The Basketball Which Kuroko Plays
 
Bienvenue sur KnB-RPG, jeune Rookie !
Tout le monde doit signer le règlement & se recenser ! N'oubliez pas de voter !
Merci de favoriser le choix de personnages du manga en priorité ! 50 pockys offerts pour tout prédéfini prit
Les lycées Seiei, Fukuda Sogo, Kirisaki Daiichi, Shutoku et Kaijo recherchent des membres !

Partagez | 
 

 Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Rakuzan
avatar



InformationsMessages : 101
Date d'inscription : 29/03/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #333333

RP terminés: 5

RP en cours: 1


MessageSujet: Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]   10.04.15 10:11



feat. nakamura

Pitié, pas ça! - partie 2
Même si parfois, ça l'agaçait qu'on ne le remarque pas, Mayuzumi trouvait quand même ses avantages à son manque de présence. Comme maintenant. Son nez pissait le sang et personne ne lui portait attention. Personne ne le regardait de travers, l'air horrifié, ou n'accourait vers lui pour lui demander si tout allait bien – bien sûr que non, je pisse le sang ! - s'il avait besoin d'aide – dégage de mon chemin pour que je puisse aller plus vite à l'infirmerie – ou d'autres futilités de ce genre. Sa main toujours sur son visage pour éviter les dégâts, il s'avançait d'un pas rapide jusqu'à l'infirmerie. Sauf qu'il a fallu que quelqu'un se mette en travers de sa route. Bon, c'était un peu de sa faute, il n'avait pas fait attention. Bien que cynique, Chihiro lui proposa son aide, même si c'était lui qui en avait le plus besoin en ce moment même.

S'il avait su...

Quelques secondes s'étaient écoulés et Mayuzumi eut tout le plaisir de voir, comme au ralenti, le visage de la personne qu'il avait renversé perdre des couleurs. D'abord, une expression de surprise passa sur son visage une fraction de seconde. Puis, il pâlit dangereusement. C'est quoi son problème ? Il a jamais vu de sang de sa vie ? Il avait ouvert la bouche mais aucun son n'en sortit. Il avait commencé à dire « Du... » mais plus rien après. Du quoi ? Du sang ? Oui et alors ?! Chihiro se pencha un peu plus pour l'aider à se relever mais grosse erreur que voilà. Une goutte de sang, une simple goutte de sang tomba sur le visage du brun, et roula tranquillement sur sa joue. Il devint plus blanc qu'il ne l'était déjà, si c'était possible... et tourna de l'oeil. Il s'était évanoui ! Sous ses yeux ! Et il n'y avait plus personne dans les couloirs ! C'était le pire timing qui soit.

-Hey, tombe pas dans les pommes comme ça !

L'argenté s'accroupit derechef près du corps immobile au sol et s'apprêtait à le soulever. Mais il se retint à la dernière minute en voyant sa main pleine de sang. Sans compter que le liquide écarlate continuait de couler tranquillement sur ses lèvres, le goût du fer s'insinuant lentement dans sa bouche. Il ne pouvait décemment pas le laisser là. Et si une simple petite goutte l'avait fait cet effet, il n'osait pas imaginer ce qui se serait passer s'il avait touché avec sa main recouverte de sang bien qu'il soit inconscient. Chihiro soupira. Il devait faire quelque chose. Il devait le transporter à l'infirmerie, aucun doute là-dessus. Mais il n'y avait personne dans le coin pour l'aider. Il se résolut donc à le transporter lui-même.

Il se rappela soudainement qu'il avait un mouchoir dans les poches de son pantalon. Il le retira de ses poches avec sa main non tâchée et essuya l'autre pour ne pas sâlir le brun lorsqu'il le portera. D'ailleurs, comment je vais le porter ? Il tamponna un peu le sang sur son visage. Le sang coulait beaucoup moins qu'avant, c'était déjà ça. Il plia soigneusement le tissu et le rangea dans sa poche. Il était temps de porter l'inconscient. Je connais même pas son nom. C'est pas comme si c'était important... Passant sa main sous sa nuque, il attrapa son bras droit et le souleva avec précaution. Il le passa autour de ses épaules, le remit sur pied tout en le soutenant par la taille. Et il se rendit compte qu'il était plus grand que lui. D'une dizaine de centimètres tout au plus. Mais cette position n'était pas des plus confortables.

Il tenta de faire de faire quelque pas, mais ça ne l'aidait franchement pas. Il s'arrêta finalement et pensa à toute vitesse. Le plus simple c'est en- Hors de question ! Enfin, d'un côté, ce n'était pas lui qui allait être porté comme une- Et merde ! Tout ce dont il avait envie c'était d'arrêter ce satané saignement. Serrant les dents, il fit glisser son bras dans son dos, et l'autre le soutint sous ses genoux. Et il traversa le couloir du première étage en le portant telle une princesse sauvé par son prince charmant. Heureusement que les cours ont déjà commencé.

Ainsi, il marcha plus rapidement et atteint rapidement l'infirmerie. Non sans peine, il réussit à faire coulisser la porte de la salle, avertissant l'infirmière présente de leur arrivée.

-Bonjour- oh mon dieu, que s'est-il passé ?

La jeune femme, à peine âgée de 30 ans, se précipita vers eux. Pas la peine d'en faire tout un foin... Même si, à regarder de plus près, un type le nez complètement en sang et la chemise maculée de rouge et un autre dans les vappes donnaient de serieuses raisons de se ronger les sangs. Sans qu'elle n'eut besoin de le lui dire, il l'installa sur l'un des lits de l'infirmerie et la laissa l'ausculter avant de lui expliquer la situation.

-Il s'est évanoui en me voyant. Je suppose.
-Oh mais... C'est Nakamura-kun. C'est normal alors, ce garçon est hématophobe, expliqua l'infirmière avant de tirer les rideaux.

Hématophobe. Il avait donc peur du sang. Sa réaction était logique alors. Et il s'appelle Nakamura.

-Et je peux savoir ce qui t'es arrivé, Mayuzumi-kun ? Lui demanda-t-elle finalement en se tournant vers lui.

Elle l'obligea à s'asseoir sur un tabouret pour le soigner, épongeant soigneusement le flot de son sang dont le débit avait faiblit un peu.

-Un camarade de classe ( crétin de première ) m'a donné un coup de coude par accident. Je ne sais pas si j'ai quelque chose de casser, ajouta-t-il après qu'elle l'ait nettoyé.
-Ca te fait mal si j'appuie là ?

Elle exerça une légère pression sur le côté de son nez ce qu'il lui valut une petite grimace du troisième année. Elle n'en rajouta pas plus et lui conseilla de faire un tour à l'hôpital – encore – par simple précaution. Elle lui dit de s'asseoir sur le lit, de se mouchoir pour dégager les voies nasales. Il devait pencher sa tête vers l'avant, et non vers l'arrière, tout en compressant son nez pour permettre la coagulation pendant dix minutes.

Chihiro s'installa donc sur le lit à côté de celui de Nakamura et fit ce qu'on lui avait demandé. Rapidement, les saignement cessèrent. Mais cinq minutes s'écoulèrent à peine que le brun commença lentement à émerger. Il cligna des yeux, et semblait perdu, se demandant où il était.

-Je t'ai ramené à l'infirmerie, déclara Chihiro une fois assuré qu'il était bien réveillé. Tu t'es évanoui en voyant que je...

L'argenté n'osa pas dire le reste, de peur qu'il ne retombe dans les pommes en entendant le simple mot « sang ». C'était bien la première fois qu'il rencontrait une personne ayant la phobie du sang ceci dit. Mayuzumi se rappela qu'il avait cours d'histoire en première heure et se dit que ce n'était pas plus mal que cet abruti qui l'avait frappé – par accident – l'ait envoyé à l'infirmerie. Qu'est-ce qu'il est chiant ce prof. Mais je vais devoir rattraper les cours avec quelqu'un quand même.

-Ca va mieux ? Lui demanda-t-il finalement, plus par politesse.


(c) codée par mayuyu



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Masculin Messages : 860
Date d'inscription : 29/03/2015
Localisation : Kyoto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: IndianRed

RP terminés: 4

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]   10.04.15 23:31


Feat || Mayuzumi Chihiro


C'est très étrange, de perdre connaissance. Mais ça a son côté magique aussi. Noir, plus un bruit, plus rien. Et d'un coup, c'est le réveil. T'as l'impression qu'entre les deux, qu'il ne s'est passé qu'un laps de temps; quelque chose comme dix minutes alors qu'en réalité, tu as dormi des heures et des heures; une nuit complète même ! Tu t'endors à un endroit, mais tu te réveilles à un autre. C'est exactement la même chose qu'il se passe lorsque tu es enfant et que tu t'endors en jouant au salon ou lorsque tu fais un trajet en voiture. Le lendemain, t'es toujours dans ton lit bien au chaud sous tes couvertures, changé et avec ton doudou favori dans les bras. Tu sais pas comment ça se fait parce que t'as pas le souvenir de t'être endormi dans ton lit mais c'est comme ça alors tu te poses pas plus de question que ça, ça te plait, c'est magique, c'est comme la téléportation en fait !
C'est exactement ce qu'il s'est passé aujourd'hui pour Hiroki; à son réveil, il n'était plus étalé au sol au plein milieu du couloir de l'étage mais allongé bien sagement dans un lit. Bon, pas des plus confortables, c'est sur, mais largement plus que le par terre ! Et puis il ne pouvait pas s'en plaindre.
Il se sent encore un peu vaseux à cause de son précédent malaise mais se rappelle très vite de ce qu'il venait de se passer "Quel crétin !", pense-t-il en se passant une main dans les cheveux puis essuie son visage avec la manche de son uniforme pour retirer la petite trace de sang séché qui était encore présente sa joue; trace qui s'écailla et s'enleva bien vite d'ailleurs. Il essaya de ne pas y penser pour éviter de se sentir mal une nouvelle fois en se disant quelque chose comme "c'est rien, c'est du dentifrice !". Bon, c'est vrai que ce n'est pas sa faute mais il se sent faible comme ça mais ça l'énerve de savoir que son corps s'est permit de lui faire faire une sieste sur le sol au lieu d'être en cours; ça lui apprendra à flâner dans les couloirs !


C'est non sans gêne qu'il tourne sa tête vers l'homme lorsqu'il l'entend parler, sa voix lui disant rapidement quelque chose. Maintenant, il arrive plus facilement à se concentrer sur son visage et à l'enregistrer dans sa mémoire. Avec le nez complètement en sang qu'il avait quelques temps auparavant, c'était pas facile pour lui de se concentrer sur autre chose avec sa phobie ! Et "quelque temps" mais combien de temps, au juste ? Il avait perdu connaissance combien de temps ? Hiroki chercha du regard une heure mais ne trouvant pas, se résigne rapidement; c'était pas si important de toute façon.

"Que tu quoi ? Que tu saignais comme c'est pas possible ?"

Hiroki hausse les épaules doucement avec un léger rire en remarquant l'hésitation de son... camarade ? avant de finir par soupirer devant la stupidité de la situation. Il lève alors un peu les jambes et pose ses pieds sur le pied du lit pour qu'elles soient plus hautes que son corps; c'est comme ça qu'on lui avait dit de faire, histoire de faire circuler plus facilement le sang à son cerveau; il savait que ça aidait alors il le faisait. De toute façon, il avait déjà eut l'air plutôt idiot alors une chose de plus ou de moins... Il n'était plus à ça près.

"Tu peux le dire t'en fais pas, j'vais pas m'évanouir une nouvelle fois si tu le dis. Et oui ça va un peu mieux... Excuse moi au fait, ça a pas du être facile de me traîner jusque là. Et... Merci aussi."

Le brun pousse encore un autre soupir, se disant qu'il avait dû l'embêter et c'était loin d'être son but. Il devait passer pour un petit faible et ça lui plaisait pas cette idée, sachant qu'il a déjà essayé de se faire soigner pour sa phobie mais que ça n'a jamais vraiment marché. De plus, il se devait bien de le remercier et se demande comment il a fait pour l'amener jusque là...

"Et toi au fait, ça va mieux ? Qu'est-ce qui t'es arrivé au juste, pour ça saigne comme ça ?"

En y pensant, c'est vrai que depuis tout à l'heure on ne s'occupait que de son cas mais vu l'état dans lequel son nez était, il y avait largement de quoi beaucoup plus s'inquiéter ! L'ordre de gravité et de priorité était évident en sachant qu'un malaise, c'était pas vraiment dangereux. Et puis d'un autre côté, il était aussi curieux de savoir qui était son sauveur. C'était un élève du lycée mais il ne se rappelle pas l'avoir croisé auparavant, ce qui attise d'autant plus sa curiosité. D'ailleurs, sans le vouloir, il s'était mit à le fixer mais une voix le sorti de son moment de réflexion; c'était celle de l'infirmière qui venait surement voir l'était du jeune homme puisqu'elle avait du l'entendu discuter avec l'autre homme.

"Nakamura-kun ! Tu te sens mieux ? Et toi Mayuzumi-kun ? "

"Oui ça va mieux, excusez moi..."

"Ce n'est pas ta faute pas la peine de t'excuser, mais fais attention à toi. Reste encore au calme une petite heure ou deux histoire d'être sûr que tu ailles bien."

Puis à ses mots, elle retourne dans l'autre pièce qui devait être son bureau après avoir regardé un instant l'homme aux cheveux gris pour s'assurer de l'état de son nez, jugeant surement qu'il avait encore besoin d'attendre.

Maintenant, lui aussi connaissait son prénom... Mayuzumi... Il était sûr de l'avoir déjà entendu quelque part mais n'arrive plus à se rappeler où exactement; son cerveau n'était surement pas encore assez irrigué de sang pour fonctionner correctement, sinon, avec sa mémoire, il s'en serait rappelé.
C'était plutôt drôle de faire les présentations avec l'aide d'une troisième personne. Il n'y avait eut aucune question à ce sujet, aucun présentation officielle mais elle se fit officieusement; tout deux connaissaient déjà l'identité de l'autre. Ça amusait plutôt Hiroki, d'ailleurs.





Nailed it. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



InformationsMessages : 101
Date d'inscription : 29/03/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #333333

RP terminés: 5

RP en cours: 1


MessageSujet: Re: Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]   11.04.15 13:14



feat. nakamura

Pitié, pas ça! - partie 2
La tête toujours penchée en avant, Mayuzumi regardait Nakamura à travers ses mèches argentées. Il reprenait lentement mais sûrement des couleurs. En tout cas, il était moins pâle. Il semblait néanmoins quelque peu déboussolé. Ses yeux sombres balayaient la pièce où il se trouvait à la recherche de quelque chose. À sa place, Chihiro se serait sans doute demandé où est-ce qu'il était et surtout, combien de temps il était resté inconscient. Ça ne lui était jamais arrivé mais il se demandait bien comme c'était d'être dans le... coma ?

-Que tu quoi ? Que tu saignais comme c'est pas possible ?

Enfin quelqu'un qui semblait comprendre ce que je veux dire. Enfin, ce n'était pas bien compliqué non plus. On n'avait pas besoin d'être Einstein pour comprendre ce genre de chose. Les saignements semblaient s'être arrêtés. Très lentement, Chihiro enleva sa main, tenant toujours la compresse qu'il utilisait. Son nez lui picotait encore un peu mais c'était moins douloureux qu'auparavant. Le brun lui releva les jambes sur le lit, les pliant un peu. Pourquoi ? Il n'en savait rien. Sûrement quelque chose qu'on lui recommandait lorsqu'il faisait ce genre de malaise. Ça lui arrive souvent ? Ça doit être chiant quand même...

-Tu peux le dire t'en fais pas, j'vais pas m'évanouir une nouvelle fois si tu le dis. Et oui ça va un peu mieux... Excuse moi au fait, ça a pas du être facile de me traîner jusque là. Et... Merci aussi.

Effectivement, ça n'avait pas été facile de le transporter jusqu'ici. Il avait été réduit à le porter en princesse. Le troisième s'en foutait un peu en fait. Les gens n'avaient qu'à penser ce qu'ils veulent après tout. D'ailleurs il se demandait bien comment il allait réagir s'il lui disait la façon dont il l'avait transporté. Mais il se ravisa et préféra taire cette partie de l'histoire.

-Y'a pas de quoi, dit-il en hochant la tête.

Voyant que rien ne se passait avec son nez, il se redressa enfin et s'assit un peu mieux sur le lit, le dos droit. Il était déjà assez avachi comme ça chez lui devant son ordinateur, il n'allait pas s'y mettre aussi. Sans compter que sa mère le lui rappelait constamment que ce n'était pas bon pour son dos et qu'il allait le bousiller avant l'heure alors qu'il n'avait que 18 ans. Le basket lui permettait tout de même rééquilibrer correctement son corps.

-Et toi au fait, ça va mieux ? Qu'est-ce qui t'es arrivé au juste, pour ça saigne comme ça ?

Un connard de deux de QI m'a donné un coup de coude.

-J'ai reçu un coup de coude par accident juste avant le cours, s'entendit-il dire.

Chihiro pouvait passer pour un hypocrite, quelqu'un de froid et distant. C'était en parti vrai. Il ne disait pas tout ce qu'il pensait haut et fort. Mais lorsqu'il le faisait, il ne tournait pas autour du pot et n'allait pas par 4 chemins. C'était ça ou il ne disait rien du tout. La plupart du temps, il préférait ignorer certaines personnes, surtout les personnes bruyantes et surexcitées comme Hayama. Ce genre de personne avait le don de l'exaspérer à un point. Il n'était pas tranquille avec lui, impossible d'avoir le silence pendant 5 secondes d'affilée. Une horreur.

Sans doute alertée par leurs voix, l'infirmière les rejoint, interrompant leur brève discussion.

-Nakamura-kun ! Tu te sens mieux ? Et toi Mayuzumi-kun ? 
-Oui ça va mieux, excusez moi...
-Ce n'est pas ta faute pas la peine de t'excuser, mais fais attention à toi. Reste encore au calme une petite heure ou deux histoire d'être sûr que tu ailles bien.

Mayuzumi eut tout juste le temps de lui répondre par l'affirmative avec un simple hochement de tête qu'elle s'en alla déjà. Il claqua sa langue contre son palais. Il voulait lui demander une poche de glace pour son nez. Et un cachet pour la migraine qui commençait à s'immiscer dans sa tête. Il allait sûrement rester à l'infirmerie durant la première de cours. C'était mort dans tous les cas, il n'allait pas y aller au beau milieu du cours comme ça. Et c'était sûrement le cas pour Nakamura.

Voyant qu'il n'engagea pas d'autres conversations, Chihiro se leva du lit pour rejoindre l'infirmière à son bureau. Elle semblait écrire quelque chose.

-Oui, Mayuzumi-kun ? Tu te sens capable de retourner en cours ?
-J'aimerais une aspirine pour mon mal de tête et une poche de glace, lui demanda-t-il.

Elle s'en occupa rapidement, lui apporta un verre d'eau avec l'aspire et partit s'occuper de la poche de glace. Il attendit que le cachet ait complètement disparu avant de boire son médicalement d'une traite. Il détestait le goût mais il n'avait vraiment pas le choix. Quelques minutes s'écoulèrent que l'infirmière revint pour lui ramener un petit sac froid. Il la remercia et retourna derrière les rideaux pour s'allonger dans le lit, plaçant soigneusement la poche sur l'arrête de son nez. Il soupira d'aise, la douleur se dissipant peu à peu.

Je piquerais bien un somme là. L'idée était des plus alléchante. Le lit n'était certes pas le meilleur question confort mais poser simplement sa tête sur l'oreiller avait quelques peu alourdi ses paupière. Il ferma les yeux quelques instants, oubliant presque la présence de l'autre garçon sur le lit voisin. Sa respiration était le seul signe qui lui indiquait sa présence. Il n'avait pas vraiment envie de faire la conversation. Ce n'était pas son fort, de parler aux autres. Et peut-être que s'il faisait mine de dormir, il le laisserait tranquille. Mais il fallait tout de même qu'il se réveille pour aller aux cours suivants.

-Mayuzumi-kun, Nakamura-kun, je sors un petit moment, leur prévint l'infirmière.

Chihiro marmonna un rapide « d'accord ». On entendit une porte s'ouvrir puis se refermer. Et enfin le silence s'installa dans cette petite pièce. Mayuzumi s'installa plus confortablement sur le lit et ferma ses paupières. Son corps se détendit peu à peu et il oublia presque tout le reste. Les cours, le basket, son futur rôle de sixième joueur fantôme. Il y songera lorsque le moment viendra. Là, il avait juste envie d'une petite sieste. Ou pas...


(c) codée par mayuyu



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Masculin Messages : 860
Date d'inscription : 29/03/2015
Localisation : Kyoto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: IndianRed

RP terminés: 4

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]   11.04.15 18:53


Feat || Mayuzumi Chihiro


Le brun constata une chose très rapidement : Mayuzumi n'était pas du genre à faire la causette. Bon, le brun ne s'attardait pas non plus très souvent sur des conversations mais ça ne lui dérangeait pas de parler à des camarades de classes ou autres personnes; une fois, il a même tapé la discute avec une mamie dans le bus, c'était une scène assez drôle à voir d'ailleurs parce que la pauvre grand mère n'avait rien demandé... Mais bref. Ce n'est pas que son... Camarade ? lui semblait timide; il ne l'était surement pas d'ailleurs, mais il se dit qu'il devait être dans le genre réservé. Ou alors il devait ne pas avoir envie de parler à Hiroki. Étrangement, il sentait que le jeune homme n'était pas un première année comme lui mais plutôt un deuxième ou troisième année car il dégageait un certain charisme et une certaine aura que les nouveaux ne dégagent pas. Il avait l'air d'être quelqu'un de plutôt calme vu comme ça, ou alors c'est peut-être juste parce que son nez était dans cet état qu'il était aussi silencieux; il n'en savait trop rien et ça l'intriguait.


Voilà qu'en plus il lui fausse compagnie avec un air mécontent. Ce n'est pas très gentil de partir comme ça, est-ce que le brun l'énervait ou est-ce qu'il n'avait pas envie d'être avec lui ? Hiroki aurait bien voulu avoir quelques explications supplémentaires sur le "coup de coude par accident juste avant le cours" tiens, d'autant plus que le garçon l'intriguait de plus en plus et qu'il voulait en savoir davantage sur lui comme d'où il venait, en quelle classe il était, ce qu'il faisait et qu'il comptait faire plus tard... Intérieurement, Hiroki espérait qu'il revienne.
Il entendait un peu la conversation depuis son lit mais ne voulait pas trop se mêler à la chose parce que si le blessé revenait et remarquait qu'il écoutait, il allait peut-être mal le prendre. Bon ça le rassurait au moins, c'était pas tout calme mais avec Mayuzumi, ça risquait pas d'être très agité...


Comme si quelqu'un l'avait entendu -Ah, Kami-sama~-, son camarade revient mais c'est sans un mot qu'il s'installe sur le lit une fois de plus. Étrange m'enfin il devait être en train de souffrir en silence, le pauvre ! Ou alors il était peut-être juste fatigué ? Le jeune Nakamura écoute un instant l'infirmière s'en aller, ne prenant pas la peine de répondre car ne jugeant pas ça nécessaire puis pose son regard sur l'autre blessé. Hiroki n'avait pas envie de le déranger mais le silence religieux qui s'était installé dans l'infirmerie devient rapidement pesant pour lui.
Avec lenteur et précaution, il ramène ses jambes à lui puis se lève. Il tient plus ou moins bien sur ses petons et avance jusqu'à son sac qui était posé un peu plus loin sur un meuble -c'était surement l'infirmière qui l'avait mit là d'ailleurs-. Histoire d'être sûr de ne pas tomber si il perdait son équilibre, il se tient au rebord du meuble d'une main et fouille dans son sac de l'autre. Après quelques petites secondes il retire de ce dernier son Mp4 ainsi que ses écouteurs -il ne les avait pas caché loin en même temps- puis revient s'allonger sur le lit tout en regardant Mayuzumi la démarche tout aussi lente qu'à l'allée. Le brun pose sa tête qui lui semble lourde sur l'oreiller puis allume l'appareil et met une musique, quelque chose de doux, quelques sons de flûtes. Il branche ses écouteurs mais ne les met pas dans ses oreilles; il met le volume à son maximum puis les pose à côté de lui sur le matelas. Ça le rassure un peu -voire beaucoup en fait- la musique. Tout en écoutant -et sachant que son camarade devait entendre lui aussi-, il le fixe et se pose tout un tas de questions. Ça devait être flippant d'ailleurs, d'être observé comme ça par un type qu'il ne connait que de nom mais c'était dans les habitudes d'Hiroki de stalker tout le monde.


Au dehors, on entend vaguement quelques oiseaux qui chantent et le bruit lointain des voitures qui passent dans la rue devant le lycée. C'est encore trop silencieux pour le brun, heureusement qu'il y a le mp4 pour combler un peu le vide. Il se redresse, ouvre la fenêtre qui était juste à côté de lui et croise ses bras sur le rebord avant de poser la tête dessus. C'était agréable, il faisait beau alors il sentait le soleil le réchauffer; il agissait un peu comme un lézard en fait.

Son repos et sa tranquillité, ou plutôt leur repos et leur tranquillité ne dura pourtant pas longtemps; il entend soudain l'alarme incendie se mettre en route dans les haut-parleurs du lycée ce qui lui fait relever la tête rapidement et il tourne alors son regard vers Mayuzumi avec une expression d'incompréhension sur le visage. Il lève ensuite la tête vers le plafond où l'on entendait les chaises des différentes classes aux étages supérieurs glisser sur le sol, des bruits de pas et quelques bribes de voix; tout ce mélange faisait énormément de bruit -à un tel point qu'on ne pouvait plus entendre la musique du Mp4-. Il se demandait ce qu'il se passait; est-ce qu'il y avait vraiment le feu ou un autre danger ? Quelques secondes plus tard, l'alarme s'éteint. L'agitation alla decrescendo puis, de nouveau plus rien, on pouvait à nouveau entendre le concerto joué par l'appareil du Nakamura et les divers petits bruits au dehors.

"'Tain ils jouent à quoi ?! J'me voyais pas sortir moi !"

Hiroki grogne et c'est à ce moment qu'ils annoncent dans les haut-parleurs que c'était un léger incident et qu'ils s'excusent auprès des professeurs pour avoir perturbé les cours. Il soupire d'autant plus et redescend son regard sur son camarade une fois de plus, quelques peu désespéré.





Nailed it. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



InformationsMessages : 101
Date d'inscription : 29/03/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #333333

RP terminés: 5

RP en cours: 1


MessageSujet: Re: Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]   11.04.15 22:22



feat. nakamura

Pitié, pas ça! - partie 2
Mayuzumi piquait lentement mais sûrement du nez. La poche de glace sur son nez aurait du le maintenir éveillé mais il semblait le poussait lentement dans les bras de Morphée. Mais quelque chose le bloquait. Et ce quelque chose était du bruit. Mais qu'est-ce qu'il fout à s'agiter comme ça ? À en juger par les différents bruits qu'il percevait – il avait trop la flemme d'ouvrir les yeux – Nakamura s'était levé de son lit pour aller fouiller quelque chose – dans son sac ? - quelque part. Il revint finalement sur son lit, s'agita encore peu puis il cessa de bouger. Mais quelques secondes s'écoulèrent à peine que quelques notes de musique brisa ce paisible silence. Mayuzumi n'y connaissait pas grand chose en musique mais celle-ci était quelque chose du même style que de la musique classique, pour ce que le faible son lui permettait d'identifier.

C'est quoi son problème ?

Si Chihiro n'arrivait pas non plus à s'endormir, malgré les oiseaux qui chantaient tranquillement à l'extérieur, c'était parce qu'il sentait le regard trop insistant du brun sur lui. Il était bien tenté d'ouvrir les yeux et de tourner la tête pour lui demander ce qu'il voulait. Il aurait pu, mais le troisième année n'avait tout simplement pas l'envie de se bouger, encore moins de lui parler. Surtout qu'il semblait vraiment vouloir lui parler et lui poser des questions sur lui. Et il n'avait pas envie de parler de lui. Il voulait simplement dormir. Alors, pour éviter l'interrogatoire, il se tut et fit mine de dormir. Tant pis s'il paraissait mal poli, il avait juste besoin de se reposer après avoir perdu du sang.

Mais ce petit moment de calme fut de courtes durées.

L'alarme incendie raisonna soudainement dans tout le lycée, le forçant à ouvrir les yeux et à se relever brusquement. Et trop rapidement. Il fronça les sourcils, posa sa main sur son front, sa tête commençant à tourner. Du calme. Il essayait de se convaincre du moins. Au-dessus de leur tête, on pouvait entendre les pieds de chaises raclaient le col, des bruits de pas et de voix étouffés dans les couloirs. Pendant plusieurs secondes, le lycée Rakuzan entier était en pleine cohue. Puis l'alarme s'arrêta aussi sec qu'elle s'était déclenchée.

C'est quoi ce bordel ? Nouveau raclement des pieds de chaise au-dessus d'eux. Il eut moins d'agitation dans les couloirs. Puis le silence revint comme si rien ne s'était passé. L'alarme incendie avait à peine durée une dizaine de secondes tout au plus. Puis les hauts-parleurs grésillèrent avant de laisser place à la voix forte et autoritaire du proviseur, quoi qu'un brun adouci, présentant ses excuses aux professeurs et aux élèves de la gêne occasionnée. Il s'agirait d'une simple erreur. Une simple erreur... Cette alarme est bonne pour rendre n'importe qui sourd.

Le calme enfin revenu, Mayuzumi s'allongea finalement, se laissant retomber sur les oreillers. Sa tête lui faisait moins mal et la douleur dans son dos s'était complètement dissipée bien qu'il sentait une légère gêne. Plutôt que de poser la poche de glace sur son nez, il la mit sur son front, histoire de faire disparaître son mal de crâne.

Mais ça n'effaçait en rien son malaise vis-à-vis du brun qui continuait à le fixer. Comme précédemment, il préféra l'ignorer et se tourna pour s'allonger sur le flanc, lui montrant son dos. Plus explicite pour lui dire qu'il n'avait pas envie de lui parler, tu meurs. C'est pas parce que je l'ai ramené à l'infirmerie après son malaise qu'on est pote.

De longues minutes s'écoulèrent sans aucun mot ne soit échangé. Et ce regard dans son dos. Il avait l'impression que quelque chose lui brûlait là où il posait ces yeux. Trop c'est trop. Chihiro ne pouvait plus l'ignorer, c'était au-dessus de ses forces. Il savait qu'en engageant cette discussion, il n'allait pas pouvoir dormir comme il le souhaitait. Mais au moins, il allait lui lâcher la grappe. J'espère qu'il va pas me coller après ça.

-Hey Nakamura. Si t'as un truc à me demander, crache le morceau maintenant, déclara sèchement Mayuzumi en se retournant.

Il s'était retourné et avait planté ses pupilles grises vides d'émotions, sauf peut-être de l'agacement et de l'irritation, dans celle chocolat d'Hiroki. Chihiro n'aimait peut-être pas parler avec les autres, mais il n'aimait pas non plus qu'on tourne autour du pot. S'ils avaient quelque chose à dire, qu'ils le fassent directement, on perdait moins de temps et d'énergie comme ça. Et ce n'est pas parce qu'il avait la phobie du sang qu'il y allait prendre des pincettes avec lui. Fallait pas lui demander la Lune non plus !



(c) codée par mayuyu



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Masculin Messages : 860
Date d'inscription : 29/03/2015
Localisation : Kyoto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: IndianRed

RP terminés: 4

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]   14.04.15 21:27


Feat || Mayuzumi Chihiro


Une douleur, qu'elle soit physique ou mentale, ne passe pas comme ça. C'est une chose qu'Hiroki sait depuis un moment maintenant, c'est d'ailleurs l'une des premières choses qu'il a apprit dans sa vie. Même avec les médicaments il faut patienter, c'est ainsi. Et parfois, même avec les médicaments, cela ne se soigne pas alors il faut apprendre à être fort et supporter la douleur...
Il espère néanmoins que le mal de tête de Mayuzumi va passer car il sait que c'est pas drôle de rester allongé dans un lit à rien faire pendant des heures, surtout si tu trouves pas le sommeil; plus ennuyeux que ça tu meurs, du moins pour lui.


C'était pourtant assez amusant de voir l'argenté bouder; du moins, ça l'était pour le brun. Il ne pensait pas avoir un regard aussi perçant mais visiblement si vu que son camarade lui tourne le dos l'air de dire "T'es là mais pas vraiment en fait alors salut j'ai pas trop envie de voir ta tête !". C'est plus fort que lui, il ne peux pas s'empêcher de le fixer et de lui porter la plus grande attention -et de toute façon, ce n'est pas comme si il y avait grand chose d'intéressant autour-. Ça l'intrigue de voir que Mayuzumi est du style "Ah mais tu te sens mal ? Bon bah attends je vais t'aider." puis que deux secondes après c'est "Me parle pas, me parle pas, me parle pas...". Trop poli comme personne, c'est surement du à une éducation plus ou moins stricte de la part des parents; ça aussi, il sait très bien ce que c'est malheureusement. Ou alors, c'est tout simplement son caractère, ce qui est tout à fait possible, il ne l'ignore pas.

Ce que Mayuzumi ne savait surement pas par contre, c'est qu'Hiroki est du genre très patient. Le regarder, il pouvait faire ça pendant des heures sans montrer le moindre signe d'ennui ou d'agacement; sorte de particularité qu'il possède et qui est bien utile dans la vie de tous les jours et dépendamment des situations. Il sait bien que de toute façon, à ce genre de jeu, c'est lui qui risque de gagner -faute de ne pas craquer le premier-, la preuve d'ailleurs vu que son camarade se retourne, l'air complètement agacé.

"Hey Nakamura. Si t'as un truc à me demander, crache le morceau maintenant."

Le fait est que le Nakamura en question n'a pas "un truc" à lui demander mais "plusieurs trucs", en fait. Wow, apparemment son prénom était déjà bien rentré pour se faire engueuler.

Ses yeux dur comme de la pierre ne lui font pas peur, il ne pense même pas à détourner le regard et trouve ça d'autant plus intéressant de le regarder jusqu'au fond des yeux. Il n'y a rien de mieux quand on veut essayer de lire une personne. Au moins maintenant, il lui porte un peu d'attention, c'est tout ce que gamin pourri gâté voulait de toute façon, et c'est pas comme si Mayuzumi allait se lever pour lui en coller une -du moins il ne pense et n'espère pas- alors il estime n'avoir aucune raison de s'inquiéter face à ses yeux menaçants. Et puis si c'est lui qui demande -si gentiment-, il ne va pas se gêner alors ! D'un coup, les yeux du brun se firent souriant et il se redresse un peu pour tenir assit sur le lit car sa tête ne tourne plus, c'était surement assez étrange et déstabilisant de voir le changement radical d'attitude.

"Oh mais je ne voulais pas te déranger Mayuzumi ! Mais bon, si tu proposes... Alors, dis moi, tu es en quelle année ? Tu as quel âge ? Tu viens d'où ? C'est quoi ton signe astrologique ? Ton groupe sanguin ? Tes goûts ? Tes activités scolaires ? Ton style de musique ? Tu es sensible à l'art ou non ?"

Oui, un bel amas de questions pour son camarade mais il ne comptait pas le ménager, au non, loin de là ! Après tout, c'était lui qui lui avait dit de "cracher le morceau" alors bon, pourquoi se retenir ? En le regardant, Hiroki pouvait répondre en partie à ses questions mais ça ne suffisait pas; il n'y a rien de mieux que de pouvoir demander directement à la personne concernée. Il comptait bien la découvrir, que ça lui plaise ou non; il ne comptait pas rester à la surface des choses.

Pendant qu'il posait ses questions, il avait fini par se lever lentement pour aller s'installer sur le bord du lit de Mayuzumi sans lui demander son avis. Oh il s'en moquait, pour ça non plus il n'allait pas se priver, il voulait faire sa connaissance parce qu'il l'intriguait toujours autant -et puis son nom est pas marqué sur son lit hein-. D'ailleurs, Hiroki ne l'avait toujours pas lâché du regard. Un regard à la fois vide mais qui montrait pourtant au brun qu'il l'ennuyait. Après tout il avait l'habitude de recevoir ce genre de regards de la part des personnes qu'il ennuyait en les fixant. Ça ne l'a jamais vraiment atteint et heureusement pour lui, ça ne s'est jamais mal fini. Un poing dans la figure l'aurait surement calmé un peu -ou pas-.


Ça doit être assez perturbant que quelqu'un rentre soudainement dans sa bulle d'espace privé. C'est le genre de chose qui ne dérange absolument pas Hiroki; il aime aussi s'incruster dans celle des autres, la preuve ! Le contact humain ne lui déplaît pas non plus mais il n'est pas du genre à aller câliner quelqu'un de manière random; quoi que pour embêter son camarade, il aurait très bien pu; il a cependant du respect pour son senpai et se tient, disons le comme ça, un minimum correctement. Hiroki ramène ensuite ses jambes à lui et s'installe en tailleurs sur le lit tout en attend les réponses à ses questions.





Nailed it. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



InformationsMessages : 101
Date d'inscription : 29/03/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #333333

RP terminés: 5

RP en cours: 1


MessageSujet: Re: Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]   18.04.15 21:06



feat. nakamura

Pitié, pas ça! - partie 2
Mayuzumi regrettait déjà. Il n'aurait pas du donner la parole à Nakamura. C'était une très, très mauvaise idée. En plus de le fixer d'une façon étrange – non, il ne se faisait pas de fausses idées – il le noyait littéralement de questions. Un vrai moulin à paroles. Il ne savait pas s'il était pire que Kotaro. Enfin, il bougeait plus qu'il ne parlait et c'était tout aussi agaçant. De ce fait, il détestait ce genre de personnes. Du moins, il avait du mal à les supporter. Elles avaient tendance à l'empêcher de lire tranquillement ou bien de le laisser tranquille tout court. Il était clair qu'ils étaient dans la même pièce, Mayuzumi n'aurait pas supporter longtemps ses regards insistants. Même s'il pouvait ignorer son entourage la plupart du temps, même s'il savait qu'il avait un self control à toutes épreuves, à un moment ou à un autre, Chihiro pourrait péter les plombs. Il était humain après tout, n'est-ce pas ?

Alors qu'il lui demandait son âge, sa classe, ses goûts musicaux, j'en passe et des meilleurs, le troisième année se demandait bien s'il devait lui répondre ou non. Il avait lancé la machine et impossible de faire marche arrière. Mais qu'est-ce qui m'as prit ? Sincèrement, il regrettait presque – oui presque – de l'avoir aidé dans les couloirs. Chihiro aurait pu le laisser en plan – personne ne le remarquait vraiment – mais il ne pouvait pas le laisser là, évanoui au bout du couloir. Ses parents l'avaient rendu trop poli. Merde quoi. Ou pas.

Si je réponds normalement, il va croire que je veux faire copain-copain avec lui et il parlera encore plus. L'argenté tentait de peser le pour et le contre, tandis que le brun se leva pour venir s'installer sur le bord de son lit. Sans même lui demander son avis. Sans gêne aucune. Il se fout de moi n'empêche. Fronçant légèrement les sourcils, l'envie soudaine de le rembarrer l'envahit avec une telle violence qu'il crut qu'il allait le faire tomber du lit. Mais il se retint malgré tout. Mayuzumi n'aimait qu'on l'emmerde alors il n'emmerdait pas les autres par principe. Et puis, ce serait deux fois plus chiants.

Chihiro soupira puis s'allongea correctement. Comment est-ce qu'il allait lui répondre? Au point où il en était...

-J'ai 18 ans, commença-t-il à répondre. Et pour le reste...

Pour le reste, il n'avait qu'à chercher lui-même si ça l'intéressait tant. Son âge suffisait pour lui montrer qu'il était en troisième année. Quelle classe précisément, ça, c'était à Nakamura de le découvrir. D'où il venait ? Il a toujours vécu à Kyoto aussi loin qu'il s'en souvenait. Du moins, ses parents ne lui avaient jamais mentionné une autre ville où ils avaient habité. Il ne les avait pas demandé non plus... Son signe astrologique ? Son groupe sanguin ? C'est quoi ça ? On est pas sur un site de rencontre ou un speed dating, crétin. Mayuzumi commençait sérieusement à se poser des questions sur la santé mentale du brun. Ses goûts ? C'était vague comme question, est-ce qu'il s'en était rendu compte ? Son activité scolaire ? Hors de question qu'il réponde à cette question. Si ça se trouve, Nakamura serait capable de venir le voir après les entraînements. Son style de musique ? Il n'écoutait pas souvent de la musique et n'avait pas de style bien défini qui lui plaisait. Pour ce qui est de la sensibilité sur l'art...

Sur qui je suis tombé... ?

-Pour le reste, ça ne te regarde pas, termina-t-il.

Il avait déjà son nom et son âge, avec ce peu d'informations, il pourrait demander à son entourage s'il connaissait un certain Mayuzumi de 18 ans avec un sale caractère. Mais la particularité de Chihiro était qu'il ne marquait pas réellement les esprits et qu'il se faisait rapidement oublier. Même par les professeurs. Il avait des notes normales et acceptables. Personne ne vantait ses mérites ou bien le sermonnait sans cesse. Il était tranquille la plupart du temps. La plupart du temps.

L'ailier fort de Rakuzan se plaça finalement sur le flanc, tournant le dos au brun. Mais dix secondes s'écoulèrent à peine qu'il releva la tête pour jeter un coup d'oeil par dessus son épaule.

-Et retourne dans ton lit, conclut-il avant de se replacer correctement.

Du genre asocial, Mayuzumi n'aimait pas qu'on empiète son espace vital et personnel. Surtout de très près comme le faisait actuellement Nakamura. Ainsi, il n'était pas très tactile, voir pas du tout. Déjà qu'il avait du mal à converser, alors le contact humain, très peu pour lui. Il n'avait jamais eu de petite-ami jusqu'ici. L'amour ne lui disait pas grand chose, et lui avait d'autre chats à fouetter plutôt que de courir derrière les jupons. Oui, il préférait bouquiner plutôt que de courir après les filles. Mais s'il devait choisir, il aimerait que sa petite amie soit calme, et tranquille, pas une demoiselle écervelée et trop énergique.





(c) codée par mayuyu



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Masculin Messages : 860
Date d'inscription : 29/03/2015
Localisation : Kyoto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: IndianRed

RP terminés: 4

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]   19.04.15 10:35


Feat || Mayuzumi Chihiro


Non c'est vrai ce n'était pas facile d'arrêter Hiroki lorsqu'il avait une idée en tête ; une fois qu'il était lancé c'était quasi impossible de faire demi-tour, au grand malheur de son camarade qu'il sentait bouillir juste à côté de lui. La curiosité est un vilain défaut, Hiroki le sait pourtant mais ça ne l'empêche pas de fourrer son nez un peu partout, parfois même où il ne faut pas d'ailleurs. Enfin, reste quand même que son but premier était loin de l'énerver, il voulait simplement en savoir un peu plus sur l'identité de son "sauveur", c'est normal non ?.

18 ans ? Ça équivaut à la troisième et dernière année ça ; cela voulait donc dire qu'il était de deux années son aîné... Bon, ce n'est pas comme si ça dérangeait Hiroki  et qu'il allait se mettre à lui parler différemment parce qu'il est né deux années avant lui ; il aime bien briser la hiérarchie mais à tout de même du respect pour son "Senpai"  -surtout qu'il voit bien que le pauvre se retient déjà de lui en coller une- et dans un espace aussi restreint que celui de l'infirmerie avec personne d'autre pour les écouter, il peut bien se permettre un ou deux écarts vous ne croyez pas ? Lui aussi a été rendu poli par sa famille, mais pas bête.

Et pour le reste.. ? Il l'attend toujours, ce reste ! Répondre à une question sur dix c'est de la triche ; si Mayzumi a assez d'énergie pour s'énerver contre lui alors le brun estime qu'il a assez d'énergie pour lui répondre ! A la limite, l'âge il peut plus ou moins le deviner -même si pour certaines personnes c'est difficile car elles ne font pas leurs âges- ; lui il veut avoir des réponses à ses autres questions ; celles où il n'en a aucune idées et qu'il a pas d'autre choix que de demander ! Il aurait au moins pu lui donner la date de naissance quoi, ça lui aurait permis de savoir son signe aussi ! Non mais ; son camarade l'autorise à lui poser des questions mais en contre-partie il ne prend pas la peine d'y répondre ! Ça a servit à quoi alors ?! Et "ça ne te regarde pas" , c'est quoi cette réponse ?! C'est trop facile d'esquiver les choses comme ça ! Vous imaginez si à un interrogatoire de police le type en face il répond "Ah bah non, ça ne vous regarde pas !".
Oh oui, Hiroki rage aussi de son côté et ça se voit qu'il n'est pas satisfait des réponses qu'il a reçu à la vue de la tête dépitée qu'il tire, mais il arrive à rester calme et tente de ne pas trop le montrer non plus. C'est vrai que ça ne le regarde pas mais c'est justement pour cette raison qu'il veut savoir tiens !

Et maintenant son camarade lui tourne le dos une fois de plus. C'est vrai que dans le genre asocial, Mayuzumi a l'air d'être pas mal placé. Pour Hiroki, c'est important d'avoir des contacts avec les autres même si ils ne deviennent pas forcément des amis proches et même si il sait qu'il ne va les voir qu'une fois dans sa vie. Les relations, la communication, les contacts... C'est vraiment très important !
Hiroki était dans le fond aussi un peu triste parce qu'il ne pensait pas qu'il allait agir aussi négativement et qu'il allait réussir à l'énerver à un tel point ; mais pour l'avoir ramassé dans le couloir, il sentait qu'il n'avait pas non plus un mauvais fond ; c'était peut-être juste une envie d'agir en loup solitaire ? Ou alors il n'était vraiment pas à l'aise avec les autres et c'est pour ça qu'il les évite ? C'est ça sa phobie ; le monde ? Il n'a pas l'air d'être ochlophobe pourtant, juste très... Distant et froid ?
Enfin, le coup d'oeil par dessus l'épaule là, c'était un peu le coup de grâce pour dire "Bon allez t'es mignon mais casse toi ! S'il te plaît, cordialement" -Oui, il faut de la politesse aussi-, et ça n'enchante pas le jeune Nakamura...

«  T'es AB hein  ? »

Demanda le brun en se relevant du lit sans plus de résistance que ça histoire de ne pas se prendre un coup dans la figure. Dernière tentative pour espérer pouvoir converser avec lui ; si il le remballait encore une fois Hiroki savait qu'il allait vraiment finir par se faire détester -Enfin, c'est sûrement déjà le cas d'ailleurs ! Hiroki est un peu naïf sur les bords, il faut l'excuser...-. Et il n'a pas non plus balancé "AB" au pif, il pense vraiment que c'est le groupe sanguin de l'argenté au vu de son caractère ; c'est la conclusion de sa brève "analyse".


Il se dirigea une nouvelle fois vers son sac avec la même vigilance que tout à l'heure parce qu'on sait jamais ce qui peut arriver, l'attrapa et l'embarqua avec lui sur "son" lit. C'est vrai ça, son camarade avait parlé de "son" lit ; si seulement il pouvait rentrer chez lui...
Le brun se rallongea alors et changea de musique, posant l'appareil et les écouteurs sur son torse et baissa un peu le volume pour éviter de se faire engueuler par l'argenté qui voudrait tenter de trouver le sommeil. Il regarda alors le plafond plutôt pensif et ne remarqua même pas qu'un bouquin sortit lentement de son sac posé sur le bord du lit et se suicida ;s'écrasant ouvert face au sol. Ainsi on pouvait voir la couverture du livre et le résumé et par la même occasion, ce que le brun lisait tout court.





Nailed it. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



InformationsMessages : 101
Date d'inscription : 29/03/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #333333

RP terminés: 5

RP en cours: 1


MessageSujet: Re: Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]   26.04.15 11:21



feat. nakamura

Pitié, pas ça ! - partie 2
Mayuzumi ne put s'empêcher d'étirer un léger sourire sur ses lèvres. Un sourire teinté de satisfaction et de moqueries. À en juger par la tête de Nakamura qu'il avait aperçu lorsqu'il lui avait répondu que le reste ne le regardait pas, il avait réussi à l'énerver, à le titiller ou peut-être les deux. Bref, il y avait des chances qu'il puisse continuer à le harceler. Mais qu'importe. Mayuzumi pouvait l'ignorer. Il finirait bien par s'en lasser à force. J'aurai du l'ignorer dès le début. Chihiro vint à se demander s'il aurait vraiment du l'aider dans les couloirs. Il aurait pu le laisser en plan, après tout. S'il l'avait fait, peut-être qu'il n'aurait pas eu à l'emmener jusqu'à l'infirmerie. Il n'aurait pas vu qu'il saignait et ne se serait pas évanoui. Mais ce n'était pas avec des si qu'il allait changer sa situation actuelle. À savoir : une sangsue sur le dos. Il devait prendre son mal en patience. C'est tout.

Pour l'heure, l'ailier fort n'avait qu'une envie : roupiller. Il songeait que ces derniers temps, il avait vraiment la poisse. La dernière fois, sa main s'était coincée dans les portes du bus, tout ça parce qu'il ne voulait pas arriver en retard en cours. Heureusement pour lui, il n'avait rien de bien grave, pas un os cassé. Mais il devait tout de même ménagé sa main pour ne pas aggraver la situation. Il devait mettre une attelle pendant une semaine ou deux par précaution. Ça avait été particulièrement pénible puisqu'il ne pouvait pas écrire à son aise ou même taper sur son ordinateur. Il avait presque soupiré de bonheur lorsqu'il était arrivé à la fin de son traitement et qu'il put bouger à son aise sa main.

Mais là, il ne pouvait décemment pas soupirer de bonheur lorsque Nakamura lui parla à nouveau.

-T'es AB hein ?

Hein ? AB ? De quoi est-ce qu'il parlait ? De son groupe sanguin ? Comment est-ce qu'il pouvait savoir ça d'ailleurs ? Comment est-ce qu'il avait deviné ? Si sa mémoire ne lui faisait pas défaut, c'était bien la première fois qu'il parlait avec Nakamura. Il ne l'avait jamais vu auparant, lorsqu'il était gosse ou même dans son collège. Au lycée, c'était bien la première fois qu'il le voyait. Et le nombre de personne qui connaissait son groupe sanguin pouvait sur les cinq doigts de la main. Une légère irritation s'immisça lentement dans son estomac. Qui s'intéresserait à son groupe sanguin ? Il l'aurait deviné avec le peu d'échanges qu'ils ont eu ? L'argenté avait ouï dire que le groupe sanguin influençait sur le caractère de la personne. Le fait d'être AB le rendait asocial, réaliste et un chouia sarcastique ? Qui croirait à ce genre de salades ?

Nakamura a l'air d'y croire en tout cas. En espérant que ce soit pas un stalker, ça deviendrait flippant. C'est pas possible. Ou pas. Après tout, il ne savait rien de Nakamura. Mais il devait rester réaliste. Dans le meilleur des cas, il ne connaissait ni d'Adam ni d'Eve Hiroki et l'avait heurté par pur hasard dans les couloirs ce matin. Dans le pire des scénarios, il serait tombé sur un psychopathe stalker. Mais les probabilités étaient minces sur ce dernier cas. D'ailleurs, personne ne se rappelait de lui en général. Mon mal de tête me fait penser n'importe quoi. Rassemblant tout sa lucidité, si Hiroki le suivait, il n'aurait pas eu à lui poser des questions. Il était juste curieux. Trop curieux. Est-ce qu'il fait ça avec toutes les personnes qu'il rencontre ? Pas comme si cela l'intéressait vraiment.

Quelques secondes s'écoulèrent et pour le coup, Chihiro choisit de l'ignorer cette fois-ci. Le silence s'installa à nouveau entre eux. S'il ignorait les bruits que le brun faisait en se levant, récupérant son sac pour s'installer à nouveau sur son lit. Il baissa le volume de sa musique – comme c'était gentil de sa part – et ne bougea plus. Mais un léger froissement attira néanmoins son attention. Ce bruit était familier, si particulier qu'il pourrait le reconnaître entre mille. Celui d'un livre. Un petit « boom » résonna dans l'infirmerie. Puis plus rien. Le livre était tombé ?

Se retournant lentement, il passa rapidement ses orbe gris-argent sur Nakamura et avisa le livre qui traînait sur le sol. La couverture laissée voir le titre « Prête à sangloter » de Kaori Ekuni. Ce nom lui disait vaguement quelque chose. Il n'était pas spécialement fan de roman, préfèrant les light novel. Il se retourna, se pencha et ramassa le livre mollement échoué sur le sol. Ce bouquin lui était familier mais il ne saurait dire où il l'avait déjà vu. Survolant à peine le résumé au dos, il crut comprendre qu'il s'agissait d'une histoire racontant les sentiments d'une jeune femme. Vraiment pas son style. Mais cela avait l'air de plaire à son camarade d'infortune. Chancun ses goûts après tout.

Le joueur fantôme de Rakuzan tendit le bras et posa le livre sur le lit à côté du sien, faisant sortir Nakumura de sa rêverie. Il pinça légèrement les lèvres, se préparant mentalement à ce qu'il engage une nouvelle conversation sur la littérature. Son panel à lui n'était pas très élargi, il connaissait quelques grands classiques qu'on lui demandait en cours mais sans plus. Il avait une bibliothèque assez bien fourni certes mais il y avait à 90% que des light novel. Alors s'il était friand de littérature ancienne ou classique, ce n'était pas avec lui qu'il allait pouvoir en parler pendant des heures et des heures...


(c) codée par mayuyu



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Masculin Messages : 860
Date d'inscription : 29/03/2015
Localisation : Kyoto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: IndianRed

RP terminés: 4

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]   26.04.15 23:03


Feat || Mayuzumi Chihiro


« Pof ». Difficile à croire, mais c'était le genre de bruit qu'un livre faisait en tombant, de n'importe quelle hauteur que ce soit; un bruit à la fois doux et brutal qui marque par la même occasion la rapidité de l'action, c'est à dire de la chute. Le brun ne l'avait pas remarqué, cette chute ; ou du moins, c'est ce qu'il faisait croire à son camarade. Rien ne lui échappe, c'est une chose à retenir. Une fois le livre à terre, il n'y avait plus qu'à attendre. Cinq... Dix secondes s'écoulèrent comme ça avant que son camarade ne se mette finalement à bouger. De son côté, Hiroki regardait le plafond, comptant toujours le temps qui s'écoulait dans sa tête mais faisait mine de rien ; quel bon comédien -c'est pas comme si il avait l'habitude de fausser les autres hein- !

On dit souvent qu'on ne juge pas un livre à sa couverture, pourtant le jeune Nakamura avait l'impression que c'était exactement ce que Mayuzumi faisait avec son cas un brin spécial. L'argenté ne le connaissait pas mais il semblait déjà l'avoir classé dans les "à éviter" au vu de ses réactions et du "casse toi !" qu'il avait l'impression d'entendre à chaque fois qu'il tentait de lui parler ou qu'il le regardait. Bon, c'est pas comme si Hiroki n'avait pas conscience qu'il était, disons, peut-être un peu.. Différent ? Oh oui, il a bien quelque chose de spécial ce garçon là, aucun doute là dessus ! Même en le connaissant que très peu, il est facile de remarquer que quelque chose ne tourne pas rond avec lui.


Finalement et comme par magie, le livre revint sur le lit du brun, comme s'il n'avait jamais fait sa fugue et comme s'il n'était jamais tombé. Magie ou presque ; Mayuzumi avait simplement eut la gentillesse de le ramasser pour lui ; bref, c'était tout ce qu'il attendait en fait et ça le réjouissait de voir qu'il ne se trompait pas et que tout se passait comme il l'avait prévu -on dirait vraiment qu'Hiroki était un héros de film là...-.
Le brun tourna alors la tête en direction de son camarade juste après la seconde BA du jour de ce dernier, un sourire à la fois amusé et ravit éclaircissant son visage qui ne se voulaient en rien moqueurs.

« Merci Mayuzumi . Dans le fond... Tu peux pas t'empêcher d'être gentil hein ? »

Hiroki aurait pu rire ; un rire enfantin qui aurait exprimé sa bonne humeur , mais il savait que son voisin de lit n'allait pas bien le prendre alors il se retenu et se contenta de continuer de sourire tout en le fixant de ses petits yeux d'enfant trop curieux.
C'était un petit test mais le garçon avait raison et il était fier de lui ! Au moins ça prouvait que son camarade n'était pas un mauvais garçon -quoi qu'il n'avait pas la moindre seconde douté de ce bon fond là après qu'il l'ait ramassé dans le couloir- ! Curieux et malin aussi, c'était des traits de caractères qui le définissaient et le résumaient bien -à vous de voir si vous rangez ces adjectifs dans qualité ou défaut-.

« "Dans ma bibliothèque, je feuillette tantôt un livre, tantôt un autre, sans ordre et sans desseins, en prenant des passages sans lien ; tantôt je rêve, tantôt je note et je dicte, en me promenant, mes rêveries que je vous livre." Il laissa un petit temps après sa citation de Montaigne puis reprit : Mayuzumi dis moi, tu aimes lire ? »

Et voilà comment Hiroki avait trouvé le moyen de relancer une conversation étant donné que ce n'était sûrement pas l'homme sur l'autre lit qui allait le faire. D'un côté, ça lui permettait aussi d'en savoir un peu plus sur lui, chose qu'il essayait bien de faire depuis tout à l'heure et dont il ne pouvait pas deviner la réponse autrement qu'en lui demandant directement -a moins qu'il se mette à bouquiner devant ses yeux mais ça serait étonnant que ça arrive, surtout maintenant-. Vrai qu'il était insistant aussi, comme bonhomme, mais quand on a été un enfant recouvert de cadeaux... C'est difficile de ne pas faire de caprice. Certaines leçon de vie on été mal apprises au jeune brun mais "Une lecture bien menée sauve de tout, y compris de soi-même." , et c'est bien grâce à la lecture de certains livres qu'Hiroki a su plus ou moins rester dans le droit chemin ; qu'il a sut combattre les périodes difficiles de sa vie. Les mots sont des armes avec lesquelles il s'est battu quand ça allait pas et le moment où il a dévoré le plus de livre était évidemment après la séparation de ses parents.

Lentement et doucement, le Nakamura se redressa pour s'installer assit dans son lit une fois de plus et s'adossa contre le mur blanc de la pièce, sa tête touchant le rebord de la fenêtre. D'une main il retira l'appareil pour le poser à ses côtés et de l'autre, tira sur les draps pour recouvrir ses jambes qu'il avait ramené contre son torse. C'était un peu comme si il s'était assit de manière à blablater avec un copain même si il n'était pas idiot et qu'il se doutait bien que Mayuzumi était loin de le considérer comme un ami. Pourtant, il n'en restait pas moins tout ouïe et était malgré lui impatient de savoir si il allait choisir de lui répondre ou tout simplement de continuer à l'ignorer comme il le faisait depuis tout à l'heure, pour le plus grand malheur d'Hiroki qui n'aimait pas se sentir seul comme ça et surtout en présence de quelqu'un.





Nailed it. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



InformationsMessages : 101
Date d'inscription : 29/03/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #333333

RP terminés: 5

RP en cours: 1


MessageSujet: Re: Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]   10.05.15 13:10



feat. nakamura

Pitié, pas ça ! - partie 2
Chihiro regrettait presque, oui presque, de ne pas être en cours à cette heure-ci. Il ne savait pas s'il préférait subir une heure soporifique d'histoire ou bien les questions assourdissantes et interminables de son camarade de fortune. Pendant le cours, il pouvait au moins dormir sans se faire prendre. Là, il ne pouvait pas rester tranquille plus de deux minutes d'affilé. Mayuzumi avait du mal avec ce genre de personne : celle qui parlait sans cesse, incapable d'arrêter leur débit de parole une fois lancé. Et l'argenté avait sérieusement du mal avec Hiroki. Pour ne pas dire qu'il avait du mal avec tout le monde en général.

-Merci Mayuzumi. Dans le fond... Tu peux pas t'empêcher d'être gentil hein ?

Gentil ? Quand Chihiro avait été véritablement et sincèrement gentil la dernière fois ? Il ne s'en rappelait plus. Pour le troisième année, être gentil c'était agir sans aucune arrière pensée. Faire des actions de bon cœur. C'est aider les gens sans rechigner, faire plaisir aux autres et s'oublier. C'était ça, sa définition de gentil. L'ailier fort de Rakuzan ne se rappelait pas avoir été gentil ses 18 dernières années de sa vie. Il n'éprouvait rien d'agréable à aider les autres. Si ses parents lui demandaient de l'aide pour les tâches ménagères, il les aidait sans rechigner, plus pour ne pas à les avoir sur le dos et qu'ils le laisse tranquille. Aujourd'hui encore, il ne jouait pas au basket pour l'équipe mais pour lui-même. Quel intérêt ? Avec ses capacités limitées, peu de personnes reconnaissaient sa juste valeur et dès qu'il ne servait à rien, on lui tournait le dos.

Tous des hypocrites.

-Je suis pas spécialement gentil, lâcha-t-il finalement.

Il se tourna et s'allongea sur le dos, fixant le plafond. Une légère brise secoua les rideaux entourant les lits. Elle est où l'infirmière ? Elle en met du temps... Il espérait qu'avec sa présence, Nakamura se serait retenu de parler. Il devait se reposer après tout, pas se mettre à parler à quelqu'un qui avait failli perdre son nez.

-Dans ma bibliothèque, je feuillette tantôt un livre, tantôt un autre, sans ordre et sans desseins, en prenant des passages sans lien ; tantôt je rêve, tantôt je note et je dicte, en me promenant, mes rêveries que je vous livre.

Il fit une pause puis ajouta :

-Mayuzumi dis moi, tu aimes lire ?

Je suis vraiment tombé sur un type bizarre. Et c'était quoi cette phrase ? Sans ordre et sans desseins ? Qui lirai un passage au hasard et changerai en cours de route ? Ce type était définitivement bizarre. À éviter la prochaine fois. La tête reposée contre son oreille, il prit quelques secondes, choisissant ses mots puis répondit :

-Si on veut...

L'espace d'une seconde, il hésita à lui révéler quel genre de livre qu'il lisait. En y pensant, il aurait du emporter son sac avec lui, il aurait pu continuer sa lecture plutôt que de parler avec Nakamura. Mais sur le coup, avec tout ce sang qui dégoulinait, il n'y avait pas du tout pensé. Il allait devoir donc prendre son mal en patience. Mais il ne savait pas pendant combien de temps il allait tenir. Sans compter qu'il ne voyait aucune horloge pour lui indiquer l'heure.

Hiroki s'agita à nouveau sur le lit d'à côté et Mayuzumi put voir qu'il s'était redressé, s'adossant contre le mur, sa tête reposant sous la fenêtre. Les jambes remontées contre son torse, il tira le drap et se recouvrit avec. Reportant son attention ailleurs, il ne fallait pas être un génie pour sentir le regard curieux et insistant du brun. Il finira bien par s'ennuyer à un moment. Ou pas. Ça allait être problématique – surtout chiant – s'il ne lâchait pas l'affaire.

En temps normal, les personnes qui recevaient les réponses désintéressées, parfois acerbes, de Mayuzumi abandonnaient vite pour espérer avoir un semblant de discussion. Chihiro ne réfléchissait pas spécialement à ce qu'il disait dans ce cas-là. Les mots sortaient tous seuls, c'était devenu un automatisme, une barrière de protection. Mais là, peu importe ce qu'il disait, il trouvera toujours quelque chose à rajouter. Peu importe son ton de voix, il continuerai à le regarder jusqu'à ce qu'il craque. Mayuzumi savait qu'il ne devait pas entrer dans son jeu. Il arrivait à ignorer les gens habituellement. Mais là...

Fatigué de se prendre la tête, le fantôme de Rakuzan ferma finalement les yeux. Aussi surprenant soit-il, ses paupières devinrent lourdes peu à peu, et le sommeil le gagna lentement. Dans son état de somnolence, il pouvait discerner la respiration d'Hiroki, et les bruits légers au-delà de la fenêtre.




(c) codée par mayuyu



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Masculin Messages : 860
Date d'inscription : 29/03/2015
Localisation : Kyoto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: IndianRed

RP terminés: 4

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]   18.05.15 11:31


Feat || Mayuzumi Chihiro


« Si on veut... »

Réponse courte et vague de l'argenté. « C'est pas bête, comme réponse. » se dit Hiroki qui avait pleinement conscient d'être agaçant . On lui a souvent dit, mais ça ne l'a jamais découragé. Il se définit tout simplement comme étant trop curieux.
Oui, c'était un réponse intelligente car il avait senti que les mots étaient choisit. Avec ce type de réponse, Mayuzumi évitait de répondre à la fois par  "oui" et à la fois par "non" ; mais se doutait-il seulement qu'avec ce genre de réponse il rendait le brun encore plus curieux à son sujet -Parce que je vous assure que c'est possible !- ? Avec « Si on veut », Hiroki pouvait demander des choses du style « Quels genre de livres t'attirent alors ? Ou ne t'attirent pas, justement ? » mais il lui fit grâce de ses questions en remarquant que son voisin de lit semblait être fatigué. Tant pis, de toute façon c'était un élève du lycée alors il pourrait toujours le remarquer quelque part au détour d'un couloir maintenant qu'il connaît sa tête. Têtu comme il était, c'était sûr qu'il n'allait pas lâcher l'affaire aussi facilement, et il trouvait ça plutôt amusant , comme si il prenait la future recherche de Mayuzumi pour un jeu ou une sorte de défi.


Hiroki soupira, il resta un moment contre le mur tranquillement en détournant le regard pour éviter d'embêter Mayu' pour qu'il puisse se reposer un peu en sachant bien qu'il allait avoir une réflexion à ce sujet sinon. C'était toujours les mêmes sons qu'il entendait au dehors : ceux des voitures, des oiseaux, et du vent. Rakuzan état situé dans un quartier plus ou moins calme, c'était agréable. De toute façon, Kyoto était une ville calme par rapport à Tokyo, et ça lui plaisait bien.

-----

Mayuzumi dormait, Hiroki n'y arrivait pas et n'en avait de toute façon pas envie, il ne se sentait pas fatigué ou affaibli. Ça allait, il avait déjà fait ce genre de malaise et son corps arrivait maintenant à s'en remettre plus facilement, tant mieux pour lui !

Il entendit l'infirmière revenir et se leva alors lentement et dans la plus grande des discrétion pour évier de réveiller son camarade de troisième année. Le pas feutré, il alla dans la pièce d'à côté s'installer au bureau en face de la dame. Cette dernière fut un peu surprise de le voir sur pied aussi rapidement :

« Oh, Nakamura-kun, déjà debout ? Tu peux encore rester te reposer tu sais ? »

« Oui je sais, mais ça va ! »


Hiroki connaissait un peu l'infirmière, et réciproquement l'infirmière connaissait un peu Hiroki. Lui qui n'aimait pas rester seul, être en compagnie de l'infirmière qui était bien réveillée ça le rassurait d'un côté.

« Au fait Nakamura... Tout va bien chez toi ? »

Finit par demander l'infirmière qui regardait le brun d'un air très sérieux. C'est vrai que tout n'est pas tout rose chez lui et que la dame s'en était aperçue. Sûrement qu'un des professeurs, ayant vu Hiroki traîner tard presque tous les soirs à la bibliothèque, commençait à se poser des questions... Possible en effet. Pourtant, le jeune Nakamura n'aimait pas vraiment qu'on se mêle de ça car c'est un sujet plutôt compliqué. Il soupira puis haussa les épaules en essayant de faire l'air de rien devant cette infirmière qui le regardait avec la même interrogation et le même sérieux.

« Oui tout va bien. »

Pas d'inquiétude ainsi ; il estimait que ce n'était de toute façon pas nécessaire ; après tout, ce n'est pas comme si quelqu'un pouvait faire grand chose pour ce qui se passait chez lui. Au moins, en cachant ça, il gardait la tête haute, comme on lui avait toujours dit de faire. Enfin "dit"... C'était plutôt ce qu'on lui imposait toujours, mais qu'importe, il se moquait bien de ce genre de détails. Hiroki n'avait pas envie d'être fiché comme le pauvre petit garçon pas bien dans sa peau à cause de papa et maman qui sont pas gentils.

Pour éviter d'autres questions, parce que lui aussi savait les esquiver -ce n'était pas un privilège réservé à Mayuzumi-, il se leva tranquillement et alla récupérer son sac avec la même discression.

« Ça va bientôt sonner, alors je retourne en classe pour l'heure suivante... Merci pour tout ! »

D'une main, il récupéra le papier concernant son absence en classe cette heure-ci que la dame avait préparer en avance puis jeta un dernier coup d'oeil à l'infirmière et un autre en direction de la salle de repos. « A bientôt Mayuzumi ! », pensa le brun avant de s'éclipser.





----- RP TERMINE -----


Nailed it. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pitié, pas ça ! - partie 2 [PV Nakamura Hiroki]
» Le bruit est roi -Nakamura Hiroki-
» Nakamura Hiroki ~ I need to know who you are for me
» Partie de plaisir
» L'heraldique des blasons - Partie 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroko's Basket, le forum RPG ::  :: RP finis-