The Basketball Which Kuroko Plays
 
Bienvenue sur KnB-RPG, jeune Rookie !
Tout le monde doit signer le règlement & se recenser ! N'oubliez pas de voter !
Merci de favoriser le choix de personnages du manga en priorité ! 50 pockys offerts pour tout prédéfini prit
Les lycées Seiei, Fukuda Sogo, Kirisaki Daiichi, Shutoku et Kaijo recherchent des membres !

Partagez | 
 

 Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Rakuzan
avatar



InformationsMessages : 101
Date d'inscription : 29/03/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #333333

RP terminés: 5

RP en cours: 1


MessageSujet: Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]   22.05.15 19:40



feat. ai miyu

Murmures au-dessus d'un livre
Lorsqu'il lui était impossible de lire tranquillement sur le toit de l'école – à cause du vent ou de la pluie - Mayuzumi venait se réfugier à la bibliothèque, unique endroit véritablement silencieux de l'établissement. Il pouvait aller se trouver une salle vide mais peu importe où il passait, il y aurait toujours des gens dans le couloir ou qui entraient dans la pièce, pensant l'endroit vide jusqu'à ce qu'ils aperçoivent qu'il était là. Chihiro avait eu le loisir de voir un couple se rouler une pelle monumentale. Après cette épisode des plus marquante, il finit par se réfugier ici, seul endroit sûr où il ne surprendrait pas des adolescents en chaleur et en manque d'affection.

L'argenté s'était donc installé ce jour-là dans un coin assez isolé de la bibliothèque, comme coupé des autres élèves, entouré par des étagères de livres. Il s'était réfugié dans la section light novel, mais il n'avait actuellement pas le cœur d'en lire. Lentement, il étira chaque membre de son corps engourdi pour être resté assis pendant presque une heure et demi. Devant lui s'étalaient cahiers et manuels, mais sa principale préoccupation était les différentes brochures ouvertes devant lui.

C'était sa dernière année à Rakuzan. Et il devait déjà choisir l'université où il souhaitait aller. Il avait en vue Todaï – tout comme ses parents qui souhaitaient qu'il aille là-bas. Mais le véritable problème était : dans quelle filière allait-il s'engager. L'argenté avait une certaine affinité avec les sciences, la physique plus particulièrement. Était-ce du au métier de ces parents ? Peut-être. Mais il se voyait mal dans une blouse blanche, rester cloîtré dans un laboratoire. Très peu pour lui. Même si Mayuzumi était confiant en règle général, c'était bien la seule chose dont il n'était pas sûr. Son avenir... Il n'y avait pas eu le temps de réfléchir. Entre les cours et les entraînements du club, il n'avait spécialement eu le temps d'y penser. Et son professeur principal le pressait pour qu'il remplisse sa feuille d'orientation.

Mis à part ses futures années, il avait une seule certitude : il n'allait pas s'ennuyer au club de basket cette année. Après deux longues années à jouer sans avoir eu la chance de jouer un véritable match, un match officiel, il allait enfin pouvoir fouler le parquet des plus grands stadiums du Japon. Alors qu'il s'apprêtait à quitter le club en début d'année, voilà qu'arrivait comme une fleur Akashi Seijuro, le capitaine de la Génération des miracles qui lui proposait de porter le maillot cinq en tant que titulaire. Comme ça. En un claquement de doigts. Il avait entendu dire que la famille Akashi était sacrément influente mais tout de même à cet âge-là...

Soupirant pour la énième fois, l'ailier fort de Rakuzan referma finalement les brochures et les rangea. Inutile de s'attarder dessus s'il n'arrivait pas à prendre de décisions maintenant. Pour l'heure, il avait ses devoirs d'histoire à compléter. Vous vous souvenez ? C'était l'heure à laquelle il avait échappé parce qu'il s'était fait défoncer le nez. Heureusement, le professeur avait compris la situation – d'autres avaient même témoigné. Mais il devait tout de même rattraper son retard. Il profita donc de l'absence du professeur de maths pour le faire. Il avait réussi à soustraire un cahier à une élève mais il manquait clairement des éléments.

Chihiro se leva en silence puis parcourut les rayons pour se diriger vers la section des bouquins d'histoire. Il mit quelques minutes pour trouver ce qu'il cherchait. Lorsqu'il voulut revenir vers sa table, il aperçut du coin de l'oeil une silhouette familière dans le rayon des romans. Hissée sur la pointe des pieds, Ai Miyu, la nouvelle manager de l'équipe de basket, peinait à atteindre le livre qu'elle voulait. Derrière elle, à un mètre à peine, se tenait un grand dadais sur le tabouret qui permettait de prendre les livres en hauteur.

Silencieusement, l'ombre de Rakuzan se glissa dans le rayon, et suivant le regard de la plus petite, attrapa le libre qu'elle cherchait.

-Celui-là ? Chuchota-t-il.

Ils étaient dans une bibliothèque après tout. Le silence était d'or ici. Enfin, peu de gens comprenaient cette règle puisque celui qui occupait le tabouret venait de tomber dans un grand éclat de bruit, attirant tous les regards sur lui. Et Chihiro n'était pour rien. Absolument pour rien. Ce n'était pas comme si il avait donné un coup de pied dedans. Ce n'était franchement pas son genre.

Ou pas.


(c) codée par mayuyu



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]   25.05.15 13:57


















❝ Murmures au-dessus d'un livre ❞

feat. Mayuzumi-senpai ♥




❝ La journée de cours venait de s'achever tranquillement et prématurément pour Miyu et l’entièreté de sa classe. Certains professeurs étant conviés à une réunion, la plupart des cours de l'après-midi avait été annulé au grand bonheur de la plupart des élèves. Néanmoins, la pluie calma les ardeurs des plus excités : avec un temps pareil, ils pouvaient faire une croix sur leur projet de balade en ville. Quelques courageux bravèrent tout de même la pluie et quittèrent l'établissement, à moitié protégés par leur parapluie de bonne facture. Hors de question pour la plupart des élèves de rester au lycée s'ils pouvaient rentrer tranquillement chez eux. Tant pis s'ils se mouillaient un peu, le confort de leur salle de bain les attendait gentiment, près à les réchauffer sous une douche brûlante.

Miyu hésita longtemps à suivre cette horde de courageux. Un petit parapluie l'attendait dans son casier, près à la protéger du mieux qu'il le pouvait. Néanmoins, la pluie ne faisait que s'empirer et le goudron trempé promettait de glisser. Pour revenir jusqu'à l'appartement où elle logeait avec son frère, Miyu devait en plus traverser un petit parc. Elle était peu décidée à marcher dans de la boue … sauf si elle prenait le bus. Mais l'arrêt le plus proche semblait déjà grouiller de monde se bagarrant pour se faire une petite place sous l’abri-bus. Tout compte fait, il était plus prudent de demeurer au sec dans le lycée jusqu'à ce que la pluie se calme ou qu'il y ait moins de monde au bus. Miyu ne tenait pas vraiment à se mêler à cette foule bruyante et violente …

Ainsi, Ai prit la direction de la bibliothèque. Elle pourrait y travailler tranquillement en attendant que la météo se montre plus clémente. Elle salua poliment la bibliothécaire et rallia une table isolée où personne ne risquait de venir l'enquiquiner. Il n'y avait pas grand monde d'ailleurs, seulement quelques élèves révisant ou lisant quelques BD. Miyu commença à sortir quelques cahiers ainsi que ses fiches bristols et tous ses petits post-it : sa panoplie personnelle de révision. Travaillant beaucoup à base de code couleur, ses fiches colorées étaient les éléments essentiels de sa réussite. Elle reprit donc son cours d'histoire ayant eu lieu plus tôt dans la journée, s'aidant de quelques ouvrages trouvés dans la bibliothèque pour étoffer quelques points qu'elle n'avait pas vraiment comprit.

Miyu passa ainsi une heure à condenser son cours d'histoire sur des petites fiches roses, collant des post-il de la même couleur près des éléments très importants comme les dates ou les noms de telles ou telles personnes. Une fois son œuvre terminé, elle l'admira avec fierté. Avec ça, impossible qu'elle rate ses examens. S'il y a bien quelque chose sur laquelle elle est vraiment sûre d'elle, ce sont les études. Depuis toute petite, elle a toujours été très appliquée et studieuse, prévoyant depuis toujours de faire de grandes études. Après tout, elle voulait devenir avocate. Son entrée prématurée au lycée et surtout à Rakuzan était déjà une preuve que ses efforts payaient et Miyu n'était pas peu fière de cela, même si elle ne s'en ventait jamais.

Rassemblant les nombreux livres jusque-là ouverts devant elle, Miyu rejoignit la section histoire afin de tous les ranger correctement à leur place. Alors qu'elle revenait tranquillement vers sa place, le regard de la lycéenne fut attiré par la section roman. Elle réfléchit quelques instants : la pluie n'avait pas cessé de tomber et elle avait fait de bonnes fiches de révision … elle pouvait se permettre un instant de détente pour bouquiner un peu, non ? Ni une ni deux, Miyu se dirigea vers la section de ses rêves et admira les nombreux ouvrages lui faisant de l'oeil. Lisant quelques titres, elle reconnu certains livres qu'elle possédait déjà. C'est alors que ses yeux tombèrent sur le dernier tome d'une série qu'elle adorait mais qu'elle n'avait pas encore pu se procurer …

L'occasion était rêvée, elle pouvait commencer à le lire puis l'emprunter ensuite. Depuis le temps qu'elle voulait savoir si le Prince Edward allait choisir la Princesse Elisabeth ou sa jeune amante Rebecca … Les histoires d'amour dans la royauté ou la chevalerie, c'était ce que Miyu aimait le plus. Elle tendit alors le bras pour attraper le livre en question mais il se trouvait sur une étagère hors de sa portée. Cherchant le tabouret du regard, elle constata qu'un élève s'en servait comme d'un siège … Trop timide pour le lui réclamer, elle réessaya de l'attraper par elle-même, se mettant sur la pointe des pieds et étirant son bras autant qu'elle le pouvait. C'est alors qu'une main surgit brusquement devant elle et attrapa le livre pour le lui tendre. Miyu sursauta quand une voix chuchota près de son visage :

▬ Celui-là ?

Pivotant la tête, Miyu reconnu le regard anthracite de Mayuzumi Chihiro, l'aîné du cinq majeur de l'équipe de basketball. Des cinq joueurs, il était de loin le plus mystérieux et le plus discret. Contrairement aux trois Rois sans Couronne plutôt bruyants, Chihiro était discret comme une ombre et se faisait jamais remarqué. C'est même souvent que Miyu perd sa trace dans le gymnase, avant de réapparaître brusquement dans son champ de vision, tel un fantôme. Après tout … c'est ce qu'il était. Du moins, c'est ainsi que le voyait Akashi : le nouveau modèle du sixième joueur fantôme. Ne connaissant pas vraiment « le premier modèle » Miyu ne pouvait faire de comparaison, mais les aptitudes de Mayuzumi sur le terrain étaient efficaces et impressionnantes - à leurs façons, et aux yeux de Miyu, elles étaient mêmes supérieures à celle des Rois sans Couronne.

Un bruit sourd retenti alors, suivi par un glapissement misérable. Attiré par le bruit, le regard de Miyu tomba sur le tabouret renversé et l'élève au sol, se frottant le derrière avec une grimace de douleur. Qu'était-il arrivé pour qu'il tombe ainsi ? Sûrement devait-il se balancer comme le faisait la plupart des élèves. En plus d'abîmé le matériel, c'était dangereux. De ce fait, Ai ne le plaignit pas : ce tabouret n'était à la base même pas fait pour s'asseoir dessus, mais pour accéder aux hautes étagères des bibliothèque. Reportant son attention vers Chihiro, elle attrapa timidement le livre qu'il lui tendait et hocha doucement la tête, timide comme à son habitude. Mayuzumi n'était pas le plus effrayant physiquement parlant mais il était entouré d'un voile mystérieux qui la mettait un peu mal à l'aise.

▬ O-Oui, merci Mayuzumi-senpai …

Serrant l'ouvrage contre sa poitrine, elle resta bêtement plantée là sans savoir quoi faire. Elle ne pouvait pas rejoindre sa table sans plus de cérémonie, ça ne serait pas poli. Néanmoins, Miyu ne savait pas vraiment quoi lui dire. Ils n'étaient pas dans la même classe et leurs échanges s'étaient toujours contentés de tourner autour des entraînements. Une relation très simple de joueur et manager, rien de bien fascinant ou excitant en soi. Miyu ne savait pas grand chose sur lui, mis à part le fait que c'était Akashi qui l'avait fait rentrer dans le cinq majeur. Mayuzumi, elle … A croire que le rouge s'amusait à sélectionner les personnes qu'il trouvait intéressantes afin de les greffer à l'équipe masculine de basketball. Chihiro et Miyu avaient au moins ça en commun, même si ce n'était pas pour le même rôle dans l'équipe.

D'ailleurs, elle se demandait ce que faisait son aîné à la bibliothèque. Il n'avait pas cours ? Peut-être que, comme elle, ses professeurs avaient été conviés à cette fameuse réunion. Puisqu'il n'y avait pas entraînement ce jour-là, peut-être le gris en profitait-il pour réviser. Après tout, il était en troisième année et les examens étaient importants s'il voulait intégré une bonne université. Miyu savait déjà à peu près laquelle elle voulait intégrée quand ce serait son tour de s'y pencher sérieusement : Todai, où elle pourra étudier le droit. Son frère Masato y étudiait dans sa troisième année et en parlant souvent à sa cadette, histoire qu'elle ait conscience de ce qui l'attendait une fois là-bas. Néanmoins, Miyu avait encore deux années pour y songer sérieusement.

▬ Mayuzumi-senpai … révise pour ses examens … ?





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



InformationsMessages : 101
Date d'inscription : 29/03/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #333333

RP terminés: 5

RP en cours: 1


MessageSujet: Re: Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]   30.05.15 6:47



feat. ai miyu

Murmures au-dessus d'un livre
Jusqu'à présent, il n'y avait eu qu'un manager dans la première ligne du club de basket. Mayuzumi s'en souvenait bien. Il s'agissait d'un de ses anciens camarades de classe, Higuchi Shota. Il l'avait rencontré en première année. Ils s'étaient inscrits tous les deux au club de basket et avait commencé au plus bas. Mais malheureusement, la réalité les rattrapa bien vite. Dans une école aussi prestigieuse que Rakuzan, ils s'étaient attendus à avoir de la concurrence, que le chemin vers la titularisation n'allait pas être facile. Pour Chihiro qui était entré pour améliorer sa condition, Higuchi aimait réellement le basket. Aussi, il prit la décision d'arrêter mais endossa le rôle de manager. Ça ne semblait pas le déranger tant que cela au final.

Lorsque l'argenté avait donné sa lettre démission au club, Shota avait bien évidemment eu vent de l'histoire et était venu le voir pour en connaître les raisons. Avec le temps, Chihiro avait pris en carrure, dépassant largement Higuchi. Ce dernier pensait donc que son ami avait encore des chances de monter dans le club de basket. Ils discutèrent donc mais le manager de Rakuzan n'insista pas plus que cela, sachant très bien qu'il n'allait pas changer d'avis. Il l'appréciait pour ça : il respectait ses choix.

Mais quelques jours à peine après sa démission, voilà qu'Akashi venait lui rendre visite. Vous connaissez la suite de l'histoire n'est-ce pas ? Bref. Tout cela pour en revenir à la personne se tenant debout devant lui. Ai Miyu. La nouvelle manager de Rakuzan. Une première année qui aurait été choisi par Akashi. La première fois qu'il l'avait vue, il se demandait bien à quoi pensait le rouquin. Et puis après, il n'y avait pu penser. Les discussions qu'il avait eu avec la plus petite se limitait simplement au basket. La voir ici, à la bibliothèque, était assez inattendu.

-O-Oui, merci Mayuzumi-senpai …
-C'est rien.

Les mains enfoncées, il ne crut pas d'abord à ce qu'il venait d'entendre. Elle venait de dire « senpai », c'est ça ? Le titulaire de Rakuzan avait cru rêver. Cela faisait tellement longtemps qu'il n'avait pas entendu l'appeler comme ça. S'il se souvenait bien, Miyu était en première année. Et pourtant, elle ajoutait le même suffixe au capitaine bien qu'il soit dans la même classe. Était-ce vrai les rumeurs que la plus petite avait sauté une classe ?

-Mayuzumi-senpai … révise pour ses examens … ?

Chihiro sursauta lorsque la voix de la jeune fille atteignit ses oreilles, le ramenant la réalité. Ses examens... Ah oui, il était venu ici pour ça à la base. Enfin, c'était pour rattraper son retard en histoire. Il avait presque oublié la raison de sa venur à la bibliothèque.

-Oui, répondit-il finalement.

Le plus âgé des deux jeta un coup d'oeil vers le livre qu'elle tenait contre sa poitrine. À en juger par la couverture, c'était une histoire d'amour, des histoires de chevalerie. Les romans à l'eau de rose, très peur pour lui. C'était trop de prise de tête toutes ces histoires d'amour. Mais chacun ses goûts après tout, n'est-ce pas ? Au moins, elle aimait lire, cela leur faisait un point commun. Si on oubliait le fait qu'ils avaient été choisi par Akashi pour entrer dans le club.

-Tu aimes bien ce genre de livre ? C'est pas vraiment mon genre, avoua-t-il en tournant la tête vers les étagères.

Il reporta finalement son attention vers elle et passa sa main sur sa nuque.

-On va pas discuter debout. Je suis du côté des light novel, ajouta Mayuzumi.

Il n'avait pas clairement dit qu'il pouvait le rejoindre à sa table. Comme elle était relativement calme, elle n'allait sans doute pas le déranger. Du moins, de ce qu'il avait vu jusqu'à présent.


(c) codée par mayuyu



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]   05.06.15 20:43


















❝ Murmures au-dessus d'un livre ❞

feat. Mayuzumi-senpai ♥




❝ Miyu ne connaissait pas personnellement Chihiro. Tout ce qu'elle savait de lui, elle l'avait entendu de bouche à oreille dans le gymnase étant donné que son aîné n'était pas bavard pour deux sous. Elle savait par exemple qu'il était inscrit depuis sa première année sans avoir eu la chance de pouvoir jouer un seul match, jusqu'à ce qu'il décide de poser sa démission. Et étrangement, c'est à ce moment précis que Akashi décida de se manifester et de lui faire une proposition au or : devenir titulaire auprès des Rois sans Couronne et lui-même. Evidemment, la petite manager ne connaissait pas détails : on lui demandait d'aider l'équipe, pas de connaître leur biographie sur le bout des doigts. Ce qu'ils sont aujourd'hui, c'est ce qui compte le plus. Même si, pour certains, difficile d'oublier les succès d'hier …

De ce fait, Miyu ignorait tout de Mayuzumi : sa personnalité, ses centres d'intérêt, son vécu de basketteur … Il lui donnait l'image d'un grand gaillard discret voir timide qui ne cherchait pas à faire parler de lui. Il ne se faisait remarquer ni dans ses mots ni dans ses actes, si bien qu'on avait facilement tendance à l'oublier. Inutile de refaire le speech précédent, c'est dans cette discrétion que se tenait son véritable atout, ce qui avait poussé Akashi à lui offrir le maillot numéro cinq de l'équipe. Dans un sens, Ai trouvait cela bien triste : si le rouge n'était pas venu le chercher, intéressé par son potentiel, il aurait quitté le club sans que personne ne s'en soucie. Il paraissait bien solitaire et peu respecté.

Parfois, l'attitude des trois deuxième année envers leur aîné déplaisait énormément à Miyu. En tant que cadet, ils devaient le respect à Chihiro. Ils pouvaient se montrer tellement impolis envers lui par moment … Elle ne comprenait pas pourquoi ils agissaient de cette façon. Parce qu'ils étaient de meilleurs basketteurs ? Cela est-il une raison valable pour jeter le respect et la politesse à la poubelle ? Etrangement, ils l'étaient beaucoup plus avec Akashi. Le premier année a beau être ce qu'il est, il reste avant tout un kôhai, et lui même n'avait pas de respect envers ses aînés. L'utilisation même de leurs prénoms était grossier : après tout, tout cinq n'étaient pas assez intime pour se permettre ce genre de chose. D'autant plus que ça ne marchait que dans un sens … Excepté pour Reo qui se complaisait à surnommer son capitaine « Sei-chan ».

En tout cas, Mayuzumi confirmait son attitude non-bavarde quand il répondit à la question de Miyu avec un simple mot. En même temps, il n'y avait pas grand chose de plus à dire : il n'allait pas s'amuser à lui parler de ses cours ou de ses sentiments à l'arrivée prochaine des examens. D'abord parce qu'elle était en première année et qu'elle n'avait aucune idée de la pression causée par les contrôles, et ensuite parce qu'ils n'étaient pas assez intimes pour blablater de telles choses. De ce fait, elle ne se formalisa pas qu'il mette un terme ainsi à la discussion. Elle ne s'attendait cependant pas qu'il reparle en lui parlant de son livre. C'est vrai qu'elle ne l'imaginait pas non plus lire ce genre de livres à l'eau de rose, c'était un truc de fille ça …

▬ On va pas discuter debout. Je suis du côté des light novel.

Miyu cligna plusieurs fois des yeux. Mayuzumi l'invitait-elle discrètement à le rejoindre à sa table ou avait-elle mal interprêté sa phrase ? Difficile à dire. Néanmoins, elle se demandait bien pourquoi il lui demanderait une telle chose. D'autant plus s'il était en pleine révision. Même si la manager n'était pas bruyante et envahissante, elle imaginait bien qu'il lui fallait un calme complet et une solitude totale pour réviser efficacement. Elle ne pouvait pas se permettre de le déranger en lui imposant sa présence. Ainsi, quand il s'éloigna pour rejoindre sa table près de la section light novel – aimait-il en lire ? - elle préféra ne pas le suivre. Cependant, alors qu'elle allait rejoindre sa propre table, elle aperçu une petite carte par terre …

S'assurant que personne alentours ne semblait chercher l'objet, elle se baissa pour l'attraper. Miyu reconnu rapidement le format de la carte étudiante du lycée. La photographie dans le coin supérieur gauche lui apprit alors que c'était celle de son aîné. Il venait donc de la faire tomber. Heureusement qu'elle l'avait vu, elle allait pouvoir la lui rendre tout de suite. Rejoignant la section light novel, elle trouva rapidement la table bien à l'écart où s'était installé Mayuzumi. Néanmoins, maintenant qu'elle était rendue jusqu'ici, Miyu hésitait. N'allait-elle pas le déranger en débarquant ainsi ? Certes, il l'avait presque invité à le rejoindre mais peut-être avait-elle tout simplement mal interprété sa phrase. Elle se sentirait bien bête et confuse si, au final, il ne souhaitait pas être dérangé. Mais il fallait bien lui rendre sa carte, non ? Elle pouvait tout simplement la laisser à la bibliothécaire qui se chargerait de la rendre à son propriétaire …

Non ! Miyu devait arrêter d'agir avec autant de couardise. Comment pouvait-elle prétendre devenir avocate si elle n'osait pas rendre une carte d'étudiant à un aîné ? Qui ferait confiance à une personne si timide et coincée qu'elle ? Si elle ne voulait pas que sa timidité maladive ne lui porte préjudice plus tard, elle devait commencer dès maintenant à se reprendre en main. Ce n'était pas la mer à boire après tout : elle n'avait qu'à s'approcher, attirer son attention et lui rendre son dû … Rien de bien sorcier, n'est-ce pas ? Elle n'était sûrement pas la première dans ce monde à donner quelque chose à un aîné et, aux dernières nouvelles, ça n'a jamais tué personne. Aller Miyu, on prend une grande dose d'oxygène et on y va. Il n'y a pas de quoi stresser.

Sortant finalement de derrière les hautes bibliothèque, Miyu s'approcha de Chihiro. Après avoir tout doucement toussoter pour attirer son attention, elle lui tendit sa carte d'étudiant à deux mains, la tête baissée, les joues propres et les yeux fermés, de peur de croiser son regard. Bon, il y avait encore pas mal de boulot avant qu'elle ne vainc totalement sa timidité mais ça viendra avec le temps, n'est-ce pas ? Etapes par étapes. Petit à petit, l'oiseau fait son nid comme dit le dicton. Il lui suffisait de rapporter quelques brins de courage chaque jour pour qu'enfin, elle puisse jouir d'un minimum de confiance en elle, assez pour qu'elle n'ait plus peur de s'adresser aux gens. Rien qu'aux membres du club de basketball, ce serait un bon début !

▬ Mayuzumi-senpai tu … as fait tomber ça.

Elle parla tellement doucement qu'elle n'était même pas sûre que Mayuzumi l'ait entendu. Ou alors, il avait une ouïe vraiment très fine. De toute façon, ses gestes étaient bien assez explicites pour qu'il se passe d'une quelconque explication. En la voyant tendre la carte étudiant, Chihiro allait tout de suite deviner qu'il l'avait égaré et qu'elle venait la lui rendre. Pas besoin d'avoir bac+15 pour comprendre la situation, n'est-ce pas ? ❞



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



InformationsMessages : 101
Date d'inscription : 29/03/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #333333

RP terminés: 5

RP en cours: 1


MessageSujet: Re: Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]   09.06.15 15:48



feat. ai miyu

Murmures au-dessus d'un livre
Après avoir invité, implicitiment, Miyu à le rejoindre sa table, Chihiro s'éloigna finalement du rayon roman pour retourner à sa place. Il n'avait pour ainsi dire, jamais discuter avec Miyu autre chose que de basket. Sans compter que la discussion durait à peine quelques minutes. Mais la jeune manager n'était pas la seule personne avec qui il avait très peu échangé de mots. Il n'appréciait pas spécialement Nebuya et Hayama en raison de leurs comportements et de leurs personnalités. Mibuchi pouvait passer encore mais il sentait tout de même qu'il le prenait de haut, qu'il soit un troisième année ou non. Tout comme Akashi. Il avait eu un moment de doute sur sa soudaine proposition de revenir et de faire de lui le sixième joueur fantôme de Rakuzan. Il avait été contre au début, évidemment. Quel intérêt de jouer pour l'équipe si on ne prenait pas du plaisir ? Mais après mûre réflexion, il accepta et fut ainsi propulsé au rang de titulaire. Au moins, il pouvait prendre part à de véritable match, des matchs officiels.

En résumé, il n'était pas spécialement attaché à l'équipe de basket. Il n'avait pas eu de véritables bons souvenirs, ou même de mauvais, jusqu'ici. La camaraderie, l'amitié et tout ce qui allait avec, très peu pour lui. L'ailier fort de Rakuzan n'aimait pas spécialement se socialiser, s'ouvrir aux autres. Et puis, peu de gens venait vers lui, tout simplement parce que personne ne le remarquait.

Maintenant qu'il y pensait... Il avait bien eu une discussion, si on appelait ça une discussion, assez longue avec une personne du club. Franchement, ce type était bizarre, Chihiro était loin de se douter que Nakamura Hiroki était une pipelette lorsqu'il l'avait vu dans les couloirs. Et le bougre avait été persistent, voulant connaître les goûts de Mayuzumi en matière de bouquin. Il avait même deviné son groupe sanguin ! Comment était-ce possible ?! Il était vrai qu'au Japon, les gens étaient très croyants au sujet des personnalités qui correspondaient à un groupe sanguin. Ce que Chihiro trouvait franchement stupide et hilarant.

Mais pour l'instant, il ne devait pas y penser. Aujourd'hui, il était venu ici pour réviser et rattraper son retard dans les cours. Et il devait sérieusement songer à choisir son université. Ils entamaient déjà le second semestre, et après la Winter Cup, les examens d'entrée dans les universités allaient s'enchaîner. Mayuzumi avait déjà fait une idée sur son choix mais il hésitait encore.

Assis devant son cahier, il fut quelque peu étonné de ne pas voir Miyu à sa suite. Elle n'avait peut-être pas compris son invitation. Ou bien, elle était trop timide pour le rejoindre. C'était dans son caractère après tout. Du moins, ce qu'il avait observé jusqu'à présent. Seule fille parmi dans de garçons, il y avait de quoi être effrayé. Avec son manque de présence, il pouvait observer les autres joueurs sans problème. Et de temps en temps, il avait regardé Miyu, sa façon d'agir, ses gestes, ses expressions avec les autres. En règle général, elle était nerveuse mais elle avait l'air de se détendre et de s'habituer à l'atmosphère. Après tout, ça ne devait pas être évident, surtout vu son gabarit.

Alors, si elle ne venait pas, il ne lui en voudrait pas. Ce n'était pas comme s'ils étaient proches de toute façon. Rien ne l'obligeait à-

-Mayuzumi-senpai tu … as fait tomber ça.

Chihiro releva la tête, pas bien sûr d'avoir entendu. Miyu avait parlé tellement tout bas. Heureusement qu'il n'y avait pas de bruit à la bibliothèque. Tête baissé, la manager lui tendait un petit objet en plastique. L'argenté le prit et reconnut sa carte d'étudiant. Quand est-ce que je l'ai laissé tomber ? Je ne me souviens pas l'avoir mis dans mes poches. Il réfléchit quelques secondes et comprit enfin. La carte avait du se glisser entre ses livres dans son sac.

-Merci.

Il rangea soigneusement l'objet dans les poches de sa veste, notant mentalement de la retirer une fois arrivé à la maison, puis regarda sa cadette à nouveau.

-Tu peux t'asseoir si tu veux. À moins que tu ne révises avec une amie, lui proposa-t-il finalement.

Là, au moins, il avait été clair. Elle était libre de refuser sa proposition. Mayuzumi qui était d'habitude si solitaire, venait de faire l'effort d'inviter quelqu'un de sa propre initiative. C'était bien une première, un jour à marquer du pierre blanche. Ceci dit, en attendant, plutôt que de noter ce moment historique de sa vie, il se contenta de surligner au fluo vert une date importante de son cours d'histoire.


(c) codée par mayuyu



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]   12.06.15 14:42


















❝ Murmures au-dessus d'un livre ❞

feat. Mayuzumi-senpai ♥




❝ Miyu ignore par quel miracle Mayuzumi l'entendit, mais à peine avait-il fini de parler qu'il tournait la tête en sa direction. Semblant reconnaître l'objet, il a prit des mains de la plus petite, observant la carte distraitement. Il se demandait sûrement comment il avait pu la faire tomber. Après avoir remercié sa cadette, il glissa le petit objet plastifié dans sa poche de sa veste d'uniforme. N'avait-il pas un range-carte ? Ichigo en avait acheté un à sa sœur pour qu'elle y range sa carte étudiante, sa carte de bus, etc. C'était assez pratique et, surtout, on remarquait rapidement sa disparition étant donné son poids. Sans peser trois tonnes, il pesait assez dans la poche pour remarquer son absence. Depuis que la plus jeune avait le sien, elle n'avait perdu une seule fois l'une de ses précieuses cartes. Et bien heureusement, car elle avait le chic pour perdre assez facilement ses affaires, malgré le soin dont elle faisait preuve.

Alors que Miyu s'apprêtait à tourner les talons pour rejoindre sa table, la voix de son aîné s'éleva à nouveau. Après l'avoir remercié, il lui proposait de s'asseoir. A sa table. Ensembles. Tout les deux. La petite verte senti le rouge lui monter aux joues à la vitesse de la lumière. Vous la connaissez : en grande fan de littérature romantique, tout un scénario bidon et guimauve était en train de se former dans son esprit. Ca lui rappelait un temps le shôjo qu'elle regardait le soir après ses devoirs, lorsqu'elle attendait le retour de son frère. L'héroïne, tout aussi timide qu'elle, en pinçait pour son senpai sans oser lui adresser un mot. Et quand, par la force des choses, elle fut forcé à aller s'adresser à lui, c'était pour lui un formulaire à signer pendant la pause déjeuné. Et qu'avait fait le garçon ? Il lui avait proposé de manger avec elle.

Par la suite, les deux protagonistes s'étaient retrouvés souvent par hasard au même endroit : à la bibliothèque, au parc, au magasin de chaussures, à l'animalerie, aux arcades … Et à force de se cotoyer autant, ils apprirent à se connaître, jusqu'à tomber amoureux l'un de l'autre. Dans l'épisode de la veille, d'ailleurs, ils s'étaient embrassés pour la première fois lors d'un festival. Miyu avait encore en tête la scène où le garçon avait attrapé la fille par la hanche, laissant ses doigts caressés le tissu coloré du yukata, avant de l'embrasser tendrement, applaudit par le feu d'artifice éclatant sur un ciel d'encre. Comment ça, c'était totalement cliché ? Bon, d'accord, ça l'était même carrément mais Miyu étaut restée en admiration devant cette scène d'un romantisme sans nom, se demandant si elle aurait la chance de vivre une telle expérience un jour.

Bref, nous nous sommes un peu écarté de la situation actuelle mais dans la tête de Miyu, le scénario de sa série était en train de se recréer dans la vie réelle. Que Chihiro pensait-il d'elle ? La trouvait-il mignonne ? Intéressante ? Comment la voyait-elle ? Seulement comme la manager de l'équipe de basketball ou pour un peu plus que cela ? Ils ne s'étaient jamais vraiment parlé, mais l'héroïne de son shôjo était tombé amoureuse de son aîné sans avoir échangé avec lui un traitre mot. Et la petite verte croyait aux coups de foudre. Ils nous frappaient un jour, sans prévenir, et nous voilà fou d'amour pour un parfait inconnu. On ne connait que son nom et, pourtant, on est certain qu'une vie merveilleuse nous attend à ses côtés. Oui, comme dans les contes ou les films Disney. And they lived happily ever after.

Se remettant finalement du choc, Miyu décréta qu'il serait malpoli de sa part de refuser son invitation. N'ayant pas réellement d'amis au lycée, elle n'était attendue par personne. Autant ne pas piétiner la possibilité de tisser un minimum de liens sociaux en abandonnant Mayuzumi à sa table. Tournant les talons, la cadette se dirigea vers sa table en formant une pile avec les livres ouvert un peu partout. Les portant difficilement, elle les ramena à la table de son aîné, les déposa devant une chaise vide en face de Chihiro, puis reparti. Elle rangea au passage quelques ouvrages dont elle n'avait plus besoin avant de procéder au dernier aller-retour afin de ramener son sac et sa veste à sa nouvelle place. Une fois cela fait, elle s'installa doucement, réorganisant son espace de travail en veillant à ne pas envahir celui de Chihiro.

▬ Désolée pour le dérangement …

Murmura-t-elle doucement avant de se plonger dans le premier livre ouvert devant elle. Elle avait décidé de faire une pause pour bouquiner pour son loisir mais, finalement, elle s'imaginait mal lire pour son plaisir tandis que son aîné travaillait. Alors Miyu décida de reprendre ses fiches de révision. Ses feuilles colorées et ses post-it de nouveau disposés près d'elle, la cadette se replongea dans son cours d'histoire. Il s'agissait du nouveau chapitre abordé dans la matinée mais plus elle s'y prenait tôt, plus les notions étaient fraîches dans sa tête et plus sa fiche de révision serait efficace. Concentrée, sa gêne enfin oubliée, Miyu noiricissait sa fiche avec application même plus dérangée par la présence de Mayuzumi en face d'elle. Parfois, quand elle étendait ses jambes pour les étirer, elle touchait par mégarde celles de son aîné, alors elle se hâtait de les ramener sous sa chaise, n'osant même pas lever les yeux vers lui pour s'assurer qu'il n'avait pas été dérangé.

Dehors, la pluie redoublait d'intensité. Le bruit des gouttes s'abattant brutalement contre les vitres perturbaient Miyu dans sa concentration. Elle avait beau essayer de faire fit de ce bruit dérangeant, ça devenait insupportable. Pire, le tonnerre commença à gronder, la faisant frissonner. La cadette n'appréciait pas forcément les orages et pouvait facilement se mettre à paniquer lorsqu'il gagnait en force. Faisant de gros effort pour oublier sa peur, Miyu continua d'écrire en modulant sa respiration afin d'avoir l'air le plus serein possible. Au dessus de la tête des lycéens, les éclairages commencèrent à crépiter. Ai tenta d'ignorer ce fait : avec le temps à l'extérieur, ça n'avait rien d'étonnant à ce que ça crépite un peu. Ca n'allait sûrement pas durer de toute manière, ce type d'orage ne dure jamais bien longtemps en général.

Quand un grondement sourd résonna à l'extérieur, Miyu bondit de sa chaise, renversant cette dernière. Par la fenêtre, elle voyait des stries dorées zébrer le ciel, suivit par des rugissements féroces. La pluie, plus forte encore, frappait les vitres sans ménagement. Visiblement, la petite verte n'était pas la seule perturbée par la météo car certains élèves s'étaient levés pour admirer le déluge par la fenêtre. La bibliothécaire veillait à ce qu'ils restent calmes et ne perturbent pas le travail des autres. Car en effet, certains comme Mayuzumi ne semblaient pas perturbés pour deux sous, comme si le violent orage était aussi habituel que la rosée du matin. Miyu saluait leur calme car elle se sentait incapable rien que de rester tranquillement assise avec les grondements sourds du tonnerre à l'extérieur.

Lorsque les lumières sautèrent carrément, plongeant la bibliothèque dans le noir complet, Miyu poussa un petit cri d'animal effrayé. Sans réellement s'en rendre compte, elle se hâta de s'enfouir dans les bras de son aîné, cherchant du réconfort auprès de lui comme elle en avait toujours reçu avec ses frères. Dès qu'un orage éclatait, il y en avait toujours eu un prêt d'elle, à lui tendre les bras et à la rassurer jusqu'à ce que les nuages noirs se dissipent avec ses peurs. Miyu s'était donc réfugiée dans les bras de Chihiro par pur réflexe, ses doigts empoignant fermement la veste de son uniforme tandis que son visage s'était perdu dans de le pan du vêtement gris, ses yeux plein de larmes fermement clôt pour ne pas voir les éclairs illuminés le ciel. ❞



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



InformationsMessages : 101
Date d'inscription : 29/03/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #333333

RP terminés: 5

RP en cours: 1


MessageSujet: Re: Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]   14.06.15 11:45



feat. ai miyu

Murmures au-dessus d'un livre
Après quelques instants d'hésitation, Miyu sembla accepter sa proposition et s'éloigna pour récupérer ses affaires. Elle revint quelques minutes plus tard, ses petits bras chargés de livres ouverts. Révision intensive ? Elle n'était qu'en première année après tout. Chihiro lui-même n'en était pas jusque là. Il se contentait d'écouter en classe, de prendre des notes et de les relire de temps en temps. Si besoin est, il venait à la bibliothèque pour des informations supplémentaires qu'il lui aurait échappées. Il relisait de temps en temps ces notes, n'ayant pas envie de passer des heures et des heures jusqu'à overdose le nez dans ses cahiers. Il préférait apprendre sur une longue durée, c'était plus facile et moins chiant à faire.

-Désolée pour le dérangement, murmura-t-elle avant de retourner à ses cours.

Devant elle s'étalaient bons nombres de post-it et de gomettes de toutes les couleurs. Son cahier paraissait bien morne et terne en comparaison avec le sien. Le cahier qu'il avait emprunté avec la délégué était bien ordonné et aussi coloré que celui de Miyu. Les filles aimaient beaucoup écrire avec différentes couleurs semble-t-il. Et pas seulement dans le milieu scolaire. Le plus voyant était évidemment dans le style vestimentaire. Ayant passé pas mal de temps dans différentes gares inconnues, il était impossible de rater toutes ses jeunes filles en habit flashy et fashion, paré de bijoux jusqu'aux dents parfois. Il existait une partie qui différait de ce code vestimentaire : les gothiques ou rockeuses, celles qui préféraient les couleurs plus sombres. Chacun ses goûts après tout.

Mayuzumi n'aimait pas spécialement faire dans la dentelle et ne possédait pas de vêtements extravagants ou tape à l'oeil. Son armoire est à dominance blanche et noire, avec quelques vêtements gris, bleu foncé ou marron et de temps en temps du rouge. Du moment qu'il était à l'aise dedans, il s'en fichait de la marque. L'uniforme scolaire de Rakuzan lui plaisait bien, le style sobre lui convenant parfaitement. Au collège, il avait porté un gakuran, l'uniforme classique propre au Japon. Quelque part, il avait tout de même hâte d'être à l'université et de ne plus avoir à respecter le code vestimentaire tous les jours.

Tapotant sans bruit son cahier avec le bout de son stylo, il se demandait bien à quoi ressemblait la garde-robe de Miyu. À en juger par son apparence, elle devait porter des vêtements dans les tons pastels et dans le style sweet lolitha ou moe. Pour une obscure raison, il avait bien envie de la voir dans ses vêtements de tous les jours. Elle serait s'en doute mignonne. Plus qu'elle ne l'était déjà.

Mais à quoi je pense ? Je viens vraiment de penser qu'Ai est mignonne. Jusqu'à présent, il ne s'était jamais intéressé à la gente féminine. Mais s'il devait faire un choix, peut-être qu'une fille comme Miyu lui plairait. Mais il était trop tard. Il était trop occupé par le club et par les études pour songer avec une copine. Qui plus est, à la fin de la Winter Cup, il se retirera du club et commencera alors un sinueux chemin pour son entrée à l'université.

Chihiro était tellement plongé dans ses pensées qu'il ne fit pas attention à la pluie qui devenait plus intense à l'extérieur. Ni de l'orage qui commençait à se manifester. Ce ne fut qu'une fois le grondement assez fort pour faire réagir Miyu qu'il sortit de sa torpeur. La verte devant lui s'était brusquement levée. Des flashs lumineux emplissaient la bibliothèque et les éclairs zébraient le ciel déjà bien sombres. Mayuzumi n'était pas spécialement dérangé par un tel phénomène naturel. Il s'inquiétait un peu. Seulement pour son ordinateur.

S'ensuivit alors un grondement encore plus terrible que les précédents et d'une magnifique coupure de courant, plongeant toute la pièce dans le noir. Totalement pris de court, Chihiro n'eut pas le temps de réagir que la manager s'était réfugié dans ses bras. Il sentait ses petites mains dans son dos, s'accrochant désespérément à sa veste, son visage enfoui contre son torse. La panique s'était soudainement installé, des éclats de voix jaillissant de part et d'autre de la bibliothèque. Avec tout ce boucan, il était difficile de reconnaître la voix de la bibliothécaire. Et de trouver la sortie.

C'était la première fois qu'il devait réconforter quelqu'un effrayé par l'orage. Et il ne savait franchement pas quoi faire. On dirait une scène typique d'un manga shoujo. Un manga shojo... C'était peut-être cliché mais il devait tenter le coup quand même. Tout doucement, il passa son bras autour de ses épaules tremblantes et l'autre main caressa le haut de sa tête.

-Ca va aller, murmura-t-il contre ses cheveux.

Une fois qu'elle fut calmée convenablement, il se détacha de quelques centimètres d'elle puis lui prit la main pour qu'elle reste rassurée. De mémoire, il chercha son sac de cours à l'aveuglette, s'en saisit et, avec un peu de mal, il y fouilla dedans. Lorsqu'il reconnut le fin cylindre froid entre ses doigts, il le sortit de son sac et poussa le bouton. Qui aurait cru que sa mini lampe-torche qu'il utilisait pour traficoter son ordinateur aurait pu le servir dans ce genre de situation ? Pas lui en tout cas. Maintenant qu'ils avaient de la lumière, il pouvait voir un minimum et éviter de se cogner. Ne sachant pas où diriger le faisceau lumineux, il le dirigea vers le sol, leur pied étant les seuls partis visibles.

-On va ranger nos affaires et sortir de là, d'accord ?

Mais pour cette tâche, il allait devoir lâcher sa main. Ils n'avaient pas trop le choix, Chihiro espérait que Miyu comprenne la situation malgré la panique qu'elle éprouvait. La gardant près d'elle, il plaça la lampe-torche entre ses dents et rangea rapidement ses affaires, embarquant sans s'en rendre compte l'une des fiches de révision de la verte. Il lança son sac sur son épaule puis aida sa cadette à en faire de même en l'éclairant également. Maintenant que tout était rangé, ils allaient pouvoir sortir de là.

-Ne lâche pas ma main, lui ordonna-t-il doucement.

L'argenté avança avec prudence, balayant le sol avec sa lampe-torche. Très vite, ils rejoignirent d'autres élèves, guidés par une lampe-torche. Ils avaient retrouvé leur calme et se dirigeait en ordre vers la sortie. Ils revirent la lumière du jour une fois dans les couloirs du lycée. Et Mayuzumi n'avait toujours pas lâché la main de la verte.

-Ton frère est encore au lycée ? Lui demanda Chihiro.

S'il se souvenait bien, Miyu avait un grand-frère travaillant ici, Ai Ichigo. Et il doutait fort que sa cadette allait rentrer seule chez elle avec un temps pareil. Il allait rester lui tenir compagnie jusqu'à ce que son frère vienne la chercher.



(c) codée par mayuyu



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]   16.06.15 18:31


















❝ Murmures au-dessus d'un livre ❞

feat. Mayuzumi-senpai ♥




❝ Tremblotante, collée à Mayuzumi comme un chaton effrayé à sa mère, Miyu faisait de son mieux pour ignorer les grondements à l'extérieur. Grondements rapidement couvert pas les éclats de voix surpris ou apeurés des élèves. La bibliothécaire tenta de rétablir le silence, en vain. Entre l'orage à l'extérieur et la soudaine rupture de courant, les élèves ne semblaient pas décidés à lui obéir. Utilisant la lumière de l'écran de leur portable pour y voir quelques choses, ils tâtaient à droite à gauche à la recherche de leurs affaires éparpillées sur les tables. Miyu entendit des chaises se renverser et des élèves jurés. Même si normalement elle n'appréciait pas le language fleuri des jeunes de nos jours, elle les préférait au bruit du tonnerre.

Elle senti alors le bras de Chihiro se glisser derrière ses épaules dans une maladroite tentative d'étreinte. Quand l'autre main de son aîné se perdit doucement dans ses cheveux pour la rassurer, Miyu réalisa la position dans laquelle ils se trouvaient. L'aîné avait du être prit totalement au dépourvu, ne s'attendant très sûrement pas à ce qu'elle se jette ainsi dans ses bras. Terriblement gênée, elle resta immobile, ne sachant pas vraiment quoi faire désormais. L'étreinte du gris était certes maladroite mais douce et rassurante. Cela eut tout de même le mérite de rassurer la plus jeune qui relâcha ses épaules, appréciant à sa juste valeur ce petit moment de réconfort, même si elle était horriblement embarrassée.

Mayuzumi finit néanmoins par la repousser doucement pour lui prendre la main. Heureusement qu'ils étaient dans le noir, car elle était présentement aussi rouge qu'une tomate bien mûre. Le gris sembla fouiller dans son sac et, après quelques minutes, un faisceau lumineux apparu entre ses mains. Une lampe de poche ! Pourquoi avait-il un tel outils dans son sac ? C'était assez étrange mais très utile dans cette situation. Même si la lampe n'était pas très grande, elle allumait suffisamment pour que les deux adolescents puissent repérer leurs affaires sur la table et les ranger dans leurs sacs. D'abord celles de Mayuzumi, puis celles de Miyu. Si d'habitude elle rangeait toujours correctement son sac, cette fois-ci elle lança les cahiers dedans sans même réfléchir, voulant partir de la bibliothèque au plus vite.

Leurs sacs jetés sur leur épaule, ils étaient prêt à partir. Avant de se mettre en route, Chihiro reprit la main de Miyu dans la sienne. La verte le remercia mentalement pour sa sollicitude, même si la situation était pour le moins gênante. Cependant, l'heure n'était pas à ça. La bibliothécaire, ayant parvenu à calmer les élèves, les guidait vers la sortie, également armée d'une lampe-torche. Alors que tout le monde se réunissait dans le couloir, les lumières se rallumèrent. Elles furent acceuillie par des soupires de soulagement, mais la bibliothécaire leur ordonna de rester grouper. Ils n'étaient pas à l'abri d'une nouvelle coupure de courant puisque le temps dehors ne semblait pas décider à se calmer. Les grandes fenêtres du couloir leur offraient d'ailleurs un spectacle encore plus impressionnant – et terrifiant pour Miyu.

▬ Ton frère est encore au lycée ?

La voix de Mayuzumi la fit sursauter. Tout à sa contemplation horrifiée de la météo, elle s'était un peu déconnectée du reste. Arrachant son regard de la vitre, elle le dirigea vers le gris. La plus jeune réalisa alors qu'il lui tenait toujours sa main … Heureusement, les autres élèves semblaient bien trop occupés à suivre les directives de la bibliothécaire pour remarquer ce petit détail. Les pottins seraient allés bon train sinon et Miyu ne voulait pas mettre Chihiro dans l'embarra à cause de sa peur des orages. Néanmoins, l'un comme l'autre étant relativement discret, ils n'attiraient pas les regards. De ce fait, personne ne sembla remarquer la petite main de Miyu fourrée dans celle plus grande de son aîné.

Miyu se focalisa alors sur la question de Mayuzumi. Si Ichigo était encore au lycée ? Bonne question. Elle ne connaissait pas l'emploi du temps de son frère et ignorait totalement s'il était déjà à la maison ou pas. En temps normal, elle rentrait toujours avant lui mais pas forcément parce qu'il rentrait plus tard du travail, mais parce que Ichigo était du genre à aimer flâner dans les rues et s'arrêter dans certaines boutiques. Il fréquentait également quelques amis de temps en temps : vivre avec sa sœur ne devait pas le priver de liens sociaux - Miyu lui avait exigé de prendre du bon temps avec ses amis sans se préoccuper d'elle. Après tout, elle était assez mature pour se gérer toute seule maintenant. En plus, si Ichigo voulait trouver une chérie un jour, il devait sortir et voir du monde …

▬ Eeeeh … Je ne sais pas, il sort souvent après le travail. Mais je vais l'appeler.

Lâchant finalement la main de son aîné, Miyu fouilla dans son sac pour en sortir son téléphone portable. Elle l'alluma et admira son fond d'écran – Zan et Raku dormant l'un contre l'autre sur le plaid de son lit – pendant que l'appareil se mettait en route. Elle usa alors d'un raccourcit clavier pour appeler automatiquement son frère aîné. La sonnerie n'eut pas le temps de retentir plus de deux fois que l'adulte décrochait. La petite verte expliqua rapidement la situation à son frère qui lui apprit alors qu'il était en ce moment au centre commercial, soit à une vingtaine de minutes du lycée. Il lui demandait de patienter à l'intérieur jusqu'à son arrivée et de ne pas s'inquiéter, si possible en restant avec ses amis.

Evidemment, Ichigo ignorait que sa petite sœur n'avait pas véritablement d'amis à Rakuzan, sa timidité maladive et son profil d'intello n'attirant pas spécialement les foules. Bien qu'il travaille dans l'établissement, il était bien trop occupé par ses cours pour la surveiller à longueur de journée, il n'était donc pas au courant que la verte ne s'était pas fait le moindre véritable ami depuis la rentrée. Et heureusement d'ailleurs, parce qu'elle ne voulait pas l'inquiéter. Elle venait ici pour travailler, de toute façon. Et une fois à la maison, Zan et Raku étaient là pour l'accueillir. Quant à ses week-end, elles les passait quasiment tout le temps à Tokyo, avec sa sœur et ses frères – parfois aussi avec Tsubaki quand elles avaient la possibilité de se voir.

▬ Il est à une vingtaine de minutes d'ici, il arrive. Si … Si senpai habite loin du lycée, on peut le raccompagner s'il veut …

Proposa-t-elle à Mayuzumi après avoir raccroché et rangé son téléphone. Elle ignorait si le gris habitait près ou loin du lycée mais dans tous les cas, elle ne pouvait pas le laisser partir sous la loin. Car même s'il rejoignait l'arrêt de bus, ce dernier se trouvait à l'autre bout de la grande cours de Rakuzan. Il sera trempé au bout de quelques instants et risquerait de tomber malade. Tandis que si Ichigo venait les chercher, il se garerait sur le parking des employés tout près des portes du personnel : ils n'auront donc pas à s'aventurer sous la pluie. Vraiment, Ichigo avait eu raison d'acheter cette petite voiture, car elle était très pratique … Surtout quand il faisait un temps pareil. ❞



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



InformationsMessages : 101
Date d'inscription : 29/03/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #333333

RP terminés: 5

RP en cours: 1


MessageSujet: Re: Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]   18.06.15 11:54



feat. ai miyu

Murmures au-dessus d'un livre
À cette heure de la journée, il ne devrait pas y avoir âme qui vive dans les couloirs du lycée. Mais du au mauvais temps, bons nombres d'élèves étaient restés, dans l'espoir que la pluie se calme progressivement. Mais leurs doux espoirs éclatèrent en même temps que l'orage qui grondait sévèrement au-dessus de leurs têtes. Avec la coupure de courant en prime, ils étaient bien gâtés. De ce fait, le hall d'entrée était bondé comme jamais. L'air frais provoqué par la pluie soudaine s'engouffrait dans le bâtiment. Avec tout ce brouhaha et ce capharnaüm, Mayuzumi tenait toujours la main de Miyu. Personne de les avait remarqué pour l'instant, trop occupés par leurs petits problèmes personnels. Et si on venait à les remarquer, des rumeurs commenceraient-elles à circuler dans les couloirs du bahut ?

Mais Chihiro n'eut pas le temps de s'étendre sur la question.

-Eeeeh … Je ne sais pas, il sort souvent après le travail. Mais je vais l'appeler.

Ils furent contraints de se lâcher la main. L'argenté plongea ses mains dans ses poches, une sensation étrange restant coller contre la main qui avait tenu celle de la manager. C'était bien la première qu'il avait tenu la main de quelqu'un, en dehors de ses parents lorsqu'il était petit. Et il se rendit compte qu'il avait un sérieux manque de vie sociale. Au collège, il n'avait pas réellement eu des amis. Il considérait ses camarades de classe comme des camarades de classe. Ça s'arrêtait là. Jamais eu de petite-amie. Il n'en avait pas ressenti un réel besoin d'en avoir. Dans les shoujos manga, le couple principal en faisait tout une histoire pour se tenir la main. Et il décrivait cela comme quelque chose de merveilleux. Mais là, il n'avait pas ressenti grand chose. Peut-être parce qu'il n'y avait pas d'amour entre eux. C'était sans doute cela.

La voix de Miyu le ramena sur terre :

-Il est à une vingtaine de minutes d'ici, il arrive. Si … Si senpai habite loin du lycée, on peut le raccompagner s'il veut …

Okay. Wait, what ? Elle lui proposait que son frère le ramène chez lui ? C'était quand même bizarre non ?! Déjà qu'il ne communiquait pas spécialement des gens de son âge alors un adulte. L'ambiance serait sûrement tendu dans la voiture. Il a pas un sister complex le frangin au moins ? Si c'était le cas, il allait peut-être avoir droit à un interrogatoire en bonne et due forme plus des mauvaises ondes pour tenter de l'éloigner de sa sœur adorée. Mais à bien y réfléchir, il devait être assez modéré au niveau de l'affection qu'il lui portait. S'il était adepte du SisCon, Miyu ne serait même pas là.

L'ailier de Rakuzan jeta un rapide coup d'oeil à l'extérieur. La pluie tombait toujours en trombe à l'extérieur et il devait compter une centaine de mètres avant d'arriver à l'arrêt de bus devant le lycée. Même avec un parapluie, il serait sans doute trempé. Sans compter qu'il y avait déjà pas mal de monde sous l'abri-bus. Ce serait trop chiant. Il se tourna finalement vers la verte, se grattant la nuque.

-Si ça dérange pas ton frère... je veux bien oui.

Après avoir accepté la proposition de la manager, ils se dirigèrent vers l'arrière du lycée, là où le personnel de l'établissement entrait. À première vue, le frère d'Ai n'était pas encore là. Il s'appuya contre le mur et attendit, les mains dans les poches. Penchant la tête sur le côté, ses pupilles grises balayèrent les alentours avant de croiser le regard émeraude Miyu. Une question lui taraudait depuis un petit moment déjà.

-Pourquoi est-ce que tu as accepté de devenir la manager ? Lui demanda-t-elle de but-en-blanc.

Tout comme sa propre promotion soudaine en temps que titulaire, Miyu était presque arrivée comme une fleur dans l'équipe. Higuchi lui avait confié qu'elle semblait un peu perdu au début mais qu'elle apprenait très vite. Et elle semblait avoir pris un peu plus confiance en elle depuis peu. Mais Chihiro avait remarqué qu'il y avait une certaine tension entre le capitaine et la manager. Ce n'était pas vraiment ses affaires mais il était tout de même intrigué. Il préféra donc se taire et ne lui posa pas de questions.



(c) codée par mayuyu



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]   19.06.15 23:30






Murmures au-dessus d'un livre





❝ En attendant la réponse de son aîné, Miyu tentait de tracer mentalement la route entre le centre commercial et le lycée. En bus, il y en avait bien pour plus d'une demi-heure. Sachant qu'il s'arrêtait à de nombreux arrêt, la voiture était plus rapide. Une bonne vingtaine de minutes en cas de bonne circulation. Cependant, avec la pluie, la route était plus dangereuse, il fallait donc adopter une vitesse plus réduite pour éviter l'aquaplaning. Miyu n'était pas experte en conduite mais elle avait vu de nombreux reportages sur les dangers de la route lors de sa scolarité ou à la maison de temps en temps. De ce fait, elle était assez craintive en voiture et s'inquiétait dès que le conducteur freinait un peu trop fort à son goût ou roulait trop vite. Elle n'avait pas les yeux fixés sur le compteur de vitesse mais rabrouait son père ou Giichi qui avaient tendance à abuser un peu de l'accélérateur. En ce moment, elle espérait vraiment que Ichigo conduise prudemment. Il était plus raisonnable que son cadet mais dans l'inquiétude, il serait capable d'ignorer les règles de sécurité.

Non pas qu'Ichigo était mort d'inquiétude : il savait sa sœur au sec et entourée d'adultes responsables. Tant qu'elle restait dans l'enceinte du lycée, elle ne risquait rien. Et il connaissait suffisamment sa peur des orages pour savoir qu'elle n'allait pas s'aventurer sous la pluie et le tonnerre. Si elle l'avait appelé, c'est parce qu'elle ne se sentait pas capable de prendre le bus. Alors oui, il s'était empressé de la rassurer en lui promettant d'arriver, mais il n'avait pas l'air à deux doigts de la crise d'hystérie. Ayant quasiment élevé ses deux sœurs cadettes lui-même, il était épris d'un amour paternel à leur égard. Néanmoins, il n'avait pas de sistercomplex pour autant. Il veillait naturellement sur elle comme tout grand frère se doit de le faire, mais il n'était pas constamment sur son dos à la surveiller H24. Évidemment, il se méfiait des garçons mais ne les cuisinait pas mentalement pour les éloigner de sa chère petite sœur. Elle doit apprendre seule certaines choses de la vie. De son côté, il doit seulement s'assurer qu'elle ne soit pas blessée physiquement ou moralement.

Bref, tout ça pour dire que Miyu espérait que son frère roule prudemment. Qu'il mette un peu plus de vingt minutes, ce n'était pas dramatique. De toute façon, elle n'était pas à quelques minutes près. L'important est qu'il venait la chercher et, surtout, qu'elle n'était pas seule. Ne voulant pas perdre de nouveau la face devant Mayuzumi, Ai faisait de son mieux pour contrôler ses émotions et s'empêchait donc de grelotter comme un petit animal effrayé. Si elle avait du affronter seule cette situation, elle serait sûrement blottie dans un coin à l'écart, à trembler comme une feuille, les mains sur les oreilles, à prier pour que l'orage passe et que Ichigo se dépêche à venir la récupérer. Oui, elle était faible et en était pleinement consciente, mais on ne se refait pas du jour au lendemain. Elle s'était fait la promesse de vaincre sa timidité mais ça prendra du temps, beaucoup de temps avant qu'elle ne se départisse de ses peurs les plus profondes. Ce n'est que petit à petit qu'elle parviendra à changer, mais il ne fallait pas la brusquer et attendre sagement qu'elle éclose, comme une fleur timide.

▬ Si ça dérange pas ton frère... je veux bien oui.

Elle devait l'avouer, Miyu était plutôt surprise. Étrangement, elle s'était attendue à un refus de la part de son aîné. Après tout, un garçon pouvait se retrouver terrifié à l'idée de monter dans la voiture du grand-frère d'une fille qu'il côtoie, intimement ou pas. Qu'on le veuille ou non, il subsiste toujours le mythe du grand-frère protecteur sans aucune pitié pour le moindre mâle rôdant dans un périmètre inférieur à deux mètres de sa petite et tendre petite sœur adorée. Oui, encore un beau cliché tiré d'un des shojo manga de Miyu, mais que voulez-vous. Si c'est aussi cliché, c'est parce que ça a déjà du avoir lieu, non ? Après tout, les idées ne germaient pas au hasard, il y avait sûrement une base quelque part dans le vécu d'un ou plusieurs auteurs. Et la petite verte était persuadée qu'il existait des grands frères de ce genre. Heureusement néanmoins, aucun des siens étaient comme ça. Sauf peut-être Giichi … et encore.

Hochant la tête et souriant à Mayuzumi, ils se dirigèrent donc tranquillement vers l'arrière du lycée, s'éloignant de la foule grouillant dans le hall. Le brouhaha se dissipa lorsqu'ils arrivèrent auprès des portes de service menant au parking du personnel. Cette zone était d'habitude interdite aux élèves mais au vu de la situation actuelle, personne n'allait s'amuser à les virer. Ils allaient même sûrement se douter que Miyu attendait son frère. Le lien de famille entre sa discrète première année et le sérieux professeur d'économie n'avait plus de secret pour personne. Ils ne se parlaient pas forcément dans l'enceinte du lycée : ils étaient bien trop occupés chacun de leur côté. Mais Miyu ayant pas mal fait parler d'elle aux premiers examens, le personnel s'était davantage penché sur son cas et s'était donc également intéressé à son aîné. Après tout, lui aussi ne tombait pas du ciel. On n'embauchait personne facilement à Rakuzan, et surtout pas les professeurs. Ce « duo de roturier » comme ils étaient surnommés au début avait prouvé qu'ils valaient tout autant que des personnes de bonne famille.

▬ Pourquoi est-ce que tu as accepté de devenir la manager ?

Perdue dans ses pensées, c'est la voix de Chihiro qui ramena Miyu sur terre. Adossée à côté de son aîné aux yeux anthracites, elle contemplait distraitement son sac avant qu'il ne prenne la parole. Levant les yeux vers lui, elle réfléchit à sa question. Il était bien le premier à lui demander une telle chose. Le plus souvent, quand on lui parlait de son rôle de manager, on lui demandait pourquoi Akashi lui avait proposé le poste. Après tout, elle n'avait aucune expérience et Rakuzan possédait déjà un manager, Shōta Higuchi. Elle n'avait d'ailleurs jamais été capable d'expliquer pourquoi. Venant de Akashi, il devait y avoir une excellente raison mais Miyu ignorait laquelle. Elle ne l'avait jamais réellement demandé à son aîné à la chevelure flamboyante, personne ne l'avait fait d'ailleurs. Le reste de l'équipe s'était contenté d'acquiser, d'accepter cet état de fait comme une banalité. Pourquoi il l'avait fait, peu s'en souciait. Ce n'était pas pour rien, de toute manière.

Mais étrangement, personne ne s'était penché sur un autre point de cette affaire. A savoir pourquoi elle, en retour, avait accepté. Et quelque part, que Mayuzumi retourne la situation de son côté à elle, ça provoqua en elle une petite sensation de plaisir. De ce fait, elle prit bien le temps de réfléchir à la question. Beaucoup l'ignorait, mais elle avait toujours aimé ce sport. Akito jouait énormément avec Hinata et elle lorsqu'ils étaient enfants. Pour son anniversaire, le plus jeune de ses grands-frères avait demandé un panier de basketball et un ballon, et n'avait jamais rechigné à laisser ses sœurs jouer avec également. Quand elle était au collège, Miyu avait voulu s'inscrire au club de basketball. Mais à cause de sa petite taille, on lui a rit au nez. Depuis, elle a définitivement fait une croix dessus, contrairement à sa sœur qui avait retourné sa veste pour faire de l'athlétisme. Son impressionnante détente aurait put être un atout intéressant, mais tant pis : le club de basketball avait raté sa chance.

Depuis, Miyu ne songeait plus à rejoindre un club. Elle vaquait à d'autres occupations, comme la cuisine, la lecture ou la couture. Bien sûr, elle avait encore un petit arrière goût amer mais ça ne l'empêchait pas de vivre pour autant. De ce fait, lorsque Akashi était venu un jour lui proposer de devenir la seconde manager du club de basketball masculin de Rakuzan, elle y avait vu la chance de vivre autrement ce sport. Elle ne serait pas joueuse, mais elle aiderait son équipe du mieux qu'elle le pouvait. Évidemment, elle avait encore beaucoup de choses à apprendre : elle suivait les conseils de Higuchi ainsi que ceux de Tsubaki et tentait d'agir un peu par elle-même, afin de tester ses capacités. Ça ne s'apprenait pas du jour au lendemain, d'autant plus que Akashi l'avait presque propulsé dans le gymnase sans lui fournir la moindre explication. Juste un conseil : contacter Tsubaki. Se saurait-il douté que ce conseil soit, au final, à l'origine de la naissance d'une nouvelle amitié ? Difficile à dire.

▬ Mayuzumi-senpai est le premier à me poser cette question, pour être honnête …

Était-ce pareil de son côté ? Lui avait-on déjà demandé pourquoi Akashi était venu le trouver alors qu'il avait donné sa démission ? Lui avait-on également demandé pourquoi il avait accepté ? Ou, tout comme elle, tout le monde s'était contenté de hocher bêtement la tête ? Parfois, les gens ressemblaient à ces petits chiens que certaines personnes plaçaient sur la plage arrière de leur voiture. Leur tête, fixée sur un ressort, se balançait au rythme des irrégularités et de la vitesse de l'automobile, donnant l'impression qu'il acquiesçait sans cesse. Miyu trouvait fort dommage que les personnes se contentent de hocher bêtement la tête et de fermer les yeux, sans essayer de comprendre quoi que ce soit de la situation. Trouvaient-ils tous les paroles de Akashi si absolues – pour ne citer que le concerné – que ça ? Pourtant, personne n'est parfait. Personne n'est à l'abri des erreurs, des faux pas. Et le jour où Akashi avait trébuché, ça allait lui faire tout bizarre. A lui comme aux personnes le suivant aveuglément.

▬ Malgré l'impression que je donne … j'aime beaucoup le basketball. J'ai voulu m'inscrire au club de mon collège mais … avec ma taille, on n'a pas voulu de moi. Alors quand Akashi-senpai m'a proposé de devenir le manager de l'équipe, j'ai entrevu la possibilité de vivre le basketball … différemment.

Elle observa alors distraitement le petit strap chat blanc pendouillant à la fermeture éclair de son sac. Miyu avait envie de connaître les raisons de Mayuzumi mais craignait que le gris ne s'offusque. Contrairement à elle débarquée comme une fleur en début d'année, il avait sué sang et eau en vain pendant deux années. Sans Akashi, ses efforts n'auraient sûrement jamais été récompensé. Il ne tenait sa place de titulaire que grâce à l'intervention du rouge. Du moins, c'est le bruit qui courait parmi les nombreux membres du club. Ignorant si elle devait vraiment y croire ou non, Miyu avait préféré les ignorer. Mais désormais, elle voulait vraiment savoir, et de la bouche du concerné. Après tout, il était le seul capable de se prononcer à ce sujet. Les gens qui parlent au nom des autres, Miyu les trouve très irrespectueux et indignes de confiance. Ils sèment le doute dans l'esprit des gens, qui préfèrent croire à leurs potins qu'apprendre la vérité de la bouche de la principale personne concernée, alors qu'elle est la mieux placée pour répondre.

▬ Et … Pour Mayuzumi-senpai ? Parfois, j'entends les autres dire que senpai a accepté parce que c'était le seul moyen pour lui de jouer enfin en tant que titulaire. Mais … Quelque chose me dit que ce n'est pas que ça … J'ai tord ?

Miyu releva alors les yeux vers lui, confrontant ses douces émeraudes à ses gris vides d'expression. Elle n'avait pas envie qu'il lui mente alors qu'elle même s'adressait à lui en toute honnêteté. Pas qu'elle le voyait comme un menteur, mais elle imaginait Chihiro comme quelqu'un de très discret et modeste, dans la vie comme au basketball. Il n'avait sûrement pas envie de s'étendre sur son accession soudaine dans les rangs des titulaires. Impossible pour Miyu de savoir s'il avait été honoré par cette proposition ou, au contraire, vexé de devoir dépendre qu'un première année fraîchement débarqué au lycée pour enfin enfiler le dossard de Rakuzan. Le regard fixe, le défiant presque de s'abstenir de toute fuite ou mensonge, Ai fixait son aîné sans ciller, ignorant complètement l'orage qui n'avait pas cessé de faire ravage dehors ainsi que le brouhaha incessant des élèves réunis dans le hall d'entrée. ❞


(c) Moona Neko


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



InformationsMessages : 101
Date d'inscription : 29/03/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #333333

RP terminés: 5

RP en cours: 1


MessageSujet: Re: Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]   24.06.15 15:14



feat. ai miyu

Murmures au-dessus d'un livre
L'eau ruisselait en abondance sur les vitres du lycée, rendant flou le spectacle de l'autre côté du verre. À l'abri de la pluie et du vent, Mayuzumi regardait sans véritablement voir l'image grisâtre qui se formait à l'extérieur. Il n'y avait pas âme qui vive dans les couloirs et fut étonné de voir qu'il n'y avait pas un seul professeur ou autre personnel qui était passé par là. Peut-être étaient-ils encore dans la salle des professeurs, à attendre que la pluie se calme un temps soit peu.

-Mayuzumi-senpai est le premier à me poser cette question, pour être honnête …

Le premier ? Et « cette » question ? Cela voulait-il dire qu'il n'était pas le seul à se poser des questions ? Et surtout quelle autre question lui posait les autres ? Sûrement quelque chose du style pourquoi Akashi l'avait choisi elle et pas quelqu'un d'autre. Cet aspect là l'intriguait également mais il ne le lui demanda pas, persuadé qu'elle n'aurait pas la réponse. Il n'y avait que le capitaine pour pouvoir répondre à cette question. Et quelque chose lui disait qu'il n'allait pas lui donner une réponse aussi facilement. Ça ne me regarde pas de toute façon.

-Malgré l'impression que je donne … j'aime beaucoup le basketball. J'ai voulu m'inscrire au club de mon collège mais … avec ma taille, on n'a pas voulu de moi. Alors quand Akashi-senpai m'a proposé de devenir le manager de l'équipe, j'ai entrevu la possibilité de vivre le basketball … différemment.

Alors comme ça elle aime vraiment le basket ? Logique sinon, elle n'aurait pas proposé l'offre. Juste que... ça ne collait pas à son profil selon Mayuzumi. Tout petite, moe et adorable, qui aurait cru qu'un sport de bourrin comme le basket plairait à une frêle demoiselle comme Miyu. Pas l'argenté en tout cas. Et encore moins les personnes qui lui avaient ris au nez à cause de sa taille. C'est vrai qu'à vu de nez elle ne devait pas dépasser les 1m50. Mais il n'était pas là pour discuter de sa taille ou quoi que ce soit. Il avait voulu connaître le pourquoi du comment elle avait intégré le club de basket. Il avait une partie de la réponse désormais. L'autre partie allait sûrement rester dans l'obscurité pendant un petit moment. Quelque part, elle était similaire à Higuchi, ce dernier ayant préféré être manager que joueur, abandonnant l'idée de parvenir un jour, ne serait-ce que l'équipe A.

-Et … Pour Mayuzumi-senpai ? Parfois, j'entends les autres dire que senpai a accepté parce que c'était le seul moyen pour lui de jouer enfin en tant que titulaire. Mais … Quelque chose me dit que ce n'est pas que ça … J'ai tord ?

Ça par contre, il ne s'y attendait pas. Chihiro ne s'attendait pas à ce que quelqu'un lui pose la question sur lui. Sur sa vie. Personne ne s'était intéressé à lui jusque là. Tant qu'il faisait du boulot, on le laissait tranquille. Il savait que dès qu'il foirait un peu, les autres titulaires, les Rois sans Couronnes en particulier pouvaient facilement retourner leurs vestes. Et ça l'horripilait. Voilà pourquoi il ne portait spécialement les autres joueurs dans son cœur. À la moindre faute, ils cassaient du sucre dans son dos. Même s'il s'en fichait, quelque part, ça ne l'affectait qu'un chouia. Ce n'était pas comme s'ils étaient équipiers ou même amis.

L'ailier fort de Rakuzan tourna la tête et fut confronté aux pupilles émeraudes de sa cadette. À en juger par la lueur dans ses yeux, elle n'allait pas le laisser s'en sortir aussi facilement avec une réponse évasive. Qu'est-ce qu'il pouvait bien lui répondre ? Autant être honnête alors. Il détourna finalement le regard, ses orbes vide d'émotion fixant un point invisible devant lui.

-Ils n'ont pas tort. C'était bien le seu moyen pour moi de devenir titulaire, répondit-il finalement.

Il se gratta la nuque avant de continuer.

-Je n'avais pas le niveau pour. Et quand Akashi et les autres sont arrivés, je pouvais faire une croix définitive dessus.

Il soupira.

-Du moment que je peux jouer dans un match officiel, je m'en fiche de ce que les autres disent de moi. Ce n'est pas grâce à eux que j'en suis arrivé là.

Ce n'était pas grâce à ses efforts non plus. Et il devait l'avouer mais être titulaire grâce à un nain rouge de première année, sa fierté avait pris tout de même un sacré coup. Mais comme il le disait un peu plus tôt, il n'en avait rien à cirer de cette histoire de coéquipier. Il jouait pour lui-même. Pas pour les autres.

Mayuzumi se tut finalement, laissant la pluie remplir le silence. Il ne savait pas trop combien de temps s'était écoulé depuis mais le bruit du moteur attira leurs attentions, signe que le frère de Miyu était arrivé. Ils allaient pouvoir rentrer chez eux.



(c) codée par mayuyu



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



Informations Féminin Messages : 319
Date d'inscription : 08/12/2013
Localisation : Lycée Rakuzan | Kyôto
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: cornflowerblue

RP terminés: 11

RP en cours: 3


MessageSujet: Re: Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]   25.06.15 16:24






Murmures au-dessus d'un livre





❝ Légèrement penchée en avant, son regard émeraude braqué sur le visage de son aîné, Miyu attendait patiemment que Mayuzumi réponde à sa question. Elle avait répondu à la sienne en toute honnêteté, elle attendait donc de lui qu'il en fasse de même. Ce qui est tout à fait normal, n'est-ce pas ? C'était la moindre des choses après tout. Certes, ce n'était pas une question de vie ou de mort mais ce sujet semblait particulièrement sensible chez lui comme chez elle. Le pourquoi et les rumeurs les poursuivaient, chacun à leur manière. Bien sûr, on entendait plus parler du titulaire fantôme que de la discrète manager. Elle, elle est inutile en match, elle n'est pas une pièce maîtresse ou quoi que ce soit d'autre. Sa place était sur le banc à côté de Higuchi et du coach, à analyser le jeu du mieux qu'elle le pouvait. Celle de Chihiro était sur le terrain, à donner son maximum afin de garantir la victoire de son équipe.

Néanmoins, la réponse qu'il lui donna la déçu un peu. Il confirmait donc ses rumeurs qui grouillaient dans le gymnase ? Il n'y avait vraiment aucune autre raison qui l'avait poussé à accepter la proposition de Akashi ? Miyu avait un peu de mal à y croire. Certes, elle comprenait qu'il avait saisit cette occasion qu'on lui donnait de jouer sous la bannière de Rakuzan, mais s'il tenait tant à être titulaire … ce n'était pas pour rien, non ? A quel point était-il amoureux du basketball pour décider à s'abaisser ainsi, à compter sur un autre – un kohai ! - pour accéder au poste tant espéré de titulaire ? Etait-ce bien par passion d'ailleurs ou par fierté ? Chihiro ne semblait pas être quelqu'un cherchant forcément à se faire remarquer mais chacun dore son blason de la façon dont il l'entend. Difficile pour Miyu de démêler tout ça …

▬ Je n'avais pas le niveau pour. Et quand Akashi et les autres sont arrivés, je pouvais faire une croix définitive dessus. Du moment que je peux jouer dans un match officiel, je m'en fiche de ce que les autres disent de moi. Ce n'est pas grâce à eux que j'en suis arrivé là.

Jouer dans un match officiel ? C'était ça, sa motivation ? Qu'importe qu'on lui crache dessus, tant qu'il pouvait fouler le court ? Miyu était partagée entre deux sentiments. D'un côté, elle admirait un peu la bravoure de son aîné, qui profitait de ce qu'on lui offrait peu importe ce qu'en pensait autrui. Mais d'un autre, elle trouvait fort dommage qu'il n'essaie pas de défendre un peu plus son cas. Après tout, quand on vient nous offrir gracieusement ce que l'on désire, pourquoi dire non ? Honnêtement, quand on vous sert l'un de vos désirs sur un plateau d'argent, combien de personnes referment le couvercle ? Au collège, Miyu avait eu la possibilité de sauter une classe puis d'acquérir une bourse d'étude pour Rakuzan. Elle avait hésité, certes, mais avait finit par accepter. Parce qu'il ne faut pas refuser de belles occasions, surtout lorsque l'on est ardemment intéressé.

Miyu ouvrit la bouche pour parler, mais la referma aussitôt. Inutile de l'ennuyer plus longtemps avec ça. Elle se contenta donc de hocher la tête, lui signifiant ainsi qu'elle clôturait le sujet. Elle ne le connaissait de toute façon pas suffisamment pour prétendre en savoir plus que lui sur ses propres choix. Du moment qu'il était honnête avec elle, peu importait. Même si Miyu avait encore cet étrange sentiment de non totale satisfaction malgré la réponse de son aîné. Qui sait, peut-être ce sentiment-là disparaîtra-t-il avec le temps ou en apprenant plus sur Mayuzumi. Si tant est qu'ils se retrouvent à nouveau en « tête à tête », rien que tout les deux. Car Miyu se doutait bien que, lui comme elle, ils n'allaient pas tailler la bavette H24. L'un comme l'autre préféraient être discret, que ce soit dans les couloirs du lycée comme dans le gymnase.

Un bruit de moteur attira alors l'attention des deux lycéens. S'approchant de la petite fenêtre à côté de la porte, elle reconnu la petite voiture noire de son frère. L'instant d'après, ce dernier s'extirpait de l'automobile et courait jusqu'au pré-haut, ouvrant la porte à la volée pour échapper à la pluie. Habillé simplement d'une chemise bleu foncé et d'un jean délavé, il était loin du look sérieux qu'il revêtait lorsqu'il venait enseigner. Débarrassé de ses lunettes et dans une telle tenue décontractée, il était loin du professeur que les lycéens avaient l'habitude de croiser dans les couloirs. Même si, dans le cas de Miyu, le voir dans des habits de civils était une chose habituelle. Chassant rapidement quelques gouttes d'eau de ses mèches blondes du revers de la main, Ichigo avisa Mayuzumi à côté de sa sœur. Heureusement, le jeune professeur connaissait le troisième année qui participait à ses cours, sinon il se serait demandé qui était cet étranger côtoyant sa sœur …

▬ Ichi-nii ! Merci d'être venu. Ça … ça te dérange de ramener Mayuzumi-senpai chez lui ? Il pleut vraiment fort …

Elle regarda tour à tour les deux garçons, espérant que Ichigo ne refuse pas. Elle se sentirait vraiment mal si, au final, son aîné ne soit dans l'obligation de rentrer par ses propres moyens alors qu'elle lui avait fait caresser l'espoir de rentrer en voiture. Elle se pinça la lèvre, inquiète, jusqu'à ce que Ichigo n'opine du chef, acceptant sans souci de raccompagner le gris jusqu'à son domicile. Miyu retint un petit soupire de soulagement alors que, d'un signe de la main, elle invitait Mayuzumi à les suivre. Rouvrant les portes, Ichigo laissa passer les adolescents en premier tout en déverrouillant son véhicule à distance grâce à sa clé électrique. Miyu s'engagea donc sous la pluie, rentrant sa tête dans ses épaules comme une petite tortue cherchant à se réfugier dans sa carapace. Elle rejoignit rapidement le véhicule et l'installa à l'arrière, juste derrière le siège conducteur. L'instant d'après, Chihiro s'asseyait à côté d'elle et Ichigo s'installait au volant.

L'eau frappait violemment les vitres tandis que Miyu bouclait sa ceinture de sécurité. Le tonnerre semblait enfin s'être calmé, au plus grand plaisir de la plus jeunesse. Cette dernière lâcha son sac à ses pieds, soupirant de soulagement alors que le moteur se mettait en marche. Elle était en bonne compagnie, elle ne risquait plus rien à présent. Alors que Ichigo demandait à Chihiro de le guider afin de le ramener chez lui, Miyu observait la pluie qui ne cessait de tomber sur la ville. Quelques flaques d'eaux stagnantes s'étaient crées ça et là, dans les nids de poule et les imperfections du parking. Ils quittèrent ce dernier au ralenti et s'engagèrent sur la route, où quelques voitures et bus roulaient lentement. Sur les trottoirs, les passant se pressaient d'aller se mettre à l'abri, leurs gros parapluies les protégeant précairement de l'eau du ciel. Miyu les plaignait un peu, et espérait qu'ils aillent tous rapidement se mettre au sec. ❞


(c) Moona Neko


AI MIYU
{  Une petite brebis parmi les loups }

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rakuzan
avatar



InformationsMessages : 101
Date d'inscription : 29/03/2015
Agenda RPG
Agenda RPG

Couleur RPG: #333333

RP terminés: 5

RP en cours: 1


MessageSujet: Re: Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]   03.07.15 15:29



feat. ai miyu

Murmures au-dessus d'un livre
Mayuzumi avait essayé d'être le plus honnête avec Miyu. Quand elle lui avait posé la question, il avait bien senti qu'elle n'avait aucunes mauvaises intentions à son égard. Difficile de penser une telle chose lorsqu'on la voyait pour la première. Mais Chihiro, pour sa part, n'avait jamais essayé de lier par les autres enfants, et ce depuis toujours. Il n'avait jamais senti ce besoin de créer des liens avec les autres. De se faire des amis. Ça ne le gênait pas le moins du monde. Il était bien comme ça. Alors, même lorsqu'une personne gentille lui parlait, il ne lui disait pas totalement la vérité. Il n'avait pas envie qu'on sache tout de lui. Les gens qu'il rencontrait n'était que de passage de sa vie. Surtout que, pour sa part, l'argenté allait bientôt quitter le lycée, partir loin de Kyoto et qui sait ce que lui réservait le future d'ici quelques années.

Mais il ne s'étala pas plus sur la question lorsqu'une voiture arriva finalement dans le parking. Une minute s'écoula à peine lorsque le professeur entra enfin, s'abritant à l'intérieur pour ne pas être trempé. Le lycéen assistait au cours d'économie d'Ichigo. Il n'était donc pas si inconnu que cela aux yeux du blond. Ce qui aidait quelque part. Au moins, il n'allait pas le suspecter et l'interroger le pourquoi du comment il était avec sa sœur. En tout cas, il devait avouer que de voir l'enseignant dans des vêtements décontractés étaient assez... étrange. Il avait trop l'habitude de le voir en costume, tiré à quatre épingles après tout. Mais il restait une personne normale, après tout. Et adulte qui plus est. Il pouvait bien s'habiller comme bon lui semblait !

-Ichi-nii ! Merci d'être venu. Ça … ça te dérange de ramener Mayuzumi-senpai chez lui ? Il pleut vraiment fort …

La question fatidique. Dans le pire des cas, ça ne le dérangeait pas tant que cela de rentrer chez lui par ses propres moyens. Il le faisait tout le temps. Mais par ce temps, il devait bien avouer qu'un petit trajet en voiture ne serait pas de refus. Plongeant ses pupilles grises dans celles émeraudes sans aucune animosité, l'adulte acquiesça finalement, accédant à la requête de sa jeune sœur. Chihiro soupira intérieurement de soulagement. Ichigo ouvrit la voiture de loin à l'aide de sa clé. Les lycéens passèrent en premier et s'installèrent à l'arrière du véhicule, Miyu installée derrière le conducteur et lui à ses côtés.

Après qu'ils se soient installés, le professeur démarra la voiture et ils rejoignirent finalement la route sous une pluie battante. Cette dernière ne semblait pas vouloir se calmer, si bien qu'elle formait un épais rideaux grisâtre et brumeux, réduisant considérablement la vue. Seules les phares rouges et jaunes des voitures permettaient de se repérer au mieux dans ce paysage humide. Seul point positif : l'orage ne grondait plus et les éclairs dans le ciel se faisaient de plus en plus espacés. Dans les rues et sur les trottoirs, les personnes se faisaient rares, certains bravant le temps sous leurs parapluie avec peine, se cherchant un abri pour ne pas être trempé.

L'ailier de Rakuzan songeait qu'il était bien chanceux, dans cette voiture, à l'abri des éléments de la nature. Plus ils avançaient, plus il rêvait de rentrer chez lui, de se changer et de boire un bon chocolat chaud. Non pas que la compagnie des Ai était désagréable, loin de là ! Mais le trajet se faisait en silence, aucun parti n'était pas très bavard. Les seuls moment où Mayuzumi parlait était lorsqu'il donnait la direction à prendre pour aller chez lui.

Avec les embouteillages causés par le mauvais temps, le trajet fut plus long que lorsqu'il prenait le bus. Il leur fallut donc non pas vingt minutes mais trente. Chihiro arrivait à se repérer tant bien que mal à travers le rideau de pluie et trouver quelques repères. Il fut soulagé en reconnaissant le quartier résidentiel où il vivait. La voiture noire s'arrêta finalement devant une maison à étage, presque identique aux autres.

-Merci de m'avoir ramené, déclara-t-il tout en extirpant de son sac son parapluie transparent.

Il se tourna un instant vers sa cadette.

-A demain, lâcha Chihiro avec un hochement de tête.

Et il sortit sous la pluie, ouvrant rapidement son parapluie et se dirigea vers le portail. Il resta quelques secondes plantés derrière jusqu'à ce que la voiture redémarre puis entra finalement chez lui. Des bruits de pas feutrés l'accueillirent suivis de miaulements aigus. Le chat n'attendit même pas qu'ils enlèves ses chaussures qu'il se frotta contre ses jambes, réclamant câlin et attention. Il se pencha quelques secondes pour lui gratter derrière les oreilles et monta dans sa chambre.

Alors qu'il fouillait dans sa trousse pour un stylo, il trouva quelque chose qu'il ne lui appartenait pas. Une gomme en forme de chat. Il pensa directement à Miyu. L'objet ne pouvait que lui appartenir. Il avait du la prendre par accident quand il avait rangé ses affaires dans la précipitation. Chihiro sortit son portable pour la prévenir mais il réalisa qu'il n'avait pas son numéro. Tant pis. Il le lui donnera demain.



(c) codée par mayuyu



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Informations
Agenda RPG


MessageSujet: Re: Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Murmures au-dessus d'un livre [PV Miyu-chan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» * Miyu-chan ~
» Fête du Livre
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne
» Uglies, un livre....prettie ? ^^
» éditeur de livre sur les arcs et autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroko's Basket, le forum RPG ::  :: RP finis-