta de son siège pour regarder de façon très inquiète son ami.

« Je suis vraiment, vraiment désolée ! A cause de moi, tu as du attendre debout et ramener tout ça ici … Et dans la maison hantée … Tu dois avoir vraiment mal, je suis sincèrement désolée ! »

Était-ce seulement possible d'être aussi idiote ?! Elle qui n'avait cessé de répéter au garçon de faire attention … avait totalement zappé qu'il était blessé.

« Je suis tellement désolée ... »










Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seirin
avatar



Informations Masculin Messages : 988
Date d'inscription : 09/11/2014
Localisation : Tokyo
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #009900

RP terminés: 9

RP en cours: 5


MessageSujet: Re: Après la tempête, la trempette... [PV Satsuki ]   06.08.15 21:35

...

Après la tempête, la trempette
• Feat Satsuki Momoi •




Shun Izuki n'était pas un garçon particulièrement gourmand. Les gâteaux, la cuisine sucrée, les gourmandises en tout genre ne faisaient pas parti de son péché mignon. Mais même s'il n’adorait pas plus que ça les pâtisseries en tout genre et gâteaux noyés sous la crème, il n'était pas contre en déguster de temps en temps quand l'envie se faisait sentir.

Le souvenir qu'il avait de cette pâtisserie avait suffit à lui seul à le convaincre de s'y rendre et de la proposer à Satsuki. Il ne savait pas grand chose des goûts de la jeune fille mais il lui semblait que la plupart des filles aimaient les sucreries... Il ne prenait donc pas un gros risque en proposant à sa nouvelle amie de Tôô si elle voulait déguster des pâtisseries qu'il savait être délicieuses. Et il ne s'était pas trompé ! Elle avait accepté avec un enthousiasme qui faisait plaisir à voir.

Une fois les consommations récupérées et posées sur un plateau sur la table, Shun lui laissa le choix entre les deux boissons qu'il avait commandé un peu au hasard. C'était très sucré comme boisson mais il ne s'en était rendu compte que lorsque ses lèvres avait touché le rebord du verre pour goûter le breuvage. Peut être aurait-elle préféré un thé qui aurait été plus approprié pour accompagner le fraisier qu'elle avait commandé ? Hum... Trop tard de toute façon....

C'était tout naturellement que Shun avait poussé son assiette en direction de Satsuki pour lui faire goûter sa gaufre perlée à la cannelle qui était encore légèrement tiède. La jeune fille sembla vouloir lui rendre la politesse en dirigeant sa propre assiette contenant la généreuse part de fraisier vers lui. Ce n'était pas le genre de gâteau que Shun préférait mais il devait reconnaître qu'il était joliment présenté. Sa forme triangulaire, la tranche laissant apparaître des fraises épaisses qui avaient l'air appétissantes. Il prit un morceau du fraisier sur le bout de la fourchette pour le porter ensuite à ses lèvres. Fruité, acidulé, sucré ! Un mariage délicat qui rendait le gâteau pas du tout écœurant. Quel dommage de ne pas trouver cette pâtisserie en dehors de l'enceinte du parc aquatique. Shun aurait conduit ses sœurs et sa mère ici afin de leur faire redécouvrir le plaisir gustatif des desserts vendus. Mais Aya allait certainement l'envoyer balader à la simple mention du mot « piscine ». Quant à sa mère, elle était très occupée ces derniers temps et n'aurait sans doute pas la possibilité de venir ici, même si, de l'avis de Shun, cela lui ferait le plus grand bien de passer un petit moment de détente à se prélasser dans le sauna ou le spa. Sa mère ne prenait que trop peu le temps pour elle, préférant le consacrer entièrement à ses trois enfants....

Après quelques hésitations, Satsuki expliqua le lot qu'elle avait gagné. Cette soirée durant laquelle ils devaient porter des Yukata ! Shun ne cachait pas son enthousiasme de passer ce genre de soirée avec elle. Il ne cachait pas non plus sa satisfaction qu'elle lui ait proposé spontanément alors qu'elle aurait très bien pu vouloir passer cette soirée avec une autre personne. Shun ne lui en aurait nullement tenu rigueur d'ailleurs. Il aurait même trouvé ça plutôt normal ? Mais en attendant il n'allait pas bouder son plaisir ! Une soirée en tête à tête avec Satsuki Momoi dans un yukata estival.... des personnes auraient été prêt à tuer pour ça ! ( Hyuga et Koga en tête de liste !! )

Perdu dans ses pensées, Shun commença à touiller sa paille dans son soda, faisant s'entrechoquer les glaçons qui émettaient un petit bruit agréable à l'oreille. Il gardait les yeux rivés sur son diabolo grenadine dont les petites bulles roses remontaient à la surface pour éclater silencieusement. Comment pourrait être le yukata de Satsuki ? Un rose serait trop classique bien que se mariant à la perfection à sa chevelure bubble gum. Un bleu aurait offert un contraste agréable surtout s'il portait des motifs roses, comme des pétales de sakura par exemple, rappelant la couleur de ses cheveux longs qu'elle aurait sans doute relevé sur l’arrière de sa tête avec un pique à chignon traditionnel. Sa grand mère avait un kimono dans ce genre la. Elle ne le sortait que pour des occasions spéciales comme des repas de famille. En soie de première qualité, le kimono paraissait comme neuf bien qu'il fut porté plusieurs fois. Quel dommage que des habits aussi magnifiques restent maintenant enfermés dans de longues boites s’accumulant dans la penderie de ce qui fut jadis la chambre de sa grand mère.

Shun donna un nouveau coup de cuillère dans sa gaufre avant de la manger. Que devait-il faire ? Certes la soirée proposait une location de yukata mais il serait tellement dommage de se limiter à ce genre de vêtement souvent bon marché quand il y avait des tonnes ( car c'était bien le cas!) de kimonos qui n'attendaient que d’être porté. Aucun doute que sa mère serait enchantée de voir l'un d'eux revêtu une nouvelle fois. Elle avait toujours dit que les kimonos n'étaient pas fait pour rester enfermés dans leur boite. Mais Aya refusait catégoriquement ce genre de tenue autrement que lorsqu'elle y était obligée pour nouvel an. Quant à Mai... elle n'avait pas la taille de sa grand mère et les kimonos étaient légèrement trop grands pour elle... Malgré tout, il était extrêmement délicat de faire ce genre de proposition et Shun se retient d'ajouter quoique ce soit même si l'envie lui brûler le bout de la langue.

Il ne fallait pas qu'il oublie non plus de penser à sa propre tenue. Si Satsuki était partante pour louer quelque chose, il la suivrait et en ferait de même. Il portait souvent des couleurs plutôt sombres comme du bleu nuit ou du vert olive qui allait très bien avec la couleur pale de sa peau et ses cheveux noirs. Une fois il avait porté un yukata dans les ton gris surmonté d'une ceinture noire. La couleur de ses yeux s'était harmonisée avec le tissus et Shun s'était trouvé plutôt pas trop mal dedans...

Shun avait du faire preuve d'un peu de courage pour énoncer ce à quoi il avait pensé. Demander à Satsuki la faveur de nouer son obi n'était pas une chose facile. Si ça se trouve elle l'avait prit pour une voyeur..., un pervers... un opportuniste.... Oh mon dieu ! Mais pourquoi avait-il été lui faire une telle demande ??? Quel idiot ! Bakashun tiens !

« … Pourquoi pas »

Shun laissa un petit soupire lui échapper. Amen elle n'avait rien pensé de déplacé.

« N'en profite pas pour mater avec l'Eagle Eye, d'accord ? »

La coloration des joues de Shun remonta en flèche refaisant ressortir davantage les taches de rousseur qui marbraient ses joues et son nez. Il baissa la tête, légèrement mal à l'aise après ce qu'elle venait de laisser entendre. Shun se précipita à prendre en bouche la taille pour avaler quelques longues lampées de diabolo dont les petites bulles gazeuses lui piquèrent l’œsophage.

« Mais... mais non... je... ça ne sert pas à ça... et je n'ai jamais.. jamais utilisé ma capacité pour mater les filles.... »


Si elle venait de lui dire ça c'était uniquement pour le taquiner ou bien le croyait elle vraiment capable d'utiliser sa vision d'aigle pour aller regarder en douce les formes des filles.... Et puis d'abord, sa vision d'aigle n'était pas un truc à la superman qui pouvait scanner à travers les vêtements ! Ca lui offrait juste une vue plus aérienne des choses quand il arrivait à se concentrer suffisamment. Alors mater à travers les yukata non... mater au dessus de la cloison où elle se changerait oui... euh... mais na ! Il ne le ferait pas !!!! non non non et re non !

Le cœur battant la chamade et les joues aussi rouges que les fleurs de lauriers qui décoraient joliment le parc aquatique, Shun n'arrivait pas à se calmer ou à reprendre le fils correcte de la conversation. Il avait beau avoir été élevé dans un milieu entièrement féminin avec ses sœurs et sa mère, il demeurait gauche et maladroit avec des filles qui n'avaient pas de lien de parenté avec lui.

« Ton genou ! »


Hein ?

Shun sursauta nerveusement quand Sasuki s'était penchée pour regarder son articulation amochée. Il était tellement perdu dans ses pensées qu'il n’avait pas senti ni vu son ami s'approcher de lui. Gêné, Shun posa ses main sur le genou en question pour le cacher à la vue redoutable de la manager. Mais peine perdue, elle semblait avoir déjà fait le bilan après l'utilisation abusive de la jambe dont il était question

« C'est rien ! Je t'assure, je n'ai plus vraiment mal ! »

Il lui offrit un petit sourire crispé alors qu'il gardait ses mains sur l'articulation qui avait de nouveau gonflée mais qui était nettement moins douloureuse que quelques heures plus tôt dans la matinée. Preuve était faite que les antalgiques et anti inflammatoires étaient très efficaces.

Izuki tendit sa jambe devant lui et se mit à la tendre et à la plier plusieurs fois de façon consécutive pour valider ses dires

« Regarde, je te promet que ça va ! C'est vrai que j'ai eut mal dans la maison hantée mais je n'avais qu'à pas courir bêtement aussi. J'ai était idiot sur le coup ! Tu n'as vraiment pas à t'en vouloir ! »


Alors qu'elle gardait la tête baissée et qu'elle ne cessait de se confondre en excuses, Shun tendit sa main vers elle pour repousser une mèche rose venant barrer son visage. Il lui fit un sourire encourageant en penchant légèrement la tête sur le coté

« Tu n'as pas à t'excuser, je t'assure que ça va bien ! »

Une petite idée vint illuminer son esprit et Izuki ne put retenir un petit sourire espiègle. Il se pencha légèrement au dessus de la table pour la regarder avec un peu d'amusement

« Ou plutôt non... j'ai super mal et c'est de ta faute. Il faut te faire pardonner Sat-chan.... Et j'ai une idée exact de ce que je vais te demander ! »


Il se mit debout et lui tira la langue avant de tendre la main dans sa direction

« Interdiction de refuser... tu me dois bien ça, c'est de mon précieux genou qu'il s'agit. Imagine que Seirin perde son Point Guard pour la Winter Cup.... hum ?
»

Un petit rire lui échappa

« On rentre à la maison ? Il faut que l'on se prépare pour cette fameuse soirée ! »


Ne lui laissant pas d'autre choix que celui d'accepter, Shun la tira doucement pour l'aider à se mettre dehors et regagner le vestiaire sans retirer sa main de la sienne.

Vraiment... il allait presque en venir à remercier cette tempête de lui donner tant d'occasions de passer du temps avec la charmante manager de Tôô...






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.infoclamp.net


Contenu sponsorisé


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Après la tempête, la trempette... [PV Satsuki ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Après la tempête, la trempette... [PV Satsuki ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Après la tempête, la trempette... [PV Satsuki ]
» Après la tempête | Kassandra
» Le calme après la tempête. || Eric Dearbrone
» Le soleil après la tempête [Harnyll]
» Le calme après la tempête

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroko's Basket, le forum RPG ::  :: RP finis-