The Basketball Which Kuroko Plays
 
Bienvenue sur KnB-RPG, jeune Rookie !
Tout le monde doit signer le règlement & se recenser ! N'oubliez pas de voter !
Merci de favoriser le choix de personnages du manga en priorité ! 50 pockys offerts pour tout prédéfini prit
Les lycées Seiei, Fukuda Sogo, Kirisaki Daiichi, Shutoku et Kaijo recherchent des membres !

Partagez | 
 

 {Flashback} Quand l'hamster paresseux amadoue le lion... – Pv. Aka-chin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Invité


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: {Flashback} Quand l'hamster paresseux amadoue le lion... – Pv. Aka-chin   04.05.15 19:39


Quand l'hamster paresseux amadoue le lion...



« Ehehe~ »

Il jubilait. Lui, gigantesque garnement pataud, avait amadoué son camarade le plus rigide et le plus sérieux de son collège. A peine arrivé au centre commercial, très en avance par rapport à son rencard, le jeune garçon décida de se diriger vers la boulangerie du coin pour passer le temps à manger quelques pâtisseries et autres confiseries tokyoïtes. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas traîné avec Akashi. Lorsqu’ils sortaient après les cours, c’était avec tous les autres miracles ainsi que Momoi, leur petit manager gardant toujours un œil avisé sur son ami d’enfance… et sur son coup de foudre fantomatique. D’ailleurs, Atsushi ne saisissait vraiment pas la rose à ce sujet.

La file d’attente fut longue et bruyante… Tout ce que détestait Murasakibara. En même temps, il voulait se payer des confiseries en plein centre commercial, en plein week-end et en plein après-midi. Heureusement que l’odeur des bons pains au melon et des pâtisseries fraîchement sorties du four en deuxième fournée l’apaisaient… Ses narines s’affûtèrent au fur et à mesure qu’il avançait dans l’antre de ses rêves. Ses pensées se tournèrent vers son rendez-vous du jour : Akashi Seijuro. Il n’avait pas été très sympathique avec le plus petit… Tout ça parce qu’il ne souhaitait pas reprendre son entraînement qu’il avait sauté il y a deux jours de cela.

« Mido-chin, arrête de me tirer la manche comme ça~ Grogna le géant, traînant un peu plus des pieds à l’approche du gymnase. J’veux pas y aller… ! »

L’arrière miracle le fusilla du regard, ne supportant pas son comportement gamin qu’il adoptait sans cesse. De la maison familiale des Murasakibara à quelques pâtés de maisons du collège au gymnase, il y avait du chemin à parcourir avec un adolescent aussi insupportable qu’un sale garnement pourri gâté non content du parfum de sa glace. Il en avait une migraine sûrement incurable avec une bonne dose d’aspirine ! Le jetant presque sur le parquet de la salle, ne prenant plus de pincettes avec lui, il le laissa aux mains de leur capitaine nouvellement promu qui ne semblait pas du tout ravi de le retrouver.

« Murasakibara… »

Gloups. Les crissements des tennis emballaient son cœur… Il allait l’engueuler ? Non, impossible. Bien que prenant trop au sérieux le basketball, leur meneur sera sûrement en mesure de comprendre que les entraînements ne sont pas forcément obligatoires pour des gens talentueux comme sa personne… hein ? Bon, d’accord, il le tuerait si c’était la raison pour laquelle il ne put assister à la session. En plus, ils devaient se préparer pour un de leurs plus gros matchs amicaux. Baissant la tête pour plonger ses prunelles mauves dans celles rouges de son camarade, une main caressant sa nuque suant d’embarras, il se mordit la langue et tenta d’amadouer son capitaine, en vain.

« … En fait, j’avais complètement oublié qu’il fallait que je révise pour une interro demain… Fallait d’ailleurs que j’appelle Kise-chin pour lui demander ses notes ah, ha, ha… »

Bien évidemment… Akashi vit le pot aux roses rien qu’en entendant Atsushi mentionner la simple tâche de réviser. Il n’était pas né de la dernière pluie et le violet le savait pertinemment… Qu’est-ce qu’il pouvait souhaiter que le rouge soit un garçon gentil et naïf ! Alors qu’il dut se coltiner une bonne dizaine de minutes de sermon de sa part, le plus grand leva sa main comme pour prendre la parole en classe. Il avait peut-être une idée pour s’en sortir… Peut-être.

Un marché à l’amiable, sauce Murasakibara Atsushi.

« Aka-chin… Commença-t-il, un peu honteux de proposer ça. Ca n’allait jamais prendre ! Après tout, qui ne tente rien n’a rien… il n’avait plus que cela pour procrastiner le reste de cette semaine. Je te promets de m’entraîner un minimum toutes les semaines si tu m’accordes un aprèm’ aux arcades… Sois pas radin et viens t’amuser avec moi ce week-end~ »

On aurait pu croire que ce marché ne marcherait jamais… Ô grand jamais notre titan n’aurait pu imaginer passer un après-midi seul avec Akashi. Déjà parce qu’il l’avait énervé et parce qu’il n’était pas du tout du genre à traîner avec ses coéquipiers, juste pour s’amuser, alors qu’il devait s’occuper du club, de ses études et de… son poney, Yukimaru.


« Ah, j’voudrais trois pains au melon, une trentaine de sucettes comme celles-ci… eeeet deux canettes de chocolat chaud, s’vous plaît~ »

Et il avait répondu oui à sa proposition, à la grande stupeur du violet. C’était très bizarre de l’imaginer passer du temps libre aux arcades. Après tout, un garçon comme lui avait plus l’air de s’occuper avec des activités mondaines dès qu’il en avait la possibilité. Equitation dans son terrain privé, jouer du violon au coin du feu, lire un roman étranger… Un vrai petit prince. Les joues rougies dès qu’il eut planté ses dents dans le pain au melon, Atsushi sortit mollement de la boulangerie, les mains portant un sac plastique bien rempli, tout en se demandant quelle heure il était…

L’horloge de la place indiquait… Quatorze heures passées ?!

Courant en vitesse dans la rue bondée de monde, bousculant deux-trois personnes au passage, l’adolescent arriva au point de rendez-vous, devant les arcades du centre… Et dire qu’il était arrivé en avance d’une bonne quinzaine de minutes et qu’à cause de cette immense queue à la boulangerie-confiserie, il arrivait en retard. Ah mais la Fortune était contre lui ! La prochaine fois, il écoutera sa mère de substitution très (trop) superstitieuse et achètera un lucky item quotidiennement.

« Aaaah… Aaaah… Les mains sur les genoux, le dos courbé, Murasakibara retrouva son ami dans l’épaisse foule. Désolé, Aka-chin… J’étais en avance, je t’assure ! Je suis juste allé nous chercher de quoi grignoter ! »

Ses yeux en seraient presque larmoyants mais la peur de se faire de nouveau réprimander un jour de week-end alors qu’ils étaient sur le point de passer un bon moment ensemble l’en empêcha…

Le seul liquide qui coula fut la sueur froide sur son front.
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 321
Date d'inscription : 04/11/2013
Localisation : Rakuzan
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG:

RP terminés: 3

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: {Flashback} Quand l'hamster paresseux amadoue le lion... – Pv. Aka-chin   12.05.15 17:53


Quand l'hamster paresseux amadoue le lion...


Seijuro poussa un léger soupir et jeta un coup d’œil à sa montre. Il aurait dû se douter que Murasakibara ne serait pas à l’heure. Son camarade était trop insouciant pour prendre en compte ce genre de choses. Bon, il ne restait plus qu’à l’attendre. Le rouge ne pouvait après tout, rien faire d’autre.

S’il avait su où se trouvait son coéquipier, il serait allé le chercher, mais il pouvait être n’importe où. Sur le chemin, en train de faire une pause sur la route, encore chez lui... Il y avait un tas de possibilités. En tout ca, il n’était pas à l’intérieur des arcades, c’était le premier endroit vérifié par le fils Akashi.

Ce dernier n’arrivait, d’ailleurs, pas à croire qu’il avait accepté, si facilement, la proposition du fauteur de trouble... Cela ne lui ressemblait pas de traîner avec un camarade en dehors de l’école. Mais, ce week-end, ils n’avaient pas de devoirs, ni d’examens à préparer, depuis bien longtemps. Aujourd’hui, il n’y avait pas non plus d’entraînement au club.

Et puis, avec un peu de chance, en faisant plaisir au violet, il serait plus volontaire pendant les prochains entraînements et matchs. Son manque de motivation constant était un réel problème. Surtout pour celui qui avait été nommé capitaine récemment. Seijuro prenait sa nouvelle responsabilité très au sérieux. Hors, cela ne lui plaisait guère qu’un de ses titulaires s’amuse à sécher les entraînements.

Quand il s’était rendu compte, il y a deux jours, que le violet n’avait pas daigné venir s’entraîner avec ses camarades, il avait dû faire un effort colossal pour ne pas s’énerver. Cela pouvait arriver même à lui, après tout. Mais, il s’était retenu pour montrer l’exemple. Et, au final, il avait demandé à son vice-capitaine d’aller chercher le fauteur de troubles chez lui.

Midorima n’avait pas vraiment apprécié de devoir faire un tel trajet après l’entraînement, mais il n’avait pas vraiment eu le choix. Depuis qu’il était capitaine, Seijuro était encore plus strict, sérieux et autoritaire qu’auparavant. Et peu de personnes choisissaient de lui désobéir. Le vert ne faisait pas exception. Non par peur, contrairement à certaines personnes, mais par respect du charisme, talent et autorité naturelles de son coéquipier.

En tout cas, quand le flemmard était arrivé, à contrecœur, devant son capitaine, le rouge avait posé son regard sur lui. En apparence, ce dernier était posé. Mais, à l’intérieur, Seijuro bouillonnait de rage.

On ne plaisantait pas avec le basketball. Même s’ils étaient les meilleurs, et qu’il y avait peu de chance qu’ils perdent un match, ils se devaient de donner le meilleur d’eux-mêmes, aussi bien à l’entraînement que sur le terrain officiel. Hors, sécher un entraînement entier n’était pas faire de son mieux.

- Murasakibara...

Seijuro avait presque révisé le petit discours moralisateur, et particulièrement sévère, qu’il tenait à donner à Murasakibara. Cependant, quand ce dernier prit la parole, même lui eut envie de le regarder d’un air blasé. Franchement... C’était quoi cette excuse ? Est-ce qu’il croyait, sincèrement, vraiment, qu’il allait gober ça ? Non, parce qu’imaginer ce grand dadais fainéant en train de réviser était encore plus risible que d’imaginer Teikou perdre. Ou encore d’imaginer Midorima jeter son horoscope. Ou de voir Kuroko marquer un panier.

Bref, il n’y avait aucune chance pour que Akashi gobe ce mensonge. Et il eut une de ses envies, mais une de ses envies, de soupirer. Voir, même, de poser sa main sur son front, d’un air désespéré. Mais, bien sûr, Akashi Seijuro s’était retenu. Il s’était contenté de le regarder d’un air blasé, déjà bien inhabituel, avant de lâcher.

- Murasakibara, j’ai l’impression que tu me prends pour un imbécile.

Même s’il avait été aveugle, il aurait pu deviner à quel point ce dernier suait à grosses gouttes. Mais, à la stupeur du rouge, et oui même lui pouvait être pris par surprise, je vous assure, le violet lui proposa quelque chose d’inattendu.

Haussant un sourcil, Seijuro avait posé son regard écarlate sur lui. Franchement, est-ce qu’il pensait, sérieusement, qu’il accepterait ce marché ? Qu’on pouvait le piéger aussi facilement ? Qu’il se ferait avoir ? Pire, qu’il avait du temps à perdre avec de telles futilités ? Mais, à la surprise de tous, et même à la sienne, quand il avait ouvert la bouche, cela avait été pour accepter.

- D’accord. Mais, tu me promets de t’entraîner tous les jours, à partir de maintenant. Si tu ne tiens pas ta promesse, je ferais de ta vie un enfer. Est-ce que c’est compris ? Si tu me promets, sincèrement, de prendre les entraînements au sérieux à l’avenir, j’accepte de passer cette journée avec toi.

Sa voix avait été ferme, mais un léger sourire en coin, presque inquiétant, s’était formé sur ses lèvres. Il ne plaisantait pas. Il pouvait, réellement, faire de la vie de ses joueurs un enfer, s’il le voulait. Et ces derniers le savaient parfaitement. C’était pratique pour veiller à ce qu’ils restent dans le droit chemin. La preuve était qu’il avait viré Haizaki, sans aucune culpabilité, quand ce dernier avait commencé à trop le chercher.

Le regard de Murasakibara, en entendant qu’il avait accepté, avait largement valu ce sacrifice de traîner avec lui. Ce n’était que pour une journée, de toute façon. Et Seijuro ne l’avait pas, bien sûr, dit, mais il comptait bien offrir une petite surprise au violet. Plus tard dans cette journée d’amusement...

Revenons au présent. Le violet n’était toujours pas arrivé et Seijuro commençait gentiment à perdre patience. Si le violet continuait d’avoir du retard, il finirait par rentrer chez lui, sans se retourner. Mais, heureusement pour son camarade, il arriva enfin, essoufflé. Le géant de quatorze ans ne perdit pas de temps pour s’excuser.

Seijuro posa son regard sur lui avant de soupirer doucement. Heureusement, il était de bonne humeur, et un petit sourire apparut sur ses lèvres, rassurant légèrement son camarade.

- Ne t’inquiète pas, Murasakibara. Ce n’est que quelques minutes de retard. J’espère juste que cela n’arrivera pas trop souvent. Allons-y, maintenant.

Sur cette petite menace sous-entendue, le rouge fit volte-face et s’approcha des deux grandes portes de la salle d’arcades. La main posée sur la poignée, il poussa cette dernière et pénétra dans ce monde qui lui était inconnu. Il s’arrêta ensuite à l’entrée et observa l’endroit, sans avouer qu’il ne savait pas vraiment quoi faire. Il n’était jamais venu dans ce genre d’endroit, après tout.

- Je te laisse faire. Tu as plus l’habitude que moi.

Il jeta un regard au violet, juste pour s’assurer qu’il ne ferait aucun commentaire sur son inexpérience. Car il y avait certaines choses qu’il ne fallait pas dire. Message reçu, Murasakibara ?


© CN.JUNE, NEVER UTOPIA





Epic Theme

La classe de l'Empereur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yosen
avatar



InformationsMessages : 166
Date d'inscription : 27/06/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: Code couleur parole

RP terminés: Nombre de RP terminé

RP en cours: Nombre de RP en cours


MessageSujet: Re: {Flashback} Quand l'hamster paresseux amadoue le lion... – Pv. Aka-chin   08.10.15 16:49


Quand l'hamster paresseux amadoue le lion...





Murasakibara n'en revenait pas. Si on lui avait dit ça ! Une journée avec Akashi Seijurô, le garçon le plus sérieux de son collège, et surtout, le moins accessible de la génération des miracles. Bien sûr, on ne pouvait pas dire que ça avait été facile d'obtenir ce résultat ; le grand miracle avait promis au plus petit de s'entraîner en échange de cette après-midi, qui, malheureusement, commençait plutôt en défaveur du géant de Teiko.

Akashi était devenu capitaine de l'équipe A, et si ce n'était pas encore l'enfer, l'entraînement dans le club, et surtout la sévérité du rouquin ne faisait que rendre encore plus pénible le fait de se rendre dans l'immense gymnase du collège. Bien sûr, quand on était aussi talentueux que l'était Atsushi, pourquoi s'entraîner ? La seule conséquence de ces heures passées à suer, une balle à la main – ce qui était pénible – était d'écraser encore plus durement ses adversaires.

Alors Murasakibara séchait parfois les entraînements... ce qui ne plaisait guère à l'adolescent aux yeux vairons. Et son excuse... franchement, Murasakibara n'avait pas été original. Non, vraiment pas. D'ailleurs, sa crédibilité était maintenant en lambeaux. Lui, réviser ? Ça ne l'aurait pas étonné, si même Akashi avait ricané. Il est vrai qu'il lui arrivait de réviser...

Bon, on ne va pas se mentir ! Une fois juste avant le contrôle ! Et généralement, ça lui suffisait pour avoir une moyenne à peu près potable. Il n'était pas comme Seijurô ou Shintarô, pour qui les études étaient innées ou source de fierté. Atsushi était loin de faire partie des meilleurs de sa classe, et son caractère nonchalant impressionnait, la plupart du temps, ses camarades de classe. Son air détaché de tout était pour le moins déroutant, et surtout, le rendait difficile à approcher.

À croire que c'était une particularité de chaque miracle, Kise étant l'exception ! Kuroko était invisible et peu bavard, Midorima était trop sérieux pour être abordé sans pincettes, et il en était de même pour Akashi. Quand vous parliez à Murasakibara... Imaginez parler à un extraterrestre accroc aux bonbons et à toutes les confiseries possibles. Ça revenait au même. Quant à Aomine, si à son entrée au collège, il était plutôt sociable, depuis que l'équipe avait remporté les nationales, son caractère s'était assombri depuis sa spectaculaire montée en puissance.

Quoi qu'il en soit, il était difficile d'aborder les six génies du basket japonais, et surtout, Murasakibara en tête de liste. Bon, certes, la seule chose qu'il fallait pour s'attirer les faveurs du géant de Teiko était de lui apporter un paquet de bonbons. Quelques sucreries, et hop, vous devenez son ami !

En revanche, si vous vouliez l'énerver, parlez lui de s'entraîner. Vous seriez surpris de voir à quel point il peut vous terrifier. Murasakibara était quelqu'un pour qui le talent faisait tout, et qui pensait que l'entraînement était une perte de temps. Ce qui ne plaisait pas toujours au capitaine de Teiko.

Le géant aux yeux améthystes était, bien souvent, obligé de trouver une excuse à donner à Akashi. Voilà où l'avait mené cette excuse de révisions... à un possible sermon de la part du rouquin. Pourtant, il ne se passa rien. Un miracle n'arrivant jamais seul, Akashi accepta même de lui accorder une après-midi aux arcades de Tokyo.

C'est pourquoi, à présent, ils se trouvaient actuellement devant la salle. Quand Seijurô lui rappela – glissant au passage une petite menace – son retard, Murasakibara hocha de la tête en marmonnant un « oui » très peu convainquant. Akashi s'avança en premier dans la salle d'arcade.

C'était une salle immense, où de nombreux ordinateurs et télévisions étaient présentes. Il y avait des coins pour des mini-jeux, un autre pour les produits dérivés, et une dernière pour les jeux vidéos. Si Haizaki y passait la plupart du temps consacré aux entraînements, il était plus rare d'y voir le titan du meilleur collège du Japon, même s'il y avait quand il avait du temps à tuer.

Akashi le regarda du coin de l’œil et justifia son temps d'arrêt par son manque d'expérience. Murasakibara acquiesça silencieusement dans un premier temps. Il était vrai qu'il était difficile d'imaginer le fils d'un des hommes les plus riches passer ne serait-ce qu'une fois son temps dans une simple salle d'arcade. Il avait sûrement mieux à faire … Pour ne pas rester planté là, il se tourna vers Akashi et lui dit :

«  Je comprends... Surtout si c'est la première fois que tu viens ici, c'est grand, même moi je m'y perds~ Alors, Aka-chin... T'aimerais commencer par quoi ? »

Non, Murasakibara n'avait pas lancé une pique sur la taille et l'inexpérience de son capitaine en plaisantant sur sa propre taille... Non.... Enfin, quoique. Alors, Aka-chin ? Par quoi veux-tu commencer ? À toi l'honneur, mon grand !

CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 321
Date d'inscription : 04/11/2013
Localisation : Rakuzan
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG:

RP terminés: 3

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: {Flashback} Quand l'hamster paresseux amadoue le lion... – Pv. Aka-chin   23.10.15 16:53


Quand l'hamster paresseux amadoue le lion...



Seijuro ne savait vraiment pas pourquoi il était là. Qu’est-ce qu’il lui avait pris ? En temps normal, il aurait simplement obligé le géant à s’entraîner. Malgré leur différence de taille, l’autorité du rouge sur le violet ne faisait aucun doute. Il n’aurait eu aucun mal à le forcer à rattraper son entraînement ni à l’obliger d’être présent aux prochains.

Non, il n’aurait vraiment eu aucun mal à le faire. Une petite menace du genre privation de friandises, le fils Akashi en était parfaitement capable, et Atsushi aurait sagement obéi.

Mais non, au lieu de ça, Seijuro lui avait proposé un marché. Pourquoi donc ? C’était une perte de temps. Jouer aux arcades ne servait strictement à rien et ils avaient sans doute mieux à faire tous les deux. Comme de s’entraîner par exemple.

Mais Seijuro devait bien avoir un plan en tête. Il ne faisait jamais rien par hasard, après tout. Il voulait peut-être découvrir ce que faisait le hamster de la Génération des Miracles en dehors de Teikou ou alors gagner sa confiance. Le mystère restait entier.

En tout cas, le rouge était bien là. Aux côtés du géant et encore une fois la différence de taille entre les deux était presque comique. Cependant, personne ne se serait risqué à se moquer du rouge... Son aura était bien trop charismatique et impressionnante pour cela.

En parlant du fils Akashi, il leva la tête vers le violet quand ce dernier se tourna vers lui pour lui parler à son tour. Le rouge écouta soigneusement avant de froncer dangereusement les sourcils. Oh. Une veine se mit presque à palpiter sur sa tempe.

Si Atsushi croyait qu’il n’avait pas remarqué le sous-entendu, il se trompait et bien lourdement. Et s’il y avait quelque chose que l’héritier Akashi n’appréciait pas, c’était qu’on lui fasse remarquer qu’il était petit. Néanmoins, ne voulant pas commencer une dispute avec le violet alors qu’ils étaient censés s’amuser ou du moins quelque chose y ressemblant, Seijuro laissa passer. Pour cette fois.

- Hum... Je ne sais pas trop. Tu as une préférence ?


Ne surtout pas avouer qu’il n’y connaissait absolument rien et que par conséquent il était bien incapable de choisir par quoi commencer... Ah, il savait pourtant qu’il aurait dû se renseigner un minimum avant de venir ! Mais non, une fois encore il avait préféré faire son fier et ne pas admettre qu’il avait besoin d’informations. Ah, je vous jure.

Ses yeux qui faisaient tour de l’endroit s’arrêtèrent soudainement vers des machines qui proposaient un jeu de combat et il attrapa le violet par la manche.

- Murasakibara... Je veux commencer par ça.


Le rouge était curieux et cachait difficilement la flamme intriguée dans son regard. Il ne comprenait pas pourquoi on pouvait s’intéresser à ce genre de jeux, mais s’il voulait le découvrir peut-être devrait-il essayer ? Et puis ça ne devait pas être si nul que ça si ça intéressait les jeunes de son âge. Même s’il n’était bien sûr pas comme les autres.

Akashi Seijuro allait peut-être découvrir aujourd’hui comment être un enfant comme les autres. Il avait peut-être accepté cette visite aux arcades pour se détendre un peu et oublier la pression sur ses épaules qu’exerçait son père sans aucune pitié. Après tout, il ne fallait pas oublier qu’il était juste un jeune garçon qui désirait peut-être au fond être normal... Et peut-être que Atsushi parviendrait à lui faire oublier qui il était censé être pendant quelques heures.

© CN.JUNE, NEVER UTOPIA





Epic Theme

La classe de l'Empereur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yosen
avatar



InformationsMessages : 166
Date d'inscription : 27/06/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: Code couleur parole

RP terminés: Nombre de RP terminé

RP en cours: Nombre de RP en cours


MessageSujet: Re: {Flashback} Quand l'hamster paresseux amadoue le lion... – Pv. Aka-chin   10.11.15 20:54


Quand l'hamster paresseux amadoue le lion...





Si les passants avaient bien vu quelque chose de remarquable, c'était l'étrange duo que formaient les deux jeunes garçons. Les deux adolescents semblaient être l'exact opposé de leur compagnon, alors il était bien incroyable de voir ces deux-là trainer ensemble surtout quand on ne les connaissait pas. Et il l'était davantage encore quand on les côtoyait. Heureusement, en faisant rapidement le tour de la salle d'arcade des yeux, le pivot de la génération des miracles n'avait aucun de leur camarade. Même s'il savait que son collège était extrêmement réputé et ses élèves respectueux autant des professeurs que de leurs comparses, Murasakibara savait également à quel point les enfants pouvaient lancer des rumeurs "méchantes" sur leur camarade, sans s'en rendre compte. Et le violet, malgré tout ce qu'Akashi leur faisait subir, à lui et aux autres miracles, n'avait pas envie d'imposer à son jeune camarade les brimades des autres collégiens. En particulièrement celles de leur classe ou d'Aomine... Même si ce dernier savait où ils étaient en ce moment-même, il n'hésiterait pas à se moquer d'eux ! C'était typiquement le genre d'attitude que le basané aimait prendre pour taquiner ses amis. Mais pouvait-on vraiment lui en vouloir ? Il n'était pas méchant, c'était même le contraire...

De plus, Murasakibara n'avait ni envie de s'attirer les colères d'Akashi, ni de briser la moindre parcelle de confiance que le rouge lui accordait. Parce que même s'il se doutait du contraire, Atsushi aimait à penser que Seijuro le considère comme son camarade de classe, voire son ami. C'est beau de rêver, n'est-ce pas ? Même si ce n'était pas réciproque, Atsushi s'en moquait un peu. Les relations n'avaient jamais été son fort. Il ne s'encombrait seulement de ses amis du club de basket... Dont le cercle était assez restreint. Il pouvait compter ses amis sur ses deux mains : Aomine, Kuroko, Kise, Midorima, Momoi, anciennement Nijimura et... Akashi, évidemment. Et, honnêtement, ça lui suffisait.

Il trouvait d'ailleurs un peu dommage que le rouquin ne partage pas les moments complices que les autres miracles avaient entre eux, se résumant principalement à leur rituel habituel : un passage au combini près du collège, en discutant de tout et de rien. Après, bien souvent, les élèves se saluaient et repartaient chacun de leur côté, avant de se retrouver le lendemain, soit en cours, soit au club. Si l'intégration de Kise avait été plus ou moins rapide, celle d'Akashi, malgré son ancienneté, n'était pas prête de commencer, si le rouquin ne faisait pas réellement d'efforts pour passer du temps avec ses compagnons. Même, si, au final, ce n'était pas essentiel pour gagner.... Et la victoire étant le seul carburant pour Akashi Seijuro, ce dernier se moquait bien des options nec plus ultra comme l'esprit d'équipe, la courtoisie ou l'amusement.

C'est pourquoi il était du plus bel effet de retrouver le grand pivot fanatique de sucreries aux côtés du petit rouquin au charisme divin. Parce qu'ils ne collaient pas ensemble, parce qu'il était même seulement improbable de voir Akashi ici, qu'on le connaisse ou non. Ce n'était pas le genre de garçon à se trouver ici, tout simplement.

Quand Akashi lui demanda s'il avait une préférence, Murasakibara se gratta l'arrière de la tête en réfléchissant. D'ordinaire, que faisait-il ? Il aimait bien jouer aux jeux de course ou aux jeux de combat. Même s'il ne connaissait pas énormément de choses sur les jeux de combat, il aimait y jouer de temps à autre afin de décompresser d'un entraînement trop difficile. Cela dit, on le retrouvait plus devant de jeu plus colorés qui consistaient bien souvent à tirer sur des bulles ou à récolter des pièces. Dans la réalité comme sur les jeux, le géant n'était pas un as de la réflexion et préférait des jeux qui ne demandent pas beaucoup d'esprit.

Seulement à moitié étonné de la réflexion de son capitaine, il n'eut le temps de lui répondre que le rouquin le tirait par sa manche en lui désignant un jeu de combat. En regardant de loin et sans prêter attention au fait qu'ils soient de la même année, on aurait pu croire qu'Akashi traînait son grand frère à la salle d'arcade. Néanmoins, Murasakibara ne fit aucune remarque sur ce sujet, trop content de voir que Seijuro se prenait au jeu.

Mortal Kombat était un des jeux les plus appréciés de l'arcade, mais qui avait la particularité de posséder un système de combat élaboré, qui n'était pas vraiment réservé aux novices. Murasakibara arqua un sourcil interrogateur : lui-même n'y avait joué que peu de fois, et il devait avouer que c'était corsé, même pour un habitué. Il avait même surpris la voix d'Haizaki, venant du stand, un jour, demander au jeu d'un ton agréable d'aller se faire foutre pour sa "putain" de difficulté "de merde". Murasakibara devait aussi avouer que c'était compliqué. Alors que Seijuro veuille y jouer du premier coup...


«  Hum... Mortal Kombat... ? C'est pas le plus simple pour commencer, Aka-chin, mais comme tu veux. J'espère que ça te plaira... Il est assez bon comme jeu, j'aime bien, moi...  »

En percevant la lueur intriguée dans les yeux de son jeune capitaine, Murasakibara préféra taire le fait qu'il lui faudrait du temps pour assimiler les fonctions du jeu, ou bien le fait que le jeu ne soit pas adapté pour lui... Pas pour son âge, évidemment, mais pour ses facultés : Akashi n'était pas « digne » d'un jeu comme celui là. D'un autre côté, c'était un des meilleurs jeux de combat de la période, alors pourquoi pas après tout ? Akashi était un garçon sympathique quand il le voulait... Et s'il voulait bien entrer dans son univers pour quelques heures, Murasakibara l'accueillerait chaleureusement. Parce qu'il est plus sympathique de jouer à plusieurs, lorsqu'ils arrivèrent devant le stand et face à l'écran des personnages, le pivot de la génération des miracles se tourna vers le plus petit.

« Dis, Aka-chin, tu préfères jouer tout seul d'abord ou tu veux faire un match tout de suite ? ~ »

Akashi méritait d'être un adolescent comme les autres, même pour une après midi. Et qu'est-ce que deux amis faisaient lorsqu'ils se trouvaient dans une salle d'arcade, devant un jeu de combat ? Ils jouent. Ensemble. Et cette fois-ci, ce n'étaient plus des coéquipiers, mais bien des amis, des copains, qui s'amusaient ensemble... Si Akashi faisait ses premiers pas dans ce monde, Murasakibara serait content de l'aider à progresser et de lui tendre la main.

Opération : faire de son capitaine un gamin comme les autres, sans ses obligations, durant une après-midi, commencée ! Mission : décompresser le rouge pour lui arracher un sourire sincère et amical, engagée ! Alors, Akashi ? Que la partie commence !


CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 321
Date d'inscription : 04/11/2013
Localisation : Rakuzan
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG:

RP terminés: 3

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: {Flashback} Quand l'hamster paresseux amadoue le lion... – Pv. Aka-chin   14.12.15 13:30


Quand l'hamster paresseux amadoue le lion...



Seijuro était intrigué par son environnement actuel. Il se demandait bien ce qui poussait autant de gens à passer leurs journées dans ce genre d’endroit. Il y avait tellement d’autres choses à priori plus intéressantes à faire... Mais il n’était pas là pour juger, même s’il ne pouvait pas complètement s’en empêcher. Il était là pour découvrir quelque chose et passer un moment avec un de ses camarades.

Vraiment, une part de lui se demandait bien pourquoi il perdait son temps dans un tel endroit. Il aurait mieux fait de s’entraîner au basketball ou de réviser ses cours. Mais, soit, une promesse était une promesse. Si cela pouvait pousser Murasakibara à mieux s’entraîner les jours suivants, c’était un sacrifice nécessaire. Et qui sait, il passerait peut-être un agréable moment. Même si c’était sûr qu’il ne remettrait pas souvent les pieds ici. Il avait bien trop de responsabilités pour avoir du temps libre souvent... S’amuser ne l’aiderait pas à gagner, c’était évident.

Mais parfois la pression qu’il sentait sur ses épaules était bien écrasante et s’il pouvait s’en débarrasser pendant quelques heures sans que son père soit au courant, et bien il ne dirait pas non. A condition que ce ne soit pas une habitude car cette pression lui rappelait sans cesse qui il était et surtout ce qu’il devait être. Parfait. Victorieux. Imbattable. Honorable. Non, vraiment, l’héritier des Akashi n’avait pas le temps à se faire des amis... Si sa mère était encore là, les choses auraient sans doute été bien différentes.

Mais elle était partie. Brusquement. Sans prévenir. Il n’avait pas d’autre choix que de suivre les ordres de son père. Il n’avait pas le temps de se faire des amis, il n’avait pas le temps de s’amuser. Il n’avait pas le temps d’être un adolescent comme les autres. Il n’était pas comme les autres. Il était spécial, unique. Il était le seul héritier de sa famille et les responsabilités qui en découlaient étaient bien lourdes et pesantes à porter pour ses frêles épaules. Néanmoins, il serait à la hauteur. Il le devait. Il n’avait pas le choix.

Retenant un soupir, le rouge sortit de ses sombres pensées pour écouter Murasakibara. Il avait failli oublier le jeu d’arcade qui avait attiré son regard. Il était prêt à relever le défi. Il n’était pas du genre à essayer la facilité. Ce n’était pas un simple jeu qui allait lui résister, non mais. Le rouge plissa les yeux à la question du violet. Accepter par fierté pour ne pas qu’il croit qu’il se défilait ou jouer la prudence et s’entraîner avant pour ne pas risquer une défaite ? Allons, il ne pouvait pas perdre ! C’était un simple jeu, il ne pouvait pas être aussi dur que ça, pas vrai ?

- Je suis prêt à commencer tout de suite. Que le meilleur gagne, Murasakibara.

Il était évident que ce serait lui le meilleur. Même si le violet avait l’avantage de l’expérience, le rouge avait l’avantage d’être meilleur stratège. Il ne pouvait évidemment pas savoir que dans ce genre de jeu, la stratégie n’était pas aussi importante qu’il le croyait... Pour une fois, peut-être que le rouge allait être désavantagé et peut-être même perdu.

Le rouge se demandait bien quel genre de jeu il avait affaire. Il n’y connaissait vraiment rien. Il espérait que Murasakibara lui donnerait quand même quelques informations avant de commencer le duel. Il était bien trop fier pour admettre qu’il en avait réellement besoin. Ah... Dans quoi il s’était engagé, sérieusement ? Il aurait pu aussi bien proposer du basketball. Ah... C’était vrai que le violet n’aimait justement pas le basket. C’était la raison pour laquelle ils étaient ici. Et Seijuro avait du mal à comprendre que les arcades étaient aussi amusantes.

Sans être un fan de basket comme Kuroko, il appréciait quand même ce sport. C’était la seule chose qui lui avait permis quand il était enfant de décompresser. Même si maintenant, il ne pouvait même pas se permettre de perdre en sport. Il n’en avait d’ailleurs aucune envie. Il s’était habitué à la victoire. A la satisfaction d’être le meilleur. C’était ça, le plus important. Après tout, on jouait pour gagner, n’est-ce pas ?

© CN.JUNE, NEVER UTOPIA





Epic Theme

La classe de l'Empereur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yosen
avatar



InformationsMessages : 166
Date d'inscription : 27/06/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: Code couleur parole

RP terminés: Nombre de RP terminé

RP en cours: Nombre de RP en cours


MessageSujet: Re: {Flashback} Quand l'hamster paresseux amadoue le lion... – Pv. Aka-chin   14.01.16 23:31


Quand l'hamster paresseux amadoue le lion...





Mortal Kombat... Un jeu de combat qui semblait tout à fait convenir à la majorité des adolescents : violent, et il n'était absolument pas prise de tête. C'était typiquement le genre de jeu devant lequel le commun des mortels aimait passer du temps. Le nombre de personnages ne faisait que croître de sorties en sorties et la série ne faisait que gagner un franc succès au fur et à mesure que le temps passait.

Murasakibara trouvait ce jeu plutôt bon, et quand il venait dans cette arcade, il aimait faire un tour dessus une dizaine de minutes. C'était plutôt amusant et rassurant de voir ces combattants suer sang et eau alors qu'il sortait d'un entraînement particulièrement difficile, aux côtés de ses coéquipiers. Il fallait dire que l'entraînement n'était pas de tout repos : leur coach, en plus d'être impitoyable, posait de grands espoirs sur ses joueurs. Après tout, n'étaient-ils pas surnommés « la génération des miracles » ?

Pour eux, le basket était encore un plaisir, mais les victoires commençaient à peser sérieusement sur leur moral : à quoi cela sert-il de faire des efforts si, quoiqu'il arrive, la réussite sera au rendez-vous, servie sur un plateau d'or ? Impossible de s''entraîner à fond avec de telles idées dans la tête. L'autre jour, Midorima avait mis son premier panier depuis la ligne médiane, et lors du dernier entraînement, Atsushi avait trouvé particulièrement facile de réaliser un dunk... Si facile que l'arceau était resté dans les mains du joueur, ce qui n'avait pas été au goût du président du club de basket de Teiko... Ni de celui d'Akashi. Qui lui avait jeté un regard noir et lourd de reproches.

Akashi le regardait d'ailleurs, puisqu'ils étaient arrivés devant l'arcade. Le rouquin semblait perdu dans ses pensées, et, même si Murasakibara ne le lui dirait jamais, il avait remarqué que le capitaine de la génération des miracles se perdait dans des souvenirs sombres, et, imperceptiblement douloureux. Quand Atsushi lui demanda s'il voulait essayer en premier avant de jouer avec lui pour s'entraîner, Akashi plissa les yeux comme un tigre aurait retroussé les babines. Mais loin de s'en formaliser, il attendit sa réponse.

Quand Akashi lui dit qu'il était prêt, Murasakibara le regarda fixement et ne sut pas trop quoi penser. Est-ce sa fierté qui parlait en ce moment ? Probablement. Akashi Seijurô n'était, après tout, pas un garçon ordinaire. C'était l'unique héritier de la famille la plus puissante du Japon, et tout dans son attitude le montrait : sa posture, son regard, ses mots... Murasakibara aimait de moins en moins cette attitude goguenarde de la part de son capitaine, mais se gardait bien de le lui dire : après tout, tant qu'il avait la possibilité de manger des chips ou des bonbons en plein entraînement, le reste n'était pas vraiment important n'est-ce pas ?

Akashi semblait donc convaincu que ce serait lui le gagnant ; sa dernière phrase, si elle avait été prononcée par un autre adolescent, aurait été tel un encouragement. Mais, bien sûr, de la part de Seijurô, cela prenait une signification bien différente... Il semblait persuadé de gagner, bien qu'il débute seulement un jeu que des gamins mettaient des semaines entières à maîtriser. Murasakibara faisait partie de ces ados qui avaient réussi à maîtriser rapidement le concept. Même si dans ce jeu, c'était l'habitude qui forgeait la puissance du joueur... Toute la stratégie dont ferait preuve le meneur de Teiko serait donc pratiquement inutile. Après tout, pouvons-nous être stratège dans un jeu qui demande d'utiliser ses poings et ses pieds ?

Bien sûr, comme Akashi ignorait jusqu'à l'existence même de cette licence, il ne pouvait pas non plus connaître comment ce jeu fonctionnait. Ne pas l'aider aurait été méchant de la part de Murasakibara. Bien évidemment, il ne comptait pas non plus lui donner toutes les ficelles : après-tout, Akashi était un sacré débrouillard en plus d'être quelqu'un de très doué.


« Alors, X c'est pour frapper avec le poing, Y avec le pied... B c'est la garde, A pour sauter... L'analogique pour les déplacements... »


Au moment où Murasakibara expliquait à Akashi comment utiliser le jeu, la musique de Mortal Kombat s'engagea. C'était une musique entraînante qui cassait un peu les pieds au géant, aussi ce dernier se retint d'appuyer sur start pour passer l'opening... qui lui, était, un montage explosif et terriblement séduisant, à la pointe du graphisme moderne. Peut-être serait-il trop violent aux yeux du rouquin ? Atsushi ne l'espérait pas.

Quand l'écran titre s'afficha enfin, Murasakibara se dirigea vers la sélection des personnages et son choix se rabattit sur Scorpion. C'était un personnage culte de la série, et un personnage que le pivot de Teiko appréciait pour son style. Il laissa Akashi choisir son personnage et lança la partie.


« Ouais, que le meilleur gagne, Aka-chin.~ »


CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 321
Date d'inscription : 04/11/2013
Localisation : Rakuzan
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG:

RP terminés: 3

RP en cours: 4


MessageSujet: Re: {Flashback} Quand l'hamster paresseux amadoue le lion... – Pv. Aka-chin   26.01.16 17:57


Quand l'hamster paresseux amadoue le lion...

Même s’il n’y connaissait pas grand-chose, Seijuro pouvait deviner rien qu’en regardant l’arcade quel genre de jeu était Mortal Kombat. Il suffisait juste d’être un minimum observateur et logique. Il ne devait pas laisser l’inconnu le déconcentrer. Bon. Premier indice de taille... Le titre. Mortel combat, voilà qui résumait simplement le but du jeu de son avis. Battre son adversaire était, après tout, un des objectifs clés les plus populaires de tout jeu ou sport. De plus, en regardant les touches, le rouge pouvait en déduire qu’il n’y avait que quelques actions possibles. Probablement des choses des plus basiques du genre cogner, se défendre, esquiver, se déplacer... Un simple jeu de combat, donc. Mais le collégien n’oubliait pas que Murasakibara avait qualifié de jeu de difficile ou du moins qu’il avait affirmé qu’il n’était pas le plus simple pour un débutant. Donc pas question de le prendre à la légère, même s’il n’était qu’un simple jeu d’arcade. Ne jamais sous-estimer l’adversaire était une des premières règles qu’il avait apprises. Il était certes le meilleur, mais même le meilleur pouvait perdre s’il baissait sa garde... Même si, bien entendu, il ne l’avait jamais baissé et donc jamais perdu. Mais, aujourd’hui, il était clairement désavantagé en ne connaissant pas ce terrain-là. Ce n’était pas pareil que le basketball qu’il maîtrisait à la perfection. Intéressant. Seijuro ne rejetait jamais un défi et celui-là lui plaisait. Se mesurer à Murasakibara et le vaincre à son propre jeu serait très agréable. De plus, c’était important pour que le violet prenne enfin le basketball au sérieux. Donc, pas complètement inutile non plus. Il n’agissait pas simplement pour lui-même, mais pour le bien de toute l’équipe de Teikou. Car, après tout, un match de basket se disputait à cinq joueurs. Jouer seul n’avait donc aucun intérêt. Et le violet était indispensable à Teikou à la vue de sa force. Et donc, le capitaine de Teikou ne pouvait le laisser s’en sortir aussi facilement. Participer à ce jeu puéril lui permettrait donc non seulement de vaincre le violet dans un domaine qu’il maîtrisait normalement mieux – oui, il y croyait dur comme fer – mais également de renforcer la force de Teikou, ce qui n’était pas négligeable.

Satisfait de ses réflexions, le rouge s’approcha plus près de l’arcade et l’observa avec soin. Le violet goinfre lui expliquait en même temps l’usage des touches. Bien, comme il l’avait pensé, elles étaient des plus basiques et cela faciliterait la chose. Cela ne devrait pas lui poser trop de problèmes. En général, il apprenait assez vite, il était assez intelligent et intuitif pour cela. Même si cela changeait beaucoup de tout ce qu’il avait l’habitude de faire. C’était très différent du shogi, de l’équitation, du basketball ou même de la musique. Mais Seijuro était persuadé de s’en sortir haut la main, comme toujours. Il ne pouvait pas perdre. Cette idée était ridicule. Lui, le fils d’un des plus grands PDG du Japon, perdre ? Allons. Ce n’était juste pas possible. Inconcevable. Mais il reconnaissait que même lui ne pouvait lire le futur. Il fallait donc qu’ils jouent pour voir s’il avait encore une fois raison. Ou si pour une des premières fois de sa vie, il avait tort. L’idée même le contrariait et il préférait ne pas y penser pour l’instant. Il y penserait uniquement s’il venait à perdre. Ecoutant la musique d’une oreille distraite, le rouge posa ses doigts sur les touches, déjà concentré. Les personnages défilèrent sous ses yeux et le rouge fut un peu décontenancé. Bien entendu, il ne les connaissait pas et cela le désavantageait quelque peu. Il hésita un instant à bien s’informer avant de choisir, puis finalement choisit au hasard un combattant du nom de Taven. Il n’avait pas envie de se prendre la tête et s’il gagnait avec un personnage mauvais – je vous le répète, il ne connaissait rien de son perso – cela voudrait clairement dire qu’il était le meilleur. Hum ? Ego surdimensionné ? Oh, croyez-moi, ce Akashi-là ne l’était pas tant que ça...

- Murasakibara, je t’emmènerai manger quelque chose après notre duel si tu en as envie.


Le rouge venait de lancer ça comme ça, sans vraiment réfléchir. Ce n’était pas son genre de materner ses joueurs, mais il se disait que les efforts du violet valaient bien une récompense. Et puis, cela ne lui ferait pas de mal non plus de manger quelque chose après tous ces efforts. Car, mine de rien, Seijuro en faisait. Cela valait bien une récompense également, vous ne croyez pas ? Qu’allaient-ils pouvoir bien manger, telle était la question. Mais ils auraient tout le temps d’y penser après leur duel. L’écran de combat apparut alors et le rouge se concentra uniquement dessus. Il n’était même pas sûr qu’il entende la réponse du géant s’il lui répondait...

© CN.JUNE, NEVER UTOPIA


Spoiler:
 





Epic Theme

La classe de l'Empereur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: {Flashback} Quand l'hamster paresseux amadoue le lion... – Pv. Aka-chin   

Revenir en haut Aller en bas
 

{Flashback} Quand l'hamster paresseux amadoue le lion... – Pv. Aka-chin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» {Flashback} Quand l'hamster paresseux amadoue le lion... – Pv. Aka-chin
» [Flashback] Quand la mort frappe à votre porte... [Clos]
» [flashback] Quand l'amour provoque la haine, même les âmes les plus pures noircissent. [Licinia]
» Pelage de Lion
» Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroko's Basket, le forum RPG ::  :: Tōkyō et ses alentours :: Ville-